Présentation de l'ouvrage "Ce que les riches pensent des pauvres"

Bruno Cousin et Jules Naudet
Séminaire scientifique de l'OSC - 30 mars 2018
  • Image Simon Plelow. Pullman Orient Express - exterior. (CC BY-SA 2.0)Image Simon Plelow. Pullman Orient Express - exterior. (CC BY-SA 2.0)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 30 mars 2018 de 11h30 à 13h

Bruno Cousin et Jules Naudet

Présentation de l'ouvrage
"Ce que les riches pensent des pauvres"

Ce que les riches pensent des pauvres (Seuil)Comment les classes supérieures des grandes métropoles construisent-elles leurs représentations des pauvres en termes de péril moral, sécuritaire ou sanitaire ?
A quelles causes attribuent-elles la pauvreté ?
C'est en s'appuyant sur une enquête de 240 entretiens approfondis auprès des habitants des "beaux quartiers" de Paris, Delhi et São Paulo que cet ouvrage s'attache à répondre à ces deux questions de recherche.

L'analyse des systèmes de représentations (cadrages, récits récurrents, oppositions structurales, traçages de frontières symboliques, etc.) et le recours à la comparaison internationale permettent de mieux comprendre la double dynamique de stigmatisation des pauvres et de neutralisation de la compassion à leur égard.

Bruno Cousin (CEE) Bruno Cousin
Assistant-Professor
Sciences Po,
Centre d'études européennes
et de politique comparée 
Jules Naudet
Chargé de recherche
EHESS,
Centre d'Études de l'Inde
et de l'Asie du Sud,
Jules Naudet (CEIAS, EHESS)

"Ce que les riches pensent des pauvres", co-écrit par Serge Paugam, Bruno Cousin, Camila Giorgetti et Jules Naudet, Paris, Seuil, septembre 2017, 352p., EAN 9782021365467.

Inscription pour les extérieurs à Sciences Po : bernard.corminboeuf(at)sciencespo.fr.

Frederick de Moll - Benita Combet

Social inequality in family life and parental beliefs about their child’s home learning opportunities | Unobserved effects in teacher decisions at educational transitions
Séminaire scientifique de l'OSC - 23 avril 2018
  • Image Syda Productions (via Shutterstock)Image Syda Productions (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

lundi 23 avril 2018 de 14h à 16h

2 présentations

Bénita Combet et Frederick de Moll

Unobserved effects in teacher decisions at educational transitions - Bias or anticipation of future performance? An experimental analysis

Benita CombetUntil now, research on educational transitions mainly focused on the educational decision-making of students and their parents - the so-called secondary effect of social origin (Boudon 1974). However, teacher’s decision about the tracking placement of their students should not be underestimated in educational systems with binding teacher decisions.

We examine with survey experiments if teachers favour female students and students of higher social background because of a general bias or because of statistical discrimination in anticipation of future performance. We do this by letting teachers decide about track placement for hypothetical students, which are on the threshold of a recommendation for the higher performance track. We do not only manipulate sex and social background, but we add or omit information that could potentially correlate with sex and social background: Is it to be expected that parents will support their child with tuition if need be? Does the student have a high self-discipline? These analyses are not only valuable because they might provide answers to several long-time questions in research on educational inequality, but also because they present a novel research approach by measuring the decision-making of teachers directly and therefore making it possible to test a theory. 

Benita Combet, Postdoctoral researcher, University of Lausanne, NCCR LIVES

Social inequality in family life and parental beliefs about their child’s home learning opportunities

Federik de MollAnnette Lareau’s assertion that social class differences in family life are essentially qualitative has not been properly tested. In addition, how parents view their family’s capability to promote their child’s school success remains unknown. Drawing on Lareau’s work and the theoretical framework of Bourdieu, the presentation addresses three research questions: The first question refers to the reconstruction of different types of family life in middle childhood. The second question is concerned with how different types of family life relate to social class. The third research question asks how parents evaluate their child’s learning opportunities at home. To answer these questions, the study uses primary data from a German survey with N = 1069 parent-child dyads.

Frederick de Moll, Postdoctoral researcher, Goethe University Frankfurt

Extenal audience must be registered (bernard.corminboeuf(at)sciencespo.fr).

The Forgotten Origins of Race-Conscious Affirmative Action in College Admissions

Anthony S. Chen
Séminaire scientifique de l'OSC - 6 avril 2018
  • Image Jess Cadorette, "Julie's Graduation!" (CC BY 2.0) Image Jess Cadorette, "Julie's Graduation!" (CC BY 2.0)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 6 avril 2018 de 11h30 à 13h

Anthony S. Chen

The Forgotten Origins of Race-Conscious Affirmative Action
in College Admissions

Anthony S. Chen (Northwestern University)This presentation chronicles the little-known advent of race-conscious affirmative action programs in American college admissions. Drawing on intensive research in archival manuscript collections, it argues that the initial impetus for such programs began to emerge in 1963 as a result of action on the part of racially liberal college administrators who believed that their institutions had a responsibility to constructively engage the larger society they served - a larger society that was then being challenged and transformed by the civil rights movement. It was in 1963 that certain selective institutions began explore ways of going beyond non-discrimination, recruiting “disadvantaged” applicants from racially segregated high schools and conceiving of new methods for assessing academic merit. It was in 1963 that race was “braided” into the idea that a diverse student body was educationally beneficial. In short, what began to emerge in 1963 was affirmative action - many elements of which still remain with us today.

Anthony S. Chen is Associate Professor of Sociology in Weinberg College of Arts & Sciences at Northwestern University. 

University of Pennsylvania’s campusUniversity of Pennsylvania’s campus, 1964 (US News and World Report,  May 25)

Registering is mandatory for non-Sciences Po attendees: bernard.corminboeuf(at)sciencespo.fr

Governing diversity in Milan

An appraisal of the last twenty years of immigrant and diversity policies
Fabio Quassoli - Séminaire scientifique de l'OSC - 16 mars 2018
  • Bureau de l'immigration, Milan centre - Photo Alexandre Rotenberg / ShutterstockBureau de l'immigration, Milan centre - Photo Alexandre Rotenberg / Shutterstock

 Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 16 mars 2018 de 11h30 à 13h

 Séminaire joint OSC - LIEPP 

Fabio Quassoli

Associate Professor, Université de Milan Bicocca
Professeur invité à Sciences Po, au LIEPP

Governing diversity in Milan:
An appraisal of the last twenty years of immigrant and diversity policies

Fabio QuassoliMilan is the first immigrants’ destination in Italy and the cosmopolitan city by excellence in the country. Yet for almost two decades the local government has not demonstrated to be particularly prone to the promotion of urban diversity and recognition of the value brought about by immigrants’ communities; safety policies, rather than integration or multicultural policies have been implemented. An apparent radical change started in 2011 when the left-wing coalition led by Giuliano Pisapia won the local elections. In my presentation I analyse the recent evolution of the administration political discourse on diversity and international immigrants’ presence in the city, with the aim to highlight:

  • the extent to which the discourse about diversity has been evolving and whether and how any of such changes translate into actual initiatives and/or in policy implementation; 
  • the prevailing narratives (interculturalism, multiculturalism, integration, etc.) and the related representations of immigrants and the city itself. 

Particular attention will be devoted to the initiative called “Forum della Città Mondo”, a permanent assembly gathering representatives from migrant and ethnic associations created along the selection of Milan as the site of the 2015 Universal Exposition. 

Public externe : inscription auprès de bernard.corminboeuf at sciencespo.fr.

Statistique textuelle

un état des lieux...
Séminaire de méthodologie, vendredi 23 mars 2018, 10,30
  • METSEM #12METSEM #12

Le séminaire de méthodologie (METSEM) proposé par le CDSP, le CEVIPOF, le Médialab et l'OSC reçoit pour son 12ème rendez-vous Bénédicte Garnier, ingénieure à l'INED, service « Méthodes statistiques ».  

Ce rendez-vous mensuel est ouvert à tous, sur inscription préalable. Il a lieu le vendredi 23 mars au 98 rue de l'Université, Paris 7e, salle Annick Percheron, de 10h30 à 12h30 (métro Solférino). 

La présentation abordera les dernières avancées de la statistique textuelle, les pré-requis nécessaires devant les nombreux corpus disponibles et les outils utilisables, qui ne cessent de se développer.

 

Inscription préalable en suivant ce lien

Adoptions internationales et couples mixtes - Étudiant ou parent, il faut choisir ?

2 communications de Solène Brun et Aden Gaide
Séminaire scientifique de l'OSC, 16 février 2018
  • Image Jean-François Gornet (CC BY-SA)Image Jean-François Gornet (CC BY-SA)

 Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 16 février 2018 de 12h30 à 14h30

- 2 présentations -

Adoptions internationales et couples mixtes : vivre la mixité et confronter la race dans deux configurations de mixité ethno-raciale intrafamiliale

Solène Brun (OSC)Cette communication sera l'occasion de présenter le cadre général de la thèse, ainsi que les résultats d'un chapitre en cours. Considérant la famille comme espace critique d'investigation des rapports sociaux de race, ce chapitre interroge les "premiers pas" des familles issues de l'adoption internationale et des unions mixtes dans la mixité ethno-raciale, et de comprendre comment cette dernière est négociée, notamment dans le rapport au monde extérieur de la cellule familiale.

Solène Brun, doctorante à l'OSC



« Étudiant ou parent, il faut choisir ? »  Une mobilisation universitaire autour d’une étudiante enceinte (étude de cas)

Aden Gaide, doctorant à l'OSC.Aden Gaide (OSC)

Rares sont les mobilisations les mobilisations politiques qui se focalisent sur la situation des parents étudiants. Au cours des années 2010, une telle mobilisation est pourtant portée par un syndicat étudiant qui revendique la création d’un statut de « parent étudiant » et défend le cas d’une étudiante enceinte à qui on refuse d’adapter la scolarité (assiduité aux TD).

Il s’agit de montrer le caractère indicible des normes de genre et de classe à l’université. L’équipe médicale du campus a recours à des dispositifs visant les étudiant-e-s en situation de handicap pour imposer aux enseignant-e-s l’aménagement des cursus des étudiantes enceintes. L’utilisation d’une telle catégorie (le handicap) pour qualifier un phénomène inhérent aux trajectoires biographiques de la plupart des femmes (une grossesse) engendre des tensions, tant du côté de celles et ceux qui utilisent les dispositifs handicaps que du côté de celles et ceux qui s’y opposent. Quelle place accorde-t-on au travail reproductif à l’université ? Comment (faire) reconnaître ce travail quand la grossesse est un évènement à la fois impensable et « naturel » ?

Public externe : inscription auprès de bernard.corminboeuf at sciencespo.fr.

L'enfance de l'ordre : Comment les enfants perçoivent le monde social

Wilfried Lignier et Julie Pagis
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 2 février 2018
  • Image debasige (Toddler girl playing with paperboard ship)Image debasige (Toddler girl playing with paperboard ship)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 2 février 2018 de 11h30 à 13h

Wilfried Lignier (CESSP-CSE) et Julie Pagis (IRIS)
à propos de leur ouvrage

L'Enfance de l'ordre: Comment les enfants perçoivent le monde social
publié en 2017 au Seuil

De quelle manière les enfants appréhendent-ils les différences sociales qui constituent l’univers dans lequel ils grandissent ?
Comment perçoivent-ils les inégalités, les hiérarchies, voire les clivages politiques qui le structurent ?
À partir de quels critères en viennent-ils à se classer et à classer les autres ?
Et d’où peuvent-ils bien tenir tout cela ?
C’est à ces questions qu’entreprend de répondre l'enquête sociologique inédite, menée deux années durant dans deux écoles élémentaires. Si les mécanismes de la socialisation enfantine sont souvent postulés, peu de travaux les ont réellement explorés. Wilfried Lignier et Julie Pagis identifient un phénomène de recyclage symbolique des injonctions éducatives, notamment domestiques et scolaires, que les enfants transposent lorsqu’il leur faut se repérer dans des domaines peu familiers.
Ces mots d’ordre deviennent ainsi des mots de l’ordre, employés par les enfants pour distinguer les métiers prestigieux des activités repoussantes, les meilleurs amis des camarades infréquentables, ou encore leurs partis et leurs candidats préférés quand surgit une élection présidentielle. Chacun trouvera sa place, du côté du sale ou du propre, de la bêtise ou de l’intelligence, des « bons » ou des « méchants ». Si bien qu’à travers la genèse de ces perceptions enfantines, c’est celle de l’ordre social lui-même que l’ouvrage retrace.

Cyril Lignier (CSE)Julie PagisWilfried Lignier est chargé de recherche CNRS au Centre de Sociologie Européenne (CSE-CESSP- EHESS et CNRS).

Julie Pagis est chargée de recherche CNRS à l'IRIS (EHESS-INSERM- Université Paris 13-CNRS).

Public externe : inscription auprès de bernard.corminboeuf at sciencespo.fr.

Causes and Consequences of Inequalities in Europe

ECSR 2018 Conference
29-31 October 2018
  • ECSR 2018, Paris ECSR 2018, Paris

https://ecsr2018.sciencesconf.org/

Please visit the official website with Call for Papers, committees, abstracts (when available) and practical information

COIN Meeting

Comparative Organizational Inequality Network
Paris, Friday 19 January 2018
  • Image Dan Holm / ShutterstockImage Dan Holm / Shutterstock

Public presentations of COIN first results

Friday 19 January 2018, Salle du Conseil, 13 rue de l'Université, Paris 7e

  • 9:30-12:20 Comparative results

- Donald Tomaskovic-Devey (UMassAmherst and COIN), Producing Inequalities: An Examination of the Workplace Generation of Earnings Inequalities in thirteen High Income Countries
Discussant: Thomas Breda
- Olivier Godechot (MaxPo, OSC and COIN), The Great Separation. Job Polarization in six Countries
Discussant: Gregory Verduggo

- Trond K. Petersen (BerkeleyHaas and COIN), Within Job Gender Inequality in twelve Countries
Discussant: Marta Dominguez

  • 12:20 - 13:45 Lunch break - Buffet
  • 13:45-15:30. Country results

- Dustin Avent-Holt (Augusta University), David Card (Univ. of California, Berkeley), Martin Hallsten (Stockholm University), Occupational Hierarchies across Workplaces in Sweden
Discussant:

- Eunmi Mun (University of Illinois), Zoltán Lippényi (Univ. Utrecht), Jiwook Jung (University of Illinois), Workplace Volatility and Gender Wage Gap in the Netherlands and South Korea
Discussant: Carlo Barone

Because of limited space, please use the following form to register:
https://docs.google.com/forms/d/1Kg61Olo1V2qOqSajgt2vaLyQzVg66OubQyWGHBPz95E/edit

This event is supported by The French National Research Agency (ANR) through the Ineq_at_Work project.

Job offer

Post-doctoral research fellow in quantitative analysis
Inequality at work: the role of firms, neighborhoods and discrimination in the (re)production of inequality in France
  • Image : d'après Yuttana Contributor StudioImage : d'après Yuttana Contributor Studio

We offer a full-time position of post-doctoral research fellow, starting 1st March 2018 at Sciences Po, Observatoire Sociologique du Changement (fixed-term contract, 12 months). The position will be within an interdisciplinary team composed of sociologists and economists working on ANR (The French National Research Agency) project on workplace inequality. The candidate will contribute to the research program, working with the team on specific papers that will be submitted in international peer-reviewed journals. The papers will deal with several aspects of wage inequality in firms with specific attention to issues such as occupational, gender, citizenship and urban inequality. The selected candidate will be hosted at the Observatoire Sociologique du Changement.  The job position also offers the possibility to participate in international conferences.

Requirements
• PhD degree in economics, sociology, demography or political science (obtained recently or soon to be completed)
• Articles in peer-reviewed journals either published or in an advanced stage
• Prior experience with large-scale data is necessary. We are particularly seeking a researcher who can handle longitudinal data management and modelling. Advanced skills in SAS, Stata and/or R are highly recommended. The candidate should be able to collaborate with the team members elaborating and completing their prior statistical programs. Prior experience of data analysis through French CASD is welcome
• Excellent English in writing and communication. Knowledge of French is welcome

Please submit a motivation letter and a CV (in pdf format) before February 5 to mirna.safi@sciencespo.fr and olivier.godechot@sciencespo.fr.

Transferts d'argent intra-familiaux - Externalisation et recomposition de l'emploi

Ole Hexel - Antoine Rouillard-Pérain
vendredi 12 janvier 2018 de 11h30 à 13h30
  • Images Thomas Arrivé, Ljupco Smokovski et Matej Kastelic Images Thomas Arrivé, Ljupco Smokovski et Matej Kastelic

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 12 janvier 2018 de 11h30 à 13h30

2 présentations de travaux de thèse à l'OSC
Ole Hexel et Antoine Rouillard-Pérain

  • Transferts d'argent et genre de l'enfant - Une comparaison de 15 pays européens

Ole Hexel (thèse sous la direction de Louis Chauvel et Lincoln Quillian)

J'analyse les transferts d'argent de parents âgés de 55 ans et plus vers leurs enfants majeurs sur la base des données 2015 de l'enquête SHARE.
SHARE a l'avantage d'être harmonisée ex ante et d'inclure plusieurs pays d'Europe du Sud et de l'Est, permettant ainsi d'étudier l'existence d'un supposé régime "méditerranéen" de solidarité familiale et d'une possible spécificité des anciens pays communistes. Les corrélations entre transferts financier parentaux et situations familiales et économiques des enfants varient systématiquement selon le genre de l'enfant, suggérant la persistence d'un modèle normatif de male breadwinner, d'intensité néanmoins variable selon les pays.

  • Externalisation et recomposition socio-démographique des emplois

Antoine Rouillard-Pérain (thèse sous la direction de Alain Chenu)

Je travaille sur l'externalisation d'un certain nombre de fonctions par les entreprises sur les salariés concernés, en termes de recrutement, de conditions de travail et d'emplois. J'examine la manière dont cette externalisation a été institutionnalisée, juridiquement et économiquement. A partir de la compilation des enquêtes Emploi entre 1983 et 2014, j'étudie la manière dont l'externalisation recompose le travail dans trois secteurs (sécurité, nettoyage, restauration), en matière de travail, de recrutement, ou de trajectoires professionnelles.
Je présente lors du déminaire les premiers résultats, essentiellement descriptifs, relatifs aux recompositions socio-démographiques. Ils semblent montrer une volonté des employeurs de concentrer le recrutement sur des populations professionnellement peu mobiles pour lutter contre le turn over.

Inscription pour les personnes extérieures à Sciences Po / Register: bernard.corminboeuf(at)sciencespo.fr

Lector lectus est

Jean-Louis Fabiani
Séminaire scientifique de l'OSC, 22 décembre 2017
  • Jean-Louis Fabiani - Ouvrage sur Pierre Bourdieu au Seuil (2016)Jean-Louis Fabiani - Ouvrage sur Pierre Bourdieu au Seuil (2016)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 22 décembre 2017 de 10h30 à 12h

Lector lectus est

A l’incipit de mon livre qui interrogeait « Peut-on parler sereinement de Pierre Bourdieu ? »,  je 
réponds par la négative.  A partir d’une analyse de trois comptes rendus de deux de mes 
ouvrages récents, je tente d’éclairer la question de la réception de travaux basés sur la lecture
de  textes sociologiques, en revenant sur ces travaux et l’interprétation qui en a été faite. 
J’inscris mes remarques en contrepoint de la revendication de l’auto-analyse sociologique.
J’évoque l’usage que nous pouvons faire des grandes conceptualisations, celles qui restent au
fil du temps attachées à des noms propres.
Deux collègues Etats-Uniens, Besbris et Khan serviront de référence, en clamant : Less theory,
more description.

Jean-Louis Fabiani

 

Jean-Louis Fabiani
Professeur de sociologie à la Central European University
Fellow à l'Institute for Advanced Study de Princeton

 

Parmi les derniers ouvrages : Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Seuil, 2016 -
La sociologie comme elle s’écrit : de Bourdieu à Latour, Éditions de EHESS, 2015.

Inscription pour les personnes extérieures à Sciences Po / Register: bernard.corminboeuf(at)sciencespo.fr

Sciences Po recrute un Assistant Professor en sociologie

Inégalités, usages et effets du numérique
Inequalities, uses and consequences of digital technologies
  • A l'entrée du 98 rue de l'Université...A l'entrée du 98 rue de l'Université...

Sciences Po recrute un·e Assistant Professor en sociologie, titulaire d'un doctorat. Emploi de statut privé.

Le poste à pourvoir est destiné à renforcer l’expertise de l’OSC dans le domaine des inégalités sociales en enrichissant ses réflexions à partir de travaux centrés sur les (non-)usages du numérique et leurs effets sur le changement social. Ceux-ci constituent aujourd’hui un des mécanismes importants de reproduction mais aussi de transformation des inégalités sociales, qu’elles soient envisagées sous l’angle de l’âge, du genre, de l’origine sociale ou migratoire, du handicap. Les inégalités sociales marquent l’accès au numérique, mais aussi la capacité à décoder ses contenus et à en faire une analyse critique. En retour, cet inégal accès au numérique renforce les inégalités du fait du rôle décisif de l’information en ligne et des dispositifs numériques dans l’accès à une série de biens et de services-clés (orientation scolaire, recherche d’emploi, aide sociale, soins, etc.) Le rôle du numérique dans la médiation du rapport à l’action publique (accès à l’information gouvernementale, administration électronique, dispositifs participatifs numériques d’action publique) constitue également une dimension importante sur cette question. Il convient aussi de travailler sur l’inégale distribution des compétences permettant de s’approprier les technologies numériques, sur certains domaines de pratiques spécifiques.

La personne recrutée devra avoir une bonne connaissance des développements théoriques et méthodologiques récents de la sociologie, et une solide expérience en matière de travail empirique.
Elle développera son programme de recherche en l’intégrant dans les réseaux de recherche internationaux et en participant activement aux activités collectives du centre : séminaires, manifestations scientifiques, collaborations à des réseaux de recherche, réponses à des appels d’offres français, européens et internationaux.

La personne recrutée aura vocation à participer à la formation et l’encadrement des élèves du programme doctoral de sociologie (niveau master et doctorat) et du premier cycle de Sciences Po (Collège universitaire, à Paris et dans les campus en régions).

Date limite de candidature : 31 janvier 2018. Prise de poste : 1er septembre 2018.

Sciences Po is recruiting a Full-time Assistant Professor in Sociology (tenure track).

The position is designed to reinforce OSC’s expertise on social inequalities, and to broaden its research through a focus on (non) uses of digital technologies and their effect on social change. The uses of digital technology contribute to the reproduction and transformation of social inequalities understood from different angles: age, gender, disability, social background or country origin. Social inequalities influence digital access and the ability to understand digital contents but also to acquire a critical understanding of these issues. In turn, this unequal access to digital technologies increases social inequalities to access online content and digital services and goods (education choice, social support, job search, health care, …). Another important aspect is that digital technologies also play a role in accessing public services (i.e. governmental information, e-administration, public participation, …).

He/She will have a good knowledge of recent theoretical and methodological developments of sociology and a proven competence in empirical research.
He/She is expected to integrate her/his research into international networks, and to play an active role in the OSC’s collective activity: academic events, participation in research networks, answering French, European and international calls for research grants.

The successful candidate will teach in Sciences Po’s undergraduate programme (Collège universitaire, in Paris and in other campus), and will contribute to the training and supervision in the graduate programme in sociology (Master and PhD).

Applications before 31 January 2018. Start date: 1 September 2018

Présentation des nouvelles thèses

Séminaire scientifique de l'OSC, 15 décembre 2017
  • Les nouveaux doctorants de l'OSC 2017-2018Les nouveaux doctorants de l'OSC 2017-2018

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 15 décembre 2017 de 9h30 à 12h15

En 2017-2018, l'OSC accueille 5 nouveaux doctorants. Comme chaque année, une séance du Séminaire scientifique de l'OSC leur est consacrée pour présenter leur projet. Chacun exposera le questionnement, le terrain et l'appareillage méthodologique envisagé en une quinzaine de minutes. Puis les échanges avec la salle et les chercheurs séniors leur permettront de progresser dans la mise en route de leur doctorat. 

L'OSC accorde une grande importance à la qualité de l'accueil et de l'encadrement des doctorants. C'est l'un des 5 piliers de sa politique scientifique (avec le respect de l'autonomie des chercheurs, l'ancrage dans une sociologie empirique, l'ouverture et la rigueur théorique et méthodologique et l'insertion sur le plan international).

Déroulement de la séance :

  • Mathieu Ferry
    La stratification sociale des pratiques alimentaires en Inde
    Mathieu Ferry (OSC)Si la plupart des pays du monde ont connu ou connaissent une transition nutritionnelle, l'Inde présente une évolution des profils alimentaires singulière. Le modèle, qui lie développement économique et diversification du panier alimentaire, achoppe sur une population d'un milliard d'habitants dont la consommation de produits alimentaires d'origine animale demeure très basse, par rapport aux autres pays émergents : en moyenne les niveaux par tête y sont 6 fois moins élevés pour la viande et 4,5 fois moins pour les oeufs en 2009. Cette exception alimentaire pourrait nous amener à une interprétation culturaliste, mais je propose de mobiliser les outils théoriques et méthodologiques de la sociologie pour mettre en lumière les distinctions alimentaires dans l'espace social indien. La frontière symbolique du végétarisme est ainsi analysée par rapport aux frontières sociales de la caste et de la classe, l'approche méthodologique mixte mesurant sa perpétuation dans les pratiques et les représentations de l'ordre moral hindou.

  • Federico Danilo Filetti (OSC-LIEPP)
    Labour Market Outsiderness and Informal Care Regimes in Europe
    Federico Filetti (OSC)Changes in the labour market, in the social structure and welfare retrenchment all contributed to the rise of new social risks, exacerbating the difficulties of work-care reconciliation. At the same time, this political economy context contributed to foster an increasing dualism between labour market insiders and outsiders. The aim of my project is to better understand the evolution of both labour market insiders' and outsiders' informal caregiving patterns using the pre-crisis context as starting point (since 2006). The research is structured in some steps, using three major international surveys. It will study the effects of outsidemess on labour force participation and wage levels of informal carers in four welfare regimes (Social Democratic, Christian Democratic, Mediterranean and Liberal).

  • Gaëlle Larrieu
    Réceptions et appropriations du diagnostic médical de variation du développement sexuel
    Gaelle Larrieu (OSC)La thèse porte sur le diagnostic médical de variations du développement sexuel (ou intersexuation) et plus précisément sur les réceptions et réappropriations parentales de ce diagnostic. Les personnes intersexuées sont des personnes qui sont nées avec des caractères sexuels (génitaux, gonadiques et/ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps dits "masculins" ou "féminins". Il existe plus d'une quarantaine de variations différentes. En raison de l'évolution des méthodes de diagnostic prénatal, le diagnostic médical de variation du développement sexuel peut se faire, dans certains cas, pendant la grossesse, mais aussi à la naissance, pendant l'enfance, au moment de la puberté ou à l'âge adulte. Mon étude se centre sur les situations dans lesquelles le diagnostic a été fait pendant la grossesse ou l'enfance. La thèse a pour but de comprendre la réception parentale de ce diagnostic, c’est-à-dire à la fois la façon dont le monde médical cadre l’expérience parentale mais aussi les processus d’appropriation et de co-construction du diagnostic et du sens qui lui est donné."

  • Pauline Proboeuf
    Modes de parentalité et pratiques éducatives des familles à la recherche d'alternatives à la scolarisation 'conventionnelle'
    Pauline Proboeuf (OSC)Le sujet est centré sur la recherche d’un choix alternatif à l’école publique ‘traditionnelle’, souvent initiée par les mères de famille. Je me suis concentrée sur une population de parents pratiquant l’instruction en famille et qui se distingue de ceux faisant « l’école à la maison » (terme récusé) dans la mesure où ils pratiquent avec leurs enfants des « apprentissages informels » à rebours d’un apprentissage programmatique. Parmi eux, certains se disent unschoolers, c’est-à-dire qu’ils ne font que des apprentissages informels et non des apprentissages scolaires. Les enfants ne sont donc pas rattachés à un organisme d’enseignement à distance tel que le CNED.
    Ces familles ont beaucoup de points communs et on peut à ce titre là parler de leur choix comme d'une « carrière de pratiques » : elles sont passées par d’autres choix préalables relatifs à la parentalité et au rapport qu’elles entretiennent avec leurs enfants, comme l’allaitement, l’accouchement naturel, le portage ou le co-dodo. Je m’attache à comprendre leur(s) choix en apportant des éléments de contextualisation et en m’interrogeant également sur les conséquences de celui-ci en termes d’organisation matérielle et financière et de vie quotidienne.

  • Marion Valarcher
    Concevoir un projet d’orientation. Sociologie de l’injonction au projet dans l’orientation vers le supérieur
    Marion Valarcher (OSC)L'orientation scolaire n'échappe pas à l'injonction au projet qui s'est diffusée dans différents domaines relevant des politiques publiques : le mot « projet » apparaît 26 fois dans le Plan Etudiants 2017 sans qu’il ne soit pourtant défini. Les bacheliers sont ainsi enjoints à concevoir un « projet d'orientation » dont l’appréciation de la pertinence revient in fine aux acteurs institutionnels de l’orientation.
    Je propose d'interroger la pertinence du concept de projet dans la description du processus d'orientation post-bac. Il s’agit d’identifier les différentes réalités que recouvre le terme pour les lycéens, à la fois en matière de rapports à l’avenir, à l’espace et à l’enseignement supérieur. J’analyse les modalités de la diffusion de l'injonction au projet par les acteurs institutionnels de l'orientation scolaire ainsi que sa réception et son appropriation par les lycéens en fonction de leurs caractéristiques sociales. Je vais donc suivre pendant deux ans des élèves de première puis de terminale inscrits dans trois lycées d’Île-de-France afin de voir comment ils reçoivent cette injonction et dans quelle mesure ils se l’approprient.

Travail du dimanche : Laurent Lesnard explique sa démarche

Entretien à propos de l'ouvrage de Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard
Les batailles du dimanche, PUF
  • Laurent Lesnard (OSC)Laurent Lesnard (OSC)

Les batailles du dimanche, PUFLes batailles du dimanche :
L'extension du travail dominical et ses conséquences sociales
Jean-Yves Boulin (Irisso) et Laurent Lesnard (OSC)

PUF, collection Le Lien social, septembre 2017
267 p., ISBN 978-2-13-065179-6

Rencontre avec Laurent Lesnard, co-auteur de l'ouvrage, le 20 octobre 2017.

Pouvez-vous nous donner quelques éléments chiffrés pour mesurer l’importance du travail le dimanche ?
-    En moyenne, sur tous les salariés, 15% des dimanches sont travaillés en 2010 et le phénomène prend de l’ampleur car en 40 ans, leur nombre a doublé. Cela implique de plus de plus de professions, notamment dans le commerce. En Europe, près de 30% des salariés travaillent au moins un dimanche par mois en 2015 et plus de 10% trois dimanches.

D’où proviennent vos données ?
-    En fait, il n’est pas du tout évident de mesurer précisément le travail du dimanche ; pendant longtemps les données étaient absentes ou peu précises, les sources de qualité rares.
Les enquêtes emploi du temps de l’INSEE menées depuis 1974, environ tous les dix ans sont pour nous une source de données très riches de ce point de vue. Même si l’interprétation de certaines questions importées de l’enquête emploi n’est pas aisée, on dispose là d’informations objectives et subjectives précieuses.
Il faut aussi prendre en compte le travail intermittent, et celui qui peut aussi réalisé à son domicile.

