Les violences sexistes après #MeToo (29 mars au 1er avril 2021)

Les violences sexistes après #MeToo (29 mars au 1er avril 2021)

Journées d'étude en ligne
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe discriminations et politiques catégorielles du LIEPP participe à la coorganisation, aux côtés d'autres partenaires, des journées MeToo qui se déroulent du 29 mars au 1er avril 2021. 

Ces journées d'étude en ligne organisées à l’initiative d’une nouvelle génération de chercheuses francophones sur les violences de genre, poursuivent un triple objectif : décrypter, à l’appui des savoirs et des méthodes des sciences humaines et sociales, le phénomène #MeToo dans toutes ses dimensions ; comprendre comment #metoo s’inscrit dans l’histoire de la politisation des violences sexistes contre les femmes ; contribuer à la réflexion épistémologique sur l’analyse des violences sexistes.

En raison du contexte sanitaire actuel, les journées d'étude se dérouleront en ligne. Pour cela, nous mettrons en place un système de diffusion en ligne qui pourra permettre aux intéressés de suivre et d’interagir à distance.

Accéder au site de l'évenement

Inscription obligatoire 

Programme : 

  • Lundi 29 mars à 10h00

INTRODUCTION

Catherine CAVALIN, Jaércio DA SILVA, Pauline DELAGE, Irène DESPONTIN LEFÈVRE, Delphine LACOMBE et Bibia PAVARD

CONFÉRENCE

« #MeToo, Selfies and Memes: Exploring digitized narratives of sexual violence » Kaitlynn MENDES (Associate Professor, Université de Leicester)

  • Lundi 29 mars à 15h00

SITUER L’ÉVÉNEMENT

« #MeToo, c’est avant tout une libération des oreilles » Constance ESTIENNE (EHESS)

« #MeToo et la mobilisation de l’espace public marocain » Mounia OUZIOU (FLSH, Université Hassan II)

« #MeToo au Costa Rica : continuités et ruptures dans les dénonciations de violence sexuelle depuis l’Amérique latine et les Caraïbes » Mariana R. MORA (Université de Paris)

« Le mouvement #MeToo, une mobilisation mondiale et transsectorielle ? Sa réception catholique en France en guise d’éclairage » Josselin TRICOU (IRIS)

  • Mardi 30 mars à 15h00

CONDITIONS D’ÉNONCIATION ET REGISTRES DE DISCOURS

Discutante : Guiseppina SAPIO (Université Toulouse II Jean Jaurès)

« Les témoignages de violences sexuelles sur Internet sont-ils des récits comme les autres ? Usages des trigger warnings sur Twitter avant et après #MeToo » Émeline FOURMENT (CEE, Sciences Po Paris) et Océane PERONA (LAMES, Université Aix-Marseille)

« Fame-inisme et visibilité : enjeux et perspectives » Sabrina MORO (Nottingham Trent University)

« Rendre sensible l’expérience de violence : histoire et analyse de la place de la souffrance psychique dans les luttes contre les violences sexistes » Stéphanie PACHE (UQAM)

  • Mercredi 31 mars à 10h00

#METOO ET LES MOUVEMENTS SOCIAUX

Discutante : Florence ROCHEFORT (CNRS-GSRL)

« Lutter au quotidien contre les violences sexuelles et sexistes : comment les étudiantes françaises s’approprient le féminisme après #MeToo » Viviane ALBENGA (MICA, Chargée de mission égalité femmes-hommes, Université Bordeaux Montaigne) et Johanna DAGORN (LACES, Université de Bordeaux)

« Penser le masculinisme depuis #MeToo » Mélanie GOURARIER (CNRS, LEGS, Université Paris 8)

« Du #NiUnaMenos à #MeToo : dialogues et contributions des féminismes latino-américains dans les luttes transnationales contre les violences faites aux femmes »Tania ROMERO-BARRIOS (LER, Université Paris 8)

  • Mercredi 31 mars à 15h00

#METOO ET LE JOURNALISME

« Dé-couvrir le « crime de l’intime ». Ce que #MeToo fait à la médiatisation du viol en France (2000-2018) » Claire RUFFIO (Centre Marc Bloch)

TABLE RONDE

Discutante : Laure BEAULIEU (Érasmes, Université Paris 13)

Marie BARBIER (journaliste indépendante), Lénaïg BREDOUX (Mediapart) et Audrey GUILLER (journaliste indépendante)

  • Jeudi 1er avril à 10h00

QUELLES VIOLENCES ?

Discutante : Tania LEJBOWICZ (INED, CRESPPA-GTM, Sciences Po)

« Balance ton porc, la fabrique d’une casuistique » Cécile MÉADEL (CARISM-IFP, Université Paris 2 Panthéon-Assas)

« #MeToo ou la partie emergée des violences de genre. L’exemple du théâtre new-yorkais » Bleuwenn LECHAUX (Arènes, Université Rennes 2)

« Dialogue entre le mouvement #MeToo et le mouvement de dénonciation des violences gynécologiques » Anne-Charlotte MILLEPIED (Iris, EHESS et Université de Genève) et Margaux NEVE (EHESP-IIAC)

  • Jeudi 1er avril à 15h00

#METOO ET LES POLITIQUES PUBLIQUES

Discutante : Gwenaëlle PERRIER (LISE, Université Paris 13)

« Après #MeToo, l’Etat est-il devenu un employeur exemplaire ? Une analyse « par le bas » de la prise en charge de plaintes pour violences sexuelles » Chloé MOUR (EHESS) et Linda SEHILI (EHESS)

« Changer les mentalités après #MeToo : mais comment ? La sensibilisation au harcèlement à l’école aux Pays-Bas et en France » Misha DEKKER (LIER-FYT, EHESS et Université d’Amsterdam-Political Sociology)

« À la recherche d’un effet #MeToo sur le monde judiciaire » Catherine LE MAGUERESSE (ISPJS, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)

Retour en haut de page