Food in the Lives of Paris and Chicago Residents

Coline Ferrant
PhD Defense - 17th December 2020
  • Image alexat25 (via Shutterstock)Image alexat25 (via Shutterstock)

Essays on Food in the Lives of Paris and Chicago Residents

PhD Defense (Doctorate in Sociology)

Coline Ferrant

International Dual Degree Sciences Po & Northwestern University

Thursday, December 17 2020, 16:00pm (Paris 7e or via Zoom)

Jury: Talja BLOKLAND (Humboldt University), Philippe CARDON (Université de Lille - CeRIES), Gary FINE (PhD Adviser, Northwestern University), Robert LAUNAY (Northwestern University), Marco OBERTI (PhD Adviser, Sciences Po - OSC), Michael RODRIGUEZ-MUNIZ (Northwestern University).

Coline Ferrant (OSC)The dissertation’s topic is the creation of quotidian judgements and practices related to food, amid the enduring social and spatial stratification of everyday life. The sites are two large and diverse cities: Paris and Chicago. The method is ethnographic and contextual.

The first chapter documents the dietary tastes and culinary practices of first- and second-generation immigrants in Paris and Chicago. They share a taste for freshness and naturalness, craft quotidian culinary practices qualified as simple, and appreciate commonalities and singularities between the various cuisines they have known. Theoretically, they recraft their judgement of the good quotidian diet as simple cooking using fresh produce.

In the second chapter we study food access and acquisition in mixed neighborhoods in Paris. First- and second-generation immigrants perceive the metropolis as a rich and diverse food environment, endow mobility with self-efficacy, and craft metropolis-wide acquisition practices. Natives perceive their neighborhood as a food-deficient environment, construct proximity as a moral value, and craft neighborhood-centric acquisition practices.

Chapter 3 inquires into stale bread disposal practices in two French urban contexts: cités and villes. In cités, most residents toss stale bread in the garbage, others hang it in plastic bags on railings, and others litter it. In villes, all residents toss bread in the garbage. This is explained by differences in urbanity – specifically, three characteristics of cités: unused spaces (called edge spaces), a sentiment of communal pessimism, and a binary opposition of communality vs. estrangement in perceptions of spaces, uses of spaces, and interactions.

The Global Visa Cost Divide: How and Why the Price for Travel Permits Varies Worldwide

Emanuel Deutschmann (University of Göttingen)
OSC Scientific Seminar - Friday, 11th December 2020
  • Image Maxx-Studio (via Shutterstock)Image Maxx-Studio (via Shutterstock)

OSC Scientific Seminar 2020-2021

Friday, 11th December 2020, 11:30 am / 1 pm (Zoom videoconference)

The Global Visa Cost Divide:
How and why the price for Travel Permits Varies Worldwide

Emanuel Deutschmann

Senior Lecturer, University of Göttingen

Discussant: Miguel Centeno (Princeton University)

This event is part of the MiDi - Migration and Diversity initiative (Sciences Po - La Soufflerie)

This presentation is based on a paper writen with Ettore Recchi (Sciences Po - OSC & European University Institute, Florence), Lorenzo Gabrielli (Istituto di Scienza e Tecnologie dell’Informazione, Consiglio Nazionale delle Ricerche, Pise) and Nodira Khomatova (EUI, Florence), currently under review. 

Emanuel DeutschmannVisas are an important means for countries to regulate the potential access of non-nationals to their territory. Past datasets and quantitative research on visas have focused on visa waivers, ignoring the fact that visas, where demanded, can vary greatly by cost.

This work presents a novel dataset based on a manual collection of visa costs for travel between a global set of country pairs in seven different categories (tourist, work, student, family reunification, business, transit, and other).

Our analyses reveal a strong global visa cost divide that exposes the injustice in the right to travel for people located in different areas of the world. Whereas Europeans usually hardly have to work at all for travel permits, visa costs often amount to several weeks of mean income in Sub-Saharan Africa and South Asia. The result is a fundamentally paradoxical situation: The richer a country, the less its citizens pay for visas to go abroad (both in absolute terms and relative to their income). Poisson pseudo-maximum likelihood regression analyses reveal that a variety of factors influence the costs of visas between countries: reciprocal treatment, processing costs, historical-cultural ties, geographic proximity and regional, religious, economic, and political discrimination. This confirms the important role of visa costs as a tool for states to control population movements and simultaneously position themselves in international relations.

Registration is mandatory to join the ZOOM meeting (and receive the paper)

  • TO FIND OUT MORE

- Website of the Global Mobility Project with the dataset on visa costs that is used in  thepaper: https://migrationpolicycentre.eu/projects/global-mobilities-project/#dataset

- Emmanuel's webpage: https://www.emanueldeutschmann.net/

Halting SARS-CoV-2 by Targeting High-Contact Individuals

Gianluca Manzo
OSC Scientific Seminar Friday, 27th November 2020
  • Image Andrii Yalanskyi (via Shutterstock)Image Andrii Yalanskyi (via Shutterstock)

OSC Scientific Seminar 2020-2021

Friday, 27th November 2020, 11:30 am / 1 pm (Zoom videoconference)

Halting SARS-CoV-2 by Targeting High-Contact Individuals

Gianluca Manzo

Research Fellow, CNRS-GEMASS Sorbonne University

This presentation is based on a paper writen with Arnout van de Rijt (European University Institute, Florence) and published by the JASSS in October 2020

Most policy measures that are currently used or considered to contain the novel coronavirus SARS-CoV-2 are aimed at broad groups of citizens (children, elderly, contact professions) or categories of meeting places (schools, restaurants, airports). At the same time, a fair amount of evidence now suggests that the spread of many person-to-person viruses is driven by a small fraction of individuals, sometimes referred to as “super-spreaders”, who are responsible for the vast majority of secondary infections.  

Estimates of the over-dispersion parameter K — which, unlike population-level estimates of the basic reproductive number, R0, quantifies heterogeneity across individuals in their capacity to generate secondary cases, consistently suggest that between 10% and 20% of cases are responsible for between 80% and 90% of secondary infections. Individuals generating an unusually high number of secondary infections are thought to have played a pivotal role in SARS-CoV-2 outbreak in many countries. This suggests that if one could identify and protect super-spreaders, the virus may be controlled through focused interventions at lower overall cost.

We consider the possibility that the phenomenon of superspreading in SARS-CoV-2 has a network-structural basis. Some individuals may have jobs, living conditions, or social behavior that generate many more close-range contacts than others. Their status as “hubs” in the network of close-range contacts could render them disproportionately instrumental in viral propagation, as they are both more likely to contract the virus, and once they have it, pass it on to more others. In some cases, these high levels of contact derive from specific roles that these individuals play in an event, e.g., when a waitress or priest transmits a virus through serial dyadic contact. An appreciation of the network structure of close-range interactions within these events would suggest a targeted policy protecting high-contact individuals.

The objective of this paper is to assess the effectiveness of hub targeting versus undifferentiated interventions for controlling SARS-CoV-2 spread in networks with empirically calibrated frequencies of close-range contact. We draw on nationally representative datasets containing information on close-range contacts in various meeting locations and the duration of each contact. Studies have shown that the spreading capacity of seeding hubs may be reduced when networks exhibit high clustering. We also aim to assess whether the effectiveness of hub targeting vis-à-vis undifferentiated intervention on networks with empirically-calibrated degree is stable across different network features for which lack of appropriate data impedes calibration.

Methodology: From the survey data we derive degree distributions for close-range contact on a country scale. We then impose this empirical degree distribution on a synthetic social network with a tunable level of clustering. In this network, we introduce a virus with the main empirical features of SARS-CoV-2, and by an agent-based implementation of a SEIR model, we allow the virus to spread through the network under various transmission conditions. We have designed various ways of reaching the best-connected nodes, and calculate how the trajectory of the epidemic varies under these interventions. From our simulation model, we have derived the hypothesis that interventions — such as vaccinations, medical testing, quarantining-if-positive, protections in high-risk professions, and informational campaigns — would be more effective when targeting hubs rather than random individuals.

Registration is mandatory to join the ZOOM meeting

  • REFERENCED PAPER
Gianluca Manzoa and Arnout van de Rijtb, "Halting SARS-CoV-2 by Targeting High-Contact Individuals",
Journal of Artificial Societies and Social Simulation, vol. 23, n° 4, published 31-Oct-2020,  DOI: 10.18564/jasss.4435. 

« Être soi » à l'école primaire.

Circulation de l'idéal expressif dans le champ de l'innovation pédagogique
Soutenance de thèse - Amélia Legavre - 24 novembre 2020
  • Image Jyaire. Lecture en CP par les CM2 (via Flickr - CC BY 2.0)Image Jyaire. Lecture en CP par les CM2 (via Flickr - CC BY 2.0)

« Être soi » à l'école primaire. Circulation de l'idéal expressif dans le champ de l'innovation pédagogique.

Université de Paris. École doctorale Frontières de l'Innovation en Recherche et Éducation.

Soutenance de thèse le 24 novembre 2020 à 14h (en visioconférence).

Membres du jury : 
Anne Barrère, professeure des universités, Université de Paris (présidente)  
Héloïse Durler, professeure associée, Haute Ecole Pédagogique Vaud (examinatrice)  
Laurent Lescouarch, professeur des universités, Université de Caen Normandie (rapporteur)  
Éric Mangez, professeur, Université catholique de Louvain, (rapporteur)  
François Taddéi, titulaire de la chaire Université de Paris-Unesco Sciences de l’apprendre (directeur de thèse) 
Agnès van Zanten, directrice de recherche CNRS, OSC-Sciences Po (directrice de thèse).

La thèse s'intéresse aux modalités de circulation de l’« idéal expressif » dans le champ de l’innovation pédagogique. Ce registre promeut l’expression personnelle de l’élève, perçue comme le signe révélateur d’un développement de son intériorité (ses intérêts, ses sentiments, ses préférences). Pour ce faire, un « cadrage souple » de la relation pédagogique est privilégié, accordant davantage de marge de manœuvre à l’élève afin de personnaliser son environnement d’apprentissage (faire des choix, être écouté).

Une première partie de la thèse examine la circulation de l'idéal expressif, en ligne sur internet et lors de divers évènements dédiés à l’innovation pédagogique.
Nous constatons que l'expressivité à l'école est l'objet d'un plaidoyer convergeant de la part de multiples acteurs éducatifs affirmant la nécessaire évolution des modalités pédagogiques d'enseignement. L'expressivité se constitue ainsi en cadre ordinal du champ de l’innovation pédagogique, recouvrant des divergences entre acteurs.

Une seconde partie analyse la manière dont des enseignants traduisent cet idéal éducatif en pratiques de classe et en normes scolaires. Nous observons pour cela sept classes de troisième cycle mettant en place des activités expressives.
Il en ressort des variations que nous relions à des perceptions différentes du savoir ainsi qu'à des visions différentes des capacités enfantines de mobilisation, notamment influencées par le public d'élèves en présence.

Enfin, une dernière partie observe, par la combinaison d'entretiens et d'observations, la réception des activités expressives par les élèves de ces classes.
Les variations dans l’aisance des élèves au sein d’environnements pédagogiques valorisant des activités expressives et dans l’atteinte des visées associées à ces activités sont surtout perceptibles dans deux domaines : la compréhension des finalités et du fonctionnement des activités expressives proposées ; et la capacité de passer d’activités expressives à dominante libre et « plaisante » vers des activités davantage contraintes et tournées vers des objectifs prédéterminés. Ces deux éléments sont mis en valeur par l'observation de leur inégale répartition entre les élèves, et par celle des différentes stratégies mises en place en conséquence par les enseignants.

Housing tenure and educational opportunity in the Paris metropolitan area

Quentin Ramond & Marco Oberti
Housing Studies, November 2020
  • Le lycée Henri IV à Paris (image Mbzt, via Wikimedia. CC BY-SA 4.0)Le lycée Henri IV à Paris (image Mbzt, via Wikimedia. CC BY-SA 4.0)

Housing tenure and educational opportunity in the Paris metropolitan area

Quentin Ramond & Marco Oberti

Housing Studies, published online 12 novembre 2020
DOI: 10.1080/02673037.2020.1845304

Abstract and paper to download on Taylor & Francis portal

School segregation – that is, the unequal distribution of students from different racial,ethnic or socioeconomic background among schools – and the resulting educational inequalities are prominent concerns in policy and academic debates.
Research into the factors of school segregation tends to focus on households’ socioeconomic and cultural resources, but the role of housing tenure has been less discussed.
This paper examines the role of housing tenure (homeowner, private renter, public renter) in shaping educational opportunities at the level of middle school. We pay special attention to the middle classes because they may face complex trade-offs between housing and school decisions.

The paper addresses two questions. First, what are the relationships between housing tenure and the local school offer? Second, how do the middle classes navigate choices among housing tenure, place of residence, and schooling in a challenging housing context?

Ramond et Oberti, 2020The Paris Metropolitan Area (MA) is a crucial case for this study: housing prices have sharply increased over the last two decades, the large public housing stock is increasingly aimed at middle-income households, and the school landscape combines a highly differentiated public sector which access is regulated by catchment areas with a selective private sector which is not concerned by this rule.

The empirical section first explores the distribution of children across school contexts according to their socioeconomic background and their parents’ housing tenure. Then, we examine the arrangements that the middle
classes make among housing tenure, place of residence and the local school offering.
Finally, we discuss our results in light of the debate about the consequences of unprecedented housing affordability constraints in major metropolitan areas across the advanced economies, and conclude by identifying implications for public policies and future research.

We show that proximity to a high-quality school offer is not only linked to household resources, but also depends on their capacity to navigate in a stratified housing market. In the Paris MA, the middle classes experience difficulty in accessing homeownership, but they manage to find affordable housing opportunities in desired school areas by taking advantage of the development of intermediate public housing...
The paper also highlights the key role played by the French welfare state and its housin regime.

La place de la sexualité dans les relations préconjugales à Delhi

Jeanne Subtil
Séminaire scientifique de l'OSC, 13 novembre 2020, 11h30
  • Image MNStudio (via Shutterstock)Image MNStudio (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2020-2021

Ce séminaire est annulé et reporté à une date ultérieure.
Nous sommes désolés de ce contretemps.

La place de la sexualité dans les relations préconjugales à Delhi, Inde

Jeanne Subtil

Doctorante (Sciences Po - OSC)

Jeanne Subtil (OSC)

Cette présentation s’appuie sur un chapitre de thèse consacré à l’articulation entre la sexualité et les liens affectifs et conjugaux.
À partir d’entretiens biographiques menés auprès de 65 étudiantes et étudiants de trois institutions de l’éducation supérieure à Delhi, j’interroge la place que la sexualité occupe dans les relations hétérosexuelles et les rapports de genre qui les traversent.
J’accorde une attention particulière aux émotions, à la perception des partenaires et à la définition des frontières relationnelles qui en découle.
Un détour par la définition du sentiment amoureux et ses conditions d’existence est nécessaire étant donné que plutôt que la sexualité, c’est le sentiment amoureux, lui-même conditionné par la congruence entre les caractéristiques et les comportements des partenaires et les attentes genrées envers elles et eux, qui définit les modalités relationnelles - et par suite la place de la sexualité dans les relations. De fait, les récits amoureux ne font aucune place au désir sexuel, comme si l’un et l’autre étaient exclusifs. La place centrale de la sexualité dans les relations sans sentiments est précisément rendue possible par la distanciation affective des partenaires et son inscription dans une temporalité limitée, et elle est justifiée par l’impériosité du désir ou l’exploration sexuelle individuelle sur le court terme. L’activité sexuelle (ou son absence) dans les relations de couple, quant à elle, est un gage du sérieux de l’engagement et vient renforcer les liens affectifs après la mise en couple : la sexualité y tient ainsi un rôle doublement second. Si les liens affectifs et conjugaux définissent la place de la sexualité dans les relations hétérosexuelles, ces liens sont déterminés par des rôles et des attentes genrés quant aux comportements sexuels qui tendent à minimiser – voire à discréditer – le désir, a fortiori le désir féminin.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Concours chargé.e de recherche CNRS 2021

Soutien de l'OSC aux candidats
  • Image Celette (CC BY-SA 4.0)Image Celette (CC BY-SA 4.0)

Dans l'objectif de préparer et de présenter le concours chercheurs et chercheuses (CR) CNRS 2021 dont la campagne débutera le 3 décembre, les candidat.e.s peuvent obtenir le soutien de l'OSC.

L’Observatoire sociologique du changement (OSC) est un centre de recherche en sociologie de Sciences Po et du CNRS (sections 36, 40) rattaché au Département de sociologie de Sciences Po.
L’ OSC développe une recherche de pointe sur la stratification et les  inégalités sociales. Son programme de recherche poursuit 3 objectifs : mesurer et comparer l'évolution des inégalités sociales dans les sociétés contemporaines ; analyser les mécanismes des inégalités sociales à plusieurs niveaux ; contribuer à l’analyse des politiques publiques.
Les travaux des chercheurs et des chercheuses de l’OSC couvrent une diversité de domaines : le genre, l'origine, le milieu social, l'éducation, la ségrégation urbaine, la famille, le rôle de l'état et ses politiques sociales, les mobilités et les migrations, les pratiques culturelles, les usages du numérique, l'environnement, le marché du travail.
L’ancrage dans une sociologie empirique, l'ouverture interdisciplinaire, la rigueur théorique et méthodologique, le respect de l'autonomie des personnels académiques constituent les piliers de sa politique scientifique.
L'OSC se distingue par son engagement dans la formation à la recherche en poursuivant depuis sa création un même objectif  : former des sociologues de haut niveau, en phase avec les développements théoriques et méthodologiques les plus récents de la discipline.

Les demandes peuvent être adressées par courriel jusqu’au 27 novembre, accompagnées d’un C.V. et d’un descriptif du projet de recherche, à  la secrétaire générale Marie Ferrazzini et à la directrice de l’unité Mirna Safi.
Il est aussi possible de prendre rendez-vous au préalable avec Mirna Safi pour une présentation de l’environnement de recherche de l’OSC.

  • POUR EN SAVOIR PLUS

Page du concours sur le site du CNRS

Tags :

The Political Economy of Labour Market Liberalization in high-income countries:

Can We Still Talk About Varieties?
Federico Filetti. Séminaire de l'OSC, 6 novembre 2020
  • Image UncleFredDesign (via Shutterstock)Image UncleFredDesign (via Shutterstock)

OSC Scientific Seminar 2020-2021

Friday, 6st November 2020, 11:30 am / 1 pm (Zoom videoconference)

The Political Economy of Labour Market Liberalization in high-income countries:
Can We Still Talk About Varieties?

Federico Filetti

PhD Student, Sciences Po - OSC & LIEPP

Federico FilettiThis presentation is based on a paper writen with Emanuelle Ferragina. Our aim is to analyse the tension between the existence of specific Varieties of Labour Market Protection and the presence of common liberalization patterns across 21 high-income countries between 1990 and 2015.

On the one hand, literatures on Varieties of Capitalism and Worlds of Welfare identified country clusters (or regimes) resulting from different institutional configurations. On the other, widespread liberalization processes have put into question their inter-temporal resilience.

Kathleen Thelen bridged this tension theorising three liberalization trajectories across different institutional regimes. In this context, we empirically investigate whether Varieties of Capitalism and Worlds of Welfare are still accurate heuristic frameworks capturing specific country-patterns of labour market protection, and whether liberalization processes come into varieties.

We provide three contributions to the literature.
First, to move away from the increasingly unrealistic Average Production Worker-assumption, we measure the level of protection against labour market risks employing four categories of indicators: employment protection, unemployment protection, income maintenance and activation policies. We account also for the heterogeneity of the labour force considering separately the level of protection for typical and atypical workers.
Second, we test the existence of Varieties of Labour Market Protection and their over-time variation using Principal Component Analysis in order to empirically capture the intrinsic multidimensionality of labour market
protection.
Third, through the construction of a ‘liberalization score’, we precise and expand Thelen’s insights, measuring the trajectories and intensity of liberalization processes occurring in high-income countries over 25 years.

We find that both Varieties of Capitalism and Worlds of Welfare typologies are useful interpretative frameworks to understand labour market dynamics in 1990. However, under the liberalization processes Worlds of Welfare framework lost most of its explanatory capacity in 2015. Moreover, we confirm the trend towards greater liberalization and identify four country- trajectories: “the liberalizers”, “the dualizers”, “the flexecuritizers” and “the hybrids”.

Registration is mandatory to join the ZOOM meeting

Handicap, genre et précarité professionnelle

Parcours biographiques et réception de l’action publique
Nouveau projet de science participative
  • Image Photographee.eu (via Shutterstock)Image Photographee.eu (via Shutterstock)

Handicap, genre et précarité professionnelle : parcours biographiques et réception de l’action publique

Ce projet de recherche participatif est mené à l’OSC et au LIEPP sous la direction d’Anne Revillard en partenariat avec 6 associations du secteur du handicap :  Agefiph, APF-France handicap, Femmes pour le Dire Femmes pour Agir (FDFA), Fibromyalgie France, Groupement des intellectuels aveugles ou amblyopes (GIAA), LADAPT.
Mathéa Boudinet réalise sa thèse dans ce cadre.

Le projet permettra une meilleure connaissance des facteurs de précarisation professionnelle des femmes handicapées, et l’identification de pistes d’amélioration de l’action publique à partir de l’expertise expérientielle des personnes.
Il est cofinancé par la Fédération internationale de recherche appliquée sur le handicap (FIRAH) et l’Agefiph, pour la période 2020-2022.

L’éloignement vis-à-vis du marché du travail constitue une source essentielle de précarité socio-économique des personnes handicapées. Les ressorts de cette mise à distance sont complexes, incluant le défaut ou l’inadéquation de la formation, l’effet du handicap sur la capacité de travail, les freins environnementaux à la mobilité, les discriminations, le manque d’accompagnement vers et dans l’emploi, les aménagements insuffisants. Pour les femmes handicapées, cette marginalisation est redoublée par les effets du système de genre (socialisation différenciée, inégalités dans le travail domestique et parental, environnements professionnels sexistes…). La Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées identifie là un public spécifique victime de discriminations multiples.

Cette recherche vise un double objectif : une meilleure connaissance des facteurs de précarisation professionnelle des femmes handicapées, et l’identification de pistes d’amélioration de l’action publique à partir de l’expertise expérientielle des personnes. Le principal outil méthodologique du projet est la réalisation de 80 entretiens biographiques approfondis avec des personnes présentant des incapacités physiques ou visuelles (3/4 de femmes et 1/4 d’hommes) et ayant traversé des épisodes de précarité professionnelle.

L’originalité de ce projet est triple : par son approche de l’articulation entre handicap et précarité professionnelle à partir de méthodes mixtes, combinaison de méthodes quantitatives (identification de grands indicateurs, statistiques descriptives) et qualitatives (entretiens semi-directifs)  ; sur le plan du design de recherche qui relève d’une approche profondément compréhensive plaçant au premier plan de l’analyse l’expérience des personnes ;  et par la focale qu’il propose sur l’articulation entre genre et handicap dans l’analyse des situations de précarité professionnelle et de la réception de l’action publique. Une dimension encore rarement investiguée de façon systématique dans l’analyse des politiques du handicap, notamment en matière d’emploi en combinant les données de cadrage quantitatives issues de l’Enquête emploi et les entretiens biographiques.

Les résultats attendus sont susceptibles de donner lieu à des applications à court et moyen terme pour les personnes handicapées elles-mêmes (et en premier lieu les femmes), et pour les intervenants du secteur (associatifs, acteurs publics).

L’ouverture compréhensive de la démarche aidera à faire émerger le conditionnement de l’efficacité des politiques de l’emploi à celle de politiques menées dans d’autres domaines : par exemple, accessibilité de l’espace public et des transports, compensation de la parentalité, politiques de conciliation travail-famille.

Liens utiles

Faire face au Covid-19

Distanciation sociale, cohésion et inégalité dans la France de 2020
Séminaire du Département de sociologie - 23 octobre 2020
  • Image Sharomka (via Shutterstock)Image Sharomka (via Shutterstock)

Séminaire du département de sociologie de Sciences Po

Vendredi 23 octobre 2020

11:30 - 13:00, en vidéoconférence

Séminaire en anglais - The language used for this seminar will be English

L'inscription au séminaire est obligatoire pour recevoir le lien Zoom

Faire face au Covid-19
Distanciation sociale, cohésion, et inégalité dans la France de 2020

Ettore Recchi (Professeur des Universités), Mirna Safi (Associate Professor), Emanuele Ferragina (Associate Professor), Jen Schradie (Assistant Professor) et Katharina Tittel (Assistante de recherche)
Sciences Po - OSC

Le projet CoCo, Faire face au Covid-19. Distanciation sociale, cohésion et inégalité dans la France de 2020 a débuté le 1er avril, grâce à un appel à projet dédié de l'ANR. Il associe des chercheurs et ingénieurs de l'OSC et du CDSP. Dans une perspective d'étude des inégalités et de la cohésion sociale, les chercheurs ont interrogé, via 6 vagues d'enquête entre avril et octobre 2020, un échantillon représentatif de la population française : le panel ELIPSS.

Les chercheurs ont posé des questions récurrentes sur la santé, le moral des ménages, le contexte professionnel et familial, mais aussi des questions plus ponctuelles, notamment sur les mesures prises par les pouvoirs publics. La première d'enquête se situe en période de confinement, mis en place en France dès le 17 mars. A noter que la 6ème enquête menée en octobre est en phase avec la seconde vague de la pandémie. Des données plus anciennes ont aussi été utilisées pour mener des comparaisons longitudinales, le panel ELIPSS existant depuis 2012. 

Un autre volet de l'étude est basé sur des méthodes qualitatives, notamment des entretiens approfondis et des observations.

Ettore Recchi présentera les principaux enseignements sociologiques tirés des 5 premières vagues d'enquête auprès du panel ELIPSS et les perspectives à en tirer pour les mois à venir, qui seront encore soumis à la crise sanitaire. Les différences genrées, les nouvelles formes de travail et de socialité à distance, l'apparition de précarités ou d'exclusion, la place de la santé versus l'état de l'économie ou le sentiment d'inquiétude ou de bien-être seront examinés.

  • Pour en savoir plus

Page du projet CoCo, liste des premières publications et policy briefs (OSC)

Publication des données de l'enquête "Faire face au Covid-19"

Les réponses du Panel ELIPSS disponibles pour la recherche
  • Illustration d'après jim Art Studio (via Shutterstock)Illustration d'après jim Art Studio (via Shutterstock)

Le projet « Faire face au Covid-19 : distanciation sociale, cohésion et inégalité dans la France de 2020 » a débuté le 1er avril 2020. Il a bénéficié d'un financement de l'ANR. L'équipe de recherche coordonnée par Ettore Recchi, composée de chercheurs et d'ingénieurs a utilisé le Panel ELIPSS, géré depuis 2012 par le CDSP, pour évaluer les effets sociaux de l'épidémie de Covid-19 sous le prisme des inégalités sociales et de la cohésion.

Sont posées à chaque vague aux 1400 membres du panel, à la fois des questions récurrentes permettant un suivi longitudinal des répondants, et des questions plus thématiques. Elles portent sur les conditions de vie avant, pendant et après le confinement : santé physique et mentale, conditions de (télé)travail, partage des tâches domestiques, éducation des enfants, opinions sur les mesures politiques prises...

Les chercheurs de l'OSC ont par ailleurs complété ces données par des observations et des entretiens approfondis.

Après 5 vagues d'enquêtes réalisées au printemps, et juste avant une dernière à l'automne, les réponses des participants du panel sont progressivement mises à disposition des chercheurs en sciences sociales à des fins d'étude. Une démarche qui s'inscrit pleinement dans le mouvement de la science ouverte.

C'est par le biais de la plateforme Quetelet PROGEDO Diffusion que les chercheurs peuvent accéder à ces données documentées. Une exploration des métadonnées à la norme DDI est aussi proposée (en cours).

Les 6 vagues d'enquête seront progressivement mises en ligne, à partir de la mi-octobre 2020.

Disponible :
Vague 1 (avril 2020) - les français face aux mesures de confinement : santé, moral, gestion du temps, échanges sociaux, sorties.
Accéder à la fiche technique et à la commande des données

Données à venir :
Vague 2 (avril 2020) - éducation ; perspectives de déconfinement
Vague 3 (avril - mai 2020) - conditions de travail ; relations sociales
Vague 4 (mai 2020) - vie post-confinement ; grands sujets de société ; vie citoyenne
Vague 5 (mai 2020) - opinions sur les mesures politiques et sur la pandémie ; vision de l'avenir
Vague 6 (octobre 2020) - élaboration en cours.

 

The rising invisible majority

Emanuele Ferragina, Alessandro Arrigoni & Thees F. Spreckelsen
Review of International Political Economy
  • Image Pla2na (via Shutterstock)Image Pla2na (via Shutterstock)

The rising invisible majority
Bringing society back into international political economy

Review of International Political Economy

First published 30th July 2020
Read or download here the paper (Taylor & Francis Online)

The paper develops the concept of a rising invisible majority and explores the interconnections between the political economy context and the changing composition of European society.
The concept illustrates how the transition from the Fordist to the neoliberal phase of capitalism is leading to a similar – if differently paced – transformation of the social composition across Europe.
The material basis of the ‘invisibility’ manifests itself in a structural increase of unemployment, labour market precarization, and poverty.
‘Invisibility’ makes growing segments of the population less likely to participate in the institutions that regulate social life, while mainstream parties and trade unions no longer represent them adequately in the public arena. The authors suggest this trend will continue, and eventually concern a majority of the population, unless the neoliberal mechanisms of regulation are slowed or reversed.
Enriching Karl Polanyi’s double movement logic, the paper hypothesises the existence of feedback effects from this transformation of the social composition to the political economy context that could lead to countermovements.
The reasoning is systematised in an analytical framework, complemented with a historical analysis of the Italian case, and a quantitative measurement of the magnitude of this transformation across 14 European countries.

In conclusion, authors argue there are no classes or social groups but only a multitude of individuals with their own experiences. A part of the population is materially and socially marginalised by the regulatory mechanisms of the neoliberal phase of capitalism. This opens significant space for feedback effects and perhaps countermovements. These societal reactions could in the long-run potentially even unravel the present economic and political order.

The rising invisible majority is not a passive by-product of the shift to neoliberalism, nor is it a revolutionary social force. It is instead a holistic concept that helps us to bring society back into international political economy: narratively, conceptually and empirically.


Emanuele Ferragina is an Associate Professor of Sociology at Sciences Po - OSC & LIEPP, Paris.
Alessandro Arrigoni is an independent researcher.
Thees F. Spreckelsen is a Lecturer for Research Methods at the School of Social and Political Sciences at the University of Glasgow.

Tags :

Solidarité avec Fariba Adelkhah

  • Image Thomas Arrivé, Sciences PoImage Thomas Arrivé, Sciences Po

Fariba Adelkhah est prisonnière scientifique. Elle est détenue par la République islamique d'Iran depuis le 5 juin 2019. Une assignation à résidence a été prononcée le 5 octobre dernier.
Roland Marchal a été libéré le 20 mars 2020. 

