“J’ai encore besoin de m’entraîner”

A la fois joueur de badminton professionnel et étudiant à Sciences Po dans le programme Sportifs de haut niveau, Brice Leverdez se prépare intensément pour les Jeux Olympiques de Rio. Âgé de 30 ans, il a déjà remporté huit titres de champion de France et gagné douze tournois internationaux. À un mois du coup d'envoi des JO 2016, nous l’avons rencontré.

Quand avez-vous commencé à jouer au badminton ?

Brice Leverdez : J’ai commencé à 12 ans. Auparavant, j’avais fait sept ans de judo : mon père était entraîneur dans un club et j’ai noué ma première ceinture blanche dès l’âge de 5 ans. Je me débrouillais bien...mais je ne supportais pas de perdre [rires]. J’ai été blessé à la clavicule pendant un entraînement, c’est pour cela que j’ai décidé de changer de sport. Ma soeur s’était inscrite dans un club de badminton en septembre et arrêtait en cours d’année : j’ai repris sa licence et j’ai commencé le badminton. Ensuite je suis vite devenu le meilleur de mon club. A 14 ans, j’ai intégré le CREPS [centre régional] de Châtenay-Malabry puis à ma majorité j’ai été sélectionné à l’INSEP [centre national], après avoir remporté une médaille de bronze aux championnats d’Europe en double hommes.

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre le programme pour sportifs de haut niveau proposé par Sciences Po ?

B. L. : C’est la renommée de Sciences Po qui m’a attiré. J’avais arrêté les études depuis quelques années, je souhaitais reprendre une formation qui me faisait vraiment envie. Je sentais que cette formation pouvait m’apprendre des choses et je ne suis pas déçu ! J’aurais pu entamer une formation à l’INSEP ou dans une autre école avec des aménagements horaires, mais je suis convaincu que Sciences Po était la meilleure option pour moi. Mes professeurs réussissent à être à la fois très intelligents et très terre-à-terre avec leurs élèves, je n’avais jamais ressenti une telle relation prof-étudiant avant.

Comment faites-vous pour concilier entraînements et études ?

B. L. : En ce moment ça n’est pas très simple parce que l’entraînement me demande beaucoup d’énergie et que j’ai récemment lancé ma propre entreprise de vente de vêtements. Mais j’ai pu m’arranger avec mes professeurs à Sciences Po pour réduire la cadence de mes cours et ainsi pouvoir lancer ma marque tout en continuant mes entraînements quotidiens.

Avez-vous remarqué des points communs entre la préparation d’examens universitaires et la préparation sportive ? Est-ce qu’il y a des liens entre ces deux parcours ou ce sont deux trajectoires que vous menez en parallèle ?

B. L. : C’est un peu pareil pour tout : qu’on veuille réussir un examen ou une compétition sportive, il faut s’entraîner ; et plus on s’entraîne mieux on réussit ! Il faut aussi savoir bien réagir à la pression. A Sciences Po on se retrouve face à des questions sur une feuille, il faut réussir à y répondre en utilisant le plan qu’on a appris sans trop nous éloigner du sujet. En sport c’est pareil : on a un plan tactique pour un match et on essaie de s’y tenir. Mais si cette technique ne fonctionne pas contre le joueur adverse, il faut qu’on sache trouver une autre tactique sans nous éloigner de notre but.

Vous venez de rentrer de deux déplacements sportifs en Indonésie et en Australie. Comment se sont passés vos tournois ? Vous sentez-vous prêt à participer aux Jeux Olympiques ?

B. L. : J’ai encore besoin du mois qu’il me reste pour m’entraîner intensivement. Dans mes récents tournois il y a eu du bon et du moins bon. Lors du premier tournoi, j’avais un bon niveau de jeu, mais j’ai perdu face à un adversaire meilleur que moi. En revanche,  je suis passé à côté du match du second tournoi. Maintenant il faut que je comprenne pourquoi, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Avez-vous un petit rituel pré-match ou des chaussettes porte-bonheur les jours de tournoi ?

B. L. : Non je n’ai pas de chaussettes porte-bonheur [rires]. Par contre j’ai toujours un petit nounours dans mon sac de badminton quand je joue. Il me fait penser à ma famille, c’était mon père qui me l’avait offert.

Quels sont vos projets à plus long terme, après votre carrière de sportif ?