Laurent Lesnard dans son bureau à l'OSCPourquoi travailler sur cette question ? Voulez-vous participer au débat public, prendre parti ?
-    Jean-Yves Boulin sociologue au CNRS, laboratoire IRISSO (Paris Dauphine), s’est depuis longtemps impliqué sur les questions de temps de travail et d’articulation entre les temps sociaux en France et en Europe. Il a participé à la diffusion de politiques temporelles à travers lesquelles les collectivités territoriales améliorent la qualité de vie en menant des  actions sur les horaires publics qui impliquent les habitants.  Plusieurs collectivités ont ainsi élargi l’accès à des infrastructures sportives et culturelles (bibliothèques par exemple), notamment le dimanche1.
-    De mon côté, travaillant depuis longtemps sur la question des emplois du temps2, j’ai été sensibilisé à cette question du travail du dimanche qui prenait plus de place dans les débats publics, avec les polémiques sur l’ouverture des grandes surfaces. De fait, au fil de notre enquête nous avons chacun évolué dans nos positions. Partant d’une étude sur l’ouverture des bibliothèques le dimanche - j’y étais plutôt opposé - j’ai aujourd’hui une opinion plus nuancée sur cette question. A l’inverse, Jean-Yves Boulin retient lui plus aujourd’hui les conséquences sociales néfastes de ces ouvertures dominicales, dans son analyse.

Comment se situe l’opinion publique sur cette question ?
-    Si l’on veut recueillir le point de vue des salariés concernés, peu d’enquêtes sont disponibles. Il y a un gap entre une opinion publique qui s’est petit à petit, au milieu des années 2000, montrée favorable à l’ouverture des commerces le dimanche, et les salariés concernés par ce travail qui y sont le plus souvent opposés3. Le problème est que dans le débat public beaucoup d’arguments idéologiques sont avancés, notamment pseudo-économiques, sur l’emploi, les compensations salariales (variables selon les accords d’entreprise), le volontariat (relatif souvent) ou un supposé « droit au travail », spectaculaire renversement idéologique après des siècles de revendication d’un « droit au repos dominical ». Si l’on prend les étudiants supposés être ravis aujourd’hui de l’aubaine de travailler en horaires décalés et le week-end, je ne peux que constater en tant qu’enseignant leurs difficultés à mener de front études et un emploi alimentaire.

Quel est aujourd’hui votre point de vue ?
-    Mon regard est désormais plus pragmatique. Après des siècles de contrôle, par la loi, du temps libre des classes populaires, et avant d’accepter de sombrer dans le consumérisme élevé au rang d’activité majeure de notre société, on peut se poser la question de l’utilité sociale des services ouverts le dimanche. On peut mettre ce supposé besoin en regard avec la demande sociale locale, les nouvelles habitudes de vie et les recompositions familiales.
« Y a-t-il un intérêt collectif et à quel coût, social et économique » est la bonne question à se poser.
Quel degré de satisfaction retire-t-on des activités quotidiennes ? Notre étude apporte des réponses : ce sont les loisirs et les repas qui arrivent en tête, pas le travail, les études ou encore faire ses courses au supermarché. Quelles sont les activités les plus appréciées au quotidien, à pratiquer seul ou en compagnie ? Les jeux et pratiques sportives sont plébiscités comme activités de groupe, la lecture en solitaire… il parait dès lors logique d’organiser des rencontres sportives le dimanche, d’ouvrir des bibliothèques, plutôt que des galeries marchandes, des commerces alimentaires toute la journée alors qu’ils le sont déjà le dimanche matin ou des banques qui ne sont pas reconnus comme source d’épanouissement par la population.
Notre étude de terrain dans une ville moyenne, à Brive, révèle certains aspects de la problématique : le gardien de musée, ouvert le dimanche, ne voit qu’un nombre restreint de visiteurs, qui pourraient reporter leur visite un samedi par exemple, et ne peut pratiquer son activité de loisir (ici la danse) qui n’a lieu que… le dimanche. Il ne voit pas l’utilité sociale du maintien de plusieurs personnes en activité le dimanche si des événements, des rencontres ne sont pas organisées (d’autant que la « compensation salariale » est dans ce cas de 72 centimes d’euro !).

Il y a pourtant un débat parfois assez virulent sur l’ouverture des commerces le dimanche
-    Oui, mais il s’est fait pendant longtemps sous la pression d’intérêts commerciaux qui ne sont au final viables que dans le cas rencontré dans le « dilemme du prisonnier ». Ce que beaucoup des tenants de l’ouverture des surfaces commerciales ne précisent pas dans leur argumentaire, c’est que l’intérêt financier pour eux n’est valide que s’ils prennent à leurs concurrents – fermés – des parts de marché et que le coût de l’ouverture est inférieur au bénéfice engrangé ce jour-là. Au final, si tous les commerces ouvrent le dimanche, il n’y a plus d’avantage concurrentiel et il y a de fortes chances pour que le coût supplémentaire d’ouverture soit supporté par les salariés (avec baisses de salaires ou de volume horaire) et les consommateurs (répercussion sur les prix des produits).

Votre étude sociologique comporte un important volet historique qui éclaire sur la permanence du sujet depuis des siècles…
-    Nous avons procédé à une relecture de beaucoup d’études faites par le passé dans plusieurs pays. L’éclairage historique est indispensable sur la question des rythmes de vie et d’un jour de rupture qui a préoccupé toutes les sociétés depuis l’époque mésopotamienne. Il était important de dénaturaliser ce phénomène. Émile Durkheim avait mis en évidence lors d’une analyse secondaire de sources ethnologiques consacrées aux aborigènes australiens un rythme de vie binaire4. Une période est dédiée aux activités collectives et une autre permet le retrait individuel. On perçoit encore aujourd’hui, depuis les babyloniens, les influences astrologiques et astronomiques qui ont servi à réguler le temps et les rythmes de vie. Les jours de la semaine en portent les traces : lundi – jour de la lune (Lunaes Dies), mardi jour de Mars, mercredi Mercure… le Sunday ou Sonntag anglo-saxon étant le jour du soleil, Saturday celui de Saturne…  

Une partie importante de votre travail porte sur les coûts sociaux qu’engendre la perte de cette rupture dominicale et le risque de perdre le bénéfice de ce que vous appelez la « synchronisation sociale »
-    Nous distinguons en effet plusieurs types de conséquences des dimanches chômés ou travaillés à l’intérieur comme à l’extérieur du domicile sur les relations inter-personnelles, intra-familiales, les moments de partage et de convivialité… Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, comme le genre, le type d’emploi ou la catégorie socio-professionnelle. Un professeur par exemple pourra beaucoup plus facilement consacrer 2 heures à une préparation d’un cours un dimanche soir, sans forcément négliger le reste de la journée les activités traditionnelles de repos, de rencontres et de loisirs. Une mère de famille sera mieux organisée qu’un père pour rattraper en semaine du temps consacré à son enfant. On peut remarquer que la capacité à gérer son temps est un marqueur d’inégalité sociale. Il y a ceux qui en ont la maîtrise et ceux qui sont forcés de travailler, parfois de manière précaire, mal rémunérée ; le jour de repos compensateur en semaine ne remplit alors pas la même fonction qu’un jour partagé par la majorité des français, comme le dimanche. Pour nous, c’est un jour de synchronisation sociale, de rencontres et d’échanges à plusieurs échelles : personnelle, avec son conjoint, ses enfants, ses amis, ses équipiers sportifs et plus largement avec l’ensemble de la société.

Ce sujet peut aussi être abordé sous l’angle de la domination sociale
-    Oui, il y a toujours eu un regard suspicieux porté par les classes sociales supérieures et partant le législateur sur la façon dont les classes populaires utilisent leur temps libre. Dans les pays protestants (et catholiques), la hantise était de ne pas laisser les classes laborieuses se répandre dans leurs bas instincts supposés comme la boisson le dimanche. Encore récemment, lors du débat des 35 heures, certains commentateurs se demandaient à quoi allait être occupé le temps libre5… Pour autant, nous ne sommes pas non plus entrés dans une société de loisirs que certains prospectivistes annonçaient.

Vous êtes sévère avec le précédent gouvernement socialiste…
Ce sont des faits inscrits dans l’histoire. Les années 2010 marquent un relâchement des règlementations sur les ouvertures de magasin le dimanche. Il y a eu beaucoup d’instabilité juridique à partir de la fin des années 2000, comprenant aussi la question des ouvertures nocturnes. C’est sous un gouvernement socialiste obéissant à une logique utilitariste et libérale qu’on a ouvert en grand la voie à la banalisation du travail dominical alors même qu’ils avaient été à l’origine de la loi de 1906 et qu’ils s’étaient farouchement opposés à la loi Maillé de 2009 aménageant quelques dérogations. Comprenne qui pourra !

----
(1) Voir Villes et politiques temporelles, La documentation française, 2008
(2) Par exemple l’influence des horaires décalés sur l’équilibre familial dans « La famille désarticulée », 2010
(3) Comme l’a montré la fondation Fondapol en 2008 
(4) « Les formes élémentaires de la vie religieuse » (1912, rééd. 2013)
(5) « Quant au 'temps libre', c’est le versant catastrophe sociale. Car autant il est apprécié pour aller dans le Luberon, autant, pour les couches les plus modestes, le temps libre, c’est l’alcoolisme, le développement de la violence, la délinquance, des faits malheureusement prouvés par des études ». Nicolas Baverez, 20 minutes, 5 mars 2006.

L’usage de l’entretien en sciences sociales

Plaidoyer pour l'entretien ethnographique
METSEM #9 Stéphane Beaud, 7 décembre 2017
  • Fonds CEVIPOF - Martine Barthélemy, Enquête Les parents d'élèves, 1987-1991Fonds CEVIPOF - Martine Barthélemy, Enquête Les parents d'élèves, 1987-1991

SEMINAIRE METHODOLOGIE
METSEM #9

Jeudi 7 décembre 2017 de 10h00 à 12h00

98, rue de l'Université, 75007 Paris, salle Annick Percheron

L’usage de l’entretien en science sociale, quelles évolutions 20 ans après ?

 

Stéphane BeaudIl y a plus de 20 ans, Stéphane Beaud écrivait L'usage de l'entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l'«entretien ethnographique» (Politix, 1996).
Il reviendra sur ce texte de référence repris en partie dans Le guide de l'enquête de terrain (avec Florence Weber) en 1997. La séance se poursuivra avec une analyse de l'évolution de la littérature sur l'entretien qui est parue depuis.

Stéphane Beaud est professeur de sociologie à l'Université de Poitiers, GRESCO.

L'inscription (gratuite) au séminaire doit être faite en suivant ce lien.

Elusive Bordering Devices and New Asylum Protection Categories

The Case of Queer Refugees in France and Britain
Calorego Giametta, Séminaire scientifique de l'OSC, 1er décembre 2017
  • Photo Giorgio Caracciolo / Shutterstock (refugees at Gay Pride 2015, Copenhagen)Photo Giorgio Caracciolo / Shutterstock (refugees at Gay Pride 2015, Copenhagen)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 1er décembre 2017 de 10h30 à 12h

Elusive Bordering Devices and New Asylum Protection Categories:
The Case of Queer Refugees in France and Britain

Calogero Giametta

Calogero Giametta
Research Fellow
LAMES and Kingston University London

In this presentation I will examine the protection mechanism of asylum through the prism of gender identity and sexual orientation; recently recognised protection categories in the asylum system.
I will aim to make sense of the discrepancy between the new acceptance of gender and sexuality as valid grounds upon which one can claim asylum and the current practices that define the filtering logic of the refugee granting process in France and the UK. The analytical considerations emerge from interviewing and conducting ethnography over a 3-year time period between London, Paris and Marseille with gender and sexual minority refugees.

Calogero Giametta is Visiting scholar at the CERI between October 2017 and April 2018
Inscription pour les extérieurs à Sciences Po / Register: sylvie.lesur(at)sciencespo.fr.

School teachers and the reproduction of educational inequalities: some empirical evidence

Gianluca Argentin
Séminaire scientifique de l'OSC, 24 novembre 2017, 10h30
  • Image Szasz-Fabian Ilka ErikaImage Szasz-Fabian Ilka Erika

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 24 novembre 2017 de 10h30 à 12h

School teachers and the reproduction of educational inequalities:
some empirical evidence

Gianluca Argentin
Gianluca Argentin

Assistant Professor
Catholic University of the Sacred Heart, Milano
Department of Sociology


Several sociological analyses are focussed on the reproduction of social inequalities in education and a relevant amount of empirical studies paid attention to the key role played by family choices within the educational systems. On the other side, in the last decades, not so many quantitative studies investigated the role played by teachers in the reproduction of social inequalities. The seminar presents three studies regarding the Italian case, where teachers contribute to reinforce the advantages in education for children from higher social backgrounds. The key idea of the seminar is that sociological research need to come back to the investigation of teachers’ behaviours in order to better understand and effectively contrast social inequalities.

Gianluca Argentin is currently Visiting Professor in the LIEPP.
Inscription pour les extérieurs à Sciences Po / Register: marie.ferrazzini(at)sciencespo.fr.

 

Does Family Policy Influence Women’s Employment?

Emanuele Ferragina
Political Studies Review
  • Emanuele Ferragina, Political Studies Reviews, 2017Emanuele Ferragina, Political Studies Reviews, 2017

Does Family Policy Influence Women’s Employment?:

Reviewing the Evidence in the Field

Political Studies Reviews

First Published November 10, 2017

Read the Full article on SAGE Journals website


Emanuele Ferragina (OSC - LIEPP)During the past two decades, the debate over the relation between family policy and women’s employment in high-income countries has grown in prominence. Nevertheless, the evidence proposed in different disciplines – sociology, politics, economics and demography – remains scattered and fragmented.

This article addresses this gap, discussing whether family policy regimes are converging and how different policies influence women’s employment outcomes in high-income countries.

The main findings can be summarized as follows: family policy regimes (‘Primary Caregiver Strategy’, ‘Choice Strategy’, ‘Primary Earner Strategy’, ‘Earning Carer Strategy’, ‘Mediterranean Model’) continues to shape women’s employment outcomes despite some process of convergence towards the Earning Carer Strategy; the shortage of childcare and the absence of maternal leave curtail women’s employment; long parental leave seems to put a brake to women’s employment; unconditional child benefits and joint couple’s taxation negatively influence women’s employment but support horizontal redistribution; policies and collective attitudes interact, influencing women’s behaviour in the labour market; and the effect of policies is moderated/magnified by individual socioeconomic characteristics, that is, skills, class, education, income, ethnicity and marital status.

The article concludes by suggesting avenues for future research.

Citation de l'auteurThe existence of five regimes still contributes to determine women’s employment outcomes. Hence, whether all family policy models would progressively converge towards the Earning Carer Strategy remains an open question. As for the empirical test of Becker’s original hypotheses, it appears that the shortage of childcare and the absence of maternal leave curtail maternal employment. In addition, long parental leaves seem to put a brake on women’s employment, and unconditional child benefits and joint couple’s taxation negatively influence women’s employment, but support horizontal redistribution and fertility. Finally, women’s behaviour in the labour market is conditioned by the interaction between policy and cultural variables.

This work was supported by the LIEPP.

Chercheurs : concours CNRS 2018

Soutien de l'OSC
  • Le siège du CNRS à Paris - Image Nicole Tiget / CNRS PhotothèqueLe siège du CNRS à Paris - Image Nicole Tiget / CNRS Photothèque

Dans le cadre de la campagne de recrutements CNRS 2018, l’OSC souhaite soutenir la candidature de jeunes chercheur·e·s en section 36 et 40.

Les travaux menés à l’OSC sont ancrés dans une sociologie empirique. Ils sont centrés sur l’étude des inégalités et des structures et pratiques sociales qui s’y rattachent.
Ils reposent sur une sociologie d’enquête mêlant méthodes quantitatives et qualitatives, approches micro et macro-sociologiques à différentes échelles.

L’analyse du changement social développée à l’OSC est intimement liée aux questions de stratification sociale et d’inégalités : définition et évolution des différentes positions sociales, hiérarchies, inégalités et rapports sociaux qui s’y rattachent.
Sont prises en compte les dimensions classiques de l’analyse des inégalités - position et origine sociales, niveau d’éducation - mais aussi celles liées au genre, à l’âge, aux caractéristiques ethno-raciales, au lieu de résidence ou au handicap. Cette analyse des inégalités se combine à celle des discriminations.

Une attention particulière est accordée aux contextes politico-institutionnels. Cela nous conduit à nous intéresser aux régimes d’État-providence, aux politiques publiques, et à mobiliser la comparaison internationale.
Notre intérêt pour les politiques publiques nous porte à privilégier l’analyse de leurs effets sur les populations concernées, en termes d’inégalités et/ou de discriminations ; mais aussi à la façon dont ces populations perçoivent l’action publique et parfois la redéfinissent.

La comparaison internationale permet de ne pas isoler l’analyse comparée de la stratification sociale et des inégalités, des configurations politico-institutionnelles.

L’activité scientifique est structurée autour de 5 axes principaux :

  • Villes et dynamiques urbaines
  • Cultures et modes de vie 
  • Politiques et dynamiques éducatives 
  • Mobilités et migrations 
  • Marché du travail et dynamiques familiales

Rattaché·e·s à Sciences Po, les chercheur·e·s sont fortement impliqué·e·s dans l’enseignement de la sociologie et encadrent des mémoires de master et des thèses de doctorat.
L’OSC assure une intégration dans des réseaux internationaux tant sur le plan de la recherche que sur celui de la formation doctorale.

Toute l’équipe de l’OSC est disposée à accompagner les projets qui s’inscrivent dans ce programme, tout en étant ouverte à de nouveaux objets et thèmes de recherche. Nous restons très attentifs aux méthodes, en particulier aux « mixed-methods ».

Nous nous engageons à recevoir les candidat·e·s potentiel·le·s et à les préparer dans les meilleures conditions possibles au concours de recrutement (finalisation du projet, auditions blanches).

Les candidat.e.s sont invité.e.s à prendre contact avant le 15 décembre avec le directeur de l’OSC, Marco Oberti (marco.oberti(at)sciencespo.fr),  ou avec la secrétaire générale Marie Ferrazzini (marie.ferrazzini(at)sciencespo.fr), en leur communiquant un CV ainsi qu’un projet ou un avant-projet de recherche.

Dropout patterns in higher education: social origin differences in the impact of early academic failure

Estelle Herbaut
Séminaire scientifique de l'OSC, 20 octobre 2017
  • Image Guillaume Serpe / Sciences Po - Salle de cours 711AImage Guillaume Serpe / Sciences Po - Salle de cours 711A

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 20 octobre 2017 de 10h30 à 12h

Dropout patterns in higher education:
social origin differences in the impact of early academic failure

Estelle Herbaut (IUE Florence)
Estelle Herbaut
PhD Candidate
Department of Political and Social Sciences
European University Institute, Florence, Italy

A large and growing body of literature has studied the predictors of success or failure in higher education and results have consistently shown that social background is a key determinant of higher education attainment in many countries. However, less is known on the mechanisms of social stratification in the last stage of the education system. This study  builds on the theoretical framework of the compensatory advantage mechanism to investigate the consequences of early academic failure on dropout patterns, depending of students’ social background. I apply a discrete-time method for competing risks event history analysis to estimate the occurrence of dropout from higher education over time. Results show that early academic failure is quite common, but that its consequences on dropout behaviours varies greatly depending of social origin, even when controlling for academic preparation.

Inscription pour les extérieurs à Sciences Po / Register: marie.ferrazzini(at)sciencespo.fr.


La tyrannie du genre

Marie Duru-Bellat
Presses de Sciences Po
  • Image : Mikagoto, Gender studies (CC BY-NC 2.0)Image : Mikagoto, Gender studies (CC BY-NC 2.0)

Presses de Sciences Po, 2017La tyrannie du genre

Marie Duru-Bellat

Presses de Sciences Po, octobre 2017, 308 p., EAN 9782724621402

Marie Duru-Bellat

Un déguisement de princesse et un aspirateur pour les filles, un château fort et une voiture radiocommandée pour les garçons… On pourrait penser qu'un choix de jouets aussi stéréotypé appartiendrait au passé. Il n’en est rien. Une sexualisation de plus en plus marquée s’observe dans l’éducation comme dans tous les domaines de la vie sociale.

Ces traitements différenciés ne sont pas systématiquement perçus comme des inégalités. Ils sont justifiés par des croyances en des distinctions essentielles, d’ordre « naturel », entre femmes et hommes. Cet ensemble de discours psychologisants, de normes et de symboles en découle a des conséquences multiformes sur les rôles assignés à chacun et chacune.

Alors que la notion de genre a été promue par les sociologues pour révéler les rapports de domination, l’invoquer à tout propos, qu’il s’agisse de féminiser la langue ou de prôner la parité, instille l’idée que femmes et hommes sont toujours, partout et avant tout, non des personnes uniques mais des prototypes de leur groupe de sexe.

N'est-il pas temps de laisser s’exprimer la multiplicité et la richesse des différences individuelles, de rejeter les assignations identitaires et les définitions brevetées qui enjoignent d’être strictement l’une ou bien l’autre ?

Cet ouvrage est un plaidoyer pour détricoter les stéréotypes de genre et s'en émanciper.

Le plafond de verre et l'État

Construction des inégalités de genre dans la fonction publique
C. Marry, L. Bereni, A. Jacquemart, S. Pochic, A. Revillard
  • Image USB, "Business Men" (CC BY-SA 2.0) via FlickrImage USB, "Business Men" (CC BY-SA 2.0) via Flickr


Armand Colin, 2017

Le plafond de verre et l'État
La construction des inégalités de genre dans la fonction publique

Catherine Marry (Directrice de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs)
Laure Bereni
(Chargée de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs)
Alban Jacquemart (Maître de conférence, IRISSO, Paris-Dauphine)
Sophie Pochic (Chargée de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs)
Anne Revillard (Professeure associée, Sciences Po, OSC-LIEPP)

Paris, Armand Colin, octobre 2017 - 228 p. - EAN 9782200617387

 L'écart entre la place des femmes à la base et au sommet des hiérarchies des grades et des corps de la haute fonction publique est encore aujourd'hui frappant. Majoritaires dans l’ensemble des personnels de la fonction publique d’État (55 % en 2014), et parmi les cadres A (61 %), elles butent sur les dernières marches de l’échelle des carrières, celles qui conduisent aux positions de cadres supérieurs et dirigeants. Elles ne constituent que 38 % de la catégorie A+, qui regroupe les corps de fonctionnaires les mieux rémunérés. Elles ne représentent que 31 % des « emplois de direction » et 22 % des « emplois à décision du Gouvernement » (ambassadeurs, préfets, directeurs généraux d’administrations centrales). Elles sont également minoritaires dans les entourages politiques les plus convoités, malgré l’affirmation publique de la norme de parité : en 2012, alors que la moitié des portefeuilles ministériels étaient attribués à des femmes, celles-ci ne constituaient qu’un quart des équipes de l’Élysée et de Matignon, et moins d’un cinquième des directeurs et directrices des cabinets ministériels.

Dans le sillage des lois sur la parité des années 2000, la rareté des femmes aux sommets des organisations professionnelles est devenue un problème public, objet de lois et de dispositifs de plus en plus contraignants (quotas).
Ce livre, issu d’une enquête approfondie dans quatre directions ministérielles, offre des pistes d’interprétation originales. Au-delà des discours récurrents sur l’« autocensure » et les « choix » des femmes, les récits de vie des cadres supérieur.es et dirigeant.es dévoilent la fabrique quotidienne de l’avantage masculin au coeur même des organisations. Les horaires extensifs et rigides, la faible légitimité du droit au congé maternité, l’opacité des critères de promotion ou encore le sexisme de l’environnement professionnel, sont autant de sources d’inégalités.
Le plafond de verre n’est toutefois ni homogène, ni immuable. Les ministères et directions sont diversement féminisés et conciliants. Les destins professionnels des femmes et des hommes varient selon leurs titres scolaires, leur origine sociale, leur histoire conjugale et familiale. Les politiques d’égalité professionnelle ont des effets limités, mais sont aussi le support de la dénonciation des inégalités et de la valorisation de nouvelles identités dirigeantes, pour les femmes comme pour les hommes.

Ce livre est, en partie, le produit d'un nouveau contexte de mise en visibilité et de critique des inégalités sexuées dans la bureaucratie d’État. C’est à la demande de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP), coordinatrice de la mise en œuvre des politiques d’égalité dans cette sphère, que nous avons engagé cette recherche (...) en braquant le regard, plus spécifiquement, sur ses plus hauts étages. Nous nous inscrivons dans le sillage de travaux précédemment menés, en France ou dans d’autres contextes nationaux, sur la manière dont le genre travaille les organisations, privées comme publiques, et sur la manière dont celles-ci, en retour, façonnent le genre.

L'ouvrage s'appuie sur une enquête inédite, qui repose principalement sur une série d’entretiens biographiques menés auprès de cadres supérieur.es ou dirigeant.es, en administration centrale ou dans les services déconcentrés. Au total, 95 entretiens ont été conduits en 2011-2012 auprès de deux tiers de femmes et un tiers d’hommes appartenant à quatre directions générales, issues de deux périmètres ministériels – « Bercy » et les « ministères sociaux ». Les profils des personnes enquêtées se caractérisent par une grande variété de positions hiérarchiques, d’âges, de niveaux de diplôme, d’origines sociales ou de configuration familiale.

Graphique 3 - Part des femmes au concours ENA externe et Plytechnique parmi les grands corps (2012)

Graphique 3. Part des femmes (en %) admises aux concours de l’ENA externe et de Polytechnique et parmi les principaux grands corps (2012)

De l'intelligence artificielle à la personne électronique

Jean-Pierre Malle (M8)
Séminaire METSEM, 12 octobre 2017
  • Photo Anime Nut, Total recall Police (CC BY-NC-ND 2.0)Photo Anime Nut, Total recall Police (CC BY-NC-ND 2.0)

METSEM #07
Séminaire de méthodologie

De l'I.A. à la personne électronique

Jean-Pierre Malle (M8, data-Intelligence & IA)

Jeudi 12 octobre 2017 - 10h à 12h
Sciences Po, Salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université 75007 Paris

Inscription obligatoire en cliquant sur ce lien

L’intelligence artificielle peuple petit à petit tout notre quotidien. Elle se nourrit déjà depuis longtemps des traces numériques que nous laissons derrière nous et qu’elle analyse pour nous assister et nous conseiller.
Au fil des années son champ d’investigation s’élargit et ses performances grandissent. Aujourd’hui ses ambitions sont de nous comprendre et nous ressembler.
La commission européenne travaille sur le concept de «personne électronique» qui viendrait s’ajouter aux personnes physiques et aux personnes morales en termes de droits et devoirs. Demain, ces personnes électroniques vont conduire nos véhicules, nous aider à prendre des décisions. Elles auront des responsabilités, il faudra les assurer comme on assure un animal.
La phase de transition dans laquelle nous nous trouvons voit éclore de nombreuses solutions techniques et technologies innovantes. Cette conférence permet de prendre des repères pour évaluer leur pertinence et leur pérennité.

Passer d’une logique «décisionnelle» à une logique «d’intelligence artificielle» a nécessité de changer notre façon de traiter l’information. Passer d’une logique «d’intelligence artificielle» à une logique de «personne électronique» nécessite de changer notre façon de nous représenter le monde. En effet, chaque individu dispose de son propre référentiel cognitif, culturel, comportemental. Nous comprendre, converser avec nous, nous orienter nécessite de modéliser ce référentiel pour chacun d’entre nous. Ainsi se termine la notion de modèle universel applicable à tous, de modèles catégoriels applicables à des segments ou des groupes au profit de modèles individuels, nous faisant de fait entrer dans une ère de technologies constructivistes, telle que l’analyse situationnelle.
Nous nous attarderons sur les principes sur lesquels reposent les solutions actuelles sur le chemin qui nous mène de l’intelligence artificielle à la personne électronique.
Nous chercherons à comprendre comment un algorithme peut interpréter nos attitudes, anticiper
nos comportements, comprendre nos raisonnements et nos biais, savoir ce qui peuple notre champ de conscience, découvrir nos interrogations, nos frustrations, nos émotions. Bref, mieux nous connaître que nous ne nous connaissons nous-même. Nous passerons en revue quelques applications en pointe dans ce domaine.


Les batailles du dimanche

J-Y Boulin et Laurent Lesnard
PUF - Le Lien social
  • Photo Shlmown, Inside the marché provençal (CC BY-SA 2.0)Photo Shlmown, Inside the marché provençal (CC BY-SA 2.0)

Couverture - Les batailles du dimanche (PUF)Les batailles du dimanche :
L'extension du travail dominical et ses conséquences sociales
Jean-Yves Boulin (Irisso) et Laurent Lesnard (OSC)

PUF, collection Le Lien social, septembre 2017
267 p., ISBN 978-2-13-065179-6

L'ouvrage retrace l'histoire d'un jour de congé "pas comme les autres" qui rythme depuis la haute Antiquité égyptienne le calendrier. En 321 l'empereur Constantin consacre un jour de fête pour vénérer le soleil dans la semaine astrologique de 7 jours fraichement adoptée. Dès la fin du IVème siècle mais surtout vers l'an 800, la religion chrétienne impose le dimanche comme un jour de repos dédié au Seigneur alors que 175 jours par an sont consacrés à des fêtes païennes. Dès-lors et jusqu'à nos jours, les autorités, répondent à des pressions politiques, religieuses ou portées par des groupements ouvriers, associatifs et patronaux. Elles ne cessent d'édicter des règlements, parfois contradictoires ou innaplicables pour tenter de réguler les activités dominicales. Une préoccupation morale servira longtemps de fil conducteur : comment éloigner et contrôler les masses paysannes ou ouvrières qui risqueraient de sombrer dans l'alcool et les plaisirs ?

Les auteurs posent à travers le travail dominical une question "sociologique" qui fait encore aujourd'hui débat : on y distingue des différences notables entre les pays, les religions, les périodes historiques, les classes sociales et les activités (ouvrières, commerçantes)... avec des impacts directs sur la sociabilité ou la représentation du travail. Les activités dominicales sont porteuses de symboles (religiosité, légitimité du loisir, statut de la consommation, épanouissement familial). Le débat public s'en trouve très fourni, avec un vaste champ argumentatif, certains tenants d'une interdiction de travailler pouvant très bien changer de camp quelques années plus tard.

Les réglementations ont évolué sans cesse, en phase avec les changements économiques (révolution indutrielle, numérique), les luttes sociales (loi de 1906 et suiv.) ou de nouvelles aspirations, oscillant entre liberté individuelle et contrainte sociale. Nombreux ont été les exemptions et aménagements qu'il a fallu consentir.

Les auteurs utilisent les données de plusieurs enquêtes de l'INSEE sur le travail et les emplois du temps. Ils ont également mené un travail de terrain dans une ville moyenne. 

Ils insistent sur la dimension sociale de ce jour particulier car partagé, permettant de se "resynchroniser" avec les autres. Une sociabilité qui changerait de nature si les rencontres ne pouvaient plus se faire sur un jour commun.

