Nathalie Greenan, Silvia Napolitano - Investir dans la capacité d’apprentissage de l’organisation pour la double transition digitale et écologique

Nathalie Greenan, Silvia Napolitano - Investir dans la capacité d’apprentissage de l’organisation pour la double transition digitale et écologique

Nathalie Greenan est économiste, spécialiste de l’analyse des changements au sein des organisations privées et publiques, de leurs performances économiques et de leurs conséquences pour les salariés et sur le marché du travail. Professeure des Universités au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam, Paris) et membre du Laboratoire interdisciplinaire de recherches et sciences de l'action (Lirsa), elle dirige scientifiquement les programmes de recherche transversaux Changements organisationnels, travail et emploi du Centre d’Études de l’Emploi et du Travail (CEET) et Politiques des organisations de la Fédération de recherche Théorie, Évaluation et Politiques Publiques (TEPP) du CNRS.

Silvia Napolitano est économiste, spécialisée dans la mesure de la transformation technologique, des pratiques organisationnelles des entreprises et de leurs conséquences socio-économiques, en mobilisant des données combinées à partir des enquêtes européennes auprès des employeurs et des ménages. Elle est chercheuse au Cnam - CEET (Centre d'études de l'emploi et du travail) et associée au Laboratoire interdisciplinaire de recherches et sciences de l'action (Lirsa).

Investir dans la capacité d’apprentissage de l’organisation pour la double transition digitale et écologique

Nathalie Greenan et Silvia Napolitano 

La capacité d’apprentissage de l’organisation est un facteur d’innovation identifié dans la littérature économique et de gestion mais la plupart du temps non mesuré et donc absent des études empiriques sur la transformation technologique. Pourtant, ce facteur semble essentiel à la réussite de la double transition digitale et écologique. En effet, pour passer de la crise et de l'urgence à la transition, c'est à dire à une trajectoire de changement progressive et maîtrisée, il ne suffit pas de mettre en place des filets de sécurité ou d'équiper les individus avec des compétences ou même des attitudes particulières. C'est au cœur de nos organisations publiques et privées que doivent se développer les ressources permettant de réduire notre vulnérabilité et d'augmenter notre résilience face aux chocs à venir. En soutenant les activités d’exploration de champs de connaissances nouvelles tout en exploitant la connaissance des situations de travail existantes, la capacité d’apprentissage des organisations contribue au déplacement de la frontière technologique (Greenan et Lorenz, 2010 ; Greenan et Napolitano, 2021). Un tel saut qualitatif est en effet indispensable pour sortir du monde d’hier. Rester focalisé sur le seul objectif d’optimisation des processus existants contribue en effet à intensifier le travail (Green et al., 2021, cf la contribution de Maelezig Bigi et Dominique Méda) et à poursuivre une exploitation des ressources naturelles qui n’est plus soutenable. Investir dans la capacité d'apprentissage des organisations est donc un choix essentiel pour prendre le chemin de la transition.

Ce texte vise à restituer de façon synthétique les enseignements de travaux réalisés dans le cadre du projet européen Beyond 4.0 qui explorent les conséquences socio-économiques de la transformation technologique en mobilisant de façon nouvelle des sources statistiques européennes. La capacité d’apprentissage des organisations y est apparue comme un élément central de l’analyse. Après avoir présenté comment la définir et l’évaluer, nous situons la France par rapport à d’autres pays européens en matière de capacité d’apprentissage. Ensuite, nous montrons en quoi son développement dans la double transition digitale et écologique est bénéfique pour les entreprises et pour les salariés.

Comment évaluer la capacité d’apprentissage des organisations ?

