Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

PV, AG, notes… un pouvoir étudiant très “formaliste”

Mai 68 a été un événement prolixe sur le plan documentaire et Sciences Po (IEP-FNSP) n’a pas dérogé à la règle, bien au contraire. À l’habitus bureaucratique d’une administration qui consigne au jour le jour les événements, produit des chronologies et des notes, échange de la correspondance, a répondu assez paradoxalement une “administration” du pouvoir étudiant, caractérisée par la culture de l’écrit, un professionnalisme légaliste, voire un formalisme juridique – comme en témoignent les nombreux PV rédigés à l’occasion de chaque élection, de chaque vote de motions, de chaque assemblée générale, ainsi que les nombreuses notes élaborées par chaque commission thématique. Ce travail “administratif” n’a pas été exclusif de la production d’autres documents plus attendus : affiches, tracts, journaux et brochures.

Enseignants et chercheurs, témoins et acteurs des événements

Les enseignants de l’Institut d’études politiques (IEP) ont également été les témoins et les acteurs plus ou moins impliqués des événements : leur nombre (449) et leur statut de « vacataires » expliquent que leurs échanges se soient tenus à distance, sous forme de correspondance et soient ainsi parvenus jusqu’à nous. A contrario, les chercheurs des laboratoires de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), présents quotidiennement et collectivement au 27, rue Saint-Guillaume, ont laissé peu de traces écrites, en dépit de leur mobilisation inédite que seuls des entretiens nous permettent de reconstituer.

Mai 68 à Sciences Po vu d’ailleurs

L’État est remarquablement absent de la séquence mai-juin et n’entre en scène épistolairement qu’au début de l’été, lorsque s’ouvrent les négociations sur la révision du statut de Sciences Po. Enfin, le regard extérieur porté sur la révolution à Sciences Po est ici imparfaitement restitué par la mise à disposition de coupures de presse relatant les événements.

Retour en images sur Sciences Po occupée

Contrairement aux écrits (correspondance, PV, notes, tracts) foisonnants et bien archivés, les affiches et les banderoles ont été fort peu conservées. Par défaut, des photographies (rares également) donnent à voir, en noir et blanc ou en couleur, la scène sur laquelle se déroulent les événements : la rue Saint-Guillaume barrée d’une banderole « Sc.Po. dit non à la dictature gaulliste » et habillée d’affiches ; la Péniche, grand hall de circulation et de rassemblement et épicentre de l’occupation, recouverte d’affiches, tendue de banderoles et envahie de nombreux stands ; l’amphi Boutmy qui résonne des discours des AG a laissé de rares images ; quelques clichés témoignent du débordement de l’occupation étudiante dans les escaliers, les couloirs et salles de conférence du 27. Les documents que nous proposons ici sont donc variés par leur typologie en dépit de biais liés aux hasards et aux choix de conservation – on y trouve plus de textes que d’images, plus d’écrits de format administratif que d’affiches et de journaux.

Ça s’est passé en 68 à Sciences Po” se déploiera en plusieurs épisodes qui proposent des zooms sur les thèmes dominants et sur les principaux acteurs des événements. Durant les mois de mai et juin seront mis en ligne des dossiers documentaires portant sur :

  • La bataille des examens
  • L’occupation de Sciences Po
  • Le pouvoir étudiant
  • L’attaque d’Occident et l’extrême droite à Sciences Po
  • Le mai de l’administration et de la direction
  • Le mai des professeurs et des chercheurs
  • La cogestion
  • Les libertés politiques et syndicales
  • Le contenu idéologique de l’enseignement
  • Après 1968, nouveaux statuts, nouveaux pouvoirs

Dossiers documentaires réalisés par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po.

* Pour reprendre les termes et la proposition formulée par Emmanuelle Loyer dans son ouvrage, Mai 68 dans le texte, Paris, Éditions Complexe, 2008, republié chez Flammarion en 2018 sous le titre L’événement 68. Retour aux sources.

