Universalité et sélectivité dans les programmes sociaux

Universalité et sélectivité dans les programmes sociaux

Séminaire axe politiques socio-fiscales, le 7 mai 2020 - 16h30-17h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Evaluation des politiques socio-fiscales a le plaisir de vous inviter au séminaire Zoom:

Universalité et sélectivité dans les programmes sociaux

Jeudi 7 mai 2020, 16h30-17h30

Inscription obligatoire

Video du séminaire

Présentation Powerpoint

*Pour des raisons de sécurité, seules les personnes inscrites pourront participer au séminaire. Le LIEPP s'engage à assurer la protection de vos données et la confidentialité de celles-ci. 

 

Présentation:

Alain Noël, professeur de science politique (Université de Montréal)

« Les programmes pour les pauvres demeurent de pauvres programmes », dit-on souvent pour défendre l’universalité des programmes sociaux. Cet argument en faveur de l’universalité a été systématisé par Walter Korpi et Joakim Palme, qui parlent d’un « paradoxe de la redistribution » pour expliquer que l’on redistribue moins efficacement en enlevant aux riches pour donner aux pauvres qu’en prenant à tous pour redonner à tous. Quand tous bénéficient, tous acceptent davantage de contribuer. Ces conclusions sont toutefois remises en question depuis quelques années, si bien qu’on parle plus volontiers des avantages de la sélectivité.

La présentation revisite d’abord l’argument de Korpi et Palme pour mieux étayer leur argument en faveur de l’universalité, puis elle pose la question de l’universalisme ciblé, une approche qui combinerait les bienfaits de l’universalité et de la sélectivité. À l’aide d’une nouvelle mesure de l’universalisme et d’une mesure du caractère ciblé (pro-poor) ou non des transferts sociaux, il est de fait possible de distinguer les pays qui pratiquent une forme d’universalisme ciblé (les pays nordiques et la Belgique, notamment) de ceux qui sont simplement universalistes (la France) ou sélectifs (les pays anglo-saxons). Les premiers redistribuent mieux et plus efficacement, et ils le font surtout parce qu’ils concentrent leurs transferts sociaux sur les personnes en âge de travailler.

Présentation de la séance :

Bruno Palierdirecteur de recherche CNRS (Sciences Po, CEE), directeur du LIEPP 

 

Discutant : 

Michaël Zemmour, codirecteur de l'axe politiques socio-fiscales LIEPP, CES - Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

 

 

Retour en haut de page