Publication : “Turning back the clock : beliefs in gender norms during lockdown”

Publication : “Turning back the clock : beliefs in gender norms during lockdown”

  • Dessin homme et femme pendant le confinementDessin homme et femme pendant le confinement

Dans un article intitulé « Turning back the clock: beliefs in gender norms during lockdown » (document de travail), Anne Boring et Gloria Moroni présentent une enquête menée sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes en France visant à mesurer l’impact du confinement sur les croyances liées aux normes de genre. Les résultats de l’enquête montrent que le confinement s’est accompagné d’un accroissement des croyances en des normes de genre traditionnelles. En effet, pendant le confinement, les hommes ayant de jeunes enfants ont été plus nombreux à augmenter leurs croyances en des normes de genre moins égalitaires. Les résultats de l’analyse sont en cohérence avec l'hypothèse du « virage conservateur » (conservative shift hypothesis), selon laquelle une augmentation des incertitudes, notamment économiques, accroît le soutien à des idées conservatrices. En effet, les auteures ont constaté que les hommes appartenant à des ménages à plus faible revenu ou ayant un faible niveau d'éducation (moins d'une licence) étaient plus susceptibles de changer leurs croyances en faveur de normes de genre moins égalitaires. Dans l'ensemble, ces résultats suggèrent qu'il n'y a pas d'effet de cliquet pour les croyances dans les normes de genre : les individus peuvent revenir à des croyances plus traditionnelles, par exemple lorsqu'ils perdent la possibilité d'externaliser les tâches domestiques ou lorsque la stabilité économique diminue. Ces résultats ont des implications importantes en termes de politiques publiques. Premièrement, les restrictions imposées par les gouvernements qui obligent les familles à rester à la maison (comme lors du premier confinement en France) peuvent conduire à un renforcement des croyances en des normes de genre moins égalitaires. Deuxièmement, étant donné que les individus confrontés à des incertitudes économiques sont plus susceptibles de se tourner vers des croyances de normes de genre inégalitaires, l’augmentation du soutien à l’égalité de genre pourrait passer par la réduction des incertitudes et inégalités économiques.

Corrélation entre les normes d'égalité des sexes et les taux d'emploi maternel, pays de l'OCDE

Ce graphique montre l’existence d’une corrélation négative entre le pourcentage d’individus qui croient en des normes de genre inégalitaires et le pourcentage de mères qui travaillent tout en ayant des enfants en bas âge. Évolution des croyances en matière de normes de genre en France, entre 1990 et 2020

Graphique 3, Boring & Moroni (2021)

Note: Ce graphique montre l’existence d’une corrélation négative entre le pourcentage d’individus qui croient en des normes de genre inégalitaires et le pourcentage de mères qui travaillent tout en ayant des enfants en bas âge.

Évolution des croyances en matière de normes de genre en France, entre 1990 et 2020

ce graphique montre une diminution entre 1990 et 2018 de la part des individus qui, en France, disent être d’accord avec des normes de genre inégalitaires, suivi d’une augmentation pendant la période de confinement.
Graphique 4, Boring & Moroni (2021)

Note: ce graphique montre une diminution entre 1990 et 2018 de la part des individus qui, en France, disent être d’accord avec des normes de genre inégalitaires, suivi d’une augmentation pendant la période de confinement.  

Lire l’article (EN) de The Economist qui mentionne ce travail de recherche

Tags :
Retour en haut de page