“Être LGBTI n’est pas une influence occidentale, c’est une réalité humaine”


Œuvrer en faveur des droits des lesbiennes, gays, bis, transexuels et intersexes (LGBTI) dans un pays loin de l’Europe, qui en comprend encore souvent mal les enjeux… c’est la vocation de Anan Bouapha, président et fondateur de la première association LGBTI de l’histoire du Laos. De Vientiane à Paris, ce fervent défenseur du droit à la différence a choisi d’étudier à Sciences Po.

En 2012, à l’âge de 25 ans, vous et votre association “Proud to be us Laos”, organisiez la première “LGBT Pride” au Laos. Quels étaient le contexte et les objectifs de cette action ?

Dans le contexte local, je n’ai pas utilisé le terme “LGBT” car il est sujet à malentendus. Les autorités, particulièrement, considèrent qu’il s’agit d’une idéologie occidentale, et cette impression pouvait être accentuée par le fait que nous comptions parmi nos soutiens des organisations internationales. L’objectif principal était de créer une plateforme publique pour toutes les personnes LGBTI, la société et les différents acteurs concernés, afin de pouvoir discuter sans peur de l’inclusion des personnes gays et transgenres dans le plan national de prévention du ministère de la Santé contre le SIDA. À la suite de notre action, le gouvernement a fait de nets efforts en ce sens. C’était un grand pas en avant et nous nous sommes saisis de cette opportunité pour mettre en place un dialogue. Être LGBTI au Laos, ce n’est pas être soumis à une influence occidentale, c’est tout simplement une réalité humaine. Il est temps d’en parler, et pas seulement dans un contexte de politique de santé, mais d’aborder aussi les enjeux sociaux, économiques et politiques.

Est-ce que les droits des LGBTI au Laos ont progressé depuis cette première action il y a 5 ans ?

Les progrès sont difficiles à mesurer parce qu’il y a beaucoup d’éléments à prendre à compte avant de pouvoir les évaluer. Cependant, notre action soutenue et continue, de même que les efforts du gouvernement pour mieux en saisir les enjeux, se font ressentir au sein de la communauté qui réalise que les choses s’améliorent un peu chaque jour. Par exemple, la première journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie en 2015 a été diffusée par la Lao National Television, une chaîne TV gouvernementale, et une personne transgenre a eu l’occasion d’y évoquer son histoire et ses espoirs. C’était un moment important pour nous ce témoignage diffusé sur un média national et un véritable coup de projecteur pour la communauté LGBTI du Laos. L’an dernier, à l’occasion de cette même Journée, des officiels du ministère des Affaires étrangères du Laos ont assisté à l’émission. C’est le début d’un changement positif.

Vous venez de débuter un master en “Advanced Global Studies” à Sciences Po, un cursus d’une année pour les jeunes professionnels. Qu’en attendez-vous ?

Je suis déjà en activité professionnelle donc j’espère que ce programme me permettra d’affuter mes compétences et de me construire un réseau. Je souhaite entrer en contact avec des diplômés et des professionnels inspirants ! J’ai également hâte de participer aux sessions avec des conseillers en carrière qui vont nous aider à travailler sur nos perspectives professionnelles après Sciences Po.

Justement, quels sont vos projets pour la suite ?

Je vais reprendre mes activités au sein de mon mouvement Proud to be us Laos, avec des outils et une meilleure compréhension des droits de l’homme et de la sociologie politique. Je vais essayer d’obtenir auprès du gouvernement un statut légal pour mon organisation. Ce qui ferait de Proud to be us la première organisation civile au Laos en contact étroit avec la communauté LGBTI. J’aimerais beaucoup voir Proud to be us devenir un think tank qui viendrait aider le gouvernement à sensibiliser ces populations parmi les plus à risques.

En savoir plus

Sur les masters en un an à Sciences Po

Sur les offres de formation et les actions à destination des étudiants d’origine étrangère à Sciences Po

Abonnez-vous à notre newsletter

Concours juridiques : un palmarès brillant

Concours juridiques : un palmarès brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 53 % au concours 2017 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 170 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours,  90 ont été admis. Neuf d’entre eux, dont la major, figurent dans les dix premiers du classement.

Lire la suite
Les économistes se mobilisent pour la zone euro

Les économistes se mobilisent pour la zone euro

Alors que l’Europe connaît une embellie économique après une longue période de stagnation, 14 éminents économistes appellent les gouvernements européens à mettre en place de nouvelles règles économiques pour la zone euro dans un rapport publié aujourd'hui. Philippe Martin, enseignant-chercheur au Département d’économie de Sciences Po, est l’un d’entre eux. Il explique pourquoi il est urgent de réformer.

Lire la suite
Et si vous étudiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2017 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Une nouvelle histoire débute pour Sciences Po. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site de l’Artillerie, acquis fin 2016, vient d’être révélée : le projet sera emmené par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite
“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

“Les peuples arabes n’ont pas dit leur dernier mot”

Syrie, Égypte, Libye, Yémen… Après avoir connu, en 2011, un élan  démocratique sans précédent, ces pays subissent aujourd’hui un retournement glaçant avec une répression féroce et des guerres meurtrières. Dans son dernier ouvrage « Généraux, gangsters et jihadistes. Histoire de la contre-révolution arabe » (La Découverte), Jean-Pierre Filiu, historien à Sciences Po, s’emploie à décrire la fragilité de régimes autoritaires trop souvent présentés comme un “moindre mal”.

Lire la suite
Projet Artillerie : premières impressions

Projet Artillerie : premières impressions

Sciences Po dévoilait jeudi 11 janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022, date de ses 150 ans. Premières impressions de nos étudiants, partenaires, alumni et invités lors de l'événement organisé sur place à cette occasion. 

Lire la suite
Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ?

Qui possède les médias ? Pas facile de répondre à cette question tant l’actionnariat des médias d’information se caractérise par sa complexité et son manque de transparence. Dans une étude récente, Julia Cagé, Assistant Professor au Département d’économie et chercheuse affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po, tente de retracer qui détient nos radios, télés et médias de presse écrite et en ligne, en France et en Espagne.

Lire la suite
Tout savoir sur l'insertion professionnelle de nos diplômés

Tout savoir sur l'insertion professionnelle de nos diplômés

D’après notre dernière enquête d’insertion professionnelle portant sur la promotion 2015, nos diplômés s’insèrent toujours aussi aisément sur le marché du travail. 91% de ceux qui ont choisi d’entrer dans la vie active ont ainsi un emploi un an après leur diplôme. A 71%, ils travaillent dans le privé et, à 35%, hors de France. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

Lire la suite
Qui est entré à Sciences Po en 2017 ?

Qui est entré à Sciences Po en 2017 ?

Avec près de 17 000 candidats au total, le bilan des admissions 2017 confirme l’attractivité de Sciences Po, notamment auprès des candidats internationaux qui sont de plus en plus nombreux. Beau succès aussi pour nos masters, avec une hausse de 6 % pour les candidats à nos sept Écoles de second cycle.

Lire la suite