"Rien ne me destinait à la diplomatie". Lakhdar Brahimi, Dr Honoris Causa

A 82 ans, Lakhdar Brahimi a reçu le 27 janvier 2016 le titre de Docteur Honoris Causa de Sciences Po, après une carrière hors-norme dans les relations internationales. Portrait d’un diplomate habile et réservé.

“Je n’ai jamais eu l’idée de faire cette carrière-là. C’est un enchaînement d’évènements qui a fait que je me suis trouvé dans la diplomatie. Sans m’y être préparé et sans avoir fait quoi que ce soit pour y être”, lâche d’emblée Lakhdar Brahimi. En 1954, ce jeune Algérien de 20 ans s'intéresse aux relations internationales sans vraiment s’y projeter. Il décide d’aller représenter le Front de Libération Nationale en Indonésie plutôt que d’errer dans les amphithéâtres et d’empiler les diplômes universitaires.

Le jeune homme vit alors les relations internationales de plein fouet au coeur du mouvement des pays non-alignés.  “Des grands moments de changement” qui l’inspirent toujours. “J’étais un peu atypique. Je portais des sandales, je n’avais pas de cravate. J’allais au café. J’étais plus proche des journalistes et des intellectuels.” se souvient l’ancien diplomate.

Ce fils de fonctionnaire ne s’imagine pas devenir envoyé spécial de l’ONU aux quatre coins de la planète pour apaiser les conflits les plus urgents. De l’Afrique du Sud à l’Irak en passant par l’Afghanistan, Haïti, le Zaïre ou la Syrie. Encore moins de fouler les mêmes couloirs que ceux qui forgent l’histoire de la seconde moitié du XXe siècle : Soekarno, Nehru, Tito, Nacer, Mandela, Carter, ou Annan. “Des expériences intéressantes”, glisse Lakhdar Brahimi, un sourire timide perché au coin de ses dents du bonheur.

“C’est un diplomate qui appartient à l’école de la réserve”

“C'est assez stupéfiant de l'entendre raconter comme n'importe quelle autre anecdote ses entretiens particuliers avec des monstres de l'histoire” se souvient Maud Koenig O’ Carroll, l’une de ses étudiantes de l’École des Affaires internationales de Sciences Po (PSIA) (eng.). “Il a le charme de s'attarder sur des petits détails que l'on penserait insignifiants mais qui donnent à l'histoire toute sa verve” poursuit la jeune fille. Lakhdar Brahimi conte ce passé très calmement. En prenant bien soin de brosser tout le contexte avant de glisser vers les souvenirs. Sans un mot de trop.

Très vite, ce sont les autres qui finissent par prendre toute la place dans le récit de ce jeune retraité de la diplomatie. Comme lorsqu’on demande à Lakhdar Brahimi de raconter sa première visite des Nations Unies en 1961 : “C’était énorme”, glisse sobrement celui qui deviendra Secrétaire général adjoint de l’ONU en 2004. L’ancien diplomate s’empresse alors de décrire le talent de Dag Hammarskjöld, Secrétaire général de l’institution à l’époque.

Impossible d’en savoir plus sur ce qui s’est passé dans sa tête alors qu’il se promenait pour la première fois dans cette tour de verre. “C’est un diplomate qui appartient à une école de la réserve et à une génération qui ne met pas en avant ses observations toutes les cinq minutes”, confie Ghassan Salamé, qui le connaît depuis plus de 30 ans.

“Il ne cherche pas le succès individuel”

“Il ne cherche pas le succès individuel. C’est un bon soldat de l’ONU et on a tendance à l’oublier” poursuit l’ancien ministre libanais. Un bon soldat capable de se démarquer au sein du jeu diplomatique par sa patience et son autorité morale selon Enrico Letta, directeur de l’École des Affaires internationales de Sciences Po (PSIA), où Lakhdar Brahimi enseigne depuis 2010. L’ancien premier ministre italien a rencontré le diplomate “au cœur du moment le plus atroce de la guerre en Syrie”, lors d’une réunion du G20 à Saint-Pétersbourg en 2013.