Le Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI) propose un historique et une mise à jour régulière des informations sur Fariba Adelkhah. #FreeFariba

Tags :

Pragmatic citizenship: How school community councils make better citizens

Jake Garrett (University of Utah)
OSC Scientific Seminar - 16th October 2020
  • Image Joe Brusky (via Flickr ) - School Board Meeting, Milwaukee (CC BY-NC 2.0)Image Joe Brusky (via Flickr ) - School Board Meeting, Milwaukee (CC BY-NC 2.0)

OSC Scientific Seminar 2020-2021

Friday, 16th October 2020, 11:30 am / 1 pm (Zoom videoconference)

Pragmatic citizenship: How school community councils make better citizens

Jake Garrett

PhD Student Visiting, University of Utah

Jake GarrettScholars have long argued that political participation leads to civic capacity development. Yet few empirical studies examine how and the extent to which individual citizens are educated in distinct participatory contexts. Focusing on parent members of School Community Councils, this article fills the void by investigating the psychological and behavioral response to what has been repeatedly deemed the most likely participatory condition for civic education – active political decision making. Analyses of field observations, meeting minutes, and semi-structured interview data demonstrate that decision making experience does not simply lead to a stronger sense of political efficacy, as previous research might suggest. Rather, informal institutional distinctions must be made between hierarchical and distributed authority structures and between different degrees of decision making responsibility. Results show that active parent members experience few opportunities for civic capacity development when participating on decision-making councils with strong hierarchical authority structures. Alternatively, parent members participating on councils with distributed authority structures report feeling responsible for decisions and regularly experience psychological dissonance between their own desires and the consensus based decisions that are made on the council. Findings suggest that parent members who express dissonance regularly reconsider their own positions and take various actions (information gathering, strategic talking, meeting actions, speech withholding) as they seek to resolve dissonance. Dissonance serves as a motivational catalyst for experiential civic learning as parent members recognize differences among various interested parties and coordinate interests toward decision outcomes.

Registration is mandatory to join the ZOOM meeting

Le monde d'aujourd'hui

Les sciences sociales au temps de la Covid
Ouvrage collectif pluridisciplinaire
  • Images Presses de Sciences Po et Alonafoto (via Shutterstock)Images Presses de Sciences Po et Alonafoto (via Shutterstock)

Le monde d'aujourd'hui
Les sciences sociales au temps de la Covid

Sous la direction de Marc Lazar, Guillaume Plantin, Xavier Ragot

386 p., sortie 22 octobre 2020

Dès le déclenchement de ce « fait social total » que fut la pandémie de Covid-19, la communauté scientifique de Sciences Po s'est lancée dans des analyses collectives et interdisciplinaires pour tenter de comprendre sa signification.

Sidérant, impensable, incompréhensible, un événement-monde comme la pandémie de Covid-19, au moment où il se produit, prend autant de sens différents que d'acteurs chargés de le gérer et d'en parler : responsables politiques, scientifiques, médecins, médias, réseaux sociaux… Dans cette cacophonie interprétative, les sciences sociales sont d’une grande utilité. Dès le déclenchement de ce « fait social total », la communauté scientifique de Sciences Po s’est lancée dans des analyses collectives et interdisciplinaires pour tenter de comprendre sa signification. Il n’est pas seulement nécessaire d’éclairer les aspects éruptifs et disruptifs de telles crises, mais aussi de saisir ce qu’elles révèlent de nos sociétés et ce qu’elles leur font, alors que nous devons apprendre à exister avec le coronavirus, peut-être pour longtemps.

Contribution des chercheurs de l'Observatoire sociologique du changement :

Deuxième partie – La pandémie, la société et l'économie
Chapitre 5 – La France confinée. Anciennes et nouvelles inégalités
Mirna Safi, Philippe Coulangeon, Emanuele Ferragina, Olivier Godechot, Emily Helmeid, Stefan Pauly, Ettore Recchi, Nicolas Sauger, Jen Schradie, Katharina Tittel et Andrew Zola  
   La vie entre quatre murs
   Rester avec les siens et se couper du monde
   Une exposition inégale aux risques
   Tous confinés !
   Une expérience (inégalement) partagée
   Bibliographie

Ce chapitre repose sur une contribution collective de l’équipe impliquée dans la conception et l’analyse de l’enquête CoCo (OSC, CDSP). Il en expose les premiers résultats. Comment la société a-t-elle pu faire face à ce contexte brutal et inédit qu’est le confinement ? Quels ont été les déterminants les plus décisifs ayant modulé l’expérience quotidienne du confinement et quels furent les accélérateurs ou les  amortisseurs de la pression sociale et économique qu’il a déclenchée? Faire face a-t-il induit des transformations profondes de notre système social ou plutôt donné lieu à des ajustements locaux, de faible ampleur et réversibles à moyen ou long terme ? Le dispositif empirique permet de décrire et parfois d'évaluer de manière quasi-expérimentale les transformations qui se sont produites avec le confinement et en particulier les changements dans les pratiques sociales concrètes (vie familiale, travail, relations sociales, éducation, loisirs, etc.), dans des indicateurs subjectifs de bien-être, dans des indicateurs de santé physique ainsi que dans les attitudes politiques et les valeurs.

Chapitre 6 – La crise sanitaire et les inégalités entre les sexes en France
Anne Boring, Réjane Sénac, Marta Dominguez, Marie Mercat-Bruns et Hélène Périvier    

   Inégalités professionnelles et discriminations en temps de crise
   Inégalités et questionnement de la frontière public/privé
   Discours de valorisation des femmes en temps de crise
   Bibliographie 

Ce chapitre dresse un premier bilan de l'évolution des inégalités entre hommes et femmes en période de confinement. Ces inégalités ont pu ressortir renforcées ou atténuées ; la période a pu aussi se montrer propice pour renégocier le partage des tâches et partant les rôles de chacun dans la famille. Les données produites par une enquête menée par la Chaire pour l'entrepreunariat des femmes de Sciences Po et l'institut IPSOS ont permis de tester plusieurs hypothèses de travail. La pandémie constitue un moment charnière où les questions sur le coût de l'égalité peuvent rencontrer un écho car elles sont perçues et vécues concrètement par les ménages.   

Tags :

The Gender of Capital

Céline Bessière and Sibylle Gollac
OSC Scientific Seminar (with MaxPo & PRESAGE) - 9th October 2020
  • Book is published by Editions La Découverte (feb. 2020)Book is published by Editions La Découverte (feb. 2020)

 

OSC Scientific Seminar 2020-2021
joint with MaxPo and PRESAGE

Friday, 9th October 2020, 12:00 am / 1:30 pm (On-site or Zoom videoconference)

The Gender of Capital

Céline Bessière - Sibylle Gollac

IRISSO, Université Paris Dauphine - CRESPPA-CSU, Université Paris 8

Discussant: Hélène Périvier (Sciences Po, Presage - OFCE)

Le genre du capital (cover)We know that capitalism in the 21st century is synonymous with growing inequalities between social classes. What is less known is that the inequality of wealth between men and women is also increasing, despite formally equal rights and the belief that, by entering the labor market, women would have gained their autonomy.

To understand why, we have to look at what is happening in families, which accumulate and transmit economic capital in order to consolidate their social position from one generation to the next. Spouses, brothers and sisters, fathers and mothers do not occupy the same positions in family reproductive strategies, nor do they benefit from the same benefits.

The fruit of twenty years of research, this book shows that capital has a genre. Céline Bessière and Sibylle Gollac investigate the calculations, the divisions and the conflicts which take place at the time of marital separations and inheritances, with the assistance of the legal professions. From isolated mothers in the Yellow Vests movement to the divorce of Jeff and MacKenzie Bezos, the transmission of small businesses to the legacy of Johnny Hallyday, the mechanisms of control and distribution of capital vary according to social class, but always lead to dispossession women. This book thus analyzes how class society is reproduced thanks to the male appropriation of capital.

To learn more about the book (Recension, in French).

Registration is mandatory: Here to join the ZOOM meeting | Here for On-site (Lavau room, 98 rue de l'Université, Paris 7e

 

Reassessing class hierarchies in postindustrial societies

A criterion and construct validation of EGP and ESeC across 31 countries
Carlo Barone. Séminaire scientifique de l'OSC - 25 septembre 2020
  • Image Hyejin Kang (via Shutterstock)Image Hyejin Kang (via Shutterstock)

OSC Scientific Seminar 2020-2021

Friday, 25th September 2020, 11:30 a.m. / 1:00 p.m. (ZOOM Meeting)

Reassessing class hierarchies in postindustrial societies:
a criterion and construct validation of EGP and ESeC across 31 countries

Carlo Barone

Full Professor, Sciences Po - OSC & LIEPP

Carlo BaroneThe EGP class schema is the dominant approach to class analysis in sociological research and it is particularly used in comparative research on social mobility, educational and labor market inequalities. But does EGP measure class hierarchies equally well across countries displaying different levels of economic development and different institutional environments? Using the data of the European Working Conditions Survey, we carry out the first comparative criterion and construct validation of EGP and we contrast it with results for the ESeC schema.

This presentation is based on a paper written with Smallenbroek Oscar and Hertel Florian (European University Institute).

To learn more about EGP Class Schema.

L'inscription au séminaire est obligatoire pour recevoir le lien vers la vidéoconférence - Registration is mandatory to join the ZOOM meeting.

Mapping Symbolic Boundaries: Theoretical-Methodological Reflections

Vegard Jarness
Séminaire scientifique de l'OSC
  • Image d'après Vectorium (via Shutterstock)Image d'après Vectorium (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2020-2021

This session is unfortunately canceled

Mapping Symbolic Boundaries: Theoretical-Methodological Reflections

Vegard Jarness

Researcher at the Centre for the Study of Professions, Oslo Metropolitan University

Roberto Galbiati (OSC)This communication addresses a key methodological question in cultural sociology: what good are qualitative interviews for mapping people’s perceptions, thoughts, attitudes and actions? Zooming in on cultural stratification research – a field of research that has focused on whether and how cultural differences create and perpetuate divisions between social classes – I discuss limitations and possibilities of two fundamentally opposed theoretical-methodological stances: on the one hand, the stance informed by Bourdieu’s practice theory, primarily geared towards assessing ‘practical consciousness’, and, on the other, the stance informed by Lamont’s repertoire theory, primarily geared towards assessing ‘discursive consciousness’.

Aiming to establish a ‘third way’, I sketch out a synthetic theoretical-methodological approach to study cultural class divisions. Although acknowledging legitimate critiques of particular uses of qualitative interviews – in particular the problematic assumption that what people say directly mirrors what people do – I argue in favour of the continued relevance of such interviews, as it has the potential to illuminate aspects of cultural class divisions that are difficult to assess through other methods. Nevertheless, I will argue that much current uses of interviews – especially uses linked to the mapping of ‘symbolic boundaries’ – must be qualified in terms of which aspects of cultural class divisions this method can possibly shed light on. Discussing recent empirical studies, I specify legitimate and illegitimate uses of interviews to map symbolic boundaries, and I highlight particular interviewing techniques that may help paving the way for new directions in cultural stratification research.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Affiche de la séance (Flyer)

Les plateformes APB et PARCOURSUP au service de l'égalité des chances ?

Agnès van Zanten, Leïla Frouillou et Clément Pin
L'Année sociologique, août 2020
  • Image Khakimul Aleksandr (via Shutterstock)Image Khakimul Aleksandr (via Shutterstock)

Les plateformes APB et PARCOURSUP au service de l'égalité des chances ? L'évolution des procédures et des normes d'accès à l'enseignement supérieur en France

Agnès van Zanten, Leïla Frouillou et Clément Pin

L'Année sociologique, vol. 70, n° 2020/2, p. 337-363

Accès à l'article en ligne, sur le portail CAIRN

L'article s’intéresse à l’évolution des modes de régulation de l’accès des jeunes à l’enseignement supérieur en France en partant du postulat que ces modes relaient des conceptions spécifiques de l’ordre social (conservatrices ou progressistes) et de l’égalité (libérales ou sociales).

L’analyse porte sur les procédures et les normes associées aux deux plateformes numériques de gestion des candidatures qui se sont succédé ces dix dernières années, Admission Post-Bac (APB) et Parcoursup, en soulignant les éléments de continuité et de changement.

Il en ressort que ces plateformes ont en commun d’entretenir la stratification de l’enseignement supérieur français et son rôle dans la reproduction des inégalités tout en introduisant de nouvelles dimensions à tonalité plus marchande. Ces dimensions sont plus présentes dans la plateforme Parcoursup qui encourage explicitement les bacheliers à se comporter en sujets marchands et les universités à adopter les modes de recrutement des filières sélectives.

Les chercheurs ont exploité des observations et une vingtaine d'entretiens faits auprès de responsables en charge d'APB/Parcoursup et de 2 universités.

Agnès van Zanten est Directrice de recherche au CNRS, Sciences Po - OSC.

Leïla Frouillou est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Paris-Nanterre - Cresppa-GTM.

Clément Pin est enseignant-chercheur en sociologie et science politique, Université Paris 13 et Sciences Po - LIEPP.

L'école peut-elle sauver la démocratie ?

François Dubet et Marie Durut-Bellat
Editions du Seuil, août 2020
  • Crédits : Matthieu Riegler (CC BY), Ed. du Seuil et Cécile Duflo.Crédits : Matthieu Riegler (CC BY), Ed. du Seuil et Cécile Duflo.

L'école peut-elle sauver la démocratie ?

François Dubet et Marie Duru-Bellat

Editions du seuil, août 2020, 240 p., EAN 9782021459708

L'ouvrage tire un bilan nuancé du long processus de massification des systèmes scolaires engagé dans les années 60 et déplore la mise en place d'un "clivage scolaire". L’école devait être plus juste, moins inégalitaire, elle devait développer les compétences des élèves, favoriser la confiance et l’adhésion aux valeurs de la démocratie, soutenir la croissance économique.
L’école démocratique de masse a produit des bénéfices globaux - en particulier en matière de réduction de certaines inégalités d'accès - mais a aussi transformé le mode de production des inégalités en accentuant la compétition entre élèves, et les écarts de valeur entre les diplômes. Il en ressort des vainqueurs aux parcours brillants... et des vaincus, menacés de déclassement. Dans une société où les moins diplômés et les laissés-pour-compte s'éloignent des valeurs démocratiques et se tournent vers des forces populistes ou autoritaires, il est temps de s'interroger sur le statut et les causes de ces inégalités scolaires - dans toutes leurs dimensions - qui menacent la cohésion sociale et d'aller au-delà des référentiels d'égalité des chances, d'élitisme et de méritocratie.

Sommaire

De l'élitisme républicain à la "distillation continue"

L'école républicaine -- La massification -- La distillation continue -- La "loi" de la reproduction -- Des inégalités aux discriminations -- Ce que fait l'école -- La France et les autres -- Stratégies des familles -- L'expérience des élèves

Des diplômes utiles à tous et à chacun ?

Une société  plus prospère, une économie plus dynamique ? -- Pourquoi le diplôme est-il rentable ? -- Le déclassement -- Une transformation des liens entre formations et emplois -- Une concurrence accrue -- Se placer, placer ses enfants -- Une société plus fluide ? -- L'expérience d'une mobilité incertaine

L'école et la démocratie

Les épreuves de la transmission -- Des générations plus savantes ? -- Et la culture ? -- Les valeurs démocratiques -- L'école et la confiance -- Les dégâts de la méritocratie -- Les jeunes et la politiquqe : intérêt et participation -- La "classe" des diplômés et les autres

François Dubet est professeur émérite à l’Université de Bordeaux et directeur d’études à l’EHESS. Marie Duru-Bellat est professeure émérite à l'OSC.

Living through Lockdown

Social Inequalities and Transformations during the COVID-19 Crisis in France
OSC Papers 2020-1
  • Image Aliona Hradovskaya (via Shutterstock)Image Aliona Hradovskaya (via Shutterstock)

Living through Lockdown: Social Inequalities and Transformations during the COVID-19 Crisis in France

OSC Papers 2020-1 Cover

Ettore Recchi, Emanuele Ferragina, Olivier Godechot, Emily Helmeid, Stefan Pauly, Mirna Safi, Nicolas Sauger, Jen Schradie, Katharina Tittel, Andrew Zola

OSC PAPERS n° 2020-1 (July 2020)

This working paper offers an overview of the first stage of the Coping with Covid (CoCo) project, which tracks the behaviors and attitudes of a representative panel of the French metropolitan population during the COVID-19 lockdown. We conducted five survey waves and administered daily journals of open-ended responses between April and June 2020 among a sample of 1,216 people from a pre-existing panel (ELIPSS). Earlier surveys of this sample allowed us to better contextualize changes that may have occurred during this unusual period.

We outline four experiential dimensions during the lockdown period: relation to work, everyday activities and time use, self-assessed health and well-being, and the framing of the pandemic crisis.
What we foundfollows traditional inequality patterns and also reveals some unexpected changes in social practices and attitudes.

Working (or not): Different Places, Different Fates
The transformation of work was unprecedented: in the first two weeks of the lockdown, only 58 percent of wor-kers held on to their jobs, while the other 42 percent were either furloughed or put on leave. The share of working people increased progressively thereafter.

  • Of those who continued working, half did so entirely from home and half stuck to their usual workplace.
  • Upper and upper-middle class workers and above-median earners massively commuted to working from home, while lower and lower-middle classes, as long as they could continue to work, did so at the usual work-place.
  • Working at one’s usual workplace was correlated with exposure to a sensibly higher risk of infection by the virus over time.
  • In contrast to working at the usual workplace, working from home shields against wage drops and COVID-19 infection. However, it closely intertwines domestic and professional work, which may be a source of tensions, notably for home-working women with young children in dual-earning couples.

Staying Put: Home and Close to It
The organization of everyday life changed dramatically in the context of restricted freedom of movement.

  • Two weeks into the lockdown, almost 60 percent of individuals in our sample said they had stepped out of their home no more than once a week, although this proportion slowly declined.
  • Nearly  half  of  all  women  in  the  panel  reported  that  they  were  doing  more  housework  than  before  the  lockdown, compared to only 29 percent of men.
  • Women spent dramatically more time than men supervising their children’s schoolwork.
  • People living with kids and in cramped spaces were significantly more likely to experience family tensions.
  • People with higher income were much more likely to have more computers/devices and a stable Internet connection, which were vital for working, schooling, shopping, and socializing.

Feeling: Health and Well-Being
The evolution of the pandemic across our panel showed changes in individuals’ health conditions and well-being.

  • The proportion of the population claiming to have contracted COVID-19 increased from 7 percent in early April to 9 percent in late May-early June.
  • Apart from the direct impact of the virus on physical health, we found that the majority of individuals were not psychologically dejected by the unprecedented situation but actually felt better than beforehand.
  • However, the subjective well-being of women, the most financially vulnerable, people living alone, and the unemployed lagged significantly behind the average.

Framing: A Health or Economic Crisis?
The framing of the COVID-19 crisis, as either health or economic in nature, varied across social groups and over time.

  • At the beginning of the lockdown, health concerns were stronger but swung to economic concerns over time.
  • Women and elderly people tended to always place a stronger emphasis on health while the unemployed and wealthier focused on the economic impact of the crisis.
  • In  an  experiment  with  respondents,  the  malleability  of  opinions  on  the  tradeoff  between  economic  and  health concerns reveals the uncertainty created by contradictory information and untested policy options.

We  found  two  major  changes  related  to  the  lockdown.  On  the  one  hand,  everyday  work  practices  and  loca-tions were either interrupted or transformed. As working online gained traction among the upper-middle class, it created a new divide with people from other social groups who either continued to commute to their usual (and riskier) workplaces or were suddenly furloughed. On the other hand, we recorded a subjective change in well-being that was surprisingly higher than before the pandemic for most people but lagged behind for the less privileged.

Overall, the crisis did not consign everyone to the same situation, as pre-existing inequalities persisted; in parti-cular, women, the financially vulnerable, and the unemployed seemed to suffer the most on many levels, objec-tively and subjectively. Other groups who are by default under-represented in a general population survey like ours—immigrants, residents of the poorest neighborhoods, the homeless, people living in retirement homes, and those without Internet access—were also potentially more exposed to the multifaceted risks and costs entailed by the pandemic and the lockdown than average French Residents.

View online / download here the Working Paper on the Zenodo repository, or download it here (PDF, 1190 Ko, on the Spire repository).

Inter Vivos Transfers in Twenty European Countries (2004‑2017)

Ole Hexel
Soutenance de thèse - 20 juillet 2020
  • Image Photographee.eu (via Shutterstock)Image Photographee.eu (via Shutterstock)

PhD Defensis - Soutenance de Thèse

Inter Vivos Transfers in Twenty European Countries (2004‑2017)

Les transferts inter vivos dans vingt pays européens (2004‑2017)

Ole Hexel

Monday, 20th July 2020, 16h (Online)

Jury :
Louis CHAUVEL (Directeur de recherche), Professeur, Université du Luxembourg
Emanuele FERRAGINA, Associate Professor, IEP de Paris, OSC
Christine PERCHESKI, Associate Professor, Northwestern University
Lincoln QUILLIAN (Directeur de recherche), Professor, Northwestern University
Martin SCHRODER (Rapporteur), Professor, Philipps‑Universität Marburg
Herbert SMITH (Rapporteur), Professor, University of Pennsylvania

Ole Hexel (OSC)Inter vivos transfers are a form of intergenerational wealth transfers. Contrary to bequests, however, inter vivos transfers happen during the lifetime of both parties, donor and donee. Their timing and targeting is therefore more intentional. While most bequests and their timing during the donee’s lifetime depend on the average life expectancy and the average age at birth of the donor cohort, inter vivos transfers can happen at any moment.

I use a recent longitudinal survey, nationally representative for residents aged 50 years and older, the Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe. The survey has been fielded biennially since 2004. It includes twenty European countries, covering the continent’s social and political diversity.

This country coverage makes it well suited to the comparison of welfare state regimes and their interaction with family transfers (chapter 1). Its recency allows us to evaluate whether trends towards greater gender equality, documented in public domains such as employment and education, also extend to the private sphere (chapter 2). Its longitudinal nature enables the study of gift and counter-gift over time (chapter 3).

Les transferts inter vivos sont l'une des formes de transmissions de patrimoine intrafamiliale. A la différence des legs, les transferts inter vivos se font du vivant des deux parties, donateur et donataire. Cela entraîne plusieurs particularités. Ils réflètent une plus grande intentionalité, et dans leur cible et dans leur timing. Si on considère les legs d'un point de vue de cohorte, le moment où ils interviennent dans la vie des destinataires dépend essentiellement de l'espérance de vie des donateurs et de l'âge moyen à la (première) naissance. Les transferts inter vivos, au contraire, ne sont pas contraint dans le temps. Les données pour évaluer l'importance, dans la transmission du patrimoine, des legs et des transferts inter vivos nous font malheureusement défaut. Il n'en reste pas moins que nous pouvons fructueusement étudier la distribution desdits transferts entre groupes de revenus, entre les sexes, et entre différents pays.

La thèse se base, pour ses trois chapitres, sur une enquête par sondage longitudinale récente : la Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe. L'enquête est représentative au niveau national de la population âgée de 50 et plus. L'enquête a débuté en 2004 pour suivre ensuite un rythme biennial. Elle comprend ving pays européens, représentant bien la variation sociale et politique du continent, de la Suède à l'Italie et du Portugal à l'Estonie. Sa couverture géographique la rend apte pour une comparaison des états-providence et leurs théories, en particulier du degré auquel celles-ci s'appliquent à des pays en dehors de l'échantillon ouest-européen habituel (ch. 1). Sa dimension longitudinale permet d'étudier la séquence de dons et contre-dons entre parents et enfants (ch. 3). Son caractère récent ouvre l'opportunité de départager les divers résultats antérieurs qui concluaient pour certains à l'existence d'une préférence pour les fils, et d'autres à l'égalité des enfants, sinon une préférence pour les filles (ch. 2).

Les soutenances publiques ont lieu par visioconférence (contact : ed.soutenances@sciencespo.fr)

The “Eye of the Hurricane” Paradox

An Unexpected and Unequal Rise of Well-Being During the Covid-19 Lockdown in France
Research in Social Stratification and Mobility journal
  • Image Renata Apanaviciene (via Shutterstock)Image Renata Apanaviciene (via Shutterstock)

The 'Eye of the Hurricane' Paradox: An Unexpected and Unequal Rise of Well-Being During the Covid-19 Lockdown in France"

Ettore Recchi, Emanuele Ferragina, Emily Helmeid, Stefan Pauly, Mirna Safi,
Nicolas Sauger & Jen Schradie

Research in Social Stratification and Mobility, vol. 68, Online 26 May

ScienceDirect link, Resarch in Social Stratification and Mobility Journal (PDF available)

Panel data covering the French population before and after the outbreak of the Covid-19 epidemic reveal that self-reported health and well-being have improved during the lockdown in comparison to previous years. We name this counterintuitive phenomenon the “eye of the hurricane” paradox: the large majority of individuals who are not infected by the virus may be seeing their current condition in a more positive light than they normally would. There are, however, divergences across social groups that reflect socioeconomic inequalities. In particular, blue-collar workers deviate from the prevailing trend as their level of self-reported health declines over the lockdown period, Parisian residents experience a sudden drop in their subjective well-being, and people working long hours at home exhibit higher le els of stress during the quarantine.

Fig 3. Stress during lockdown and hours worked

 

Changes in lockdown-related stress levels among mainland French residents by respondents’ main site of work.

Reading: The horizontal axis indicates the average number of hours worked per day, the vertical axis the position of respondents on a 0 to 10 scale in answer to the question: “Does the lockdown take a toll on you?”.

 

 

 

 

 

FIND OUT MORE

CoCo Project - Coping with Covid-19. Social distancing, cohesion and inequality in 2020 France

 

Do grants improve the outcomes of university students in a challenging context? Evidence from a matching approach

Marta Facchini, Moris Triventi & Loris Vergolini - Higher Education
  • Image Massimo Todaro (via Shutterstock)Image Massimo Todaro (via Shutterstock)

Do grants improve the outcomes of university students in a challenging context? Evidence from a matching approach

    Marta Facchini, Moris Triventi & Loris Vergolini


Higher Education (2020)

In this paper, the authors investigate whether grants improve the academic outcomes of students from socio-economically disadvantaged families and thereby reduce inequalities of educational opportunities. They focus on Italy, which is characterized by high dropout rates, prolonged duration of higher education studies and considerable social inequalities in educational outcomes. To estimate the effect of grants, they follow a counterfactual approach, relying on a reweighting matching procedure. First, the authors apply coarsened exact matching to identify the region of common support. Second, they weight the observation using the entropy balancing method. They use a nationally representative survey, which collects data on students who graduated from upper secondary school in 2004 and 2007. The paper underlines that grants reduce dropout and increase timely graduation, with larger effects among males and students in Central-Southern Italy, who are more at risk of withdrawal from university.

This paper is available online, on Springer Link (6th July 2020). It's also available in the pre-print version (with appendix), deposited on SocArcXiv (April 2019).

Tags :

Recruitments - Jobs opportunity

Post-doctoral fellowships & Vacataires enquêtes de terrain
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'OSC propose plusieurs opportunités aux étudiants et jeunes sociologues.

We welcome applications in any field of inequality research. We will particularly value expertise in global, environmental, health or criminal justice inequality. The postdoc position is designed to enable the candidate to produce post-doctoral research and publish his/her productions in leading sociological journals.

  • Post-doctoral research fellow. Duration: 12 months. Expertise in statistical modeling and treatment of panel data, for the Project "Coping with Covid-19". Extended deadline: 30th September 2020. [French - English]

Using a social inequality lens, this project assesses the social effects of the COVID 19 epidemic and lockdown in France by drawing on a unique empirical design based on longitudinal tracking of the ELIPSS panel and using a wide range of socio-economic, socio-psychological and sociopolitical indicators. The post-doc fellow is expected to support members of the research team in analyzing data collected during the first six months of the project and transform these analyses into research papers and academic publications. He/She will also be in charge as research manager, supporting the project’s scientific director (Ettore Recchi) in coordinating all research activities. The Fellow will have also the opportunity to develop personal research leveraging the project’s data.

  • 6 vacataires (étudiant·e·s master ou doctorat), pour des passations de tests en écoles maternelles situées dans le Val d'Oise. Le projet porte sur l'évaluation d'un programe d'enseignement musical en milieu scolaire. Le contrat porte sur 6 jours de travail à l'automne. Date limite de candidature 1er septembre 2020.

Les modalités et la procédure de candidature avec les pièces à fournir sont indiquées sur chacune des fiches d'emploi.

Tags :

The Great Separation

Top Earner Segregation at Work in High-Income Countries
O. Godechot, A. Baudour, M. Safi, M. Soener et al.
  • Image: Aunging (via Shutterstock)Image: Aunging (via Shutterstock)

num. 20/3 CoverMaxPo Discussion Paper, N° 20/3 (June 2020), 71 p.

Authors

Olivier Godechot, Paula Apascaritei, István Boza, Lasse Henriksen, Are Skeie Hermansen, Feng Hou, Naomi Kodama, Alena Křížková, Jiwook Jung, Marta Elvira, Silvia Maja Melzer, Eunmi Mun, Halil Sabanci, Max Thaning, Nina Bandelj, Alexis Baudour, Dustin Avent-Holt, Aleksandra Kanjuo-Mrčela, Zoltán Lippényi, Andrew Penner, Trond Petersen, Andreja Poje, William Rainey, Mirna Safi, Matthew Soener, and Donald Tomaskovic-Devey.

Abstract

Analyzing linked employer-employee panel administrative databases, we study the evolving isolation of higher earners from other employees in eleven countries: Canada, Czechia, Denmark, France, Germany, Hungary, Japan, Norway, Spain, South Korea, and Sweden. We find in almost all countries a growing workplace isolation of top earners and dramatically declining exposure of top earners to bottom earners. We compare these trends to segregation based on occupational class, education, age, gender, and nativity, finding that the rise in top earner isolation is much more dramatic and general across countries. We find that residential segregation is also growing, although more slowly than segregation at work, with top earners and bottom earners increasingly living in different distinct municipalities. While work and residential segregation are correlated, statistical modeling suggests that the primary causal effect is from work to residential segregation. These findings open up a future research program on the causes and consequences of top earner segregation.

Quote

"In many countries, segregation at work and reorganization of economic activities fueled increased socioeconomic segregation between large wealthy metropolises, notably global cities, and deprived hinterlands. In recent elections in the UK (Brexit 2016), the US (2016 presidential election), and France (2017 presidential election), the vote became massively polarized between coastal states and inner states in the US, or between global capital cities (London, Paris) and the rest of the country."

The Working Paper is downloaded from Sciences Po Institutional Repository Spire here.

Wealth Accumulation and Institutional Capture:

the Rise of the Medici and the Fall of the Florentine Republic
Roberto Galbiati, Séminaire scientifique de l'OSC, 3 juillet 2020
  • Credit: The British Museum - Assset 1613683260 (CC BY-NC-SA 4.0)Credit: The British Museum - Assset 1613683260 (CC BY-NC-SA 4.0)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

Vendredi 3 juillet 2020  de 11h30 à 13h
En visioconfrence (via Zoom. Inscrivez-vous pour recevoir le lien)

Wealth Accumulation and Institutional Capture:
the Rise of the Medici and the Fall of the Florentine Republic

Roberto Galbiati

Senior Researcher (Sciences Po - Department of Economics)

Roberto Galbiati (OSC)We study the rise of the Medici family and the fall of the Florentine Republic in the 15th century. In this period, political offices were assigned by a system which combined elections and selection by lot. During the 1420s, the Medici family increased its influence and de facto captured the system of office allocation while leaving the political institutions formally unchanged.
We use data on the results of the drawings for the four main government offices of the city between 1395 and 1457 and match them with data on individual wealth at diff erent points in time in the 15th century. Our analysis documents the systematic capture of the process of office allocation in favor of individuals belonging to the Medici's network.
When we move to the analysis of the relationship between wealth and political office holders, we show that after the Medici's institutional soft-capture, holding a political office is strongly and directly associated with individual wealth accumulation, especially for office holders from the Medici faction. By contrast, we find a very limited effect between the number of terms in office and individual wealth before the rise of the Medici to political power.
By comparing results for the two periods, before and after the institutional capture, and using complementary data sources, we provide several pieces of evidence that explain our findings in terms of collusion and rent extraction.

This research is conducted with Marianna Belloc, Francesco Drago and Mattia Fochesato.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

La vie après le confinement : retour à la normale ou quête d'un nouveau cap ?