La capacité d'apprentissage d’une organisation se développe avec des outils de gestion et des pratiques organisationnelles visant à améliorer l'apprentissage individuel et organisationnel et à encourager les comportements innovants au travail. Nous nous référons à la notion d’« organisation apprenante », définie comme une entité capable de s'adapter et d'être compétitive à faible coût grâce à l'apprentissage (Greenan et Lorenz, 2010 ; cf la contribution de Salima Benhamou). Une organisation apprenante favorise l'apprentissage individuel des travailleurs en stimulant leur autonomie, leur esprit d'initiative et en leur offrant des possibilités de développement de leurs compétences. En outre, grâce à son cadre organisé, les connaissances sont également partagées et distribuées entre ses membres, une culture de l'innovation est favorisée et les compromis entre les objectifs concurrents d'exploration et d'exploitation sont résolus grâce à un processus dynamique de renouvellement stratégique (Greenan et Napolitano, 2021).

L’opérationnalisation du concept de capacité d’apprentissage de l’organisation dans les travaux du projet Beyond 4.0 s'inspire de plusieurs études empiriques dans les trois courants de littérature qui analysent la relation entre les pratiques organisationnelles et les comportements innovants au travail et qui prennent respectivement appui sur les concepts d’apprentissage organisationnel (Jerez-Gómez et al., 2005 ; Franco et Landini, 2022), de pratiques organisationnelles à haute performance (Felstead et al., 2020 ; Appelbaum et al., 2000) et d’innovation en milieu de travail (Costantini et al., 2017).

La capacité d’apprentissage de l’organisation intègre huit dimensions qui représentent une pratique organisationnelle ou une famille de pratiques. Elle se construit tout d’abord au niveau des situations de travail où il s’agit de préserver la dimension cognitive du travail (1), d’ouvrir des opportunités de formation (2) et de favoriser l’autonomie dans les tâches cognitives (3). Les travailleurs doivent ainsi être en mesure de régler eux-mêmes les problèmes, d’apprendre et de se former dans le cadre de leur travail. L’apprentissage prend aussi appui sur l’organisation du travail collectif. La mise en place d’équipes de travail autonome (4) favorise la capitalisation et le transfert de connaissances entre travailleurs. L’existence d’un soutien social dans les collectifs (5), apporté par les collègues ou par la hiérarchie est un autre élément qui nourrit les échanges et la confiance. Un style d’encadrement coopératif (6) qui autorise et accompagne l’expérimentation, fournit des retours sur expérience et contribue à la résolution des conflits, favorise la prise de risque que représente l’exploration d’idées nouvelles. Le niveau organisationnel intervient enfin dans le développement de la capacité d’apprentissage en permettant la participation directe des travailleurs (7) grâce à des espaces de régulation conjointe et en soutenant leur motivation (8).

Deux enquêtes européennes, l’une auprès des salariés, l’enquête conditions de travail européenne et l’autre auprès des employeurs, l’enquête sur les entreprises en Europe permettent d’approcher empiriquement la capacité d’apprentissage des organisations. Ces deux enquêtes sont réalisées régulièrement par la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail (Eurofound). Nous mobilisons les éditions de 2015 pour l’enquête sur les conditions de travail européenne et 2019 pour l’enquête sur les entreprises en Europe. Afin de comparer les deux mesures, le champ couvert ici est celui qui est commun aux deux enquêtes. Les observations portent sur les quinze secteurs suivants au sein des 27 pays de l’Union Européenne et du Royaume-Uni : industrie manufacturière, industries extractives, énergie, eau et gestion des déchets, construction, commerce de gros et de détail, transports, hôtels et restaurants, information et communication, activités financières et d’assurance, activités immobilières, activités spécialisées, scientifiques et techniques, activités de service administratifs et de soutien, arts et activités récréatives, autres activités de services. Si nous avons cherché à harmoniser au mieux les deux indicateurs, il reste néanmoins de petites différences (Encadré 1).

