Summer Break

24 July to 18 August 2021
  • ©shutterstock/Suz7©shutterstock/Suz7

Sciences Po Law School will close from 24 July to 18 August 2021.

We wish you a great summer!

Tags :

Sciences Po Students Create the First Fully Online Legal Clinic in France

  • The Lady of Justice Statue in front of a French flag © An Mazhor / ShutterstockThe Lady of Justice Statue in front of a French flag © An Mazhor / Shutterstock

Each year, Sciences Po Law School students can take part in programmes structured around a mission of public interest.

For nine months, Aleksandra Wierzbicka, Alexa Ivanov, Kaiqi Yang and Marjeline Serwier worked on the creation of Droits en ligne: an online legal information platform providing people with legal difficulties with precise and appropriate legal information free of charge.

Read the students' interview

Tags :

The concept of solidarity democracy as a foundation for a new social contract

Professor Marcin Kilanowski
  • ©shutterstock/Lightspring©shutterstock/Lightspring

ATELIER SAB PROCBENTHAM

Today we encounter critical arguments about the way our democratic institutions function, and about the legal order construed to protect human rights (Mounk, Snyder, Applebaum, Levitsky, Ziblatt). Authors do not only describe the present reality in which new problems, new centers of power, and new forces come into existence, but also point to the need for a new axiology, a new language, as well as for defining values anew for better protection of democracy and human rights (Moyn, Lessig, Muir Watt, Kennedy). They point to the necessity of a different perspective on the role of political, social and economic activity, which is to serve humans, and not only bring them profit (Unger, Sunstein, Ruggie, Alston, Kumm). It is important to present these arguments being critical of our democracies and of our understanding what democracy should be about.

Critics of democracy as we experience it today point to the need for a new ethics that will indicate a possibility of reaching toward fuller freedom that coexists with the values of solidarity and responsibility. They conclude that we need to rethink our understanding of democracy and present a concept of democracy better suited for today. In my presentation I will try to present such a concept called solidarity democracy based on values of responsibility and solidarity, even though there is increasingly less responsibility today, not only among individuals, but also among authorities. Solidarity begins to be criticized as well. We now witness the rise of nationalistic tendencies and the development of authoritarian regimes. However, the threat of nationalism and authoritarianism is not new. The 20th century was exposed to this for a long time. In response, many thinkers focused on developments of these threats and proposed the understanding of democracy that can form philosophical basis for what I call solidarity democracy. This is why it is good to focus on the output of 20th century philosophers (Fromm, Berlin, Arendt, Hayek, Popper, Sartre) who, to a great extent, analysed the problems of the emergence of totalitarian and nationalistic systems. Regardless of their differences, those philosophers have much in common.

It seams that the common convictions expressed by the mentioned philosophers but also of todays critics of democracy may form a basis for the concept of solidarity democracy and form the basis for a new social contract. It is crucial whether they can help us to answer the question as to why people choose totalitarianism or nationalism instead of solidarity with others and responsibility towards them in times of economic, social and political crisis. It is also crucial how they can help us to shape policies and support creation of the law that will deal with the most pressing problems of today which are economic inequalities, climate change or environmental degradation.

Marcin KilanowskiMarcin Kilanowski is a Professor of Law at Nicolaus Copernicus University.

After completing his studies and research in philosophy and law at Nicolaus Copernicus University, Utrecht University, Oxford University, and Harvard University, he was a visiting researcher and a visiting scholar at John F. Kennedy Institute for North American Studies at Freie Universität, Berlin, The Institute for Social Research at Johann Wolfgang Goethe-Universität, Frankfurt am Mine, Department of Philosophy at Harvard University, and Sciences Po Law School in Paris.

His research focuses on development of democracy, civil society, strengthening human rights and global governance through overcoming private-public dichotomy in philosophy, law and economics, and was supported by grants from Kościuszko Foundation, The State Committee for Scientific Research, European Commission, and French Government.

Besides previous work as a law tutor at Harvard College, teaching assistant at the Institute of Global Law and Policy at Harvard Law School and present work at Nicolaus Copernicus University, he worked as a member of the Prime Minister of Poland and the Ministry of Economy Council on Corporate Social Responsibility. Author of three books, scientific papers and articles published in Poland and abroad (Routleadge, Springer, Intersentia), and an opinion contributor for various media. He teaches classes in the field of jurisprudence, public law and global governance. 

Inscription obligatoire auprès de ecole.droit@sciencespo.fr avant le mercredi 1er septembre 2021 à 12h.

Attention ! Il vous sera demandé, à l’entrée du bâtiment, de présenter votre carte d’enseignant/étudiant si vous appartenez à la communauté de Sciences Po, dans le cas contraire une pièce d’identité pourra vous être demandée.

Event Date: 
Friday, 3 September, 2021 - 14:00 - 16:00
Event Location: 
Sciences Po - 13 rue de l’Université - Salle du Conseil (5ème étage) - Paris 7ème
Tags :

Commissaires de police 2021 : 78 % des admis issus de Sciences Po !

  • Les lauréats 2021 @Thomas Arrivé/Sciences PoLes lauréats 2021 @Thomas Arrivé/Sciences Po

Depuis sa création en 2012, la classe préparatoire aux concours de police et de gendarmerie de l’École de droit de Sciences Po s’affirme chaque année comme l’une des meilleures préparations aux métiers de la sécurité. Cette année, sur les 27 postes ouverts au concours externe de commissaire de police, 21 places sont occupées par nos étudiants. Félicitations !

> En savoir plus 

Tags :

"You will rarely have as much intellectual freedom as during your studies"

Meeting with Laure Barbé, Graduate of the Sciences Po Law School (2019)
  • Laure BarbéLaure Barbé

CAN YOU DESCRIBE YOUR ACADEMIC AND PROFESSIONAL BACKGROUND?

As many Sciences Po undergraduates, I entered 27 rue Saint-Guillaume with a lot of enthusiasm but few specific ideas about the professional path I wanted to follow. After two years in Paris where I had the opportunity to explore most areas of social sciences, I spent a year in Chicago at Northwestern University at the end of which I did an internship in an asylum law firm. Eager to discover the professional world, I also did a summer internship in the legal department of a film production company.

Although I still had many questions about the career path I wanted to take, both these experiences made me sure of one thing before selecting my master degree: law is the ideal field for tackling a wide range of subjects, whilst acquiring a strong technical expertise.

With that in mind, I chose the Master in Economic Law. After a very engaging first year, I worked for six months at Ormen Passemard, a law firm specialised in banking and insurance litigation. This experience, which enabled me to work on numerous international disputes, reinforced my desire to practise law, particularly in courts. I also spent six months in the office of the Mayor of Paris, working alongside her legal advisor. During this period, I had the chance to witness and participate in the solving of sensitive situations, such as the migrant crisis in the north of Paris, the closing down to cars of the "voies sur berge" for environmental reasons, or the aftermath of the November-2015 terrorist attacks.

Based on these experiences, which gave me many ideas on how law could be used to change everyday life, I started the Global Governance Studies programme at the Sciences Po Law School. Wishing to pursue a career as a lawyer, I passed the bar exam in 2019, in criminal law. I then went on pursuing my studies in law in London, with an LLM at the London School of Economics (LSE).

At LSE, which shares many characteristics with Sciences Po, I learned more about international criminal law and discovered other ways of legal thinking. During this time, I became involved in the association Notre Affaire à Tous, working for climate justice. This allowed me to meet other people who wanted to use law, sometimes in an original way, to advance a political cause.

