Malgré la montée en puissance de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud sur la scène internationale, et de leur catégorisation comme puissances émergentes, la lutte contre la pauvreté reste une priorité nationale dans chacun de ces pays. Dans ce cadre, plusieurs politiques et initiatives sont mises en oeuvre à la fois au niveau national et international : le forum IBSA qui regroupe ces trois émergents en est un exemple. Né en 2003, cette nouvelle coopération Sud-Sud (Inde, Brésil, Afrique du Sud) se fait le relais des priorités nationales et des intérêts communs de ses membres pour la résorption de la pauvreté au niveau interne mais aussi international. Leur coopération passe par des échanges trilatéraux et la conduite de projets de développement communs dans d'autres pays en développement via le fonds IBAS pour la lutte contre la faim et la pauvreté. Malgré ses limites, elle participe à l'affirmation et à la quête d'autonomie et à la légitimation de ses membres comme nouvelles puissances.

Valeria Pero

Les programmes sociaux de transferts monétaires conditionnels ont modifié la politique sociale du Brésil. Cet article analyse l'évolution des politiques publiques contre la pauvreté ainsi que les défis que devra affronter le pays à l'avenir. La première décennie du XXIe siècle a été marquée par la diminution de l'inégalité et de la pauvreté ; il est désormais essentiel d'améliorer la qualité des services publics pour que les bénéfices de la croissance du Brésil profitent à tous les Brésiliens.

Rachel Guyet

Les enjeux liés à la politique de cohésion se sont multipliés ces dernières années. Cet article s'attache à montrer la contribution du Fonds social européen à la cohésion européenne mais également ses limites. Il analyse en effet dans quelle mesure l'Union européenne peut peser et accompagner le développement social inclusif des territoires alors même que les compétences en matière sociale relève du niveau national et que la construction de l'Union s'est avant tout fondée sur des considérations économiques. Le texte interroge la valeur ajoutée du Fonds social européen et la question de la gouvernance entre les différents niveaux d'intervention.

Breno Bringel

Les deux dernières décennies ont marqué l'extension d'un débat public global sur la pauvreté qui a fait naître de nouvelles définitions et constructions politiques et sociales. Ce texte aborde cette discussion en considérant la dimension géopolitique de la pauvreté et de la construction de programmes alternatifs et de résistances. Il analyse notamment le concept de souveraineté alimentaire, sa viabilité et sa visibilité rendue possible par l'internationalisation croissante des mouvements sociaux paysans, principaux acteurs dans ce processus.

En Colombie, l'élection présidentielle de 2010 a suscité une polémique sur l'effet des programmes sociaux sur le comportement électoral. Des voix venues de l'opposition et de la société civile ont accusé le gouvernement d'utiliser ces programmes de manière clientéliste au profit du candidat soutenu par le président sortant (et vainqueur du scrutin), Juan Manuel Santos. L'hypothèse d'un biais introduit par le programme Familias en Acción au profit de Santos peut être soutenue mais celui-ci n'a cependant pas été déterminant au point d'expliquer le résultat final de l'élection présidentielle. Il n'en reste pas moins que ce type de politiques publiques d'aide sociale conditionnée, de plus en plus populaires en Amérique latine, doit être sérieusement encadré pour éviter son utilisation à des fins électorales.

Camille Goirand

Le texte propose tout d'abord une description du positionnement du Nordeste dans les inégalités nationales. Les Etats qui composent cette région présentent les indicateurs de pauvreté les plus élevés, les plus faibles niveaux de développemen et les inégalités les plus importantes au sein du Brésil. La suite de l'article est consacrée à l'analyse du positionnement du Nordeste dans les rapports de pouvoir, les équilibres économiques nationaux, les circulations humaines et les imaginaires nationaux brésiliens. L'attention est portée, dans un premier temps, au processus de construction historique de la position périphérique de cette région, marquée, d'une part, par la force des oligarchies conservatrices et une riche histoire de mobilisations contestataires et d'autre part, par les politiques d'aménagement du territoire menées depuis la capitale fédérale. Dans un second temps sont abordées les continuités et transformations des rapports de domination propres à cette région, avec une mise au point sur les politiques actuelles de lutte contre la pauvreté et quelques éléments de débats sur la redéfinition participative des politiques de développement.