Groupe de travail et d'information sur le terrorisme et le contre-terrorisme

Nadia Marzouki, Laurent Bonnefoy et Philippe Bonditti.

Les chercheurs membres de ce groupe se proposent de ressaisir conjointement et à leur racine les problématiques liées du "terrorisme" et de "l'antiterrorisme". Les séances de ce groupe intègrent le séminaire de recherche de l’Observatoire collaboratif du terrorisme, de l’antiterrorisme et des violences (O.C.T.A.V.)

Le groupe de travail a émergé du constat qu'il n'y a jamais eu autant d'épisodes de violence "terroriste" que depuis les années 1970 et l'institutionnalisation progressive, en France, en Europe et aux Etats-Unis notamment, de ce que l'on appelle désormais "l'antiterrorisme". Loin de conduire à l'idée que "l'antiterrorisme" serait lui-même générateur de la violence "terroriste", ce constat suggère plutôt de refuser l'opposition terrorisme/antiterrorisme qui structure le discours politique, médiatique et d'expertise depuis cette époque. Dès les années 1970, en effet, le discours politique, largement alimenté par celui des experts, lui même amplement relayé par les médias, ne cesse d'opposer “terrorisme“ et “antiterrorisme“ et de présenter le second comme la réponse des Etats au premier. Ce faisant, il fait fi du mimétisme des pratiques qui, depuis cette même époque, git au principe du développement de l'antiterrorisme : plus le “terrorisme“ a été décrit comme une nouvelle forme de violence dont les entrepreneurs agiraient en réseau, et plus les acteurs de la sécurité, de la défense, du renseignement ont été appelés à s'organiser à leur tour en réseau, via un recours accru à l'outil informatique et à développer une forme renouvelée d'intervention étatique contre la violence labellisée “terroriste“. C'est cette forme renouvelée d'intervention des Etats contre la violence dite "terroriste" que l'on nomme aujourd'hui "antiterrorisme".

Ce diagnostic d'une transformation de la violence non-étatique exclusivement, à laquelle les appareils de sécurité et de défense des Etats modernes ne feraient que répondre en s'y adaptant, est erroné. Outre qu'il contribue à enfermer les entrepreneurs de violence et les appareils de sécurité, de défense et de renseignement des Etats modernes dans une inquiétante escalade de la violence et de la répression, il tend aussi à bloquer la réflexion a propos de la mise en œuvre de politiques publiques alternatives susceptibles de fournir un autre traitement de la violence dont les transformations contemporaines ne concernent pas seulement la violence non-étatique, mais aussi celle des Etats, comme en témoignent les plus récentes propositions, en France ou aux Etats-Unis, visant à accroître les capacités antiterroristes.

Les séances du groupe entendent, à travers un programme sur trois ans (2017-2020), explorer l'hypothèse générale selon laquelle ce que l'on appelle le "terrorisme" et  "l'antiterrorisme" renvoient, ensemble, à une série de transformations complexes des manières même dont le phénomène général de la violence a été problématisé et catégorisé à l'époque moderne afin de permettre son traitement par des autorités étatiques dont la sociologie historique wébériano-éliassienne a su décrire le processus de légitimation. Sous cette hypothèse, ii est admis que l'analyse de ces transformations ne peut se faire à partir de la série d'oppositions - classiques et souvent trompeuses - entre la violence des individus et la violence des Etats, entre le "terrorisme" et "l'antiterrorisme", entre démocratie et barbarisme, entre modernité et islam, entre Occident et Moyen-Orient, etc. Une telle analyse implique donc un geste réflexif de mise à distance de ces catégories de pensée qui structurent I'ensemble du discours politique et d'expertise.Avec ses équivalents au sein des institutions partenaires du Sciences Po-CERI, ce groupe de travail forme l’Observatoire collaboratif du terrorisme de l’antiterrorisme et des violences (O.C.T.A.V.).

O.C.T.A.V. est une initiative d’enseignant.e.s, chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s issu.e.s de divers horizons disciplinaires, soutenue et financée par le LabToP-CRESPPA-Paris8-CNRS, l’ESPOL-ICL, le REPI-ULB et le CERI-SciencesPo/CNRS.
Ses membres se proposent de ressaisir conjointement et à leur racine les problématiques du ‘terrorisme’ et de ‘l’antiterrorisme’ en interrogeant leurs rapports aux transformations contemporaines de la violence et du politique. Pour cela, les travaux d’O.C.T.A.V. s’organisent autour de deux plateformes : un séminaire de recherche et des 'rencontres-praticiens' avec des professionnels de la sécurité, de la défense, du renseignement, de la justice et du travail social. Les séances du séminaire de recherche et les rencontres-praticiens alternent autour d’un même thème.

