Équipe

Dr Benoit Pelopidas est fondateur du programme d'étude des savoirs nucléaires (Nuclear Knowledges), anciennement chaire d'excellence en études de sécurité à Sciences Po (CERI) (2016-2019). Il est également chercheur affilié au centre pour la securité internationale et la cooperation (CISAC) à l'Université Stanford. Sa recherche lui a valu quatre prix internationaux. En 2017, il a obtenu un ERC Starting Grant (1.5 million d'euros sur 5 ans) pour étudier les choix nucléaires militaires avec une équipe interdisciplinaire, ainsi qu'une ANR jeune chercheur (sur 4 ans) sur la vulnérabilité politique à l'âge nucléaire.

Nuclear Knowledges est le premier programme universitaire français de recherche indépendant et transparent sur ses sources de financements sur le phénomène nucléaire.

Il se consacre à l'étude de la construction des savoirs au sujet des armes nucléaires, leurs fondements institutionnels, conceptuels, imaginaires et mémoriels. Cela passe par une redéfinition de la vulnérabilité nucléaire dans ses dimension matérielle, mais aussi épistémique et politique.

Empiriquement, il se consacre aux cas ou l'emploi d'armes nucleaires a été évité de justesse, à la gestion des crises nucléaires et à l'histoire nucléaire de la France. Depuis 2013, il coordonne une équipe de 13 chercheurs internationaux qui écrit la première histoire globale de la crise nucléaire la plus dangereuse: la crise dite des "missiles de Cuba" à partir de nouvelles questions et de sources primaires inédites.

Roxana coordonne, avec Benoît, les activités du programme Nuclear Knowledges. Elle a un Master en stratégie et management de l’Université Paris X - HEC - ESSEC. Avant de rejoindre le CERI en 2004, elle a travaillé pour le ministère roumain de l’Education, le ministère français de la Justice et l’Agence de Développement et Coordination des Relations Internationales dans le domaine de la sécurité sociale. Elle a une expertise dans le management de projets internationaux ainsi que dans la préparation de projets pour les organismes de financement internationaux et européens.  

Dr Hassan Elbahtimy est chercheur associé à la chaire d'excellence en études de sécurité au CERI (Sciences Po - USPC) pour la période 2017-2019. Dans ce cadre, il se consacre à une monographie sur l'histoire nucléaire de l'Egypte ainsi qu’à l’étude du lien entre le type de dirigeant et la possibilité de communiquer la vulnérabilité nucléaire. Il est enseignant en "sciences et sécurité" à King's College à Londres et a reçu son doctorat du département d'études de la guerre (War Studies) en 2013 grâce à une thèse sur les origines de la politique nucléaire de l'Egypte de 1955 à 1968. En 2014, Dr Elbahtimy a dirigé un projet collaboratif de recherche et de formation avec l'Atomic Weapons Establishment britannique (AWE) et l'institut norvégien de technologie énergétique. 

Depuis le 1er octobre 2019, Thomas Fraise est doctorant au sein du programme de recherche sur les savoirs nucléaires (Nuclear Knowledges) au CERI, dans le cadre du projet ERC NUCLEAR. Diplômé en Droit de l’Université d’Auvergne et de Sciences Po en relations internationales, sa thèse porte sur une analyse comparée des régimes de gouvernance des savoirs nucléaires au sein des démocraties, sous la direction de Benoît Pélopidas (Nuclear Knowledges, Sciences Po) et Didier Bigo (King’s College/Sciences Po). Son travail étudie l'impact de l'institutionnalisation de programmes d'armements nucléaires sur la gouvernance des savoirs liés à la sécurité nationale à partir d'une étude comparative. Il s'entend comme une contribution au débat sur le sens et les effets de la « révolution nucléaire ». Auparavant assistant de recherche auprès de Jacques Semelin (CERI, Sciences Po), il s’intéresse aussi à l'étude des violences de guerre et des violences de masse.

Dr Sébastien Philippe est récipiendaire de la Stanton Nuclear Security Postdoctoral Fellowship au Belfer Center for Science and International Affairs, Kennedy School of Government de l'Université de Harvard. Ses recherches portent sur le development de technologies et méthodes pour la vérification de futures accords de contrôle des armements nucléaires, ainsi que sûr les politiques de gouvernance nucléaire en générale. Avant de rejoindre Harvard, Sébastien Philippe a passé six ans à l'Université de Princeton dans le Program on Science and Global Security de la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs. Il a obtenu son doctorat en génie mécanique et aérospatial à Princeton. Ses travaux ont été reconnu par Princeton qui lui a accordé la Harold W. Dodds Honorific Fellowship pour "ses performances exceptionnelles et son avenir prometteur" toutes disciplines confondues. Il est éditeur assistant du journal Science & Global Security. Sébastien Philippe est ingénieur INSA Lyon (2010) et a travaillé comme expert sécurité nucléaire des système d'armes de dissuasion à la Direction Générale de l'Armement.

Dr Hebatalla Taha est chercheuse postdoctorale auprès du programme de recherche sur les savoirs nucléaires (Nuclear Knowledges) au CERI. Dans le cadre du projet ERC NUCLEAR sur le gouvernement des choix nucléaires, elle s’intéresse à l’histoire intellectuelle des catégories utilisées pour produire et cadrer les réalités et possibilités nucléaires dans le Moyen Orient après la guerre froide.Ce travail se fonde sur l’étude de sources primaires en arabe et hébreu.Plus largement, elle s’inscrit dans les champs de l’économie politique internationale et l’anthropologie du développement, appliquées aux régions du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Avant de rejoindre Nuclear Knowledges, elle était chercheuse postdoctorale à l’Université américaine de Beyrouth (2018) et a travaillé pour l’International Institute for Strategic Studies. En 2017, elle a obtenu un doctorat en études Moyen-Orientales de l’Université d’Oxford.

Retour en haut de page