Life after lockdown: Getting back on track or charting a new course?
Faire face au Covid-19 - Policy Brief n° 4
  • Halfpoint (via Shutterstock)Halfpoint (via Shutterstock)

Faire face au Covid-19. Distanciation sociale, cohésion et inégalité dans la France de 2020

Projet mené grâce au financement de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR Appel Flash-Covid-19)

Policy Brief n° 4 - 16 juin 2020

La vie après le confinement : retour à la normale ou quête d'un nouveau cap ?

https://zenodo.org/record/3897359

Nicolas Sauger (coord.), Emanuele Ferragina, Emily Helmeid
Stefan Pauly, Ettore Recchi, Mirna Safi, Jen Schradie

Le projet CoCo poursuit ses travaux et publications avec ce quatrième rapport de synthèse qui permet de suivre l'évolution des inégalités sociales et de mesurer la cohésion sociale avant, pendant et après la crise du Coronavirus. Les chercheurs s'appuient sur les réponses et contributions des participants du panel ELIPSS, administré par le CDSP.

La vie pendant le confinement a-t-elle été une parenthèse ou une forme de nouvelle normalité ? Au-delà du fait de savoir si les gens ont repris leurs activités traditionnelles après le 11 mai, ce rapport s’intéresse aux conséquences de l’expérience du confinement sur les attitudes et les opinions. Le confinement a-t-il accéléré des tendances sous-jacentes ou a-t-il permis l’émergence de nouvelles orientations sociales et politiques ?

Plusieurs enseignements se dégagent de la dernière enquête :

  • 75% des gens anticipent la survenue d’un second pic de l’épidémie de Covid-19, mais tout dépend de leur degrès de confiance envers les autres
  • Le sentiment de bien-être a augmenté pendant la période de confinement et a atteint un niveau encore supérieur deux semaines après son terme 
  • Un tiers des personnes travaillent toujours à la maison 
  • Mi mai, seuls 39% des répondants étaient favorables au fait de remettre les enfants à l’école
  • Les deux tiers de la population ont l’intention de limiter leurs interactions sociales dans les mois à venir 
  • Le soutien en faveur de dépenses publiques pour les hôpitaux est massif
  • Ce sont les personnes les plus riches qui soutiennent une augmentation de salaire pour les infirmières 
  • Le sentiment de défiance à l’endroit de la mondialisation continue de croître
  • Protéger l’environnement est une préoccupation de plus en plus répandue

Ce rapport est consultable en ligne, et peut aussi être téléchargé : https://zenodo.org/record/3897359

Le prochain Policy Brief sera publié en septembre 2020.

Life after lockdown: Getting back on track or charting a new course? English version is also available : https://zenodo.org/record/3897226

Par rapport à avant le confinement, les dépenses publiques devraient être...

Soutien à la diminution ou à l’augmentation des dépenses par secteur de politiques publiques
Source : Faire face au Covid-19 – 4e vague (CoCo-4), 13-20 Mai 2020, ELIPSS/CDSP.
Effectif 940. Lecture : 68% des répondants pensent qu’il faut beaucoup augmenter les financements publics pour les hôpitaux par rapport à la situation avant le confinement.

Pour plus d'informations, contact : bernard.corminboeuf@sciencespo.fr.

Les styles de consommation frugaux sont-ils moins contraints ?

La diffusion sélective des pratiques non-durables en France (1985 - 2011)
Maël Ginsburger, Séminaire scientifique de l'OSC, 26 juin 2020
  • Image Arena Creative, via ShutterstockImage Arena Creative, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

Vendredi 26 juin 2020  de 11h30 à 13h
En visioconfrence (via Zoom. Inscrivez-vous pour recevoir le lien)

Les styles de consommation frugaux sont-ils moins contraints ?
La diffusion sélective des pratiques non-durables en France
entre 1985 et 2011

Maël Ginsburger

Doctorant (OSC, Genes-Crest)

Mael Ginsburger (OSC)

Les pratiques de consommation frugales ont historiquement été étudiées en lien avec des situations de rareté et de pauvreté — que celles-ci soient généralisées avant 1950 ou plus marginales à partir de la seconde moitié du XXe siècle. Dans un contexte où celles-ci sont revalorisées pour leur vertu écologique et feraient l’objet d’une appropriation par de nouveaux groupes sociaux, certains travaux observent l’apparition de formes de frugalités volontaires qui remettrait en cause la superposition des inégalités de consommation aux inégalités sociales — liées au revenu ou au lieu de résidence. Cette présentation vise, à travers l’exploitation des enquêtes Budgets de Famille de 1985 à 2011, à examiner l’hypothèse d’un relâchement — ou au contraire d’un accroissement — des contraintes matérielles sur les pratiques de frugalités. L’identification de cinq styles de consommation permet, dans un premier temps, d’identifier, sur la période étudiée, des configurations typiques de pratiques de frugalités et de rendre compte des contextes sociaux et résidentiels auxquels ils sont associés, ainsi que des variations dans leurs effectifs au cours de la période étudiée. Les résultats d’une série de modèles de régressions logistiques permettent dans un second temps d’évaluer l’effet moyen, le long de la période, du revenu et de la densité de la commune de résidence sur l’appartenance aux différents styles de consommation. Enfin, la comparaison des résultats des modèles sur chaque vague permettra de documenter l’ampleur et le signe de la variation de l’effet du revenu et de la localisation sur le style de consommation.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Petits et grands hommes du Doubs

La démographie des peuples selon Louis-Adolphe Bertillon
Séminaire scientifique de l'OSC, vendredi 12 juin 2020 à 11h30
  • Image Lightspring (via Shutterstock)Image Lightspring (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

vendredi 12 juin 2020  de 11h30 à 13h
98 rue de l'Université, salle Annick Percheron, Paris 7e
ou en ligne via Zoom (inscrivez-vous pour recevoir le lien)

Petits et grands hommes du Doubs
La démographie des peuples selon Louis-Adolphe Bertillon

Alain Chenu

Professeur des universités émérite (OSC)

Alain Chenu (OSC)Le cas de la taille des conscrits du Doubs a été mis en exergue par Louis-Adolphe Bertillon (1821-1883) dans différentes publications portant sur la notion de moyenne : dans ce département, la distribution des tailles présente deux valeurs maximales, l’une de 1,63 m, l’autre de 1,69 m. Il en déduit que dans le Doubs coexiste deux populations, que ses confrères de la Société d’anthropologie de Paris qualifient de grands Burgondes et de petits Séquanes (ou Celtes). Il conclut que la moyenne est ici une valeur « subjective », ne décrivant correctement aucune des deux composantes de la population de la zone étudiée. L’article « Moyenne » (1876), centré sur le cas du Doubs, devient un classique, pour deux raisons : d’une part il rend les notions statistiques accessibles, notamment grâce à un graphique en dos de chameau qui devient célèbre ; et d’autre part il conforte les représentations racialistes alors prédominantes.

En 1895, le médecin militaire italien Ridolfo Livi estime que le creux entre les deux bosses de la courbe des tailles des conscrits du Doubs est un pur artefact, issu de la conversion en pouces de mesures prises au centimètre près. Deux éminents historiens des statistiques divergent quant à la pertinence de la critique de Livi : Stigler (en 1986) l’estime fondée, Desrosières considère que le texte de Bertillon ne semble pas la justifier (en 1993).

Dans une perspective proche de celle de Pierre Bourdieu, pour qui « L’histoire des sciences sociales n’est pas une spécialité parmi d’autres. Elle est l’instrument privilégié de la réflexivité critique » (P. Bourdieu, 1995 ; cité par Laferté, Pasquali, Renahy), nous étudions en détail le cas des conscrits du Doubs parce qu’il nous semble constituer un bon analyseur de ce qu’était la démographie pour Bertillon, et plus largement de ce que sont les sciences sociales, dans lesquelles les rapports entre questions de théorie et questions de méthode ne s’organisent pas toujours conformément aux intentions des chercheurs. L’un des traits caractéristiques de la démographie (et souvent de la sociologie) est de s’appuyer sur des données de source administrative, construites en vue de finalités pratiques ; ici la statistique de la taille des conscrits répond aux besoins de recrutement de l’Armée. A la différence de Livi, Bertillon n’était pas un familier des conseils de révision ; il s’est appuyé sur des nombres issus d’une boîte qui est hélas restée noire pour lui.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Alain Chenu mène depuis plusieurs mois un important travail d'analyse des publications de Louis-Adolphe Bertillon. Un ouvrage proposant une revisite de sa "Démographie figurée de la France" (1874), remarquable par ses planches de cartes et graphiques faites main,  est en préparation.  Démographie figurée de la France - Bertillon

La vie entre quatre murs : travail et sociabilité en temps de confinement

When life revolves around the home...
Faire face au Covid-19 - Policy Brief n° 3
  • Image Robie Online (via Shutterstock)Image Robie Online (via Shutterstock)

Faire face au Covid-19. Distanciation sociale, cohésion et inégalité dans la France de 2020

Projet mené grâce au financement de l'Agence Nationale de la Recherche (ANR Appel Flash-Covid-19)

Policy Brief n° 3 - 22 mai 2020

La vie entre quatre murs : travail et sociabilité en temps de confinement

Mirna Safi, Philippe Coulangeon, Olivier Godechot
Emanuele Ferragina, Emily Helmeid, Stefan Pauly, Ettore Recchi, Nicolas Sauger, Jen Schradie


Jusqu’à quel point le Covid-19 perturbe-t-il notre vie de tous les jours ? Comment la population française vit-elle le confinement ? Dans quelles mesures les inégalités sociales sont-elles exacerbées et la cohésion sociale menacée ? Le projet CoCo apporte des éléments de réponse à ces questions d’actualité en compa­rant les conditions de vie en France avant et après le blocage. Il s’agit du troisième rapport préliminaire de la série.  Nous analysons la façon dont la société française a fait face aux 6 premières semaines de confinement, notamment en ce qui concerne les changements de conditions de travail et de vie sociale. Nous continuons à surveiller les éléments de santé et de bien-être autodéclarés.

Principaux résultats : Les français actifs se sont répartis en 3 tiers. Un a continué à se rendre sur son lieu de travail, un autre tiers s’est tourné vers le travail à distance tandis que les autres ont cessé de travailler. Les femmes avec un enfant en bas âge ont plus fréquemment arrêté leur activité professionnelle. Les télétravailleurs font partie du segment moyen-supérieur de la distribution des revenus. A l’inverse le travail à l’extérieur a concerné les plus modestes. Les conditions de travail des travailleurs à distance sont meilleures que celles des autres. Les télétravailleurs souhaitent poursuivre cette expérience. La division du travail domestique est  plus égalitaire dans les ménages où la femme travaille au domicile. Les hommes prennent peu part aux activités d’éducation. La forte croissance de l’usage des réseaux sociaux et des relations de voisinage a compensé la baisse de la sociabilité. La contagiosité du virus, d’abord liée à la géographie, est désormais dépendante des conditions d’emploi. Les personnes qui ont dû se rendre sur leur lieu de travail ont été plus touchées. Les niveaux de bien-être perçu ont baissé au début du confinement, mais ils ont retrouvé et même dépassé les niveaux d’avant la crise.
Le prochain Policy Brief sera publié début juin.

Ce rapport est consultable en ligne, et peut aussi être téléchargé : https://zenodo.org/record/3839288.

When life revolves around the home: Work and sociability during the lockdown. English version is also available: https://zenodo.org/record/3839312

A la date du 22 mai, le site Zenodo connait des problèmes techniques sporadiques. Merci de rééssayer plus tard si la page ne répond pas.

Graphique relations sociales - Projet CoCoÉvolution des interactions sociales pendant le confinement mesurée sur les participants du panel ELIPSS (CDSP). On remarque l'effondrement en mars 2020, comparé aux résultats des années précédentes.
Lecture: « La part de ceux qui déclarent faire des rencontres sociales informelles avec des parents dans l'Enquête Annuelle (EA) 2017 était de 94% ».
Sources : Faire face au Covid-19 - 1re, 2eme et 3eme vagues (CoCo-1-2-3), 1-8 et 15-22 avril et 29 avril - 6 mai 2020, enquête annuelle 2017, 2018, 2019, ELIPSS / CDSP N = 847.

L’autonomie temporelle et l’articulation genrée des temps sociaux

Jeanne Ganault
Séminaire scientifique de l'OSC, vendredi 5 juin 2020
  • Image Unitone Vector (via Shutterstock)Image Unitone Vector (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

En ligne (via Zoom)

vendredi 5 juin 2020  de 11h à 12h30

L’autonomie temporelle et l’articulation genrée des temps sociaux

Jeanne Ganault

Doctorante OSC et Genes-CREST


Jeanne GanaultLes hommes et femmes salariées continuent d’occuper leur temps différemment. De nombreux travaux ont tenté d’expliquer cela par leur différentiel de revenu ou d’heures travaillées. L’autonomie temporelle, c’est-à-dire, l’ensemble des contraintes et libertés dont ils disposent dans l’agencement de ces heures, en revanche, reste exclue de l’analyse.

Cette présentation vise à expliciter ce manque, en examinant les formes d’autonomie temporelle de la population salariée, et la façon dont elles exacerbent ou non les différences de genre dans les agencements opérés par les individus, entre travail rémunéré, travail domestique et loisir.

À partir de l’enquête Emploi du temps 2010, j’identifie huit types d’autonomie temporelle. Parmi ces huit types, deux pôles, l’un « d’autonomie absolue » et l’autre de « contraintes absolues », révèlent une interaction entre genre et classe dans l’agencement des emplois du temps quotidiens : lorsque le travail rémunéré peut être ajusté, il l’est pour les femmes uniquement, et au profit du travail domestique exclusivement. Lorsqu’il ne peut pas être ajusté, les utilisations genrées du temps sont partiellement palliées par une grande hétérogénéité et atypicité des horaires de travail auxquelles les individus ne peuvent déroger. Lorsque l’ajustement est partiel, pour des types d’autonomie intermédiaires, les différences de genre sont exacerbées par la présence du travail à domicile et atténuées par des horaires routiniers dans un lieu extérieur.

Ces résultats renforcent et précisent la façon dont les normes de genre et le rythme social façonnent l’articulation quotidienne des temps sociaux.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Job Talks 2020

Recruitment of an Assistant Professor at the OSC
May 25 and 29, 2020
  • Image Sandrine Gaudin, Sciences PoImage Sandrine Gaudin, Sciences Po

Job Talks
 Recruitment of an Assistant Professor at OSC
 May 25 and 29, 2020

The schedule is on Paris time
Videoconferencing open to Sciences Po's community only

 
Monday, May 25 2020
Public seminars ( 30 min presentation/15 min Q&A)

  • 2:30 pm - 3:15 pm Bastian BETTHÄUSER, Postdoctoral Prize Research Fellow, Nuffield College, University of Oxford
    Can education be equalised? Evidence from German unification and compulsory schooling reforms
  • 3:25 pm - 4:10 pm  Lucas DROUHOT, Postdoctoral research fellow, Max Planck Institute for the study of Religions and Ethnic Diversity
    Cracks in the Melting Pot? Religiosity and Assimilation Among the Diverse Muslim Population in France
  • 4:20 pm - 5:05 pm  Laura SOCHAS, PhD candidate in Demography and Population Studies, London School of Economics
    The predictive power of health system environments: a novel approach for explaining inequalities in access to maternal healthcare

Registration is compulsory (before May 22 at noon) 


Friday, May  29 2020
Public seminars ( 30 min presentation/15 min Q&A)

  • 2:30 pm - 3:15 pm Zachary Van WINKLE, Postdoctoral Fellow in Sociology & Social Demography, University of Oxford, Department of Sociology
    Parenthood Wage Gaps across the Life-Course: A Comparison by Gender and Race
  • 3:25 pm - 4:10 pm  Giacomo VAGNI, Research Fellow, Centre for Time User Research, Institute of Education, University College London
    The Stratification of Social Time
  • 4:20 pm - 5:05 pm Nora WAITKUS, Research Officer, International Inequalities Institute, London School of Economics
    Varieties of Wealth Inequality – Towards an Explanation of Cross-National Differences in Wealth

Registration is compulsory (before May 28 at noon)

Tags :

Dans l'oeil du cyclone - In the eye of the hurricane

French society a month into the lockdown
Policy Brief #2 - Projet "Faire face au Covid-19"
  • Image 3dmotus (via Shutterstock)Image 3dmotus (via Shutterstock)

Faire face au Covid-19 (CoCo)
Distanciation sociale, cohésion, et inégalité dans la France de 2020

Dans l'oeil du cyclone
La société française après un mois de confinement

Jusqu’à quel point le Covid-19 perturbe-t-il notre vie de tous les jours ? Comment la population française vit-elle le confinement ? Dans quelles mesures les inégalités sociales sont-elles exacerbées et la cohésion sociale menacée ? Le projet CoCo apporte des éléments de réponse à ces questions d’actualité en compa­rant les conditions de vie en France avant et après le blocage. Il s’agit du deuxième rapport préliminaire de la série que nous publierons dans les prochaines semaines.  Nous analysons ici la façon dont la société française a fait face à ce premier mois de confinement, notamment en ce qui concerne les préoccupations sur l’état de l’économie, la santé et le bien-être autodéclarés, et enfin l’enseignement à la maison.

Conjuguer les préoccupations  de santé publique et de préservation des activités économiques n'est pas évident. Faut-il prolonger ou pas le confinement ?  La société française s’inquiète maintenant plus des conséquences économiques que sanitaires, si on compare les réponses recueillies auprès de notre panel à deux semaines d’intervalle. C’est notamment le cas des personnes à hauts revenus. Lorsqu’ils anticipent la réouverture partielle du pays annoncée par le gouvernement, nos répondants manifestent une forte incertitude. Les avis divergent au sujet du déconfinement selon l’aspect sanitaire ou économique pris en considération. En sachant que le virus continue à sévir dans le pays, seuls 35% de la population voudraient une fin du confinement le 11 mai. En revanche, lorsqu’un scénario catastrophique pour l’économie est présenté, le pourcentage de personnes approuvant la date du déconfinement atteint 65%.

Ce sont les personnes à hauts revenus qui soutiennent le plus la mise en place d’une application mobile pour tenter d’endiguer la propagation de l’épidémie.

Comment les gens évaluent-ils leurs niveaux de santé et de stress ? Les répondants ne sont pas démoralisés par le confinement. Leurs déclarations sur leur santé et sur leur bien être général atteignent des scores plus élevés que les années précédentes, notamment dans une catégorie comme les professions agricoles. Ce paradoxe est un peu l'« l’œil du cyclone » : confronté à un événement grave, il est plus facile de se considérer en « bonne santé ». Cependant, le confinement cause une détresse psychologique chez ceux qui travaillent à domicile et ceux qui sortent le moins.

Quels sont les modalités et les défis de l’école à la maison ? Deux-tiers des parents, tous niveaux d’éducation confondus, supervisent quotidiennement le travail de leurs enfants. Cette charge supplémentaire entraîne chez certains un stress accru, mais contribue également à une meilleure et nouvelle compréhension des besoins éducatifs de leurs enfants.

Voir le rapport en français (8p, pdf, 1140 Ko) - View the report in English (8p, pdf, 1061 Ko)

In the eye of the hurricane
French society a month into the lockdown

How disruptive is COVID-19 to everyday life? How is the French population experiencing the lockdown? Is it magnifying inequalities and affecting social cohesion? The CoCo project sheds light on these pressing questions by comparing living conditions in France before, during, and after the lockdown. This is the second of a series of research briefs that we will publish in the forthcoming weeks. In this brief, we explore how French society has coped with the first month of the lockdown, particularly with the economy, self-reported health and well-being, and homeschooling.

Are people more concerned with protecting each other from a deadly virus or minimizing the economic damages of a protracted lockdown? Compared to two weeks ago, people are more worried about the economy than they are about health, especially in the case of those living in high-income households. When looking ahead to the partial re-opening that the government has set for 11 May 2020, French residents show a high degree of uncertainty. People waver in their commitment to this date depending on which aspect of the crisis they are taking into consideration. Only 35% of the population would want to end the lockdown on 11 May knowing that the virus is still running rampant in the country. When made to consider a potential catastrophic economic scenario, however, the share of those wishing to follow through on this date rises to 65%.

Those in high-income households also prioritise the possibility of adopting a mobile app to help control the spread of the epidemic.

How do people assess their health and stress levels? The lockdown is not leading the French into depression. In self-assessments of their general health and well-being, people indicate higher scores than in previous years, notably for farmers and blue collars. We label this phenomenon the “eye of the hurricane” paradox: when a disruptive event breaks out, people seem to better appreciate their relative ‘good health’. However, the lockdown seems to psychologically distress individuals who are both working from home and going out less.

What are the main features and challenges of homeschooling? Two-thirds of parents, regardless of their educational background, supervise their children’s school work daily. The additional burden is a source of stress for some parents but is also contributing to parents’ understanding of their children’s learning needs.

Coping with Covid-19 (CoCo)
Social distancing, cohesion and inequality in 2020 France

Covid-19, illustration d'après lilalov et ijolumut

EN SAVOIR PLUS

Rising between-workplace inequalities in high-income countries

How to reduce market income inequality?
PNAS, April 2020 Research Paper
  • Image Hyejin Kang (via Shutterstock)Image Hyejin Kang (via Shutterstock)

Rising between-workplace inequalities in high-income countries

Donald Tomaskovic-Devey
Olivier Godechot, Mirna Safi,
Anthony Rainey, Dustin Avent-Holt, Nina Bandelj, István Boza, David Cort, Gergely Hajdu, Martin Hällsten, Lasse Folke Henriksen, Are Skeie Hermansen, Feng Hou, Jiwook Jung, Aleksandra Kanjuo-Mrčela, Joe King, Naomi Kodama, Tali Kristal, Alena Křížková, Zoltán Lippényi, Silvia Maja Melzer, Eunmi Mun, Andrew Penner, Trond Petersen, Andreja Poje, Max Thaning, Zaibu Tufail

Proceedings of the National Academy of Sciences

April 2020, 201918249; DOI: 10.1073/pnas.1918249117 (Open Access)

Findings and proposals
Understanding the causes of rising inequality is of concern in many countries. Using administrative data, the paper finds that the share of inequality that is between workplaces is growing in 12 of 14 countries examined, and in no country has it fallen. Countries with declining employment protections see growth in both between- and within-workplace inequalities, but this impact is stronger for between-workplace inequalities. These results suggest that to reduce market income inequality requires policies that raise the bargaining power of lower-skilled workers. The widespread rise in between-workplace inequality additionally suggests policy responses that target the increasing market power of firms in concentrated markets as well as curb the ability of powerful firms to outsource low skill employment.

Comparative structural study across 14 countries
Earnings inequalities have risen in many high-income countries. Less clear are the linkages between rising income inequality and workplace dynamics, how within- and between-workplace inequality varies across countries, and to what extent these inequalities are moderated by national labor market institutions.

In order to describe changes in the initial between- and within-firm market income distribution the paper analyzes administrative records for 2,000,000,000+ job years nested within 50,000,000+ workplace years for 14 high-income countries in North America, Scandinavia, Continental and Eastern Europe, the Middle East, and East Asia.

Authors find that countries vary a great deal in their levels and trends in earnings inequality but that the between-workplace share of wage inequality is growing in almost all countries examined and is in no country declining. We also find that earnings inequalities and the share of between-workplace inequalities are lower and grew less strongly in countries with stronger institutional employment protections and rose faster when these labor market protections weakened.

These findings suggest that firm-level restructuring and increasing wage inequalities between workplaces are more central contributors to rising income inequality than previously recognized.


Fig. 2 (PNAS 2020)

 

 

Fig. 2
The proportion of total inequality that is between firms for the total (Left), private (Middle), and public sectors (Right). Estimates are for all jobs except for South Korea, which are full-time jobs only. Japan, South Korea, and USA-Song only have private sector estimates. South Korea is missing for 2005.

Yannick Savina (OSC) produced the figures used in the paper

Confinement pour tous, épreuve pour certains - Face au Covid-19

Lockdown for All, Hardship for Some
Premiers résultats - Insights from the First Wave #1
  • Illustration d'après Paranyu et Projet CoCo Projet Faire face au Covid-19 #1Illustration d'après Paranyu et Projet CoCo Projet Faire face au Covid-19 #1

Faire face au Covid-19 (CoCo)
Distanciation sociale, cohésion, et inégalité dans la France de 2020

Confinement pour tous, épreuve pour certains
Les résultats de la première vague d’enquête du projet CoCo

Jusqu’à quel point le Covid-19 perturbe-t-il notre vie de tous les jours ? Comment la population française vit-elle le confinement ? Dans quelles mesures les inégalités sociales sont-elles exacerbées et la cohésion sociale menacée ? Le projet CoCo, mené par 4 chercheur·euse·s de l'OSC, avec l'appui des ingénieur··e·s de l'équipe ELIPSS et du directeur du CDSP, apporte maintenant des éléments de réponse en comparant les conditions de vie en France avant et après le blocage.

Il s’agit ici du premier d’une série de rapports qui seront publiés, pour apprécier l’impact de cette nouvelle expérience du confinement à domicile sur la vie familiale, la scolarité, le travail, la santé et le bien-être.

Ce premier numéro est consacré à la manière dont la population française a fait face aux deux premières semaines de confinement.

Nous constatons que le virus est devenu rapidement une menace tangible : environ quatre personnes sur dix connaissent quelqu’un qui a été infecté. Malgré cela, les trois quarts de la population; française déclarent ne pas se sentir trop stressés. Dans certains cas, cette expérience est vécue avec philosophie : les longues heures passées à la maison permettent de ralentir le rythme et de réfléchir au sens de la vie. Plus que tout, c’est l’accès à la nature et aux espaces verts qui soulage ceux qui tentent de s’adapter à une organisation sociale désormais centrée sur le domicile.

Les femmes, les personnes nées à l’étranger et les individus confrontés à des difficultés financières sont soumis à des tensions émotionnelles plus fortes que le reste de la population. Les inégalités entre les sexes ont été renforcées pendant le confinement : les femmes consacrent encore plus de temps à nettoyer et à prendre soin des autres. Bien que le Covid-19 ait tendance à frapper davantage les hommes, les conséquences du confinement affectent plus intensément les femmes.

Téléchargez le rapport en français (6p, pdf, 1018 Ko) - Download the report in English (6p, pdf, 984 Ko)

Lockdown for All, Hardship for Some
Insights from the First Wave of the CoCo Project

How disruptive is Covid-19 to everyday life? How is the French population experiencing the lockdown? Is it magnifying existing inequalities and affecting social cohesion? The CoCo project, led by 4 researchers from the OSC, with the support of engineers from the ELIPSS team and the director of the CDSP,  sheds light on these pressing questions by comparing living conditions in France before and after the lockdown.

This is the first of a series of research briefs that we will publish. We will explore this new experience of “sheltering-in-place” and its impact on family life, schooling, work, health and well-being.

This report explores how French society has coped with the first two weeks of the lockdown.

We find that the virus has rapidly become a tangible threat, as more than forty percent of the population knows someone who has been infected. Despite this, three out of four persons say that they do not feel overly stressed out. In certain cases, the reaction has been almost philosophical -- long hours spent at home allow people to slow down and think about the meaning of life. More than anything else, it is having access to green spaces and nature which provides some relief to those attempting to cope with this home-based social organization.

Women, foreign-born residents, and individuals facing financial hardship are subject to greater emotional strain than the rest of the population. Gender inequalities have been particularly reinforced during the lockdown: women have been spending even more time than usual cleaning and taking care of others. Although the Covid-19 virus tends to disproportionately strike men, the consequences of the lockdown more intenselyaffect women.

Coping with Covid-19 (CoCo)
Social distancing, cohesion and inequality in 2020 France

Covid-19, illustration d'après lilalov et ijolumut

EN SAVOIR PLUS

Distanciation sociale, cohésion et inégalité

La crise sanitaire du Covid-19 vue par les participants du panel ELIPSS
Projet de recherche
  • Illustration d'après MuchMania (via Shutterstock)Illustration d'après MuchMania (via Shutterstock)

Suivez ici le projet de recherche

Faire face au Covid-19

Distanciation sociale, cohésion, inégalité
Capter le changement en temps de confinement : Ettore Recchi
  • Image New Anawach (via Shutterstock)Image New Anawach (via Shutterstock)

Ettore Recchi. Image Caroline Maufroid / Sciences PoEttore Recchi, professeur des université à l'OSC coordonne un nouveau projet de recherche réunissant plusieurs chercheurs et ingénieurs de l'Observatoire sociologique du changement (OSC) et du Centre de données socio-politiques (CDSP).

Faire face au Covid-19 : distanciation sociale, cohésion et inégalité dans la France de 2020 est lancé en pleine période de confinement. Le terrain d'étude : les ménages français, avant, pendant et après la crise. Pour certains acteurs et certains commentateurs de la vie publique, il y aura un avant et un après. Des sociologues outillés observent ce moment historique qui touche toute la population.

Ettore, que représente pour un chercheur en sociologie comme vous la période de crise aiguë que nous sommes en train de vivre ?

La majorité des phénomènes sociaux ont une tendance à l’inertie, à perdurer dans le temps, même dans une époque, la notre, qu’on voudrait plus encline au changement social. Pourtant, parfois, il y a des ruptures ou des discontinuités qui sont révélatrices. C’est le cas ici, maintenant. On fait tous face à un évènement qui bouleverse nos styles de vie. Est-ce un interlude ou est-ce plutôt un changement de direction profond dans les mœurs, les normes de la vie sociale, la manière de gouverner nos sociétés ? Quoi qu’il en soit, on peut imaginer que la pandémie marquera les esprits et l’imaginaire d’une génération au moins, comme fut le cas pour les guerres, les émeutes ou les chutes de régimes politiques à maintes reprises dans l’histoire.

Que va apporter la discipline sociologique, que pouvez-vous apprendre ou révéler aux français avec vos travaux ?

Comme êtres humains, comme citoyens, comme chercheurs nous sommes tous touchés par cette maladie invisible qu’on voudrait vaincre au plus vite. Les virologues et les pharmacologues peuvent évidemment se pencher sur la recherche d’un vaccin ou de soins. Ils sont en première ligne. Plus modestement, les sociologues peuvent essayer de prendre la mesure des effets sociaux de l’épidémie, ainsi que ceux des mesures politiques qui sont déployées pour y faire face. Surtout dans le cas d’une maladie pour laquelle le meilleur des remèdes est un dispositif social : s’éloigner des autres, éviter toutes formes de sociabilité ! Est-ce que cela engendre ou va engendrer un repli sur soi, de la solitude, de l’atomisation, à la limite de l’anomie, et donc une menace à terme pour la cohésion sociale ? En outre, est-ce que cette solution épidémiologique et politique du confinement (et les autres qui suivront) auront un impact égal et juste parmi tous les citoyens ? En tant que sociologues, cohésion sociale et inégalités sont justement les prismes d’analyse de notre recherche.

Comment avez-vous organisé le dispositif de recherche ? Quels sont ses caractéristiques originales ?

Le projet "Faire face au Covid-19 (CoCo)" joint les forces d'un centre de recherche et d'une unité de service de Sciences Po et du CNRS, dans une démarche très complémentaire. L’OSC apporte ses compétences dans l’analyse des inégalités et du changement social, le CDSP la capacité d’enquête rigoureuse avec un dispositif expérimenté, le panel ELIPSS. Ce dernier est la clé de voûte du projet. Il dispose d’informations avant la crise du Covid sur un échantillon représentatif de la population française et donc il permet de mesurer les changements de comportements et d’attitudes provoqués par la pandémie et le confinement. Ceci fait toute la différence avec d'autres enquêtes sociologiques sur le Covid-19, qui ont plutôt vocation a prendre un instantané de la situation, et pas à enregistrer quasiment en direct les transformations des pratiques sociales qui s'installeront peut-être dans la durée.

Vous êtes un spécialiste des mobilités notamment intra-européennes, des flux et plus largement de l'intégration européenne... Est-ce un monde qui s'écroule aujourd'hui ? Tous vos terrains d'étude, vos référentiels et vos certitudes sont-ils subitement remis en question ?

