Favoriser les compétences langagières des enfants des milieux défavorisés : une évaluation expérimentale d'un dispositif d’accompagnement à la lecture parentale

 

Responsables du projet :

Carlo BARONE (Professeur à Sciences Po / OSC-LIEPP )
Denis FOUGERE (Directeur de recherche au CNRS, Co-directeur de l'axe Politiques éducatives)
Agnès van ZANTEN (Directrice de recherche au CNRS, Co-directrice de l'axe Politiques éducatives)

Chercheurs associés au projet :

Clément PIN (Docteur en sociologie, assistant de recherche au LIEPP, Sciences Po)
Géraldine COMORETTO (Assistant de recherche au LIEPP, Sciences Po)
Karine MARTEL (Maître de conférence en psychologie, Université de Caen)
Nathalie MAREC-BRETON (Maître de conférence en psychologie, Université de Rennes)

 Partenariats :

- Académie de Paris
- Maisons d'éditions Gallimard Jeunesse Turbulences Presse (2016-2017) et Nathan (2017-2018)

 

Le projet a obtenu le financement du LIEPP dans le cadre de l'appel à projets en 2016 et en 2017. 

Contexte : L'étude du programme international de recherche en lecture scolaire (PIRLS) en 2011 indique un faible niveau moyen de compétence en lecture des enfants français. De plus, les inégalités socioéconomiques ressortent particulièrement en France dans ces compétences. Ce projet met en place une intervention visant à stimuler les compétences langagières des enfants de familles défavorisées par le biais d’un dispositif de sensibilisation et d’accompagnement à la lecture partagée entre parents et enfants. Nous évaluons l'impact de cette intervention en utilisant une évaluation randomisée.

L'intervention : Le projet comporte deux cycles d'expérimentation au cours des années scolaires 2016-2017 et 2017-2018. Le projet s’adresse aux élèves de moyenne section des écoles maternelles, âgés de 4 ans, du 18ème, 19ème et 20ème arrondissements de Paris. Nous visons les écoles REP / REP + affichant une forte concentration d'enfants défavorisés. L'intervention comprend quatre actions principales: a) chaque famille reçoit un livre par semaine; b) les parents reçoivent un appel téléphonique d’un interlocuteur expérimenté qui explique aux parents l’intervention et les effets positifs de la lecture sur le bien-être des enfants et leur progrès scolaire; c) les parents reçoivent une brochure chaque semaine pour les deux premiers mois de l'intervention avec des conseils et des suggestions pour une lecture efficace et agréable; d) au 3ème et 4ème mois, des courts messages écrits sont envoyés à chaque famille pour rappeler les messages principaux des appels téléphoniques et des brochures. Dans l'ensemble, il s'agit d'une intervention intensive, mais peu couteuse et pouvant facilement être mise à l’échelle. L'intervention a duré environ 4 mois durant la première année. Elle durera 6 mois la deuxième année et se concentrera davantage sur la lecture dialogique.

Protocole d’évaluation : Dans chacune des 22 écoles maternelles impliquées dans le projet (N = 944), des groupes d'élèves sont assignés au hasard à l'intervention et les autres sont assignées à une liste d'attente pour la prochaine année scolaire. Nous testons la fréquence de la lecture parentale et les aptitudes langagières des enfants du groupe expérimental et de contrôle avant et après l'intervention.

Dans chacune des 22 écoles maternelles, deux groupes d’élèves de moyenne section sont constitués : un groupe qui bénéficie de l’intervention pendant l’étude (groupe expérimental), et un second groupe qui est utilisé comme groupe témoin. Ce second groupe bénéficie de l’intervention au cours de l’année suivante. La participation des enfants est engagée sous condition de l’accord des parents qui doivent initialement signer un formulaire de consentement. Durant l’année 2016-2017, 96% des familles ont donné leur accord, un résultat qui témoigne de l’intérêt des familles et de l’investissement des écoles sur ce projet. Afin de mesurer l’efficacité de l’intervention, l’équipe de recherche fait passer un test de vocabulaire réceptif avant et après l’intervention aux deux groupes d’élèves. Les parents et les enfants sont également questionnés sur la fréquence et leur goût pour la lecture avant et après l’intervention. Au cours de l’expérimentation conduite durant l’année scolaire 2017-2018, l’équipe mesurera par ailleurs les effets de l’intervention sur les compétences narratives et de compréhension des enfants.

Information supplémentaire sur le projet lecture parentale

Encourager la lecture familiale pour réduire les inégalités, article dans Cogito #4 - Lettre de la Rechereche de Sciences Po.

Pour en savoir plus, voir le poster du projet (juin 2017)

poster projet language skills

 

Derniers événements de l'axe

 

Les publications de l'axe:

  • Agnès VAN ZANTEN, Amelia LEGAVRE, Engineering access to higher education through higher education fairs LIEPP Working Paper, n° 22, April 2014
  • Nina GUYON, Elise HUILLERY, Choix d’orientation et origine sociale : mesurer et comprendre l’autocensure scolaire LIEPP Report décembre 2014
  • Agnès VAN ZANTEN, Alice OLIVIER, Les stratégies statutaires des établissements d’enseignement supérieur. Une étude des « journées portes ouvertes » , LIEPP Working Paper n°40, novembre 2015
  • Yann ALGAN, Elise HUILLERY, Nina GUYON, Comment lutter contre la violence et le harcèlement à l'école et au collège ? LIEPP Policy Brief n°19, juin 2015
  • Laura Perna, Improving Higher Education of All Students: Lessons from the United States , LIEPP Working Paper n°48, February 2016
  • Nina GUYON, Elise HUILLERY, Biased Aspirations and Social Inequality at School: Evidence from French Teenagers , LIEPP Working Paper, n°44, January 2016
  • Nina GUYON, Elise HUILLERY, Track choice and socioeconomic origin: measuring and explaining academic inhibition , LIEPP Policy Brief n°23, february 2016
  • Carlo BARONE, Antonio SCHIZZEROTTO, Giovanni Maria ABBIATI, Giulia ASSIRELLI, Gender, information barriers and fields of study choice: a field experiment , LIEPP Working Paper, n°63, January 2017