L’Algérien est alors envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, après la démission de son prédécesseur Kofi Annan. “Ce matin là il était imperturbable, alors que nous n’avions dormi que trois heures. Nous étions des fantômes.”  se souvient le haut dirigeant transalpin. “J’aurais bien voulu qu’ils ne me demandent pas de faire cette mission.” glisse Lakhdar Brahimi. “Mais quand on accepte de faire un travail comme celui-là, on n’y va pas parce que c’est facile et en se disant qu’on va être applaudi par le monde. On le fait parce qu’on doit le faire, c’est un devoir.”

Lorsqu’on lui demande de quelle mission il est le plus fier, l’octogénaire ne réfléchit pas longtemps : “Celle qui m’a procuré le plus de bonheur … et même la seule qui m’a procuré du bonheur, c’est l’Afrique du Sud en 1994”. Là où Nelson Mandela a triomphé au cours des premières élections libres et démocratiques du pays. “On avait affaire à des leaders d’un très très haut niveau. Mandela et De Klerk. C’est eux qui ont fait le boulot, ce n’est pas nous” précise l’ancien envoyé spécial. Une sortie de crise quasi idéale pour lui, où “ceux qui se sont entre-tués finissent par dire “non ça suffit, on va régler le problème”, et vous les aidez à le faire”.

Lakhdar Brahimi n’hésite pas à reprendre une formule du général De Gaulle pour parler de ces Nations Unies qu’il connaît presque par coeur : “Un machin, qui appartient à ses membres”. Un machin dont ils peuvent faire le pire comme le meilleur, et dont le diplomate a analysé les failles en 2000 dans un rapport qui porte son nom.

A 82 ans, celui qui a commencé la diplomatie en sandales a fini par s’en éloigner, tout en continuant à enseigner, et à donner des conférences.“Le meilleur médicament pour la vieillesse c’est le travail” sourit Lakhdar Brahimi.

Laura Wojcik

Lakhdar Brahimi enseigne un cours sur la résolution des conflits au sein de l'Ecole des Affaires internationales de Sciences Po (eng.) depuis son inauguration en 2010, et y est Distinguished Professor of Practice.

L’argent des ménages, un objet politique

L’argent des ménages, un objet politique

États-Unis, 2008  : des panneaux “For Sale” poussent aux portes de milliers de pavillons, devenant le symbole du surendettement - quasi forcé - des ménages. Mais la crise des subprimes, aussi scandaleuse qu’elle soit, cache une vérité plus durable : celle des foyers qui s’endettent pour se soigner, des étudiants empruntant pour payer leurs études et dont la dette équivaut aujourd’hui à 75% du PIB états-unien. Si, en France, l’État-providence protège encore de tels phénomènes, il n’en reste pas moins que la question se pose. Désireux d’y répondre, les pouvoirs publics mettent en place de nouvelles politiques de l’argent. Quelles sont-elles et que nous disent-elles de l’État et de la société ? Analyse par Jeanne Lazarus, sociologue de l’argent, chargée de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations.

Lire la suite
Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

Stiglitz et Zelizer, docteurs honoris causa

La sociologue Viviana Zelizer et l'économiste Joseph Stiglitz se sont vus décerner le titre de docteur honoris causa de Sciences Po, au cours d'une émouvante cérémonie le mercredi 13 novembre 2019. Cette distinction récompense les deux chercheurs ; la première en tant que fondatrice de la sociologie économique et le second comme figure de la nouvelle économie keynésienne. Ces précieux apports à leurs disciplines respectives ont été soulignés lors des éloges prononcés par Jeanne Lazarus et Jean-Paul Fitoussi.

