Ça s'est passé en 68 à Sciences Po

Tout au long des mois de mai et juin, Sciences Po dévoile des documents inédits sur les événements de mai 68 dans ses murs. Photos, témoignages vidéos, documents d’archives… L’ambition est de "donner à lire mai 68 par quelques-unes de ses archives, de ces “traces écrites”"*. – de revenir aux sources, de redonner la parole aux acteurs, de saisir l’événement sur le vif et dans sa contemporanéité. La mise à disposition de ces témoignages donne ainsi à voir la rhétorique et le style, les mots, les sigles et les slogans, le graphisme et la typographie de la parole de 68 autant que son contenu, permet d’en restituer la fraîcheur et le sérieux, la familiarité et l’étrangeté, les clichés et l’inédit, voire la "beauté".

PV, AG, notes… un pouvoir étudiant très “formaliste”

Mai 68 a été un événement prolixe sur le plan documentaire et Sciences Po (IEP-FNSP) n’a pas dérogé à la règle, bien au contraire. À l’habitus bureaucratique d’une administration qui consigne au jour le jour les événements, produit des chronologies et des notes, échange de la correspondance, a répondu assez paradoxalement une “administration” du pouvoir étudiant, caractérisée par la culture de l’écrit, un professionnalisme légaliste, voire un formalisme juridique – comme en témoignent les nombreux PV rédigés à l’occasion de chaque élection, de chaque vote de motions, de chaque assemblée générale, ainsi que les nombreuses notes élaborées par chaque commission thématique. Ce travail “administratif” n’a pas été exclusif de la production d’autres documents plus attendus : affiches, tracts, journaux et brochures.

Enseignants et chercheurs, témoins et acteurs des événements

Les enseignants de l’Institut d’études politiques (IEP) ont également été les témoins et les acteurs plus ou moins impliqués des événements : leur nombre (449) et leur statut de « vacataires » expliquent que leurs échanges se soient tenus à distance, sous forme de correspondance et soient ainsi parvenus jusqu’à nous. A contrario, les chercheurs des laboratoires de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), présents quotidiennement et collectivement au 27, rue Saint-Guillaume, ont laissé peu de traces écrites, en dépit de leur mobilisation inédite que seuls des entretiens nous permettent de reconstituer.

Mai 68 à Sciences Po vu d’ailleurs

L’État est remarquablement absent de la séquence mai-juin et n’entre en scène épistolairement qu’au début de l’été, lorsque s’ouvrent les négociations sur la révision du statut de Sciences Po. Enfin, le regard extérieur porté sur la révolution à Sciences Po est ici imparfaitement restitué par la mise à disposition de coupures de presse relatant les événements.

Retour en images sur Sciences Po occupée

Contrairement aux écrits (correspondance, PV, notes, tracts) foisonnants et bien archivés, les affiches et les banderoles ont été fort peu conservées. Par défaut, des photographies (rares également) donnent à voir, en noir et blanc ou en couleur, la scène sur laquelle se déroulent les événements : la rue Saint-Guillaume barrée d’une banderole « Sc.Po. dit non à la dictature gaulliste » et habillée d’affiches ; la Péniche, grand hall de circulation et de rassemblement et épicentre de l’occupation, recouverte d’affiches, tendue de banderoles et envahie de nombreux stands ; l’amphi Boutmy qui résonne des discours des AG a laissé de rares images ; quelques clichés témoignent du débordement de l’occupation étudiante dans les escaliers, les couloirs et salles de conférence du 27. Les documents que nous proposons ici sont donc variés par leur typologie en dépit de biais liés aux hasards et aux choix de conservation – on y trouve plus de textes que d’images, plus d’écrits de format administratif que d’affiches et de journaux.

Ça s’est passé en 68 à Sciences Po” se déploiera en plusieurs épisodes qui proposent des zooms sur les thèmes dominants et sur les principaux acteurs des événements. Durant les mois de mai et juin seront mis en ligne des dossiers documentaires portant sur :

Dossiers documentaires réalisés par Marjorie Ruffin, archiviste à la Mission Archives et Marie Scot, historienne au Centre d’histoire de Sciences Po.

* Pour reprendre les termes et la proposition formulée par Emmanuelle Loyer dans son ouvrage, Mai 68 dans le texte, Paris, Éditions Complexe, 2008, republié chez Flammarion en 2018 sous le titre L’événement 68. Retour aux sources.

En savoir plus

  • Les événements de 68 dans les archives de la Mission Archives de Sciences Po : chaque dossier est introduit par une présentation générale du contexte et de la thématique, et propose une sélection de documents bruts conservés à la Mission Archives de Sciences Po. La présentation des documents eux-mêmes se limite au strict minimum, compris dans la légende où figurent la date (entre crochets si la datation est incertaine), les auteurs s’ils sont connus, les sigles développés si nécessaire, la cotation et la source ; les coupes sont indiquées entre crochets ; certains noms ont pu être floutés pour préserver l’anonymat. La sélection opérée sur la masse documentaire disponible, les opérations de coupes et de floutage sont par essence insatisfaisantes et discutables. Nous invitons donc les lecteurs à prolonger ce retour aux sources par une consultation des archives à présent librement consultables… Rendez-vous à la mission.archives@sciencespo.fr
  • La Mission Archives de Sciences Po conserve également le fonds Ulysse Bellier constitué de dix entretiens et témoignages sur Mai 68 à Sciences Po, recueillis en 2016 et 2017 par Ulysse Bellier, étudiant de Sciences Po, à l’occasion de la rédaction d’un article paru dans le journal étudiant La Péniche.
  • D’autres témoignages réunis dans le fonds Des sources orales pour l’histoire de Sciences Po évoquent les événements de 1968.