Eventually I came back to Paris to complete my training as a lawyer. I thus spent six months in a law firm specialised in criminal law and international criminal law, and am currently doing my final internship at the law firm Betto Perben Pradel Filhol.

What was your experience at Sciences Po Law School?

I spent two wonderful years, where I made the most of a rigorous training in law, whilst keeping an open mind specific to Sciences Po. This was possible by studying the links between law and other areas, such as politics and philosophy. Two courses in particular stood out in my mind: Laurent Neyret's class "Droit économique et environnement", which not only taught me a lot about environmental law, but also opened my eyes to the kind of citizen-lawyer I could become, and Emmanuelle Tourme-Jouannet's course on international public law, because of her benevolence and her ability to transform any theme into a fascinating subject involving history, geopolitics, sociology and law.

In addition to the courses I underwent, I truly enjoyed spending time alongside the students of the Law School, who, especially in the Global Governance Studies programme, come from all over the world. We had a tradition of having a drink every Thursday night, which regularly ended with debates on how to change the world, in French or English, but most often both.

What are the main characteristics of your job today and your next projects?

Currently, I am finishing my internship at the law firm Betto Perben Pradel Filhol, in the criminal law department. I am working on cases in criminal business law, terrorism, human rights and business litigation. It is a very challenging and demanding experience, which can often spark stress due to the sensitivity and social and political importance of the cases I have been given to tackle.
On a daily basis, I draft legal acts and client memorandums, and participate in hearings. I also recently had the chance to plead for the first time in the courtroom!
At the end of this internship I will sit the final training exam, before officially taking the oath and becoming a lawyer in November this year.

Any advice for those who would like to join Sciences Po Law School?

From my experience, I would advise to remain as open-minded as possible, and to not be afraid of questioning oneself constantly. Sciences Po opens a lot of doors and it can sometimes be daunting to find a path that suits you, amongst all the opportunities the School puts forward to its students. You must never forget that law is a tool, which we learn to use at Sciences Po, and that it is then up to you to decide what you want to do with it. More importantly, you will rarely have as much intellectual freedom as during your studies, so don't forget to make the most out of your fabulous years at the Sciences Po, and its Law School.

Laure Barbé, Graduate of the Sciences Po Law School, Master in Economic Law, Programme Global Governance Studies (GGS), 2019.

Tags :

"An intellectual impetus to drive your career to further heights"

Leia Shin, Graduate of LLM in Transnational Arbitration & Dispute Settlement (TADS), 2018
  • Leia ShinLeia Shin

I am a Korean attorney-at-law and a member of the first generation of Science Po’s TADS LL.M. (Class of 2018). Approaching the 10th anniversary of legal practice as a lawyer in international commercial disputes and international economic law, I look back on the professional and academic experiences that took me so far and feel much gratitude to the invaluable year and a half at Sciences Po that opened my eyes to the bigger dynamics of international law and its most pressing legal issues.

CAN YOU DESCRIBE YOUR ACADEMIC AND PROFESSIONAL BACKGROUND?

I joined Sciences Po’s new LL.M. program on Transnational Arbitration and Dispute Settlement in 2017 at the crossroads of my career. I had just made the huge decision to leave one of the most prestigious law firm in Seoul which had been the bootcamp of my early career in international commercial arbitration and cross-border litigation practices. Although commercial dispute resolution work in the Asia-Pacific was fascinating, I felt a stronger thirst for growth as a professional and wanted to expand my world further to the areas of investment disputes and trade disputes. Knowing first-hand the philosophical depth and avant-garde thinking of the French academia, I vested my chips in the promises of Sciences Po’s newly launched program – a decision I look back with pride today as the program reaches a new height of success every year.

What was your experience at Sciences Po Law School?

For me, TADS offered a unique opportunity to indulge in the holistic set of disciplines in public and private international law and introduced me to new frontiers of consilience between the two – the exploratory works that attempt to solve the increasingly complex legal issues of the modern international economic order by bridging the disciplinary gaps between public international law and private international law. The program was not only rich in delivering the fundamentals but was singularly attuned to the most current issues in the forefront of practice. The experience at TADS pushed me to think like a pioneer and rekindled my enthusiasm in law with new and interesting puzzles.

What are the main characteristics of your job today?

After the TADS, I joined the global professional services firm of Ernst & Young in Seoul as Assistant Director of the General Counsel’s Office. The day-to-day works at EY combine the two disciplines from my earlier career – issues of international economic law and the management of disputes. As a leader (one of the Big Four) in accounting, consulting and financial advisory services, much of EY’s works engage in the different operational aspects of the capital market which provide a peculiar set-up for legal risk management that ranges from legal issues related to corporate activities such as international IPO and multi-party cross-border contract negotiations to regulatory compliance and accounting fraud litigations. The job gives me both a detailed understanding of cross-border corporate and financial activities and a bird’s-eye view over the multinational regulatory framework that governs it.

What are your next projects?

I am currently juggling doctorate studies alongside a professional career. I have recently completed the courseworks for an S.J.D. in international law at Seoul National University Law School, my alma mater. I am working on a doctoral thesis on the topic of state counterclaims in Investor-State Dispute Settlement and the issue of jurisdiction - which is a topic of interest I picked up during my studies at Sciences Po. My next project includes developing a deeper expertise in the area of international economic law and related private international law issues, increasing involvement with the academia and exploring career experiences in common law jurisdictions for comparative insight.

Any advice for those who would like to join the LLM in Transnational Arbitration & Dispute Settlement?

I believe TADS is a perfect all-round training for all arbitration practitioners, not only to aspiring law graduates but also to experienced professionals. It offers in-depth lectures and workshops on the law and practice of different areas such as investment, energy, trade, cross-border litigation, sports and human rights, together with an up-close opportunity to pick the brains of the leaders of the respective legal studies or practice fields. If you are a legal professional in search of an intellectual impetus to drive your career to further heights, the TADS family will be the right fit for you.

Tags :

Cérémonie du diplôme des étudiants de l'École de droit

Promo 2021
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Les étudiants de École de droit de la "Promo 2021" célèbreront l’obtention de leur diplôme de master au cours d'une cérémonie hybride organisée à la fois en présentiel dans l’amphithéâtre Boutmy (sur invitation, inscription obligatoire) et diffusée en ligne sur Youtube.

Contact : graduation2021@sciencespo.fr

Event Date: 
Tuesday, 29 June, 2021 - 10:00 - 11:30
Event Location: 
En présentiel et en ligne
Tags :

Laisser l’ordre normatif à la frontière ?

Séminaire des doctorants en droit : Groupe de lecture "Juristes anarchistes"
  •  Vladimir Kush, Sunrise by the Ocean, 1996 Vladimir Kush, Sunrise by the Ocean, 1996

Au cours de cette double séance conclusive nous nous interrogerons sur la possibilité de renégocier l’ordre normatif, voire d’en sortir.

vendredi 25 Juin 2021 de 10h à 12h

Changer d’ordre : anarchisme et droits contemporains

Après avoir étudié l’anarchisme à partir de problématiques juridiques (droit coutumier, droit naturel), nous prendrons le chemin inverse et envisagerons dans un premier temps les enjeux normatifs qui entourent les propositions actuelles de réformes d’inspiration anarchiste. La séance s’articulera autour de deux questions centrales : les communs et l’écologie. La première sera introduite par Edouard Jourdain qui présentera ses travaux sur le sujet ; et nous entrerons dans la seconde en commentant le texte de Murray Bookchin, The Ecology of Freedom. Cette séance nous permettra de montrer la vitalité de la pensée anarchiste, et sa pertinence pour comprendre les enjeux normatifs actuels.