On a envie de dire que « tout ce qui est solide se dissout dans l’air ». De mon côté, j’ai toujours dit que l’intégration européenne, et la liberté de circulation qui en constitue le pilier fondamental lui donnant un caractère sociologiquement saillant, sont des constructions historiques pas forcément destinées à la pérennité (cf. le dernier paragraphe de mon livre "Mobile Europe" de 2015). La crise actuelle arrive sur fond d’un néonationalisme montant qui demande depuis des années la restauration des frontières des États comme principe de réorganisation sociopolitique. Cette idéologie exploitera-t-elle la crise sanitaire pour imposer le retour à un monde replié sur des sociétés nationales étanches ? A mon avis, le futur sera plus complexe que cela, car il y a des forces économiques et culturelles qui s’y opposeront au niveau planétaire. L’avenir se joue dans le triangle dessiné par les privilèges inégalitaires d’une part (qui se défendent mieux en effet dans un cadre national), l’individualisation (qui prône à la liberté et à la mobilité), et le défi environnemental (qui demande lui forcément des solutions globales). Ces forces – et surtout leurs émanations politiques – tireront des leçons très divergentes de la situation actuelle. Comment nous allons être capable de vivre cette période inédite et difficile sera aussi important pour décrypter quelle interprétation est susceptible d’être la plus légitime.

POUR EN SAVOIR PLUS

Consultez la page web du projet. Plusieurs points d'étape, dès le 17 avril seront régulièrement publiés, avec les résultats des vagues d'enquête.

Inscrivez-vous sur notre liste de diffusion. Vous serez informés de la sortie des résultats du programme, des publications et des webinars, à destination de la presse, des chercheurs et du grand public.

Contactez Bernard Corminboeuf si vous désirez des informations plus précises.

 

 

Les maladies du bonheur

Un ouvrage de Hugues Lagrange
Individualisme, modernité, anxiété, compétition...
  • Image d'après Farbai, Nadia Snopek via Shutterstock  Thomas Arrivé (Sciences Po)Image d'après Farbai, Nadia Snopek via Shutterstock Thomas Arrivé (Sciences Po)

Les maladies du bonheur

Hugues Lagrange

PUF, mars 2020, 480 p. + annexes Les maladies du bonheur (PUF)de sources et bibliographie

Alors que la richesse s’est énormément élevée au 20ème siècle pour les européens et les nord-américains, ils ne se sentent pas plus heureux, comme si le ressort du bonheur n’était pas là. Les Occidentaux bénéficient pourtant d’une aisance matérielle considérable - même si les quarante dernières années ont vu une amplification forte des inégalités de revenu et de patrimoine - et le taux d'homicidité a diminué au cours de l'histoire. Les hommes sont aujourd'hui exposés à des contraintes et des pressions qui se sont individualisées. Le sort collectif (la condition ouvrière par exemple) s'efface, comme le nombre d'épidémies autrefois très meurtrières (tuberculose, paludisme...), au profit d'atteintes personnalisées. Cancers, maladies cardiovasculaires, obésité, pathologies mentales, y compris anxiété, dépendant à la fois de la constitution et du comportement de chacun, témoignent de cette individualisation qui fait la modernité

L'ouvrage développe 2 perspectives complémentaires sur le mal-être des modernes.

Si l'on étudie les pathologies anxio-dépressives, la prévalence de ces troubles dans les pays occidentaux, s’élève dans les générations qui sont nées au moment de la première Guerre mondiale et se poursuit encore dans celles qui naissent dans les années 1970, alors que prospérité et niveaux de vie s'accroissent. Ces pathologies mentales ont été interprétées comme l’expression des contraintes imposées par l’ordre social au désir des modernes. Elles ont été conçues comme la marque de l’inachèvement de notre libération. C’est l’argument central de la psychanalyse et de la psychiatrie occidentales au 20ème siècle.
Alors que le monde s’ouvre et que les autoritarismes refluent à l’Ouest, on n’a eu de cesse de dénoncer le contrôle social et le rôle disciplinaire des États. Certains psychiatres considèrent que l’anxiété et la dépression sont associées aux tensions entre le désir et les contraintes imposées par la société, aux entraves qu’elle met à la liberté des mœurs. Hugues Lagrange propose lui une première perspective contraire à ce point de vue : ce ne sont pas les carcans sociaux qui engendrent le malaise mais l’émancipation qui s’est fourvoyée et a privé les hommes de cette seconde peau que constituaient les communautés primaires – les familles étendues, les solidarités locales, les communautés de foi.
L’anonymat urbain, la disparition de la famille étendue, les divorces, la solitude et la dissipation d’un horizon religieux forment un ensemble. La disparition de l’emboîtement de sécurités qu’ils formaient a été particulièrement néfaste pour les classes populaires. 
Dépression et anxiété sont la conséquence de la disparition des enveloppes protectrices qui ont accompagné la modernité. La carte des pathologies mentales en Europe recoupe à la fois les avancées de la liberté et la désinstitution des moeurs. L’affaiblissement du lien conjugal est le facteur majeur de développement des pathologies mentales et de certaines adddictions. Les atteintes psychiques sont plus élevées chez eux qui sont divorcés et vivent seuls.

Peut-on faire une corrélation entre la souffrance moderne et l’ubris des libertés ?  C’est la vision de Kierkegaard  avec l’homme sur le bord de la falaise ; il semble impliquer que les modernes ne peuvent recouvrer les équilibres psychiques qu’en modérant les usages qu’ils font de leur liberté.
Le mouvement vers la liberté s’est fourvoyé quand il a renoncé à être une exigence d’autonomie dans tous les domaines pour ne plus être que suppression des contraintes morales et émancipation des dépendances. Pour le plus grand nombre, la défaite de la liberté intervient parce que les libertés conquises dans la sphère privée ne se sont pas accompagnées d’un élargissement de l’autonomie dans la sphère du travail.  Une forme de domestication par la discipline industrielle puis la standardisation du travail de bureau a créé un porte à faux. Le fossé entre liberté privée et soumission professionnelle a suscité des compensations dont les témoignages les plus éloquents sont la poussée des suicides et la consommation d’alcool au 19ème siècle, et au début du 20ème siècle.

Dans les décennies de prospérité qui suivent la Seconde Guerre, si la consommation d’alcool et le taux des suicides diminuent, dès les années 1980 l'usage de drogues psychotropes explose. Dans le dernier quart du 20ème siècle, alors que le chômage atteint un niveau élevé, un nouveau régime du mal-être s’instaure, moins collectif, plus solitaire. Parallèlement, la part du revenu salarial dans la richesse créée diminue en même temps que la syndicalisation recule et que la lutte collective, notamment les grèves ouvrières, s’effondrent. Sans la capacité de maintenir un niveau de salaire et surtout une dignité par la lutte collective, les addictions sont alors une compensation nécessaire à ceux qui sont au chômage ou menacés de l’être, et aux laissés pour compte de la modernisation qui s’accélère. Dans les segment dominés de la population, les addictions, plus fréquentes, sont associées au chômage et aux licenciements collectifs. Les changements technologiques et la robotisation font des hommes et des femmes de basse qualification des surnuméraires. Les évincés et marginalisés répondent par l’abus de psychotropes et le suicide. Une épidémie d’obésité dont nous percevons maintenant pleinement la portée touche les femmes et les hommes pauvres.  Quand aucune fuite n’est possible l’adversité s’internalise ou se narcotise, elle ne fait pas histoire, c’est une défaite individualisée qui rapidement mobilise les circuits de la récompense et aggrave la perte d’autonomie.

Les classes moyennes ne sont pas épargnées. Les bouleversements en cours, liés à l’informatisation des métiers routiniers de qualification moyenne inaugurent une nouvelle période. Ces bouleversements technologiques entraînent chez les jeunes et chez les adultes des classes moyennes éduquées au sens large, des pathologies de la rivalité pour l’accès aux bonnes places .

Une deuxième perspective s’attache aux raisons du mal-être de ceux qui sont mieux lotis matériellement et plus éduqués. Dans les sociétés contemporaines, il ne s’agit pas seulement d’être compétitif, de réaliser des performances cognitives mais d’évincer d’autres pour avoir accès aux meilleurs universités, aux meilleurs filières et aux emplois les plus rémunérateurs. Ces rivalités prennent un accent nouveau dans des sociétés où ces inégalités recouvrent pour l’essentiel la hiérarchie des performances cognitives. Ceux qui se voient évincés des meilleures formations sont frustrés, l’accès aux meilleures positions étant en principe ouvert à tous. 
La frustration des laissés pour compte de la méritocratie peut difficilement être politisée. Á l’inverse d’autrefois où la majorité pouvait se dire qu’elle avait été privée de la possibilité de faire des études et de s’élever dans la société, les études longues se sont généralisées. Dans ce contexte, le succès est associé au mérite de chacun ; un mérite qui se donne officiellement pour une rémunération de l’effort alors qu’il rétribue surtout des héritages sociaux, des talents, des dotations génétiques non moins arbitrairement distribués que les privilèges de naissance. 

Les milieux sociaux contribuent aux différences d’aptitudes cognitives mais de manière limitée. L’essentiel de la variance des aptitudes entre individus au sein des sociétés développées résulte conjointement de dotations génétiques, d’effets épigénétiques et de l’environnement spécifique que chacun sélectionne. L’idée d’une relative uniformité des aptitudes cognitives, dont l’effet sur les performances scolaires serait seulement modulé par l’effort de chacun est battue en brêche. Une vaste hypocrisie ! Pourtant, dans les milieux éduqués, on revendique l’idée d’une équité du mérite. C’est la source, chez une fraction importante des jeunes, de la croissance de l’anxiété. Ceux d’entre eux  qui sont les plus fragiles et engagés dans les courses à la performance connaissent des effondrements dépressifs, des burn-out et des dérives toxicomanes.

Les familles tentent de peser sur les performances scolaires de leurs enfants mais leurs actions n’ont  aucun effet sur la distribution des aptitudes cognitives ; les familles aisées influent plus sur les carrières scolaires et parfois l’emploi. Elles voudraient donner à leurs gènes un meilleur destin. Depuis quelques décennies, on observe une élévation de l’appariement des couples fondé sur les aptitudes cognitives. On s’en tient pour le moment à la prise en compte du cursus du partenaire. Mais, en s’appariant sur la base du niveau d’étude, les couples pourraient avoir augmenté la similitude des aptitudes cognitives génétiquement codées. On voit le danger que constituerait la constitution de castes de l’esprit. La stratification sociale pourrait trouver des synergies dans les inégalités génétiques et justifier en retour des privilèges. Les familles, en se comportant ainsi, sont devenues des acteurs biopolitiques. Cette course effrénée ne peut que susciter la frustration et le ressentiment tant les échecs seront nombreux.

Hugues Lagrange en cours (génétique et environnement ; 2018)Les combats pour élever le revenu salarial ont tendu à mettre sous le boisseau la question du contenu de l’activité humaine et à justifier la croissance. Nous devons récuser l’identification du projet de la modernité avec la modernisation, et nous devons accueillir les besoins de sécurité affective et de solidarité. L’affirmation des identités est compréhensible dans un contexte où l’ouverture des possibles et le changement technique se sont prodigieusement accélérés. Le besoin d’un sol, d’une proximité renouvelée avec la nature telle qu’elle fût, sont à la mesure des perturbations de nos équilibres internes et externes, d’une division de soi dont la progression de l’autisme et la schizophrénie témoignent.

La catastrophe écologique pendante, portant avec elle une critique radicale des perspectives de vie dominantes à l’Ouest depuis deux siècles, parait de taille à changer le cours des choses. Sans renoncer à un monde ouvert aux conquêtes de la liberté, sans récuser l’idéal d’autonomie, on doit envisager une alternative, découpler modernité et croissance, s’engager dans une consommation plus frugale et un usage de l’intelligence humaine orienté vers plus d’harmonie avec l’environnement externe et interne à l’homme. Retrouver un autre usage du temps aussi pour faire que ces vies plus longues soient plus riches de sensations, de découvertes. La vie bonne – vivre avec autrui et en équilibre avec la nature dans des institutions justes – est un horizon qui peut être partagé.
Une critique de la technique devenue fin en soi qui traverse la réflexion écologique, s’impose de façon non moins forte s’agissant de l’auto-transformation de l’homme. Le problème n’est plus tant que le travail est dépourvu de sens, mais que l’identité professionnelle n’est pas tout ; chacun a besoin de retrouver un sens à sa vie. Ce pourrait être la source de nouveaux engagements. 

Durant près de 3 ans, Hugues Lagrange, Directeur de recherche CNRS émérite, sociologue à Sciences Po - OSC, a effectué une analyse secondaire de plus de 2000 articles scientifiques internationaux pour rédiger cet ouvrage. Certaines données utilisées ainsi qu'une importante bibliographie sont compilées dans un document annexe téléchargeable.    

VU DANS LA PRESSE

« Les Maladies du bonheur ne nous révèle pas la vérité de notre temps. Il ne nous donne donc pas non plus le moyen d'en guérir les pathologies médicales, morales ou politiques. Il apporte quelque chose qui, parce que cela au moins n'est pas chimérique, se révèle beaucoup plus précieux : une approche neuve, stimulante, nécessairement imparfaite et par bribes, des formes que prend la vie, aujourd'hui, en Occident. »
Florent Georgesco,  Le Monde des livres.

Recension de l'ouvrage, par Marie Duru-Bellat (Liens socio /Lectures)

Two years at the Opera

Assessing the effectiveness of a project-based-learning program at the National Opera of Paris
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 13 mars 2020
  • Image Nikolay Antonov, via ShutterstockImage Nikolay Antonov, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 13 mars 2020 de 12h30 à 14h

Two years at the Opera: Assessing the effectiveness of a project-based-learning program at the National Opera of Paris

Philippe Coulangeon, Denis Fougère

Directeurs de recherche CNRS, Sciences Po - OSC


Philippe CoulangeonDenis FougèreThis presentation deals with the evaluation of the academic impact of an artistic and cultural education program - Dix mois d'école et d'Opéra (DMEO) - carried out by the Paris Opera and the regional education authorities in Paris, Créteil and Versailles since the beginning of the 1990s.

This program is aimed more particularly at middle school classes located in disadvantaged neighbourhoods.

We first describes the history, aims and characteristics of the program. We then developed an analysis of the impact of the program on school performances (score at the Brevet des collèges – 9th grade) of the students in about 50 middle schools classes involved in the program between 2003 and 2012.

We use a counterfactual framework, based on the comparison between treated and control students by means of propensity score matching and related treatment effect models.

Our results suggest a modest but significant impact of participation in DMEO, at least for those who actually participate for the full duration of the program. These results also display a differentiation of this impact by gender and social origin of students.

Finally, the presentation underlines the uncertain nature of these effects. We suggest that these effects are probably due more to changes in the conditions under which pupils are supervised and motivated, to the forms of involvement and coordination of teaching teams than to the acquisition of academic skills in the strict sense.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Suggestions de lecture

Inégalités d'accès à l'enseignement supérieur

Avantages cumulatifs et compensatoires au cours du secondaire
Estelle Herbaut - RFS, n° 60-4
  • Image L Stock Studio, via ShutterstockImage L Stock Studio, via Shutterstock

 

RFS n° 60-4, 2019 (parution mars 2020)Les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur français

Avantages cumulatif et compensatoire au cours de l’enseignement secondaire

Estelle Herbaut

Post-doctorante, projet LIFETRACK (Norface - ANR)

Article de la Revue française de sociologie, n° 60-4, 2019, p. 535-566 (parution mars 2020)

Article disponible en ligne sur CAIRN

Estelle HerbautEstelle Herbaut apporte un éclairage nouveau sur la manière dont les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur se construisent, tout au long de l’enseignement secondaire. Elle utilise les données d'un panel d'élèves du second degrès en 1995.

Dans un premier temps, sont abordés la contribution respective des inégalités d'obtention du baccalauréat et les inégalités de transition vers l'enseignement supérieur. Dans une seconde partie l'auteure examine dans quelle mesure l'accumulation de résultats scolaires explique les inégalités d'obtention du bac et infuence les trajectoires scolaires selon l'origine sociale. Elle adopte la prespective "du parcours de vie" et teste la validité de deux concepts scientifiques : Les mécanismes de l'avantage cumulatif (Thomas DiPrete et Gregory M. Eirich) et celui de l'avantage compensatoire (Fabrizio Bernardi).

 Elle observe que les inégalités d’accès au supérieur résultent à 81 % d’inégalités dans l’obtention du baccalauréat en France. L’accumulation de résultats scolaires négatifs pendant le secondaire contribue largement à la sous-représentation des élèves défavorisés parmi les bacheliers. Les données montrent aussi que les trajectoires des élèves avec des difficultés scolaires initiales similaires divergent largement selon le niveau d’instruction des parents, confirmant l’hypothèse de l’avantage compensatoire. Un effet de renforcement est aussi mis en évidence, menant à des trajectoires divergentes entre bons élèves, suivant l’origine sociale, pour l’accès aux filières prestigieuses du supérieur. Ces résultats suggèrent la nécessité de considérer les interactions entre performance scolaire et milieu social pour appréhender le développement des inégalités tout au long de la scolarité.

Tags :

La ségrégation au collège

Mesure et éléments de diagnostic
Olivier Monso, Séminaire scientifique de l'OSC, 28 février 2020
  • Image Sergey Novikov, via ShutterstockImage Sergey Novikov, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 28 février 2020 de 12h à 13h30

La ségrégation au collège
Mesure et éléments de diagnostic

Olivier Monso

Expert à la DEPP (Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse), doctorant à l'OSC, membre du LIEPP


Olivier MonsoLa ségrégation sociale entre établissements scolaires est un facteur d’aggravation des inégalités d’éducation. La Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) et l’Insee ont mené des travaux visant à enrichir la façon dont nous mesurons, représentons, et analysons la ségrégation au collège.

J’en ferai une présentation, incluant notamment les méthodes qui nous ont permis de distinguer la contribution des différentes composantes de la ségrégation (résidentielle, choix scolaires).

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Suggestions de lecture

Tags :

Les troubles du comportement à l'adolescence relèvent-ils de la psychiatrie ?

Incertitudes et dilemmes
Isabelle Coutant (CNRS), Séminaire scientifique de l'OSC, 6 mars 2020
  • Image Phonographee.eu via ShutterstockImage Phonographee.eu via Shutterstock

 Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 6 mars 2020 de 12h à 13h30

Les troubles du comportement à l'adolescence relèvent-ils de la psychiatrie ?
Incertitudes et dilemmes

Isabelle Coutant (CNRS-IRIS)

Chargée de recherche CNRS à l'IRIS (EHESS)


Isabelle Coutant« Troubles du comportement », « troubles des conduites », « états-limite » ou « borderline », « pathologies de l’agir »… Selon les nosographies ou les affiliations théoriques, les catégorisations diffèrent pour désigner des troubles adolescents qui mettent à mal les normes sociales et qui, tant dans le champ éducatif que dans le champ de la santé mentale, sont jugés en augmentation.

En sciences sociales, depuis Michel Foucault, nombre de travaux ont questionné la légitimité d’un traitement psychiatrique de ce type de déviance. Ils considèrent qu’en médicalisant les comportements rétifs à l’ordre social, on participe du maintien des inégalités qui les produisent.

La controverse qui a suivi la publication d’un rapport de l’INSERM sur le trouble des conduites en 2005 a montré que ces interrogations traversent également pour partie la pédopsychiatrie. Les professionnels sensibles à la dimension sociale de ces troubles s’inquiétaient d’un repérage précoce au potentiel stigmatisant, dans un contexte politique de répression accrue de la délinquance des mineurs.

Il demeure cependant que la psychiatrie fait bien souvent office de soupape pour les autres institutions d’encadrement de la jeunesse confrontées à des adolescents qu’elles jugent « ingérables ». Les foyers socio-éducatifs, les établissements scolaires, les magistrats orientent régulièrement ces adolescents et leurs familles vers les dispositifs « psy ». Les questions qui se posent alors, dans le quotidien de l’activité est, au cas par cas : Quelle légitimité à intervenir ? Comment ne pas renforcer le stigmate dont l’adolescent ou l’adolescente fait l’objet ? Comment obtenir son adhésion ? Jusqu’où intervenir ?

A partir d’une enquête ethnographique menée au sein d’un service d’hospitalisation spécialisé dans la prise en charge des troubles du comportement, d’une seconde enquête réalisée au sein d’une Maison des adolescents, et d’un projet de film documentaire retraçant le parcours d’une jeune femme ayant été hospitalisée à l’âge de 16 ans, il s’agira de réfléchir à la fois aux dilemmes de la psychiatrie face à ce type de troubles qui, peut-être plus que d’autres, troublent l’institution, et à la fonction qu’elle peut remplir en terme de socialisation des adolescents, de médiation au sein des familles et de soutien des autres institutions en charge de la jeunesse.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

The Care Penalty in the United States and European Union:

Analysing the role of the labour market and social policy context
Emanuele Ferragina, Zachary Parolin, Séminaire scientifique de l'OSC, 7 février 2020
  • Image Oksana Kuzmina / ShutterstockImage Oksana Kuzmina / Shutterstock

 Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 7 février 2020 de 12h à 13h30

The Care Penalty in the United States and European Union:
Analysing the role of the labour market and social policy context

Emanuele Ferragina* - Zach Parolin**

*Associate-Professor, Sciences Po-OSC
**Post-Doctoral Research Associate, Columbia University, Center on Poverty & Social Policy

Emanuele FerraginaZach ParolinCare occupations grew in the U.S. and Europe throughout the past decade, now amounting to nearly a third of the workforce in many of these countries. While past explanations of the care penalty pointed to individual and economic factors, this study adopts an institutionalist perspective. Specifically, we suggest that labour market and welfare state institutions can help to explain why the care penalty is larger in the U.S. than most European countries.

We test competing explanations of the care penalty in a comparative framework, analysing the sources of differences in the care gap between 25 countries, employing harmonized micro-data from the U.S. and EU Member States from 2005 to 2016 (EU-SILC 2016; U.S. Current Population Survey 2019). We use country and year fixed effects models to test the extent to which the relative earnings of care occupations are conditional on demographic and time-varying contextual factors, such as collective bargaining coverage, employment protection legislation, and welfare state spending.

Following recent developments in the care literature, we also take into account the heterogeneity of care work, considering earnings penalties or premiums among reproductive care occupations, as well as high- and low-status nurturant care occupations.

Our primary findings suggest that labour market and welfare state institutions are far more important than individual or demographic characteristics in explaining the relative earnings of care occupations. Specifically, we find that higher rates of collective bargaining coverage and welfare state spending contribute to higher relative earnings for reproductive care occupations, and lower relative earnings for the well-paid, high-status nurturant care occupations. A counterfactual analysis comparing care penalties in the U.S. to EU Member States demonstrates that demographic factors explain a very small portion of cross-national differences in the relative earnings of care occupations.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Sciences Po - OSC is recruiting!

Assistant Professor in Sociology
Deadline: April 5th 2020
  • Rentrée 2019 en amphithéâtre Boutmy - Image Vincent Augier / Sciences PoRentrée 2019 en amphithéâtre Boutmy - Image Vincent Augier / Sciences Po

Sciences Po is recruiting an Assistant Professor in sociology (tenure track) at the Observatoire Sociologique du Changement (OSC). Position starting on the 1st of September 2020.

The position is designed to reinforce and complement OSC’s expertise in the study of social inequality. We welcome applications from candidates with a recent PhD, working with qualitative and/or quantitative methods, with an ambitious research agenda in the area of social stratification and inequality, and targeting publications in leading journals of sociology. OSC Faculty members are international experts in the study of central inequality concerns such as education, gender, life course, family, welfare state and economic inequality, labour market, social mobility, urban segregation, migration, ethno-racial minorities, cultural inequality and digital inequality. We would appreciate commitment to all these research themes, and we are also open to expertise on environmental or health inequality.

The successful candidate will become a full member of the Observatoire sociologique du changement (OSC) and will be affiliated to Sciences Po Department of Sociology. He.She will pursue his/her research at OSC and is expected to participate in collective activity : seminars, academic events, collaborations, research networks. He.She will also engage in responding to national and international calls to fund research projects.

Knowledge of French is not required for this position.

Job description, recruitment process [PDF, 222 Ko] - Deadline: April 5th 2020.

Sciences Po recrute un·e Assistant Professor en sociologie (emploi de statut privé, à temps plein, avec tenure track). Prise de fonction en septembre 2020.
La personne recrutée sera rattachée à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) et au Département de sociologie de Sciences Po.

Elle conduira son programme de recherche à l’OSC. Elle le développera en participant activement aux activités collectives du centre (séminaires, manifestations scientifiques, collaborations, intégration dans les réseaux de recherche, etc.) et en s’engageant à répondre à des appels à projets nationaux ou internationaux pour obtenir des financements.

Elle aura vocation à participer à la formation et l’encadrement des élèves du premier cycle de Sciences Po (Collège universitaire à Paris et dans les campus en région) et des élèves de master. Au-delà de ses domaines de recherche spécifiques, le ou la futur.e Assistant Professor pourra enseigner la sociologie générale notamment au Collège universitaire.

La connaissance de l’anglais, langue d’enseignement, est requise.

Ce poste est destiné à renforcer et à compléter l'expertise de l'OSC dans l'étude des inégalités sociales. Nous accueillons les candidatures de personnes ayant un doctorat récent, mobilisant des méthodes qualitatives et/ou quantitatives, proposant un programme de recherche ambitieux dans le domaine de la stratification et des inégalités sociales et visant des publications dans les principales revues de sociologie.
Les chercheur·e·s de l'OSC sont reconnu.e.s au plan international pour leur expertise dans l'étude des inégalités dans différents domaines : l'éducation, le genre, le parcours de vie, la famille, l’Etat-providence et les inégalités économiques, les inégalités sur le marché du travail, la mobilité sociale, la culture, le numérique, la ségrégation urbaine, la migration, les minorités ethno-raciales. Nous serons heureux d’accueillir des candidat.e.s engagé.e.s dans tous ces domaines, et apprécierons celles et ceux travaillant sur les inégalités environnementales ou sur les inégalités de santé.

Fiche de poste complète, procédure de recrutement [PDF, 224 Ko] - Date limite : 5 avril 2020

LPPR - Motion de l'OSC

Projets pour la loi de programmation pluriannuelle de la recherche
  • Hall d'accueil, présentoir livres de l'OSC (image B. Corminboeuf)Hall d'accueil, présentoir livres de l'OSC (image B. Corminboeuf)

Texte de la motion adoptée en Assemblée générale de laboratoire vendredi 31 janvier 2020 : prise de position sur le projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Dans le contexte des mobilisations sociales actuelles et dans le cadre des réflexions en cours au sujet de la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR), les membres de l’Observatoire sociologique du changement, unité mixte de recherche du CNRS et de la FNSP, affirment leur attachement au service public de la recherche et de l’enseignement, garantie de la qualité et de l’indépendance de leurs activités scientifiques.

Ils appuient les revendications de la communauté scientifique portant sur la nécessité d’amplifier substantiellement le financement public de la recherche, à travers la pluriannualisation et l’augmentation des dotations de base aux unités de recherche, ainsi que le rééquilibrage des crédits récurrents et des financements sur appels à projet (AAP), au bénéfice des premiers. Ils souhaitent aussi un transfert des sommes allouées au dispositif du Crédit Impôt Recherche au financement de la recherche publique.

Prenant acte de l’annonce récente de mesures de revalorisation des débuts de carrières des chercheurs et enseignants-chercheurs, ils insistent néanmoins sur la nécessité de renouer avec une politique ambitieuse de recrutement sur des supports d’emploi pérennes, dans tous les corps et tous les métiers de l’ESR. Un effort en faveur du financement d’un plus grand nombre de contrats doctoraux doit être engagé, accompagné de la revalorisation conséquente de la rémunération indiciaire de l’ensemble des personnels des métiers de la recherche. Le gel du point d’indice participe notamment de la baisse d’attractivité des emplois BIATSS.

Ils soulignent l’importance prioritaire du temps accordé à la recherche, trop souvent entravé par la multiplication des tâches et des ressources investies dans le montage de projets et la multiplication des évaluations redondantes et aux finalités incertaines. Ils revendiquent aussi la priorité du temps long de la recherche sur la soumission aux enjeux de court terme.

Ils s’alarment en conséquence de ce que certains des éléments de réflexion rendus publics dans les travaux préparatoires à la future LPPR semblent prendre le contrepied de ces recommandations,

  • par l’accent mis sur le rôle des financements sur AAP, y compris dans la définition des dotations de base, qui se verraient de plus en plus conditionnées à l’efficacité des équipes de recherche dans l’obtention des crédits soumis à compétition ;
  • par la promotion idéologique d’un modèle de gestion des structures et des carrières axé sur la compétition au détriment de la coopération ;
  • par le renforcement d’un pilotage centralisé de la recherche fondée sur des priorités politiques sans lien avec la dynamique intrinsèque de la science ;
  • par la promotion de forme d’emplois totalement dérogatoires tant au droit de la fonction publique qu’au droit des contrats de travail de droit privé (CDI de projet de 12 ans) ;
  • par l’amplification des possibilités aux conséquences très inégalitaires d’augmentation des services d’enseignement des enseignants-chercheurs au détriment des activités de recherche et par le renforcement des pouvoirs confiés en la matière aux directions d’UFR et de départements ;
  • par le rôle dévolu à la part indemnitaire des rémunérations dans la revalorisation des traitements, en cohérence avec le projet de réforme du régime des retraites par ailleurs particulièrement défavorable aux salarié.e.s de l’ESR ;
  • par les conséquences très inégalitaires de la dualisation des structures de recherche associée à la concentration des moyens sur quelques établissements prestigieux dotés de compétences dérogatoires en matière de recrutement et de gestion des carrières.
Tags :

Interactional discrimination: field experiments

Martin Aranguren
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 31 janvier 2020
  • Image "Bricolage" via ShutterstockImage "Bricolage" via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 31 janvier 2020 de 12h à 13h30

Interactional discrimination: field experiments

Martin Aranguren (Chargé de recherche CNRS)
Unité de Recherches Migrations et Société - URMIS

Martin ArangurenIn this talk, I present evidence in support of the idea of interactional discrimination, which designates forms of disadvantageous treatment that are specific to the realm of social interaction.
I first recall why we need the idea of interactional discrimination.
Secondly, I articulate the logic of an ongoing project on interactional discrimination against Muslims that relies on a series of original field experiments in the metros of Brussels, Paris and Vienna. For simplicity, throughout the talk I focus on the following single question: do women who wear the hijab endure interactional discrimination when they interact with a stranger in a public place?

Methodologically, this question can be answered with two different types of experiment.
Third, I report the methods and results of the project. To date (January 2020), we have been able to complete a series of studies of the first type in Brussels, Paris and Vienna, and one study of the second type in Paris. All our experiments involve a confederate actor who interacts with a stranger on the platform of one from a series of selected metro stations; all interactions are videotaped (but only those that receive consent are processed).
The evidence available to date supports the hypothesis that women who wear the hijab do endure interactional discrimination in Paris.
However, the studies also indicate that the responses to the hijab vary greatly across groups defined by site and sex of the participant, including a number of zero and opposite-sign effects.

En savoir plus sur Martin Aranguren - publications (HAL)

L'inscription au séminaire est obligatoire

Quels outils d'analyse pour les gilets jaunes ?

Journées d'études 16 & 17 janvier 2019, Paris
  • Image Gérard Bottini / ShutterstockImage Gérard Bottini / Shutterstock

Quels outils d'analyse pour les gilets jaunes ?

Trois temps d'échanges sur les approches, les méthodes et les sources de données utilisées pour rendre comprendre ce mouvement social.