Lire la suite
En chantier

En chantier

A la rentrée 2021, Sciences Po verra le déménagement d’une partie de ses activités sur le site du 1, place Saint-Thomas d’Aquin à Paris : l’ancien hôtel de l'Artillerie aura achevé sa mue pour devenir le coeur du futur campus parisien. Mais, pour le moment, le lieu est le terrain de jeu des pelleteuses et des hommes de l’art. Notre photographe, Martin Argyroglo, s'est baladé sur le chantier.

Lire la suite
150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

150 étudiants de Sciences Po au Paris Peace Forum

Du 11 au 13 novembre 2019, se tient à Paris la deuxième édition du Paris Peace Forum. Initié par le président Emmanuel Macron et co-organisé par 8 membres fondateurs dont Sciences Po, ce forum réunit de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale. 30 chefs d’État et 150 étudiants de l’École des affaires internationales de Sciences Po (PSIA) ont répondu présents.

Lire la suite
Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

Quels financements publics pour les énergies renouvelables en France ?

En France et dans le monde, le développement des énergies renouvelables électriques s’est jusqu’à présent largement appuyé sur des mécanismes de soutien public. Ces mécanismes financent généralement la différence entre la rémunération de leur production sur le marché de l’électricité et le prix cible garanti par l’État au producteur renouvelable. Alors que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) vise à multiplier par trois les capacités de production éoliennes et photovoltaïques en dix ans et que, dans le même temps, les coûts de production de ces technologies sont amenés à baisser, quel besoin de financement public pour les énergies renouvelables électriques peut-on anticiper ?

Lire la suite
Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, l'économie contre les inégalités

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, séjourne ce semestre d'automne à Sciences Po, partageant à cette occasion ses travaux avec les étudiants et les chercheurs de l'établissement. L'économiste se livre ainsi sur son parcours et sa carrière, mais aussi sur ses inspirations, ses rapports à l'œuvre de Keynes et ses convictions pour de meilleures politiques publiques, luttant de manière efficace contre les inégalités.

Lire la suite

"Sciences Po, c'est le Harvard français"

La Mastercard Foundation, en partenariat avec Sciences Po, attribue des bourses qui permettent d’accompagner et de former des étudiants du continent africain talentueux et engagés. Témoignages d'étudiants bénéficiaires de ce dispositif.

Lire la suite
Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Make it Work : Sciences Po s'engage pour le climat

Suite à l’annonce de Frédéric Mion, en mars 2019, Sciences Po s’engage pour le climat à travers un ensemble d’initiatives éco-responsables regroupées sous le programme “Climate Action: Make it Work”. Programme événementiel dédié, audit des enseignements, plan d'action écoresponsable, consultations en ligne : toutes les communautés de Sciences Po sont invitées à devenir des acteurs engagés pour mener la transition écologique.

Lire la suite
Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Eric Vinson : “Le droit de croire ou de ne pas croire”

Destinée aux ministres du culte, aux cadres des communautés religieuses et aux professionnels travaillant autour du fait religieux et de la laïcité, “Emouna” est une formation unique dans le paysage universitaire français. Ce programme propose en effet à ses étudiants de découvrir l’environnement politique et institutionnel qui entoure les pratiques religieuses, la laïcité et les différentes religions. Le tout, dans une perspective interdisciplinaire et non-confessionnelle. Qu’est-ce qu’un programme laïque sur les religions ? Qu’y apprend-on ? Depuis 2018, Eric Vinson, spécialiste du fait religieux et de la laïcité, est le responsable pédagogique de cette formation. Il nous explique le sens d’Emouna.

Lire la suite
Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Nicolas Mathieu : “J’aime la littérature réaliste et cruelle”

Prix Goncourt 2018 pour son livre Leurs enfants après eux, qui prenait pour sujet la jeunesse désoeuvrée de l’est de la France, Nicolas Mathieu était l’invité de Sciences Po ce 23 octobre 2019. Abordant les sujets de ses inspirations littéraires, de la reproduction des élites ou encore de la politique, l’écrivain s’est prêté au jeu de l’interview vidéo.

Lire la suite