Lectures principales 

  • Bookchin Murray, The ecology of freedom: the emergence and dissolution of hierarchy , Palo Alto, Calif., Cheshire Books, 1982. 385 p.
  • Jourdain Édouard, « La part anarchiste des communs », Ballast, 17 janvier 2020

Lectures complémentaires 

  • Baldacchino Adeline, « Bookchin : écologie radicale et municipalisme libertaire », Ballast, 12 octobre 2015
  • Bance Pierre, « Maintien de l’ordre en anarchie », AutreFutur.org, 22 février 2012
  • Graeber David, Direct Action: An Ethnography, AK Press, 2009, Chap. 5
  • Ricordeau Gwenola, Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Montréal, Lux, 2019, « Partie 6 - De la justice réparatrice à la justice transformative »
  • Spanò Michele, « Making the Multiple: Toward a Trans-Subjective Private Law », South Atlantic Quarterly, 2019, 118 (4), pp. 839-855.

vendredi 25 Juin 2021 de 14h à 16h

Dépasser l’ordre : anarchisme et pratiques du droit

Dans un second temps, il s’agira de questionner l’idée même d’ordre normatif, sur laquelle reposent les projets anarchistes étudiés jusqu’à présent. Si l’anarchisme n’est certes pas le désordre, est-il pour autant acceptable d’en faire un nouvel ordre normatif ? Par ce « retour au droit », nous tenterons ensemble de voir en quoi les opérations et institutions juridiques peuvent nous aider à imaginer des pratiques collectives qui, tout en organisant le désordre, n’instituent pas pour autant un ordre normatif. Pour ce faire, nous commenterons notamment la théorie de l’anarchie juridique imaginée par Laurent de Sutter, qui nous présentera son récent ouvrage, Hors la loi.

Lecture principale

  • de Sutter Laurent, Hors la loi. Théorie de l’anarchie juridique, Paris, Les Liens qui libèrent, 2021

Lectures complémentaires 

  • Graeber David, The Democracy Project
  • Graeber David, The Utopia of rules: on technology, stupidity, and the secret joys of bureaucracy
  • Jourdain Édouard, « L’acte de juger et l’idée de droit social libertaire », Réfractions, 37, 2016, pp. 57-72
  • Scott James C., Two cheers for Anarchism
  • de Sutter Laurent, Après la loi

participation

Ces séances sont ouvertes à toutes et à tous. Pour participer, il suffit de s’inscrire via ce lien Zoom. Les lectures sont disponibles sur ce Google Drive. Pour toute question, vous pouvez écrire à arie.levy@sciencespo.fr.

Event Date: 
Friday, 25 June, 2021 (All day)
Event Location: 
En ligne
Tags :

"The Drive to Create a Better World"

Meeting with Afia Kwakwa, Graduate of LLM in Transnational Arbitration & Dispute Settlement, 2020
  • Afia Kwakwa ©Morgane ChampeauxAfia Kwakwa ©Morgane Champeaux

Afia Kwakwa is a student in the joint JD/LL.M. programme between Columbia Law School and Sciences Po Law School. She was recently selected by the International Court of Justice to participate in the 2020-21 Judicial Fellow programme. Interview on her brilliant journey so far and her drive to make impactful change in the world. 

Read the full testimonial

Tags :

"Je vous invite à repenser vos certitudes et aprioris"

Rencontre avec Eleni Gkountela, diplômée 2018
  • Eleni GkountelaEleni Gkountela

Pouvez-vous nous retracer votre parcours universitaire ?

Diplômée de l’École de droit de l’Université d’Athènes, puis titulaire du master en Droit civil délivré par ladite Université, j’ai intégré l’École de droit de Sciences Po, d’où en 2018, je suis sortie diplômée du master Droit économique.

Quel poste occupez-vous aujourd'hui ?

Inscrite au Barreau d’Athènes depuis 2016, j’exerce le métier d’avocat. En cette qualité, j’ai eu l’occasion de rejoindre l’équipe Banking and Finance au sein d’un grand cabinet d’avocats spécialisé en droit bancaire et financier, après avoir travaillé au sein de la Direction des Affaires Juridiques du Fonds Hellénique de Stabilité Financière et avoir effectué mon stage en tant que juriste stagiaire à la banque centrale grecque (Banque de Grèce).

Depuis 2019, je suis doctorante à l’École de droit de l’Université d’Athènes. À ce titre, j’ai profité d’un séjour à l’Université Humboldt de Berlin en qualité de doctorante invitée afin de poursuivre mes recherches doctorales sur le droit des groupes de sociétés. Courant septembre 2021, je serai de retour à Paris pour un nouveau séjour de recherche.

Quel est le cours qui vous a le plus marquée au sein de la spécialité Global Governance Studies ?

Les cours assurés par les professeurs Diego P. Fernández Arroyo et Horatia Muir Watt m’ont beaucoup inspiré et ils constituent toujours une source d’inspiration dans le cadre de mes recherches doctorales. Leurs précieux conseils ont été déterminants dans la réalisation de cette formation riche et je leur en suis infiniment reconnaissante.

En même temps, il y a un vaste nombre d’enseignements dispensés soit en langue française soit en langue anglaise, qui sont assurés par des enseignants à des profils très variés. Par ces éléments, entre autres, se concrétise l’ouverture à l’international au sein de la spécialité Global Governance Studies (GGS). Toutes les activités et tous les cours proposés aboutissent à un brassage des cultures à travers le droit. Ce brassage culturel et juridique renvoie, en réalité, à la manière d’appliquer le droit dans la vie économique contemporaine globale.

Malgré l’emploi du temps chargé, il faut avouer que tous les enseignements sont construits de telle manière que son ensemble constitue une mosaïque inédite d’expériences académiques et professionnelles.

Sur le plan pédagogique, une équipe toujours disponible et bienveillante encadre ce projet ambitieux de l’École de droit, comme j’ai pu constater suite de mes échanges avec Anne-Solenne de Roux et Lidiwine Kerbourc'h, toujours à l’écoute et courtoises.

Il s’avère ainsi difficile de distinguer la matière la plus préférée ou attirante, puisque c’est exactement ce pluralisme éducatif qui rend ce programme révolutionnaire et aussi apprécié de la communauté académique et professionnelle. Grâce à ce master, j’ai eu l’occasion d’engager une réflexion profonde sur les chemins tant académiques que professionnels à suivre.

Quels souvenirs gardez-vous de votre école, de votre promotion, de vos enseignanTS ?

À l’issue de mes études à Sciences Po, j’ai ressenti un grand honneur et une joie immense pour cette expérience à la fois académique et personnelle. Au fil du temps, un sentiment de nostalgie s’est rajouté pour tous les moments partagés sur les bancs des amphithéâtres du 27, rue Saint-Guillaume, pendant les cours, mais aussi pendant les conférences avec des invités venus du monde entier.

Je garde aussi un souvenir particulier de tous les moments conviviaux avec mes amis et collègues pendant la pause-déjeuner ou nos petits cafés et apéros dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés.

