Master en transformation digitale dans le secteur public et les administrations

Personne avec technologie futuriste ©GaudiLab/Shutterstock

Créé sous l’appellation “spécialité Digital, nouvelles technologies et politiques publiques”, ce master en 2 ans dispensé uniquement en langue anglaise sous l’appellation “Digital, New Technology and Public Policy” est accessible après l’obtention d’une licence. Cette spécialité en transformation numérique permet de se former aux nouveaux enjeux de la conception et de la mise en oeuvre des politiques publiques, prenant en compte les impacts des mutations numériques de notre société.

Description et objectifs visés de la formation sur la transition numérique des services publiques

La spécialité “Digital, nouvelles technologies et politiques publiques” de l'École d’affaires publiques peut être choisie dans le cadre de deux Masters : le Master politiques publiques et le Master affaires européennes.

Ces deux Masters offrent des enseignements de tronc commun qui permettent d'acquérir des connaissances approfondies, transverses et comparatives dans le domaine des affaires publiques mêlant les approches économiques, juridiques, éthiques, historiques, politiques, managériales et numériques.

Le Master politiques publiques apporte des connaissances fondamentales sur les enjeux de gouvernance dans nos sociétés ainsi qu’en évaluation des politiques publiques, en économie publique, en management et gestion de projet.

Le Master affaires européennes met l’accent sur l’étude des institutions européennes et leur fonctionnement, sur les questions de régulation ou encore les enjeux économiques et politiques de l’intégration européenne.

La spécialité “Digital, nouvelles technologies et politiques publiques” permet d’appréhender l'impact économique, social, juridique, politique et éthique des nouvelles technologies, comme l’intelligence artificielle par exemple, dans la transformation de l’action publique. Elle permet aux étudiants d'acquérir de nouvelles compétences et savoir-faire fondamentaux pour comprendre et utiliser la transformation numérique au service du bien commun, que ce soit dans le secteur public, privé ou associatif, au niveau local, national, européen ou international.

> Lire la fiche complète de la formation en transition numérique des administrations

> En savoir plus sur les formations de l'École d'affaires publiques.

Description du programme spécialisé en transformation digitale dans le secteur public

Master 1 - Spécialité Digital, nouvelles technologies et politiques publiques

En première année de Master, les étudiants suivent les enseignements fondamentaux spécifiques à la spécialité “Digital, nouvelles technologies et politiques publiques”, en anglais (Décoder les biais de l'intelligence artificielle, Gouvernance numérique et innovante, Les nouvelles technologies d'un point de vue juridique, L'économie des plateformes : Microéconomie et macroéconomie des marchés numériques), complétés par des enseignements de tronc commun en français ou anglais (Économie publique, Droit européen, Gouvernance, démocratie et politiques publiques, Analyse et Évaluation des Politiques Publiques, Management, gestion de projet et négociations ou Incubateur de politiques publiques). Enfin, en plus des enseignements de la formation académique commune et des cours de langue, ils choisissent des cours parmi un grand nombre d’enseignements électifs et ont accès à des cours optionnels.

Master 2 - Spécialité Digital, nouvelles technologies et politiques publiques

En seconde année, les étudiants approfondissent leurs connaissances à travers les enseignements Données et algorithmes pour les politiques publiques et Réglementation et économie numérique (en anglais). Ils travaillent aussi sur une étude de cas qui, en les immergeant dans une situation complexe, leur permet d’appréhender de l’intérieur les différentes étapes de la mise en œuvre d’une politique publique. Ces enseignements sont complétés par les cours de la formation académique commune, les cours électifs proposés par l'École, et les cours de langue.

S’ils souhaitent préparer les concours administratifs ou européens, ils ont en outre la possibilité de suivre des cours optionnels dédiés (droit public, culture générale, questions internationales etc.) Durant leur dernier semestre de formation (semestre 4), enfin, les étudiants ont la possibilité d’appliquer leurs compétences et d’acquérir de l'expérience professionnelle en effectuant un stage, d’effectuer un travail de recherche en rédigeant un mémoire ou bien d’opter pour une expérience à l’étranger en réalisant un échange dans une université partenaire.

Les étudiants ont également la possibilité d’effectuer leur seconde année de master en alternance.

> Consulter les maquettes pédagogiques des Masters spécialité Digital, nouvelles technologies et politiques publiques.

Enseignements spécifiques liés au management de la transformation numérique de l’action publique