Les deux graphiques suivants fournissent des statistiques descriptives sur nos indicateurs mesurés à partir de données recueillies auprès des salariés (graphique 1) et auprès des employeurs (graphique 2). La partie gauche de chaque graphique s’organise autour de « boîtes à moustache » qui décrivent la distribution des sous-composantes de la capacité d’apprentissage de l’organisation au sein de la population de secteurs. Dans chaque « boîte », le trait central représente la médiane (50% de la population de part et d’autre), et les bordures basses et hautes le premier quartile (25% de la population en deçà) et le troisième quartile (25% de la population au-delà). Les deux traits horizontaux au-delà de la boite signalent les valeurs extrêmes de la distribution. En comparant la partie gauche des deux graphiques, on observe une plus grande dispersion dans les réponses des salariés que dans les réponses des employeurs car les valeurs comprises entre les deux extrémités de chaque boite à moustache sont plus étendues dans le premier que dans le second cas.

 

Dans chacun des graphiques, les sous-composantes sont ordonnées de celle ayant la médiane la plus élevée à celle ayant la médiane la plus faible. On peut remarquer que la préservation de la dimension cognitive du travail, la motivation soutenue par l’organisation et le soutien social sont plus intensément pratiqués au sein des secteurs que les autres dimensions, selon les déclarations des salariés et des employeurs. La participation directe et le travail en équipes autonomes sont par contre, dans les deux cas, des composantes qui ont encore une marge considérable de développement.

La médiane française est représentée par le centre du triangle noir qui a été ajouté dans chaque « boite à moustache ». Quand les salariés évaluent l’organisation du travail, la France se positionne sous la médiane européenne pour le style d’encadrement coopératif, le soutien social et la motivation soutenue par l’organisation (graphique 1). Seule la préservation de la dimension cognitive du travail se situe en France au-dessus de la médiane européenne. Cette composante est en revanche légèrement en dessous de la médiane européenne selon les données fournies par les employeurs français (graphique 2). La participation directe et le travail en équipes autonomes sont également moins intensément pratiqués par les entreprises françaises comparativement à leurs homologues européennes.

La partie droite des deux graphiques donne la distribution moyenne de la capacité d’apprentissage des organisations dans les 27 pays de l’Union Européenne et au Royaume-Uni. La ligne horizontale exprime la moyenne européenne et le bâton noir donne la position française. Nous avons tout d’abord vérifié que nos deux mesures de la capacité d’apprentissage sont proches et significativement corrélées confirmant que nous sommes bien parvenues à approcher un même concept à partir de sources différentes. D’une manière générale, comme le montrent les diagrammes par pays, la France est représentative de la moyenne européenne en termes de capacité d’apprentissage des organisations. Elle se situe en dessous des pays d’Europe du Nord et au-dessus des pays d’Europe du Sud et de l’Est.

Investir dans la capacité d’apprentissage des organisations, une stratégie gagnant-gagnant

Nous argumentons par ailleurs sur l’importance de la capacité d’apprentissage de l’organisation dans la transformation technologique (Greenan et Napolitano, 2023). En effet, il ne suffit pas d’insérer une technologie nouvelle dans le processus de production pour qu’il y ait transformation technologique. L’outil nouveau doit être mobilisé pour produire des connaissances nouvelles qui contribuent à générer des innovations.

Les attentes sont grandes quant au potentiel transformateur des outils digitaux car ils sont au cœur de la révolution industrielle qui se développe, depuis les années 70, autour des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). La technologie n’est cependant pas le seul facteur impliqué dans ce processus de production de savoirs encastré dans le processus de production de l’entreprise, encore appelé « fonction de production de connaissances ». La recherche et développement, traditionnellement considérée en économie de l’innovation, joue également un rôle important, ainsi que la capacité d’apprentissage de l’organisation, moins souvent intégrée dans les études empiriques car plus difficile à mesurer. Ainsi, la transformation technologique résulte des innovations générées par la combinaison d’investissements matériels et immatériels dans la technologie, la R&D et la capacité d’apprentissage de l’organisation.

Les travaux de recherche du projet Beyond 4.0 ont tout d’abord cherché à identifier empiriquement ce rôle de la capacité d’apprentissage de l’organisation dans la transformation technologique puis ils ont analysé les conséquences de cette transformation pour les salariés. Les résultats obtenus s’appuient sur la construction de deux bases de données intégrant les enquêtes d’Eurofound à des enquêtes coordonnées par Eurostat (Encadré 2).