UN CONSEIL POUR CELLES ET CEUX QUI SOUHAITERAIENT REJOINDRE L'ÉCOLE DE DROIT DE SCIENCES PO ?

Ces deux années intensives à l’École de Droit représentent pour moi une expérience pluridimensionnelle inspirante. Ce voyage intellectuel m’a permis de reconsidérer, voire reconstituer ma perception sur les qualités académiques, professionnelles et personnelles à valoriser et à mettre en perspective. Dans cette optique, je vous invite de vous vous permettre de repenser vos certitudes et aprioris, y compris, la manière de comprendre et appliquer le droit. Tous les moments sur le campus parisien constituent une occasion à saisir pleinement. Découvrez-la avec beaucoup d’enthousiasme pour pouvoir en profiter au maximum !

Au plaisir de rencontrer mes anciens professeurs, collègues et amis prochainement au 27, rue Saint-Guillaume, Eleni

Eleni Gkountela, diplômée 2018 du master Droit économique spécialité Global Governance Studies (GGS).

Tags :

Open House day, Graduate Schools: 27 november 2021

  • Open House Day Graduate Schools 2021Open House Day Graduate Schools 2021

Have you ever thought about studying in France? Let’s meet and talk about your future master’s degree, which you can pursue at Sciences Po entirely in English and/or French. You’ll have the opportunity to meet our international students, who had just like you thought about Sciences Po a few years ago and are now studying at France’s leading university in the social sciences.

Discover what makes Sciences Po the best choice for your future by attending our Virtual Open House Day event on 27 November 2021.

This Open House Day event will be only digital to allow as many people as possible to participate despite possible health restrictions.

Tags :

"Être préparée au barreau en deux ans est un luxe"

Rencontre avec Pauline Hoerner, diplômée 2018 et avocate à la Cour
  • Pauline HoernerPauline Hoerner

POUVEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE VOTRE PARCOURS ACADÉMIQUE ?

Après un baccalauréat scientifique, j’ai débuté mes études à Sciences Po Paris. Le Collège universitaire a été une période très riche de rencontres et de découvertes. J’ai également réalisé une année d’échange à l’université de Bath au Royaume-Uni au cours de laquelle j’ai étudié avec passion la littérature anglaise.

Mes stages en services juridiques, notamment mon stage de terrain en première année au Luxembourg, ont d’emblée suscité ma curiosité. L’étude des différents cours d’institutions politiques, d’introduction aux grands systèmes du droit étranger et d’histoire juridique de Marcel Morabito m’ont convaincu de mon appétence pour les matières juridiques.

J’ai sans grande hésitation choisi d’intégrer l’École de droit de Sciences Po. La formation dispensée par l’École en première année est très exigeante mais particulièrement stimulante et riche d’enseignements. J’ai particulièrement apprécié recevoir des cours avec des professionnels tels que Laurence Fabre qui ont su transmettre leur expérience d’avocats, mais également des cours avec d’éminents professeurs tels qu’Horatia Muir Watt. Par ailleurs, la formation était également enrichie avec des cours de formation commune, non juridiques, et des projets collectifs.

J’ai beaucoup hésité dans le choix de ma deuxième année de master. Mon année de césure, pendant laquelle j’ai réalisé deux stages en cabinets d’avocats et un échange à l’université de McGill, m’a toutefois apporté les éléments de réponse qui me manquaient. J’ai choisi de continuer d’étudier le droit international au sein de la spécialité Global Governance Studies. En parallèle de cours passionnants, fondés sur le dialogue et la réflexion, tels que ceux d’Emmanuelle Tourme-Jouannet, j’ai réalisé un projet clinique avec les ONG Amnesty International et Sherpa.

Après mon diplôme de Sciences Po, j’ai obtenu mon CRFPA en 2018 et j’ai intégré l’École du Barreau de Paris (EFB). En parallèle de l’EFB, j’ai complété mon parcours au sein du Master Administration internationale à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

J'ai ensuite prêté serment au début de l’année 2021.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE VOTRE POSTE AUJOURD'HUI ?

Je suis avocate collaboratrice au sein du cabinet Bonifassi Avocats, spécialisé dans le contentieux complexe et international lié à la criminalité financière et économique, en particulier en matière de corruption, de fraude, escroquerie et de recouvrement d’actifs détournés. Le cabinet intervient devant les juridictions pénales mais met également en œuvre les meilleures techniques de procédure civile et d’entraide internationale pour retrouver et récupérer les avoirs détournés.

Pour ma part, j’interviens sur des dossiers de pénal des affaires, notamment en corruption, mais également en matière de blanchiment. Je travaille aussi sur des dossiers de contentieux civil et d’exécution. En parallèle, j’aide au développement scientifique du cabinet en rédigeant des articles en droit international et pénal. Les sujets abordés et les dossiers traités sont extrêmement variés si bien qu’aucun jour ne ressemble au suivant. En pratique, j’effectue de nombreuses recherches et rédige beaucoup mais j’ai également la possibilité de rencontrer le client et de me rendre sur le terrain.

Je pense que mon travail au sein du cabinet est un peu à l'image de la formation qui m'a été dispensée à Sciences Po : une pratique d'excellence, rigoureuse et tournée vers l'international, tout en gardant un pendant doctrinal et scientifique, nécessaire pour être un praticien complet.

QUELS SONT VOS PROJETS POUR LA SUITE ?

J’ai eu l’opportunité de coécrire plusieurs articles avec des avocats et consultants avec lesquels j’ai pu travailler au cours de mes différentes expériences. J’espère pouvoir continuer à écrire, et à plus long terme enseigner. En attendant, je fais partie d’un programme de mentorat au sein du Barreau de Paris afin de faire profiter mon expérience de plus jeunes élèves.

Je souhaite également continuer à m’engager auprès des différentes associations dans lesquelles je suis bénévole depuis plusieurs années, notamment en aidant les étudiants issus de milieux défavorisés et des migrants en leur apportant une aide pédagogique et administrative. J’aimerais aussi m’investir davantage auprès des détenus.

En parallèle de mes projets professionnels et bénévoles, je compte continuer à développer ma pratique sportive de trek en autonomie en haute montagne.

QUELLE IMAGE ATTACHEZ-VOUS À VOTRE PASSAGE À L’ÉCOLE DE DROIT ?

Je retiens un souvenir particulièrement ému de ma dernière année à Sciences Po et à l’École de droit. En effet, mon année au sein de la spécialité Global Governance Studies a été fondatrice pour moi. Après avoir acquis les bases du droit en première année, j’ai pu me consacrer en deuxième année à des matières dans lesquelles je souhaitais me spécialiser telles que Entreprises et Droits Humains et l’anti-corruption. Ce master offre la possibilité de choisir tous ses cours, de préparer un programme à la carte, en abordant des matières de manière plus abstraite tout en ayant une activité concrète au sein de la clinique de droit. J’ai particulièrement apprécié la diversité de personnalités des professeurs et de parcours des étudiants.

Je garde d’excellents souvenirs des cours de droit international privé d’Horatia Muir Watt et de droit international public d’Emmanuel Tourme-Jouannet, l’École de droit étant l’une des rares institutions françaises où l’on peut étudier ces deux matières simultanément. J’ai aussi particulièrement apprécié les relatifs aux droits humains de Jeremy Perelman et de contentieux international de Régis Bismuth.