Pour s’inscrire à la liste d’information O.C.T.A.V., merci d’écrire à : administration@octav.org

Evénements scientifiques dont O.C.T.A.V. est partenaire pour le 1er semestre de l’année 2019-2020. (Le programme pour le second semestre sera mis en circulation ultérieurement)

- 10-11 octobre 2019
Les procès du ‘terrorisme’ d’aujourd’hui à hier
Conférence organisée dans le cadre du Programme Jupiter
Université de Rouen, Campus Pasteur  Amphi 400 et B150  3, Avenue Pasteur, Rouen.
Ce colloque scientifique a pour objet les procès contemporains du « terrorisme ». Il réunira des chercheur.e.s ainsi que des acteur.e.s de la scène judiciaire tel.le.s que des juges, des avocat.e.s et des journalistes. La première demi-journée sera consacrée aux enjeux actuels des procédures conduites en France et en Irak contre les membres des « filières jihadistes ». La seconde demi-journée s’intéressera au « terrorisme » et aux figures « terroristes » devant la justice dans l’Europe du XXe siècle. Il s’agira ainsi de confronter, par une mise en perspective interdisciplinaire, les enjeux présents et passés d’une question récurrente dans le débat public depuis la fin du XIXe siècle. Programme complet disponible ici.

- 17-18 octobre 2019
Histoire conceptuelle du ‘terrorisme’
Conférence organisée par le programme PEACE
Université de Caen, MRSH  salle des actes  Esplanade de la Paix – Campus 1, Caen
Bien qu’il n’ait jamais trouvé de définition stable et suffisamment partagée susceptible d’unifier la diversité des pratiques violentes qu’il cherche à isoler, le concept de « terrorisme » ne s’en est pas moins imposé dans les discours politique, médiatique, policier, judiciaire, militaire et même savant. Les participant.e.s à cette conférence travailleront à historiciser ce concept, ses usages et aussi le travail définitionnel dont il a été l’objet depuis la Révolution française, et ce faisant à éclairer les différents sens qui ont été les siens et les manières dont ces derniers règlent les pratiques de lutte contre la violence, celles notamment de la mise en liste. Avec Anthony Amicelle (Univ. de Montréal), Philippe Bonditti (ESPOL-ICL), Thomas Hippler (Univ. de Caen), Jenny Raflik (Univ. de Nantes), Virginie Sansico (Univ. de Rouen), Corentin Sire (Univ. de Caen et Univ. de Montréal), Sophie Wahnich (IIAC-EHESS/CNRS).
Contact O.c.t.a.v.: Thomas Hippler (Univ. de Caen)

- 14 novembre 2019 – 14h00-16h00 – Séance du séminaire 
Séminaire de recherche « Les cadres sociaux de la violence » organisé par l’axe « sociologies de l’international » du Centre Emile Durkheim (UMR 5116) de Sciences Po Bordeaux / Université de Bordeaux
Faculté de sociologie de Bordeaux  salle des séminaires. " Place de la Victoire, Bordeaux.
Nicolas Mariot (CESSP-EHESS) interviendra sur le thème Les transformations récentes de l'historiographie de la Shoah à la lumière de "morale nazie.
Programme complet du séminaire disponible ici

Contact O.c.t.a.v.: Mathias Delori (Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux)

- 27 novembre 2019 – 10h30-12h30 – Séance du séminaire
Séminaire de recherche co-organisée avec le programme Radex
CERI-Sciences Po/CNRS  salle Jean Monnet (rdc)  56 rue Jacob, Paris
avec Andrew F. March (University of Massachusetts) qui présentera sur le thème de la souveraineté populaire dans la pensée islamique moderne à partir de son ouvrage The Caliphate of Man. The Invention of Popular Sovereignty in Modern Islamic Thought (Harvard University Press, 2019). Il sera discuté par Makram Abbès (ENS Lyon, Laboratoire Triangle). 
Contact O.c.t.a.v.: Nadia Marzouki (CNRS-Sciences Po-CERI); Philippe Bonditti (ESPOL-ICL)

- 21 janvier 2020 – 14h00-16h00 – Séance du séminaire
Séminaire de recherche « Les cadres sociaux de la violence ».
Sciences Po Bordeaux  Salle Touchard  11, Allée Ausone, 33600 Pessac.
Mathias Delori (CED-Sciences Po Bordeaux) présentera sur le thème : La violence libérale : des sanctions contre l’Irak à Guantanamo. Programme complet du séminaire disponible ici.
Contact O.c.t.a.v.: Mathias Delori (Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux)

Voir le programme des deux années 2017-2018 et 2018-2019

Fichier(s) attaché(s)Poids
OCTAVProgramme.pdf386.07 Ko