Les auteurs ne manquent pas de souligner qu'à ce jour, les conséquences réelles d'un dimanche travaillé ne sont pas connues ni modélisées, au délà d'opinions par ailleurs très partagées sur le sujet. Toutefois, des données longitudinales disponibles aux USA et aux Pays-Bas montrent des risques de conflits familiaux plus importants avec des horaires de travail atypiques. Le travail du dimanche, capteur de temps libre pour le transformer en temps productif, est aussi porteur d'inégalités : entre ceux qui sont obligés de gagner leur vie par ce biais et ceux qui peuvent gérer leur emploi du temps... 

First and second generation immigrant at the German labor market: A relational inequality approach

Silvia Maja Melzer (Université de Bielefeld)
Séminaire scientifique de l'OSC, 6 octobre 2017
  • D-ABYM, Speyer, 2017 Photo Gilbert Sopakuwa. (CC BY-NC-ND 2.0)D-ABYM, Speyer, 2017 Photo Gilbert Sopakuwa. (CC BY-NC-ND 2.0)

Séminaire scientifique de l'OSC 2017-2018

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 6 octobre 2017 de 10h30 à 12h

First and second generation immigrants at the German labor market:
A relational inequality approach

Silvia Melzer, Universität Bielefel, lecturer in Social Structure.

We conceptualize immigrant incorporation as a categorically driven process, contrasting the bright distinctions between first generation immigrants and natives, with more blurry second generation contrasts. Analyzing linked employer-employee data for a large sample of employees in 100 German large organizations, we explore generational, labor market and workplace contexts that expand or mitigate native-immigrant inequalities.

We find a substantial average first generation immigrant-native wage gap, which is not explained by individual human capital differences or most aspects of organizational context. In contrast, there is on average no second generation wage gap, but substantial variation across workplaces. Second generation immigrants do better in workplaces where they have intersectional advantages over natives and in upper-tier jobs. In uncredentialed jobs second generation immigrants look like first generation immigrants, especially when they are employed in high class inequality or low collective bargaining workplaces.

This talk is based on joint work with Donald Tomaskovic-Devey (UMass Amherst), Reinhard Schunck (Gesis) and Peter Jacobebbinghaus (Bielefeld).

Inscription pour les extérieurs à Sciences Po / Register: marie.ferrazzini(at)sciencespo.fr.

Nouveaux doctorants 2017

Cinq jeunes chercheurs rejoignent l'OSC
  • Les nouveaux doctorants de l'OSC : Gaëlle, Pauline, Federico, Marion, MathieuLes nouveaux doctorants de l'OSC : Gaëlle, Pauline, Federico, Marion, Mathieu

En cette rentrée 2017, l'OSC a le plaisir d'accueillir dans ses rangs cinq nouveaux doctorants issus de différents cursus et établissements. Ils s'intéressent à des problématiques et des terrain très variés.

  • Mathieu Ferry
    La stratification sociale des pratiques alimentaires en Inde

    Sous la direction de Philippe Coulangeon et de Christophe Jaffrelot (CERI).
    Mathieu est doctorant contractuel avec monitorat ENS Saclay à l'OSC et au LSQ (CREST). Il travaille depuis plusieurs années sur les inégalités et la stratification sociale en Inde.
  • Federico Danilo Filetti
    Labour Market Outsiderness and Informal Care Regimes in Europe

    Sous la direction de Emanuele Ferragina.
    Sicilien d'origine, Federico est diplômé de l'Università 'Luigi Bocconi' de Milan.
    Il a obtenu un financement LIEPP PhD doctoral fellowship pour la période 2017-2020.
    Il s'est engagé dans plusieurs projets collectifs de développement économique et social.

  • Gaëlle Larrieu
    La thèse, sous la direction de Anne Revillard et de Marta Dominguez Folgueras fait actuellement l'objet de derniers ajustements pour définir les terrains d'enquête et les conditions de faisabilité méthodologique.
    Elle a conduit un mémoire de Master 2 à Sciences Po sur l'expérience parentale de la grossesse.
    Financement : bourse doctorale Sciences Po.

  • Pauline Proboeuf
    Les pratiques éducatives et les modes de parentalité des familles "unschoolers"
    Sous la direction de Agnès van Zanten et de Marta Dominguez Folgueras
    Pauline a suivi une formation en sociologie à Lille et à Sciences Po Paris (Master sur les choix d'orientation post-bac). Elle a aussi participé à des actions de terrain dans le domaine de l'écologie en Poitou-Charentes et des conditions de vie des migrants à Càdiz (Espagne).
  • Marion Valarcher
    Concevoir un projet d’orientation. Sociologie de l’injonction au projet dans l’orientation vers le supérieur
    Sous la direction de Agnès van Zanten
    Marion a suivi le Master sociologie d'enquête de l'Université Paris Descartes.
    Elle a obtenu une bourse doctorale Sciences Po.

Keeping a Nontraditional Division of Domestic Work After First Parenthood

Marta Dominguez Folgueras
Journal of Family Issues
  • Hitty Elve, For toy sunday theme: cleaning (CC BY-NC-ND)Hitty Elve, For toy sunday theme: cleaning (CC BY-NC-ND)

Against the Odds?
Keeping a Nontraditional Division of Domestic Work After First Parenthood in Spain

Marta Dominguez Folgueras

Journal of Family Issues, First Published September 9, 2017

Marta Dominguez Folgueras (OSC)This article analyzes changes in the division of routine domestic work after first parenthood. We wanted to know whether and how it was possible for couples to resist the trend toward traditionalization that has been shown in the literature. To do so, we analyze semistructured interviews with 27 Spanish couples who were expecting their first child in 2011 and interviewed them again in 2013. The couples were selected from a bigger sample because of their nontraditional practices preparenthood. Our results show that 17 of them were able to maintain a nontraditional division of domestic work, whereas 10 traditionalized. In our analysis, relative resources and time availability did not sufficiently explain the changes in the division of work, but specific characteristics of the division of work before childbirth—men’s active participation, the routinization of tasks, and flexible standards—emerged as key factors to resist the trend toward more traditional arrangements.

This article draws on a research project that interviewed 68 dual-income couples in four Spanish towns. Couples were interviewed while expecting their first child—first Wave of interviews—and 18 to 24 months after birth—second Wave. Most couples (53) were contacted through childbirth preparation courses, which most women attend free of charge. (...) Some couples (13) were contacted through social networks, and two were snowballed by participating couples.

Couples were selected according to a nonprobabilistic but stratified purposive sampling.

Results: None of the traditional couples in the original study became nontraditional after childbirth, but for the 27 nontraditional couples, we observed two different evolutions concerning the division of domestic work: 17 Couples managed to resist traditionalization, whereas 10 couples traditionalized. We will examine the factors that influenced these different transitions...

Donwload the PDF document.

Promoting Diversity in French Workplace

Targeting and Signaling Ethnoracial Origin in a Colorblind Context
Mirna Safi
  • Photo Franz12 (via Shutterstock) The concept of social and racial conflict. Photo Franz12 (via Shutterstock) The concept of social and racial conflict.

Promoting Diversity in French Workplaces:
Targeting and Signaling Ethnoracial Origin in a Colorblind Context

Mirna Safi

Socius: Sociological Research for a Dynamic World, First published September 11, 2017

Mirna Safi (OSC)Mirna Safi analyzes the implementation of diversity policies in France within a traditionally colorblind institutional and cultural context. Using a mixed-method research design, the author focuses on a specific diversity program, gathering qualitative and quantitative data on persons involved in its implementation as well as on its recipients. The author also collects qualitative materials covering institutional actors (governmental services and state agencies) and field actors (associations and economic organizations). The analyses aim to investigate two main questions:

  • What are the population categories targeted by diversity programs, and how are they referred to in the colorblind political and legal context of France?
  • How do the program’s recipients signal categories that make them eligible, and how do they interpret their disadvantage in the job market?

The findings highlight the limits of diversity policies in the French colorblind context as they fail to empower both their makers and their recipients.

This study builds on a mixed-methods design involving field research and qualitative interviews on one hand and the collection and exploitation of quantitative data on the other hand.

Download the PDF document (Creative Commons License)

Ethnicité et cultures juvéniles dans les quartiers populaires

Agathe Voisin
Soutenance de thèse, 29 septembre 2017
  • Photo Yann Gar, Match de basket (CC BY-SA 2.0)Photo Yann Gar, Match de basket (CC BY-SA 2.0)

Ethnicité et cultures juvéniles dans les quartiers populaires, une comparaison France-Angleterre

Agathe Voisin (OSC)

Agathe Voisin (OSC)Soutenance de thèse, vendredi 29 septembre 2017 à 14h en salle de réunion de l'École doctorale de Sciences Po Paris, 199 boulevard St-Germain, Paris 7e.

Membres du jury : Tim Butler (King's College London), Philippe Coulangeon (OSC), Camille Hamidi (UMR Triangle, Lyon), Michel Kokoreff (Cresppa - GTM, Université Paris 8), Marco Oberti (Directeur de recherche, OSC), Patrick Simon (INED).

Cette thèse analyse la saillance de l'ethnicité dans les cultures juvéniles à Bondy en Seine-Saint-Denis et à Newham dans le Grand Londres. Reposant sur une enquête ethnographique menée de 2007 à 2012 par entretiens individuels, collectifs et observations auprès d'adolescents et de jeunes adultes, elle montre comment cadres locaux et modèles nationaux se combinent pour favoriser une saillance ethnique sociale, locale et éclatée à Newham, politique et collective à Bondy.
 
A Bondy, l'ethnicité est expérimentée et représentée comme redoublant les diverses dimensions des inégalités sociales ; elle rassemble les enquêté.e.s dans un "nous" proche et multidimensionnel opposé à un "eux" distant. L'expérience des discriminations ethniques y est une expérience centrale qui structure le rapport des enquêté.e.s aux institutions locales et à la société française. A Newham, l'ethnicité organise la séparation de différentes socialisations et sociabilités dans l'espace local. Perçue comme découplée des autres dimensions des inégalités sociales, l'ethnicité reste peu politisée et peu conflictuelle dans le rapport aux institutions locales. L'expérience de classe prédomine, alors, dans les rapports conflictuels des enquêté.e.s à la société britannique.

This thesis analyses ethnic salience in youth cultures in the city of Bondy in Seine-Saint-Denis and the London Borough of Newham, in East London. Based on an ethnographic research study carried out between 2007 and 2012, through individual interviews, focus groups and observations among teenagers and young adults, it shows how both the specifics of national models and of local contexts produce a social, local and fragmented ethnic salience in Newham, and a political and collective one in Bondy.

In Bondy, ethnicity overlaps other dimensions of social inequality. The common experience of belonging to a minority results in young people identifying with a close and multidimensional "us" as opposed to a distant "them". The central experience of ethnic discriminations tends to saturate young people's relationship to institutions and the way they relate to French society. In Newham, Black, White and Asian young people socialise in their respective groups and meeting places. However, they perceive ethnic divisions as separate to other dimensions of social inequality. Ethnicity is not often politicised or the subject of conflict with local authorities, as it is considered just a part of a larger experience of social injustice. Instead, social class issues are at the core of conflicts between the people interviewed and the wider British society.

Accès aux personnes internes à Sciences Po et sur invitation.

Prix de Recherche 2017 de la Fondation Caritas

Margot Delon
Trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit
  • Margot DelonMargot Delon

Margot Delon se verra remettre le Prix de la Recherche 2017 décerné par la Fondation de Recherche Caritas - Institut de France le jeudi 21 septembre 2017 à l'Institut de France.

Créée par le Secours catholique, la fondation a pour objectif d'agir sur les causes et les conséquences de la pauvreté et de l'exclusion, en aidant des projets de recherche permettant de mieux comprendre ces phénomènes. Ce prix, d'un montant de 10 000 euros récompense une recherche innovante.

Docteure en sociologie à l'OSC, Margot Delon a soutenu sa thèse, dirigée par Marco Oberti, le 24 mars 2017.

Les incidences biographiques de la ségrégation. Trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit de l'après-guerre en France

La thèse retrace les trajectoires des enfants des bidonvilles et des cités de transit de l'après-guerre à Nanterre et Champigny-sur-Marne. Ségrégés et stigmatisés, ces jeunes d'origine algérienne, marocaine ou portugaise ont par la suite connu des destins divers, de l'ascension sociale à la reproduction des inégalités et de l'isolement.

En sociologue de terrain, Margot Delon a combiné de nombreuses sources : bases statistiques, entretiens qualitatifs, dépouillement de fonds d'archives ou analyse textuelle des blogs et sites Internet qui permettent encore aujourd'hui d'entretenir la mémoire (les dernières cités ont été détruites dans les années 80).

Articles récents :

Génération Low_Cost

Itinéraires de jeunes migrants intra-européens
Aurore Flipo - ¨PUR, 2017
  • Aurore Flipo, PUR, 2017Aurore Flipo, PUR, 2017

Génération Low-Cost
Itinéraires de jeunes migrants intra-européens

Aurore Flipo

Presses Universitaires de Rennes, 2017 (col. Le Sens social)

isbn 978-2-7535-5472-6

Basé sur l’analyse comparative des migrations récentes de jeunes Polonais au Royaume-Uni et de jeunes Roumains en Espagne, ce livre questionne la place de la mobilité internationale dans le changement social contemporain. Cette mobilité est en partie due à la flexibilisation de l’emploi, en particulier non qualifié, dans le contexte d’une compétition accrue pour l’accès au travail. Les jeunes migrants Européens, lourdement déclassés dans les pays d’accueil, constituent la face cachée de ce phénomène, alors même que les formes les plus légitimées de mobilité internationale (Erasmus, mobilité des cadres) sont promues et encouragées.

Vous trouverez sous ce lien la table des matières et l'introduction de l'ouvrage.

Au cours des dix années qui ont suivi l’adhésion des huit premiers pays « postcommunistes » à l’Union européenne, l’Europe a donc renoué avec un axe de circulation historique, reliant l’Est à l’Ouest, et redessinant une mosaïque de routes migratoires. Parmi elles, les migrations entre la Pologne et le Royaume-Uni d’une part, et entre la Roumanie et l’Espagne d’autre part, se sont révélées comme étant parmi les plus importantes. La rapidité de ces nouveaux flux migratoires, leur importance (environ un million de personnes, pour chacun des flux sus-cités, sur la période 2004-2009) et leurs caractéristiques particulières (population jeune, et plutôt bien éduquée) font progressivement de ces « nouvelles » migrations de travail intra-européennes un objet de curiosité. De quelles transformations l’augmentation importante mais inégale des migrations de travail à l’intérieur de l’Europe témoigne-t-elle ? Qui sont ces « nouveaux » travailleurs migrants, et en quoi concourent-ils à définir de nouveaux usages sociaux de la mobilité dans l’espace européen ? Par l’analyse sociologique des pratiques migratoires des jeunes Polonais et Roumains au Royaume-Uni et en Espagne respectivement, c’est à ces questions que nous allons tenter d’apporter des réponses.

Aurore Flipo


Aurore Flipo est chercheuse associée au laboratoire PACTE de Grenoble. Elle a conduit sa thèse à l'OSC, soutenue en 2014, sous la direction de Alain Chenu Les nouvelles migrations intra-européennes. Jeunes polonais et roumains en Grande-Bretagne et en Espagne.

Le modèle français de politique culturelle en question

La diversité ethno-culturelle dans les arts et les médias
Université d'été USPC 18-22 septembre
  • La diversité ethno-culturelle dans les arts et médiasLa diversité ethno-culturelle dans les arts et médias

Quelle place faire à la diversité ethno-culturelle dans les arts et les médias ?

La diversité ethno-culturelle dans les arts et les médias
Le modèle français de politique culturelle en question

Université d'été proposant 5 jours de manifestations scientifiques et artistiques

18 au 22 septembre 2017

Les politiques culturelles y seront discutées à deux niveaux :

Au niveau national, la prise en compte de la réalité multiculturelle de nos sociétés dans la programmation des événements culturels pose question :

  • Est-ce qu’aujourd’hui les artistes bénéficiant de tels dispositifs, sont retenus en raison de leurs qualités artistiques ou de leur qualité de représentants de minorités défavorisées ?
  • Qu’est-ce qu’un artiste « non-blanc » pour reprendre l’expression employée par un certain nombre de voix militantes ?

Au niveau des collectivités territoriales, la façon dont les représentants des populations réputées ne pas appartenir au groupe majoritaire, parfois marginalisées, sont associés à la définition et à la mise en œuvre des politiques culturelles suscite là aussi un certain nombre de questions :

  • comment choisir les bons interlocuteurs et quel est leur degré de représentativité ?
  • quelles parts respectives faire aux cultures traditionnelles et aux formes plus novatrices ?

Cette université d’été réunira autour de ces questions des politistes, des historiens, des sociologues, des anthropologues, des juristes, des économistes, des responsables de structures culturelles, des artistes et écrivains. Divers intervenants étrangers témoigneront de leur expérience dans leur pays.

Une manifestation proposée par les Universités Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Paris Descartes, Paris Diderot et Sciences Po.

Titres des tables rondes :

  • Des controverses intellectuelles et politiques sur la diversité culturelle et le multiculturalisme
  • La question des représentations
  • La mesure du problème
    (animé par Philippe Coulangeon : quels indicateurs pour la diversité culturelle dans les arts et médias ? Pourquoi la question des statistiques ethniques est-elle un tabou en France ? Faut-il des quotas et de la discrimination positive dans les arts et les médias ?)
  • La question des professionnels et de la formation
  • Diversité culturelle et diversité linguistique
  • La question de la programmation et de la diffusion
  • Espaces : du quartier à l’Europe
  • Culture et migrants : la question des publics, des pratiques et de la participation
  • Temps : Histoire, mémoire et patrimoine
  • La question de la transmission

Cette manifestation propose également des recontres artistiques (poésie, danse, cinéma...). Elle se tient sur plusieurs sites. Consultez le programme.

Social Classes today...

overwiew from our last conference
  • Social classes conference in Sciences Po (29-30 June 2017)Social classes conference in Sciences Po (29-30 June 2017)

Conference "Social classes" in Sciences Po, June 29Social Classes in Contemporary Societies leaflet

Social Classes in Contemporary Societies: Issues and Challenges

29-30 June 2017

Sciences Po Paris

 

 

 

Watch the video report made during the event.

The two-day symposium tested the relevance of the approach to better understanding of social and political issues in terms of classes.
All the presentations focused on recent empirical research conducted in various national contexts (Europe, North America, Latin America, South-East Asia) and are based on various methodologies and theoretical approaches.
The symposium highlighted the polysemy of the notion of social class. Three types of definition were mobilized during the presentations.

  • A first definition, impregnated with the Marxist filiation and the work of Erik Olin Wright, is based on the criterion of workplace ownership and authority relations.

This definition has been used in several papers on the dynamics of income and wealth inequality (Wodtke, Chauvel) and also partly on political attitudes and voting (Oesch).

  • A second definition closely links social classes to occupational groups.

It is the dominant definition in communications devoted to social mobility issues (Costa-Ribeiro, Lopez-Roldan & Fachelli, Vallet), inspired by the work of John Goldthorpe.

  • The third definition is part of an inductive, constructivist approach to the notion of class, by closely combining the objective and subjective aspects of the notion.

It readily refers to the sociology of Pierre Bourdieu, insisting on the multi-dimensionality of the concept.

During the colloquium, this third definition was particularly present in communications dealing with questions of class identity (Cartier and Siblot, Rocca), the spatial inscription of class relations (Savage, Préteceille), and cultural capital (Van Zanten, Bergström & Palme), social capital (Hjellbrekke), consumption (Ferry, Naudet and Roueff), but also partly political attitudes (Oesch).

At the end of the symposium, several cross-cutting issues emerged that could inspire future research.
- Question of the impact of school massification on the class structure of the societies in which it takes place, according to different schedule and modalities.
- Question of the wealth, which several speakers have stressed that it is insufficiently and imperfectly addressed in the international literature on inequalities and social classes, often due to lack of appropriate data.
- Question of the relevance of the levels of analysis (local, national, supra-national).
- Finally question at the intersection of both sociology and political science, the mutations of class voting and, more broadly, the expression of class relations in the political field.

Return on the event' goals

If class remains a key dimension for analyzing social structures, social practices and inequalities, we are at the same time aware that it has to be combine with other dimensions such as: education, gender, race and ethnicity, age and generation, and of course place. National and local contexts remain characterized by huge contrasts, with a significant impact on objective and subjective dimensions of everyday life, social experience and social relations, sometimes within the same social group. We decided to organize this conference to confront different approaches, methods and fieldworks in order to better understand how we are dealing with these challenges.

We can make simplistic distinction between two approaches in the way that they refer to social classes. The first one thinks in terms of class social relations (“rapports sociaux”) and considers that they still deeply structure the society and its inequalities. In this mode, the task of the social scientist is precisely to analyze the nature of class relations (domination, alienation, exploitation, etc.) and to identify its new forms. The analysis of inequalities is directly connected to social relations and social conflict (rapports sociaux), which are generated them.

The second one, that we could call “stratificationnist approach” is oriented to the analysis of social inequalities linked to the socio-economic position, without necessarily reflecting on the social relations that link social groups together and that produce these inequalities. The social category is considered as an independent variable that could explain specific inequalities or variation on social representations and practices. The measure of inequalities is central, as well as the measure of social mobility, but giving less importance to social relations and social conflict. The notion itself of social class disappears in favor of notions such as social background, social milieu, and social category. However, in both cases, the analysis of inequalities is crucial, as well the centrality of social belonging in explaining the production and the reproduction of them. Our first naïve question is: Is it possible to better interconnect these two traditions?


If social classes were an hegemonic analytical framework until the early eighties, many factors have contributed to weaken it: the questioning of the centrality of capitalist relations of production and of work in defining the social position of individuals, the decrease and the fragmentation of the working class, and the collapse of the labor movement, the diversification of skills and the appearance of new jobs and new social categories, the impact of various welfare state regimes, the massive access to the job market for women, etc.

Other factors deal with more subjective dimensions such as: the weakening of class identity and class consciousness, the reinforcement of individualism and the crisis of classic forms of collective and political representation, such as political parties, trade-unions, the calling into question of the link between modernity and social progress
It was obvious that we needed to not limited the discussion only to one society. So, we decided to have both people working on other western capitalist societies and people working on so-called emerging countries.

Mixité sociale et scolaire au Printemps de l'Economie 2017

Arnaud Riegert, Marco Oberti et Julien Grenet
  • Marco Oberti aux Printemps de l'économie 2017Marco Oberti aux Printemps de l'économie 2017

Logo Printemps de l'Economie Le Printemps de l'Economie 2017 (20-23 mars) proposait une session "Mixité sociale et mixité scolaire : un enjeu de cohésion sociale".


Participants de la session 23 (23 mars, lycée Turgot) :

- Arnaud RIEGERT, Chargé de cours à la Paris School of Economics
- Julien GRENET, Directeur adjoint de l’Institut des politiques publiques, Professeur associé à la Paris School of Economics
- Marco OBERTI, Directeur de l'Observatoire Sociologique du Changement
Modérateur : Jean-Marc Vittori.

Voir la vidéo intégrale de la session (1 h 30)

Image Printemps de l'Economie, via You Tube (2017)Image Printemps de l'Economie, via You Tube (2017) Printemps de l'Economie 2017 ay lycée Turgot - session 23

 

 

 

 

La mixité sociale et scolaire est bien évidemment un enjeu majeur de cohésion sociale. Or la ségrégation scolaire est une réalité aux multiples formes, aussi bien inter établissements qu’intra établissements.
Cette réalité est mesurable et a des effets dévastateurs en terme d’inégalités. La ségrégation urbaine en est l’un des facteurs.
Quelles solutions sont possibles ? Lesquelles ont été mises en œuvre, en France et à l’étranger, et pour quelle efficacité ?

Une de ces solutions a consisté, en France, à instaurer des procédures de sectorisation et d’affectation dans les établissements scolaires. Quelle est leur logique ? Quel bilan peut-on en faire ? Quelles sont les pistes d’amélioration de ces procédures ?

Marco Oberti (sociologue, directeur de l'OSC) présente dans cette session une carte situant tous les collèges publics et privés sous contrat de Paris et des départements de la petite couronne. Deux axes d'analyse sont privilégiés : la réussite au Brevet des collèges (mentions très bien ou bien) et la composition sociale des collèges établie à partir de la catégorie socioprofessionnelle du chef de famille.

Des évidences apparaissent à la lecture de la carte :

  • un collège public favorisé socialement (CSP supérieures) obtient d'excellent résultats en terme de réussite au Brevet.
  • quelques collèges populaires, assez rares (4) connaissent de bons taux de réussite malgré un profil social défavorisé .
  • la Seine Saint-Denis apparait très homogène : on y observe très majoritairement des collèges publics populaires dans lesquels les taux de réussite avec mentions TB/B sont faibles.
  • à l'est de Paris, très peu de collèges publics ont un profil social supérieur...

On peut voir en filigranne de ces cartes les effets d'évitement de certains établissement ou la durabilité des effets de stigmatisation ou d'attractivité de certains territoires...

Marco Oberti présente également une étude comparant le profil social des secteurs scolaires (portions de territoire sur lesquelles un collège est implanté) et profil social des élèves du collège. Un graphique très explicite indique pour chaque établissement la différence entre le nombre de fils d'ouvriers attendu si la carte scolaire était respectée et celui mesuré. Certains établissements qui devraient ainsi accueillir 25% de fils d'ouvriers en ont en réalité plus de 60 %...

 

Les citoyens qui viennent

comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France
Vincent Tiberj, Séminaire scientifique de l'OSC, 16 juin 2017
  • Soirée électorale du 1er tour, Philippe Grangeaud-Solfé Communication BY-NC-NDSoirée électorale du 1er tour, Philippe Grangeaud-Solfé Communication BY-NC-ND

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 16 juin 2017 de 11h30 à 13h

Les citoyens qui viennent :
comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France


Vincent Tiberj

Vincent Tiberj, Professeur des Universités associé au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux), spécialiste de sociologie électorale, viendra nous présenter son dernier ouvrage, paru en février dernier.

Puf, collection Le Lien socialLa moitié des électeurs français qui ont voté en 2012 n’étaient pas en âge de le faire quand François Mitterrand est arrivé au pouvoir, et un sur cinq n’étaient même pas encore nés. En 1981, 46 % des électeurs étaient nés avant la Seconde Guerre mondiale ; ils sont moins de 15 % aujourd’hui. Le renouvellement générationnel est un phénomène massif, mais il n’est pas un « remplacement poste pour poste » des citoyens. Il pèse sur les équilibres électoraux et politiques entre gauche, droite et extrême-droite, ainsi que sur les conflits de valeurs, notamment en matière de tolérance ou de racisme.
Pour saisir le présent et l’avenir de la politique française, les dynamiques des cohortes démographiques sont alors essentielles. Elles permettent de comprendre comment le rapport à la politique évolue, notamment vers plus de défiance et de contestation des élus, ou pourquoi les citoyens boudent très souvent les urnes mais protestent toujours plus.

Inscription prélable pour les extérieurs à Sciences Po : sylvie.lesur@sciencespo.fr.

International Publications

New Translations
  • 3 best-sellers now available in different languages3 best-sellers now available in different languages

The Center for Studies in Social Change (OSC) is proud to announce three recent books, written by OSC researchers, which have recently been translated into Italian, Arabic and Japanese.

 

Disruptive Technologies, Social Transformation and the Sociological Imagination

William Housley
Séminaire scientifique de l'OSC - 12 mai 2017
  • In the Digital Age - ohadby (CC BY-NC-ND)In the Digital Age - ohadby (CC BY-NC-ND)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 12 mars 2017 de 11h30 à 13h

Disruptive Technologies, Social Transformation and the Sociological Imagination

I outline a conceptual framework for the sociological study of ‘disruptive technologies’ in the digital age. My starting point begins with a sociological framing of these phenomena through the mobilization of classic sociological questions; namely how is social organisation possible? why do societies change over time? and what type(s) of identity are promoted in a given social form?

‘Disruptive’ technologies include Social Media, Big Data, Robotics and new forms of Additive Manufacture.

This presentation moves to respecify these technological developments within the context of the emerging contours of digital society (Edwards et al 2013, Housley et al, 2014, Housley, 2015). In doing so sociology is brought to the fore as an explanatory apparatus that operationalises theory, method and data in ways that account for the re-ordering of social relations in the digital age. Furthermore, matters relating to method and new forms of data, automation and predictive analytics are attended to as routine features of the digital imaginary where ‘disruptive technologies’ are understood as data generative, algorithmic, networked, distributed and organizing socio-technical assemblages. These discursive and material assemblages are ‘motile’ and are underpinned by an array of digital data imaginaries that envision new forms of relating, governing, working and being in a re-ordered and digitally colonised institutional landscape within which digital crowds and mass are being re-materialized. As a consequence disruptive technologies are reconsidered as social and cultural forces in their own right.

William Housley
Professor William Housley
Chair in Sociology, Cardiff University
Vincent Wright Chair, Sciences Po, 2016-2017.

 

Accès sur inscription : marie.ferrazzini(at)sciencespo.fr

Choosing Faith and Facing Race: Converting to Islam in France and the United States

Juliette Galonnier
Soutenance de thèse, 2 juin 2017
  • Photo Anders Adermark, Same Same but Different (CC BY-NC-ND)Photo Anders Adermark, Same Same but Different (CC BY-NC-ND)

Programme doctoral de sociologie - Double doctorat Sciences Po et Northwestern University

Choosing Faith and Facing Race: Converting to Islam in France and the United States

Juliette Galonnier (OSC)

Thesis Defense
2 juin 2017 - Friday June 2nd 2017
14:00 p.m. 199, Boulevard Saint-Germain
_____________________

Juliette Galonnier (OSC)This research is about race and religion. While scholars typically understand them separately, I propose instead to explore occurrences in which they are conflated. Specifically, I track instances of racial reasoning that occur in relation to the religion of Islam in Western societies, by focusing on the specific experiences of Muslim converts. By crossing religious boundaries, converts shed light on the nature and content of such boundaries, and enable us to decide whether they are simply religious or also embody racial difference. The case of white converts is particularly interesting: because their conversion implies transitioning from one social status (majority) to another (minority), they offer a near-experimental case to investigate how racial categorization operates.

Methodologically, I combine the meticulousness of qualitative methods with the bird’s eye view of comparatism. Using in-depth interviewing with 82 converts in France and the United States; ethnographic observations in convert associations in Paris and Chicago; and content analysis of media and historical documents, I compare the past and present experiences of French and American converts to answer the following: how and when is conversion to Islam interpreted in terms of changing one’s racial status rather than a mere change in religious orientation? In addition to shedding light on the complex interplay between race and religion, this research contributes to transatlantic comparative scholarship, by highlighting differences across the French and American contexts in the conversion process, the encounter with race and the strategies used by converts to reclaim control over their definition of self.

Dissertation Committee: Valérie AMIRAUX (Montreal University), Carolyn CHEN (Co-dir, University of California, Berkeley), Gary FINE (Northwestern University), Aldon MORRIS (Northwestern University), Marco OBERTI (Co-dir, Sciences Po), Olivier ROY (European University Institute, Florence). 

