"Rien ne me destinait à la diplomatie". Lakhdar Brahimi, Dr Honoris Causa

A 82 ans, Lakhdar Brahimi a reçu le 27 janvier 2016 le titre de Docteur Honoris Causa de Sciences Po, après une carrière hors-norme dans les relations internationales. Portrait d’un diplomate habile et réservé.

“Je n’ai jamais eu l’idée de faire cette carrière-là. C’est un enchaînement d’évènements qui a fait que je me suis trouvé dans la diplomatie. Sans m’y être préparé et sans avoir fait quoi que ce soit pour y être”, lâche d’emblée Lakhdar Brahimi. En 1954, ce jeune Algérien de 20 ans s'intéresse aux relations internationales sans vraiment s’y projeter. Il décide d’aller représenter le Front de Libération Nationale en Indonésie plutôt que d’errer dans les amphithéâtres et d’empiler les diplômes universitaires.

Le jeune homme vit alors les relations internationales de plein fouet au coeur du mouvement des pays non-alignés.  “Des grands moments de changement” qui l’inspirent toujours. “J’étais un peu atypique. Je portais des sandales, je n’avais pas de cravate. J’allais au café. J’étais plus proche des journalistes et des intellectuels.” se souvient l’ancien diplomate.

Ce fils de fonctionnaire ne s’imagine pas devenir envoyé spécial de l’ONU aux quatre coins de la planète pour apaiser les conflits les plus urgents. De l’Afrique du Sud à l’Irak en passant par l’Afghanistan, Haïti, le Zaïre ou la Syrie. Encore moins de fouler les mêmes couloirs que ceux qui forgent l’histoire de la seconde moitié du XXe siècle : Soekarno, Nehru, Tito, Nacer, Mandela, Carter, ou Annan. “Des expériences intéressantes”, glisse Lakhdar Brahimi, un sourire timide perché au coin de ses dents du bonheur.

“C’est un diplomate qui appartient à l’école de la réserve”

“C'est assez stupéfiant de l'entendre raconter comme n'importe quelle autre anecdote ses entretiens particuliers avec des monstres de l'histoire” se souvient Maud Koenig O’ Carroll, l’une de ses étudiantes de l’École des Affaires internationales de Sciences Po (PSIA) (eng.). “Il a le charme de s'attarder sur des petits détails que l'on penserait insignifiants mais qui donnent à l'histoire toute sa verve” poursuit la jeune fille. Lakhdar Brahimi conte ce passé très calmement. En prenant bien soin de brosser tout le contexte avant de glisser vers les souvenirs. Sans un mot de trop.

Très vite, ce sont les autres qui finissent par prendre toute la place dans le récit de ce jeune retraité de la diplomatie. Comme lorsqu’on demande à Lakhdar Brahimi de raconter sa première visite des Nations Unies en 1961 : “C’était énorme”, glisse sobrement celui qui deviendra Secrétaire général adjoint de l’ONU en 2004. L’ancien diplomate s’empresse alors de décrire le talent de Dag Hammarskjöld, Secrétaire général de l’institution à l’époque.

Impossible d’en savoir plus sur ce qui s’est passé dans sa tête alors qu’il se promenait pour la première fois dans cette tour de verre. “C’est un diplomate qui appartient à une école de la réserve et à une génération qui ne met pas en avant ses observations toutes les cinq minutes”, confie Ghassan Salamé, qui le connaît depuis plus de 30 ans.

“Il ne cherche pas le succès individuel”

“Il ne cherche pas le succès individuel. C’est un bon soldat de l’ONU et on a tendance à l’oublier” poursuit l’ancien ministre libanais. Un bon soldat capable de se démarquer au sein du jeu diplomatique par sa patience et son autorité morale selon Enrico Letta, directeur de l’École des Affaires internationales de Sciences Po (PSIA), où Lakhdar Brahimi enseigne depuis 2010. L’ancien premier ministre italien a rencontré le diplomate “au cœur du moment le plus atroce de la guerre en Syrie”, lors d’une réunion du G20 à Saint-Pétersbourg en 2013.

L’Algérien est alors envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, après la démission de son prédécesseur Kofi Annan. “Ce matin là il était imperturbable, alors que nous n’avions dormi que trois heures. Nous étions des fantômes.”  se souvient le haut dirigeant transalpin. “J’aurais bien voulu qu’ils ne me demandent pas de faire cette mission.” glisse Lakhdar Brahimi. “Mais quand on accepte de faire un travail comme celui-là, on n’y va pas parce que c’est facile et en se disant qu’on va être applaudi par le monde. On le fait parce qu’on doit le faire, c’est un devoir.”

Lorsqu’on lui demande de quelle mission il est le plus fier, l’octogénaire ne réfléchit pas longtemps : “Celle qui m’a procuré le plus de bonheur … et même la seule qui m’a procuré du bonheur, c’est l’Afrique du Sud en 1994”. Là où Nelson Mandela a triomphé au cours des premières élections libres et démocratiques du pays. “On avait affaire à des leaders d’un très très haut niveau. Mandela et De Klerk. C’est eux qui ont fait le boulot, ce n’est pas nous” précise l’ancien envoyé spécial. Une sortie de crise quasi idéale pour lui, où “ceux qui se sont entre-tués finissent par dire “non ça suffit, on va régler le problème”, et vous les aidez à le faire”.

Lakhdar Brahimi n’hésite pas à reprendre une formule du général De Gaulle pour parler de ces Nations Unies qu’il connaît presque par coeur : “Un machin, qui appartient à ses membres”. Un machin dont ils peuvent faire le pire comme le meilleur, et dont le diplomate a analysé les failles en 2000 dans un rapport qui porte son nom.