C’est avec beaucoup de gourmandise intellectuelle que j’ai pu explorer les différents domaines du droit qui m’intéressaient lors de cette dernière année scolaire et qui m’ont permis de m’orienter professionnellement vers des matières qui me passionnent. Outre, les fondements des disciplines juridiques que j’ai pu étudier, c’est également une méthode et une façon de réfléchir que j’ai pu acquérir et qui me servent encore aujourd’hui dans ma pratique d’avocate.

UN CONSEIL POUR CELLES ET CEUX QUI SOUHAITERAIENT REJOINDRE L'ÉCOLE DE DROIT ?

L’École de droit permet d’entrer de manière accélérée dans le monde du droit contrairement au système universitaire classique qui nécessite quatre à cinq années. Être préparé au barreau en deux ans est un luxe, toutefois prenez votre temps, délectez-vous des cours passionnants que vous pouvez suivre, des projets de cliniques qui vous permettent d’apporter plus à la société en tant que juriste, des programmes d’échanges, des possibilités de stage, des programmes de recherche, des rencontres… N’hésitez pas à sortir des sentiers battus et créez votre propre parcours.

Pauline Hoernerdiplômée 2018 du master Droit économique spécialité Global Governance Studies (GGS).

Tags :

"I guess my advice is to be ready to read a lot!"

Meeting with Marine Segura, Graduate of the Sciences Po Law School (2019)
  • Marine SeguraMarine Segura

Can you describe your academic and professional background? What was your experience at Sciences Po Law School?

I started Sciences Po after high school and went to Argentina during the third year abroad. There, I took classes of international private law, human rights, international relations and psychology and traveled a lot.

When I came back to Sciences Po, I decided to study law with the idea to become a criminal lawyer and to work at some point for a human rights organization to help people as much as possible through law.

The first year of my Master in Economic Law, I was part of a project with France terre d’asile, to help asylum seekers.

As a lot of students at Sciences Po Law School, I took a gap year. I did my first internship at the High Council of the Judiciary as I thought about becoming a judge. I was intern in a criminal law firm where I was able to confirm I wanted to work in that field and become a lawyer. During this year, I was also part of the Sciences Po team which participated to an international arbitration moot court in Bogota.

During my second year of Master in Economic Law, Programme Global Governance Studies (GGS), I participated to the Sciences Po Law School Clinic and worked on a project about female sexual mutilation.

Studying at Sciences Po allowed me to take time to experience and chose what I wanted to do with my life. The same can be said of Sciences Po Law School, at least of the GGS Programme, as we are free to chose very different fields of studies.

After Sciences Po, I entered the lawyer school, the École de Formation des Barreaux (EFB). The formation is divided in three semesters:

  • The first one, I had class and started a part-time internship for a criminal lawyer I loved to work with, Matthieu Hy;
  • Then, I had the luck to get an internship at Nomos, a labor and work law firm. I never worked in that field of law and they took a chance on me. I learned a lot with them and started to think that it would be great to work there after the lawyer school. So I was super happy when they offered me to continue to work with them as a lawyer!
  • For the last semester of lawyer school, I am doing my internship in the criminal department of Seban & Associés, a public actors’ law firm where I am learning a lot with a great team.

What are the main characteristics of your job today?

As a trainee in criminal law, I am involved in every aspects of the cases: I do research, write conclusions and legal opinions, meet clients (mostly by phone because of covid) and go to trial with the lawyers I work with. I have the luck to work with lawyers who trust me and let me do a lot of things while taking the time to explain to me what I still don’t know.

What are your next projects?

In July 2021, I’ll have to pass the Certificat d'Aptitude à la Profession d'Avocat (CAPA), which is the last examination to have the bar, and I’ll start to work for Nomos as a jurist at the same time. And once I’ll be a lawyer, I’ll stay there as a junior associate. The idea is to work in labor and work law as it is the area of expertise of the team I join but also in criminal law.

I also want to join an association fighting against violence against women as I am deeply convinced law can participate to change the society and to fight against sexism. I’m just waiting to pass the exam to have a bit more time!

Any advice for those who would like to join Sciences Po Law School?

I guess my advice is to be ready to read a lot!

More seriously, I guess I would advise future students to make the most of Sciences Po Law School : to choose classes just because it is an unknown area, to try as many fields of law as they want, to not put pressure on themselves if they are unsure of what they want to do after law school.

I would also encourage everyone to take the gap year to get internships in the fields they like.

I also think it is important to choose very different law firm structures for their internships if they want to be lawyers. I have some friends who decided not to become lawyers because they hated to work for the big firms, but the little firms are very different and offer great perspectives of career.

Finally, I would recall that no choice is definitive : you can take classes of international law and human rights and end up working in a labor and work law firm when you never really studied French labor law!

Marine Segura, Graduate of the Sciences Po Law School, Master in Economic Law, Programme Global Governance Studies (GGS), 2019

Tags :

National Courts & Investment Tribunals: Competition or Coordination?

Watch the replay!
  • 3rd Sciences Po Mayer Brown Lecture3rd Sciences Po Mayer Brown Lecture

Gabrielle Kaufmann-Kohler, Lévy Kaufmann-Kohler / Professor Emerita at Geneva University Law School, has delivered the 3rd Sciences Po Mayer Brown Arbitration Lecture (SPMBAL) on 10 May, 2021 on the topic: "National Courts & Investment Tribunals: Competition or Coordination?".

The 2021 SPMBAL was followed by a debate with Dominique Hascher, Judge at the French Court of Cassation, Eduardo Silva Romero, Dechert, and Marie Stoyanov, Allen & Overy.

Moderation by Dany Khayat, Mayer Brown, Diego P. Fernández Arroyo, Sciences Po Law School.

Organised with Alina Leoveanu and Alexandre Senegacnik.

Tags :

Intensive Doctoral Week (IDW), 10th edition

From 14 to 18 June 2021
  • Intensive Doctoral WeekIntensive Doctoral Week

Initiated in 2011, the Intensive Doctoral Week is a co-organised initiative by Sciences Po Law School and the Law and Political Science Doctoral School of Paris Nanterre University .

For its 10th edition, the Intensive Doctoral Week reinvents itself. The 2021 IDW will take place online on its 3 new distinct platforms. Besides its traditional writing workshops (ID Writing), the IDW will include a new online channel fully dedicated to legal research (ID Tube). It will also offer meeting rooms (ID Lounge) where junior researchers and established academics from all over the globe will be able to react to the broadcasted movies as well as meet and discuss legal research.

ID Tube will start broadcasting on Monday 14th June at 12.00 (CET).

more information

Event Date: 
Monday, 14 June, 2021 - 12:00 - Friday, 18 June, 2021 - 23:00
Event Location: 
Online
Tags :

Exporter le droit naturel, propriété et contrat ?

Séminaire des doctorants en droit : Groupe de lecture "Juristes anarchistes"
  • Jean-Pierre Ugarte, Le Passage, Acrylique sur Toile, 2000Jean-Pierre Ugarte, Le Passage, Acrylique sur Toile, 2000

Après nos réflexions sur la coutume et le droit coutumier, il s’agira cette fois de s’interroger sur l’idéal anarchiste fondé sur le respect des lois de la nature. Si l’ordre libertaire "correspond au retour à une forme d’état naturel" ainsi que l’écrit Claire Vachet - qui présentera un chapitre de sa thèse dédié à cette question lors de la séance - comment penser des notions de droit positif telles que le contrat ou la propriété ?