  • Décoder les biais de l'intelligence artificielle (en anglais) : Le cours invite les étudiants à explorer les questions de discrimination dans l'IA et à étudier comment et pourquoi les données publiques et les algorithmes de pointe, loin d'être neutres et objectifs, peuvent intrinsèquement produire de la discrimination envers certaines populations. À l'inverse, les étudiants utiliseront également des techniques d'apprentissage automatique pour extraire de grands ensembles de données et tenter de caractériser les préjugés systématiques de race ou de genre.
  • Gouvernance numérique et innovante (en anglais) : Ce cours a pour but de préparer les étudiants à aborder les principales questions liées à la transformation numérique du secteur public, avec une perspective internationale. Il permet de comprendre comment les technologies numériques peuvent aider à concevoir des politiques innovantes, comment les gouvernements peuvent entreprendre au mieux cette démarche, tout en faisant face aux contraintes et aux risques qui y sont liés.
  • Les nouvelles technologies d'un point de vue juridique (en anglais) : Les évolutions liées aux nouvelles technologies bouleversent tous les secteurs économiques ainsi que la vie sociale et politique. Cette transition (ou révolution) numérique actuelle, qui constitue une transformation socio-économique majeure, a des implications sur le système juridique ou, plutôt, sur les différents systèmes juridiques puisque tous les droits nationaux doivent appréhender cette évolution. Allons-nous vers une véritable "révolution juridique" ou l'évolution en cours est-elle une simple adaptation de la règle de droit, exclusive de toute transformation en profondeur ?
  • L'économie des plateformes : Microéconomie et macroéconomie des marchés numériques (en anglais) : L'objectif de ce cours est d'analyser l'économie des marchés numériques (principales caractéristiques économiques des marchés numériques, stratégies des entreprises sur ces marchés, défaillances potentielles du marché, opportunité et manière dont les autorités publiques devraient intervenir, répercussions de l'économie de plateforme sur le développement économique). Il recouvre les notions théoriques et empiriques nécessaires en économie, et des études de cas sont analysées en classe. 
  • Données et algorithmes pour les politiques publiques (en anglais) : Les données et les algorithmes sont de plus en plus utilisés par les acteurs publics pour concevoir et mettre en œuvre des politiques publiques. L'attribution des greffes de cœur, le calcul des impôts et la mise en relation des écoles et des élèves sont quelques exemples de processus administratifs médiés par des algorithmes. Mais ces instruments, aussi puissants soient-ils, présentent une série de défis pour les individus et la société. Le cours permet d’analyser comment les données et les algorithmes influencent les politiques publiques (de la conception à la mise en œuvre et à l'évaluation), comment mesurer leurs impacts et comment atténuer les risques en responsabilisant ces systèmes dans leur conception même.
  • Réglementation et économie numérique (en anglais) : Comme " les logiciels mangent le monde", les nations veulent que leurs règles et leurs valeurs s'appliquent également à l'économie numérique. Mais les approches réglementaires classiques sont fortement remises en question, en raison de l'évolution rapide de l'innovation et de l'empreinte mondiale des acteurs de l'internet. À l'inverse, les outils numériques peuvent favoriser l'auto-organisation et réduire le besoin de réglementation. Le cours explore les nouvelles formes et les nouveaux domaines d'interventions publiques pour réguler l'économie numérique, en se concentrant sur les approches réglementaires basées sur l'économie.

> En savoir plus sur les enseignements de la mention transformation digitale en master

Les débouchés professionnels après un Master en transformation digitale dans le secteur public

Les profils capables d’appréhender et de comprendre  en profondeur à la fois les politiques publiques et les enjeux du numérique sont encore assez rares. C’est pourquoi les diplômés de la spécialité Digital, nouvelles technologies et politiques publiques sont particulièrement recherchés, aussi bien dans le secteur public que privé.

Les diplômés seront amenés à conduire et gérer la transformation numérique des organismes publics, à l'échelle locale, nationale et internationale , ainsi qu’auprès des différentes autorités de régulation (ex. Commission européenne).
Leurs compétences sont également très recherchées dans les différents  secteurs  confrontés aujourd'hui à la révolution des données, de l'e-santé à la cybersécurité.

Par ailleurs, la carrière peut être poursuivie dans le secteur privé (entreprises de technologie, start-ups, etc.), les cabinets de conseil en stratégie travaillant à l'interface de la transformation numérique des politiques publiques, et dans le secteur non lucratif, au sein de think tanks, d'ONG ou autres organisations professionnelles.

Les admissions au Master après une licence

Le programme spécialisé en management de la transformation numérique de l'École d’affaires publiques de Sciences Po est accessible aux étudiants en poursuite d'études ou pouvant justifier d’une validation des acquis de l’expérience (VAE).

Pour postuler à cette spécialité, il n’est pas obligatoire d’être titulaire du Bachelor de Sciences Po, d’avoir suivi une licence spécialisée en transition numérique ou en sciences politiques.

Aucun pré requis technique n’est obligatoire pour candidater à cette spécialité, un certain nombre de cours permettront aux étudiants de développer des compétences pratiques, notamment autour de l’usage des données. 

L'École d'affaires publiques s'adresse à des candidats aux origines géographiques, académiques ou professionnelles variées, pour former les nouveaux acteurs du bien commun en Europe et de par le monde.

Pour en savoir plus, télécharger notre brochure d’information.

> Plus d’informations sur l’admission en Master à Sciences Po.

Effectuer votre formation spécialisée en transformation digitale à Paris, France

Le Master en transformation digital des administrations s’effectue au coeur du quartier de Saint-Germain-des-Prés, dans le 7e arrondissement de Paris, au sein des différents bâtiments de l'École d’affaires publiques de Sciences Po.

Le campus parisien se situe à proximité de nombreux monuments et des grandes institutions de la République. Sa position idéale vous permettra de profiter pleinement du dynamisme qu’offre la métropole, de son environnement international et de ses richesses culturelles.

Retour en haut de page