Cette thèse offre un éclairage sur l’articulation des catégories raciales et religieuses dans la construction de la différence. Elle porte sur le processus de « racialisation » de l’islam dans les sociétés occidentales, analysé à partir de l’expérience particulière des convertis à cette religion. En traversant les frontières religieuses, les convertis nous renseignent sur la nature de ces frontières, et permettent de déterminer si elles sont purement religieuses ou incarnent également une altérité de type racial. A cet égard, le cas des convertis dits « blancs » se révèle heuristique : en tant que membres de la société majoritaire ayant choisi une religion minoritaire, ils représentent un cas quasi-expérimental pour analyser les processus de catégorisation raciale en lien avec l’appartenance religieuse. En s’appuyant sur 82 entretiens biographiques avec des converti-e-s en France et aux États-Unis, des observations ethnographiques dans des associations de convertis à Paris et Chicago, et l’analyse de documents historiques et médiatiques, cette recherche compare les expériences passées et présentes des convertis français et américains pour répondre à la question suivante : quand et comment la conversion est-elle interprétée en termes de changement de statut racial, plutôt que comme un simple changement d’orientation religieuse ? En plus de démêler l’imbrication entre catégories raciales et religieuses, cette thèse met également en lumière les spécificités des contextes français et américain, en identifiant des différences dans le processus de conversion, le rapport aux assignations raciales, et les stratégies que les convertis mobilisent pour contrer leur objectification.

For security reasons, all the defenses are strictly reserved for invited people and Sciences Po members.

The Scholar Denied: W.E.B. Du Bois and the Birth of Modern Sociology

Pr. Aldon Moris (Northwestern University)
CERI & OSC Joint Seminar, June 1st 2017
  • William Edward Burghardt Du Bois (Library of Congress, Washington, D.C.)William Edward Burghardt Du Bois (Library of Congress, Washington, D.C.)

Antidiscrimination policies seminar (Daniel Sabbagh)
CERI & OSC

Thursday June 1st 2017, 16:30-18:30 p.m.
98 rue de l'Université (Paris 7e), Annick Percheron Room

The Scholar Denied:
W.E.B. Du Bois and the Birth of Modern Sociology

Pr. Aldon Morris, Leon Forrest Professor of Sociology and African American Studies, Northwestern University

Pr. Aldon Morris (Northwestern University)W.E.B. Du Bois was one of a handful of scholars of the 20th century with a sustained global impact on sociological, literary, and political knowledge. In this book, Morris draws on primary evidence to demonstrate that Du Bois was the founding father of scientific sociology in the United States; that is, American scientific sociology was founded in a segregated black university by a black man. This book disconfirms the accepted wisdom that American scientific sociology was founded solely by white sociologists in elite universities. The Scholar Denied explores the methods Du Bois pioneered, his novel theorizing, and his influence on other scholars including Franz Boas and Max Weber. The Scholar Denied (Uiversity of California Press)This book reveals the extraordinary efforts that Robert E. Park and the Chicago School of Sociology took to marginalize the original scientific contributions of Du Bois’ prolific work. Morris’ book offers an account of the dynamic, but neglected forces, which generate scientific schools of thought and undergirded knowledge production in social science during the twentieth century.

Book published by University of California Press (2015)

 

Discussants: Pap NDiaye (Centre d'histoire, Sciences Po) and Etienne Ollion (SAGE, CNRS/Université de Strasbourg).

Please register: bernard.corminboeuf@sciencespo.fr.

Social Classes in Contemporary Societies

Issues and Challenges
International Conference, 29-30 June 2017
  • Picture: HstrongART/Shutterstock  Picture: HstrongART/Shutterstock

 Social Classes in Contemporary Societies:

Issues and Challenges

Sciences Po, 29-30 June 2017

Caquot amphitheatre (28, rue des Saints-Pères, Paris 7e)

Do we still live inside class societies? Is the classical approach to social inequalities, political cleavages or lifestyles still relevant?

This conference, organized over two full days at the initiative of the Observatoire sociologique du changement (OSC), calls into question the current concept of “class” in the contemporary social sciences. It will bring together specialists from a wide range of thematics, theoretical and methodological backgrounds. With a broad international lens, the conference will draw on the comparison of various national contexts (including United States, United Kingdom, India, Brazil, Argentina).
Throughout the contributions, we will examine the explanatory power of the different existing theoretical models and their renewal, in contexts that are often disconnected from the European and North-American framework in which these theories were initiated and developed in the 19th and 20th centuries. Attention will be paid both to the generating mechanisms of class relations and their inclusion in various domains of social life: politics, lifestyles, and geography, especially within urban areas and large metropolises. The conference will focus specifically on the relationships between changes in the wealth distribution (the soar in high-income, the increased importance of heritage) and contemporary transformations of class boundaries and class relations. Emphasis will also be placed on the articulation between the division of society into classes and social mobility trajectories. Two cross-cutting questions will be central to these inquiries: what sort of theories of social class are relevant for the 21st century? How can micro (ethnographic, qualitative) and macro-social (quantitative, structural) approaches be used in a complementary way?

The format of the conference (about fifteen speakers) will allow time for open discussion between the speakers and all conference participants. Papers will be presented in English.

Scientific Coordination: Philippe Coulangeon and Marco Oberti.

Welcome Adress: Frédéric Mion, President of Sciences Po.

Speakers

  • Geoffrey Wodtke (University of Toronto)
    Classes in the 21st Century: Death, Decomposition, or Resurrection?
  • Daniel Oesch (University of Lausanne)
    The new tripolar space and class voting in Western Europe
  • Louis Chauvel (University of Luxembourg)
    "Repatrimonialization": the new role of wealth in the definition of social class systems
  • Carlos Antonio Costa Ribeiro (University of Rio de Janeiro)
    Class mobility in Brazil: 1973 to 2014
  • Pedro López-Roldán, Sandra Fachelli (Universitat Autonòma de Barcelona)
    Stratification and social mobility compared: Argentina and Spain
  • Louis-André Vallet (Sciences Po, CNRS)
    Intergenerational mobility and social fluidity in France over birth cohorts and across age: the role of education
  • Marie Cartier (Univeristy of Nantes) et Yasmine Siblot (University of Paris 8)
    The France of the Little-Middles":  exploring the fragile frontier between the working and middle classes
  • Agnès van Zanten (Sciences Po, CNRS), Ylva Bergström and Mikael Palme (University of Uppsala)
    The educational practices of upper-class families in France and Sweden
  • Johannes Hjellbrekke (University of Bergen)
    Social Class and Social Capital
  • Mathieu Ferry (ENS Cachan), Jules Naudet (EHESS), Olivier Roueff (University of Paris 8)
    In search of the Indian Social Space. A multidimensional portrait of social stratification in India
  • Jean-Louis Rocca (Sciences Po)
    Production and reproduction of social classes in market capitalist China
  • Mike Savage (LSE)
    Social class and inequality in contemporary London
  • Edmond Préteceille (Sciences Po, CNRS)
    The urban dimension of social class transformations in the Paris metropolis

Registration required: bernard.corminboeuf@sciencespo.fr                            

Varieties of Transnationalism and Its Changing Determinants across Immigrant Generations

Evidence From French Data
Mirna Safi - International Migration Review
  • Old Custom (Christian Subtil, CC BY-NC-ND 2.0)Old Custom (Christian Subtil, CC BY-NC-ND 2.0)

Varieties of Transnationalism and Its Changing Determinants
across Immigrant Generations:
Evidence From French Data

Mirna Safi (OSC, LIEPP)

International Migration Review - Early View (23 Mars 2017)
DOI: 10.1111/imre.12314

Mirna Safi (OSC)In this article, I use the French Trajectories and Origins survey (TeO) to describe patterns and trends of cross-border ties across immigrant generations. Transnational activities are measured through a wide range of cross-border ties, grouped into three dimensions: sociopolitical, economic, and a third dimension that I call re-migration.

Three sets of determinants are taken into account: variables measuring exposure to the country of origin, variables describing incorporation in the host country, and variables that are specific to each generation.

International Migration review - Early ViewConversely to the straight-line assimilation paradigm, the findings put the analytical power of the generational variable into perspective by (1) highlighting the wide variability of transnationalism within each generation and (2) measuring distinct intergenerational trends along different types of cross-border engagement. A thorough investigation of the sources of within-generation heterogeneity emphasizes the explanatory power of state-level, religious, and ethnoracial variables.

Information Barriers, Social Inequality, and Plans for Higher Education

Evidence from a Field Experiment
European Sociological Review, Carlo Barone et al.
  • Great Hall, University of Rome (Phillip Capper CC BY 2.0)Great Hall, University of Rome (Phillip Capper CC BY 2.0)

Information Barriers, Social Inequality, and Plans for Higher Education:
Evidence from a Field Experiment

Carlo Barone (OSC, LIEPP), Antonio Schizzerotto (University of Trento), Giovanni Abbiati (FBK-IRVAPP), Gianluca Argentin (Catholic Universoty of Milan)

European Sociological Review 33 (1): 84-96
https://doi.org/10.1093/esr/jcw050

Carlo Barone (OSC-LIEPP)This article assesses the role of information barriers for patterns of educational participation and related social inequalities in plans for Higher Education. Using longitudinal data, we investigate student expectations about the profitability of Higher Education, their evolution over time and their correlation with study plans among Italian high school seniors.

We find that student believes are highly inaccurate, systematically biased and poorly updated.

Then, we present estimates of the causal effect of information barriers on educational plans based on a large-scale clustered randomized experiment.

ESR vol. 33 n° 1We designed a counseling intervention to correct student misperceptions of the profitability of Higher Education and assessed whether treated students’ plans changed differentially relative to a control group.
We ran a clustered randomized controlled trial, involving a random sample of 62 high schools from all upper-secondary streams located in four Italian provinces, covering different areas of the country to enhance the external validity of our results.

The intervention was quite effective in correcting student misperceptions, but this did not translate into increased intentions to enroll in university education. However, the treatment affected preferences between fields of study, between short and long university paths, and between university and vocationally oriented programs.

Hence, information barriers affect substantially the internal differentiation of Higher Education and the related horizontal inequalities by gender and family background.

Comprendre l’évolution des régimes d’Etat‑providence

soutenance de HDR
Emanuele Ferragina, 27 mars 2017
  • A Crowd outside Camden Job Centre (N19± - CC BY-SA 3.0)A Crowd outside Camden Job Centre (N19± - CC BY-SA 3.0)

Soutenance de HDR en sociologie

Emanuele Ferragina

Assistant Professor, OSC & LIEPP

Lundi 27 mars 2017 à 14h, 199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Membres du jury : Fran BENNETT, Bernhard EBBINGHAUS, Olivier GIRAUD,
Olivier GODECHOT (dir.), Colin HAY, Serge PAUGAM.

emanuele_ferraginaThe Three Worlds of Welfare Capitalism is part of a long scholarly tradition rooted in deductive reasoning and the use of ideal types. This work moves from a similar theoretical standpoint: typologies are a fundamental methodological tool in understanding and interpreting the evolution of social security systems, even for those who claim that in-depth analysis of a single case is more suited to capture the complexity of different social policy arrangements. It contributes to the comparative social policy field and welfare regime literature in two ways: by proposing a dynamic outlook to welfare regime theory in counter-position to a debate characterised by a static approach and by considering welfare regime outcomes alongside institutional change.
There are several substantive reasons to differentiate between dynamic and outcome-oriented perspectives within welfare regime typologies. First of all, scholars have not yet integrated the most important domain of welfare state expansion in a period of ‘permanent austerity’, namely family policy, into welfare regime theory. Too often, scholars classify welfare regimes on the basis of the work-welfare nexus, overlooking the care-welfare dimension. In addition, the existing scholarship implies welfare regime stability when considering policies that deal with old social risks and the generosity guaranteed by system to the Average Production Worker (APW) – a white man with around 20 years of continuous employment in the industrial sector. In light of the progressive transition to a service-based economy beginning in the 1970s, however, we account for the emergence – or rather, the growing incidence – of ‘new social risks,’ namely problems related to the reconciliation between work and family life. These new risks mostly affect women, young people, migrants, and children rather than the APW. More broadly, this new work lends a sociological perspective to the welfare regime debate by comparing typologies based on institutional variables to classifications based on welfare outcomes, and carefully considering the relation between welfare state structures, specific policies and important societal outcomes.

 

L’ouvrage de Esping-Andersen Les trois mondes de l’État providence s’inscrit dans une longue tradition académique basée sur le raisonnement déductif et l'utilisation d’idéaltypes. Notre travail part d'une approche théorique similaire : les typologies sont un outil méthodologique fondamental pour comprendre et interpréter l'évolution des systèmes de protection sociale, même pour ceux qui prétendent que l’analyse de cas est plus adaptée pour saisir la complexité des différents systèmes sociaux-politiques. Ce travail s’inscrit dans le champ des politiques sociales comparées et des travaux sur l’État-providence (welfare state) de deux manières : en proposant une perspective dynamique de la théorie du régime d’État providence (welfare regime) s’opposant à une approche statique ; et en considérant les effets qu’il produit parallèlement au changement institutionnel.
Il existe plusieurs raisons de fond pour examiner les typologies de welfare regime du point de vue dynamique et des effets produits. Tout d'abord, le domaine le plus important d’expansion du welfare state en période ‘d'austérité persistante’, à savoir la politique familiale, n'a pas été suffisamment intégré dans la théorie du welfare regime. Trop souvent, ces régimes ont été étudiés sur la base du lien travail / protection (workwelfare), négligeant la dimension care / protection. Ensuite, la stabilité du welfare regime a souvent été validée par des études empiriques qui se basaient exclusivement sur les politiques relatives aux risques sociaux traditionnels (old social risks) et à la générosité garantie par le système à l'Average Production Worker (APW) : un homme blanc avec environ 20 années d'expérience dans le secteur industriel. Or, après les années 1970, avec la transition progressive vers une économie de services, nous avons assisté à l'apparition - ou mieux à la montée croissante - de « nouveaux risques sociaux », qui sont principalement liés à la conciliation entre travail et vie de famille. Ces nouveaux risques affectent plus fréquemment les femmes, les jeunes, les migrants et les enfants, que l’APW. De façon plus générale, notre travail fournit une perspective sociologique au débat sur le welfare regime en comparant les typologies basées sur les variables institutionnelles à celles basées sur les effets réels des politiques sociales, et en examinant attentivement la relation entre les structures de welfare state, les politiques spécifiques, et les principaux effets sociaux.

Entrée réservée aux invités et publics internes à Sciences Po.

Les incidences biographiques de la ségrégation

Trajectoires et mémoires des enfants de bidonvilles et cités de transit de l'après-guerre en France
Soutenance de thèse. Margot Delon. 24 mars 2017
  • Bidonville à Nanterre (Demain TV, 2009, via YouTube)Bidonville à Nanterre (Demain TV, 2009, via YouTube)

Margot Delon soutiendra sa thèse le vendredi 24 mars 2017 à 14h en salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université, 75007 Paris (accès aux personnes invitées et public interne à Sciences Po).

Les incidences biographiques de la ségrégation : trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après‑guerre en France

Composition du jury : Jean-Yves Authier (Centre Max Weber), Christine Lelévrier (Lab'URBA, UPEC), Marco Oberti (Directeur de recherche, Sciences Po), Julie Pagis (Ceraps) et Mirna Safi (Sciences Po).

Que sont devenus les enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France ? Au moyen d'entretiens, d'observations, d'analyse d'archives et statistiques, la thèse reconstitue les expériences et les trajectoires d’individus d’origines algérienne, marocaine et portugaise ayant grandi dans les bidonvilles et cités de Nanterre et de Champigny-sur-Marne, en Île-de-France.

Elle rend compte de leur vécu dans ces formes d’habitat précaires, ségrégées et stigmatisées qui ont duré de nombreuses années en insistant sur la diversité des expériences résidentielles et donc de leurs effets socialisateurs. De fait, les anciens enfants des bidonvilles et cités ont connu des trajectoires variées et n’interprètent pas cet épisode de la même façon.

Quatre profils types sont analysés : reproduction des inégalités, petites promotions locales, reproduction de l’isolement et ascensions sociales individuelles.

La divergence de ces parcours tient à deux ensembles de facteurs. D’une part, ces familles ont été des cibles privilégiées des politiques nationales et municipales de l’habitat et de l’immigration. En catégorisant et en traitant différemment les bidonvilles et cités de transit selon l’origine de leurs habitants et leur localisation, ces politiques publiques ont eu des effets de court, moyen et long terme très importants. D’autre part, les trajectoires de ces descendants d’immigrés ont été forgées par les ressources et les dispositions antérieures à la migration de leurs parents ainsi que par les contextes relationnels dans lesquels ils ont évolué dans les bidonvilles et les cités de transit.

Margot Delon (OSC)Margot Delon est doctorante à l'OSC, ATER et doctorante associée au CENS (Centre nantais de sociologie). Elle a bénéficié d'un contrat doctoral Sciences Po et d'un Early Stage Researcher Fellowship (2015-2016), effectué à l'IGOT-CEG de Lisbonne dans le cadre du programme européen INTEGRIM.

Nouveaux chantiers de thèse 2017

Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil
  • Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil (OSC)Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil (OSC)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 10 mars 2017 de 11h30 à 13h

Cette traditionnelle séance permettra aux nouvelles étudiantes de l'OSC de présenter leur sujet de thèse, questionnement, axes problématiques, méthodologie... et de recueillir les conseils des chercheurs présents.

  • Sonia Planson
    La diversité culturelle comme ressource dans le système scolaire : comparaison France / Etats-Unis
    (direction Philippe Coulangeon)
  • Loïs Vieillefosse
    Les choix scolaires des parents de classes supérieures de première génération à Paris et à Londres
    (direction Agnès van Zanten)
  • Jeanne Subtil
    Sexualité et autonomie des femmes en Inde urbaine. Trajectoires et représentations de l’initiation sexuelle des femmes
    (direction Hugues Lagrange et Christophe Guilmoto)

Amélia Legavre (OSC-CRI)L'OSC accueille également Amélia Legavre (CRI-Université Paris Descartes),
« 'Édupreneurs', l'alternative qui veut changer l'École »
(co. dir Agnès van Zanten et François Taddei).

 

Entrée libre sur inscription préablable auprès de Marie Ferrazzini.

Agnès van Zanten distinguée...

Médaille d'argent du CNRS 2017
  • Agnès van Zanten (OSC)Agnès van Zanten (OSC)

Félicitations à Agnès van Zanten, lauréate de la Médaille d'argent 2017 du CNRS !

Cette distinction récompense chaque année des chercheurs pour « l'originalité, la qualité et l'importance de leurs travaux, reconnus sur le plan national et international ».

Liste des lauréats 2017

Agnès van Zanten est née au Vénézuela où elle a effectué une bonne partie de ses études. C'est toutefois en Suisse et en France qu'elle a terminé son cycle secondaire et en 3 ans, a appris le français et obtenu un baccalauréat. Après un passage à l'Université de Caracas en filière Lettres et Langues, elle effectue un master à l'Université de Standford en sociologie et anthropologie de l'éducation. C'est à l'Université Paris V qu'elle débute un doctorat, et qu'elle est associée au projet d'enquête sur les Zones d'éducation prioritaire, alors mises en place par le gouvernement de François Mitterrand. Sa thèse obtenue en 1987, publiée sous le titre L'école et l'espace local. Les enjeux des Zones d'éducation prioritaire, compare 2 terrains : urbain dans la banlieue de Dijon et rural en Îlle-et-Vilaine. Elle est recrutée au CNRS en 1989, affectée au Laboratoire de sociologie de l'éducation de l'Université Paris V (Cerlis aujourd'hui) avant de rejoindre l'Observatoire Sociologique du Changement en 1999. Elle est Directrice de recherche depuis 2002.

Agnès van Zanten mène des enquêtes compréhensives de terrain sur le système éducatif, à plusieurs échelles et pour plusieurs commanditaires (Programmes internationaux de recherche, Ministères de l’éducation nationale, Régions...). Elle s’intéresse plus particulièrement aux rapports sociaux et aux inégalités autour de l’école, notamment à travers les choix des parents en matière d'éducation et d’orientation.
Les entretiens et observations sur le terrain ont toujours été exploités à la fois dans les rapports d'étude et pour nourrir des ouvrages plus généraux, voire des manuels devenus aujourd’hui des classiques. On remarque ainsi plusieurs grandes problématiques  : la formation des élites, les jeux d’acteurs du marché scolaire, la rationalité des choix d'orientation scolaire, les dispositifs innovants d’accès à l’enseignement supérieur, les inégalités et ségrégations scolaires.

Les matériaux des enquêtes sur le choix de l'école sont mis à disposition des chercheurs par la banque BeQuali.

Suggestions bibliographiques

  • Dictionnaire de l’éducation (avec Patrick Rayou), Puf : seconde édition 2017
  • Sociologie du système éducatif . Les inégalités scolaires (avec Marie Duru-Bellat), Puf, Quadrige 2016 (nouvelle édition)
  • Les marchés scolaires (avec Georges Felouzis et Christian Maroy), Puf,  2013
  • Les politiques d'éducation, Que-sais-je?, 2014
  • L'école de la périphérie, Puf, Quadrige, 2012
  • Sociologie de l’école (avec Marie Duru-Bellat), Armand Colin, coll. U, 2012 (4e ed.)
  • Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales, Puf, 2009.

Dictionnaire de l'éducation

Nouvelle édition 2017
Sous la co-dir. de Agnès van Zanten, puf quadrige
  • Photos Contrast Werkstatt et pufPhotos Contrast Werkstatt et puf

La seconde édition de cet ouvrage de référence dirigé par Agnès van Zanten et Patrick Rayou a réuni plus de deux cent chercheurs, représentants les différents champs de la recherche en éducation, issus principalement de pays francophones. Leurs contributions rendent compte des avancées de la production scientifique. L'objectif est de fournir aux lecteurs un fonds commun de concepts, de méthodes et d'interprétations dans le domaine de l'éducation tout en respectant la diversité des approches selon les disciplines, les domaines et les équipes de recherche. Ce Dictionnaire ne vise pas l'exhaustivité mais la représentativité et l'intérêt social des objets et des thématiques. Cherchant à dépasser les querelles idéologiques, il apporte de nouveaux éléments de réflexion autour des questions que se posent les usagers, les professionnels et les responsables des systèmes éducatifs.

992 pages
Puf, collection Quadrige
Date de sortie prévue : 15 février 2017
ISBN 978-2130628088

« Ce dictionnaire s’inscrit dans une longue tradition d’outils de connaissance qui visent à accompagner les transformations des institutions éducatives. Le lecteur qui, au-delà de son intérêt pour telle ou telle des deux cents entrées que ce dictionnaire comporte, en ferait une lecture continue, attentive aux choix des thèmes et à l’architecture d’ensemble et qui aurait le loisir de les analyser au regard d’autres ouvrages de ce type, pourrait ainsi comparer l’évolution des faits et des théories sur l’éducation dans le temps et les différences entre communautés d’auteurs au plan national ou international. »

La très grande majorité des entrées a fait l'objet d'une révision avec mise à jour de la bibliographie de référence. De nouvelles entrées ont été introduites, tenant compte des changements institutionnels, politiques et du développement de la recherche. On peut citer en exemple Théorie de l'Apprentissage, Aspirations scolaires, Accountability, École inclusive, Théorie du Care... Soit aujourd'hui plus de 200 concepts explicités dans l'ouvrage.


"Lighter than Blood"

Les statistiques ethno-raciales et les politiques d'égalité
Patrick Simon (INED) - Séminaire scientifique de l'OSC - 3 février 2017
  • Image Gustave Deghilage, Manif. pour le droit des migrants, 2014 (CC BY-NC-ND)Image Gustave Deghilage, Manif. pour le droit des migrants, 2014 (CC BY-NC-ND)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 3 février 2017 de 12h30 à 14h

 

"Ligther than blood"
Les statistiques ethno-raciales et les politiques d’égalité

Les statistiques ethno-raciales ont longtemps reflété une vision racialisée et hiérarchisée du monde social, et ont servi à asseoir des politiques de domination plus ou moins institutionnalisées. Cette relation entre statistiques et racisme a été profondément modifiée après la fin du racisme scientifique - après la seconde guerre mondiale -, la décolonisation et l’abandon des politiques institutionnalisées de ségrégation raciale pour l’adoption de principes formels d’égalité.

Une seconde phase dans la mise en œuvre des droits humains est venue avec des politiques pro-actives d’égalité, qu’elles s’appellent affirmative action, positive action ou lutte contre les discriminations. Ces politiques s’appuient sur des logiques d’intervention et des équipements qui réclament la définition des groupes exposés aux discriminations et, éventuellement, des bénéficiaires des mesures de réparation ou de redistribution préférentielle. Dans tous les cas, ces politiques soulèvent la question des catégories ethno-raciales, aussi bien du point de vue de leur légitimité politique, de leur acceptation sociale et de leur définition.

La présentation reviendra sur les enjeux portés par les politiques d’égalité ethno-raciales et l’identification des groupes concernés, en abordant d’abord les paradoxes du choix de proscrire la référence à la race comme stratégie principale de lutte contre le racisme, puis en montrant comment les politiques d’égalité effective utilisent les statistiques pour se déployer.

Dans un deuxième temps, je prendrai appui sur les expériences de catégorisation dans différents pays pour en discuter les approches politiques et méthodologiques et en tirer quelques traits généraux.
Je développerai également une approche plus détaillée du processus de révision des questions sur la race dans le recensement états-uniens.

Cette présentation s’appuie sur le projet ANR « Global-Race » qui s’intéresse précisément  aux reconfigurations du racisme et du concept de race depuis 1945 dans le contexte du développement des politiques antidiscriminatoires, et notamment à l’articulation entre politiques antidiscriminatoires et classifications ethno-raciales.

Patrick Simon (INED)

 

Patrick SImon
Directeur de recherche à l'INED
Chercheur associé au CEE

 

Sandwiches pour les personnes inscrites auprès de Sylvie Lesur.

The Organizational Production of Earning Inequalities

Donald Tomaskovic-Devey
SCOOPS Seminar MaxPo - OSC, 6 février 2017
  • Glenn Halog, Taking it Back, Occupy Oakland via Flickr (CC BY-NC)Glenn Halog, Taking it Back, Occupy Oakland via Flickr (CC BY-NC)

MaxPo logo

SCOOPS SEMINAR MaxPo jointly with OSC

Monday, February 6 2017 at 12:30 pm - room Goguel (27 rue St Guillaume)

The Organizational Production of Earning Inequalities

Donald Tomaskovic-DeveyDonald Tomaskovic-Devey, Professor of Sociology, Massachussets University

Discussant : Jean Marc Robin (Department of Economics of Sciences Po)

Donald Tomaskovic-Devey is Professor and past chair of sociology at the University of Massachusetts-Amherst. He is currently doing research on the income distribution consequences of the financialization of the US economy, long-term trends in workplace sex and race segregation, and developing theoretical and empirical models on the relationship between the labor process and workplace inequality. Recent publications from these projects have appeared in Research in Social Stratification and Mobility, Work & Occupations, the American Sociological Review, and the American Journal of Sociology.

His next monograph, Relational Inequalities: Organizations Processes in Institutional Context, will be published by Oxford University Press next year.

He has two long-term collaborative projects The Comparative Organizational Inequality Network included twenty scientists in eleven countries using administrative linked employer-employee data from ten countries, including France and Germany, to examine the role of employers in generating earnings inequalities. EEODataNet is an interdisciplinary network of social scientists using organizational data produced by the United States Equal Employment Opportunity Commission to inform equal opportunity enforcement efforts by that agency.

Please make sure to register before February 3, 2017: marina.abelskaiagraziani(at)sciences-po.fr

Comment représenter l'espace social ? Théorie géométrique de données et machine learning

Julien Boelaert, Etienne Ollion (Sage)
Séminaire scientifique de l'OSC - 20 janvier 2016
  • Illustration : Scikit-learn (Andreas Muller)Illustration : Scikit-learn (Andreas Muller)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 20 janvier 2017 de 11h30 à 13h

 Comment représenter l'espace social ?
Théories des champs, analyse géométrique de données, et machine learning

 

La diffusion des techniques de machine learning  (apprentissage automatique) a donné lieu à d’intenses discussions. Ses promoteurs vantent la flexibilité des techniques d’apprentissage : comparaison après comparaison, ils montrent que leurs capacités prédictives et descriptives sont bien supérieures à celles de ce qu’ils nomment les « statistiques classiques ». En retour, les défenseurs des dernières soulignent que ces « nouvelles » méthodes fournissent des résultats difficilement interprétables et répondent à des questions que ne se posent que rarement les scientifiques.
 
L’objectif de cette présentation n’est pas d’apporter une réponse définitive à ces questions, mais plutôt, sur un objet précis, de souligner les mérites et les limites de ces approches sur un sujet classique de sciences sociales : la représentation (quantifiée) d’un espace social. Pour ce faire, elle propose en s’appuyant sur les données d’une enquête en cours sur le champ politique français une comparaison terme à terme des techniques d’analyse géométrique de données et d’apprentissage non supervisé. Elle montre en quoi le recours à ces méthodes peut nous permettre d’enrichir notre boite à outils méthodologique, mais aussi et peut être surtout à dénaturaliser nos manières de décrire l’espace social et à les compléter.

Julien Boelaert (SAGE)

Etienne Ollion (SAGE)

 

Julien Boelaert, chercheur contractuel

Etienne Ollion, chargé de recherche CNRS

Sage - Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe, Université de Strasbourg (UMR 7363)

 

Entrée libre sur inscription préablable auprès de Marie Ferrazzini.

Séminaire Actualités de la sociologie

Ouvert à tous les doctorants en sociologie de Sciences Po
  • Le séminaire 2017 se déroule au 98 rue de l'UniversitéLe séminaire 2017 se déroule au 98 rue de l'Université

Le séminaire doctoral Actualités de la sociologie dans sa version 2017 propose aux étudiants en sociologie de Sciences Po (doctorants en priorité) 7 séances. Il est dirigé par Philippe Coulangeon (OSC).Les séances ont lieu le mercredi de 14h à 16h, à l'exception du jeudi 9 mars à 12h, dans les locaux du 98 rue de l'Université, Paris 7e.

Listes des chercheurs invités :

  • 25 janvier - Wilfried Lignier, Chargé de recherche CNRS, Centre européen de sociologie et de science politique, CESSP-CES, Université Paris 1
  • 22 février - Sylvie Tissot, Professeure de sciences politique, CRESPPA-CSU, Université Paris 8
  • 9 mars - Sybille Gollac, Chargée de recherche CNRS, CRESPPA-CSU, Université Paris 8
  • 22 mars - Isabelle Clair, Chargée de recherche CNRS, IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) - EHESS, Université Paris 13
  • 26 avril - Éleonore Lépinard, Professeure associée, Universié de Lausanne 
  • 17 mai - Marlène Benquet, Chargée de recherche, IRISSO, Université Paris Dauphine
  • 7 juin - Ahmed Boubeker,  Professeur des universités, Centtre Max Weber, Université Jean Monnet, Saint-Etienne

Les sujets des interventions, les articles conseillés et les salles seront indiqués régulièrement sur la page du séminaire.

Education, occupation and social origin

A comparative analysis of the transmission of socio-economic inequalities
Gabriele Ballarino - Séminaire scientifique de l'OSC - 13 janvier 2017
  • Photo Nwautana, Lycée Henri-IV, rue Clovis (CC BY-SA) Photo Nwautana, Lycée Henri-IV, rue Clovis (CC BY-SA)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 13 janvier 2017 de 11h30 à 13h

 Education, occupation and social origin.
A comparative analysis of the transmission of socio-economic inequalities


Questioning the assumption that education is the ‘great social equalizer’, this study takes a comparative approach to the social origin–education–destination triangle by examining advantage in 14 different countries, including case studies from Europe, Israel, the USA, Russia and Japan.

