Boris Samuel est chercheur à la Chaire d’études africaines comparées, Ecole de gouvernance et d’Economie de Rabat - Université Mohamed VI Polytechnique (Maroc). Ses travaux de recherche analysent les modes de gouvernement et les trajectoires politiques à partir des objets et pratiques de la statistique, de la macroéconomie et de la gestion des finances publiques. Ses projets de recherche actuels portent sur la « vie chère » au Maroc, ainsi que sur les nouvelles figures de planification en Afrique. Plus généralement, il développe une analyse de la « mise en chiffres des sociétés africaines ».

Il a soutenu en 2013 une thèse intitulée La production macroéconomique du réel. Formalités et pouvoir au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe. Diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique, il a travaillé pendant une dizaine d’années comme praticien de l'économie et de la statistique auprès de gouvernements et d’organisations internationales en Afrique avant de se tourner vers la recherche en sciences sociales.

Boris Samuel a enseigné à la Paris School of International Affairs de SciencesPo, à l’Université Paris 1 la Sorbonne, ainsi qu’à l'Ecole de gouvernance et d'Economie de Rabat - Université Mohamed VI (Maroc). Il est membre du comité de rédaction de la revue Politique Africaine.

En savoir plus
Télécharger le cv
Recherches en cours

« La mise en chiffres des sociétés africaines »

« Les “politiques de prix” : quantification, exercice du pouvoir et contestation en Mauritanie et au Maroc dans les années 2000 », recherche entreprise à l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes en tant que résident 2014-2015.

Publications principales

« Statistics and Political Violence: Reflections on the Social Conflict in 2009 in Guadeloupe », Partecipazione e Conflitto, Vol. 7, no. 2, juin 2014 (numéro spécial sur Statistics and Activism, dirigé par Isabelle Bruno, Emmanuel Didier et Tommaso Vitale)

« Economic Calculations, Instability and (In)formalization of the State in Mauritania, 2003-2011 », Canadian Journal of Development Studies, n°35-1, avril 2014, pp. 77-96 (numéro spécial sur Measuring African Development: Past and Present, dirigé par Morten Jerven)

« L’Education Pour Tous au Burkina Faso. Une production bureaucratique du réel. », in B. Hibou (dir.), La bureaucratisation néolibérale, La Découverte, 2013

« Des statistiques de prix aux rapports de pouvoir : le rôle des analyses quantitatives dans le dialogue social en Guadeloupe depuis 2009 », in J.C. William, Reno, F. et Alvarez F. (dir.), Mobilisations sociales aux Antilles. Les événements de 2009 dans tous leurs sens, Karthala, 2012

« Calcul macroéconomique et modes de gouvernement : les cas du Burkina Faso et de la Mauritanie », in Politique Africaine, n°124, février 2012,

« Macroéconomie et politique en Afrique – introduction au thème “La macroéconomie par le bas” », in Politique Africaine, n°124, février 2012, avec B. Hibou

"L'Afrique 'Cent ans après les indépendances' : vers quel gouvernement politique ?", Politique Africaine, n° 119, octobre 2010,  avec J.F. Bayart et Hibou, B.

« Trajectoire technocratique et instabilité politique en Mauritanie, 2003 – 2011 », les Etudes du CERI, n°178, octobre 2011 (english version)