Les juristes anarchistes doivent-ils investir les sciences de la nature pour appuyer leurs revendications, ou simplement s’inspirer des pratiques d’un "âge d’or" où régnaient vie "simple et saine" et solidarité ? Pouvons-nous envisager une troisième voie qui s’écarterait de la revendication d’un "droit naturel" tout en poursuivant la construction d’une "paix sociale" ?

Les lectures commentées

Lectures principales 

  1. Vachet Claire, Le droit saisi par l’anarchisme. Étude du discours des militants libertaires (1870-1926) , Titre 2, Chapitre 1, « L’idéal anarchiste : le respect des lois de la nature », Thèse de doctorat, Bordeaux, 2020, pp. 397-464.

  2. Proudhon Pierre-Joseph, Qu’est-ce que la propriété ?, Chapitre 2 « De la propriété considéré comme droit naturel », Paris, Garnier frères, 1840, pp.60-114

Lectures complémentaires (extraits choisis) :

PARTICIPATION

Cette séance et celles qui suivront sont ouvertes à toutes et tous. Les lectures sont disponibles sur ce Google drivePour toute question, merci de contacter Arié Lévy.

Event Date: 
Friday, 4 June, 2021 - 10:00 - 12:00
Event Location: 
En ligne
Tags :

Rencontre avec Jérémie Michel

Diplômé 2016 et avocat en droit du travail
  • Jérémie MichelJérémie Michel

Pouvez-vous nous retracer votre parcours universitaire et professionnel ?

J’ai rejoint l’École de droit en master après une maîtrise en Droit des affaires effectuée à l’Université d’Angers. Durant mes quatre années à l’Université, mon temps s’est partagé entre un fort investissement syndical et associatif et l’apprentissage des fondamentaux du droit.

Une fois à Sciences Po, j’ai découvert une pédagogie du droit rénovée, axée sur la méthode socratique, en petits groupes, sur la pluridisciplinarité et le travail en équipe.

Comme beaucoup de mes camarades, j’ai pris une année de césure à l’issue de ma première année de master, que j’ai consacrée à des stages en cabinet de conseil et en cabinets d’avocats. C’est à cette occasion que j’ai découvert et me suis passionné pour la pratique du droit du travail, que j’exerce encore aujourd’hui.

En deuxième année de master, j’ai rejoint la spécialité Contentieux économique et arbitrage (CEA) dirigée par le Pr Dany Cohen, qui a été une année riche en enseignements, basée sur la méthode du compagnonnage et des travaux à forte dimension pratique.

J’ai ensuite été reçu à l’examen d’accès au Centre Régional de Formation Professionnelle d’Avocats (CRFPA) en 2016 et ai intégré l’École de Formation Professionnelle du Barreau de Paris (EFB), pour prêter serment en janvier 2019.

Je suis actuellement avocat en droit du travail au sein du bureau parisien d’un grand cabinet d’avocats américain.

Quel est l'enseignant ou l'enseignement qui vous a le plus marqué ?

Sans aucun doute, ni aucune originalité, le Pr Dany Cohen et son enseignement de "Stratégie du Procès".

La spécialité CEA a été pensée pour être cohérente de bout en bout. Cette cohérence repose sur deux piliers : un enseignement central et pluridisciplinaire, Stratégie du Procès, et un enseignant central et pluridisciplinaire, le Pr Dany Cohen.

Durant ce cours, la classe est divisée en trois groupes, les deux parties et le juge, qui doivent rédiger des écritures et un jugement sur la base de dossiers traités par le Pr Dany Cohen. Les cas en question peuvent porter sur toutes les matières du droit.

Les travaux sont ensuite revus par le Pr Dany Cohen en séance, qui en analyse la portée argumentative, tant sur le fond du droit que sur la forme, jusqu’à la phraséologie.

L’objectif de l’exercice est de nous permettre d’appréhender l’âme du métier d’avocat en contentieux : apprendre, argumenter, combattre, convaincre.

Cet enseignement m’a particulièrement bien préparé à l’examen du CRFPA et à l’aspect contentieux de la profession, qui est très présent en droit du travail.

Quels souvenirs gardez-vous de votre école, de votre promotion, de vos enseignants ?

J’en garde le souvenir d’une réelle émulation intellectuelle, d’une pédagogie exigeante et moderne et de belles rencontres, issues de parcours très divers, loin de l’entre soi auquel d’aucuns souhaiteraient parfois réduire l’Institution.

Je conserve en outre un très bon souvenir de mon investissement dans l’Association des Juristes de Sciences Po (AJSP), au sein de la Revue des Juristes de Sciences Po (RJSP).

La richesse de Sciences Po est aussi assise sur son dense tissu associatif, qui m’a permis de me réaliser autrement autour d’un projet éditorial, avec une équipe de camarades dont j’ai beaucoup appris et que je croise encore aujourd’hui.

Un conseil pour celles et ceux qui souhaiteraient rejoindre la profession d’avocat ?

L’École de droit prépare à des métiers différents et offre une réelle diversité de débouchés. Elle est aussi reconnue comme une voie royale pour pénétrer le monde des cabinets d’avocats parisiens, tous types de structures et de pratiques confondues, en stage comme en collaboration.

Mon conseil est donc d’en profiter. Multipliez les expériences, sans vous restreindre à une pratique en particulier, ni à un type de cabinet, en mettant à profit l’année de césure qui vous est offerte. Cela vous permettra de prendre le pouls de la profession et de vérifier si la robe vous habite, car plus qu’une belle profession, c’est un état !

Jérémie Michel, diplômé 2016 du master Droit économique spécialité Contentieux économique et arbitrage (CEA)

Tags :

TWAIL and the Perspective of the Postcolony

Law & Methods Seminar

Seminar with Hani Sayed, Associate Professor, American University in Cairo, Department of Law.

Paul Klee’s  of Angelus Novus (1920)

Proposed Readings:

  • Walter Benjamin, "On the Concept of History" in Selected Writings, ed. Marcus Paul Bullock et al. (Cambridge, Mass: Belknap Press, 1996), 388–400 (Thesis IX)
  • Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe: Postcolonial Thought and Historical Difference, Princeton Studies in Culture/Power/History (Princeton, N.J: Princeton University Press, 2000): read only pp. 5-11
  • Achille Mbembe, "The Aestethics of Vulgarity" in On the Postcolony, Studies on the History of Society and Culture 41 (Berkeley: University of California Press, 2001), 102–41: read only 128-133
  • Alaa Abdelfattah, "Tawahud (Autism)" Al Shourouk, March 4, 2014, sec. Opinion, http://www.shorouknews.com
  • Hani Sayed, "On the Political Limits of Pragmatism: Third Worldist International Lawyers and International Institutions" Unpublished Manuscript, 2016.

Invite-only event.

Event Date: 
Thursday, 3 June, 2021 - 14:30
Event Location: 
Online
Tags :

Conférence sur l'affaire Julian Assange

AJSP
  • Affiche de la conférenceAffiche de la conférence

L' Association des Juristes de Sciences Po (AJSP)Assas.net, Tribunes Assas et le Canal Network Assas sont heureux de vous convier à leur conférence sur l’affaire Julian Assange en présence exclusive de sa compagne Stella Morris et de son avocat Me Antoine Vey.