The research examines the relation between family background, education and occupational achievement over time and across educational levels, focusing on the relationship between individuals’ social origins and their income and occupational outcomes. It analyzes a variety of barriers to social mobility. Using concepts of compensatory and boosting advantage to explain the intergenerational transmission of social inequality, it refutes the notion of contemporary societies as education-based and meritocratic, showing that in most of the countries studied there is no sign of decreasing intergenerational association, despite the expansion of education.

This study was published by Edward Elgar Publishing in 2016 (edited by Fabrizio Bernardi & Gabriele Ballarino).

Gabriele Ballarino

 

Gabriele Ballarino
Department of Social and Political Sciences
University of Milan

 

 

Entrée libre sur inscription préablable auprès de Marie Ferrazzini.

Comment les enquêtes PISA sont devenues incontournables

Carlo Barone
The Conversation - décembre 2016
  • Couverture du rapport de synthèse OCDE publié en 2016 (lien ci-dessous)Couverture du rapport de synthèse OCDE publié en 2016 (lien ci-dessous)

Dans un récent article paru sur The Conversation et consacré au classement PISA, Marie Duru-Bellat a exprimé un certain nombre de critiques et de mises en garde contre des interprétations et généralisations hâtives dont chercheurs et commentateurs devraient se garder. Je partage ces critiques et je n’ai rien à ajouter à cet égard.

Mon propos est ici d’offrir un regard complémentaire pour valoriser ce que sont l’intérêt et le potentiel de ces données dans l’aide à la décision et à l’action publique, en livrant ici une sorte de plaidoyer pour cette enquête internationale.

Un avant et un après PISA

Pourquoi prête-t-on aujourd’hui une attention particulière aux résultats de PISA ?

En premier lieu parce que PISA a changé notre façon de comparer les différents systèmes éducatifs nationaux. Avant PISA, l’accent était surtout mis sur les dimensions quantitatives de la participation scolaire : nombre d’étudiants diplômés du secondaire, nombre d’inscrits à l’université, etc.

Désormais, l’accent est mis davantage sur les compétences acquises durant le parcours éducatif. Certes, avant la mise en place de PISA il existait des études internationales sur les apprentissages, comme PIRLS et TIMSS, mais elles étaient largement ignorées des décideurs politiques, et restaient pour la plupart confinées au monde académique.

Lorsque les données de PISA ont été publiées la première fois en 2000, les responsables politiques de certains pays, comme la France ou l’Italie, ont essayé d’ignorer les résultats plutôt décevants de PISA, avant de se faire manifestement déborder par l’impact médiatique et scientifique de l’enquête : la question des acquis des élèves entre alors de force dans le débat public.

Présentation des études internationales TIMSS et PIRLS (2016).

Des résultats transparents et réguliers

Avec la publication de PISA, les vues stéréotypées et auto-référentielles portées par les décideurs nationaux, vantant les vertus supposées de leurs systèmes éducatifs respectifs, sont devenues caduques. François Dubet le souligne, à propos de la rhétorique sur le système éducatif français :

« Depuis la publicité des enquêtes PISA, il est devenu difficile d’affirmer que nous avons la meilleure école du monde ».

En effet, l’un de résultats les plus remarquables de l’étude PISA pour la France, confirmé dans la dernière livraison de 2016, est que les inégalités sociales de réussite des élèves augmentent depuis au moins une décennie, la France figurant parmi les pays occidentaux les plus inégaux s’agissant de l’influence du milieu social sur les compétences acquises.

Une deuxième grande vertu des données fournies par PISA est leur fréquence régulière, permettant un suivi des problèmes émergents ou des progrès enregistrés par les différents systèmes scolaires, de manière comparative. Le fait, par exemple, que les inégalités aient augmenté en France alors qu’elles sont stables ou même en baisse dans de nombreux autres pays occidentaux, modifie nettement la façon dont nous devons appréhender ce phénomène.

Une exceptionnelle source d’informations

Bien que les médias généralistes se concentrent presque exclusivement sur les classements internationaux du niveau moyen des élèves, ces classements n’occupent que peu de pages dans le volumineux rapport final. Bien plus de données portent sur les facteurs déterminants des apprentissages des élèves.

Grâce au degré élevé de comparabilité des données PISA, cette enquête est pour le sociologue une exceptionnelle source d’information sur les inégalités sociales dans l’éducation. Quels sont les pays affichant les inégalités les plus fortes entre élèves autochtones et ceux d’origine immigrée ? Quels pays ont-ils le plus progressé dans l’égalité entre garçon et filles pour l’acquisition des compétences mathématiques ? Ce sont quelques-unes des nombreuses questions souvent ignorées par les journalistes mais qui peuvent utilement être exploitées par les chercheurs comme les décideurs politiques grâce aux rapports PISA.

Pas un mode d’emploi

Comme l’a noté Marie Duru-Bellat, nous devons être particulièrement prudents lorsqu’il s’agit de tirer de ces données descriptives des inférences causales quant aux caractéristiques spécifiques des systèmes éducatifs qui favoriseraient ou inhiberaient les performances des élèves et les inégalités sociales qui y sont liées.

Le potentiel de PISA consiste plutôt à fournir un instrument de suivi robuste et descriptif de la réussite des élèves dans les pays de l’OCDE plutôt que de suggérer des prescriptions politiques prêtes à l’emploi. Il convient de noter, de notre point de vue, que l’OCDE tend plutôt à largement surestimer le potentiel de PISA à cet égard.

Une approche contextuelle de la réussite scolaire

Mais l’intérêt descriptif de ces données ne s’arrête pas aux apprentissages des élèves.

L’étude interroge par questionnaire les étudiants, les personnels enseignants des écoles, mais aussi les parents d’élèves. Ceci permet d’analyser de manière comparative entre pays, et sur la durée, les déterminants contextuels de la réussite scolaire ; la relation entre les ressources des écoles et les résultats de leurs élèves, de mesurer l’influence des ressources culturelles et sociales des familles, ainsi que de nombreux autres phénomènes.

On pourrait ici citer l’absentéisme par exemple : dans quels pays est-il le plus faible, et à l’inverse quelles causes peuvent être invoquées dans les pays moins performants ? Les relations entre élèves et enseignants s’améliorent-elles d’une enquête sur l’autre ou au contraire peut-on voir une détérioration du climat dans les classes ? Dans quels pays l’implication des parents dans la vie scolaire est-elle la plus importante ? PISA nous en apprend beaucoup sur le fonctionnement concret des systèmes éducatifs nationaux.

Des résultats accessibles par tous

La plupart des données et des rapports sont disponibles gratuitement en ligne, ils sont facilement compréhensibles, même pour des non experts, et proposent de bons résumés si l’on veut n’en faire qu’une lecture rapide.

Notre suggestion serait donc de pousser la curiosité jusqu’à consulter le site dédié de l’OCDE au détriment des commentaires ou articles sensationnels trop focalisant. En dehors du risque de contresens ou de mauvais usages, PISA contribue grandement à l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes dans le domaine de l’éducation.

En dessinant les tendances dans le temps et dans l’espace, ces données sur les acquis et les connaissances des élèves, les pratiques pédagogiques, les stratégies d’apprentissage, les inégalités scolaires ou les relations enseignants-enseignés, permettent d’établir un diagnostic des forces et faiblesses de chaque système éducatif et par là-même de formuler un ensemble de priorités politiques basées sur des données de grande qualité.

 Ce texte a été rédigé par Carlo Barone, professeur des universités à Sciences Po - OSC et LIEPP  (traduction Bernard Corminboeuf), et publié par The Conversation, le 18 décembre 2016.
Lien vers l'article :
https://theconversation.com/comment-les-enquetes-pisa-sont-devenues-incontournables-70443
.
Sous licence Creative Commons : BY-ND.

La possession d'animaux de compagnie en France...

...expliquée par la sociologie de la consommation
Nicolas Herpin et Danier Verger
  • Photo Amancay Maahs, Standing Watch [CC BY-NC-ND]Photo Amancay Maahs, Standing Watch [CC BY-NC-ND]

La possession d'animaux de compagnie en France : une évolution sur plus de vingt ans expliquée par la sociologie de la consommation

Nicolas Herpin et Daniel Verger

L'année sociologique 2016/2 (Vol. 66) p. 421-466

Accès à la revue via le portail Cairn

Les satisfactions qu’on peut tirer d’un animal de compagnie peuvent apparaître à un ménage, personne seule ou famille, qui n’en possède aucun et n’en a jamais possédé, sans commune mesure avec les contraintes qu’il impose et les coûts occasionnés par cette présence supplémentaire et pourtant près d’un ménage sur deux continue à en posséder. Pour expliquer cet attachement qui a résisté à la migration de la campagne vers la ville, aux difficultés économiques de l’emploi et aux transformations de la vie conjugale, les sociologues ont privilégié la relation symbolique à l’animal et les attentes largement inconscientes qu’entretient le maître à son égard.

Nous proposons ici d’approcher ce phénomène sous un angle différent. Il n’est pas nécessairement en contradiction avec le précédent, mais il permet de faire ressortir des données importantes et originales, qui restent invisibles dans d’autres perspectives. Dans notre approche quantitative, nécessairement partielle, la possession d’un animal de compagnie est le résultat d’une décision qui n’est pas fondamentalement différente de celle que prend le ménage vis-à-vis des produits de la consommation. Gary Becker (1973 ; 1974) est le premier à avoir appliqué l’analyse économique à ce type de décisions, notamment dans le domaine de la démographie. Dans sa mouvance, il est devenu légitime d’analyser des phénomènes comme le choix du conjoint ou les décisions de fécondité en utilisant les outils de la microéconomie, avec à la base un agent maximisant son utilité sous contraintes. L’analyse présentée s’appuie sur ce type d’ap­proche. Chaque espèce animale offre des opportunités de service que le ménage est en mesure de saisir ou non selon ses ressources budgétaires et le temps libre dont il dispose. Pour surveiller son domicile, aller à la chasse ou donner un compagnon de jeu à son enfant, le ménage ne retient pas le même animal. Car les différentes espèces animales et les différentes races n’ont pas les mêmes capacités à remplir les services divers qu’on attend d’elles. [...]

Bien entendu, l’animal de compagnie a d’autres propriétés, qui peuvent être également étudiées à travers des approches quantitatives [...].

Dans l’étude que nous présentons le nombre d’animaux possédés et leur espèce sont utilisés comme un premier type d’indicateurs : celui des usages possibles de l’animal dans le foyer. En tant qu’instrument présentant une certaine combinaison de propriétés, chaque animal familier est en compétition ou en complémentarité avec d’autres animaux, mais aussi des biens matériels et des services. Tableaux et gravures, plantes et fleurs, mais aussi poissons rouges dans leur bocal se complètent ou s’excluent pour la décoration du logement ; alarme électronique et chien pour sa surveillance ; ronronnement du chat et psychothérapie pour calmer les chagrins des enfants. Un second groupe de caractéristiques concerne les ménages. Leurs besoins, goûts ou préférences dépendent de leur situation matérielle, mais aussi de leurs convictions idéologiques ou morales. [...] l’habitat, le milieu social, la composition du ménage et l’âge sont considérés dans notre analyse comme des contraintes autant que comme les indicateurs de goût caractérisant aussi bien les possesseurs que les non-possesseurs d’animaux de compagnie.

Deux enquêtes ont été réalisées à plus de vingt ans d’intervalle. Elles font apparaître que la France reste également partagée entre possesseurs et non-possesseurs d'animaux de compagnie. Mais cette stabilité du taux de possession n’implique pas que la relation entre l’animal de compagnie et son maître soit restée identique. Sans vouloir attribuer l’évolution observée à celle des seules préférences, il est désormais attendu de l’animal familier moins de services domestiques et plus de compagnie dans les loisirs.

Time, Accumulation and Inequality

Mike Savage, LSE
SCOOPS Seminar MaxPo - OSC, 12 december 2016
  • Photo Michael Fraley - Orange Rolls-Royce 01 [CC BY]Photo Michael Fraley - Orange Rolls-Royce 01 [CC BY]

MaxPo logo
SCOOPS SEMINAR MaxPo jointly with OSC

Monday, December 12 2016 at 12:30 pm

OSC - 98 rue de l'Université Paris 7e, Annick Percheron room

Time, Accumulation and Inequality

with

Mike Savage (LSE)Mike Savage

Professor, London School of Economics and Political Science
Sociology Department

His research focuses on social stratification and inequality, especially the intersectional and cultural dimensions of social inequalities. Savage is the author of many influential books: Class Analysis and Social Transformation (Open University Press, 2000), Culture, Class, Distinction (Routledge, 2009 with Tony Bennett, Elizabeth Silva, Alan Warde, Modesto Gayo-Cal, and David Wright) and Social Class in the 21st Century (Penguin Books, 2015). Savage also works on urban sociology, historical sociology, social theory, and mixed methods. He is a member of the Academy of Social Sciences and Fellow of the British Academy.

Please, register in advance: marina.abelskaiagraziani@sciences-po.fr.

The Causal Effects of Course Failure

Andrew Penner, University of California
Séminaire scientifique de l'OSC - 9 décembre 2016
  • Algebra (Photo Dreamingofariz via Flickr - [CC BY])Algebra (Photo Dreamingofariz via Flickr - [CC BY])

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 9 décembre 2016 de 11h30 à 13h

The Causal Effects of Course Failure

Failure is typically conceptualized as something to be avoided, recent tech firms’ mantra to “fail forward” notwithstanding. Yet in many educational contexts failure is widespread enough to be considered normative. We consider one such case in education, examining the causal effects of repeating Algebra on students’ later achievement. Using administrative data from the California Department of Education, we exploit end of year test score-based discontinuities in first time Algebra takers likelihood of repeating Algebra to estimate causal effects of failure in schools across California. We combine our regression discontinuity estimates from different schools using meta-analysis to examine whether the heterogeneity in the effects that we observe varies by school characteristics. We conclude by highlighting the utility of our approach to understanding the ways that schools shape students' lives by creating meaningful categories more broadly.

Andrew Penner (UCI)

 

Andrew Penner
Associate-Professor in Sociology
University of California, Irvine

 

Entrée libre sur inscription préablable auprès de Marie Ferrazzini.

L'OSC recrute un assistant ingénieur

Assistant en production et analyse de données
Mobilité interne CNRS (NOEMI)
  • L'OSC - 98 rue de l'Université (Paris 7e)L'OSC - 98 rue de l'Université (Paris 7e)

Dans le cadre de la campagne de mobilité interne du CNRS (NOEMI), l’OSC recrute un-e Assistant-e en production et analyse de données.
La personne recrutée participera aux enquêtes sociologiques par entretien ou par questionnaire et réalisera les premiers traitements et interprétations des informations recueillies.
Elle participera à la diffusion des résultats et à l’organisation de manifestations scientifiques.

Une bonne connaissance des SHS et de la sociologie est demandée : discipline, techniques et méthodes d’enquêtes. Lieu de travail : Paris 7e.

Le profil complet du poste (mission, activités, compétences) est disponible ici.

Le site internet dédié à la mobilité intene au CNRS vous apportera toutes les informations utiles à votre évolution professionnelle.
La campagne de mobilité est ouverte du 28 novembre 2016 au 12 janvier 2017 inclus.

L’Observatoire sociologique du changement, OSC est une unité mixte de recherche de Sciences Po et du CNRS (UMR 7049). Il étudie la dynamique d’ensemble des sociétés contemporaines.

Contact et informations à l’OSC : Marie Ferrazzini, Secrétaire générale.

Comment lire la prochaine enquête PISA ?

Marie Duru-Bellat
  • Photo Office de tourisme - Maison d'école en pays Gallo (Saint Gonlay). CC BY-NDPhoto Office de tourisme - Maison d'école en pays Gallo (Saint Gonlay). CC BY-ND

Une fois de plus, la publication en décembre des résultats de la dernière enquête PISA va faire couler, n’en doutons pas, beaucoup d’encre, tout particulièrement dans un contexte de précampagne où les questions d’éducation ne devraient pas être ignorées.

Des enquêtes internationales comparatives
Rappelons en quelques mots que les enquêtes PISA -Programme for International Student Assessment- visent, depuis 2000 et tous les 3 ans (la dernière publiée date de 2013), à évaluer la compréhension de l’écrit, la culture mathématique et la culture scientifique des jeunes de 15 ans, et ceci sur la base de situations de la vie réelle, l’objectif étant d’évaluer la maitrise de skills for life et non de connaissances disciplinaires.
Ont été ajoutées des questions sur la qualité des relations entre professeurs et élèves, ainsi que sur leurs attitudes face au travail scolaire. Ces enquêtes, qui concernent plus d’une soixantaine de pays, ont comme spécificité de porter sur les élèves âgés de 15 ans, et non d’un niveau scolaire donné. D’emblée tournées vers les décideurs publics, elles assument leur vocation à orienter le pilotage des systèmes éducatifs. Pourtant, leur utilisation pose des problèmes variés qui ne sont jamais purement techniques. Examinons-les pour mieux comprendre ce que l’enquête de 2015 peut nous apprendre.

Les limites des enquêtes
Tout d’abord, comme toutes les données d’enquêtes, celles-ci sont inévitablement imparfaites. En particulier, dès lors qu’elles portent sur des échantillons, les estimations chiffrées –en l’occurrence les scores des élèves- sont assorties d’une marge d’incertitude. Alors que les classements sont fortement médiatisés, la position d’un pays n’est souvent pas différente significativement d’un nombre assez élevé de ses voisins. L’oublier conduit à surestimer les écarts entre pays, alors que les écarts de performance les plus importants opposent avant tout les pays riches et les pays pauvres.
Un autre point, méconnu, découle du fait qu’on observe dans PISA les élèves de 15 ans quel que soit leur niveau scolaire. Or, en France, à peine plus de la moitié des élèves de cette population sont à l’heure (ou en avance), les autres ayant redoublé ou fréquentant des filières professionnelles, moins exigeantes scolairement. Ceci, concrètement, fait baisser le score moyen dans les pays comme le nôtre où existe le redoublement (d’où l’intérêt d’examiner spécifiquement le score des élèves n’ayant jamais redoublé, en général très bien situé dans le classement international).
Concernant les épreuves, des réserves ont été émises, notamment en France, sur les possibles « biais culturels » (provenant du fait que l’anglais est source des items, du format de type QCM de nombreux exercices…). Néanmoins, les meilleurs élèves viennent d’aires culturelles très différentes (Finlande, Canada, Corée), et en ce qui concerne la construction et la traduction des épreuves, PISA donne des assurances techniques importantes.
Mais de fait, la difficulté majeure concerne les limites de données transversales, collectées à un moment donné, quand il s’agit d’évaluer et de piloter les systèmes éducatifs. Car les liens observés entre résultats des élèves et politiques éducatives ne sont instructifs à cet égard que si l’on est raisonnablement sûr qu’on a bien affaire à des relations causales.
Or, les résultats, d’une part prennent souvent la forme de corrélations entre deux données (une performance, une caractéristique du système), ce qui peut évidemment masquer nombre de relations non prises en compte ; d’autre part, le caractère transversal des observations ne permet pas de trancher quant à l’impact spécifique de tel aspect du système éducatif, puisque toute la « fabrication » passée des diverses corrélations est ignorée et qu’à 15 ans, on enregistre nécessairement et globalement le résultat de toute la socialisation et la scolarisation antérieures.

Des interprétations très variables
Cela ouvre la porte à de multiples dérapages, les corrélations étant abusivement interprétées selon les préférences idéologiques de chacun.
Prenons l’exemple de l’interprétation des bons résultats finlandais. Si on est syndicaliste, on les met en relation –on les « explique »- avec le niveau élevé des rémunérations et du prestige des enseignants. Si on croit à la pédagogie, on les mettra plutôt en relation avec le suivi individualisé dont bénéficient les enfants en échec. Si on a un a priori favorable à l’autonomie des établissements, on soulignera que les écoles finlandaises ont un niveau d’autonomie plus élevé que les autres pays, en oubliant de préciser que ceci ne concerne que la politique d’évaluations des élèves (pour les autres dimensions de l’autonomie –recrutement des enseignants, budget, admission des élèves-, les écoles finlandaises sont souvent moins autonomes que la moyenne de l’OCDE). Et ainsi de suite…
Or, il est plus que probable que les divers aspects des systèmes jouent de concert, d’où d’ailleurs le caractère très critiquable des « emprunts » d’éléments isolés de tel ou tel système. En outre, la prise en compte du contexte historique et culturel serait nécessaire et c’est peu dire qu’elle est rarement intégrée dans l’analyse.
Comment comprendre l’efficacité remarquable du système japonais, à l’aune de PISA, sans rappeler, pêle-mêle, la valorisation spécifique dont l’éducation est l’objet dans ce pays, l’opinion répandue au Japon selon laquelle tous les enfants sont capables d’apprendre, ou encore, last but not least, le fait que les élèves fréquentent souvent le soir, en sus de leur scolarité normale, des cours de soutien privés... Il n’est pas exclu que l’excellence des performances des élèves japonais tienne à cette école parallèle.
La fragilité des conclusions politiques que l’on peut tirer des corrélations qui sont dégagées dans les enquêtes PISA est donc patente, du fait de la multiplicité des facteurs potentiellement en cause en-deçà de ces corrélations constatées à l’instant t, ce qui rend complètement inadéquate la notion d’efficacité, souvent invoquée dans les commentaires sur les résultats de ces enquêtes. En particulier, quand il s’agit d’évaluer des réformes, il est strictement impossible de dégager des séquences temporelles entre les variables et donc de spécifier des évolutions causales (la variation de tel ou tel paramètre ayant eu tel ou tel effet).

Une enquête ne fait pas une politique
En conclusion, on ne saurait « caler » la politique éducative sur les enquêtes PISA. Tout d’abord parce qu’un pilotage s’appuyant sur des corrélations extraites de leur contexte s’exposerait à des erreurs de préconisation. Mais aussi parce qu’il convient de veiller à ne pas entériner sans discussion les choix éducatifs qui sous-tendent les enquêtes PISA. Ces choix sont effectués de fait par des experts et/ou les instances européennes et les organisations internationales mais ils ne font pas nécessairement l’objet d’une politique explicite et a fortiori de débats démocratiques.
Ici comme ailleurs, privilégier certains indicateurs équivaut à privilégier certains objectifs, puisqu’on évalue les systèmes éducatifs à l’aune de ces indicateurs. Or, la définition des  « compétences pour la vie » incorporée dans PISA fait-elle l’objet d’un consensus, ou encore, pourquoi ne pas donner plus d’importance à des indicateurs sur le bien-être des élèves ?
Pour ce qui est strictement des performances scolaires, on peut également poser la question de savoir si l’excellence d’un système se mesure à l’aune du niveau moyen des performances, et/ou à l’aune du niveau de performance des meilleurs, ou au contraire du niveau auquel on a fait accéder les plus faibles, ou encore à l’homogénéité des performances d’une classe d’âge.
De plus, il serait légitime de distinguer efficacité interne et externe des systèmes éducatif : un système performant est-il un système dont les élèves réalisent des acquis élevés ou qui se placent bien, et s’intègrent bien dans la vie ?
Enfin, les critères macrosociaux censés justifier in fine les politiques éducatives (notamment l’élévation du niveau de formation) mériteraient tout autant d’être l’objet de débats, qu’il s’agisse –OCDE oblige- de la compétitivité ou de la croissance économique, ou d’une cohésion sociale dont la définition et la mesure n’ont rien d’évident.
Un risque et non des moindres engendré par les enquêtes PISA serait d’étouffer tous ces débats par leur simplicité et leur séduction trompeuses, et ce d’autant plus que règne une relative incertitude quant aux objectifs intrinsèques (au-delà du ‘toujours plus ») des politiques éducatives…
Mais de toute évidence, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain et les résultats de la vague 2015 devront être examinés à la loupe…

Ce texte a été rédigé par Marie Duru-Bellat, professeure des universités émérité à Sciences Po - OSC et publié par The Conversation, le 27 novembre 2016.
Lien vers l'article : http://theconversation.com/comment-lire-la-prochaine-enquete-pisa-69430
Sous licence Creative Commons : BY-ND.

Regards comparés sur les classes moyennes

Brésil, France, Italie
Workshop OSC-CEE, lundi 28 novembre 2016
  • Image Anita Hart, CC BY-SAImage Anita Hart, CC BY-SA

WORKSHOP OSC et CEE

Regards comparés sur les classes moyennes : Brésil, France, Italie

Lundi 28 novembre 2016, de 15h30 à 18h30

OSC, 98 rue de l'Université - 75007 Paris
Salle Annick Percheron

  • Arnaldo BagnascoArnaldo Bagnasco (Professeur émérite, Université de Turin et Docteur honoris causa de Sciences Po) présentera son dernier ouvrage La questione del ceto medio. Un racconto del cambiamento sociale (Il Mulino, 2016)

  • Adalberto_CardosoAdalberto Cardoso (Directeur IESP-IUERJ, Rio de Janeiro) et Edmond Préteceille (Directeur de recherche émérite OSC) interviendront sur la comparaison France-Brésil. Article à paraître : Edmond Préteceille (OSC)"Classes médias no Brasil: do que se trata? Qual o seu tamanho? Como vem mudando?", Dados, Revista de Ciências Sociais, 2016.

Séance animée par Marco Oberti (Directeur de l'OSC).
Langue de travail : anglais et français.

Si vous désirez participer à ce workshop, l'inscription est obligatoire : marie.ferrazzini(at)sciencespo.fr.

Diversité culturelle - Initiation sexuelle - Choix scolaires

Sonia Planson, Loïs Vieillefosse, Jeanne Subtil
Nouvelles doctorantes à l'OSC
  • Sonia Planson, Loïs Vieillefosse et Jeanne Subtil (OSC)Sonia Planson, Loïs Vieillefosse et Jeanne Subtil (OSC)

L'Observatoire Sociologique du Changement a le plaisir d'accueillir pour cette nouvelle année universitaire 3 doctorantes, autour de questions et problématiques très différentes :

  • Sonia Planson étudie la diversité culturelle comme ressource dans le système scolaire en comparant des terrains français et état-uniens. Elle met en relation les activités extra-scolaires et les trajectoires des élèves selon leur origine migratoire ou leur ethnicité. Les différences locales pour proposer une offre extra-scolaire adaptée sont prises en compte, aux côtés des sphères de socialisation par la famille et par les pairs. Ce travail combine une approche statistique et des entretiens qualitatifs.
    Sous la direction de Philippe Coulangeon.

  • Loïs Vieillefosse s'intéresse aux choix scolaires opérés par des parents ayant connu une mobilité sociale ascendante. La transformation des habitus et identités sociales est-elle durable et transmissible ? Des terrains d'étude sont choisis à Londres et Paris. Sa méthodologie est quali/quanti.
    Sous la direction de Agnès van Zanten.

  • Jeanne Subtil a choisi d'étudier certains aspects de la société indienne, notamment le lien entre modernisation (porteuse de développement socioéconomique, meilleur niveau d'éducation ou banalisation du travail des femmes), et autonomisation de la sexualité féminine. L'organisation patrilinéaire et patrilocale, doublée d'une forte endogamie de castes n'empêche pas aujourd'hui des formes d'autonomie sexuelle des femmes issues de la classe moyenne émergente, une individualisation de la vie amoureuse et même une forme de marché sexuel. Entretiens semi-directifs et données d'enquêtes nationales seront exploités.
    Sous la direction de Hugues Lagrange et de Christophe Guilmoto (CEPED - Université Paris Descartes).

Trajectoires et pratiques de mobilité spatiale

Du local au transnational
Workshop - Vendredi 2 décembre 2016 - Paris
  • Réalisation : FNSP-Sciences Po, Atelier de cartographie, 2014Réalisation : FNSP-Sciences Po, Atelier de cartographie, 2014

Journée d'étude - Workshop

Trajectoires et pratiques de mobilité spatiale : du local au transnational

Vendredi 2 décembre 2016
OSC - 98 rue de l'Université, Paris 7e, salle Annick Percheron

Au cours du siècle passé, la mobilité spatiale a connu un développement sans précédent. Autrefois signe distinctif des élites, elle s’est massifiée avec le développement des classes moyennes et de la société de loisirs. Toutefois, la sociologie ne s’est penchée que très partiellement sur ce phénomène et souvent de manière peu attentive à l’analyse empirique. Il y a pourtant, en France et ailleurs, des expériences de recherche qui proposent des outils et des approches analytiques innovantes. Une partie importante de ces expériences sont présentées lors de cette journée d’étude, qui vise à établir un dialogue entre perspectives et disciplines (sociologie, géographie, démographie et science politique) qui partagent un intérêt commun à l’analyse des effets sociaux des mobilités spatiales. La journée d’étude aura ainsi vocation à susciter les échanges scientifiques autour des méthodes pour saisir et des interprétations sociologiques à donner aux transformations des pratiques de mobilité contemporaines.
Cette journée est aussi l’occasion de présenter les premiers résultats de l’enquête Mobilités et trajectoires dans le cycle de vie, administrée auprès du panel ELIPSS (Enquête Longitudinale par Internet pour les Sciences Sociales) en 2016 en France et répliquée en Italie. Dans l’après-midi, le débat s’ouvrira sur la dimension transnationale à l’échelle européenne, en s’appuyant sur l’analyse des données recueilli dans l’enquête EUCROSS (The Europeanisation of Everyday Life: Cross-Border Practices and Transnational Identities among EU and Third-Country Citizens).

Inscription obligatoire auprès de Sylvie Lesur : sylvie.lesur@sciencespo.fr.

PROGRAMME

09.30-10.00  Accueil des participants / Welcome

La mobilité spatiale dans les sciences sociales françaises
Discutante : Anne Muxel (Sciences Po, CEVIPOF)

10.00-10.45 -  Les space-sets des Français et des Italiens: premiers résultats de deux enquêtes parallèles
Aurore Flipo (Sciences Po Grenoble et OSC), Ettore Recchi (Sciences Po, OSC)

10.45-11.15 - Le projet GlocalMap
Arnaud Brennetot (UMR IDEES, Université de Rouen), Sandrine Berroir (Université Paris 7 - UMR Géographie-cités), Claude Grasland (Université Paris 7 - UMR Geographie-cités - CIST), Clarisse Didelon-Loiseau (Université Paris 1 - UMR Géographie-cités - CIST)

11.15-11.30 Pause-café / Coffee break

11.30-12.15 - Bouger pour mieux habiter : la mobilité spatiale professionnelle, un choix résidentiel ?
Nathalie Ortar (LET/ENTPE Vaulx-en-Velin)

12.15-13.00 -  Parcours migratoires et sentiment d'appartenance : une conjugaison complexe
France Guérin-Pace (INED - CIST)

13.00-14.00 Déjeuner / Lunch

Transnational mobilities in Europe
Discussant: Mirna Safi (Sciences Po, OSC)

14.00-14.45 -  Patterns of Transnational Mobilities in Europe
Justyna Salamonska (University of Warsaw), Ettore Recchi (Sciences Po, OSC)

14.45-15.30 - Transnationalism through Consumption in Europe
Laurie Hanquinet (University of York), Mike Savage (London School of Economics)

15.30-16.15 -  Transnational Solidarities in Europe
Juan Díez Medrano (University Carlos III, Madrid), Irina Ciornei (University of Bern), Fulya Apaydin (Institut Barcelona d'Estudis Internacionals)

16.15-16.30 Pause-café / Coffee break

16.30-17.15 - Transnational Identifications among Nationals and Migrants in Europe
Michael Braun (GESIS, Mannheim), Steffen Pötzschke (GESIS, Mannheim)

17.15 - Narratives of Transnationalism
Adrian Favell (University of Leeds), David Reimer (Aarhus University), Janne Jensen (Aarhus University)



Inequality of Educational Returns in France

Effect of Education and Social Background on Occupational Careers
Notes & Documents de l'OSC - Novembre 2016
  • Offres d'emploi sur le site de l'APECOffres d'emploi sur le site de l'APEC

Notes & Documents de l'OSC

OSC's Working Papers Serie

Inequality of Educational Returns in France.
Some Evidence of Change in the Relative Importance of the Effect of Education and
Social Background on Occupational Careers

Milan Bouchet-Valat (INED)
Camille Peugny (CRESPPA, Université Paris 8)
Louis-André Vallet (Sciences Po, OSC, CNRS)

n° 2016-05, Novembre 2016, 32 p.

