Lucile Maertens est Maître assistante en relations internationales à l’Université de Lausanne et chercheure associée au Centre de recherches internationales (CERI). Ses recherches portent sur l’action des organisations internationales en matière d’environnement et de sécurité internationale.

À la croisée des travaux sur les organisations internationales et les études critiques de la sécurité, elle a conduit plusieurs enquêtes de terrain à Genève, New York, Nairobi, Rio de Janeiro (lors du Sommet Rio+20), Paris (lors de la COP21) et Port-au-Prince en s'appuyant sur des méthodes d’inspiration ethnographique. Sa thèse de doctorat, intitulée Quand le Bleu passe au vert. La sécurisation de l’environnement à l’ONU et soutenue en octobre 2015, compare les pratiques quotidiennes du Programme des Nations Unies pour l’environnement et des Départements de opérations de maintien de la paix et de l’appui aux missions, qu’elle a étudiées dans le cadre d’observations participantes. En 2017, elle a débuté un nouveau projet sur l’action de l’ONU en Haïti.

Ancienne allocataire du ministère de la Défense, délégation générale de l’armement, elle a réalisé sa thèse en science politique à Sciences Po et à l’ Université de Genève , rattachée au CERI et à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM). Elle a également été chargée d’enseignement au Global Studies Institute ( GSI) de l’Université de Genève et à Sciences Po et intervenante invitée dans plusieurs universités en Europe et aux Etats-Unis. En 2016, elle a reçu le 2e prix scientifique de thèse de l'Institut des hautes études de défense nationale ( IHEDN) (Session 2015-2016) et le Prix Universal 2016, prix de thèse de la Faculté des Sciences de la Société (SdS) de l'Université de Genève. Elle avait auparavant obtenu un master recherche en relations internationales à Sciences Po (Paris) et effectué une année d’échange à Johns Hopkins University (Baltimore/Washington).

Elle a également été chercheuse invitée à King's College London – War Studies Department (avr-déc. 2016) et à Columbia University (New York) – Earth Institute/ CIESIN (janv-juil. 2017), dans le cadre d’une allocation de mobilité postdoctorale financée par le Fonds national suisse (FNS) – Early Postdoc.Mobility. Depuis 2013, elle co-supervise un séminaire de recherche sur Environnement et relations internationales au CERI où elle est également chercheuse associée depuis 2017 (Sciences Po – CERI, CNRS).

Elle a été invitée à participer en tant qu’intervenante, discutante et organisatrice de panels lors de nombreux congrès et séminaires nationaux et internationaux. En 2016, elle a codirigé, avec Marieke Louis, un numéro spécial de la revue Études internationales consacré à l’appropriation des questions environnementales par les organisations internationales (47 (1), 2016). Elle a également publié avec Raphaëlle Parizet « « On ne fait pas de politique ! » Les pratiques de dépolitisation au PNUD et au PNUE », Critique internationale (76 (3), 2017, pp. 41-60) et, avec Alice Baillat, « The partial climatisation of migration, security and conflict », dans Stefan Aykut, Jean Foyer, Edouard Morena, Globalising the Climate. COP21 and the Climatisation of Global Debates (Londres, Routledge, 2017, pp. 116-134).

La liste complète de ses publications en français et en anglais est disponible sur Academia.

En savoir plus
Télécharger les cv
Recherches en cours

- Organisations internationales
- Etudes critiques de la sécurité
- Politique internationale de l'environnement
- Action de l'ONU en Haïti

Actualités

Lucile Maertens co-organise une conférence intitulée Researching the United Nations and Other International Organizations (RUN2018): Rethinking Methods of Investigation. Elle vise à encourager la discussion autour des méthodes et approches pertinentes pour étudier les Nations Unies et les autres organisations internationales (OI) et se tiendra à Genève en juin 2018. Vous trouverez plus d'informations sur le site RUN2018.

Elle co-organise également le séminaire Environnement et relations internationales au CERI.

  • Enseignements

    Université de Lausanne – Faculté des sciences sociales et politiques
    - Sécurité internationale
    , séminaire de bachelor (56h)
    - Politique internationale : méthodes qualitatives et organisations internationales,
    séminaire de bachelor (56h)
    - Régulations de la mondialisation
    , cours-séminaire de master co-enseigné avec Rahel Kunz (28h)

  • Web

    Page personnelle de l'Université de Lausanne
    https://unil.academia.edu/LucileMaertens

  • Langues

    - Français
    - Anglais
    - Espagnol (niveau intermédiaire)

Portrait de lucile.maertens
Publications principales

"Depoliticisation as a Securitising Move. The case of the United Nations Environment Programme", 2018, European Journal of International Security , first view.

"Sécuritisation et logiques institutionnelles. Les obstacles à la sécuritisation de l’environnement à l’ONU" [Securitization and Institutional Logic Obstacles to Securitization of the Environment at the UN], 2018, Études internationales, vol. 49, n°1: 105-131.

Espace Mondial: l’Atlas, 2018, under the editorial coordination of M.-F. Durand and with M. Albaret, D. Alles, P. Copinschi, D. Placidi-Frot and Atelier de cartographie de Sciences Po, Presses de Sciences Po, Paris.

- "‘On ne fait pas de politique !’ Les pratiques de dépolitisation au PNUD et au PNUE" (co-author: Raphaëlle Parizet), 2017, Critique internationale, special issue on depoliticization and international organizations, Vol. 76, n°3 : 41-60.

- "The partial Climatisation of Migration, Security and Conflict" (co-author: Alice Baillat), 2017, in Stefan Aykut, Jean Foyer, Edouard Morena (eds.), Globalising the Climate. COP21 and the Climatisation of Global Debates , New York, Routledge : 116-134.

- "Ouvrir la boîte noire. Observation participante et organisations internationales", 2016, Terrains/Théories, special issue on field research and the global turn (Les terrains du global), n°5.

- "Quand les Casques bleus passent au vert. Environnementalisation des activités de maintien de la paix de l’ONU" , 2016, Études internationales, vol. 47, n°1: 57-80.

- "Quand les organisations internationales se mettent au vert. Acteurs, instruments et effets de l’appropriation de la question environnementale" (co-author: Marieke Louis), 2016, Études internationales, vol. 47, n°1: 5-28. Coordination and introduction of the special issue.

- Le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) face aux catastrophes naturelles. Ce que le tsunami de 2004 a changé, 2012, Paris: L'Harmattan, collection Perspectives organisationnelles.

En savoir plus
    Lien vers Spire