Jeudi 16 janvier et Vendredi 17 janvier - Sciences Po 27, rue Saint-Guillaume 75007 Paris

Programme provisoire

* Jeudi 16 janvier *

Ethnographie

  • Analyser “par en bas” un mouvement issu du “bas” de l’espace social. Apports et points aveugles d’une ethnographie localisée et comparative des Gilets jaunes en milieu rural
  • Etudier le mouvement des Gilets jaunes : une ethnographie comparée des occupations de ronds-points
  • Que permet de saisir une ethnographie des ronds-points de “gilets jaunes” ?
  • La contestation sous main de justice : Élargir son champ de recherche pour appréhender certains profils de gilets jaunes et le rapport d’une institution étatique à ces derniers

Analyses spatiales et temporelles

  • Les gilets jaunes et le comptage des manifestants
  • A la recherche de la distribution spatiale des “gilets jaunes”
  • Incidence des manifestations sociales sur la délinquance enregistrée
  • Le mystère de la France jaune

Comment analyser qui a dit quoi et comment… dans le Grand ou le Vrai Débat

  • Qui a participé sur GrandDebat.fr ? Prédiction du soutien aux Gilets jaunes chez les contributeurs à partir d’une deuxième plateforme
  • Sens et matérialités des contributions citoyennes. Analyse textométrique et discursive du cahier citoyen de Dole (Jura)
  • Analyse des données issues du Vrai débat

Regard d’un garant du Grand débat

* Vendredi 17 janvier *

Groupes en ligne et réseaux sociaux numériques

  • Les déterminants de la mobilisation des “gilets jaunes”
  • Ce que disent les Gilets Jaunes, ce que l’on dit des Gilets Jaunes
  • Les Gilets Jaunes sous toutes les coutures. Une approche méthodologique mixte des liens entre populisme et précarité
  • “Gilets Jaunes”, inégalités de richesse et populisme
  • La place des Gilets Jaunes sur YouTube

Comment comparer et quelle différence entre Grand et Vrai débat ?

  • Les thématiques du Grand Débat et du Vrai Débat : approche textométrique
  • Se référer au passé, se projeter dans l’avenir. Analyses textuelles et fouille spatiale pour appréhender les horizons temporels des contributions au Grand et au Vrai Débat
  • Analyser le “grand débat national” et le “vrai débat” en confrontant les outils de l’analyse des données textuelles et des algorithmes de type réseau de neurones

Sources et critique des sources

  • Derrière les mystères de l’infographie officielle des données issues du Débat national : les apports de trois approches qualitatives de réunions d’initiatives locales
  • L’argumentation dans la délibération entre cadre théorique, règles énoncées, mise en oeuvre et auto-évaluation
  • Recueil de la parole citoyenne et méthode d’analyse de small data territoriales : enjeux analytiques et éthiques
  • La complémentarité des outils informatiques dans le traitement des propositions en ligne du Grand Débat National
  • La reconnaissance optique de marques sur cases cochées au service du Grand débat national
  • Grand débat et IA : quelle transparence pour le traitement des données ? Une tentative de rétro-ingénierie de la synthèse
  • Regard de diplomatistes sur le matériau documentaire du mouvement des Gilets jaunes : les données en bosse et les données en creux

Inscription pour chacune des 2 journées sur https://metsem.hypotheses.org/765

Voir et télécharger le programme provisoire complet (pdf)

The political-economic determinants of health and health inequities

Alexander Kentikelenis
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 17 janvier 2020
  • Image Romolo Tavani / ShutterstockImage Romolo Tavani / Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 17 janvier 2020 de 12h à 13h30

The political-economic determinants of health and health inequities

Alexander Kentikelenis
(Assistant professor of political economy and sociology, Bocconi University)


Alexander KentikelenisSociologists have long drawn attention to the social determinants of health - the conditions under which people are born, grow, live, work, and age. This talk shifts attention to determinants of health that are further upstream: the political-economic environment.

First, I present a conceptual framework for mapping the mechanisms through which political economy impacts health.

Subsequently, I discuss two empirical case studies that illustrate some of these mechanisms: the impact of the economic crisis and austerity on health status in Greece, and the impact of “structural adjustment programmes” by the IMF on health equity in low-income countries.

L'inscription au séminaire est obligatoire

Tales from the field: Understanding students' experiences at Sciences Po

Tabea Schroer
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 10 janvier 2020
  • Image Nicolas Tavernier / Sciences PoImage Nicolas Tavernier / Sciences Po

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 10 janvier 2020 de 12h à 13h30

Tales from the field:
Understanding students'experiences at Sciences Po

Tabea Schroer
(Doctoral researcher, Leibniz Center for Science and Society, University of Hannover)


Tabea SchroerSince the 2000s, the student body at Sciences Po has become more socially diverse. On the one hand, the Conventions  d’Éducation  Prioritaire  were  introduced,  on  the  other  hand,  Sciences  Po  is  attracting  more  international  students.  Therefore,  from  a  research  perspective  interested  in  Higher  Education  and  social  inequality,  Sciences  Po  constitutes  an  interesting  case  for  research.  How  do  students  nowadays  get  to  Sciences Po and how do they experience their studies?

By making use of biographical-narrative interviews with students, my doctoral thesis in progress aims at answering these questions more in detail. This provides the opportunity to better understand processes of social reproduction as well as non-reproduction. My  paper  will  give  insights  into  the  research  design  that  is  very  much  anchored  within  a  sociological  tradition of biographical research which was established in Germany (Schütze, Rosenthal). Furthermore, I will provide some preliminary ideas for further analysis, while illustrating one biographical case

L'inscription au séminaire est obligatoire (sandwich offert)

Relative risk aversion models: How plausible are their assumptions?

Carlo Barone, Katherin Barg, Mathieu Ichou
OSC Papers 2019-3
  • Illustration Duplass via ShutterstockIllustration Duplass via Shutterstock

OSC Papers 2019-3 CoverRelative risk aversion models:
How plausible are their assumptions?

Carlo Barone (Sciences Po - OSC, LIEPP),
Katherin Barg (University of Exeter),
Mathieu Ichou, (Institut national d’études démographiques - INED)

This working paper examines the validity of the two main assumptions of relative risk-aversion models of educational inequality.
We compare the Breen-Goldthorpe (BG) and the Breen-Yaish (BY) models in terms of their assumptions about status maintenance motives and beliefs about the occupational risks associated with educational decisions.

Concerning the first assumption, our contribution is threefold. First, we criticise the assumption of the BG model that families aim only at avoiding downward mobility and are insensitive to the prospects of upward mobility. We argue that the loss-aversion assumption proposed by BY is a more realistic formulation of status-maintenance motives.
Second, we propose and implement a novel empirical approach to assess the validity of the loss-aversion assumption.
Third, we present empirical results based on a sample of families of lower secondary school leavers indicating that families are sensitive to the prospects of both upward and downward mobility, and that the loss-aversion hypothesis of BY is empirically supported. As regards the risky choice assumption, we argue that families may not believe that more ambitious educational options entail occupational risks relative to less ambitious ones. We present empirical evidence indicating that, in France, the academic path is not perceived as a risky option. We conclude that, if the restrictive assumptions of the BG model are removed, relative-risk aversion needs not to drive educational inequalities.

Download the Working Paper 2019-3, available on SPIRE repository [PDF, 990 Ko].

An Intergenerational Perspective on (Re)migration

Return and Onward Mobility Intentions across Immigrant Generations
Louise Caron - International Migration Review - December 2019
  • Illustration Victor Metelskiy via ShutterstockIllustration Victor Metelskiy via Shutterstock

An Intergenerational Perspective on (Re)migration: Return and Onward Mobility Intentions across Immigrant Generations

Louise CaronLouise Caron, PhD in sociology, Sciences Po

International Migration Review

First Published December 13, 2019 - https://doi.org/10.1177/0197918319885646

This article compares the prevalence and determinants of international mobility intentions across immigrant generations (G1, G1.5, G2, and G2.5), using French survey data (TeO).

Two types of migration intentions are analyzed: (a) return to the (parents’) origin country an (b) onward migration to a third country.

Results highlight migration intentions’ intergenerational variation and underlying logics.
The probability to state return intentions is larger for G1 yet surprisingly similar to the stated return intentions for G2. By contrast, G2.5 (one immigrant and one French native parent) stand out as they are primarily characterized by onward migration intentions and are significantly less likely to consider “returning” to their sole immigrant parents’ origin country. Echoing the conceptual framework of “reactive transnationalism” or “reactive ethnicity,” the specific determinant of G2 return intentions appears to be their perception of discrimination. These findings show the value of (a) disaggregating the traditional first versus second generation dichotomy to understand the complexity of migration intentions and (b) including countries other than the parental homeland when studying second-generation transnational practices.

More broadly, the article contributes to a better understanding of integration mechanisms by using migration intentions not only as proxies for population movements but also as a valuable framework providing empirical insights into immigrants’ personal relationship to both the country of residence and expected destination.

Louise Caron, Figure 1 - Intentions to leave mainland France by Immigrants

Table 1 summarizes the selected sample by immigrant generation and potential migration trajectory. While only a minority of respondents stated a clear intention to ever leave mainland France (around 12% of “yes” overall), this proportion appears relatively stable across generations, ranging from 9.9 percent for G2.5 to 15.0 percent for G1. Larger differences emerge when taking into consideration the expected destination. G1 are more likely to express return intentions, while G2.5 more frequently declare a third-country destination. The proportion of respondents who declared that they would “maybe” live elsewhere some day is on average larger than the proportion of clear migration intentions, especially regarding return for G1 and onward mobility for G2.5.

Handicaps et destinées de classes

Diplômes et expériences subjectives au prisme des modes de scolarisation
Célia Bouchet - Séminaire scientifique de l'OSC - 20 décembre 2019, 12h
  • Image DeeaF, via ShutterstockImage DeeaF, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 20 décembre 2019 de 12h à 13h30

Handicaps et destinées de classes
Diplômes et expériences subjectives au prisme des modes de scolarisation

Célia Bouchet (Doctorante, Sciences Po - OSC et LIEPP)

« Les écoles intégratrices partent du principe fondamental que tous les élèves d’une communauté doivent apprendre ensemble, dans la mesure du possible, quels que soient leurs handicaps et leurs difficultés. […] Le placement des enfants dans des écoles spéciales - ou dans des classes ou sections spéciales au sein de l’école, de manière permanente - devrait être l’exception et n’être recommandé que dans les rares cas où il est manifeste que l’éducation dans les classes ordinaires ne peut répondre aux besoins éducatifs ou sociaux de l’enfant, ou que son bien-être ou celui de ses camarades l’exige. » (Déclaration de Salamanque, UNESCO, 1994)


DepuiCélia Bouchets une quarantaine d’années, en alignement avec l’évolution des normes internationales, les politiques publiques françaises s’orientent vers la promotion de l’intégration (ou inclusion) scolaire : c’est-à-dire, la fréquentation par les élèves handicapé·e·s de structures scolaires « ordinaires ». Là où de nombreux travaux soulignent que les orientations vers des dispositifs éducatifs spécialisés sont encore fréquentes, et qu’elles sont socialement sélectives, les suites de ces orientations demeurent moins connues, en particulier, dans leurs effets sur le diplôme atteint.


À partir de données rétrospectives de l’Enquête Emploi 2011 et de son module ad-hoc, cette communication appréhende les parcours scolaires dans leur dimension diplômante (niveau d’études atteint) et subjective (perturbations scolaires auto-identifiées), au prisme des modes de scolarisation. En associant les méthodes statistiques de régressions et d'ACM, on montre que le type de scolarité suivi a des effets propres en matière de diplôme atteint et qu’il est associé à l’identification de certains types de perturbations scolaires. Nous nuancerons ces résultats en soulignant le rôle croisé d’autres facteurs individuels, tels le type d’incapacité, l'origine sociale, l'âge ou la génération migratoire, parce qu’ils déterminent la portée diplômante d’une option éducative donnée et/ou parce qu’ils façonnent les auto-qualifications des expériences scolaires.

L'inscription au séminaire est obligatoire (sandwich offert)

Migration and Inequality

Mirna Safi
Polity Press, 2020
  • Book Cover (Vasco Gargalo & Rachel Moore). Image Motortion Films (Shutterstock)Book Cover (Vasco Gargalo & Rachel Moore). Image Motortion Films (Shutterstock)

Migration and Inequality

Mirna Safi (Associate Professor, Sciences Po - OSC)

In a world of increasingly heated political debates on migration, relentlessly caught up in questions of security, humanitarian crisis, and cultural “problems”, this book radically shifts the focus to address migration through the lens of inequality. It therefore aims at bridging the gap between three relatively distinct social science fields: migration ans immigration studies, ethnic and racial studies, and social stratification and inequality studies.

Taking an innovative approach, Mirna Safi offers a fresh perspective on how migration is embedded in the elementary mechanisms that shape the landscape of inequality. She sketches out three distinct channels which lead to unequal outcomes for different migrating and non-migrating groups:

  • the global division of labor
  • the production of legal and administrative categories
  • the reconfiguration of symbolic ethnoracial groups.

Respectively, these channels categorize migrants as “type of workers,” “type of citizens” and “type of humans”. Examining this intersection across the U.S. and Europe, she shows how studying international migration together with inequality can challenge nationally established paradigms of social justice.

Re-centering the debate on migration around issues of inequality and social justice is capable of changing the predominant narratives in public policy discussions. But reframing the narrative is not enough; institutional change is also crucial...

Published by Polity Press, January 2020, 216 p., ISBN 9781509522118.

Content

Chapter 1: From National to Migration Societies - Chapter 2: Migration and Elementary Mechanisms of Social Inequality: a conceptual framework - Chapter 3: The Economic Channel: Migrant Workers in the Global Division of Labor - Chapter 4: The Legal Channel: Immigration Law, Administrative Management of Migrants and Civic stratification - Chapter 5: The Ethnoracial Channel: Migration, Group Boundary-Making and Ethnoracial Classification Struggles - Conclusion: Migration, an Issue of Social Justice

Does differentiation lead to polarization?

Evidence on the gender-specific development of school engagement
Janina Beckmann - Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 13 décembre
  • Boy student in elementary school class watching the lesson (Kzenon/Shutterstock)Boy student in elementary school class watching the lesson (Kzenon/Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 13 décembre 2019 de 12h à 13h30

Does differentiation lead to polarization? Evidence on the gender-specific development of school engagement in the German educational system

Janina Beckmann (PhD Researcher, University of Cologne)

Janina BeckmannEducational tracking is a commonly applied educational practice of grouping students into different instructional tracks, creating distinct learning environments. The differentiation-polarization hypothesis suggests that ability grouping will lead to a polarization of students’ attitudes and engagement: those in higher tracks will become more engaged in school, while those in lower tracks will develop counter-school attitudes. In this work in progress, I examine this claim in the context of the German educational system, paying particular attention to possible gender heterogeneities in this process. Theories about gender identity predict that boys will be particularly sensitive to their learning environment, channeling different conceptions of masculinity which either contradict or align with scholastic engagement. Adding to the mainly cross-sectional findings in this research area, I  investigate the impact of educational tracking on boys’ and girls’ development of school engagement until three years after the transition from primary into secondary education. These longitudinal data also allow me to more thoroughly disentangle selection from influence effects.

L'inscription au séminaire est obligatoire (sandwich offert)

Pour vivre heureux, vivons cachés

Pratiques résidentielles, styles de vie et rapports de genre chez les classes supérieures du pôle privé
Soutenance de thèse, Lorraine Bozouls, 11 décembre 2019
  • Image 1000 words, via ShutterstockImage 1000 words, via Shutterstock

« Pour vivre heureux, vivons cachés »
Pratiques résidentielles, styles de vie et rapports de genre chez les classes supérieures du pôle privé

Lorraine Bozouls (OSC, Università degli Studi di Milano-Bicocca - URBEUR-Quasi)

Soutenance de thèse, le mercredi 11 décembre 2019, 14h à Sciences Po, 98 rue de l'Université, salle Annick Percheron Paris 7e.

Composition du jury : 

  • Mme. Alberta Andreotti, Professeure associée, Università degli Studi di Milano-Bicocca
  • Mme Céline Bessière, Professeure des universités, Université Paris Dauphine, IRISSO
  • Mme Marie Cartier, Professeure des universités, Université de Nantes, Centre Nantais de Sociologie
  • M. Marco Oberti, Professeur des universités, Sciences Po - OSC (Directeur de recherche)
  • M. Fabio Quassoli, Professeur associé, Università degli Studi di Milano-Bicocca (Directeur de recherche)
  • Mme Sylvie Tissot, Professeure des universités, Université Paris 8, Cresppa

Au croisement de la sociologie urbaine et de la sociologie de la stratification sociale, cette thèse porte sur le pôle privé des classes supérieures résidant dans les espaces homogènes de la banlieue résidentielle parisienne. Elle analyse le rôle du quartier et celui du logement dans la formation et la reproduction de cette fraction de classe et apporte ainsi une contribution à la compréhension des mécanismes de ségrégation du point de vue des classes supérieures davantage dotées en capital économique que culturel. Cette thèse s’appuie sur une enquête localisée dans les quartiers les plus aisés de deux communes de la banlieue parisienne (Rueil-Malmaison et Saint-Maur-des-Fossés), où ont été conduits soixante entretiens avec des propriétaires de maisons. Les hommes des ménages enquêtés sont dans une large majorité des hauts cadres du secteur privé, des professions libérales ou encore des chefs d’entreprise et leurs épouses sont très souvent femmes au foyer ou en emploi réduit. Plus de deux tiers des ménages enquêtés ont un patrimoine immobilier estimé supérieur à un million d’euros et appartiennent donc aux 3 % des ménages les plus dotés de France. La thèse défend l’idée selon laquelle ce groupe social, situé « en haut à droite » de l’espace social bourdieusien, et numériquement plus important que la grande bourgeoisie traditionnellement étudiée, est un point d’observation privilégié des inégalités en France.

Les ménages enquêtés choisissent un quartier marqué par son entre-soi, qui assure des conditions favorables de reproduction sociale. Ils s’investissent à l’échelle locale dans les relations de sociabilité et dans des entreprises de patrimonialisation, dont ils tirent des ressources, à la fois en termes de capital social, symbolique et économique. De plus, les ménages enquêtés sont investis dans un mouvement de privatisation, qui est visible dans leur goût pour la propriété immobilière et leur repli sur l’espace domestique. Par la prise en charge du travail du style de vie, les femmes participent à l’accumulation de capital économique – notamment grâce au travail immobilier – mais également à sa conversion en capital symbolique et culturel, et contribuent ainsi à l’appartenance de classe du ménage. Enfin, cette privatisation est également synonyme d’un éloignement vis-à-vis des services publics, visible notamment à travers la prise en charge de leur sécurité, qui s’accompagne parfois d’un mouvement de fermeture résidentielle.

Pour des raisons de sécurité, les soutenances de thèse sont strictement réservées aux personnes invitées et aux publics internes de Sciences Po (étudiants, enseignants, chercheurs, salariés).

Tags :

Quand les hommes ne font pas comme les autres

Pratiques individuelles du non-végétarisme au sein des ménages en Uttar Pradesh
Mathieu Ferry - Séminaire scientifique de l'OSC - 29 novembre 2019
  • Image Adam Cohn, Baldeo Vegetable Market (CC BY-NC-ND 2.0) via FlickrImage Adam Cohn, Baldeo Vegetable Market (CC BY-NC-ND 2.0) via Flickr

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 29 novembre 2019 de 12h à 13h30

Quand les hommes ne font pas comme les autres.
Pratiques individuelles du non-végétarisme au sein des ménages en Uttar Pradesh

Mathieu Ferry (Doctorant, OSC-LSQ)

Mathieu FerryVégétarien ou non ? Cette distinction demeure un marqueur social saillant en contexte indien, où le végétarisme a depuis longtemps été associé au groupe majoritaire hindou – par rapport aux autres minorités religieuses, surtout celle musulmane -  et plus particulièrement aux groupes de hautes castes – en particulier les Brahmanes.

A l’instar des connaissances académiques sur la caste dans l’Inde contemporaine qui insistent sur les rapports socioéconomiques et de pouvoir au fondement de la persistance de cette forme de groupe social, l’analyse du végétarisme développée dans ma thèse, centrée sur l’Uttar Pradesh, met au jour la variabilité des pratiques alimentaires, en lien avec les inégalités sociales au sein des groupes de caste. Marqueur de différenciation culturelle de caste et de religion, le végétarisme varie aussi en fonction des ressources matérielles de la stratification sociale. Ainsi, les frontières de caste et de religion sont d’autant plus fortes et marquées par le végétarisme qu’elles recouvrent d’autres formes d’inégalités sociales (ici étudiées sous l’ange du niveau d’éducation, de la propriété agraire et du niveau de richesse).

Après avoir résumé l’approche théorique et méthodologique de ma thèse, la présentation s’interroge sur un autre facteur de variation de l’adhésion à ce marqueur statutaire, le genre, puisqu’en effet, les hommes sont plus souvent non-végétariens que les femmes. Les différences du végétarisme liées au genre sont explorées à partir de modèles multiniveaux sur les données du National Family Health Survey (2005-2006) et montrent que l’hétérogénéité des pratiques non-végétariennes au sein des ménages est elle-même inscrite socialement et reflète la position de caste ou de religion. Les différences genrées se maintiennent lorsque les modèles ajustent par la position dans la stratification sociale (avec un écart absolu des probabilités prédites allant jusqu’à 40%), et les déterminants sociaux du végétarisme sont aussi partiellement différenciés suivant le genre, en particulier pour les hautes castes non Brahmanes : l’influence du niveau d’éducation sur le végétarisme apparait plus forte pour les femmes que pour les hommes. En conclusion, je discuterai des liens possibles entre rôles sociaux de genre et la (re)production de l’ordre social du végétarisme. 

Mathieu Ferry est doctorant à l'OSC et au LSQ (GENEST-CREST). Sa thèse est dirigée par Philippe Coulangeon (OSC) et Christophe Jaffrelot (CERI).
Il co-anime avec Joël Cabalion, Odile Henry, Olivier Roueff et Jules Naudet le séminaire Sociologie des inégalités en Inde, à l'EHESS.  

L'inscription au séminaire est obligatoire (sandwich offert)

Accueil en crèche et développement de l'enfant en France

une étude à partir de la cohorte d'enfants ELFE
Anne Solaz - Séminaire scientifique de l'OSC - vendredi 22 novembre 2019
  • Image SpeedKings, via ShutterstockImage SpeedKings, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 22 novembre 2019 de 12h à 13h30

Accueil en crèche et développement de l'enfant en France:
une étude  à partir de la cohorte d'enfants ELFE

Anne Solaz (Directrice de recherche, INED)

Anne SolazLes modes d’accueil collectifs sont de plus en plus mis  en avant par les décideurs politiques comme un moyen de réduire les inégalités sociales dès le plus jeune âge. La littérature internationale a abondamment étudié l'effet de l’accès à la crèche sur le développement de l'enfant mais les résultats divergent notamment en raison de la diversité dans la qualité de cet accueil. Le contexte français est particulièrement bien adapté pour explorer cette question, car la majorité des enfants qui fréquentent les structures d'accueil collectif (environ un cinquième de notre échantillon à l'âge de 2 ans) le font dans des crèches de qualité, subventionnées et contrôlées par l'État.

Nous utilisons une enquête de large envergure l'Étude longitudinale française depuis l'enfance (Elfe) suivant le développement d’une cohorte d’enfants nés en 2011, pour estimer si le recours au mode d’accueil de l’enfant lorsque qu’il a un an affecte son développement dans différentes dimensions : langagières, motrices et socio-émotionnelles mesurées un an plus tard. Nous nous intéressons aux disparités socio-économiques, c’est-à-dire dans quelle mesure les enfants issus de familles défavorisées bénéficient de la même manière de la fréquentation des crèches que ceux issus de milieux plus favorisés.

The Impact of Early Center-Based Childcare on Early Child Development: Evidence from France

A rich literature has attempted to study the impact of early collective childcare on child development, an arrangement that is increasingly advanced by policy makers as a way to decrease social inequalities from the earliest age. The French context is particularly suited to explore this question as the majority of children who attend collective care (about a fifth of our sample at age 2) do so within high-quality, state-funded, state-controlled nurseries. We use a large, nationally representative birth cohort, the Etude Longitudinale Français depuis l’Enfance (Elfe), to estimate whether the type of childcare received at one year of age has an impact on language, motor and socio-emotional skills measured a year later. We are particularly interested to what extend children from disadvantaged families benefit in the same way from crèche attendance than those from advantaged backgrounds

L'inscription au séminaire est obligatoire (sandwich offert)

De l'immigration permanente aux migrations circulaires

L’expérience de la (re)migration dans les trajectoires individuelles en France
Soutenance de thèse, Louise Caron, 6 décembre 2019
  • Image Vladimir Sviracevic (via Shutterstock)Image Vladimir Sviracevic (via Shutterstock)

De l'immigration permanente aux migrations circulaires.
L’expérience de la (re)migration dans les trajectoires individuelles en France

Louise Caron (OSC, LIEPP)

Soutenance de thèse, le vendredi 6 décembre 2019, 14h30 à Sciences Po, 199 boulevard Saint-Germain, salle de réunion, 3ème étage, Paris 7e.
Composition du jury : 
M. Didier Breton, Professeur des universités, IDUS, Strasbourg
M. Mathieu Ichou, Chercheur, INED
Mme Dominique Meurs, Professeure des universités, EconomiX, Université Paris Nanterre
M. Ettore Recchi, Professeur des universités, Sciences Po - OSC
Mme Mirna Safi, Associate Professor, Sciences Po - OSC (Directeur de recherche)
M. Thomas Soehl, Associate Professor, McGill University, Montreal

Cette thèse étudie le rôle des trajectoires migratoires depuis et vers la France métropolitaine dans les parcours individuels. Dépassant la conception traditionnelle de la migration comme un mouvement unidirectionnel et linéaire, l’objectif de cette thèse est d’abord d’améliorer la connaissance du phénomène de remigration des immigrés en France. En considérant la France à la fois comme espace d’arrivée et de départ, elle vise plus largement à renouveler l’approche des migrations en comparant différents types de migrants rarement étudiés conjointement : immigrés, natifs des DOM, Français nés à l’étranger, deuxièmes générations, et natifs de la population majoritaire. En combinant les données des recensements et des déclarations fiscales de l’Échantillon Démographique Permanent (1975-1999, 2011-2016), et de l’enquête Trajectoires et Origines (2008), cette recherche s’appuie sur un dispositif empirique original qui permet d’explorer la place des expériences migratoires dans les parcours individuels à divers moments du processus migratoire. La comparaison entre différentes catégories de population met au jour la diversité des trajectoires migratoires au départ de la France métropolitaine, réelles ou envisagées, et de leurs déterminants. L’analyse combinée de ces processus de sélection et des effets d’un séjour à l’étranger sur les carrières professionnelles au retour en France apporte des éléments nouveaux sur le rôle des migrations dans la (re)production des inégalités sociales. Enfin, cette thèse montre comment considérer les mobilités passées et les possibles remigrations futures des immigrés affine notre compréhension des mécanismes d’intégration socioéconomique dans la société d’accueil.

From permanent migration to circular migration.
The experience of (re)migration in individuals’ trajectories in France

This doctoral dissertation studies the role of migration trajectories from and to metropolitan France in individuals’ trajectories. Breaking with the conventional depiction of migration as a one-way and one-time movement, this thesis aims first of all at improving our knowledge of immigrants’ remigration in France. By considering France both as a place of arrival and departure, this research more broadly seeks to renew the analytical approach of migration, by drawing systematic comparisons between several types of migrants rarely studied together: immigrants, internal migrant from overseas French departments, French nationals born abroad, second generations, and natives. I combine large datasets drawn from censuses and tax returns (the Permanent Demographic Sample) and the Trajectories and Origins survey. Thus, this research is based on an original empirical framework that makes it possible to explore the role of migration experiences in individuals’ trajectories at various points in the migration process. The comparison between different populations reveals the diversity of migration patterns from France, and of their determinants. The combined analysis of these selection processes and of the effects of an international experience on professional careers upon return in France provides new insights into the role of migration in the (re)production of social inequalities. Finally, this thesis shows the need to consider past migration and potential future remigration of immigrants to understand the mechanisms of socioeconomic integration in the host society.

Pour des raisons de sécurité, les soutenances de thèse sont strictement réservées aux personnes invitées et aux publics internes de Sciences Po (étudiants, enseignants, chercheurs, salariés).

Parler pour libérer et cacher pour protéger

Les rapports parents-enfants au prisme de la prise en charge des variations du développement sexuel
Séminaire scientifique de l'OSC - vendredi 15 novembre 2019
  • Image Photographee.eu (via Shutterstock)Image Photographee.eu (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 15 novembre 2019 de 12h à 13h30

Parler pour libérer et cacher pour protéger : les rapports parents-enfants au prisme de la prise en charge des variations du développement sexuel

Gaëlle Larrieu (Sciences Po - OSC)

Gaelle LarrieuCette présentation reprend une partie du travail de thèse en cours qui porte sur les expériences de personnes ayant des enfants présentant une variation du développement sexuel (VDS)*. Elle sera centrée sur la prise en charge parentale des VDS des enfants au sein de la famille et principalement sur la transmission de connaissances et/ou le maintien de l’ignorance. Qu’est-ce qui est dit à l’enfant à propos de sa variation et des éventuels traitements médicaux passés et à venir ? Quelles sont les raisons évoquées pour justier la parole ou bien le silence ? Des travaux sur les épistémologies de l’ignorance ainsi que sur les rapports sociaux d’âge sont mobilisés. Cette recherche empirique se base principalement sur des entretiens semi-directifs avec des parents de personnes ayant été diagnostiqués avec une variation du développement sexuel pendant la grossesse, à la naissance ou durant la petite enfance.

* Les personnes ayant une variation du développement sexuel sont nées avec des caractéristiques
sexuelles (génitales, gonadiques, hormonales et/ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux dénitions binaires types des corps masculins ou féminins.

L'inscription au séminaire est obligatoire (sandwich offert).

Soutien de l'OSC pour le concours chercheurs·euses CNRS 2020

  • Le siège du CNRS à Paris - Image Celette (CC BY-SA 4.0)Le siège du CNRS à Paris - Image Celette (CC BY-SA 4.0)

L’Observatoire sociologique du changement, UMR 7049, soutient les docteur·e·s motivé·e·s pour préparer le concours de chargé·e de recherche 2020 du CNRS. Choisir l’OSC leur permettra rejoindre une équipe de recherche très dynamique, à dimension humaine, reconnue en France et à l’international pour ses travaux sur les inégalités et la stratification sociale.

Les demandes de soutien peuvent être envoyées jusqu’au 3 décembre 2019, accompagnées d’un C.V. et d’un descriptif du projet de recherche, par courriel à  la secrétaire générale Marie Ferrazzini et  à la directrice de l’unité Mirna Safi. Il est aussi possible de prendre rendez-vous au préalable avec Mirna Safi pour en savoir plus sur l’environnement de recherche à l’OSC. 

Fondé en 1988, l’OSC étudie les dynamiques d’ensemble des sociétés contemporaines dans une perspective comparée. Les travaux sont ancrés dans une sociologie empirique faisant appel à des méthodes quantitatives, qualitatives et expérimentales, combinant des approches micro et macro.

Les principaux domaines de recherche interrogent les inégalités sociales sous différents angles : inégalités socioéconomiques, urbaines, scolaires, numériques, de genre, ethnoraciales, liées au handicap...

Les chercheurs du centre sont particulièrement compétents dans l’analyse comparative de l’Etat-Providence, des politiques éducatives, des migrations internationales, de la ségrégation urbaine, des pratiques culturelles, des dynamiques familiales, de l’usage des emplois de temps, des trajectoires professionnelles, de la mobilité sociale...

Les membres de l’OSC sont fortement impliqués dans l’enseignement de la sociologie à Sciences Po. Certains sont affiliés au Laboratoire Interdisciplinaire d’Evaluation des Politiques Publiques (LIEPP) ou au MaxPo.