Download the paper | Téléchargez ce numéro

This paper is an extended version of the chapter about France within the comparative volume edited by F. Bernardi and G. Ballarino (2016), Education, Occupation and Social Origin. A Comparative Analysis of the Transmission of Socio-Economic Inequalities, Cheltenham, Edward Elgar Publishing.

On the basis of the 1977, 1985, 1993 and 2003 Formation & Qualification Professionnelle surveys and various indicators of labour market success, it establishes three main results:
(1) after controlling for education, there still exists a ‘direct’ effect of class origin on labour market success which is visible more at an advanced stage of the occupational career than at its outset;
(2) this ‘direct’ origin effect varies in strength over educational categories, being weaker or non-existent among the higher educated, i.e., a higher social background is to a certain extent able to compensate for less prominent educational assets;
(3) the ‘direct’ origin effect has strengthened in the recent cohorts or the last decade observed.

Cette note est une version longue du chapitre à propos de la France, publié au sein du volume comparatif dirigé par F. Bernardi et G. Ballarino (2016), Education, Occupation and Social Origin. A Comparative Analysis of the Transmission of Socio-Economic Inequalities, Cheltenham, Edward Elgar Publishing.

À partir des enquêtes Formation & Qualification Professionnelle de 1977, 1985, 1993 et 2003 ainsi que de plusieurs indicateurs du degré de réussite professionnelle, elle établit les trois résultats suivants :
- à niveau d’éducation contrôlé, il existe encore un effet ‘direct’ de l’origine sociale sur la réussite professionnelle et cet effet est davantage visible à un stade avancé de la carrière qu’au début ;
- cet effet ‘direct’ de l’origine sociale varie, dans son intensité, avec le niveau d’éducation et s’avère plus faible, voire inexistant, parmi les diplômés de l’enseignement supérieur - en d’autres termes, une origine sociale plus élevée est susceptible de compenser, jusqu’à un certain degré, des ressources scolaires plus faibles ;
- l’effet ‘direct’ de l’origine sociale s’est renforcé dans les cohortes récentes ou la dernière décennie observée.

Louis-André Vallet est Directeur de recherche CNRS à l'OSC. Sociologue quantitativiste, il travaille depuis plusieurs années sur la stratification sociale dans la société française, vue notamment au travers des parcours d'éducation. [Page web]

Milan Bouchet-Valat est Chargé de recherche à l'INED. Diplômé de Sciences Po, il travaille sur les questions relevant de la stratification sociale et des inégalités et notamment la sociologie du couple (mesures d'homogamie / hypergamie). [Page web]

Camille Peugny est Maître de conférences à l'Université Paris 8, laboratoire CRESPPA. Ses recherches en cours portent sur les inégalités entre les générations, la stratification affectant les classes populaires et le phénomène de reproduction sociale. [Page web]

Sukriti Issar - Facsem

Jeudi 17 novembre 2016 12h30
  • Sukriti Issar (OSC)Sukriti Issar (OSC)

Facsem jeudi 17 novembre 2016 , salle Jean Monnet, 56 rue Jacob, 75006 Paris, 12h30-14h30 :

Sukriti Issar, Assistant Professor à l'Observatoire sociologique du changement de Sciences Po (OSC) présente ses recherches autour du thème : "A historical perspective on informal housing".


Giacomo Parrinello, Assistant Professor au Centre d'histoire de Sciences Po présente ses travaux autour du thème : "The Nature of Modernity: Water and Development in the Po River Basin, 1860-2000".

Inscription obligatoire : marina.abelskaiagraziani@sciencespo.fr.

Tags :

Forum de la recherche à Sciences Po

à la rencontre des chercheurs...
Mardi 15 novembre 2016
  • Forum de la recherche à Sciences Po, 15 novembre 2016Forum de la recherche à Sciences Po, 15 novembre 2016

Les recheches conduites à Sciences Po couvrent le droit, l'économie, l'histoire, la science politique et la sociologie et se déploient dans onze unités de recherche et des programmes transversaux.

La communauté scientifique compte plus de deux cent vingt membres et de trois cents cinquante doctorants. Bénéficiant  d’une reconnaissance internationale, leurs travaux portent sur une grande variété de thèmes tels que l'éducation, les démocraties, le développement urbain, la globalisation ou la santé publique.

Le Forum de la recherche c'est une journée unique, le mardi 15 novembre prochain, pour rencontrer des chercheurs et prendre connaissance de toute l'activité scientifique de Sciences Po, des moyens d'en bénéficier, voire d'y participer ! Venez nombreux !

  •  Un salon

De 10h à 18h, 27, rue Saint-Guillaume. Entrée libre.
Découvrez les labos et l'École doctorale, discutez avec des chercheurs, renseignez-vous sur les sujets de recherches, les publications en Open access...

Si vous envisagez de faire des études doctorales, vous y trouverez des informations sur les conditions d'accueil dans les labos, les parcours doctoraux et le métier de chercheur.
Entrée libre pour Sciences Po - Inscriptions au salon obligatoire pour les externes

  • Des conférences-débats

12h30-14h30 : Le web peut-il sauver la démocratie ? avec Dominique Cardon
Inscriptions : Sciences Po *** Externes


14h45-16h45 : Être ou ne pas être chercheur avec Philippe Bezès et Elissa Mailänder
Inscriptions : Sciences Po *** Externes

  • Des discussions

Des chercheurs répondent à vos questions autour de 2 questions de fond :

12h30-13h00 - La finance au pouvoir ? avec Pierre François, sociologue
Inscriptions : Sciences Po *** Externes

17h00-17h30  - Encourager les innovations avec Emeric Henry, économiste
Inscriptions : Sciences Po   *** Externes


Contact : helene.naudet@sciencespo.fr

L’incorporation spatiale des immigrés en France : étude des déterminants des trajectoires résidentielles

Soutenance de thèse
Haley McAvay, 21 novembre 2016
  • Photo Julien O, "Low rent for birds" - CC BY-NC-NDPhoto Julien O, "Low rent for birds" - CC BY-NC-ND

Dans le cadre du programme doctoral de Sociologie de Sciences Po, Haley McAvay soutiendra sa thèse le lundi 21 novembre 2016 à 14h30 en salle de réunion du 199 boulevard Saint-Germain, Paris 7e.

Haley McAvay

L’incorporation spatiale des immigrés en France :
étude des déterminants des trajectoires résidentielles

Membres du jury :

Philippe COULANGEON (CNRS), Roland RATHELOT (Warwick University), Mirna SAFI (Directrice de recherche, Sciences Po), Aliya SAPERSTEIN (Stanford University), Patrick SIMON (INED), Maarten van HAM (Delft university of Technology)

Cette thèse a pour objet d'explorer les situations résidentielles des immigrés et de leurs descendants en France. S'appuyant sur deux grandes sources statistiques, les analyses portent sur les caractéristiques des quartiers, l'accès au logement, la mobilité résidentielle ainsi que la transmission intergénérationnelle des situations résidentielles. Une attention particulière est portée sur les déterminants individuels et contextuels de ces disparités ainsi que la manière dont elle relèvent d'une forme d'inégalité ethnoraciale en France.

Accès réservé aux publics internes à Sciences Po et aux personnes préalablement inscrites.

Les corps de l’énarchie. Recompositions de l’Etat et stabilité du profil des hauts fonctionnaires

François Denord (CSE - EHESS)
Séminaire scientifique de l'OSC - 4 novembre 2016
  • L'antenne de l'ENA à Paris (photo Tales of a Wanderer via Flickr - CC BY-NC)L'antenne de l'ENA à Paris (photo Tales of a Wanderer via Flickr - CC BY-NC)

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Georges Lavau

vendredi 4 novembre 2016 de 11h30 à 13h

Les corps de l’énarchie.
Recompositions de l’Etat et stabilité du profil des hauts fonctionnaires

L’école nationale d’administration (ENA) se voit souvent prêter un rôle central dans la reproduction de la classe dirigeante française. Entre les positions de pouvoir auxquelles elle conduit, les cartes ont cependant été largement rebattues ces dernières années : le rôle de l’Etat a changé ; la prise de décision s’effectue davantage à l’international ; le pouvoir économique supplante bien souvent le politique. Sur la base d'une enquête portant sur les trajectoires de 1100 énarques, la recherche présentée s’intéresse aux transformations qui ont pu affecter les carrières des hauts fonctionnaires. Alors que l’Etat s’est largement retiré de la sphère économique, les énarques ont-ils tendance à davantage quitter le service public que par le passé et jouent-il un rôle moindre dans la prise de décision publique ?

François Denord (CNRS)

 

François Denord est chargé de recherche CNRS au Centre de Sociologie Européenne (CESSP-EHESS). Ses travaux comportent souvent une perspective historique, qu'il traite du néo-libéralisme français, des élites ou des doctrines et politiques économiques.
Il est le rédacteur en chef de la revue Actes de la recherche en sciences sociales.


Racial Mobility: The Dynamics of Race and Inequality

Aliya SAPERSTEIN
Séminaire joint LIEPP/OSC, vendredi 18 novembre 2016
  • A business concept - networking or teamwork, Varina Patel (via Shutterstock) A business concept - networking or teamwork, Varina Patel (via Shutterstock)

LIEPP's Discriminations and Social Inequalities Research Group and
Observatoire sociologique du changement (OSC)

Racial Mobility: The Dynamics of Race and Inequality

Aliya SAPERSTEIN

Friday, November 18th, 2016

12:30 pm - 2:00 pm

LIEPP's Seminar Room

LIEPP's Office, 1st Floor, 254 bvd Saint-Germain - 75007 Paris

Interested participants should register here

Aliya SAPERSTEIN (Stanford University) 

Aliya Saperstein

Professor Saperstein is LIEPP-OSC Visiting Professor from November 14th to December 14th 2016. She received her B.A. in Sociology from the University of Washington and her Ph.D. in Sociology and Demography from the University of California-Berkeley. In 2016, she received the Early Achievement Award from the Population Association of America. She has also been a Visiting Scholar at the Russell Sage Foundation. Her research focuses on the social processes through which people come to perceive, name, and deploy seemingly immutable categorical differences —such as race and sex—and their consequences for explaining, and reinforcing, social inequality. 

 

Abstract of the paper

Saperstein will introduce a "racial mobility" perspective that brings together constructivist theories of race, a social psychological approach to categorization, and the tools of sociological studies of social mobility to make the case for a more dynamic understanding of the relationship between race, discrimination, and social inequality. In particular, she argues that a person’s race or ethnicity should be conceptualized as a changeable characteristic more like their occupational or marital status than their year or place of birth. Evidence for this perspective is presented from different historical periods in the U.S., across multiple outcomes and datasets, and is consistent with results from controlled experiments. Similar patterns of selective fluidity also are evident beyond the U.S. – from the 18th century Spanish American colonies to the Roma in contemporary Europe. This “racial mobility” highlights the socially constructed nature of race without losing sight of the remarkable persistence of racialized advantage and disadvantage.

Agnès van Zanten

Docteur honoris causa de l'Université de Genève
14 octobre 2016
  • La cérémonie Dies academicus, Université de GenèveLa cérémonie Dies academicus, Université de Genève
  • La cérémonie Dies academicus, Université de GenèveLa cérémonie Dies academicus, Université de Genève

Agnès van Zanten, directrice de recherche CNRS à l'OSC, a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Université de Genève, vendredi 14 octobre 2016, au cours de la cérémonie Dies academicus, placée cette année sous le signe du développement durable.

La captation vidéo de la cérémonie est disponible sur le site Web de l'université : http://www.unige.ch/rectorat/dies/ (116 min. - 68'47 pour la lodatio).

Trois autres doctorats honoris causa, une Médaille de l’UNIGE, une Médaille de l’innovation et le Prix Mondial Nessim-Habif ont été décernés à cette occasion.

Pascal Zesiger, doyen de la faculté de psychologie et de sciences de l'éducation, a choisi de débuter sa laudatio par une citation extraite d'une interview au journal Libération datant de 2013 : « le système favorise ceux qui en connaissent les clés ».

Il présente Agnès van Zanten comme une « experte de la profession enseignante, des politiques éducatives, de la mécanique de production des ségrégations et des inégalités d'éducation », ayant mené « l'analyse de toutes les strates de la société dans leur rapport à l'école ». Il ne manque pas de souligner également son "rapport à la fois décomplexé et distancié" entretenu à la formation des élites, un de ses objets de recherche et de publication.

Il rappelle ensuite son parcours : baccalauréat décroché à l'école française Valmont de Lausanne ; études supérieures à Standford et à l'université Paris V ; enseignements et recherches au CNRS, à l'EHESS, et à Sciences Po.

Plusieurs questions de recherche sont rappelées : scolarisation des élèves de milieux populaires (L'école et la périphérie, PUF, 2001) ; stratégies éducatives des parents de classes moyennes (Choisir son école, PUF, 2009) ; production des ségrégations à caractère sexuel, social, ethnique ou racial ; formation des élites dans le cadre de la globalisation de l'éducation (Elites, Privilege ans Excellence, 2015).

Ce doctorat distingue une « expertise particulièrement précieuse dans le contexte portant sur les effets contradictoires de la gouvernance des politiques éducatives par les résultats, l'analyse de la fabrication des discriminations, l'impact des logiques compétitives dans l'enseignement supérieur ».

 

La santé à tout prix. Sociologie du marché français des médicaments génériques

Etienne Nouguez (CSO)
Séminaire scientifique de l'OSC - 14 octobre 2016
  • Photo OSCPhoto OSC

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 14 octobre 2016 de 11h30 à 13h

La santé à tout prix
Sociologie du marché français des médicaments génériques

Si la consommation de médicaments génériques progresse en France, elle reste largement en deçà des principaux pays européens. Etienne Nouguez étudie le système de santé français et les relations stratégiques entre ses différents acteurs : pouvoirs publics, médecins, pharmaciens, laboratoires pharmaceutiques et patients pour expliciter les raisons de ce retard et les disparités géographiques constatées. A partir de nombreux entretiens de terrain, de rapports, articles de presse et de données statistiques, il dévoile plusieurs enjeux : introduction d'un marché concurrentiel par les prix, nouveau modèle industriel, stratégies statutaires entre professionnels de santé, représentations et hiérarchie de valeurs, mécanismes d'attachement à la marque, civisme, diffusion de l'innovation... 

Etienne Nouguez étudie les interactions entre acteurs politiques, administratifs, experts, industriels, professionnels de santé et consommateurs, pour saisir conjointement les processus de qualification des actes ou des produits thérapeutiques et les dynamiques de structuration de leurs marchés. Ses travaux mobilisent ainsi les apports de la sociologie économique, de la sociologie de la santé et de la sociologie de l’action publique.

Etienne Nouguez (CSO)

 

Etienne Nouguez, Chargé de recherche CNRS
Centre de Sociologie des Organisations

 

A lire
- Sur The Conversation : « Patients, médecins : qui a peur des médicaments génériques ? ».
- Dans l'ouvrage de Sophie Dubuisson-Quellier, « Gouverner les conduites », Presses de Sciences Po, 2016, « Gouverner la concurrence par les prix : la politique française des médicaments génériques ».

Au-delà de la "crise des migrants"

Décentrer le regard
Editions Khartala
  • Photo strassenstriche.net, "Refugees Welcome" (Zurich) [CC BY-NC]Photo strassenstriche.net, "Refugees Welcome" (Zurich) [CC BY-NC]

Couverture de l'ouvrage (Karthala)Au-delà de la crise des migrants : décentrer le regard

Dirigé par Cris Beauchemin et Mathieu Ichou

Karthala, octobre 2016, 200 p., isbn  9782811117337

L'expression « crise des migrants » ou « crise des réfugiés » s’est imposée dans le débat public depuis 2015. Elle fait référence à l’augmentation récente et massive des entrées en Europe de populations en provenance notamment de pays déstabilisés, voire en guerre : Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.

L’objectif de l'ouvrage est de fournir des clés de compréhension en prenant de la distance par rapport aux représentations communes du phénomène. Il prend le parti de ne pas traiter seulement des évènements récents et d’élargir le champ géographique au-delà des frontières européennes.

Le décentrement par les chiffres contribue à prendre la mesure des faits migratoires tels qu’ils sont : sans en masquer l’importance, mais en en précisant l’ampleur et les caractéristiques. Le décentrement historique, ensuite, permet à propos de la crise actuelle de dépasser l’illusion du « jamais vu » sans tomber dans celle du « toujours ainsi ». Enfin, le décentrement géographique remet en cause une représentation des migrations internationales qui seraient réduites à des flux orientés des pays « pauvres » vers les pays « riches ».

TABLE DES MATIÉRES

Première partie
Migrations internationales en Europe : arriver et partir
 1. « Crise des migrants ». Décoder les chiffres (Cris Beauchemin)
 2. Accueillir des « vagues » de migrants en France. Un détour par l’histoire (Cris Beauchemin, Mathieu Ichou et Lionel Kesztenbaum)
 3. « Accueillir toute la misère du monde » ? Le trompe-l’oeil d’une vision misérabiliste de l’immigration (Mathieu Ichou)
 4. Immigration permanente ou migration temporaire ? L’invisibilité des départs de France (Louise Caron)

Seconde partie
Éclairages régionaux
 5. Migration forcée et politiques migratoires. Le cas des réfugiés de syrie au Liban (Lama Kabbanji)
 6. Peur de l’invasion et stéréotypes racistes. L’exemple de la guyane française  (Dorothée Serges Garcia)
 7. Le maroc, de l’émigration à l’immigration  (Audrey Lenoël et Tatiana Eremenko)
 8. migrations d’afrique subsaharienne. Sens et contresens (Cris Beauchemin)

Conclusion
Contrôler les frontières : une cause perdue ?
(Cris Beauchemin et Mathieu Ichou)

 

 

The Influence of social inequality on life satisfaction

Joint-Seminar MaxPo SCOOPS, OSC
Monday, October 10, 2016
  • Photo : Beau Lebens "Happiness" (CC BY-NC)Photo : Beau Lebens "Happiness" (CC BY-NC)

Scoops MaxPo

SCOOPS Lecture MaxPo

Séminaire scientifique de l'OSC 2016-2017

13, rue de l'Université 75007 Paris - salle du Conseil

lundi 10 octobre 2016 de 12h30 à 14h30

The Influence of social inequality on life satisfaction

Discussant: Carlo Barone (OSC).

Martin SCHRÖDER

 

 

Martin SCHRÖDER,
Professor in economic sociology, Marburg University

He holds a professorship for economic sociology at the University of Marburg in Germany. He earned his PhD at the Max Planck Institute for the Study of Societies and spent one year each at Sciences Po Paris and Harvard University. His research focuses on social inequality, welfare states, varieties of capitalism, the influence of morality on economic action, and life satisfaction. In 2013, he has published the monograph Integrating Varieties of Capitalism and Welfare State Research: A Unified Typology of Capitalisms with Palgrave. In 2016, he published the article How Income Inequality Influences Life Satisfaction in the European Sociological Review and the article Varieties of Regulation: How to Combine Sectoral, Regional and National Levels in Regional Studies. He has also published on welfare regimes in journals such as Social Forces and the Journal of Social Policy.

 
 Inscriptions : Marina Abelskaïa-Graziani.

 

Socioeconomic Segregation in Large Cities in France and the United States

Demography journal
Hugues Lagrange, Lincoln Quillian
  • Photo Steve, Gentrification (CC BY-NC)Photo Steve, Gentrification (CC BY-NC)

Demography JournalSocioeconomic Segregation in Large Cities in France and the United States

Lincon Quillian (Northwestern University)

Hugues Lagrange (OSC)

Volume 53, Issue 4, p. 1051-1084, August 2016.


Springer Link access

Past cross-national comparisons of socioeconomic segregation have been undercut by lack of comparability in measures, data, and concepts. Using IRIS data from the French Census of 2008 and the French Ministry of Finance as well as tract data from the American Community Survey (2006–2010) and the U.S. Department of Housing and Urban Development Picture of Subsidized Households, and constructing measures to be as similar as possible, we compare socioeconomic segregation in metropolitan areas with a population of more than 1 million in France and the United States.
We find much higher socioeconomic segregation in large metropolitan areas in the United States than in France. We also find:

  • a strong pattern of low-income neighborhoods in central cities and high-income neighborhoods in suburbs in the United States, but varying patterns across metropolitan areas in France;
  • that high-income persons are the most segregated group in both countries;
  • that the shares of neighborhood income differences that can be explained by neighborhood racial/ethnic composition are similar in France and the United States; and
  • that government-assisted housing is disproportionately located in the poorest neighborhoods in the United States but is spread across many neighborhood income levels in France. We conclude that differences in government provision of housing assistance and levels of income inequality are likely important contributing factors to the Franco-U.S. difference in socioeconomic segregation.

Hugues Lagrange (OSC)Authors citation(...) In France, by contrast, the distribution of high- and low-income and unemployment areas varies significantly by metropolitan area. Marseille and Lille follow a U.S.-style pattern with regard to suburbanization, with a poorer city and wealthier suburbs. The suburbs of Paris and Lyon include have an elevated share of both poor and affluent neighborhoods relative to their central cities (...) In the United States, then, individual poverty is likely more often accompanied by neighborhood poverty, and individual affluence is more often accompanied by neighborhood affluence, than is the case for France (...).

Trapped in Place?

Segmented Resilience to Hurricanes in the Gulf Coast
Sukriti Issar, John Logan, Zengwang Xu
  • Photo Ignis/Mike Hollingshead's - Bad weather 9  (CC BY-NC)Photo Ignis/Mike Hollingshead's - Bad weather 9 (CC BY-NC)

Demography Journal

Trapped in Place? Segmented Resilience to Hurricanes in the Gulf Coast, 1970–2005

John Logan, Sukriti Issar, Zengwang Xu

Demography, 16 août 2016 - 24 p. - DOI: 10.1007/s13524-016-0496-4

Springer Link access

Sukriti Issar (OSC)Hurricanes pose a continuing hazard to populations in coastal regions. This study estimates the impact of hurricanes on population change in the years 1970–2005 in the U.S. Gulf Coast region. Geophysical models are used to construct a unique data set that simulates the spatial extent and intensity of wind damage and storm surge from the 32 hurricanes that struck the region in this period. Multivariate spatial time-series models are used to estimate the impacts of hurricanes on population change. Population growth is found to be reduced significantly for up to three successive years after counties experience wind damage, particularly at higher levels of damage. Storm surge is associated with reduced population growth in the year after the hurricane. Model extensions show that change in the white and young adult population is more immediately and strongly affected than is change for blacks and elderly residents. Negative effects on population are stronger in counties with lower poverty rates. The differentiated impact of hurricanes on different population groups is interpreted as segmented withdrawal—a form of segmented resilience in which advantaged population groups are more likely to move out of or avoid moving into harm’s way while socially vulnerable groups have fewer choices.

Mobilités sociales et rapports au pouvoir institutionnel

Une élite du hip-hop en banlieue rouge
Pauline Clech - Politix 2016-2
  • Photo Sekundo (Battle de Païta, Nvelle Calédonie, 2009) [CC BY-NC-ND]Photo Sekundo (Battle de Païta, Nvelle Calédonie, 2009) [CC BY-NC-ND]

Politix 114
Politix, revue des sciences sociales du politique - Volume 29, numéro 114 "Mobilités sociales", coordonné par Julie Pagis et Paul Pasquali.

Mobilités sociales et rapports au pouvoir institutionnel : une élite du hip-hop en banlieue rouge. Pauline Clech (post-doctorante au COES, Santiago du Chili), p. 149-175.
Cet article est disponible sur la plateforme CAIRN
(DOI: 10.3917/pox.114.0149).

Pauline ClechÀ la fin des années 1980, le hip-hop est devenu une contre-culture juvénile et banlieusarde qui a constitué un important lieu de socialisation, à côté de la famille et de l’école, au sein de groupes de pairs à base locale. En analysant les trajectoires post-adolescentes d’enquêtés socialisés au sein de cette contre-culture et cherchant à se maintenir, une fois adultes, durablement dans cette voie, cet article montre qu’une jeunesse s’y est forgé un capital culturel illégitime. Ce capital culturel est à la fois une capacité de repérage au sein d’arts encore peu institutionnalisés, un ethos spécifique issu en partie de la « culture des rues » et une politisation sous forme de conflictualité et de revanche sociale, ainsi qu’une méfiance vis-à-vis de toute forme de pouvoir institutionnel. L’acquisition de ce capital culturel a des conséquences sur la position sociale atteinte à l’âge adulte. Deux types de mobilité sociale sont repérables : des enquêtés d’origine populaire connaissent une ascension sociale, là où d’autres, issus des classes moyennes, parviennent à conjurer un déclassement probable. Ce capital culturel a besoin d’espaces d’actualisation pour être socialement efficace : s’il reste largement illégitime au sein de la société, nous montrerons les liens dialectiques qui se sont noués au cours du temps entre ce capital culturel, la mobilité sociale et le pouvoir institutionnel local.

Citation de l'article de Pauline ClechLes institutions publiques locales peuvent constituer des « marchés francs » où valoriser ce capital culturel illégitime. Elles sont omniprésentes dans les trois types de trajectoires étudiées, et ce d’autant plus qu’au cours du temps les membres de cette élite du hip-hop se retrouvent sans groupe de pairs. Cette promotion sociale se fait sur un mode individuel, comme le montrent les expressions « se faufiler » ou « tirer son épingle du jeu ». Ce n’est pas au sein d’une contre-société avec ses propres normes et ses propres institutions qu’ils se sont élevés dans l’espace social : ils ont dû entrer dans le monde des « autres ». Ils s’y trouvent confrontés à de nombreux plafonds de verre qui sont pour eux autant d’occasions de se voir « remis à leur place » (...).

Wages, Bonuses and Appropriation of Profit in the Financial Industry

The working rich
Olivier Godechot
  • O. Godechot (2016)O. Godechot (2016)

Figure 1.4 - The contribution of different sectors to the rise in inequality in FranceWages, Bonuses and Appropriation of Profit in the Financial Industry

The 2008 financial crisis led the whole world to ask questions of the financial industry. Why are wages in the financial industry so high? Are bonuses responsible for the financial crisis? Where do bonuses come from? Politicians and others urged people to believe that the crisis was the price of Wall Street’s greed and blamed the ‘bonus culture’ prevalent in the financial industry. However, despite widespread condemnation and the threat of tighter regulation, bonuses in the industry have proven remarkably resilient.

 Olivier GodechotThis book provides an in-depth inquiry into the bonus system. Drawing on examples from France, the City and Wall Street, it explains how and why workers in the financial industry can receive such large bonuses. We examine issues around incentives, morality and wealth-sharing among employees, including the rise of "the working rich" - those who have benefited the most from the high wages and large bonuses on offer to some employees. These people have achieved wealth through their work thanks to new forms of exploitation in our ever-more dematerialised economy. This book shows how the most mobile employees holding the most mobile assets can exploit the most immobile stakeholders. In a world where inequalities are rising sharply, this book is therefore an important study of one of the key contemporary issues.

Table of contents

Introduction: Finance as a Working Rich Observatory

 Bonus Practices
The Size of Bonuses
The Distribution of Bonuses

 Property Rights and Power
Property Rights in the Firm
The Sense of Ownership of Profit
Assets and Power

 Hold-Up and Labour Market
A Hold-Up Case
Towards a Model of Hold-Up
The Labour Market as Asset Transfer
What Do Heads of Trading Rooms Do?

Conclusion: Value Creation for Wage Earners?

Routledge International Studies in Money and Banking - 258 p. - ISBN 978-1138123960.

Equality or equity? Divisions of work and partnership dissolution in the UK

Marta Dominguez-Folgueras
Séminaire scientifique de l'OSC - 30 septembre 2016
  • Jeff Turner (CC - BY)Jeff Turner (CC - BY)

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 30 septembre 2016 de 11h30 à 13h

Equality or equity?
Divisions of work and partnership dissolution in the UK 

This communication analyzes the effect of the division of paid and unpaid work on the risk of dissolution of married and cohabiting couples in the UK, using 16 waves of the BHPS. In the literature, the division of work is usually categorized in terms of equality or traditionalism, depending on whether housework is done mostly by women or not. We propose an exploratory measure to include equity in our operationalization of the division of work, taking into account that partners might consider the division fair if none of them is doing a double shift.

Marta Dominguez-Folgueras (OSC)

 

 

 Marta Dominguez-Folgueras
Assistant Professor, Sciences Po


 inscriptions : marie.ferrazzini@sciencespo.fr

 

Graduate Migration Out of Italy: Predictors and Pay-Offs

E. Recchi, C. Barone, G. Assirelli
Notes & Documents de l'OSC n° 2016-03, août 2016
  • Laureati (Nico Vendome55, NC BY-ND)Laureati (Nico Vendome55, NC BY-ND)

Notes & Documents de l'OSC

n° 2016-03, Août 2016

Graduate Migration Out of Italy: Predictors and Pay-Offs

Ettore Recchi (OSC)
Carlo Barone (OSC)
Giulia Assirelli (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano)

Téléchargement - Download

Migration from Southern Europe has been on the rise after the Euro-crisis, mostly fed by young skilled workers. Little is known about the determinants and pay-offs of migration for this population. This paper focuses on the Italian case, on the  basis of a large representative sample of graduates interviewed in 2011. Four years after graduation, 2.4 per cent of them lived outside Italy; the majority (87 per cent) had settled in the EU. Multivariate analyses show that they are disproportionately drawn from upper class families and have scientific and internationally-oriented credentials. Academic performance in upper secondary and tertiary education also displays a positive correlation with migration. Moreover, when compared to the ‘stayers’ in their cohort, movers enjoy better occupational outcomes in terms of unemployment risks, access to skilled jobs, salary and work satisfaction. Ceteris paribus, the PPP-adjusted net hourly salary of movers is 27 per cent higher than the salary of stayers. This differential varies considerably across destination countries, ranging between 17 and 98 per cent.

Après la crise de l’Euro, se redessine un mouvement migratoire intra-européen originaire des pays du sud, principalement alimenté par une jeunesse hautement qualifiée. On sait peu de choses sur les déterminants et les profits escomptés de leurs déplacements. Cet article étudie plus particulièrement le cas des italiens, à travers des entretiens menés en 2011 sur un large échantillon représentatif des jeunes diplômés. 4 ans après l’obtention de leur diplôme, 2.4% vivent à l’étranger ; la majeure partie d’entre eux (87%) se sont installés dans un autre pays de l’Union Européenne. Les analyses multivariées montrent que la propension à migrer est plus forte chez les jeunes issus de familles de classes sociales supérieures et d’inscrits dans des disciplines scientifiques ouvertes sur le monde. La migration est également corrélée avec les performances scolaires dans l’enseignement secondaire et supérieur. Comparés aux individus non mobiles, les migrants de la cohorte affichent de meilleures perspectives de carrière, de meilleurs salaires, plus de satisfaction dans leur travail, et moins de risque de chômage. De plus, en moyenne et toute chose étant égale par ailleurs, la Parité en Pouvoir d’Achat (PPP), au travers du salaire horaire net de ces migrants, est 27% plus élevée que pour ceux qui restent en Italie. Cet écart varie considérablement selon les pays de destination, entre 17% et 98%.