Abonnez-vous à "Une semaine à Sciences Po", et recevez chaque vendredi le meilleur de Sciences Po

Abonnez-vous à Cogito, la lettre de la recherche à Sciences Po

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

“Faire une thèse, c’est faire un choix de vie”

Envie de faire une thèse en sociologie ? Discipline-phare enseignée dès le Collège universitaire, la sociologie est aussi l’un des piliers de la recherche à Sciences Po. Comment la pratique-t-on ? Comment trouver un sujet de thèse dans cette discipline ? Les conseils et réponses de Ettore Recchi, sociologue et directeur des études doctorales en sociologie. 

Lire la suite
“Guérir le capitalisme”

“Guérir le capitalisme”

Transition économique, transition sociétale, politique ou encore écologique... Et si tout cela était lié ? “Une société doit placer l’humain au coeur de son développement. Pour moi, c'est cela le vrai sens de "être libéral”", rappelle Marie-Laure Djelic. Chaque semaine, dans son cours “The Great Transition”, Marie-Laure Djelic invite les étudiants de Sciences Po à interroger les transformations du capitalisme. Avec un objectif : repenser notre modèle économique pour qu’il devienne plus humain et durable.

Lire la suite
“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

“Aider les femmes à réaliser leurs ambitions”

Se lancer dans l’entrepreneuriat, négocier son salaire, accéder à des responsabilités… Comment aider les femmes à atteindre des postes de leadership ? Mieux comprendre les freins auxquels les femmes sont confrontées et mener des actions pour les lever, c’est l’objectif de la nouvelle “Chaire pour l’entrepreneuriat des femmes” lancée par Sciences Po. Interview avec Anne Boring, chercheuse spécialisée dans l’analyse des inégalités femmes-hommes dans le monde du travail et responsable de la Chaire.

Lire la suite
Le bilan très lourd de la politique migratoire

Le bilan très lourd de la politique migratoire

L’Europe est devenue aujourd’hui la première destination mondiale de l’immigration en termes de flux. Face au drame qui se joue chaque jour en Méditerranée, le continent devrait-il ouvrir plus largement ses frontières ? Si oui, à quelles conditions ? Chaque semaine, dans son cours “Migrations”, Catherine de Wenden analyse avec les étudiants les enjeux de la crise migratoire dans une perspective transversale et comparatiste. Replacer l’immigration dans son contexte historique, analyser les politiques d’accueil qui fonctionnent, rappeler qu’une frontière n’est pas que territoriale mais aussi culturelle... Ou comment apprendre aux étudiants à penser un enjeu contemporain aux solutions infiniment complexes.

Lire la suite
« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

« C’était pas du vrai humanitaire, mais ça m’a apporté plein de choses »

Par Alizée Delpierre (CSO). Une jeune Parisienne construisant un dispensaire dans une région désertique de l’Inde, un Danois à peine sorti du lycée forant un puits au fin fond du Ghana, un groupe d’Italiens tout sourires, posant pour l’objectif dans une rizière du Mékong… qui n’a pas été un jour confronté à l’idée de voyager en offrant ses services et son aide à l’autre bout du monde ?

Lire la suite

"Être libre de choisir sa propre vie"

Que signifie être libéral ? Dans son cours “Introduction à la pensée libérale”, le philosophe Gaspard Koenig explore les facettes d’une notion si familière qu’on en oublie l’histoire, la complexité et la profondeur. Car le libéralisme, c'est avant tout une “doctrine de l’individu”, dont les contours et le sens varient en fonction des cultures, des pays, et des courants de pensée. Un cours de philosophie, en sorte, bien plus que de politique.

Lire la suite
Les multiples trajectoires des printemps arabes

Les multiples trajectoires des printemps arabes

Printemps 2011. Le monde arabe est secoué par des mouvements contestataires. Rapidement, certains “Printemps” se transforment en cauchemars, d’autres donnent naissance à des régimes démocratiques, d’autres encore tournent court. Pourquoi des trajectoires si différentes ? Entretien avec Eberhard Kienle, directeur de recherche au CERI, ancien directeur de l’Institut français du Proche-Orient et auteur de “The Arab Uprisings. Transforming and Challenging State Power”.

Lire la suite

"Il faut oser et ne jamais hésiter"

“Il faut oser et ne jamais hésiter !”. Réaliser ses rêves et ne se mettre aucune barrière, c’est le message de Mathys Foreau, étudiant aveugle en deuxième année à Sciences Po et très impliqué dans son cursus comme dans la vie sportive et associative. Son objectif ? Devenir journaliste.

Lire la suite