A 82 ans, celui qui a commencé la diplomatie en sandales a fini par s’en éloigner, tout en continuant à enseigner, et à donner des conférences.“Le meilleur médicament pour la vieillesse c’est le travail” sourit Lakhdar Brahimi.

Laura Wojcik

Lakhdar Brahimi enseigne un cours sur la résolution des conflits au sein de l'Ecole des Affaires internationales de Sciences Po (eng.) depuis son inauguration en 2010, et y est Distinguished Professor of Practice.

De retour du pôle Sud

De retour du pôle Sud

Diplômé 2018, Matthieu Tordeur est le plus jeune aventurier membre de la Société des Explorateurs Français. Il revient d'une expédition en solitaire de 51 jours au pôle Sud. Un rêve d'enfant, qui se prolonge aujourd'hui avec la préparation d'un documentaire et d'un livre sur cette aventure.

Lire la suite
5 conseils avant les écrits

5 conseils avant les écrits

Samedi 23 et dimanche 24 février 2019, vous serez des milliers de candidats à plancher sur les épreuves écrites pour l’entrée en 1ère année à Sciences Po. C’est le moment d’avoir confiance en soi : voici quelques rappels utiles pour arriver sereins.

Lire la suite
Pesticides et santé : vers une nouvelle approche

Pesticides et santé : vers une nouvelle approche

La France reste aujourd’hui l’un des principaux utilisateurs mondiaux de pesticides à usage agricole. De nombreuses populations humaines sont exposées à ces produits par définition dangereux : travailleurs des champs, riverains des cultures, consommateurs de fruits et de légumes. Les conséquences sanitaires de ces expositions demeurent mal connues. Le recours à la science de l’épidémiologie pourrait-il permettre une meilleure évaluation ?

Lire la suite
Qui est entré à Sciences Po en 2018 ?

Qui est entré à Sciences Po en 2018 ?

Pour la première fois en 2018, le nombre de candidats à l’entrée à Sciences Po a dépassé la barre des 20 000. En hausse de 16 %, les candidatures placent l’attractivité à un niveau inégalé, notamment au niveau master où la réforme de la procédure d’entrée française a engendré un pic de candidatures supplémentaires. Cet afflux de candidatures va de pair avec une sélectivité en hausse : le taux d’admis global passe de 24 % en 2017 à 21 % en 2018.

Lire la suite

"En Guyane, la moitié de la population a moins de 25 ans"

Élu député de la 2ème circonscription de Guyane en 2017 sous la bannière LREM, Lénaïck Adam est l’un des benjamins de l’Assemblée nationale. C’est aussi un de nos alumni, diplômé d’un master Finance et stratégie, et entré à Sciences Po par la procédure Conventions éducation prioritaire. Découvrez son témoignage en vidéo.

Lire la suite
À quoi sert l’éloquence ?

À quoi sert l’éloquence ?

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse l’a annoncé : le « grand oral » fera partie des quatre épreuves finales du bac en 2021. Maîtriser l’éloquence pour séduire un public et le convaincre constitue-t-il réellement un facteur d’inclusion sociale et professionnelle ? Ce mardi 5 février 2019, Sciences Po accueillait pour en débattre Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Bertrand Périer, avocat et professeur d’art oratoire à Sciences Po, Agathe Chapalain, étudiante à Sciences Po et présidente de l’Association pour le Développement des Arts de l’Oralité, et Cyril Delhay, conseiller pour les arts oratoires du Centre d’écriture et de rhétorique de Sciences Po. Retour en vidéo sur les idées phares développées lors du débat.

Débat organisé avec le groupe ESS des alumni de Sciences Po.

Lire la suite
Kamel Daoud, premier écrivain en résidence à Sciences Po

Kamel Daoud, premier écrivain en résidence à Sciences Po


L'écrivain Kamel Daoud sera le premier écrivain titulaire de la nouvelle chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po. Rattachée au Centre d’écriture et de rhétorique, cette initiative inédite dans le paysage universitaire français vise à renforcer l'expression créative des étudiants et leur permettre de développer une réflexion critique et originale.

Lire la suite
Entretien avec Jacques Semelin sur son livre “La survie des juifs en France”

Entretien avec Jacques Semelin sur son livre “La survie des juifs en France”

Internationalement reconnu pour ses travaux sur les génocides et plus généralement sur les violences de masse, Jacques Semelin, directeur de recherche CNRS au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), publie La survie des juifs en France (1940-1944) aux éditions du CNRS, ainsi qu’en anglais chez Hurst et Oxford University Press, et en allemand chez Wallstein. Dans cet ouvrage, il livre les résultats d’une enquête inédite sur les raisons pour lesquelles 75% des juifs de France ont échappé à la mort durant l’occupation nazie.

Lire la suite
Redonner vie à Raqqa

Redonner vie à Raqqa

Lamis Al Jasem, étudiante à Sciences Po, est née en Syrie, à Raqqa, ville tristement célèbre pour avoir été la “capitale” syrienne de l’État islamique de 2014 à 2017. Lasse de ne voir dans les médias que des images de destruction de sa ville natale, Lamis a décidé de montrer sa ville telle qu’elle était autrefois. Dans le cadre de son master en Droits de l'homme et action humanitaire, elle a lancé "See My Raqqa", un projet sur les réseaux sociaux qui permet de partager des photographies de la ville syrienne avant sa destruction. Lamis nous raconte son projet. 

Lire la suite