Disability as Inequality: Social Disparities, Health Disparities and Participation in Daily Activities

Carrie Shandra
Joint Seminar OSC-LIEPP, November 27th
  • Image wavebreakmedia via ShutterstockImage wavebreakmedia via Shutterstock

Le LIEPP et l'OSC ont le plaisir de vous inviter au séminaire:

Disability as Inequality : Social Disparities, Health Disparities, and Participation in Daily Activities

Mercredi 27 novembre 2019, 12h30 - 14h30

Salle Percheron 

98 rue de l'Université, 75007 Paris 

Inscription 

Présentation:  

 

 Carrie Shandra

 Associate Professor at the State University of New York 

 Visiting Professor, Sciences Po 

 

 

Individuals with disabilities experience lower education levels, lower employment rates, fewer household resources, and poorer health than people without disabilities. Yet, despite comprising more than one-eighth of the US population, people with disabilities are seldom integrated into sociological studies of inequality. This study uses time use data to understand one type of inequality between working-aged people with and without disabilities: participation in daily activities. It also tests whether social disparities (as suggested by the social model of disability) or health disparities (as suggested by the medical model of disability) explain a larger percentage of participation differences. Results indicate that adults with disabilities spend less time than those without disabilities in market work and more time in health-related activities and leisure - but the same amount of time in nonmarket work like housework and childcare. Although health characteristics explain more of the difference in health-related time use, by disability status, socioeconomic characteristics explain more of the difference in market and leisure time. Results indicate the importance of disentangling disability from health in sociological studies of inequality.  Extensions of these findings are also discussed.

Insécurité et territoires : division sociale et participation politique

Résultats du projet INSOCPOL
19 juin 2020
  • Photo AdrienChd (via Flickr) - Résidence Compostelle de nuit (CC BY-SA 2.0)Photo AdrienChd (via Flickr) - Résidence Compostelle de nuit (CC BY-SA 2.0)

Insécurité et territoires en Île-de-France
Projet INSOCPOL

Colloque de clôture du projet scientifique
financé par l'Agence nationale de la recherche (ANR, convention 16-CE41-0004-01)
Présentation du dispositif d'enquête et des résultats

Initialement programmé le vendredi 13 décembre 2019, il a été reporté le vendredi 19 juin 2020 de 9h30 à 17h
Institut Paris Région
15, rue Falguière, 75015 Paris

Accès uniquement sur inscription préalable (formulaire à venir)

Investigateurs : Antoine Jardin (Ingénieur de recherche CNRS au CESDIP), Edmond Préteceille (Directeur de recherche émérite CNRS à l'OSC), Philippe Robert (Directeur de recherche émérite CNRS au CESDIP) et Renée Zauberman (Directrice de recherche émérite CNRS au CESDIP, responsable scientifique du projet).Dans le cadre du programme des Interlabos du GERN.

La question sociale est-elle en train de revenir sous les espèces d’une question urbaine du risque ? Ce projet analyse les inscriptions sociales de l’insécurité en fonction de la distribution socioprofessionnelle des espaces urbains et des positions politiques.

Pour la période 1998-2015, trois bases de données sont utilisées : les enquêtes sur la victimation et l’insécurité en Île-de-France (exposition à la victimisation, sentiment d'insécurité), les données sur la division sociale de l’espace francilien et son évolution, les données sur les comportements politiques tirés des résultats électoraux publiés par le Ministère de l’Intérieur.

La jonction des données est opérée sur une base cartographique à partir de la ventilation des données dans le découpage de référence des IRIS de l'INSEE.
Les bases de données compilées dans le cadre de ce projet, tout comme les supports cartographiques permettant d'associer le découpage des IRIS à celui des bureaux de vote, seront pérennisés et diffusés à la communauté scientifique.

Programme de la journée

9h30 - Accueil par la responsable scientifique d’INSOCPOL et mot de bienvenue du Directeur général de l’Institut Paris Région
9h45 - Présentation de la recherche "Insécurité et territoires : divisions sociales et participation politique"
10h15 - Victimations, peurs du crime et préoccupation sécuritaire : leurs combinaisons dans
les territoires franciliens
11h - La structure socioprofessionnelle et migratoire en Île-de-France et son évolution
14h - Les comportements électoraux franciliens
14h30 - Confronter l’insécurité, la composition sociale et les comportements électoraux
16h - Confronter l’insécurité, la composition sociale et les comportements électoraux (suite)

Café à 9h et 15h30 - Déjeuner sur place à 12h30.

Renseignements et inscription auprès de zauberman@cesdip.fr

CESDIP (logo)OSC (Logo)GERN (logo)ANR (Logo)

L'expérience sociale du handicap

Anne Revillard
OSC Papers 2019-2
  • Image Denis Kuvaev, via ShutterstockImage Denis Kuvaev, via Shutterstock

L'expérience sociale du handicap

Anne Revillard (OSC - LIEPP)

OSC Papers 2019-2 - 22 p.

Lien de téléchargement vers le document

Anne Revillard (Photo Sciences Po - Celine Bansard)En combinant les apports de la sociologie du handicap et de la sociologie des inégalités, cette contribution développe un cadre d’analyse original pour penser le handicap comme expérience sociale. Alors que les débats structurants des disability studies ont eu tendance à s’orienter vers une discussion de l’ontologie du handicap (le phénomène est-il de nature médicale ou sociale ?), nous nous proposons de revenir au geste initial du « modèle social » consistant à déplacer la focale d’analyse vers la dimension sociale du handicap. Nous appréhendons celle-ci au prisme d’une sociologie des inégalités, en prenant en considération la subjectivité des acteurs et l’intersectionnalité de leur expérience. Le cadre d’analyse que nous proposons permet d’articuler ces dimensions. L’expérience sociale du handicap combine ainsi cinq paramètres : aux trois critères wébériens de caractérisation de la position dans la stratification sociale (ressources matérielles, statut social, pouvoir), nous ajoutons l’identification de la déficience et le régime d’existence.L'expérience sociale du handicap (A. Revillard)

Apostrophe - début d'une citation...c’est la dimension inégalitaire de cette part sociale du handicap qui est au cœur de notre propos. Nous avons cherché à nous donner les moyens de caractériser ces inégalités, tout en prenant en considération leur complexité interne (liée aux caractéristiques diverses des déficiences) et leur imbrication avec les autres systèmes d’inégalités qui traversent la société.
Notre cadre d’analyse intègre aussi la dimension plus subjective et réflexive de l’expérience des inégalités.

Abstract in English available at the end of the paper.

Des enseignants d'élite ?

Sociologie des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles
Jacques-Benoît Rauscher - Edition du Cerf, 2019
  • Image EQRoy, Lycée Saint-Louis (accueille uniquement des classes préparatoires)Image EQRoy, Lycée Saint-Louis (accueille uniquement des classes préparatoires)

Des enseignants d'élite ?

Jacques-Benoît Rauscher
2019, Les Éditions du Cerf
ISBN 978-2-204-13484-2

Des enseignants d'élite ? Editions du Cerf, 2019    Jacques-Benoît Rauscher
Après son essai paru en 2019 aux Presses de Sciences Po « L'Église catholique est-elle anticapitaliste ? », Jacques-Benoît Rauscher publie un ouvrage consacré à une profession peu étudiée, à l'exception d'un article puis d'un ouvrage de Pierre Bourdieu en 1981 : celle des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles.

Les CPGE sont placées en France au centre d'une "charte" de formation des élites qui leur donne le droit et la mission de consacrer l'excellence scolaire dans un système éducatif tout entier orienté vers la "distillation d'une fraction en élite". 

Ces professeurs ont un rôle central dans la sélection et la socialisation des élites en gestation... mais sont-ils pour autant des enseignants d'élite, c'est à dire, d'un point de vue sociologique dotés de 3 caractéristiques : faire partie des meilleurs - de l'excellence -, avoir une position sociale prééminente et enfin, avoir une légitimité acquise et reconnue ? 

Plusieurs méthodes de recherche ont été déployées par l'auteur. 70 entretiens semi-directifs ont été menés auprès de professeurs en exercice dans plusieurs régions. D'autres types d'intervenants ont été interrogés : syndicalistes, inspecteurs... Un volet quantitatif à partir de données de la DEPP et d'un questionnaire envoyé à tous les établissements à CPGE de France a complété le dispositif (823 réponses). 

Au final, 3 résultats saillants sont présentés : ces professeurs constituent un groupe à part dans l'enseignement secondaire ; ils forment un groupe pluriel, beaucoup plus divers qu'attendu ; ils font preuve d'un rapport original au changement, caractéristique qui les distingue vraiment des comportements observés chez les enseignants du secondaire. La manière dont les professeurs en CPGE se représentent leur statut, en lien avec leur parcours, est une clé heuristique pour comprendre et caractériser ce groupe marginal en terme d'effectifs dans l'Éducation nationale.

Jacque-Benoît Rauscher a préparé sa thèse de doctorat à l'OSC, sous la direction de Agnès van Zanten, et l'a soutenu, à Sciences Po en 2010. Il est également agrégé en sciences économiques et sociales. Prêtre de l'ordre dominicain, il travaille aujourd'hui à l'Université de Fribourg - Département de Théologie morale et d'Éthique où il prépare un doctorat en théologie. 

Trajectoires de la colère. Révoltes, scissions, (dés)engagements

Cécile Van de Velde
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 11 octobre 2019
  • "Démonstration" - Image Gaëtan Nerincx via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)"Démonstration" - Image Gaëtan Nerincx via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 11 octobre 2019 de 12h à 13h30

Trajectoires de la colère.
Révoltes, scissions, (dés)engagements

Cécile Van de Velde (Université de Montréal)

La colère s’impose comme une émotion sociale majeure du 21ème siècle, et comme la force politique de la décennie à venir.
Cette présentation propose de retracer la dynamique et la généalogie de cette émotion : à qui s’adresse-t-elle ? Que devient-elle ?

Une enquête conduite auprès de jeunes adultes à Madrid, Santiago du Chili, Montréal, Paris et Hong-Kong, permet d'explorer les différents chemins de la colère, des plus collectifs aux plus silencieux, pour mieux saisir les sens des (non-)révoltes contemporaines.

Cécile Van de VeldeCécile Van de Velde est sociologue, membre du CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations), titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie, Université de Montréal. Elle a travaillé auparavent à l'EHESS (CMH) et publié plusieurs articles et ouvrages sur les différents âges de la vie, notamment la jeunesse. 
Quelques suggestions de publications ici.
À lire également : Entretien à la Revue Française des Affaires Sociales : Devenir adulte, 10 ans après (2019) et l'interview au journal Le Monde du 19 avril 2019 « Cette génération de jeunes ressent la finitude du monde ».

 Register is mandatory - Inscription obligatoire

Trajectoires résidentielles et choix scolaires des classes moyennes.

Statut d'occupation du logement, ségrégation et action publique locale dans la métropole parisienne
Soutenance de thèse, Quentin Ramond, 8 novembre 2019
  • Image Pierre-Olivier, Shutterstock (Issy-les-Moulineaux, immeubles banlieue sud)Image Pierre-Olivier, Shutterstock (Issy-les-Moulineaux, immeubles banlieue sud)

Trajectoires résidentielles et choix scolaires des classes moyennes
Statut d’occupation du logement, ségrégation et action publique locale
dans la métropole parisienne

Quentin Ramond (OSC, LIEPP)

Soutenance de thèse, le vendredi 8 novembre 2019, 14h15 à Sciences Po, salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université, Paris 7e.
Composition du jury : 
Mme Fanny Bugeja-Bloch, Maîtresse de conférences, Université Paris Ouest Nanterre, CRESPPA
M. Adalberto Cardoso, Professor, Universidade do Estado do Rio de Janeiro, IESP-UERJ (rapporteur)
M. Philippe Coulangeon, Directeur de recherche, CNRS, OSC
M. François Cusin, Professeur des universités, Université Paris Dauphine, IRISSO (rapporteur)
Mme Christine Lelévrier, Professeure des universités, Université Paris Est Créteil, Lab’Urba
M. Marco Oberti, Professeur des universités, Sciences Po, OSC (directeur)

Face à l’augmentation des prix de l’immobilier, accéder à la propriété et résider à proximité des établissements scolaires attractifs sont deux aspirations difficilement conciliables pour les classes moyennes. Cette thèse prend pour objet la tension entre ces deux dimensions centrales de leur position sociale à partir de l’étude des effets du statut d’occupation du logement sur la ségrégation résidentielle et les inégalités scolaires.
L’approche quantitative montre d’abord que le logement locatif, privé et social, représente une alternative importante au marché immobilier dans les contextes scolaires attractifs où les prix des logements sont les plus élevés, ce qui est lié à la construction d’une offre locative sociale « intermédiaire » et aux pratiques d’attribution des logements sociaux dans ces espaces. A l’inverse, l’accession à la propriété est facilitée dans les espaces populaires où les établissements scolaires sont moins prestigieux.
L’enquête par entretiens menée dans la proche banlieue parisienne montre ensuite que les arbitrages entre le statut d’occupation et le lieu de résidence permettent d’accéder à des ressources qui peuvent se compenser, et qu’ils traduisent des rapports différenciés entre les groupes sociaux d’une part, et entre les générations du réseau familial d’autre part.
Mettant en évidence la façon dont les trajectoires sociales et résidentielles des classes moyennes s’articulent au statut d’occupation du logement, la thèse contribue à l’analyse de la stratification sociale en milieu urbain dans le contexte de peur du déclassement et apporte un éclairage original pour penser l’articulation des politiques du logement et des politiques scolaires.

Middle classes residential trajectories and school choices
Residential status, segregation and local public policies in the Paris metropolis

Given the strong correlation between the distribution of attractive school offer and the prices on the housing market, the middle classes are likely to face complex trade-offs between housing tenure and access to attractive educational resources. This research examines how the middle classes deal with these uneasy negotiations, by analyzing the effects of housing tenure on their residential segregation patterns and their relationships with spatial inequalities in school provision.
First, I use a quantitative approach to show that proximity to attractive public schools in privileged urban contexts is associated with higher representation in the private and public rental sectors, which relates to the development of public housing units aimed at middle-class households in these areas. On the contrary, access to homeownership mostly unfolds in working-class areas with poorly performing schools.
Second, building on fieldwork in the Paris metropolis, I show that the middle classes articulate different values and attitudes to deal with exacerbating constraints on the housing market and competition for better schools. Their compromises between housing tenure and place of residence reveal different relationships with other social groups and between generations within the family network.
Overall, the interplay between housing tenure, the social profile of places and the unequal geography of education shapes different residential status within the middle classes, which is crucial to understand social stratification and class relations in large cities as well as to improve housing and education policies aimed at tackling the effects of place in the (re)production of inequalities.

Pour des raisons de sécurité, les soutenances de thèse sont strictement réservées aux personnes invitées et aux publics internes de Sciences Po (étudiants, enseignants, chercheurs, salariés).

Tags :

Favoriser les compétences langagières des enfants de milieux défavorisés

Dispositif expérimental pour accompagner la lecture parentale
Carlo Barone, Denis Fougère, Agnès van Zanten
  • Image Syda Productions, via ShutterstockImage Syda Productions, via Shutterstock

Durant deux années scolaires, cette expérimentation conçue et dirigée par Carlo Barone, Denis Fougère et Agnès van Zanten a été conduite par plusieurs assistants de recherche dans les maternelles des 18ème, 19ème et 20ème arrondissements de Paris. Elle a permis de tester l'impact d'un accompagnement à la lecture parentale avec près de 900 enfants de maternelles âgés de 4 à 5 ans. Financée par le LIEPP, ce dispositif expérimental a reçu le concours de l'Académie de Paris et des éditeurs Gallimard Jeunesse et Nathan. Il s'inscrit dans une démarche de réduction des inégalités sociales, pour développer la littératie et le désir de lecture des jeunes enfants. Les enseignants volontaires de 45 écoles maternelles classées en zone d'éducation prioritaire (REP et REP+) étaient étroitement associés à l'opération. Un certain nombre de règles méthodologiques ont été déployées pour mieux apprécier l'impact du dispositif d'intervention. Les enfants ont été répartis dans 2 groupes : celui faisant l'objet d'une incitation à la lecture familiale, et un groupe "contrôle" à qui il n'a rien été proposé. Un test standardisé de vocabulaire en amont et en aval du dispositif a permis de comparer l'avant et l'après intervention (pour le groupe traité), et d'apprécier la différence de résultat d'un groupe par rapport à l'autre.

Image Alexey Grigorev via ShutterstockAu final, l'effet sur les compétences langagières du groupe traité apparait positif, mais statistiquement non significatif. Par contre, il est plus marqué pour les enfants issus de familles disposant d'un faible capital scolaire, ne parlant pas uniquement le français. On observe aussi des effets supérieurs dans ce cas sur les garçons.

Les promoteurs de l'étude mettent en avant le caractère peu onéreux d'un dispositif de prêt de livres aux familles, accompagné d'un vrai mode d'emploi pour les utiliser. Quand lire les histoires, que lire et relire, comment raconter et faire vivre une histoire, pourquoi privilégier les images, comment instaurer un rituel au coucher, comment stimuler l'imagination... autant de conseils précieux pour des publics ciblés - pour qui la lecture en français n'est pas une pratique courante et transmise -  qui trouveront un grand bénéfice à cet accompagnement.

Image Lorelyn medina via ShutterstockDe manière très concrète, les responsables de l'étude mettent à disposition un guide pour la mise en place du dispositif, un ensemble de brochures "modèles" (les enseignants pourront s'en inspirer ou les compléter), plusieurs exemples de messages de rappel à adresser régulièrement aux familles (via SMS ou un dispositif de communication interne à l'école) et un exemple de grille de suivi du prêt de livres. Les établissements scolaires et enseignants qui souhaiteraient mettre en place ce type d'intervention trouveront les ressources et documents en téléchargement sur cette page du LIEPP.

Plusieurs publications, dont le Policy Brief du LIEPP n° 44 ou le Discussion Paper 14006 du CEPR présentent plus en détail l'expérimentation.

[Image Alexey Grigorev et Lorelyn medina via Shutterstock]

The Age u-shape in Europe. The Protective Role of the Family

Angela Greulich
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 4 octobre 2019
  • Image Mary Ro, via Shutterstock Image Mary Ro, via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 4 octobre 2019 de 12h à 13h30

The Age U-shape in Europe: The Protective Role of the Family
Angela Greulich (OSC)

with Andrew E. Clark (Paris School of Economics - CNRS)
& Hippolyte d'Albis (Paris School of Economics - CNRS)

We look at the relationship between subjective well-being and age, as moderated by partnership status and having children.
We consider cross-section data from the 2013 EU-SILC survey providing harmonised information on over 350 000 individuals in 32 different countries.
We find an overall U-shape in age for various measures of subjective well-being, as is very standard in the empirical literature. When we consider the moderating role of the family, we find that the U-shape is concentrated amongst those who do not have children and those who are not partnered. This is not a general phenomenon as this protective role of the family is found in particular for overall life satisfaction, satisfaction with income and satisfaction with personal relationships, but not at all for job satisfaction or satisfaction with time use.

The family seems to protect at least some domains of subjective well-being against the typical fall in well-being associated with middle age. While it is true that there is selection into both partnership and having children, this is assumed to work via the level of subjective well-being and not by the way in which well-being changes with age, so that we do not believe that these findings reflect selection. At a more general level, what look like well-known empirical findings in the well-being literature may actually only hold for particular groups. In terms of implications, decreasing rates of both partnership and child-bearing look to have particularly important consequences for the well-being of Europeans aged between 30 and 50.


 Register is mandatory for external audience (marie.ferrazzini@sciencespo.fr)

Leader Communities and Elite Business Schools: The Consecration of Elites in Sweden

Mikael Holmqvist
Séminaire scientifique de l'OSC - 18 octobre 2019
  • Image: SSE main building, Stockholm - anonymous - CC BY-SAImage: SSE main building, Stockholm - anonymous - CC BY-SA

 Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 18 octobre 2019 de 11h30 à 13h

Leader Communities and Elite Business Schools:
The Consecration of Elites in Sweden

Mikael Holmqvist (Stockholm University)

In my talk I will focus on my recent studies of Sweden's elite community Djursholm, and the country's elite business school, the Stockholm School of Economics (SSE). All around the world there are elite suburban communities and elite business schools. These institutions are home to the economic and social elites who work in the world's global cities. Despite Sweden's reputation for egalitarianism, Djursholm and the SSE are representative of global mechanisms of privilege and its perpetuation. Leader Communities is my term for places like Djursholm: the communities where elites choose to live, socialize with other elites, and, most importantly, form families and raise their children into future elites. After growing up in Djursholm, many of the adolescents chose to study at the SSE, Sweden's only private university and a leading European business school. At the SSE, students are trained for top jobs in the consulting and finance industries, in Sweden and abroad. Djursholm and the SSE consecrate people into leaders—that is, they offer their members a social environment that imbues them with a sense of social and moral elevation. By idealizing their members, leader communities' and elite business schools allegedly superior environment and character act as a principle of distinction and legitimation, illustrating something that can be called a "consecracy"—a society that leads by means of its members' aura and radiance, allowing the privileged to pose as a moral vanguard. These institutions are important to understand how power and privilege are created and maintained, and how societies are being affected in certain social, moral and political ways.

Mikael Holqvist

Mikael Holmqvist
Professor of Business Administration and Associate Professor of Sociology
Stockholm Business School - Stockholm University
Leader Communities - Columbia University Press

 Publication in English:
Leader Communities: The Consecration of Elites in Djursholm, Columbia University Press, 2017.

 Register is mandatory - Inscription obligatoire

The economic penalty of terrorism for Arab/Muslim hosts on Airbnb Paris

Ivaylo Petev (with Sander Wagner)
Séminaire scientifique de l'OSC - 27 septembre 2019
  • Image : interface Airbnb (copie d'écran)Image : interface Airbnb (copie d'écran)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 27 septembre 2019 de 12h à 13h30

The economic penalty of terrorism for Arab/Muslim
hosts on Airbnb Paris

Ivaylo Petev (ENSAE-CREST)

with Sander Wagner (ENSAE-CREST)

The growth of the sharing economy has initiated a massive increase of economic transactions on online peer-to-peer platforms. Many such platforms depend on buyers and sellers revealing personal information to facilitate exchanges with the unintended consequence that the information may become a source for discrimination. We show evidence of substantial discrimination against Arab/Muslim guests and hosts in Airbnb’s online rental market in Paris, France. In addition, discriminatory
practices increased substantially and durably in response to large-scale, deadly terrorist attacks in November 2015. Rental properties of hosts with Arab/Muslim names lost more guests than those of French-named hosts, incurring an overall economic penalty of over 3 million US dollars.

Ivaylo Petev (ENSAE)Ivaylo Petev is CNRS Research Fellow, ENSAE-CREST-Institut Polytechnique de Paris.

Main topics and methods: Quantitative Sociology, Social Inequality, Consumption and Lifestyles, Historical and Comparative Sociology.

 Register is mandatory for external audience (marie.ferrazzini@sciencespo.fr)

Du code dans ma thèse

METSEM # Séminaire de méthodologie
Jeudi 19 septembre 2019 à 10h
  • Image Ms Lotus Bua via ShutterstockImage Ms Lotus Bua via Shutterstock

METSEM #24
SEMINAIRE DE METHODOLOGIE

Du code dans ma thèse...

Salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université, Paris 7e (10h-12h)

Lien d'inscription (gratuite)

Le lien intime entre recherche, méthodes et outils s'organise le plus souvent en équipes où collaborent chercheurs et ingénieurs de recherche, qu'il s'agisse d'appliquer une méthode existante ou d'en développer de nouvelles. Quelle forme prend ce lien dans le cadre d'un doctorat en sciences humaines et sociale ? Si la formation méthodologique encourage l'usage de logiciels existants, la pratique du développement informatique se démocratise et les doctorants sont de plus en plus souvent amenés à développer leurs propres outils de recherche. Le recours à ces développements spécifiques conduit à repenser la place de la programmation dans le travail de doctorat -et plus généralement de recherche- et à questionner le lien entre le code, son auteur et sa recherche. A la fois chercheurs et promoteurs de leur propres outils/méthodes, les doctorant.e.s sont directement confronté.e.s à cette question fondamentale de la recherche méthodologique.

3 doctorant.e.s de disciplines différentes présentent dans ce METSEM leur pratique de développement informatique et mettent en perspective la dichotomie des rôles ingénieur-chercheur dans le travail de recherche.

  • Florence Ecormier-Nocca, doctorante au Centre d'études européennes et de politique comparée (CEE) de Sciences Po. Elle réalise une thèse en science politique et machine learning sous la direction de Nicolas Sauger (CEE) et de Mohamed Nadif (LIPADE, Université Paris Descartes). Elle y explore la diversité idéologique des députés d'un même parti politique à partir de leur activité sur Twitter. Cette recherche est mene en Espagne, en France et au Royaume-Uni.
  • Robin de Mourat est designer de recherche au médialab et prépare une thèse de doctorat en Arts & Design portant sur les formats de la publication en sciences humaines et sociales à l’Université Rennes 2, sous la supervision de Nicolas Thély et de Donato Ricci.
  • Guillaume Levrier est doctorant au CEVIPOF de Sciences Po. Sa thèse porte sur les enjeux institutionnels de l’édition du génome sous la direction de Virginie Tournay, et s’inscrit dans le projet ANR ComIngGen.

Retrouvez les podcasts des séances passées du séminaire sur notre carnet : metsem.hypotheses.org
METSEM est organisé par le Centre de données socio-politiques (CDSP), le Centre d’études politiques (CEVIPOF), le Médialab, l'Observatoire sociologique du changement (OSC) et la Chaire USPC de recherche sur les comportements politiques.

Recherches francophones sur l’intersexuation : état des lieux

Journée d'étude internationale
24 septembre, EHESS, Paris
  • Image Larisa Rudenko, via ShutterstockImage Larisa Rudenko, via Shutterstock

Journée d’étude internationale

Recherches francophones sur l’intersexuation : état des lieux

24 septembre 2019, Amphithéâtre F. Furet, EHESS, 105 Bd Raspail, Paris

Journée organisée par le RéFRI (Réseau Francophone de recherche sur l’intersexuation)
avec le soutien du CERMES3, du GIS Genre, de l’INED, du LEGS,
et de 2 laboratoires de Sciences Po : LIEPP et OSC

Téléchargez le programme complet

9h15-9h30 : Ouverture
● Mot de bienvenue et enjeux pour le LEGS et les études de genre et de sexualité, par Eric Fassin (Paris 8/Legs)
● Présentation du Réseau francophone de recherche sur l’intersexuation, de ses enjeux et de la journée, par Loé Petit (Paris 8/Legs)

9h30-10h15 : Conférence inaugurale : Janik Bastien Charlebois (UQAM)
'Ils ne savent pas de quoi ils parlent' : Ressources épistémologiques et attribution de crédibilité entre professionnels médicaux et personnes intersexes

10h30-11h30 : Panel "I am a woman and I am fast" : sport et intersexuation, des vestiaires de collège aux classifications olympiques » - Modération : Eva Rodriguez (CRESSPA)
● Anaïs Bohuon (UFR STAPS de Paris-Sud (Laboratoire CIAMS), Performance sportive et bicatégorisation sexuée : la question de l'avantage physique "indu"
● Lucie-Ray Pallesi (Paris-Sud), Alison Hernandez et Eline Le Gall du Master EGAL'APS (Lyon 1), Expérience sportive des personnes présentant des variations du développement sexuel en France aujourd'hui : premiers résultats d'une enquête quantitative exploratoire

11h30-12h30 : Panel « Grandir intersexe : perspectives des parents, parcours des enfants » - Modération : Mathieu Trachman (INED)
● Gaëlle Larrieu (Sciences Po Paris/OSC), Expériences des parents de personnes ayant des variations du développement sexuel
● Loé Petit (Paris 8/Legs), Se dire intersexe : parcours collectifs et individuels

13h30-14h45 : Panel « Perspectives médicales I : des approches historiques aux enjeux contemporains » - Modération : Blaise Meyrat (CHUV)
● Muriel Salle (Lyon 1), De l’hermaphrodisme à l’intersexuation : que font les questions intersexes à la pensée médicale de la différence des sexes ?
● Michal Raz (EHESS/cermes3), Régulation et normalisation prénatales de l’intersexuation : une histoire française
● Paula Sandrine Machado (UQAM), Intersexualidades e negociações técnico-políticas no Sul do Brasil (avec interprétation) 1

14h45-16h : Panel « Perspectives médicales II : données, avancées et résistances » - Modération : Janik Bastien Charlebois (UQAM)
● Deborah Abate (co-fondatrice d'InterAction Suisse), L'émergence de l'école de Lausanne, avancées et résistances
● Benjamin Moron-Puech (Université Panthéon-Assas/GISS-Alter Corpus), Documenter les pratiques mutilantes via les procès et les données de santé. 1er bilan d’un projet GIS Institut du genre
● Raphaël Albospeyre Thibeau (EHESS/Cermes3), Doutes et dilemmes entourant les chirurgies génitales précoces : pratiques réflexives des médecins du développement sexuel atypique dans un champ controversé

16h-16h15 : Pause-café 16h15-17h30 : Panel « Le traitement médiatique des questions intersexes, représentations, langage, pratiques militantes » - Modération : Noémie Marignier (Paris 13/Pléiade, Paris 3/Clesthia)
● Christèle Fraïssé (UBO/LP3C), Représentations médiatiques de l’intersexuation
● Activistes du Collectif Intersexes et Allié.e.s - OII France, Pratiques médiatiques des activistes intersexes : rapports de pouvoir et choix stratégiques

17h30 : Présentation du film « Ni d’Eve ni d’Adam, une histoire intersexe », Michal Raz (EHESS/cermes3) puis projection du film de Floriane Devigne, en présence de la réalisatrice (sous réserve) et de protagonistes du film.

Comité d’organisation : Loé Petit (Paris 8/Legs), Michal Raz (EHESS/cermes3), Éric Fassin (Paris 8/Legs), Mathieu Trachman (INED/Iris)

Contact: reseau.refri@gmail.com Réfri (logo)

Experimental methods in social stratification

Workshop
LIEPP, 26 - 27 septembre 2019
  • Image Sangoiri, via ShutterstockImage Sangoiri, via Shutterstock

Le Laboratoire Interdisciplinaire d'Évaluation des Politiques Publiques (LIEPP)
a le plaisir de vous inviter au

‘Experimental methods in social stratification research’ workshop

26 et 27 septembre 2019

LIEPP - 254, boulevard Saint Germain

Inscription (par session)

 Programme

26 septembre 2019

  • 14.00-14.30: WELCOME
  • 14.30-17.00: INEQUALITIES IN PRIMARY AND SECONDARY EDUCATION 

- C. Barone, Sciences Po (with E. Chambuleyron, R. Vonnak, G. Assirelli), The impact of shared book reading interventions on children’s skills: a meta-analysis of randomised experiments 

- T. Gerosa, University of Milan Bicocca (with G. Argentin, G. Assirelli, and M. Moscatelli), The impact of relational and collaboration skills on teachers' effectiveness: results from a large scale randomized controlled trial

- T. Keller, TÁRKI Social Research, Big Fish at Little Desks: A Large Randomized Field Experiment for Peer Effects on Students’ Academic Self-Concept

- E. Huillery, Université de Paris Dauphine (with Y. Algan, A. Bouguen, C. Chevallier), The impact of a large-Scale mindset intervention on school outcomes: experimental evidence from France

  • 17.00-18.00: COFFEE BREAK & OPEN DISCUSSION ON OPPORTUNITIES FOR COLLABORATIONS & JOINT PROJECTS  

27 septembre 2019

  • 9.30-11.30: INEQUALITIES IN HIGHER EDUCATION

- Melinda Erdmann & Irena Pietrzyk, WZB, Does extensive guidance counseling of high school students reduce social inequalities in their intention to study? 