Celle-ci aura lieu en présentiel le 1er juin 2021 dans l’amphithéâtre 1 du centre Assas et pourra accueillir 35 personnes extérieures à Assas (c'est-à-dire venant de Sciences Po).

Le nombre de places disponibles sur la billetterie est pour l’instant plafonné à 50 mais ce nombre est amené à augmenter dans les prochains jours donc restez connectés !

Pas de panique, si vous n’avez pas eu de place, l’évènement sera également retransmis en direct sur la page Facebook du CNA et disponible en replay via ce lien.

Un temps de la conférence sera dédié aux questions des étudiants, si vous en avez dès maintenant, n’hésitez pas à nous contacter afin que nous puissions les poser !

Que vous soyez en droit, en économie gestion, en info-com ou encore en sciences politiques, ce débat peut vous intéresser alors n’hésitez pas à vous inscrire et nous rejoindre à la conférence !

Event Date: 
Tuesday, 1 June, 2021 - 10:30
Event Location: 
Amphithéâtre 1 du centre Assas (également retransmis en direct)
Tags :

"Tracez votre route"

Rencontre avec Lucie Sénéchal-Perrouault, diplômée 2019
  • Lucie Sénéchal-PerrouaultLucie Sénéchal-Perrouault

Pouvez-vous nous décrire votre parcours universitaire ?

Après un Bachelor sur le campus euro-asiatique de Sciences Po au Havre, j’ai effectué ma troisième année en stage. Six mois au service sciences et technologies de l’Ambassade de France à Pékin ont "fait un déclic" : je veux travailler dans l’aérospatial. Venant d’un parcours en sciences humaines, le défi sera d’être crédible pour trouver un poste à la sortie. Je m’oriente vers le droit dont les activités aériennes et spatiales sont un pan foisonnant, complexe et en plein développement.

En fin de première année de master Droit économique, j’effectue un stage au DLR, l’agence spatiale allemande. En deuxième année de master, je choisis la spécialité Droit de l’innovation qui permet de "toucher" au technique, et suis le bien-nommé Programme d’Initiation à la Recherche (PIR), réalisant mon mémoire sur l’ Encadrement juridique de l’arsenalisation du spatial. La recherche me plait, et comme dans le même temps j’ai continué à suivre des cours de mandarin haut niveau, j’effectue pour la Direction générale du Trésor une mission de recherche en Angola sur les relations du pays avec la Chine comme stage final. En 2019 j’ai décroché une bourse de thèse au CNRS où je travaille sur Les politiques d’innovation en Chine : le cas du spatial commercial sous la direction de l’excellente Isabelle Sourbès Verger, rencontrée lors du PIR.

Quels enseignants vous ont le plus marquée ?

Séverine Dusollier, dont la profondeur académique s’associe à un sens aigu du détail et de la rigueur dans l’enseignement pratique. Gilles Vercken et Bruno Anatrella, pour qui la partie immergée de l’iceberg n’est pas dans les textes -qu’il va de soi de connaître- mais le rapport aux gens. Miao Lin Zucker et Charles Wang : leurs enseignements furent exemplaires, je m’efforce de m’en montrer digne.

Peut-on faire autre chose que du droit après un master droit économique ?

Si j’avais l’intention de devenir juriste en entrant à l’École de droit, mes recherches touchent plutôt aux politiques publiques, aux Sciences and Technology Studies et aux études chinoises. Le master Droit économique ne prépare donc pas uniquement à devenir avocat en droit des affaires. C’est une formation qui vous apporte des savoirs et des savoir-faire utiles dans un grand nombre de corps de métier, et même au quotidien.

Pour ce qui est de la recherche, en plus des capacités d’organisation et d’analyse "type", la possibilité de faire le PIR et l’approche critique de la matière, propres à l’École de droit sont de vrais atouts. La spécialité Droit de l'innovation aborde ainsi les problématiques économiques et politiques que soulèvent les droits de propriété intellectuelle sur la scène internationale. Cette thématique nourrit mes réflexions de thèse, même si ce n’est pas une thèse en droit per se.

Gardez à l’esprit que, si il faut être en mesure de défendre votre projet par un travail sérieux, l’École de droit est une école de Sciences Po "à échelle humaine" : il est possible et souhaitable d’adapter, de personnaliser votre cursus à vos ambitions.

Quels souvenirs gardez-vous de votre école, de votre promotion, de vos enseignants ?

Le contenu des cours était très riche, souvent passionnant et particulièrement exigeant en termes de quantité de travail. Ajouter à ce cursus les cours de langues et une orientation un tantinet hors-piste n’a pas été facile.

L’atmosphère est unique en son genre : stimulante au point d’en être parfois survoltée… Un souvenir qui l’incarne bien c’est la victoire remportée en équipe, avec Charles Guillaume et Claire Schmid, au CN2PI, le Concours National de Plaidoirie en Propriété Intellectuelle. Éblouis par le soleil de Nantes, les cernes jusqu’au menton et le sourire jusqu’aux oreilles. 

Un conseil pour celles et ceux qui souhaiteraient rejoindre l'École de droit ?

Vous avez une marotte, une lubie, une idée fixe ? Tracez votre route ! Rédigez vos devoirs maisons en rapport avec le sujet qui vous intéresse, effectuez vos stages dans des structures spécialisées, prenez des enseignements d’option et assistez à des conférences, quitte à sortir en catimini de l’École de droit. En faisant cela vous ménagez votre présent : il est plus plaisant de travailler sur des sujets qui vous animent. Mais surtout, vous préparez votre avenir en façonnant une ou des expertises qui vous sont propres, qui vous démarquent et vous feront remarquer.

Lucie Sénéchal-Perrouaultdiplômée 2019 du master Droit économique spécialité Droit de l'innovation.

Tags :

Normativity of law and code

Law & Methods Seminar
  • Andrea LeiterAndrea Leiter

Seminar with Andrea Leiter, Assistant Professor at the Amsterdam Center for International Law.

That code is a mode of effecting authority in the world has become ever more obvious in the past decade. In this seminar we will discuss how we can understand the normativity of code form the perspective of legal theory. What can we see if we treat code as law and what do we miss by making this analogy?

Invite-only event.

Event Date: 
Thursday, 20 May, 2021 - 14:30
Event Location: 
Online
Tags :

The Theory of Legal Characters

Law & Methods Seminar

Seminar with Mikhaïl Xifaras, Professor at Sciences Po Law School.

The purpose of this session is to present a theoretical protocol aiming at theorizing what lawyers do, when they do law. Here is why it might be interesting: for decades, we took for granted that jurists just “spoke the law.” This was good news: the law, thanks to the continuous efforts of legal science to systematize it in a coherent manner, was rational after all. Yet, legal realism has been there along the way, raising along the way ideas of partial or absolute indeterminacy, associated or not with a thesis of the predetermination of law by sociological or ideological factors. Finally, post-realist approaches convinced us that jurists do not just “speak the law.” Better said, if “the law” is what jurists say, and if what they say cannot be known until it is said, the jurists do not “speak the law” at all. From there, understanding that the legal material was only a small part of the story, legal theory—once only busy with ontologies of norms—went to study legal actors’ behaviors.

