“Être LGBTI n’est pas une influence occidentale, c’est une réalité humaine”


Œuvrer en faveur des droits des lesbiennes, gays, bis, transexuels et intersexes (LGBTI) dans un pays loin de l’Europe, qui en comprend encore souvent mal les enjeux… c’est la vocation de Anan Bouapha, président et fondateur de la première association LGBTI de l’histoire du Laos. De Vientiane à Paris, ce fervent défenseur du droit à la différence a choisi d’étudier à Sciences Po.

En 2012, à l’âge de 25 ans, vous et votre association “Proud to be us Laos”, organisiez la première “LGBT Pride” au Laos. Quels étaient le contexte et les objectifs de cette action ?

Dans le contexte local, je n’ai pas utilisé le terme “LGBT” car il est sujet à malentendus. Les autorités, particulièrement, considèrent qu’il s’agit d’une idéologie occidentale, et cette impression pouvait être accentuée par le fait que nous comptions parmi nos soutiens des organisations internationales. L’objectif principal était de créer une plateforme publique pour toutes les personnes LGBTI, la société et les différents acteurs concernés, afin de pouvoir discuter sans peur de l’inclusion des personnes gays et transgenres dans le plan national de prévention du ministère de la Santé contre le SIDA. À la suite de notre action, le gouvernement a fait de nets efforts en ce sens. C’était un grand pas en avant et nous nous sommes saisis de cette opportunité pour mettre en place un dialogue. Être LGBTI au Laos, ce n’est pas être soumis à une influence occidentale, c’est tout simplement une réalité humaine. Il est temps d’en parler, et pas seulement dans un contexte de politique de santé, mais d’aborder aussi les enjeux sociaux, économiques et politiques.

Est-ce que les droits des LGBTI au Laos ont progressé depuis cette première action il y a 5 ans ?

Les progrès sont difficiles à mesurer parce qu’il y a beaucoup d’éléments à prendre à compte avant de pouvoir les évaluer. Cependant, notre action soutenue et continue, de même que les efforts du gouvernement pour mieux en saisir les enjeux, se font ressentir au sein de la communauté qui réalise que les choses s’améliorent un peu chaque jour. Par exemple, la première journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie en 2015 a été diffusée par la Lao National Television, une chaîne TV gouvernementale, et une personne transgenre a eu l’occasion d’y évoquer son histoire et ses espoirs. C’était un moment important pour nous ce témoignage diffusé sur un média national et un véritable coup de projecteur pour la communauté LGBTI du Laos. L’an dernier, à l’occasion de cette même Journée, des officiels du ministère des Affaires étrangères du Laos ont assisté à l’émission. C’est le début d’un changement positif.

Vous venez de débuter un master en “Advanced Global Studies” à Sciences Po, un cursus d’une année pour les jeunes professionnels. Qu’en attendez-vous ?

Je suis déjà en activité professionnelle donc j’espère que ce programme me permettra d’affuter mes compétences et de me construire un réseau. Je souhaite entrer en contact avec des diplômés et des professionnels inspirants ! J’ai également hâte de participer aux sessions avec des conseillers en carrière qui vont nous aider à travailler sur nos perspectives professionnelles après Sciences Po.

Justement, quels sont vos projets pour la suite ?

Je vais reprendre mes activités au sein de mon mouvement Proud to be us Laos, avec des outils et une meilleure compréhension des droits de l’homme et de la sociologie politique. Je vais essayer d’obtenir auprès du gouvernement un statut légal pour mon organisation. Ce qui ferait de Proud to be us la première organisation civile au Laos en contact étroit avec la communauté LGBTI. J’aimerais beaucoup voir Proud to be us devenir un think tank qui viendrait aider le gouvernement à sensibiliser ces populations parmi les plus à risques.

En savoir plus

Sur les masters en un an à Sciences Po

Sur les offres de formation et les actions à destination des étudiants d’origine étrangère à Sciences Po

Abonnez-vous à notre newsletter

Accompagner les jeunes réfugiés vers l’emploi

Accompagner les jeunes réfugiés vers l’emploi

Forte de son expérience en matière d’accueil des étudiants réfugiés, Sciences Po poursuit son action en proposant à de jeunes réfugiés un certificat professionnel visant à faciliter leur insertion sur le marché de l’emploi. Ce programme sera lancé à la rentrée 2018-2019.

Lire la suite
La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

La nation, meilleure arme contre les nationalismes ?

Dans un monde de plus en plus globalisé, la nation est-elle condamnée ? “Les nations ne disparaissent pas, au contraire !” répond Gil Delannoi, chercheur au Centre d’études politiques de Sciences Po (CEVIPOF), dans son dernier ouvrage La nation contre le nationalisme (éd. PUF). Selon lui, non seulement les nations restent incontournables mais elles seraient même devenues l’un des meilleurs remparts contre les nationalismes. Interview.

Lire la suite
Réconcilier “humain” et

Réconcilier “humain” et "droits de l’homme”

Pour elle, c’est bien plus qu’une vocation. Étudiante en master "Human Rights and Humanitarian Action" à l'École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA), Vanessa Topp se rend chaque semaine dans le quartier de la Porte de la Chapelle à Paris à la rencontre des migrants pour leur apporter son soutien. Portrait vidéo d'une jeune femme pour qui étude des droits de l'homme rime avec engagement.

Lire la suite
“Nous devons tous habiter quelque part”

“Nous devons tous habiter quelque part”

Le logement est-il un bien ? Est-il un droit ? De Bombay à Paris, en passant par les grandes villes des États-Unis, Sukriti Issar invite chaque semaine ses étudiants à réfléchir au rôle du logement au sein des villes et dans la vie des individus. Un sujet qui mêle l’intime à l’économie, la sociologie au droit, à la croisée des disciplines.

Lire la suite
Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Fin du blocage des bâtiments à Sciences Po

Après deux jours de blocage par un groupe d'étudiants mobilisés contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), l'occupation du site principal du campus parisien de Sciences Po a pris fin vendredi 20 avril en début d'après-midi. L’accès à tous les bâtiments du campus de Sciences Po à Paris est à nouveau possible pour l’ensemble des étudiants, enseignants et salariés. Les enseignements ont repris normalement dès vendredi après-midi.

Lire la suite
Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Vers l’orbanisation de l’Europe ?

Par Sylvain Kahn - Viktor Orban et la Fidesz ont remporté les élections législatives en Hongrie dimanche 8 avril 2018. Avec plus de 48 % des suffrages et plus du tiers des sièges, ils progressent significativement par rapport aux deux précédents scrutins qui, déjà, les avaient mené au pouvoir en 2010 et en 2014. Cette troisième victoire de rang signale une évolution structurelle de la vie politique européenne. Cette évolution peut être baptisée « l’orbanisation » de l’Europe.

Lire la suite
Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Jacinda Ardern et Justin Trudeau à Sciences Po

Ils ont en commun de compter parmi les plus jeunes chefs de gouvernement au monde. À l'occasion de leurs visites officielles en France, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, et Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, sont venus donner deux conférences exceptionnelles ce lundi 16 avril 2018 à Sciences Po.

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
S’engager au service des autres

S’engager au service des autres

Nouveauté liée à la réforme du bachelor, le parcours civique propose aux étudiants d’appréhender la citoyenneté et la responsabilité sociale à travers le développement d’un projet personnel au service des autres. Se déroulant hors les murs de Sciences Po, le parcours civique amène les étudiants à rencontrer des personnes de différents milieux travaillant les secteurs de l'éducation, de l'emploi, de l'environnement, de la justice, de la santé, de la paix, etc.

Lire la suite