- B. Compet, LMU Munich, Why women choose 'female‘ fields of study. Analysing mechanisms behind horizontal sex segregation with survey experiments

- E. Herbaut, Sciences Po (with K. Geven), What works to reduce inequalities in Higher Education ? A systematic review of the (Quasi-)Experimental literature on outreach and financial aid

  • 11.30-11.40: COFFEE BREAK
  • 11.40-13.00: INEQUALITIES IN ACADEMIC RESEARCH 

- N. Kulic & K. Gërxhani , European University Institute (with F. Liechti), Gender bias in academic promotions, myth or reality? Evidence from a factorial survey experiment

- A. Rusconi, H. Solga, WZB, Appointment standards for professors in international and disciplinary comparison

  • 13.00-14.00: LUNCH
  • 14.00-16.00: LABOUR MARKET INEQUALITIES 

- G. Birkelund, University of Oslo (with B. Lancee, E. Larsen, J. Polavieja, J. Radl, R. Yemane), Do employers discriminate by gender? Evidence from six comparative cross-national harmonized field experiments

- V. Di Stasio, Utrecht University, Free to move, free to work? The employment opportunities of European migrants across Europe 

- B. Vicari, IAB (with M. Abraham), When do employers accept occupational mismatches?  A vignette study on German employers’ selection behaviour

Programme complet

Fariba Adelkhah + 300 jours

  • Fariba Adelkhah (Image Stéphanie Semper)Fariba Adelkhah (Image Stéphanie Semper)

Plus de 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche de France, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération.

#FreeFariba

More than 300 days of detention for Fariba Adelkhah

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release. Fariba Fariba is in danger. We must act urgently for her.

Image Stéphanie Samper

Tags :

The complexity of education policies and social inequality in school systems

Louis Volante (Brock University, CA)
Séminaire scientifique de l'OSC - 20 septembre 2019
  • Image Sharomka via ShutterstockImage Sharomka via Shutterstock

 Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 20 septembre 2019 de 12h à 13h30

The complexity of education policies and social inequality
in school systems

Louis Volante (Brock University)

Socioeconomic inequality in academic achievement has become a key educational, economic, social, and political issue of the 21st century. Indeed, policymakers around the world are grappling with the persistent challenge of raising the academic attainment of disadvantaged student populations, and to narrow achievement gaps between this group and their more affluent peers.  Undoubtedly, enhanced educational outcomes – particularly for disadvantaged students – has important implications for student success and intergenerational mobility.

This presentation discusses key factors that influence the academic resiliency of students from low socioeconomic status (SES) family backgrounds. Particular attention will be devoted to discussing educational policies and practices for at-risk primary student populations that appear to ameliorate achievement gaps. Findings from a recent analysis of socioeconomic disadvantages within England, Germany, Italy, Spain, Netherlands, Sweden, Finland, United States, Canada, and Australia will be examined.

Louis Volante (Brock University) Louis Volante is Professor of Education at Brock University (Hamilton campus, Ontario, Canada). He is also Professorial Fellow at the United Nations University - MERIT (Maastricht), and President of the Canadian Educational Researchers’ Association (CERA/ACCÉ).
He is currently a Visiting Professor at UCL in Quantitative Social Science (QSS) / Department of Social Science.

Main research topics: education and public policy analysis; international assessments and the politics of education reform; metrics, performance monitoring, and education governance; migrant integration policies and education outcomes; social inequality in education.

Forthcoming book (october) - Previous book (2018)

Socioeconomic Inequality and Student Outcomes: Cross-National Trends, Policies, and Practices. Springer Press Immigrant Student Achievement and Education Policy: Cross-Cultural Approaches. Springer Press

 

 Register is mandatory for external audience (marie.ferrazzini@sciencespo.fr)

Retour sur nos projets de recherche...

chroniqués dans COGITO
le magazine de la recherche à Sciences Po
  • Image Delpixel (via Shutterstock)Image Delpixel (via Shutterstock)

Cogito (logo)

La magazine de la recherche à Sciences Po, COGITO, permet d'aprécier la diversité des thématiques de recherche menées à l'OSC.

Inégalités scolaires, lecture parentale, exil professionnel, travail du dimanche, orientation scolaire, bidonvilles, immigrés, ségrégation urbaine...

En suivant ce lien, consultez les recherches présentées pour un large public, dans le laboratoire : https://www.sciencespo.fr/research/cogito/home/tag/osc/

Le site est enrichi 2 fois par an d'une sélection de travaux et de publications. Le magazine valorise aussi régulièrement le travail de jeunes chercheurs. 

Classes sociales en Europe

Nouvelles inégalités sur le vieux continent
C. Hugrée, E. Pénissat, A. Spire - Séminaire de l'OSC, 5 juillet 2019
  • Image arthimedes (via Shutterstock)Image arthimedes (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 5 juilet 2019 de 11h30 à 13h

Les classes sociales en Europe
Nouvelles inégalités sur le vieux continent

Cédric Hugrée (Cresppa) - Etienne Pénissat (Ceraps) - Alexis Spire (Iris)

Les classes sociales en Europe (couverture)Les inégalités entre les pays membres de l’UE sont aujourd’hui bien documentées, mais celles entre les travailleurs européens font cruellement défaut dans le débat sur l’Europe. Qui sait combien il y a d’agriculteurs, d’ouvriers, de cadres supérieurs ou de chefs d’entreprise sur le continent ? Que sait-t-on des inégalités entre classes sociales en matière de conditions de travail et d’emploi ou des styles de vie ? L’ambition ce travail est de proposer une cartographie des classes sociales en Europe qui dépasse les habituelles comparaisons entre pays

Notre étude s’appuie sur l’exploitation de 4 enquêtes statistiques européennes majeures  qui permettent d’identifier les positions sociales grâce à une nouvelle classification socioprofessionnelle : European Socioeconomic Group (ESeG).

Cette recherche inédite met en lumière les caractéristiques communes des classes populaires (chômage, précarité de l’emploi, pénibilité du travail), des classes moyennes (centralité de l’opposition entre les indépendants et les salariés du secteur public) et des classes supérieures (grande autonomie dans le travail, cumul des ressources économiques et culturelles) européennes. Elle révèle également comment les spécificités nationales se combinent aux inégalités sociales en caractérisant la distance sociale qui sépare les groupes sociaux du Nord et ceux des pays du Sud et de l’Est de l’Europe.

Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire, Les classes sociales en Europe, Agone, coll. « L’ordre des choses », 2017 - 264 p.

 Register is mandatory for external audience (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr).

Ann Morning (NYU)

De l'usage du concept de "race"
Entretien avec une sociologue américaine
  • Ann Morning (papers 2017, 2018)Ann Morning (papers 2017, 2018)

Ann Morning est Associate Professor of Sociology à la New York University (College of Arts & Sciences).
Son ouvrage de référence en 2011 traitait de l'usage du concept de race par les scientifiques. Les nombreux articles qui ont suivi prenaient notamment en compte les récentes avancées de la génétique. Visiting à Sciences Po durant le mois de juin, elle nous fait l'honneur de répondre à quelques questions sur son métier de sociologue, nantie d'une bonne connaissance de l'Europe. Elle présente au Séminaire scientifique de l'OSC, avec Marcello Maneri (Milano Bicocca), l'esquissse de son prochain ouvrage "An Ugly Word": Talking (and Not Talking) about Race in Italy.

Ann, vous avez publié plusieurs articles sur la question de la race et des classifications raciales. Qu’est-ce qui vous a amené à choisir et à développer ce sujet précis sur lequel vous travaillez depuis 15 ans ?

      Cela tient à mon expérience et aux différences relatives dans l’usage de ces catégories.
      Personnellement d’abord, par mon origine et mon vécu aux États-Unis où je suis vue sans ambiguïté comme une personne « noire ». Cela est courant là-bas : Barack Obama, Beyoncé ou moi-même sommes perçues et définis comme des américains originaires d’Afrique même si nous avons des origines mixtes. Il y a un principe simple, celui de la « goutte de sang ».  A partir du moment où dans vos origines, il y a une « goutte de sang noir », vous êtes catégorisés comme « noir » et cette catégorie construit votre identité et votre rapport au monde. En France, où j’ai très tôt pu voyager, notamment pour ma 3ème année universitaire à Sciences Po, ce n’est pas du tout le cas. Je suis plutôt considérée comme « métisse » et l’on résiste à reconnaître cette identité afro-américaine noire, ce qui est un peu blessant je dois l’avouer. Tandis que pour mes amis africains, je suis plutôt considérée comme « blanche ». Autant vous dire que ces regards portés et assignés m’ont troublé et ont été un puissant sujet de curiosité. Finalement, dans mon pays ce concept de « race » est très utilisé, très pratique, évident même, pour se situer par rapport aux autres.

      L’autre source de motivation est l’importance institutionnelle des catégories raciales aux Etats-Unis, alors qu’elles ne sont presque pas opératoires en Europe. Un américain qui entre à l’université ou qui passe une visite médicale renseigne naturellement des champs administratifs qui portent sur sa race. Il y avait en 1977 cinq catégories raciales officielles : on pouvait se qualifier de noir, blanc, asiatique ou océanien, amérindien, ou d’une dernière catégorie, elle, ethnique : hispanique. Le bureau du recensement avait aussi prévu la catégorie « autres ».
      Après moult débats, que j’ai suivi durant mes études, la classification a évolué à la fin des années 90 : les asiatiques constituent désormais une catégorie à part entière, séparée des océaniens. L’autre nouveauté est que l’on peut désormais se déclarer de plus d’une race… J’ai rapidement senti que ces différences méritaient d’être étudiées en détail et qu’il fallait interroger ce concept pas si naturel ou évident qu’il n’y parait au premier abord...

Quelles sont les différences d'approche entre les sociologues et les anthropologues, les généticiens ou les biologistes qui s’intéressent aussi à la race ?

      Ces catégories sont utilisées dans le cadre d’un système culturel, et sont perçues souvent comme allant de soi. Il est intéressant, derrière ces catégories, d’étudier ce que les gens croient ou dans quel sens ils les utilisent. Ce sont des « idéologies », des constructions sociales.
      L’aspect comparatif des recherches nous aide ici à prendre du recul, en fonction d’un contexte national ou plus large, comme l’Europe. C’est aussi vrai au niveau temporel : on peut évoquer la taxonomie du naturaliste Carl von Linné, une classification du XVIIIème siècle pour identifier les espèces ; et les travaux de l’anthropologue et biologiste allemand Johann Friedrich Blumenbach mort en 1840.
      Au XVIIIème siècle, quatre grandes races étaient reconnues : noirs, jaunes, blancs et rouges, dérivées de la théorie ancienne des « humeurs » (le phlegme, le sang, la bile…). Autant dire que ces catégories existaient et ont été utilisées bien avant les travaux génétiques qui ont permis, assez récemment dans les années 2000, de les remettre en question en montrant que les humains étaient génétiquement très proches.

G. Bruno, gravure Perot (via Wikisource.org), manuel "Le tour de la France par deux enfants", édition 1904
Manuel scolaire « Le tour de la France par deux enfants : Devoir et patrie »,
G. Bruno (gravures Pérot), Belin, 1904 (via Wikisource.org)

      Pour la sociologie, les catégories raciales ont une importance sociale. On savait déjà au début du XXème siècle que les trois-quart des afro-américains avaient une origine « mixte » ; ils doivent représenter aujourd’hui 95% de cette catégorie « noire » qui pourtant persiste en tant que telle.
      Il faut aussi remarquer qu’au sein d'une même discipline il peut règner une grande hétérogénéité entre chercheurs. Par exemple, il y a une différence d'approche entre les anthropologues biologistes et ceux qui sont plutôt culturalistes. Tout dépend donc du point de vue qu'on adopte. Certains s’intéressent à cette catégorisation comme construction sociale, d’autres prétendaient décrire les races en fonction de l’aspect d’un squelette ou d’un crâne…

Vous écrivez actuellement, avec Marcello Maneri de l’Université Milan Bicocca un ouvrage dans lequel vous comparez ces croyances dans des établissements scolaires italiens et américains Pourquoi l’Italie ?

      J’ai fait plusieurs séjours en Italie et une chose m’a frappé : il semble que la société italienne ne soit pas prête à reconnaître ou à qualifier les immigrés et descendants d’immigrés qui sont pourtant de plus en plus nombreux. Il ne semble pas y avoir un cadre pour les prendre en compte de manière institutionnelle ou plus informelle.
      Il faut aussi constater que peu de recherches sont menées dans ce domaine, contrairement à ce qui se fait en France, notamment à Sciences Po (avec Daniel Sabbagh) ou à l’Ined (avec Patrick Simon). Il y a un nombre réduit de spécialistes identifiés et le champ est suspecté être sujet à controverse.
      Dernier point, peu de sociologues américains se sont intéressés à la société italienne.

Avez-vous déjà pu constater des éléments marquants ?

      Nos premiers constats, après la réalisation d’entretiens ouverts, montrent que le terme de « race » n’est pas utilisé spontanément par les jeunes en Italie. Il y a une sorte de poids moral qui s’attache à ce terme. Il n’y a pas d’acceptabilité dans son usage, ce qui constitue une vraie dufférence avec les étudiants États-Uniens.
Toutefois, ce n’est pas parce que le terme n’est pas mentionné que les idées ne sont pas proches ou que ces jeunes ne cherchent pas à différencier ceux qui seraient italiens et ceux qui ne le seraient pas. Ils le font souvent sur des bases que les américains reconnaîtraient comme raciales. On constate aussi que nos jeunes interviewés italiens ne rejettent pas des termes comme « blanc » ou « noir », ou bien « racisme », même s’ils refusent souvent d’employer le mot « race ».

La résurgence de la question génétique dans une certaine compréhension de la race peut s’observer aux États-Unis. Trouve-t-elle des échos en Italie, et plus largement en Europe ?

      Je pense que les travaux américains s’exportent assez facilement… Beaucoup d’étudiants de centres de recherche européens sont parfaitement au courant des recherches faites par les universitaires américains. Donc oui, on en trouve incontestablement des échos en Europe. Toutefois, le contexte culturel est sensiblement différent. Un seul exemple : les américains sont très intéressés par leurs origines, ils ont besoin de produire un récit, de remonter leur arbre généalogique. Ils espèrent que la génétique apportera des réponses. J’ai l’impression par contre que les européens éprouvent moins ce besoin de dévoilement des origines, sauf à espérer se trouver des racines nobles…

Quelles sont les limites de votre domaine de recherche ?

      C’est une très bonne question. Les sociologues s’intéressent à la race sous bien des angles. Je ne travaille pas personnellement sur le racisme, la xénophobie ou la stratification raciale. D’autres le font très bien. J’interroge dans une perspective comparative le concept de race et toutes les croyances qui y sont rattachées. C’est mon travail et je suis loin d’en avoir fait le tour.

Entretien réalisé par Bernard Corminboeuf (26 juin 2019).

Suggestions d'articles

L'écriture de l'histoire a-t-elle connu un tournant numérique ?

Emilien ruiz
METSEM #23 - Jeudi 27 juin 2019
  • Image Dmytro Zinkevych (via Shutterstock)Image Dmytro Zinkevych (via Shutterstock)

METSEM #23

Jeudi 27 juin 2019 à 10h - 98 rue de l'Université 75007 Paris

L'objectif de cet exposé sera de questionner les transformations numériques de l'écriture de l'histoire. Il  s'agira d'entamer une réflexion assez générale autour des pratiques de publications "alternatives" en ligne. Qu'est-ce que l'usage des blogs académiques/carnets de recherche et des outils de diffusion en ligne de nos travaux nous disent des transformations des sciences humaines et sociales en général et du métier d'historien·ne en particulier ?

Le retour sur l'expérience de La boîte à outils des historiens, animée avec Franziska Heimburger depuis 2009, permettra d'aborder un enjeu un peu plus vaste : celui de la formation des apprenties chercheuses et des apprentis chercheurs en SHS.

Au-delà de l'incontestable efficacité du label, le paradigme qui semble se dessiner autour des "humanités numériques" est-il vraiment susceptible de permettre à l'histoire et aux sciences sociales de négocier leur tournant numérique ?

Inscription : https://metsem.hypotheses.org/

Emilien Ruiz
Émilien Ruiz est assistant professor en histoire numérique à Sciences Po (Département d’histoire / CHSP) – en détachement de l’Université de Lille (IRHiS).

[Image Alexis Lecomte pour Sciences Po]

“An Ugly Word”: Talking (and Not Talking) about Race in Italy

Ann Morning (NYU) et Marcello Maneri (Milano Bicocca)
Séminaire scientifique de l'OSC - 28 juin 2019
  • Image Eugenio Marongiu/Shutterstock. Manifestation against racism (Milano, 2011)Image Eugenio Marongiu/Shutterstock. Manifestation against racism (Milano, 2011)

 Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 28 juin 2019 de 12h30 à 14h

“An Ugly Word”: Talking (and Not Talking) about Race in Italy

Like many of their Western European neighbors, Italians eschew the term “race” (razza) and are not exposed to it in the institutionalized forms—like census questionnaires, school applications, or medical intake sheets—that are familiar to Americans. But does this mean that the notion of biologically-rooted demarcation between descent-based groups is entirely foreign in Italy?

We report on our in-depth interviews with 75 college students in Milan, Bologna, and Naples, in conjunction with interviews of 30 students in vocational schools in Milan, and for comparison, interviews of over 50 undergraduates in the north-eastern United States. In contrast to the claim of some scholars that culture-based prejudices distinguish Western European “new racism” from American biology-based racial ideology, we find that beliefs about physical difference that circulate widely in the U.S. are hardly unknown in Italy. Indeed, the relative absence of a developed constructivist view on race among our young Italian interviewees makes it harder for them than for their American peers to counter biological definitions of it, a paradoxical result given Italians’ much stronger rejection of the language of “race.”

Ann Morning (NYU)

 Ann Morning is Associate Professor of Sociology at New York University.
Marcello Maneri (Milano Bicocca)She's Visiting in Sciences Po - Département de sociologie, during June 2019.


Marcello Maneri
is Associate Professor of Sociology, University of Milan - Bicocca.

 

 Register is mandatory for external audience and/or snack (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr).

The Privileged Poor

How Elite Colleges Are Failing Disadvantaged Students
Anthony Jack - Séminaire scientifique OSC-CEE 21 juin 2019
  • Image Rawpixel.com via ShutterstockImage Rawpixel.com via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

Séminaire joint avec le Centre d'études européennes et de politique comparée (CEE)

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 21 juin 2019 de 11h30 à 13h

The Privileged Poor:
How Elite Colleges Are Failing Disadvantaged Students

Anthony Abraham Jack
(Assistant Professor of Education, Harvard)

Image: Anthony Abraham JackAnthony Abraham Jack (Ph.D., Harvard University, 2016) is a Junior Fellow at the Harvard Society of Fellows and Assistant Professor of Education at the Harvard Graduate School of Education. He holds the Shutzer Assistant Professorship at the Radcliffe Institute for Advanced Study.

The Privileged Poor (Image Harbard University Press)The book reveals how―and why―disadvantaged students struggle at elite colleges, and explains what these schools can do differently if these students are to thrive.

College presidents and deans of admission have opened their doors to support a more diverse student body. But is it enough just to let them in? In fact, the struggles of less privileged students continue long after they’ve arrived on campus. In their first weeks they quickly learn that admission does not mean acceptance. Anthony Jack documents how university policies and cultures can exacerbate preexisting inequalities, and reveals why these policies hit some students harder than others.

Despite their lofty aspirations, top colleges hedge their bets by recruiting their new diversity largely from the same old sources, admitting scores of lower-income black, Latino, and white undergraduates from elite private high schools. These students approach their new campuses very differently from students who attended local, and typically troubled, public high schools and are often left to flounder on their own.

Drawing on interviews with dozens of undergraduates at one of America’s most famous colleges and on his own experiences as one of the privileged poor, Jack describes the lives poor students bring with them and shows how powerfully background affects their chances of success.

He provides concrete advice to help schools reduce these hidden disadvantages.

 Register is mandatory for external audience (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr).

Activism in the internet era: a study of inequality and challenges to democracy

Jen Schradie
The Revolution That Wasn’t: How Digital Activism Favors Conservatives, Harvard University Press, 2019
  • Picture from desdemona72 & Alex Gontar / ShutterstockPicture from desdemona72 & Alex Gontar / Shutterstock

Some of the following text is excerpted from OSC Assistant Professor Jen Schradie’s new book, “The Revolution That Wasn’t: How Digital Activism Favors Conservatives,” just out by Harvard University Press:

The Revolution That Wasn't - Jen Schradie - Harvard University PressThis book is an attempt to move beyond simplistic headlines and Silicon Valley buzzwords to reach a better understanding of social media and social movements. Digital activism may have some advantages but not for everyone. The internet is creating a growing disparity that is giving a distinct advantage to some groups in surprising and unexpected ways.

As social and digital technologies have spread across the globe, we are constantly being told that they have ushered in a new age of activism. Many believe that an individual can spark an uprising with a tweet or a heart-tugging Facebook post. As with so many other facets of our lives, technology promises to liberate us from the tedious work necessary to build a social movement. Technology would have flattened the world of activism, as with selling books or starting a company, giving everyone an equal chance to launch an on-demand revolution.

Schradie  choose the location for her study in North Carolina because of the vast variation in the state’s population and politics. It has a dramatic racial and labor history that continues to shape its political dyamics today. It has one of the highest rates of poverty yet one of the best public higher education systems in the nation. Over the past decade, North Carolina has been half Republican and half Democrat among voters. As a result, it had become a swing state for national presidential elections, as well as a focal point of numerous social and economic conflicts. 
She picked one ordinary issue, rather than an event: the contentious politics around labor. At 1.9% union density in 2014, North Carolina had a lower percentage of unionized workers than any state in the country.  Because the state is “Right-to-Work” by law, all unions have voluntary membership. By 2011, North Carolina was one of only three states where public workers did not have any collective bargaining rights. This state provided fertile ground with an ecosystem of political, labor, and social movement groups in different configurations in order to evaluate the concept of digital activism and egalitarianism.
By combining online and offline data, as well as quantitative and qualitative methods, this research provides both statistical analysis, as well as in-depth interviews and ethnography to understand an evolving digital data world.

Schradie initiated the study with some guiding questions: Is digital activism as prevalent as we think? What kinds of groups use digital technology for activism? What are the factors that determine how a group uses these tools? What are the mechanisms behind differences in internet use for activism? Finally, she addressed the most fundamental question: Has digital activism truly created a level playing field where all groups and points of view can equally advocate for their cause?
The conclusion is surprising. Not only is technology failing to erase the barriers toward organizing movements, it may be making things worse by creating a digital activism gap. Rather than offering a quick technological fix to repair our broken democracy, the advent of digital activism simply ends up reproducing, and in some cases intensifying, pre-existing power imbalances.

This book dismantles both the democracy and authoritarian thesis around digital activism to reveal in this North Carolina case an uneven digital terrain that largely abandoned left working-class groups while placing right-wing reformist groups at the forefront of online politics.
Three overlapping factors worked together to give a distinct advantage to groups that not only have a greater capacity but also the motivation to carry out the work of digital activism:

  • Social class: groups with middle to upper class members have an advantage with digital media. Such members have greater online access, skills, time and empowerment to use these new tools.
  • Vertical organization: Groups with infrastructure, such as a hierarchy of decision making, a clear division of labor, and more staffing resources, are simply more effective and efficient online. Horizontal groups without bureaucratic systems are less likely to maintain high levels of digital use and online participation. 
  • Political Ideology: Groups on the right embraced the internet for a primary mission: to get their truth out about reviving the freedoms they believed were threatened. Conservative grassroots groups believe they needed to replace so-called “fake news” with their own political information online. Progressive groups were fragmented and often focused more on encouraging mass participation, rather than on mass information.

The rise of the internet 25 years ago unleashed a kind of revolutionary giddiness. Those most bullish believed it would fundamentally re-order nearly every corner of civilization, inevitably for the better.  The ultimate free market of ideas and commerce would create a new balance of power that favored citizens over giant organizations, companies and governments. In the place of Orwellian propaganda and old-school communication tools would be new technologies in the hands of the people. Personalization, participation, and pluralism would bring digital democracy. It was this euphoria around the internet’s democratizing potential that, instead, became the revolution that wasn’t.

Schradie’s book reveals how conservative messages spread like wildfire long before talk of bots, fake news or Russian meddling. A highly motivated foundation of conservative and well-educated and resourced activists who held a distinct advantage all but drowned out whatever messages were coming from the left online.

Reviews of the book:

* This Is Why the Right Is Winning the Internet, by Hans Rollmann, PopMatters, November 13, 2019.

* Conservatives Use Social Media to Move Their Agendas Much More Than Liberals Do - Newsweek Magazine, May 17, 2019. 

* North Carolina Shows Why Progressives Lost the Internet, by Jeffrey C. Billman, Indy Week, May 28, 2019.

* How Digital Activism Favors Conservatives, by Amanda Magnus & Frank Stasio, WUNC 91.5 North Carolina Public Radio, May 31, 2019.

* Why conservatives are winning the internet, by Sean Illing, Vox, June 3, 2019.

* Why the Left Is Losing the Information Age, by Richard R. John, Washington Monthly, July/August 2019.

Digital Democracy 3.0: Startupers versus Startupeuses

Jen Schradie
Séminaire scientifique de l'OSC, 7 juin 2019
  • Image Syda Productions (via Shutterstock)Image Syda Productions (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 7 juin 2019 de 11h30 à 13h

Digital Democracy 3.0:
Startupers versus Startupeuses

Jen Schradie (Sciences Po - OSC)

Jen Schradie (OSC)Digital technology is one of the fastest growing economic sectors worldwide. Those that garner the most attention are presumably “disrupting” business practices, particularly tech start-ups. A key assumption is that the digital era enables more egalitarian economic practices than the industrial era. However, descriptive statistics show vast inequality, with an average of women as only 10% of startup founding entrepreneurs in France and 17% in the United States.

This talk will present a research project in its early stages. Two driving questions motivate this study:

  • What is the role of the state in mediating any gender differences?
  • What are any barriers women face once they do become entrepreneurs?

 Register is mandatory for external audience (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr).

Les liens de la caste / Caste links

Quantifying social identities using open-ended questions
Mathieu Ferry - OSC Papers 2019-1
  • Image Chris JL, Another morning for the lucky ones (CC BY-NC-ND 2.0 via Flickr)Image Chris JL, Another morning for the lucky ones (CC BY-NC-ND 2.0 via Flickr)

Les liens de la caste.
Quantifier des identités sociales à l’aide de questions ouvertes


Caste links. Quantifying social identities using open-ended questions

 Mathieu Ferry (OSC)

OSC Papers 2019-1 - 24 p.

Les liens de la caste. Version française (FR, pré-version fin.)
Caste links. English (EN)

Mathieu Ferry (OSC)Cet article expose les difficultés rencontrées par le chercheur en sciences sociales lorsqu’il souhaite analyser quantitativement les identités sociales mesurées par des questions ouvertes dans des grandes enquêtes statistiques. La grande diversité apparente des réponses énoncées démontre la complexité de l’auto-identification mais ne retire en rien la pertinence de quantifier une catégorie sociale latente. Nous discutons de notre approche de la construction d’une nomenclature de caste à partir de questions ouvertes dans l’Indian Human Development Survey (2011-2012), en nous centrant sur les ménages hindous de l’Uttar Pradesh. Nous commençons par exposer les enjeux d’une telle quantification, en soulignant l’histoire coloniale à laquelle elle est fortement associée. Contrairement  aux  idées  reçues,  la  caste  est  loin  d’être  une  catégorie  institutionnalisée  incontestée  et  sa  mesure  statistique  est  fortement critiquée. Néanmoins, plusieurs arguments plaident en faveur de sa quantification. Nous décrivons notre algorithme de classification basé sur l’analyse de réseau, la classification ascendante hiérarchique et le recodage manuel. Nous suggérons ensuite d’évaluer la pertinence de notre classification sous trois angles différents dans ce travail préliminaire. Premièrement, les indicateurs d’homogénéité font apparaitre des catégories de la nomenclature relativement homogènes. Deuxièmement, la comparaison de la nomenclature avec une variable « gold standard » permet d’évaluer son efficacité. Enfin, des tests de validité vérifient si les catégories de castes reflètent les dimensions conceptuelles du statut rituel et socioéconomique de la caste. Ce faisant, nous montrons que notre nomenclature en sept groupes de castes permet de rompre avec une vision hiérarchique unidimensionnelle à laquelle la structure sociale de caste est souvent associée.

This article exposes the challenges faced by social scientists in the quantitative analysis of  social identities measured through open-ended questions in large surveys. The  apparent large diversity of responses enunciated demonstrates the complexity of self-identification, but it does not undermine the relevance of quantifying a latent social category. We discuss our approach to building a caste nomenclature from open-ended questions in the Indian Human Development Survey (2011-2012), focusing on Hindu households in Uttar Pradesh. We start by exposing the issues of such quantification, highlighting the colonial history with which it is strongly associated. Contrary to common belief, caste is far from being an uncontested institutionalized category and its statistical measure is highly criticized. Nonetheless, several arguments push for its quantification. We describe our classification algorithm based on network analysis, hierarchical and manual clustering. We then suggest assessing the relevance of our classification from three aspects in this foundational work. First, indicators of homogeneity show homogeneous categories. Second, ‘gold standard’ comparison evaluates the effectiveness of the nomenclature. Finally, criterion validity tests whether the caste categories reflect selective dimensions of socio-economic status and ritual status. In doing so, we show that our nomenclature in seven caste groups makes it possible to break with a one-dimensional hierarchical vision with which the caste social structure is often associated.

Trouble dans la race...

Soutenance de thèse, 22 mai 2019
Solène Brun
  • Images : Phovoir (via Shutterstock)Images : Phovoir (via Shutterstock)

Trouble dans la race
Construction et négociations des frontières raciales dans deux types de familles mixtes
en France

Solène Brun

Mercredi 22 mai 2019 à 14h30
98 rue de l'Université, salle Annick Percheron

Solène Brun (OSC)Cette thèse prend pour objet les frontières raciales et leurs dynamiques en France, à partir de l’étude croisée de deux configurations familiales dans lesquelles la mixité raciale est particulièrement saillante : les familles ayant eu recours à l’adoption internationale et les familles formées par des couples mixtes.

En nous invitant à situer l’approche analytique au croisement entre sociologie de la famille, des socialisations et des relations raciales, l’étude de ces deux types de familles – transgressives de la norme d’homogénéité raciale intrafamiliale – nous permet d’investiguer les lieux intimes de la formation des identités raciales dans un contexte « trouble » qui s’avère particulièrement heuristique.

L’analyse croisée de ces deux cas permet en effet d’ajouter aux perspectives classiques de la formation des identités raciales, qui distinguent les processus d’auto-identification et d’assignation par autrui, le rôle des transmissions et des socialisations familiales. Si la famille est généralement reconnue comme étant le lieu par excellence des socialisations primaires, notamment de classe et de genre, la race comme rapport social demeure toutefois sous-explorée dans les études sur la socialisation en France. Cette thèse entend participer à l’investigation empirique d’une telle question. L’analyse empirique des deux cas d’étude interroge ainsi la pertinence de penser la question raciale à partir de celle de la socialisation et questionne plus largement les catégories et frontières raciales en France, leur production et leurs conséquences au quotidien.

Cette recherche est fondée sur un protocole multi-méthodes, où les entretiens semi-directifs avec des parents adoptifs, des personnes adoptées, des parents en couple mixte et des descendants d’unions mixtes, ainsi que les observations, viennent compléter l’exploitation de bases de données statistiques (Enquête sur l’adoption en France - Ined, 2001-2002 et Enquête Trajectoires et Origines - Ined, Insee, 2008-2009). Le protocole mis en œuvre est ainsi pluriel à plusieurs égards, dans l’articulation des terrains mais aussi des méthodes. Cette approche permet de fonder la thèse sur des données riches qui, dans la perspective analytique, nourrissent utilement le travail de comparaison.

En documentant non seulement les types de pratiques de socialisation raciale des parents mais également les différentes manières qu’ont les individus ainsi socialisés de recevoir, négocier, intérioriser ou contester ces socialisations, la thèse donne à voir les dynamiques de (re)construction des frontières raciales en France, ainsi que les manières dont la race s’apprend, en particulier au sein de la cellule familiale.