If it is true that the law is not a set of norms, but the actor’s behaviors, students trained the old way may find themselves in a difficult spot: how do you describe, explain, understand a “behavior”? Which tools to mobilize for that? Most of the time, the answer is to formalize these behaviors with economic models, whether classical or behavioral, in search of a high degree of certainty. But this approach comes at the cost of excluding actors’ motivations from the analysis. Therefore, it fails to explain why the jurists felt constrained to do what they did and the precise way they did it. And if, as Foucault says, acts of “interpretation and formalization have become the two main forms of analysis of our time,” only focusing on the second can hardly be satisfactory.

In the paper I will circulate for this seminar, I am suggesting another path to smoother, less formal accounts of the legal actor’s behavior. On such path, one soon encounters the metaphor of “personae” or “characters.” The Theory of Legal Characters aims at taking this metaphor seriously and understands the legal character as both an idealized self-presentation that the actor performs for her audience and as a role model of professional behavior, which can also be interpreted as a dimension of her psyche. I believe this approach may offer a useful theoretical protocol to understand what the law is, that is what the lawyers do, when they do law.

Invite-only event.

Event Date: 
Thursday, 8 April, 2021 - 14:30
Event Location: 
Online
Tags :

How to do research on/with commons

Law & Methods Seminar

Seminar with Severine DusollierProfessor at Sciences Po Law School.

The concept of commons has largely invaded all research fields in social sciences and humanities in the last 30 years. In law, the commons have most notably been used as a strategy of resistance to extractivist, exclusive and individual property (in environmental law namely), processes of enclosure (in intellectual property) or neoliberal management of public spaces (in urban law). Despite, or perhaps because of, its success, the concept of commons remains a polymorphous notion that is not always used in a same way depending on the disciplines (economy, history, sociology, political sciences anthropology or law), the types of resources it describes (tangible/intangible, global/local, closed/open) or the countries and their distinct legal regimes.

Using commons in legal research therefore requires first to disentangle economic, sociological and political concepts of commons to define the commons as a legal notion, without neglecting its articulation with its many dimensions and with some foundational scholarship (notably the work of Elinor Ostrom). Research around the commons is also strongly influenced by the fact that commons have simultaneously become the place of critical thinking, of political debate and of grassroots experimentation.

This seminar aims at discussing how to do legal research with the concept of commons, how its legal epistemology is distinct from other research fields, and how to situate your use of the commons in your own research project, as a strategy, tool or legal category.

Possible questions to be discussed during the seminar will be (but come with yours too):

  • The notion of commons, its different types and experiences

  • Commons as a resource or an action (communing)

  • Commons through the prism of different disciplines, different legal fields and through different approaches

  • Key legal scholarship

  • Surrounding notions (e.g. community, semicommons, liberalcommons, inclusivity, open access, res communes, anticommons, common-property regimes…)

  • Social, political and legal experimentations of commons in different legal regimes

Preliminary readings:

Invite-only event.

Event Date: 
Thursday, 25 March, 2021 - 14:30
Event Location: 
Online
Tags :

Le droit économique, levier de la transition écologique ?

Colloque CEDCACE-CEDIN
  • Visuel du colloqueVisuel du colloque

Le droit économique et le droit de l’environnement ont longtemps été présentés comme des champs hermétiques l’un à l’autre. Cette présentation des choses correspond à un double projet. D’une part, un projet d’autonomisation du droit régissant l’entreprise et les marchés par rapport aux politiques gouvernementales (qu’elles soient économiques, sociales ou environnementales). D’autre part, un projet d’affirmation de l’autonomie du droit de l’environnement, en tant que discipline spécifiquement tournée vers un objectif de protection de l’environnement. Au terme de ce phénomène de double autonomisation, le système juridique a semblé avoir transposé la dissociation chère aux économistes entre le fonctionnement des entreprises et des marchés d’un côté et la gestion des externalités négatives issues de leur fonctionnement de l’autre. La conception très disciplinaire des cursus d’enseignement dans les facultés de droit a alimenté l’ignorance mutuelle entre spécialistes de droit économique et du droit de l’environnement. Cette ignorance mutuelle a favorisé – entre autres conséquences – l’élaboration de normes de droit économique peu promptes à intégrer des questions d’environnement et, en sens inverse, des législations environnementales peu en prise avec la réalité des catégories et des opérations permises en droit économique.

La distinction entre le droit économique et le droit de l’environnement perd cependant en netteté. Depuis les années 1980, le développement des "instruments économiques" du droit de l’environnement (fiscalité environnementale, marchés de biens environnementaux) a contribué à une première prise de contact. Depuis quelques années, le rapprochement à l’œuvre semble gagner en intensité, tout particulièrement dans le contexte d’une relance économique post-Covid que l’on espère "verte". Il est de plus en plus question d’intégrer les objectifs environnementaux dans le noyau dur des normes qui constituent l’infrastructure juridique de l’économie contemporaine (droit des biens et droit des obligations, accords de libre-échange, traités d’investissement, règles prudentielles, aides d’État, etc.), non seulement au titre des exceptions aux droits et libertés économiques proclamés (droit de propriété, liberté d’entreprendre, liberté de circulation des biens et des services et des capitaux), mais aussi de plus en plus au titre des objectifs poursuivis. Le mandat des régulateurs économiques commence à évoluer en conséquence. Cette dynamique conduit certains analystes à prédire que le droit économique entrerait dans une nouvelle phase, d’écologisation.

Dans ce contexte, le colloque poursuit l’ambition de faire avancer la réflexion sur l’intégration croissante des enjeux environnementaux au sein du droit économique. A quels enjeux répond-elle ? Selon quelles modalités s’opère-t-elle ? Quelles sont les conséquences prévisibles à en attendre ? Quels prolongements lui donner ?

En présence de Dina Waked et Régis Bismuth, Professeurs à l'École de droit de Sciences Po.

Contact : colloquetransition@liste.parisnanterre.fr

Event Date: 
Monday, 14 June, 2021 (All day) - Tuesday, 15 June, 2021 (All day)
Event Location: 
En ligne
Tags :

La Clinique de l’École de droit

Les admissions sont ouvertes jusqu'au 7 juin 2021 !
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Vous êtes actuellement étudiants en 1ère année de master Droit économique ou Carrières Judiciaires et Juridiques, en 2ème année de master joint Droit et finance ou en année de césure ?

Vous pouvez candidater à la Clinique de l'École de droit de Sciences Po !

Le calendrier des admissions

  • mardi 25 mai 2021 : ouverture des candidatures 
  • lundi 7 juin 2021 à 12h : date limite de candidature
  • du 12 au 25 juin 2021 : auditions (via Zoom)
  • avant les inscriptions pédagogiques : communication des résultats

RAPPEL DES MODALITES DE CANDIDATURE

Étudiants du Master droit économique

Vous pouvez candidater à l'une des cinq cliniques suivantes : Accès au droit, JETE, HEDG, Migrations et RISE.

Lors de la candidature, vous pourrez choisir deux projets de la clinique sélectionnée en précisant le projet souhaité en priorité.

En savoir plus sur les modalités de candidature 2021 (754 Ko)

Étudiants du Carrières judiciaires et juridiques

Vous pouvez candidater à la clinique Accès au droit.

Lors de la candidature, vous pourrez choisir deux projets de la clinique Accès au droit en précisant le projet souhaité en priorité.

En savoir plus sur les modalités de candidature 2021 (681 Ko)

En savoir plus

> Clinique de l'École de droit de Sciences Po

> Vidéo de présentation de la Clinique

> Nous contacter : clinique.droit@sciencespo.fr

Tags :
Back to top