B. L. : Ce que je voudrais c’est réussir à construire un projet qui marche. Si ma marque de vêtement “décolle”, ça sera très bien. Dans un futur plus proche, j’espère continuer mes études à Sciences Po pour développer mes compétences et apprendre plus de choses sur l’univers professionnel. Je trouve que c’est un très bon "mix" d’avoir lancé ma propre marque en parallèle de mes cours à Sciences Po, car les deux entrent en corrélation.

Liens utiles

“Retrouver le goût du partage démocratique”

“Retrouver le goût du partage démocratique”

Professeur à Sciences Po et ancien directeur du Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof), Pascal Perrineau a été nommé le 17 janvier 2019 parmi les 5 garants du grand débat national. Comment envisage-t-il le débat ? Quels seront ses objectifs ? Réponse en vidéo.

Lire la suite
Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Livres : pourquoi Internet n'a pas tué le papier

Par Dominique Boullier, Mariannig Le Béchec et Maxime Crépel. Les livres qui s’entassent dans votre bibliothèque sont-ils encore vivants ? Pourquoi les garder s’ils ne le sont plus ? Pourquoi l’attachement au livre imprimé ne se dément-il pas à l’heure du livre numérique ?

Lire la suite
“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

“L’enquête révèle un paradoxe au sein de la société française”

Depuis 10 ans, le Baromètre de la confiance politique du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) mesure les niveaux de confiance accordés par les Français à leurs acteurs politiques, sociaux et économiques. Il révèle aussi les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle : famille, voisins... et mesure les perceptions de l’avenir par les Français. À l’occasion de la parution de la 10e vague, entretien avec Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po.

Lire la suite
Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Et si vous étudiiez à Sciences Po cet été ?

Vous êtes lycéen ou étudiant ? Vous souhaitez étudier les sciences humaines et sociales à Sciences Po le temps d'un été ? Les candidatures pour l’édition 2019 de la Summer School sont ouvertes, avec deux programmes distincts, l'un pour les étudiants, l'autre pour les lycéens. Voici ce qu’il faut savoir avant de déposer sa candidature.

Lire la suite
Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Italie : les clés de la popularité de Matteo Salvini

Par Michele Di Donato, Centre d'histoire de Sciences Po - En apparence spontanée et souvent même grossière, la communication de Matteo Salvini est coordonnée soigneusement et s'appuie sur un outil informatique très efficace. Il faut toutefois se garder de la tentation d’attribuer seulement à ces techniques la réussite de la communication de la Ligue. En effet depuis la crise de 2008, les partis qui proposent une distinction entre un « peuple » homogène et des « élites » corrompues, ont le vent en poupe un peu partout dans le monde.

Lire la suite
Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

Concours juridiques : un palmarès 2018 brillant

L’École de droit de Sciences Po confirme son excellent positionnement dans la préparation aux concours juridiques avec un taux de réussite de 45 % au concours 2018 de l’École Nationale de la Magistrature (ENM). Parmi les 180 étudiants de la classe préparatoire ayant présenté le concours, 79 ont été admis. Huit d’entre eux figurent dans les dix premiers du classement, et vingt parmi les trente premiers.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
Le migrant est l’avenir du monde

Le migrant est l’avenir du monde

Par Bertrand Badie (CERI). Le débat sur la migration est stupéfiant et pourtant il dure, s’enlise et même s’encastre dans l’ordinaire de notre culture politique contemporaine. Il paralyse l’Europe qui en parle tout le temps, mais n’en délibère jamais. Il envahit les propagandes partisanes et s’impose comme une sorte de friandise électorale dont se délectent les populistes de tous poils, de droite et maintenant d’une certaine gauche. Il tétanise les gouvernements qui craignent que le respect de la vérité ou qu’un sursaut d’humanisme ne leur vaillent une chute dans les sondages.

Lire la suite
L’espionne qui venait de Sciences Po

L’espionne qui venait de Sciences Po

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

Lire la suite
Artillerie : découvrez notre futur campus !

Artillerie : découvrez notre futur campus !

Sciences Po a dévoilé en janvier 2018 le projet architectural qui va redessiner le site de l'Artillerie, acquis en 2016, et plus largement recomposer son campus parisien à l'horizon 2022. L’équipe qui a été choisie pour redessiner le site sera emmenée par Sogelym Dixence, avec les architectes Jean-Michel Wilmotte, Moreau-Kusunoki et Sasaki. Au delà du défi architectural - transformer en campus universitaire durable et innovant un ancien noviciat fondé au XVIIè siècle - c’est pour Sciences Po une véritable refondation, 150 ans après sa création.

Lire la suite