Composition du Jury
Mme Beate Collet, maîtresse de conférences HDR, Université Sorbonne-Paris IV
Mme Muriel Darmon, directrice de recherche, CNRS/CESSP (EHESS-Université Paris 1) (rapporteure)
Mme Marta Domínguez Folgueras, associate professor of sociology, Sciences Po
Mme Ann Morning, associate professor of sociology, New-York University
Mme Mirna Safi, associate professor of sociology, Sciences Po (directrice)
M. Patrick Simon, directeur de recherche, INED (rapporteur)

Soutenance publique sur invitation préalable pour les extérieurs à Sciences Po.

Observer le nombre d'enfants avec les données EU-SILC

Angela Greulich et Aurélien Dasré contournent les biais
Revue Population
  • Image Rawpixel.com (via Shutterstock)Image Rawpixel.com (via Shutterstock)

Observer le nombre d'enfants avec les données EU-SILC

Angela Greulich (OSC), Aurélien Dasré, traduit par Karine Guerrouche

Population 2018/4 (Vol. 73), parution mai 2019, pages 719 à 755

https://doi.org/10.3917/popu.1804.0719 (accessible sur CAIRN)

Dans un précédent numéro de Population, des chercheurs présentaient les enquêtes européennes sur les revenus et les conditions de vie (EU-SILC) comme une source de données particulièrement utile pour mesurer la fécondité selon des caractéristiques sociodémographiques. Néanmoins, ces enquêtes comportent des biais qui les ont obligé à procéder à un ajustement de la fécondité observée. Angela Greulich et Aurélien Dasré analysent précisément ces biais en comparant dans plusieurs pays le nombre d’enfants déjà nés selon l’âge de la mère avec les estimations non biaisées issues de la Human Fertility Database. Ils explorent les limites de ces enquêtes pour chaque rang de naissance et mesurent plus spécifiquement dans le cas de la France l’ampleur de ce biais en fonction de caractéristiques démographiques et socioéconomiques des mères.

Figure A2, Revue Population 2018/4, Greulich & Dasré, AnnexesLes données d’EU-SILC sont de plus en plus utilisées par les chercheurs en raison de leurs nombreux avantages, mais elles présentent un inconvénient majeur : les enfants des répondants ne sont observés que s’ils vivent de manière permanente dans le foyer parental. Pour obtenir des informations sur ces enfants, le chercheur doit apparier les enfants avec leurs parents en fusionnant leurs fiches individuelles respectives : les données EU-SILC contiennent les fiches individuelles de chaque membre du ménage, donnant ainsi accès à des données démographiques essentielles. Elles fournissent aussi des fiches personnelles pour les membres âgés de 15 ans et plus, dans lesquels figurent des informations comme le niveau d’instruction, le statut d’activité et le revenu.  Les chercheurs peuvent ainsi observer le nombre d’enfants vivant dans un ménage à une période donnée et reconstituer le comportement en termes de fécondité. En revanche, il n’est pas possible de faire la distinction entre parents biologiques, parents adoptifs, parents d’accueil et beaux-parents (Eurostat, 2010).

Étant donné que le cadre EU-SILC a surtout été conçu pour analyser le revenu et les conditions de vie des ménages, le questionnaire ne contient aucun élément sur le nombre d’enfants qu’ont eu les femmes et les hommes du ménage, de sorte que les enfants vivant à l’extérieur du ménage sont exclus des observations. Les informations sur la fécondité tirées d’EU-SILC sont donc altérées par les départs successifs du foyer parental. En conséquence, le biais vers le bas affectant le nombre d’enfants mesuré avec EU-SILC, lié à la décohabitation des enfants, augmente avec l’âge.

Pour contourner le problème des informations manquantes sur les enfants vivant hors du ménage, les chercheurs tendent souvent à limiter l’échantillon aux âges jeunes. Néanmoins, le fait que les données EU-SILC ne disent rien des enfants vivant hors du ménage parental n’est pas seulement problématique pour l’analyse démographique. Si l’objet de la recherche est d’expliquer le revenu et les conditions de vie des individus d’un certain âge, les informations manquantes sur l’histoire génésique peuvent être à l’origine de biais importants qu’il ne faut pas négliger. Ainsi, pour expliquer la progression de carrière d’une femme de 50 ans, il est regrettable de ne pas savoir qu’elle a eu un premier enfant à l’âge de 20 ans.
Le nombre croissant de divorces, de remises en union et de familles recomposées en Europe va de pair avec un accroissement du nombre d’enfants ne vivant pas de manière permanente avec leurs parents biologiques, tout en représentant des coûts substantiels. En outre, un allongement de la durée des études et un accès plus tardif et plus incertain à un emploi stable font que le départ du foyer parental et une indépendance financière durable ne sont plus nécessairement concomitants.

Le biais entachant la mesure du nombre d’enfants dans EU-SILC ayant des conséquences considérables pour tous les domaines de la recherche, mieux vaut interpréter les résultats avec circonspection. Afin de sensibiliser les utilisateurs à la question de la qualité des données démographiques, cet article propose une analyse systématique de la qualité de la mesure du nombre d’enfants à partir des données EU-SILC. À des fins de comparabilité, il se concentre sur le nombre d’enfants observés pour les femmes.

L'analyse du biais s’appuie sur deux informations importantes et complémentaires :
- une première partie descriptive quantifie le biais par âge et par rang de naissance, puis mesure le phénomène du départ des enfants ;
- une seconde partie, analytique, identifie les profils démographiques et socioéconomiques les plus susceptibles d’être associés à des mesures biaisées.

Cette analyse systématique est menée en comparant les données EU-SILC avec celles de deux autres sources de données : pour la différenciation du biais par âge et par rang de naissance, la comparaison s’effectue avec des mesures issues de la base de données sur la fécondité humaine (Human Fertility Database, HFD). Pour l’analyse du biais en fonction des caractéristiques démographiques et socioéconomiques, on utilise la déclinaison française d’EU-SILC à savoir l’enquête Statistiques sur les ressources et les conditions de vie (SRCV), qui inclut une question sur le nombre d’enfants vivant respectivement dans et hors du ménage.
Il est possible d'utiliser SRCV pour identifier les profils socioéconomiques qui, dans EU-SILC, donnent lieu aux mesures de la fécondité les plus biaisées du fait que les enfants extérieurs au ménage sont exclus des observations.

Les camarades influencent-ils la réussite et le parcours des élèves ?

Revue de littérature sur les effets de pairs...
LIEPP Working Paper 86
  • Image: Classroom scene with teacher & students, Boston City Archives (CC BY 2.0)Image: Classroom scene with teacher & students, Boston City Archives (CC BY 2.0)

Les camarades influencent-ils la réussite et le parcours des élèves ?

Une revue de littérature sur les effets de pairs dans l'enseignement primaire et secondaire

Olivier Monso (MENJ-DEPP, OSC, LIEPP), Denis Fougère (OSC-LIEPP),
Pauline Givord (INSEE-SPP Lab, CREST), Claudine Pirus (MENJ-DEPP)

LIEPP Working Paper n° 86, avril 2019 (32p.)

Téléchargement en libre accès (SPIRE)

En  éducation,  les  effets  de  pairs  résultent  des  différents  types  d’interactions  entre  élèves,  au  sein  d’une  même  classe  ou  d’un  même  établissement.  Toutefois,  caractériser  la  nature  et  mesurer  l’influence de ces interactions pose des problèmes méthodologiques statistiques substantiels. Ce document vise à présenter les difficultés relatives à la mesure des effets de pairs en éducation, ainsi que les résultats des recherches qui leur ont été consacrées dans l’enseignement primaire et secondaire.
LIEPP WP 86 - AVril 2019S’il est facile de mettre en évidence une corrélation entre le comportement d’une personne (en termes de consommation, de parcours scolaire...) et celui de ses collègues, amis ou camarades de classe, il est bien plus difficile d’en déduire une causalité, notamment parce que la formation des groupes de pairs est rarement le fait du hasard. Comprendre cette difficulté, et y apporter des réponses méthodologiques, est toutefois nécessaire en raison des enjeux de politique publique. Le domaine de l’éducation illustre pleinement la nature de ces enjeux : aux politiques et aspirations visant à promouvoir la mixité sociale et scolaire font  écho  les  interrogations  récurrentes  quant  à  leur  efficacité  pour  les  élèves  concernés.  La thématique des effets de pairs évoque également la question de la constitution de classes de niveau dans les établissements, notamment dans les collèges.

Au sein d’un établissement, les élèves sont influencés par la composition socio-économique et le niveau scolaire de  leurs  pairs.  Les  élèves  de  milieu  défavorisé,  ou  en  difficulté  scolaire,  y  sont  en  général  plus  sensibles.  En  raison  de  tels  effets,  les  phénomènes  de  ségrégation  peuvent  aggraver  les  inégalités  scolaires. Les résultats des recherches relatives aux effets de pairs ne sont toutefois pas convergents.

Que sont les effets de pairs ?

Les  effets  de  pairs  correspondent  aux  effets  résultant  des  interactions  entre  individus  :  par l’intermédiaire  de  leurs  caractéristiques  et  leur  comportement,  des  personnes  situées  dans  un environnement  commun  (habitant  dans  le  même  quartier,  scolarisées  dans  la  même  classe...) s’influencent mutuellement. La notion d’« effets de pairs » est inséparable de celle de « groupe de pairs », qui, dans le document, correspond en général aux élèves faisant partie de la même classe ou du même établissement scolaire.

Les méthodes et indicateurs en épidémiologie

Kévin Jean (CNAM) - METSEM#22 - 16 mai
  • Image microOne (via Shutterstock)Image microOne (via Shutterstock)

METSEM #22

Séminaire de méthodologie

 Lieu d’échanges et de partages autour de la pluralité des outils et des méthodes des sciences humaines et sociales

Kévin Jean (MESuRS, CNAM Paris)

Maître de conférences - Épidémiologie, modélisation

Jeudi 16 mai à 10h - 12h (ouvert à tous)

Salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université 75007 Paris

Kévin Jean (CNAM)

Les méthodes et indicateurs en épidémiologie – et comment ils peuvent être utilisés dans les sciences sociales

L’épidémiologie se donne pour objectif d’étudier le risque de survenue d’un événement de santé dans une population (épidémiologie descriptive) et d’identifier les facteurs qui le déterminent (épidémiologie étiologique).
Dans cet exposé sera présenté la démarche épidémiologique en mettant en évidence les différents types d’étude sur lesquelles elle repose (enquêtes, études cas-témoin, cohortes), la nature des données générées (transversales, rétrospectives, prospectives) ainsi que les indicateurs fréquemment utilisés.
La plupart des exemples seront tirés du champ de l’épidémiologie sociale, qui vise à mettre à jour des associations entre indicateurs de santé et indicateurs socioéconomiques.

Un temps sera réservé à l'échange et aux questions.

Inscrivez-vous ici : https://metsem.hypotheses.org/710

Meal times and synchronization: A cross-metropolitan comparison between Santiago (Chile) and Paris

The Social Science Journal
May 2019
  • Image : vandame (via Shutterstock)Image : vandame (via Shutterstock)

Meal times and synchronization: A cross-metropolitan comparison between Santiago (Chile) and Paris (France)


Anne Lhuissier, Claudia Giacoman, Coline Ferrant (OSC)
Denisse Devilat, Daniella Leal, Pamela Ayala, Giselle Torres et Pierre Chauvin


The Social Science Journal
(online 3 May 2019)

https://doi.org/10.1016/j.soscij.2019.02.007 (Elsevier)

This paper compares meal schedules and their social determinants in two metropolises, Santiago (Chile) and Paris (France). The empirical material is drawn from two comparable data sources: Encuesta de Comensalidad en Adultos de la Región Metropolitana (Santiago, Chile) and Santé, Inégalités et Ruptures Sociales (Paris, France). The research highlights cross-metropolitan similarities and disparities between Santiago and Paris regarding meal times and synchronization (change in rhythmic activities induced by interaction of an oscillator with another ones).

Fig. 1. Mealtime distribution in Santiago and Paris.Both metropolises share a similar and marked three-meal pattern. Both in Santiago and Paris, lunch is more synchronized than dinner, for reasons pertaining to professional and school rhythms.
Dinner, however, demonstrates an important coordination effort towards the synchronization of social time within the family. However, this comparison also highlights important disparities between the two metropolises regarding meal schedules, the amplitude of synchronization, and sociodemographic patterns that express a different relationship to food and eating norms: negotiated in Santiago and rigid in Paris.
These differences not only refer to nutritional requirements (content, frequency, pace of the meals, place and commensality) but also to familial and educational purposes. They express cultural norms regarding food and eating according to economic organizations and level of development.

Male Family Caregiver’s Well-being

Balancing Work and Elderly Care in Japan
Hiroko Umegaki, Séminaire scientifique de l'OSC, 10 mai 2019
  • Image Trung Kaching (CC BY 2.0) Elderly People in Japan (via Flickr)Image Trung Kaching (CC BY 2.0) Elderly People in Japan (via Flickr)

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 10 mai 2019 de 11h30 à 13h

Male Family Caregiver’s Well-being:
Balancing Work and Elderly Care in Japan

Hiroko Umegaki (OSC)

Hiroko UmegakiDemographic ageing of industrialised countries makes issues related to elderly care increasingly pressing, requiring not only formal institutionalised care but also, critically, home care.

In Japan, due to the reconstruction of family roles and responsibilities, shifts of social expectations of gender roles, and pressure for cost efficient care, a new group of caregivers is rapidly emerging – middle aged male family caregivers who, however, also often work.

As it is relevant and timely to learn from countries that are in advanced stages of societal ageing as is Japan, I focus on male employees facing elderly care needs who support parents living at home while working.

I find that there are differences between institutional stakeholders and such men as to whether the pressures of elderly care should be addressed as a broader societal issue or as part of the personal, family domain.
Further, preliminary findings indicate that achieving well-being in care-and-work may not lead to aiming for balance in reconciling work, care and family.

Research funded by Horizon 2020 Marie Curie Actions.

Handicap et travail

Anne Revillard
Presses de Sciences Po, col. Sécuriser l'emploi
  • Image Riopatuca via Shutterstock et Presses de Sciences PoImage Riopatuca via Shutterstock et Presses de Sciences Po

Handicap et travail

Anne Revillard

Presses de Sciences Po, collection Sécuriser l'emploi, 120 p., mai 2019, isbn 9782724624458
Parution prévue le 16 mai

Anne Revillard (OSC)Comment favoriser l’accès à l’emploi et la sécurisation des parcours professionnels des personnes handicapées ?

Dans son dernier ouvrage, la sociologue Anne Revillard alimente la réflexion sur ces questions par une étude de la situation de cette population sur le marché du travail et un bilan des politiques existantes.

Quotas, droit de la non-discrimination, travail protégé et adapté, aménagements, accompagnement vers et dans l’emploi, reclassement… Le handicap au travail fait l’objet d’un foisonnement de dispositifs souvent mal connus et encore peu évalués.

Le droit de la non-discrimination suffira-t-il à lever les obstacles à l’insertion professionnelle ? En quoi l’emploi accompagné constitue-t-il une alternative pertinente au travail protégé ? Comment favoriser la fourniture des aménagements nécessaires et le développement de politiques organisationnelles véritablement inclusives ? Telles sont quelques-unes des questions abordées par cet ouvrage, à partir d’une analyse de la situation française à la lumière des apports de la littérature internationale.

Handicap et travail - Presses de Sciences Po - 2019Plan de l'ouvrage : Handicap, travail et action publique - Personnes handicapées et emploi : état des lieux - Accéder à l'emploi - Travailler autrement : travail protégé, entreprises adaptées et emploi accompagné - Rester en emploi - Normaliser le handicap au travail.

Anne Revillard est Associate professor en sociologie à Sciences Po, OSC et LIEPP. Elle travaille notamment sur l'évaluation et la réception des politiques publiques.

L'ouvrage est réalisé en partenariat avec la Chaire pour la sécurisation des parcours professionnels.

The Middle Classes, Housing and Schooling in the City

Comparative Perspectives from Europe, South America and Asia
Workshop, June 28th 2019 at Sciences Po - LIEPP
  • Image Bronis e Drones via Shutterstock. Condominiums for Brazilian middle classImage Bronis e Drones via Shutterstock. Condominiums for Brazilian middle class

The Middle Classes, Housing and Schooling in the City
Comparative Perspectives from Europe, South America and Asia

Workshop organized by Marco Oberti and Quentin Ramond (Sciences Po - OSC - LIEPP & Programme Cities are Back in Town)

June 28 2019 | 9:30am – 7:00pm

Sciences Po, 254 boulevard Saint-Germain, Paris 7e, LIEPP meeting room

The workshop explores the interactions between middle-class housing and schooling practices and experiences in major cities across Europe, South America and Asia, calling into question their spatial dimension.

It will bring together scholars using theoretical and empirical tools from urban research, sociology of education and sociology of social stratification to reflect on the way space, housing and education interact in the definition of the middle classes and inform their role in the evolution of cities:

How are housing and schooling strategies articulated and foster uneven trajectories within the middle classes?
What do these practices tell us about their relationships to other social groups and public institutions?
What variations can we detect between cities?
How do they relate to differences in terms of housing markets, school systems and middle-class characteristics?

Abstracts  |  Subject to availability. Please register!

Program

  9:30-10:00    Welcome
10:00-10:15    Introduction by Marco Oberti & Quentin Ramond
   
10:15-12:30    The Middle Classes in the City: Theoretical Debates and Empirical Issues
     Chair: Philippe Coulangeon

•    Tim Butler & Chris Hamnett
Social Reproduction and the Remaking of the Gentrified Inner City.
•    Emmanuelle Barozet
Middle Classes Nomenclatures and Measurement: Comparative Perspectives between Europe and Latin America.
•    Adalberto Cardoso & Edmond Préteceille
The Middle Classes in the Metropolises. A North-South Comparison.
   
12:30-14:00    Lunch break
   
14:00-15:40    The Middle Classes, Housing and Schooling in the City (1)
     Chair: Pauline Clech

•    Tim Butler & Chris Hamnett
Searching for excellence: the middle classes, education and housing in Beijing.
•    María Luisa Méndez & Modesto Gayo
Socio-spatial Trajectories of Upper Middle Class Reproduction in the Neoliberal City.

15:40-16:00    Coffee & tea break
   
16:00-18:15    The Middle Classes, Housing and Schooling in the City (2)
     Chair: Edmond Préteceille

•    Thomas Maloutas
The Relocation of Middle-Class Groups in Athens (1991-2011) and its Relation to the Spatially Uneven Distribution of School Quality.
•    Willem Boterman & Sako Musterd
Social Rent: Causing or Reducing School Segregation?
•    Marco Oberti & Quentin Ramond
Middle Classes Residential Status and School Patterns in the Paris Metropolis.
   
18:15-18:45    Conclusion by Bruno Cousin & Tommaso Vitale

Nos chercheurs interviennent...

Séminaires dans la semaine du 15 au 19 avril 2019
  • Images OSC et Alexis LecomteImages OSC et Alexis Lecomte

Retrouvez nos chercheurs lors de prochains séminaires, proposés dans la semaine du 15 au 19 avril.

Angela Greulich (OSC)Angela Greulich au FacSem Sciences-Po, jeudi 18 avril 2019, à 12h30 (13 rue de l'Université, Salle du Conseil).

Inequalities in fertility behaviour between and within European countries. Context dependency and policy relevance

(Autre présentation : Golvine de Rochambeau, Dept. d'économie - Access to Large Buyers and Firm Growth: Experimental Evidence from Liberia.)

Page d'inscription

 Jen Shradie (OSC)Jen Schradie dans le cadre des Rendez-vous de la recherche à Sciences Po, Mardi 16 avril 2019, séance « Le numérique peut-il réinventer la démocratie ? », de 17h à 19h (Amphithéâtre Jacques Chapsal, 27 rue Saint-Guillaume, Paris 7e).

The Revolution That Wasn’t: How Digital Activism Favors Conservatives

Page de présentation du séminaire

Jen Schradie intervient également dans le Séminaire d'Analyse des Structures et des Processus Sociaux (SPS), vendredi 19 avril 2019 de 15h à 17h (Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e).

Pluralism, Participation and Personalization: How Digital Fails to Deliver

Page de présentation et d'inscription

A signaler que Mirna Safi est discutante de la prochaine séance du séminaire proposé par l'Axe Discriminations et inégalités sociales du LIEPP accueillant Laure Bereni (Chargée de recherche au Centre Maurice Halbwachs), jeudi 18 avril 2019 de 17h à 19h (LIEPP, 254 Bd St-Germain, Paris 7e).

La valeur professionnelle de l'identité. Race, genre et management à Paris et à New York

Page de présentation et inscription

Denis Fougère est lui discutant lors de la séance proposée par l'Axe politiques éducatives du LIEPP accueillant Axelle Charpentier et Thierry Rocher (Ministère de l'éducation supérieure, de la recherche et de l'innovation - DEPP), mardi 16 avril de 16h30 à 18h (LIEPP, 254 Bd St-Germain, Paris 7e).

Dispositif d'observation et d'évaluation « CP Dédoublés » : premiers résultats

Page de présentation et inscription

La Dataviz pour les nul·e·s -

Donato Ricchi (Medialab)
METSEM #21, 18 avril 2019
  • Jacques Bertin, Sémiologie graphique (1973)Jacques Bertin, Sémiologie graphique (1973)

METSEM #21

Séminaire de méthodologie

 Lieu d’échanges et de partages autour de la pluralité des outils et des méthodes des sciences humaines et sociales

Donato Ricco (Medialab, Sciences Po)

Designer de la Communication et chercheur dans le domaine de la visualisation de l’information et des données

Jeudi 18 avril à 10h - 12h (ouvert à tous)

Salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université 75007 Paris

Donato Ricchi (Sciences Po)

La Dataviz pour les nul•le•s : Design perspectives on Information

Au fur et à mesure que les outils, les techniques et les approches de visualisation des données et de l'information deviennent de plus en plus répandus et simplifiés, l'activité de lecture et d'interprétation des visualisations est souvent laissée à l'arrière-plan. Au cours de la séance, nous nous concentrerons sur le décodage d'une série de visualisations pour imaginer et comprendre comment un public potentiel peut s'y identifier. L'accent sera mis sur la dépendance mutuelle des activités de codage et de décodage, sur la base de la logique sémiotique de Jacques Bertin.

Inscrivez-vous ici : https://metsem.hypotheses.org/692

Migrants’ connections within and beyond borders: insights from the comparison of three categories of migrants in France

Mirna Safi, Cris Beauchemin
Ethnic and Racial Studies, March 2019
  • Photographie Ranta Images via ShutterstockPhotographie Ranta Images via Shutterstock

Ethnic and Racial Studies Journal

Migrants’ connections within and beyond borders: insights from the comparison of three categories of migrants in France

Cris Beauchemin (INED) & Mirna Safi (OSC)

Ethnic and Racial Studies


Published online 01 March 2019

DOI: 10.1080/01419870.2019.1572906 - 20 p.


Since the mid-1990s, the concept of transnationalism has been increasingly used and discussed. Some authors have contested its novelty, arguing that all types of migrants, including internal ones, tend to remain connected to their home place. In this paper, we provide new quantitative evidence to show that migration, be it internal or international, entails a similar sort of connectedness between places. Using a nationally representative survey carried out in France (TeO, N = 21,761 individuals), we systematically compare the transterritorial connections of international migrants, French migrants born abroad and French migrants born in overseas territories. Our findings show that all migrants maintain transborder ties, with particular intensity among French overseas migrants. Owing to border effects, oversenas migrants exhibit higher levels of sociopolitical and “re-migration” connections and are less engaged in economic relations. The results also show that transterritorial connections are affected by similar determinants across the three categories of migrants.


Figure 2. Marginal effects of generation, nationality, multilingualism, and family ties across migrant categories (p. 10)

Figure 2 - Safi, Beauchemin, 2019


Mirna Safi (OSC)In the literature, connections between “here” and “there” are predominantly viewed as connections between places of destination and origin. Challenging the notion of transnationalism, Waldinger and FitzGerald (2004) highlighted the fact that these connections are, above all, about people trying to maintain relations with a homeland, be it abroad or not (Waldinger and FitzGerald 2004). In this paper, depending on the type of transterritorial practice, we considered connections with the homeland and also with other places outside mainland France, without being able to distinguish precisely the remote places of engagement. To some extent, the transterritorial ties observed in this study thus revert to some sort of “cosmopolitism” (having in mind that these ties are not always transnational), rather than exclusively to a kind of homeland attachment.

The Revolution That Wasn’t: How Digital Activism Favors Conservatives

Jen Schradie, séminaire #ECNEHESS
  • The Revolution that Wasn't: May 13, 2019, Harvard University Press The Revolution that Wasn't: May 13, 2019, Harvard University Press

Jen Schradie (OSC)

Séminaire #ecnEHESS Etudier les cultures du numérique,
jeudi 21 mars 2019, de 17h30 à 19h30,
Institut des Systèmes Complexes, salle séminaire 1.1, 113 rue Nationale, 75013, Paris.

Troisième séance d’approfondissement ouverte aux auditeurs libres avec Jen Schradie, co-fondatrice de ENDL (European Network on Digital Labour) et auteure de l'ouvrage The Revolution that Wasn’t à paraître en mai 2019 chez Harvard University Press, qu’elle présentera en avant-première.

Pour s’inscrire, merci de renseigner le formulaire.

The Revolution that Wasn't (Book)The Revolution That Wasn’t: How Digital Activism Favors Conservatives

From the Arab Spring and Occupy Wall Street to Black Lives Matter and #MeToo, many have hailed the democratizing power of digital activism. As a mode of political participation, it seems cheap, fast, and open to all. Yet, little is known about the variation of the actual cost of online participation in social movements across social classes. Jen Schradie’s research incorporates different social settings and spans from online to off-line activism practices, thus highlighting the high costs of online participation for working-class groups.
Despite the promise of equalizing online participation, digital activism tends to be less effective when horizontally organized volunteer groups aim to translate online goodwill into meaningful action. Conversely, large hierarchical political organizations with professional staff manage to amplify their digital impact. Not only does technology fail to level the playing field: it tilts it further, so that only the most sophisticated and well-funded players can compete.

Twitter logoSince the internet's founding in 1989, a lot has happened. From the Berlin Wall falling to Trump's wall building. In my new book, #TheRevolutionThatWasnt, I contextualize the digital pendulum swing from utopia to dystopia that mark the 30th anniversary of the Web.
The dawn of the internet age….unleashed a kind of revolutionary giddiness. Those most bullish about the potential impact of this massive global network believed it would fundamentally re-order nearly every corner of civilization, inevitably for the better.
The overarching ideology of this digital utopianism was a strange brew of hyper-capitalism mixed with 60s-era-socialist idealism.The ultimate free market of ideas & commerce would create a new balance of power that favored citizens over giant organizations, companies & govts.
In the wake of the Soviet Union collapsing and the tearing down of its bureaucratic symbols, from the Berlin Wall to statues of Stalin, the internet was the phoenix rising from the ashes. It could unite where the Cold War had divided.Technology would disrupt, flatten and revolutionize hierarchies. In the place of Orwellian propaganda and old-school communication tools would be new technologies in the hands of the people. Personalization, participation, & pluralism would bring digital democracy...

Read more on the Twitter discussion

Americanism and the Ethnic Core among Mexican Americans

Edward Telles
Séminaire scientifique de l'OSC, 12 avril 2019
  • Photo Thomas Hawk (CC BY-NC)Photo Thomas Hawk (CC BY-NC)

Séminaire scientifique de l'OSC 2018-2019

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 12 avril 2019 de 11h30 à 13h

Edward Telles
University of California, Santa Barbara

à l'invitation du Département de sociologie de Sciences Po

Based on a study of Mexican Americans in Los Angeles and San Antonio, we examine the ethnic and American identities of U.S. born Mexican Americans, including their abilities and attitudes about the Spanish language and attitudes about immigration. Almost without exception, the American identity of the respondents is constant whereas the strength and meaningfulness of their ethnic background varied by individual and by social context.  We then expound on the concept of the ethnic core to understand how ethnicity may remain strong despite assimilation and how it varies across the population.

Edward TellesEdward Telles
Distinguished Professor of Sociology
Department of Sociology
Social Sciences and Media Studies
University of California, Santa Barbara
UCSB Website - Project on Ethnicity and Race in Latin America (PERLA)

puce Main books:

  • Pigmentocracies. Ethnicity, Race, and Color in Latin America (2014, UNCPress)
  • Race in Another America: The Significance of Skin Color in Brazil (2004, Princeton University Press) [Distinguished Scholarly Publication Award from the American Sociological Association]

puce Selected papers:

  • (with Florencia Torche) "Varieties of Indigeneity in the Americas", Social Forces, October 2018.
  • "Latinos, Race, and the U.S. Census", The ANNALS of the American Academy of Political and Social Science, First Published April 2018.
  • (with Angela R. Dixon) "Skin Color and Colorism: Global Research, Concepts, and Measurement", Annual Review of Sociology, vol. 43, 2017, p. 405-424.
  • (with René D. Flores & Fernando Urrea-Giraldo)  "Pigmentocracies: Educational inequality, skin color and census ethnoracial identification in eight Latin American countries", Research in Social Stratification and Mobility, vol. 40, 2015, p. 39-58.

 Register is mandatory for external audience (bernard.corminboeuf@sciencespo.fr)

Everyday Europe

Social Transnationalism in an Unsettled Continent
Edited by Ettore Recchi & Adrian Favell, Policy Press, 2019
  • Images Policy Press & twenty1studio (via Shutterstock)Images Policy Press & twenty1studio (via Shutterstock)

Everyday Europe (cover book)

328 p., ISBN 978-1447334200, Policy Press (Bristol University Press), 1st February 2019.

Edited by Ettore Recchi (Professor of Sociology at OSC - Sciences Po and part-time Professor at the Migration Policy Centre of the EUI, Florence) and Adrian Favell (Chair in Sociology and Social Theory at the University of Leeds).
Other Authors
Fulya Apaydin (Institut Barcelona d'Estudis Internacionals)
Roxana Barbulescu (School of Sociology and Social Policy of the University of Leeds)
Michael Braun (GESIS - Leibniz Institute for the Social Sciences and  University of Mannheim)
Irina Ciornei (Institute of Sociology at the University of Bern)
Niall Cunningham (Geography Department at Durham University)
Juan Díez Medrano (Universidad Carlos III, Madrid)
Deniz Duru (Media, Cognition and Communication Department at the University of Copenhagen)
Laurie Hanquinet (Department of Sociology at the University of York)
Janne Solgaard Jensen (Independent Research Fund Denmark)
Steffen Pötzschke (Department Survey Design and Methodology at GESIS - Leibniz Institute for the Social Sciences)
David Reimer (Aarhus University)
Justyna Salamońska (Centre of Migration Research and Institute of Sociology, University of Warsaw)
Mike Savage (London School of Economics)
Albert Varela (School of Sociology and Social Policy and the Q-Step Centre at the University of Leeds)

Drawing on unique research and rich data on cross-border practices, this book offers an empirically-based view on Europeans’ interconnections in everyday life. It looks at the ways in which EU residents have been getting closer across national frontiers: in their everyday experiences of foreign countries – work, travel, personal networks – but also their knowledge, consumption of foreign products, and attitudes towards foreign culture.

These evolving European dimensions have been enabled by the EU-backed legal opening to transnational economic and cultural transactions, while also differing according to national contexts. The book considers how people reconcile their increasing cross-border interconnections and a politically separating Europe of nation states and national interests.

Main chapters:

  • Introduction: Social transnationalism in an unsettled continent
  • Cartographies of social transnationalism
  • The social structure of transnational practices
  • Cultural boundaries and transnational consumption patterns
  • Social transnationalism and supranational identifications
  • Explaining supranational solidarity
  • Narratives and varieties of everyday transnationalism
  • Understanding Romanian's cross-border mobility in Europe: movers, stayers and returnees
  • Transnational Turkey: the everyday transnationalism and diversity of Turkish populations in Europe
  • Is social transnationalism fusing European societies into one?

Everyday Europe. Figure 0.2, p. 17

Retour en haut de page