En savoir plus

  • Les événements de 68 dans les archives de la Mission Archives de Sciences Po : chaque dossier est introduit par une présentation générale du contexte et de la thématique, et propose une sélection de documents bruts conservés à la Mission Archives de Sciences Po. La présentation des documents eux-mêmes se limite au strict minimum, compris dans la légende où figurent la date (entre crochets si la datation est incertaine), les auteurs s’ils sont connus, les sigles développés si nécessaire, la cotation et la source ; les coupes sont indiquées entre crochets ; certains noms ont pu être floutés pour préserver l’anonymat. La sélection opérée sur la masse documentaire disponible, les opérations de coupes et de floutage sont par essence insatisfaisantes et discutables. Nous invitons donc les lecteurs à prolonger ce retour aux sources par une consultation des archives à présent librement consultables… Rendez-vous à la mission.archives@sciencespo.fr
  • La Mission Archives de Sciences Po conserve également le fonds Ulysse Bellier constitué de dix entretiens et témoignages sur Mai 68 à Sciences Po, recueillis en 2016 et 2017 par Ulysse Bellier, étudiant de Sciences Po, à l’occasion de la rédaction d’un article paru dans le journal étudiant La Péniche.
  • D’autres témoignages réunis dans le fonds Des sources orales pour l’histoire de Sciences Po évoquent les événements de 1968.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

L’occupation de Sciences Po

L’occupation de Sciences Po

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Deuxième épisode de “Ça s’est passé…” : le 14 mai 1968, certains étudiants de Sciences Po décident d’occuper leur école et la rebaptisent “Institut Lénine”.

Lire la suite
Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po, université la plus internationale de France

Sciences Po à la 17e place mondiale et à la première place en France pour sa part d’étudiants internationaux, c’est le résultat du classement “International Student Table” 2018 de Times Higher Education qui vient distinguer les 200 universités les plus internationales dans le monde.

Lire la suite
La bataille des examens

La bataille des examens

En mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 survenus dans ses murs. Photos, témoignages, archives… L’ambition de cette série d’articles est de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et de comprendre la parole de 68 autant que son contenu. Premier épisode : 11 mai 1968, les étudiants de Sciences Po entrent dans le mouvement en refusant de passer les épreuves de langue du diplôme.

Lire la suite
Qui est satisfait d’Emmanuel Macron ?

Qui est satisfait d’Emmanuel Macron ?

Par Luc Rouban (Cevipof). L’élection présidentielle de 2017 a provoqué un choc important dans le paysage politique français, du moins sur l’organisation de l’offre partisane et sur le positionnement stratégique du PS comme des Républicains ou même du FN. Son impact auprès des électeurs est plus difficile à évaluer car plusieurs registres se superposent et brouillent la perception que l’on peut avoir des changements en cours.

Lire la suite
Grandir dans un bidonville

Grandir dans un bidonville

Que deviennent les enfants qui ont grandi dans l’un des bidonvilles français d’après-guerre ? Sociologue de terrain, Margot Delon a consacré sa thèse à cette question en retraçant les trajectoires d’enfants de bidonvilles et de cités de transit à Nanterre et à Champigny-sur-Marne. Croisant entretiens et observations ethnographiques avec l’analyse de bases statistiques, de fonds d’archives et de blogs sur la mémoire de ces vécus, sa thèse a été couronnée par le Prix de la recherche Caritas - Institut de France.

Lire la suite
Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Réussissez le Bac avec Sciences Po !

Vous révisez le Bac ? Sciences Po vous accompagne dans la dernière ligne droite avec “Sciences Po passe le Bac”. Des tutoriels en vidéo dans lesquels les profs de Sciences Po planchent sur un sujet et donnent leurs conseils pour le traiter. Quel plan ? Quelles notions-clés ? Que faire des documents ? Quel piège à éviter ? De quoi se préparer à l’épreuve avec méthode, précision, et clarté.

Lire la suite
Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Junior Consulting, l’asso qui fait carrière

Fondée en 1980, l’association Junior Consulting de Sciences Po est une des premières junior entreprises créées en France. Véritable cabinet de conseil étudiant, Junior Consulting propose aux étudiants des missions dans les conditions du réel. Ou comment acquérir de l’expérience tout en arrondissant ses fins de mois. Rencontre avec les étudiants-consultats de l’association.

Lire la suite

"J'aimerais retourner en Afghanistan et travailler dans l'éducation"

Depuis le lancement de “Welcome Refugees” en 2016, 80 étudiants réfugiés et demandeurs d’asile ont été accompagnés par Sciences Po. Ce programme permet à des étudiants réfugiés de trouver leur voie, que ce soit au sein d’une formation à Sciences Po ou d’autres établissements. Mohammad Ewaz, en première année au campus du Havre, est passé par ce dispositif avant de rejoindre le Collège universitaire. Interview vidéo.

Lire la suite