Grandeur et décadence du capital social

Emanuele Ferragina
  • Michael Gove, secrétaire d'État à la Justice (Paul Clarke, Wikipedia)Michael Gove, secrétaire d'État à la Justice (Paul Clarke, Wikipedia)

Grandeur et décadence du capital social

Emanuele Ferragina, Sciences Po – USPC

Certains commentateurs ont vu le Brexit comme le résultat d’un accroissement de la ligne de fracture qui traverse aujourd’hui la société britannique ; ce que Will Hutton a qualifié de société « du eux et du nous ».

En effet, le débat sur la cohésion sociale dans la société britannique a mobilisé pendant plus de deux décennies des chercheurs comme des décideurs politiques, autour de la notion – discutée – de capital social. Nous observons que cet évènement se produit alors que le concept de capital social se situe à un tournant dans la rhétorique politique.

Le capital social, ce n’est pas ce que vous connaissez, mais qui vous connaissez ! C’est Robert Putnam qui a diffusé cette idée dans le monde académique, reformulant un vieux débat sur l’importance des liens sociaux dans le fonctionnement des institutions démocratiques.

Capital social et néolibéralisme

Pourtant, après 20 ans sur le devant de la scène, nous constatons que le concept de capital social, au moins dans la version popularisée par Putnam, a largement perdu de son attrait. Nous en venons à cette conclusion en analysant la relation à double tranchant instaurée entre d’un côté le capital social et de l’autre le néolibéralisme.

Dans une période caractérisée par la crise et la montée des inégalités économiques, l’élan politique nécessaire pour soutenir le capital social semble en complet décalage avec l’application du programme politique néolibéral.

D’un côté, la diffusion du néolibéralisme a grandement contribué à la popularisation du concept de capital social, mais d’un autre, il pourrait bien avoir provoqué sa déchéance. Pour illustrer l’engouement puis le déclin de l’idée de capital social, nous emploierons la métaphore des deux paraboles superposées, celle de la théorie du capital social et celle du discours politique qui s’y réfère. La parabole est constituée de trois périodes retraçant le cycle de vie du capital social dans un cadre analytique et politique : une phase ascendante, un sommet (vertex) et enfin une phase de déclin.

Robert Putnam, un auteur populaire

La montée en puissance de la théorie débute avec les travaux de James Coleman, et l’intégration du capital social dans la théorie du choix rationnel. C’est ensuite au début des années 90 que Robert Putnam transforme le capital social d’un concept scientifique en une notion populaire reprise au niveau mondial, ainsi que le montre le nombre de citations de Putnam dans la littérature scientifique.

Bowling Alone, publié en 2000, a fait la réputation de son auteur Robert Putnam et popularisée l’idée de capital social Remarquons par exemple que son ouvrage Bowling Alone : The Collapse and Revival of American Community a un nombre de citations plus important que l’ouvrage de Joseph Stiglitz Globalization and Its Discontents ou The Three Worlds of Worlds of Welfare Capitalism de Gøsta Esping-Andersen.

Après avoir dépeint le déclin de l’engagement citoyen américain au travers de l’image du Bowling Alone – les Américains jouent de plus en plus seuls au bowling, après avoir longtemps pratiqué en groupe, en convivialité – Putnam apparaît dans le magazine People, il est interviewé plusieurs fois sur ses propres pratiques citoyennes vertueuses et même invité à Camp David pour converser avec le président Clinton.

Il défend l’idée que la démocratie américaine court un grand danger si la société civile, le ciment relationnel qui relie les individus s’affaiblit. Après tout, qui pourrait affirmer que des liens sociaux vivaces et plus d’engagement citoyen ne soutiennent pas la démocratie ?

L’argumentaire de Putnam fait écho à La démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville. Pourtant, à la différence du philosophe français du XIXe siècle, Putnam a éludé le fait que le capital social ne peut pleinement s’épanouir quand des inégalités structurelles persistent dans la société.

Comme de nombreux auteurs l’ont montré, la réduction par Putnam des relations sociales en quelque chose d’équivalent au capital financier implique que participation communautaire et participation sociale soient des formes d’activité économique. Or le mot capital est directement lié au développement d’un système économique basé sur l’individualisme et la compétition, valeurs qui semblent opposées au modèle de citoyenneté que les théoriciens du capital social et les décideurs politiques ont défendu dans leurs discours.

Un concept apprécié en Grande-Bretagne

En dépit de cette contradiction frappante, l’appel de Putnam au renouvellement de la démocratie américaine a également gagné l’Europe. En Grande-Bretagne, l’appel à un engagement plus actif de la société civile – de la Third Way (« troisième voie » promue par Tony Blair et inspirée par le sociologue Anthony Giddens ; elle positionne le Parti travailliste entre la gauche et la droite) à la Big Society du parti conservateur (« la grande société » portée David Cameron qui milite pour l’engagement citoyen et soutient la philanthropie dans l’idée de réduire d’autant l’intervention publique) – a été plus fort que partout ailleurs.

Nous utilisons ici le cas britannique en appui de notre réflexion, pour trois raisons :

  • la Grande-Bretagne est le premier pays (avec les États-Unis) où le néolibéralisme a été intégré dans un programme politique cohérent et démocrate,

  • la Third Way est le premier projet politique social-démocrate fortement influencé par le néolibéralisme, et

  • à la fois le New Labour et les conservateurs ont produit un discours utilisant le capital social pour promouvoir un nouvel espace politique au sein de la société civile.

De la conversion du Parti travailliste de Blair…

Durant les années 1990, le Parti travailliste s’est progressivement éloigné de l’idéologie sociale-démocrate en remettant en cause l’objectif de réduction des inégalités économiques. Il a défendu et encouragé la modernisation de l’État pour créer les conditions favorables au développement du capital social parmi la population britannique. C’était le nouvel étendard du New Labour.

Le premier ministre Tony Blair (ici en 2002) a promu la Third Way, un projet politique social-démocrate influencé par le néolibéralisme Ce changement peut être considéré comme un moment clé : les discours politiques faisant référence au capital social sont alors nombreux, la phase ascendante de la parabole se dessine. L’idée est que pour accompagner la période de modernisation et de transformation, on privilégie les valeurs portées par certains corps intermédiaires (associations par exemple) parce qu’elles donnent un visage humain à une société dominée par la concurrence et soumise au culte de l’efficacité. Dans cette optique, la création de capital social devait contrebalancer la montée de l’individualisme, répondre au besoin d’interdépendance et de relations sociales, fournir du liant pour empêcher que la modernisation ne mène à la désintégration de la société.

D’une façon similaire à Coleman et Putnam, la Third Way de Tony Blair a marqué l’appariement entre capital social et néolibéralisme. Au tournant du siècle s’établit le sommet de la parabole du discours politique faisant la promotion du capital social.

… aux tentatives du Parti conservateur de Cameron

En 2010, le programme conservateur de la Big Society fait aussi écho à ce référentiel. Le Parti conservateur soutient à son tour l’idée qu’une nation est meilleure si les liens sociaux forgent un sens de la coopération et de la participation forts entre les citoyens. En dépit de l’augmentation significative des inégalités économiques, la rhétorique politique fondée sur la théorie du capital social semble une bonne manière de dépasser la contradiction entre l’encouragement à l’engagement citoyen et le programme politique néolibéral.

David Cameron (ici en 2010) n’a jamais réussi à vendre la « Big Society » aux Britanniques. Cependant, confronté à un contexte de crise économique, il devient difficile de concilier les deux. Par conséquent, l’idée de Big Society n’a pas eu le même attrait que la Third Way auprès du grand public : seulement 11 % (2011) et 9 % (2012) des sondés par YouGov pensent qu’elle pourrait marcher, alors qu’une écrasante majorité, entre 68 % et 73 % pensent le contraire. En complément, un sondage Ipsos-Mori de 2010 montre que 57 % des répondants sont d’accord avec l’assertion que la Big Society servira en fait d’alibi pour couper dans les dépenses publiques (Defty, 2014).

Au-delà, d’autres indicateurs montrent une non-adhésion massive au projet. En dépit d’un discours officiel en faveur de l’engagement citoyen et de la promotion du volontariat, la part de la population travaillant dans le milieu associatif a constamment décliné au Royaume-Uni depuis le début de la crise. L’Office National des Statistiques (2014) et Carla Seddon (2012) ont mesuré que la fraction de la population impliquée dans les activités bénévoles et associatives était passée de 48 % en 2007-2008 à 41 % en 2010-2011.

Plombé par la crise et l’échec de la Big Society

Si l’utilisation généreuse de l’idée de capital social dans le projet politique mis en place au cours du premier mandat de Tony Blair a marqué un apogée conceptuel, la chute de l’enthousiasme pour le programme de la Big Society au cours des dernières années marque l’inflexion à la baisse de la parabole du discours politique. L’engagement citoyen en Grande-Bretagne est en déclin continu, en dépit des efforts pour occulter la tension inhérente entre le néolibéralisme et la création de capital social.

Après des années d’influence décisive sur le discours politique britannique, le capital social est maintenant bel et bien dans une phase descendante. La théorie du capital social (au moins la version de Putnam) ne peut plus cacher le fait que le programme politique néolibéral a en fait agi comme un frein sur la participation citoyenne !

Au moment où la gouvernance néolibérale commence à montrer ses limites ; il devient clair que, pour renforcer les corps intermédiaires et l’engagement social, plus d’égalité et de solidarité sont nécessaires, comme l’avait soutenu Tocqueville. La redistribution et la solidarité semblent en porte à faux avec l’idée de concurrence, l’individualisme et l’efficacité du marché – les référentiels centraux du programme néolibéral. Il existe une tension entre l’individualisation des risques sociaux promus par les partis politiques britanniques au cours des dernières décennies et l’appel à créer du capital social : il devient plus difficile d’accuser les individus pour des problèmes collectifs.

Avant la crise de 2008, la croissance économique avait amorti cette tension inhérente entre l’accroissement des inégalités économiques et la demande de renforcement de l’engagement collectif. Cela a contribué à la transposition de la théorie du capital social dans le discours public. Mais aujourd’hui les limites de la financiarisation comme moteur central de la croissance économique, les difficultés matérielles amplifiées par la crise et les mesures d’austérité mises en œuvre en réponse à ces défis minent la légitimité des politiques néolibérales.

Dans ce contexte, l’incompatibilité entre l’agenda néolibéral et l’objectif de créer du capital social ne peut pas être dissimulée par une simple théorie académique. Pour cette raison, comme Robert Cox l’a affirmé, si la théorie est « toujours pour quelqu’un et dans quelque but », alors la disparition rapide de l’idée de Big Society pourrait aussi indiquer le déclin et l’abandon de la théorie du capital social dans le milieu académique.

Ce texte a été traduit par Bernard Corminbœuf, chargé de la Valorisation de la Recherche à Sciences Po (Observatoire Sociologique du Changement).

The Conversation

Emanuele Ferragina, Assistant professor, sociologue, Sciences Po – USPC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Travail dominical, usages du temps et vie sociale et familiale...

Vers moins de sociabilités familiales et amicales ?
Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard - Economie et Statistique, juillet 2016
  • Photos JeanneMenjoulet&Cie, 2015, via Flickr (CC BY-ND et BY-NC-SA)Photos JeanneMenjoulet&Cie, 2015, via Flickr (CC BY-ND et BY-NC-SA)

Jean-Yves Boulin, IRISSO Paris Dauphine et Laurent Lesnard, Sciences Po (OSC et CDSP)

Revue Economie et Statistique (INSEE)

n° 486-487 - Juillet 2016 - p.149-183

Travail dominical, usages du temps et vie sociale et familiale : 
une analyse à partir de l’enquête Emploi du temps

Télécharger l'article (site de la revue)

Les débats relatifs au travail dominical opposent, d’un côté, les tenants de la liberté de travailler sans contrainte, qui mettent en avant les gains de compétitivité de l’économie et les gisements d’emploi que recélerait l’ouverture des commerces le dimanche, et, de l’autre, à la fois les défenseurs, de moins en moins nombreux, d’un temps consacré à la sanctification et ceux qui prônent le maintien d’un temps commun consacré à la vie en société et à la famille. Les premiers invoquent l’évolution de la société, des modes de consommations, la compétition économique dans un monde globalisé tandis que les seconds font appel aux travaux socio-historiques, à la dimension socio‑anthropologique du dimanche et à la nécessité d’en préserver la spécificité. D’un côté comme de l’autre, peu de référence est faite aux conditions de vie et de travail des salariés amenés à travailler le dimanche.
L’étude réalisée ici à partir de l’enquête INSEE Emploi du temps, bien que n’étant pas une étude d’impact du travail le dimanche à proprement parler, permet de comparer les usages du temps de ceux qui travaillent le dimanche et de ceux qui ne travaillent pas ce jour‑là.
Selon les estimations économétriques, travailler le dimanche va de pair avec une perte de sociabilité familiale et amicale et une diminution du temps de loisir allant au‑delà de celles observées un jour de semaine et qui ne sont pas, en général, entièrement contrebalancées par le jour de repos compensateur. De plus, les salariés concernés par le travail le dimanche, c’est‑à‑dire par une forme de travail atypique, sont également ceux qui sont le plus concernés par des horaires de travail atypiques les jours de la semaine.

Pertes nettes relatives de sociabilité compensées par le repos compensateur

Financialization Is Marketization!

A Study of the Respective Impacts of Various Dimensions of Financialization on the Increase in Global Inequality
Olivier Godechot
  • Image BBC World Service, Wall Street (CC BY-NC)Image BBC World Service, Wall Street (CC BY-NC)

Financialization Is Marketization!
A Study of the Respective Impacts of Various Dimensions of Financialization
on the Increase in Global Inequality

Olivier Godechot

Sociological Science, June 29, 2016 - DOI: 10.15195/v3.a22

Sociological science logo

Olivier GodechotI study the impact of financialization on the rise in inequality in 18 OECD countries from 1970 to 2011 and measure the respective roles of various forms of financialization: the growth of the financial sector; the growth of one of its subcomponents, financial markets; the financialization of non-financial firms; and the financialization of households. I test these impacts using cross-country panel regressions in OECD countries. I show first that the share of the finance sector within the GDP is a substantial driver of world inequality, explaining between 20 and 40 percent of its increase from 1980 to 2007. When I decompose this financial sector effect, I find that this evolution was mainly driven by the increase in the volume of stocks traded in national stock exchanges and by the volume of shares held as assets in banks’ balance sheets. By contrast, the financialization of non-financial firms and of households does not play a substantial role. Based on this inequality test, I therefore interpret financialization as being mainly a phenomenon of marketization, redefined as the growing amount of social energy devoted to the trade of financial instruments on financial markets.

Evolution of the top 1 percent income share

The Class Pay Gap in Britain and France’s Higher Professional and Managerial Occupations

Sam Friedman & Daniel Laurison (LSE)
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 24 juin 2016
  • Photo: Mariano Mantel, City of London (CC BY-NC)Photo: Mariano Mantel, City of London (CC BY-NC)

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 24 juin 2016 de 11h30 à 13h

The Class Pay Gap in Britain and France’s
Higher Professional and Managerial Occupations

The hidden barriers, or ‘gender pay gap’, preventing women from earning equivalent incomes to men is well documented. Yet in this talk we demonstrate that, in Britain and France, there is also a comparable ‘class origin pay gap’ in higher professional and managerial occupations. We find that even when those from working-class backgrounds are successful in entering high-status occupations, they earn considerably less, on average, than those from privileged backgrounds. In Britain this class-origin pay gap translates to up to £7,350 lower annual earnings. This difference is partly explained by the upwardly mobile being employed in smaller firms and working outside London and Paris, but it remains substantial in both countries even net of a variety of important predictors of earnings. These findings illustrate how, even beyond occupational entry, the socially mobile often face a significant and previously undetected earnings “class ceiling” within high-status occupations.

Sam Friedman (LSE)Sam Friedman, Assistant Professor in Sociologie Daniel Laurison (LSE)
The London School of Economics and Political Science (LSE)

 

Daniel Laurison, Postdoctoral Research Fellow (LSE)

La construction du privilège local. Enquête sur les habitants de classes supérieures en banlieue parisienne

Lorraine Bozouls
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 1er juillet 2016
  • Paris XVI, Villa Montmorency (photo Mbzt, CC BY-SA)Paris XVI, Villa Montmorency (photo Mbzt, CC BY-SA)

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 1er juillet 2016 de 11h30 à 13h

La construction du privilège local.
Enquête sur les habitants de classes supérieures en banlieue parisienne

 A mi-parcours de la thèse, cette présentation dressera un premier bilan de ce travail sur le contrôle de l'espace local par les habitants de classes supérieures. Jusqu'à présent, les questions de politiques de sécurité urbaine et des rapports entre habitants et police ont surtout été adressées par des travaux se concentrant sur les classes populaires et plus spécifiquement sur les quartiers de "banlieue" dits en difficulté. Cette recherche montre l'intérêt de s'intéresser aussi aux espaces résidentiels privilégiés et homogènes, où se développent différents types de dispositifs de sécurité à l'échelle individuelle et collective. Ces espaces sont marqués par des dynamiques de fermeture dont les mécanismes, l'ampleur et l'impact sur les configurations locales sont rarement étudiés. Dans cette présentation, le protocole d'enquête adopté sera détaillé ainsi que sa mise en œuvre dans deux communes de la première couronne de la métropole parisienne. Les premiers résultats de ce travail de recherche seront également développés, principalement centrés sur la façon dont les enjeux de sécurité ou encore ceux de protection du patrimoine historique sont utilisés dans la construction d'un privilège local.

Lorraine BozoulsLorraine Bozouls
Doctorante à l'OSC
Titre de la thèse : L'enjeu de la sécurité dans les quartiers résidentiels supérieurs : comparaison de deux communes franciliennes
Sous la direction de Marco Oberti (OSC) et de Fabio Quassoli (Università degli Studi di Milano-Bicocca)

Contact et inscription (registration): Marie Ferrazzini.

Education, Occupation and Social Origin

Carlo Barone, Milan Bouchet-Valat, Camille Peugny, Louis-André Vallet
  • Education, occupation and social origin (EElgar)Education, occupation and social origin (EElgar)

Educational, Occupation and Social OriginEducation, Occupation and Social Origin

A comparative Analysis of the Transmission of Socio-Economic Inequalities

Edited by Fabrizio Bernardi and Gabriele Ballarino

Edward Elgar publishing - 2016 isbn 978 1 78536 044 2

See the presentation, the aims and read an extract in the Elgaronline website

This innovative book takes a comparative approach to the social origin–education–destination triangle, looking at the intergenerational transmission of advantage in 14 countries. The intention is to debate the claim that education is the ‘great social equalizer’. The contributors examine the relation between family background, education and occupational achievement over time and across educational levels, focusing on the relationship between individuals’ social origins and their income and occupational outcomes.

  • Inequality of educational returns in France: changes in the effect of education and social background on occupational careers, Milan Bouchet Valat, Camille Peugny, Louis-André Vallet, p. 20-33.
    In contemprary France, does social origin still have an influence when young men and women leave the educational system after they obtain their qualifications and their first jobs?
    Family background affects the degree of success of the first step among young people with the same educational assets: does this ascription effect always persist over the course of their subsequent occupational careers? 
    Could it be the case that, in a country characterized by tremendous recent educational expansion the long-lasting effect of social origin has become more prominent in the most recent cohorts as compared with the previous ones?
  • Social background and education in occupational attainment in Italy, Gabriele Ballarino, Carlo Barone, Nazareno Panichella, p. 82-93.
    The paper is dealing with the direct 'effect' of social background on occupational achievement (intergenerational occupational correlation), controlling for education. Authors test whether this effect changes over time... They consider the interaction between education and social background in order to check whether the intergenerational occupational correlation is stronger or weaker among more educated individuals. Finally, they examine returns to education over time, looking for changes in the correlation between education and occupational achievement.

Figure 2.3 - Interaction education x cohortPage 30: Interaction education X cohort (prestige score) →
citation"The loss of value of certificates in terms of prestige score in the first job essentially started with the 1951-56 cohort, especially for the general baccalauréat (2c_gen) and has progressively affected all certificates at an accelerating pace. As regards the prestige score in the current job, the decrease is very steady over surveys and affects all certificates at the same space, while returns in terms of log net wage have also followed the same pattern, through the evolution is less regular in the last survey.

Recension de l'ouvrage par Marie Duru-Bellat (septembre 2016).

Que faire contre les inégalités ?

30 experts s'engagent
Publication de l'Observatoire des inégalités
  • Photos Monik Markus (Liberté, égalité, fraternité - CC-BY) et ObservatoirePhotos Monik Markus (Liberté, égalité, fraternité - CC-BY) et Observatoire

Citation (extrait de l'article)

Et si l'on agissait au lieu de s'agiter ? En matière d'inégalités, l'écart entre les discours et les actes est beaucoup trop grand. Cette situation ruine notre démocratie, pousse les catégories populaires vers l'extrême-droite. Que faire ? Les "toutologues" médiatiques - version moderne du café du commerce - parlent de tout sans rien dire et envahissent les médias (..). Nous avons décidé de prendre la direction inverse : demander des réponses aux chercheuses et chercheurs qui travaillent au quotidien sur ces questions depuis des années.

A moins de un an des élections présidentielles, 30 chercheurs ont été conviés par l'Observatoire des inégalités à apporter des solutions au problème des inégalités sociales, à la lumière de leur domaine de compétence.

En 120 pages, l'ouvrage balaie de nombreuses dimensions de l'action publique dans lesquelles des actions politiques volontaristes et novatrices pourraient être menées. 

On y trouvera notamment les interventions de Marco Oberti dans le domaine des inégalités urbaines - Faire émerger la mixité - de Marie Duru-Bellat sur les politiques éducatives - Refonder enfin l'école - ou de Camille Peugny à propos de la reproduction sociale - Favoriser l'autonomie des jeunes.

Le somaire complet de l'ouvrage et la liste des auteurs se trouvent sur cette page de l'Observatoire des inégalités.

A noter que cette publication a en partie fait l'objet d'un financement participatif.

 

 

Evaluating Welfare-State Convergence with Dyadic Analysis

Social Policies are Increasingly Similar, but Only in the EU
Jason Beckfield (Harvard), jeudi 9 juin 2016
  • Photo : European Communities - European and national flags with sky backgroundPhoto : European Communities - European and national flags with sky background

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

jeudi 9 juin 2016 de 12h30 à 14h

Evaluating Welfare-State Convergence with Dyadic Analysis:
Social Policies are Increasingly Similar, but Only in the EU

The contemporary institutionalization of an international, regional polity and market in the European Union raises key questions about the role of regional integration in the convergence of European welfare states. To date, sociological work has emphasized processes of industrialization and globalization as the social changes that may drive increasing similarity among welfare states. Building on institutionalist theory from sociology and the Europeanization literature from political science, this lecture develops the argument that regional integration drives welfare-state convergence by generating, diffusing, and enforcing the adoption of policy scripts concerning “appropriate” welfare policy. The hypothesis that deepening regional integration drives growing welfare-state convergence is tested with time-series data on variation in welfare spending and novel measures of regional integration, for European Union and OECD countries, over the 1960-2010 period. In contrast to dominant approaches to convergence, which tend to quantify convergence as a decrease in dispersion, or as a negative coefficient on a lagged dependent variable, this presentation features results from pairwise comparisons of all possible welfare-state dyads. This finer-grained approach reveals evidence of growing international similarity in social policy, including replacement rates from unemployment insurance, but only in the European Union.

Jason Beckfiled
Jason Beckfield

Professor of Sociology, Harvard University

 

Jason Beckfield est invité par le LIEPP du 1er au 30 juin 2016.

Autre séminaire : Institutionnal Theory & the distribution of Population Health - lundi 20 juin 2016.

La cause des femmes dans l'Etat

Une comparaison France - Québec
Anne Revillard - PUG éditeur
  • La cause des femes dans l'Etat (PUG)La cause des femes dans l'Etat (PUG)

Anne Revillard (OSC)Anne Revillard, La cause des femmes dans l'État. Une comparaison France-Québec, Presses Universitaires de Grenoble, collection "Libres cours Politique", mai 2016, 272 p., isbn : 978-2-7061-2548-2.

Citation dans l'ouvrage

"Crise de la conscience collective féminine", "conscience aiguë qu’ont les femmes de s’engager à bâtir une société nouvelle" : dans la seconde moitié des années 1970, le même type de constat est dressé au sein des gouvernements français et québécois. Quelque chose change dans la situation des femmes, (...) "aucun gouvernement ne peut ignorer", et il convient de définir "une politique" qui prenne acte de ces transformations. Plutôt que le simple enregistrement d’une évolution des moeurs, cette politique est conçue comme un instrument de changement. "Remettre en question", "contester", "dénoncer" : au-delà de la prise en charge de la question des femmes comme un "problème" parmi d’autres, c’est bien ici la cause des femmes qui fait irruption dans l’État. la cause des femmes dans l’état.

L’État peut-il penser la cause des femmes ? L’amélioration du statut social des femmes et la déstabilisation des inégalités entre les sexes ont constitué une des transformations sociales les plus marquantes du xxe siècle.

Cet ouvrage montre comment des institutions gouvernementales ont participé à cette dynamique de changement social, en s’intéressant aux Secrétariats d’États, conseils consultatifs et autres instances étatiques qui, depuis les années 1960, ont été chargés d’une mission de promotion des droits et du statut des femmes.

Dans le cadre d’une comparaison franco-québécoise inédite, l’étude présente les actrices, les institutions et les orientations des politiques d’égalité depuis leurs origines jusqu’à leurs questionnements contemporains (gender mainstreaming, diversité). La méthodologie adoptée pour cette recherche combine les trois outils classiques de l'explication en sociologie que sont la compréhension, l'histoire et la comparaison. Prenant appui sur une enquête de terrain approfondie, l’ouvrage mobilise des portraits de pionnières de ce « féminisme d’État », mais aussi des témoignages de ses actrices moins visibles, défendant la cause des femmes par un travail administratif plus feutré.

Il évoque les débats qui ont marqué cette politique au fil des années, de l’égalité professionnelle à la lutte contre les violences, de la remise en question des stéréotypes sexués à la parité. À partir d’une démarche de politique comparée et de sociologie de l’action publique, l’auteure montre comment politique contestataire et politique publique s’articulent pour ces institutions promouvant la cause des femmes dans et par l'État.

  • Introduction

« Féminisme d’État » : de l’évaluation à la compréhension
Des définitions plurielles | … Pour une problématique unique | Ouvrir la « boîte noire » du féminisme d’État
L’État face au genre
Une cible mouvante ? Le genre comme construction sociale | Transversalité du genre et gender mainstreaming | L’impossible définition des intérêts des femmes
Défendre la cause des femmes dans l’État : quelle politique ?
Une politique publique | Des institutions militantes | Une sociologie compréhensive, historique et comparative | Institutions, contenu et modalités d’une politique de changement social

  • Faire des Françaises des « citoyennes à part entière »

Les origines du féminisme d’État sous des gouvernements de droite (1965-1981)
« Questions féminines » et nouvelle vague de mobilisation féministe | Comité du travail féminin, centres d’information : premières innovations institutionnelles en marge de l’État | La Condition féminine, de délégation en ministère la cause des femmes dans l’état
Le ministère des Droits de la femme (1981-1986), une refondation
Administration et budget : un renforcement au niveau central | Consolidation de l’ancrage territorial | Du Comité du travail féminin au Conseil supérieur de l’égalité professionnelle
Instabilité politique et consolidation administrative (1986-1998)
L’instabilité politique | « Être une administration comme une autre »
Une cause réaffirmée (depuis 1998)
Un renouveau des mobilisations collectives | La fonction ministérielle : de l’incertitude au renouveau | Réactivation et transformation des instances consultatives

  • L’État québécois et le « statut de la femme »

Un mouvement des femmes puissant doté d’une large assise sociale
De la commission Bird au Conseil du statut de la femme
Les recommandations de la commission Bird | Une institution en débats | Le Conseil dans la loi
Une administration militante
Le Conseil, une administration | Une étape institutionnelle dans des trajectoires féministes
La Condition féminine : genèse et instrumentation d’une fonction ministérielle
De la définition d’une politique d’ensemble à la mise en place d’un Secrétariat | Les ministres | Le Secrétariat
Une dichotomie institutionnelle entretenue
Des rapports distants | Une séparation revendiquée | Des institutions mises à l’épreuve
Une périphérie stratégique

  • Définir la cause des femmes dans l’État

Une définition complexe
Les composantes militantes | Les demandes des femmes et le souci du contact avec « la base » | La recherche sur les femmes | Les relations gouvernementales : le gender mainstreaming avant l’heure | Le rôle de l’international | Une combinaison de démarches | Une définition qui s’inscrit dans le temps
Les orientations d’une politique de changement social
Les politiques d’ensemble comme cristallisation de la cause | Les représentations des femmes dans les textes officiels | Défaire les inégalités de genre : une entreprise de changement social

  • Égalité par l’emploi, autonomie par tous les moyens : quelles priorités pour quelles femmes ?

En France, promouvoir l’égalité dans et par l’emploi
Une orientation fondatrice | Des citoyennes travailleuses | Un familialisme de surface ? | Inflexion du référentiel et effacement du marquage partisan
Au Québec, l’impératif de l’autonomie économique
Le CSF à ses débuts : égalité ou indépendance ? | Le tournant du début des années 1980 | Priorité à l’autonomie et investissement des débats de droit familial
Le féminisme d’État au prisme de la question familiale
De l’influence des acteurs du secteur « femmes » | … À l’économie des relations entre féminisme et familialisme

  • Des institutions militantes

« Faire faire » en étant faible, féminisée et féministe
Faire faire, faire avec, faire travailler ensemble | Un rapport de force dans une situation de faiblesse institutionnelle
Contester de l’intérieur : contraintes et ressources
Deux répertoires d’action | Proximité et distanciation
L’expertise critique, une ressource stratégique
Un vecteur de crédibilité | Un vecteur de critique
L’appui sur les associations
Un poids qui compte | Les dispositifs permanents de structuration du secteur associatif | Les consultations et forums

  • Politique des droits, politique des symboles

L’information juridique : les instruments d’une politique des droits
Les dispositifs permanents d’information et de réception des plaintes | La diffusion de l’information juridique par des supports écrits
Favoriser un changement culturel : une politique des symboles
« Modifier culturellement l’image de la femme » | Célébrer la cause des femmes dans l’État | Agir sur la production des représentations
Les associations comme instrument d’action publique

  • Intégrer et inclure : les défis actuels

Intégrer l’approche sans désintégrer l’institution
Qui mène une politique transversale ? Le défi du gender mainstreaming | Les femmes sont-elles une catégorie comme une autre ?
Moderniser sans exclure ?
La femme moderne… et les autres : le féminisme d’État dans la politique du voile | Peut-on abolir la prostitution sans faire violence aux prostituées ?

  • Conclusion

Le mouvement des femmes dans l’État | Une politique de changement social | Des spécificités nationales | Le défi de l’inclusion

Tags :

Youth, Politics and Education: A Swedish point of view

Ylva Bergström, visiting professor
Uppsala University
  • Ylva Bergström (2016)Ylva Bergström (2016)

Ylva Bergström est chercheuse invitée, en séjour à l'OSC du 7 janvier 2016 au 30 juin 2016.

Ylva, tell us more about your institution and the research team where you are involved
I am associate professor in sociology of education, with a position as senior lecturer at Uppsala University, and member of the research group Sociology of Education and Culture (SEC), which is a node in Scandinavia for research centered on certain French traditions founded by Pierre Bourdieu, Jean-Paul Benzécri and others. The research areas in SEC include studies on cultural fields, the formation of elites, students’ trajectories, and transnational transformations of the educational and cultural fields and also history of education. Our research is methodologically based on geometric data analysis and prosopographical methods.

Could you explain your current field of research: interest, topics, issues, and 2 or 3 methodogical elements you used?
Lately I have been working on a project regarding youth and politics, with a certain focus on the space of political position takings and how the structure of political position-takings correspond with social origin (parents education and occupation), educational assets, inherited as well as acquired (educational program and school), sex and also place (comparing here the urban life to rural district). The study is based on questionnaire, conducted among 1500 students in upper secondary education, with a geometrically correspondence analysis, and qualitative analysis (through 65 interviews).

Who are the French researchers with whom you are in touch? Around which particular questions?
The work of and collaboration with Brigitte Le Roux (Cevipof) and Frederic Lebaron (Printemps) has been of great importance. I am also inspired by the work of Jean Chiche, Pascal Perrineau (Cevipof) and of Stéphane Beaud (Univ. Paris Ouest La Défense - ENS) and Michel Pialoux (CSE-EHESS). I am working on a re-analysis of the world value survey (WVS open data base) comparing the space of position-takings 1990, 1996, 2006 and 2011. It’s a challenge to work out the possibilities to study change, and on this matter the collaboration with Le Roux is crucial.

Could you describe the interest to be visiting in Sciences Po Paris / OSC?
I am recently involved in a research program on families in the Swedish educational landscape, which has changed dramatically the last 20-30 years, due to, as in many other countries, decentralization and more importantly: marketization. It is changes in families’ paths, their assets and strategies over time – 19851 to 2016 – and in different geographic areas, different parts of urban cities and rural districts that are of interest. The work is based, again on statistical analysis – census data – and large amounts of interviews. This research also draws on French sociology, whereas the work of Agnès van Zanten on elite education and privileged families is of great importance. I have the opportunity to get to know her research from the inside since we are working on a re-analysis of some of her earlier studies on elite families.  

I am also finishing an article on the social inequalities in trajectories to higher education that focus on studies abroad and the importance of school assets (non the least extracurricular activities) and families cultural, economic and educational capital. This also relates to the work of Agnès van Zanten and however ….

I have attended many interesting seminars at OSC and of course the academic prestige of Science Po, attracts important lectures and offers interesting seminars, I pay attention to the seminars and Scoop lectures at MaxPo, and joint seminars given by LIEPP/OSC.

Queer Identities in Higher Education: Becoming Included?

Yvette Taylor, University of Strathclyde, Glasgow
Joint Scientific Seminar LIEPP - OSC, Mercredi 1er Juin 2016
  • Photo Richie Diesterheft, Education Without Discimination (CC BY-SA)Photo Richie Diesterheft, Education Without Discimination (CC BY-SA)

Séminaire conjoint OSC et LIEPP
Joint Scientific Seminar OSC - LIEPP

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

mercredi 1er juin 2016 de 12h à 14h

Queer Identities in Higher Education: Becoming Included?

(discussant: Mickaël Durand, PhD, CEE)

 

Yvette TaylorYvette Taylor Professor in Education, University of Strathclyde (Glasgow).
She was previously Head of the Weeks Centre for Social and Policy Research, LSBU (2011-2015).
She's Visiting Professor at the OSC, within the Framework of Erasmus Staff Exchange Programme (23 May - 11 June).

In 2010-2011 she  held a Fulbright Scholarship at Rutgers University. Yvette has obtained a wide variety of research funding, including the ESRC project on ‘Making Space for Queer Identifying Religious Youth’ (2011-2013) and the British Academy mid-career fellowship 'Critical Terrain: Dividing Lines and Lives' (2013-2014).

Yvette Taylor has obtained a wide variety of research funding, including the ESRC project on ‘Making Space for Queer Identifying Religious Youth’ (2011-2013) and the British Academy mid-career fellowship 'Critical Terrain: Dividing Lines and Lives' (2013-2014).  Yvette has published four sole-authored books: Working-class Lesbian Life (2007), Lesbian and Gay Parenting (2009), Fitting Into Place? Class and Gender Geographies and Temporalities (2012), Making Space for Queer Identifying Religious Youth (2015). She now mentors a Marie Sklodowska Curie project on ‘Race, Class and Gender in Global Cities’. Edited titles include:  (2010) Classed Intersections: Spaces, Selves, Knowledges; (2010) Theorizing Intersectionality and Sexuality; (2012) Educational Diversity: the subject of difference and different subjects; (2013) Mapping Intimacies: Relations, Exchanges, Affects; (2014) The Entrepreneurial University. Public Engagements, Intersecting Impacts.; (2014) Queering Religion, Religious Queers. She edits the Palgrave Gender and Education Series and co-edits the Routledge Advances in Critical Diversities Series.

Contact et inscription (registration): Marie Ferrazzini.

Immigrants’ Spatial Incorporation in France: Patterns in Neighborhood Attainment, Housing Tenure and Intergenerational Residential Mobility

Haley McAvay
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 27 mai 2016
  • Photo Petit_Louis, via Flickr : Tour Balzac, La Courneuve (CC BY)Photo Petit_Louis, via Flickr : Tour Balzac, La Courneuve (CC BY)

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 27 mai 2016 de 11h30 à 13h

Immigrants’ Spatial Incorporation in France: Patterns in Neighborhood Attainment, Housing Tenure and Intergenerational Residential Mobility

This communication explores the residential outcomes of first and second generation immigrants in France. I draw on two large data sets, L’échantillon démographique permanent (INSEE) and Trajectoires et origines (INED/INSEE), which provide rare information about immigrants and their offspring, combine individual and contextual-level variables, and span several dates of observation (1990-2008). Drawing on classical theoretical approaches to immigrants’ spatial incorporation, the analysis seeks to document the effects of origin, immigrant generation and socioeconomic status on transitions within neighborhoods and housing as well as the extent to which residential situations are transmitted between parents and children. The findings demonstrate that immigrants’ residential outcomes are marked by ethnoracial and class inequalities which tend to be reproduced over time and across generations.

Haley Mcavey (OSC)Haley McAvay is PhD Student in the OSC.

Thesis proposal: Trajectoires socio-spatiales et statut d'occupation du logement des immigrés et de leurs descendants en France : les facteurs individuels et contextuels
Directrice de thèse : Mirna Safi.


Contact et inscription (registration): Marie Ferrazzini.

From Judicial Doctrine to Social Transformation?

Robin Stryker
Joint Seminar LIEPP / OSC - Monday, May 23rd 2016
  • Photo Sakocreative, Equality Stickers (CC BY-ND)Photo Sakocreative, Equality Stickers (CC BY-ND)

Laboratory for the Interdisciplinary Evaluation of Public Policies (LIEPP) 
- Discrimination and Social Inequalities Research Group -
&
Center for Studies in Social Change (OSC)

Joint Seminar

Robin Stryker, School of Sociology, University of Arizona

From Judicial Doctrine to Social Transformation? Comparing US Voting Rights, Equal Employment Opportunity and Fair Housing Legislation

Monday, May 23rd 2016,  2:00 pm - 4:00 pm

LIEPP’s Conference Room, 1st Floor, 254 Boulevard Saint Germain, 75007 Paris

Free entrance with limited seating available - Interested participants should register here

Robin StrykerBetween 1964 and 1968, the United States Congress enacted three potentially transformative civil rights laws: Title VII of the 1964 Civil Rights Act, the Voting Rights Act of 1965, and the Fair Housing Act of 1968.  Evidence suggests that overall, voting rights was by far the most successful, fair housing was a general failure, and Title VII fell somewhere in between. This paper uses comparative-historical analysis to help explain these divergent outcomes, illuminating current civil rights legal and policy debates. Explanatory accounts focusing on white support/resentment or state internal resources including formal enforcement powers, established bureaucratic infrastructure and capacities, and policy entrepreneurship can help us understand and explain outcomes of particular civil rights policies, but no extant explanation can fully explain observed differences across all three cases.

Robin Stryker is LIEPP-OSC visiting professor from May 16th to June 15th 2016. Her research interest focuses on sociology of law, political sociology, sociological theory and methods, stratification, comparative & historical sociology, economic sociology, and organizational, institutional, cultural, and social change. She has conducted comparative research on the effectiveness of anti-discriminatory law on voting rights, job access and housing.

Discussion by: Daniel SABBAGH (CERI)

Mega-protests meet Big Data

Michael Shalev
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 13 mai 2016
  • Photo Ishai Parasol - The Israeli social democrat protest (08/2011) - CC BY-SAPhoto Ishai Parasol - The Israeli social democrat protest (08/2011) - CC BY-SA

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 13 mai 2016 de 11h30 à 13h

Mega-protests meet Big Data

When mobile phones are switched on their location is continuously recorded by the antennas of their cellular network. Without violating individual privacy, this big data can be aggregated by localities of residence for which socioeconomic and other contextual data are available. This makes it possible to accurately estimate both the number of persons present at a given time and place, and their distribution across residential localities or types of localities. Our research is one of the few investigations by social scientists that is based on this new type of behavioral data, and it is the first to exploit the potential for studying mass collective action.
The context for our study is the wave of mega-protests that swept the Middle East and Southern Europe in 2011. Specifically, we analyze participation in a series of mass demonstrations in Israel during the summer of 2011, in which nearly one quarter of the non-elderly adult population claimed to have participated. In addition to overcoming limitations of small sample surveys and self-reported data, our research makes it possible to probe who participated in street demonstrations held at different times and venues. This is critical for addressing the theoretical puzzle posed by the appearance of broadly-based protests in societies riven by politicized social cleavages. Our evidence shows that in Israel social sectors alienated from the class, cultural and ethnic identities of the protest core generally refrained from active participation. Nevertheless, a notable degree of social and political encompassingness was achieved thanks to two mechanisms. First, in some residential communities oppositional identities were muted by ethnic pluralism and shared membership in the broad middle class. Second, participation of alienated sectors was facilitated when their mobilization was temporally or spatially segmented from the activity of sectors associated with the protest core.

This research topic is carried out by Assaf Rotman and Michael Shalev.

Michael ShalevMichael Shalev, Departement of Sociology
Hebrew University, Jerusalem (Israël)

Papers - Taub Center (Welfare Policy Program Fellow)

La formation des élites : approche généraliste, compréhensive, comparatiste

Schooling, elite status & elites strategies
L'Année sociologie 2016/1
  • Photo Martin Argyroglo - Sciences Po, amphi du 27 Rue Saint-GuillaumePhoto Martin Argyroglo - Sciences Po, amphi du 27 Rue Saint-Guillaume

L'année sociologique 2016-1  Agnès van Zanten propose dans le numéro 2016-1 de la revue L'Année sociologique, plusieurs articles consacrés à la formation des élites.

  • Agnès van Zanten
    Introduction. La formation des élites : pour une approche généraliste, compréhensive et comparative
  • Agnès van Zanten
    La fabrication familiale et scolaire des élites et les voies de mobilité ascendante en France
  • Mikael Börjesson, Donald Broady
    Elite Strategies in a Unified System of Higher Education. The Case of Sweden
  • Claire Maxwell, Peter Aggleton
    Schools, schooling and elite status in English education – changing configurations?
  • Shamus Rahman Khan
    The Education of Elites in the United States
  • Annabelle Allouch, Philip Brown, Sally Power, Gerbrand Tholen
    L’éthique des élites scolaires. Du mérite à la responsabilité chez les étudiants de Sciences Po Paris et de l’Université d’Oxford
  • Marte Mangset
    La variation des identités élitaires des Hauts fonctionnaires. Étude du rôle de l’enseignement supérieur en France, en Grande-Bretagne et en Norvège

Accès à la revue via le portail CAIRN

Citation (extrait de l'article)Les élites actuelles n’élèvent plus leurs enfants à domicile (...) Les pensionnats jouent certes encore un rôle distinctif dans certains pays, mais les élites confient désormais massivement l’éducation de leur progéniture à des établissements scolaires formellement semblables à ceux qui scolarisent la majorité des enfants. L’emprise croissante de la méritocratie à dominante scolaire sur le fonctionnement des sociétés contemporaines oblige aujourd’hui ces catégories, y compris les plus éloignées de l’univers scolaire, à se soumettre aux exigences de ce dernier en prolongeant le mouvement d’individualisation et de scolarisation du processus de reproduction déjà finement analysé par Pierre Bourdieu dans La Noblesse d’État (1989). L’extension de la compétition méritocratique met aussi leurs enfants en concurrence avec ceux des classes moyennes et avec le petit nombre d’enfants des classes populaires qui, grâce à de très bons résultats, peuvent prétendre accéder aux établissements d’enseignement secondaire et supérieur les plus réputés. (...) Cet état de fait contraint les élites à développer des stratégies destinées soit à mieux armer leurs enfants pour la compétition soit à chercher des moyens de la contourner. Ces stratégies ne sont pas fondamentalement différentes de celles développées par les classes moyennes. Elles s’en distinguent toutefois par la capacité qu’ont les membres de ce groupe de tirer habilement parti des marges d’action ouvertes par les systèmes d’enseignement et des opportunités qu’offrent des établissements scolaires à statut élevé ou visant à atteindre ce statut.

Devenir minoritaire. La conversion des blancs à l'islam...

Juliette Galonnier - Solène Brun
Revue Tracés 2016|1
  • Photo Roel Wijnants - Islam rijkt u de hand (CC BY-NC)Photo Roel Wijnants - Islam rijkt u de hand (CC BY-NC)

Revue Tracés - 2016/1 - n.30Devenir(s) minoritaire(s).
La conversion des Blanc-he-s à l'islam en France et aux États-Unis comme expérience de la minoration

Solène BrunSolène Brun et Juliette Galonnier Juliette Galonnier (OSC)

Tracés - Revue de Sciences humaine
2016 | 1, n° 30, p. 29-54

Accès direct à l'article sur le portail CAIRN
Site de la revue sur Revues.org

Cette contribution propose une approche inédite de l’expérience minoritaire à travers l’exemple des converti‑e‑s blanc‑he‑s à l’islam en France et aux États-Unis. Elle aborde le processus de « minoration » de façon dynamique en mobilisant un corpus d’entretiens biographiques réalisés de part et d’autre de l’Atlantique. L’article démontre que, lorsqu’elles et ils décident de revêtir les signes visibles d’appartenance à la religion musulmane, les converti‑e‑s se trouvent soudainement exposé‑e‑s à des formes de rejet et de discrimination à caractère explicitement racial – autant d’expériences qui leur étaient jusqu’ici inconnues en vertu de leur appartenance à la population majoritaire. Dans des contextes nationaux marqués par la « racialisation » de l’islam, la minoration liée à la conversion religieuse est ainsi vécue comme une subalternisation. Face à ces assignations identitaires nouvelles et mal maîtrisées, les converti‑e‑s déploient toutefois des stratégies de négociation plurielles qui révèlent la multiplicité de leurs devenirs minoritaires.‪

citation dans l'article...la conversion est donc approchée en tant qu’elle constitue un cas empirique intéressant pour l’analyse des mécanismes de catégorisation, de dynamique des frontières (symboliques et matérielles), et d’appartenance aux groupes. Notre objet dans cet article n’est donc pas tant la conversion en tant que telle, mais ce qu’elle fait aux individus, et ce qu’elle dit de nos structures et groupes sociaux, et de leurs frontières.

citation dans l'articleIci, l’expérience de la conversion à l’islam se révèle dans sa dimension de subalternisation : en devenant musulman‑e‑s, mais surtout en étant identifié‑e‑s comme tel‑le‑s, les converti‑e‑s blanc‑he‑s font une expérience de la minorité en tant qu’expérience subalterne, dans la mesure où, comme nous l’avons expliqué en introduction, les deux pays qui font l’objet de notre étude se caractérisent par une islamophobie bien ancrée historiquement, qui essentialise les musulman‑e‑s comme groupe inférieur et indésirable.

Plan de l'article

La subalternisation de l’islam en France et aux États-Unis
La conversion comme cas d’étude
Deux enquêtes ethnographiques en dialogue
Devenir minoritaire : l’assignation à une identité subalterne
    La minoration comme racialisation : l’islamophobie de tous les jours
    La minoration comme trahison du groupe majoritaire
La double expérience minoritaire des converti-e-s
Devenirs minoritaires : stratégies de négociation de la nouvelle identité minoritaire
    Refuser sa blanchité et tenter de « passer »
    Revendiquer sa blanchité et endosser le rôle de « passeur »
    Moduler sa blanchité par l’endossement d’une identité ethnique alternative ou d’une appartenance de classe
Discussion
    L’importance du contexte : la visibilité de la race en question
    Limites et pistes de réflexion futures
Bibliographie

L'inversion de l'hypergamie féminine au fil des cohortes en France

Des femmes plus diplômées, moins célibataires
Milan Bouchet-Valat - Revue Population
  • Housekeeping, Photo Olivier Wagner (CC BY-NC)Housekeeping, Photo Olivier Wagner (CC BY-NC)

L’hypergamie féminine, définie comme la propension des individus à former des couples au sein desquels la femme se trouve en infériorité par rapport à l’homme, est un phénomène largement observé. Cet article analyse la formation des premières unions à l’aide de l’enquête étude de l’histoire familiale 1999. Les couples dans lesquels la femme est plus diplômée que son conjoint sont plus fréquents que le cas inverse en France depuis les cohortes nées à la fin des années 1950. Ce mouvement est principalement dû à l’allongement de la scolarité des femmes qui sont désormais plus diplômées que les hommes, mais va au-delà de ce qu’imposait l’évolution de la structure de la population (hypergamie relative), traduisant une modification des préférences des individus.
Enfin, nous observons que le célibat définitif des femmes n’augmente plus avec leur diplôme, alors que les plus diplômées nées avant-guerre étaient fortement désavantagées sur le marché conjugal.
À l’inverse, le célibat définitif des hommes non diplômés s’est accentué, signe de l’effet négatif persistant des difficultés d’insertion professionnelle sur la conjugalité masculine. Ces résultats indiquent un net recul de la norme d’hypergamie féminine en termes de diplôme – dont la portée demeure cependant incertaine.

Plus diplômées, moins célibataires. Revue Population (INED)
L'inversion de l'hypergamie féminine au fil des cohortes en France
.
Milan Bouchet-Valat
Revue Population, vol. 70, n° 4 (2015), p. 705-730.

Milan Bouchet-Valat

Les incidences biographiques de la ségrégation...

Trajectoire et mémoires des enfants de bidonvilles de l'après-guerre
Margot Delon, 20 avril 2016, séminaire Cities are back in town
  • Photo Claude Dityvon 199-30A La Courneuve, bidonville, 1967 (CC BY-NC-ND)Photo Claude Dityvon 199-30A La Courneuve, bidonville, 1967 (CC BY-NC-ND)

Séminaire du programme de recherche Cities are back in town

Mercredi 20 avril 2016, de 17h à 19h, Sciences Po, 28 rue des Saint-Pères, salle H101

Margot Delon

Les incidences biographiques de la ségrégation.
Trajectoire et mémoires des enfants des bidonvilles de l'après-guerre en France


Que sont devenus les enfants des bidonvilles de l’après-guerre en France ? À l’appui de la sociologie urbaine, de la sociologie de l’immigration et de la sociologie de la mémoire, je montre que la portée socialisatrice de cet épisode résidentiel a fortement varié selon les groupes, les lieux, et les individus concernés. Cette hétérogénéité peut être expliquée par trois grands déterminants : les politiques nationales de l’immigration et du logement, les politiques locales et les déterminants biographiques. En fonction des différentes combinaisons de ces éléments, je distingue quatre types de trajectoire socio-résidentielle et de rapport à la mémoire de ces anciens enfants des bidonvilles.

Margot Delon est doctorante à l'OSC, accueillie à l'Instituto de Geografia e Ordonamento do Território de Lisbonne dans le cadre d'une bourse Marie Curie, dans le programme INTEGRIM.

Autre présentation : Marie Degrémont (CSO), La transition énergétique, support de la montée en puissance des collectivités territoriales ?

Inscription obligatoire auprès de Quentin Ramond.

Etude sur les enfants de couples mixtes

Enquête en ligne
  • Photo Wewiorka Wagner, Bookheart (CC BY-SA)Photo Wewiorka Wagner, Bookheart (CC BY-SA)

Anne UnterreinerAnne Unterreiner, chercheure à l'Observatoire Sociologique du Changement (Sciences Po Paris, CNRS) effectue une enquête sur les personnes dont les parents sont nés dans deux pays différents. Elle a pour vocation d'analyser leur trajectoire personnelle.

Le questionnaire en ligne dure environ 20 minutes.

Vous pouvez y accéder en suivant ce lien : http://osc.cnrs.fr/survey2/index.php/715119?lang=fr.

Toutes les informations recueillies resteront strictement confidentielles, et seront stockées sur un serveur sécurisé en France. Le traitement sera parfaitement anonymisé avant la publication des résultats (déclaration CNIL d4e15849208).
Si vous avez des questions, adressez-les à cette adresse mail : anne.unterreiner@sciencespo.fr.


N'hésitez pas à partager le lien vers cette enquête dans vos réseaux personnels et professionnels !

Group Pleasures: Collaborative Commitments, Narrative Gratification, and the Sociology of Fun

Gary Alan Fine
Séminaire scientifique de l'OSC - 15 avril 2016
  • Photo Beth Darbyshire, Hippy Hug (CC BY-NC-ND)Photo Beth Darbyshire, Hippy Hug (CC BY-NC-ND)

Séminaire scientifique de l'OSC 2015-2016

98 rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 15 avril 2016 de 11h30 à 13h

Group Pleasures:
Collaborative Commitments, Narrative Gratification, and the Sociology of Fun

As a consequence of their size and fragility, small groups depend on cohesion. Central to the continuation of groups are occasions of hedonic pleasure that encourage attachment. These times are popularly labeled “fun.” While groupness can be seen as the cause of fun, we emphasize the effects of fun on group life, while recognizing that on occasion group leaders strategically generate fun. Shared pleasure, located in temporal and spatial affordances, creates the conditions for communal identification. Such moments serve as commitment devices building affiliation, modeling positive relations, and moderating interpersonal tension. Further, they encourage retrospective narration, providing an appealing past, an assumed future, and boundaries between the group and those outside. The rhetoric of fun produces interactional smoothness in the face of potential ruptures. Building on the authors’ field observations and on other ethnographies of group activity, we argue that the experience and recall of fun bolsters group formation, maintenance, and reproduction.

Gary Alan Fine
Gary Alan Fine
, John Evans Professor of Sociology, Northwestern University, Weinberg College of Arts & Sciences, Department of Sociology, Chicago (USA).

 

Contact et inscription (registration): Marie Ferrazzini.

Gary Alan Fine animera un workshop pour les doctorants de Sciences Po le mercredi 20 avril (contact Juliette Galonnier). Professeur de renom aux Etats-Unis, Gary Fine a bâti sa réputation sur sa maîtrise de l'ethnographie. Il a travaillé sur des sujets de recherche très divers (les logiques de réputation, les rumeurs raciales en Amérique, le métier de météorologue, la profession de restaurateur, les équipes de Baseball, les collectionneurs de champignons, etc). Il sait se saisir de "petits" objets pour éclairer des processus sociaux plus larges, sans jamais se départir d'un certain sens de l'humour. Il a également siégé dans les editorial boards de plusieurs revues américaines.

Inequalities of access to higher education

Call for papers
Rassegna Italiana di Sociologia
  • Photo Martin Argyroglo - Sciences Po, Campus du HavrePhoto Martin Argyroglo - Sciences Po, Campus du Havre

CALL FOR PAPERS
Inequalities of access to higher education: The role of policies, institutions and markets
Editors: Marco Pitzalis (Università di Cagliari) e Agnès van Zantes (Sciences Po, Paris)

  • Deadlines and guidelines

- Abstracts due by June 15, 2016. All abstracts (500 words), with 5 keywords, must present the theoretical approach of the intended article, the data on which it is based and how it was collected and the main results and interpretations. They must also state how the article relates to one or several of the main themes of the special issue.
- Communication from the Editors concerning the selection of articles by July15, 2016.
- Submission of first versions of articles to the editors by October 15, 2016. Articles should follow the journal guidelines and should be written in English
- Peer-review process: October 15 2016-February 15, 2017.
- Revised versions sent to the editors and journal by March 15, 2017.
- Publication on issue 2/2017
Editorial Board: Paolo Umiltà (paolo.umilta - at - mulino.it)

  • Scopes, focus and topics

This issue intends to create a new dialogue among social science researchers working on inequalities of access to higher education and to encourage the development of a comparative perspective, particularly across European countries. While the editors welcome contributions that describe existing inequalities on the basis of social class, ethnicity, gender and age, and especially how these different factors interact with each other, the focus is, more specifically, on the ways in which policies, institutions and markets influence the extent and shape of inequalities of access. Each of these dimensions can be treated separately or simultaneously. Contributors might focus on a specific level (macro, meso or micro) or on their interrelation, on a single set of actors (policy-makers, secondary or higher education administrators, professors or counsellors, market professionals, students and parents…) or on their interaction and on various types of schemes, devices, processes and practices.
Statistical and qualitative as well as mixed-methods studies are equally welcomed. Cross-country comparisons are encouraged but proposals can focus on specific countries and localities if they show awareness of global dynamics and/or processes in other national settings.

Supranational, national and local policies

One of the main purposes of the issue is to understand the influence of both entrenched policy choices and new policy developments on inequalities of access to higher education. Contributors might focus on supranational policies, including the new higher education framework promoted by the Bologna process or directives and guidelines on higher education targets and goals from the European Union. Papers addressing the dynamics at work in a specific country or comparing various countries might focus on a wide range of policies affecting inequalities, including the organisation of transition from secondary to higher education and the prevalent rules of admission in public universities or other public higher education institutions as well as policies related to fees, financial aid and housing provision for HE students. Contributors might also analyse policies explicitly designed to reduce inequalities of access between social groups such as affirmative action and widening participation schemes, their specific national features and dissemination across countries and their effects. Proposals focusing on higher education policies developed by regional or local political authorities are also welcomed, as well as comparisons across regions and localities within the same country.

Institutional processes and practices

A second purpose of the issue is to examine more closely how institutional processes and the practices of institutional actors contribute to the reproduction or reduction of inequalities. Contributors might focus on differences between secondary schools in the way they prepare students to access higher education or certain types of higher education institutions depending on their provision of tracks and options and on their curriculum, and how it is enacted through teachers’ selection of subjects of study, pedagogical practices and evaluation techniques, as well as on the type of counselling on higher education choices provided by teachers and other personnel. Proposals might also address the activities developed by higher education institutions to attract and advice incoming students including information on their websites, open doors, campus visits, summer courses etc, as well as institutional admission procedures and how they affect the profiles of students who apply and who integrate the institution. Contributions focusing on informal and formal links and partnerships between secondary schools and higher education institutions, including those developed within the framework of widening participation policies, are also welcomed.

Market dynamics, actors and devices

The third main focus of the issue concerns the influence of markets in higher education and their effects on inequalities of access. Contributions might focus on market dynamics at the global level fostered by the strategies of leading worldwide higher education institutions but also by actors involved in the development of higher education as a global business, as well as by devices such as international rankings. Papers can also address the influence of markets at the national level. This might include the analysis of competition between higher education institutions for students in general or for specific categories of students and the influence on these processes of the existence or recent development of private institutions. Another possible focus is the role of private agencies and actors offering services to help students fund their studies, study abroad, prepare for entrance examinations, tests or interviews and make decisions about choices of institutions and fields of study. Papers focusing on market devices providing information and advice on higher education such as students’ guides or students’ fairs as well as on institutional and/or market devices that organize access to higher education such as central application services are also encouraged.

Cultural participation, cohort effects and higher education (1981-2012)

A. Christin, P. Coulangeon, O. Donnat
Notes & Documents de l'OSC n° 2016-02
  • Théâtre Hébertot - Photo Delphine Queme (CC BY-NC-ND)Théâtre Hébertot - Photo Delphine Queme (CC BY-NC-ND)

Notes & Documents de l'OSC

n° 2016-02, Mars 2016

Cultural participation, cohort effects, and higher education (1981-2012)

Angèle Christin (The New School for Social Research, New York)
Philippe Coulangeon (OSC - CNRS / Sciences Po)
Olivier Donnat (DEPS - Ministère de la Culture et de la Communication)

Téléchargement - Download

Ce document propose une analyse comparée de l’évolution des facteurs sociaux de la participation culturelle en France et aux États-Unis depuis le début des années 1980. Elle s’appuie sur les Enquêtes sur les pratiques culturelles des français (1981,1988, 1997 et 2008) et des enquêtes issues du Survey of Public Participation in the Arts (1982, 1992, 2002 et 2008).
La période est marquée dans les deux pays par un recul de la lecture et des pratiques les plus légitimes et par une progression des pratiques issues de la culture de masse, en particulier le temps consacré à la télévision. On montre au moyen de modèles hiérarchiques Age-Période-Cohortes destinés (HAPC) une assez grande proximité des pays quant à l’impact des facteurs sociaux de la participation culturelle mais une plus grande prévalence des effets de cohortes en France et des effets de période aux États-Unis. La France se distingue aussi des États-Unis par l’effet atténué de l’éducation sur les pratiques culturelles observé au sein des cohortes les plus récentes, qui sont aussi celles de la massification scolaire, intervenue en France beaucoup plus tardivement qu’aux États-Unis. Au total, rien n’indique que la culture soit moins « classante » aux États-Unis qu’elle ne l’est en France. Les deux pays se différencient en revanche par l’ampleur des transformations générationnelles observées en France depuis le début des années 80 qui contraste avec la relative stabilité des comportements des américains au cours de la même période.

The French and the Americans are often presented as having radically different relations to popular and high culture. Yet no analysis has systematically compared the evolutions of cultural participation in the two countries over time. In this paper, we propose a statistical exploration of two nationally representative cross-sectional data sets: the four waves of the Survey of Public Participation in the Arts in the United States (1982-2008) and the Enquêtes sur les Pratiques Culturelles des Français (1981-2008). We argue that in both countries the relationship between cultural practices and social stratification has changed over time and across generations. In the United States and in France, highbrow cultural activities and reading practices have declined over time, whereas television viewing has increased. We then focus on the impact of period change and cohort renewal on these evolutions. We show a fairly close proximity of the two countries as to the impact of the social factors of cultural participation but a greater prevalence of cohort effects in France and of period effects in the US. France also differs from the US by the mitigated effect of education on cultural practices observed in the more recent cohorts.
These cohorts experienced a massive school expansion, which occurred in France much later than in the US. Finally, there is no indication of a weaker stratifying power of culture in the US than in France. The two countries differ by the extent of generational changes observed in French cultural habits since the early 80s, which contrasts with the relative stability of the American ones during the same period.

Retour en haut de page