Élections des représentant-e-s étudiant-e-s au Conseil de l'École doctorale

Résultats du scrutin électronique - 20 au 22 octobre 2020
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Les élections des cinq représentant-e-s doctorant-e-s au Conseil de l’Ecole doctorale se sont déroulées du 20 au 22 octobre 2020 par voie électronique.

Résultats des élections 2020 - Conseil de l'École doctorale | Scrutin du 20-22 octobre 2020

  • Nombre de sièges à pourvoir : 5
  • Nombre d'inscrits: 303
  • Nombre d'émargement : 106
  • Taux de participation : 34.98 %
  • Nombre de votes blancs : 3
  • Nombre de suffrages valablements exprimés : 103

La seule liste candidate aux élections, « La liste syndicale des doctorant.e.s » obtient 103 voix.

Sont élu(e)s comme représentant-e-s des doctorant-e-s :

  • Pablo Barnier-Khawam
  • Léna Silberzahn
  • Lila Braunschweig
  • Romain Jaouen
  • Célia Bouchet

Contact : listesyndicaledoctorante.iep@gmail.com

=>Téléchargez le procès verbal du dépouillement du scrutin (PDF, 500Ko)

 

Tags :

Masters & Doctorats

Les admissions pour la rentrée 2021 sont ouvertes !
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

 

Pour en savoir plus sur les procédures d'admission aux masters de l'École doctorale, les dates limites et les prérequis linguistiques et pour ouvrir un dossier de candidature, rendez-vous sur le site des admissions de Sciences Po.

Pour en savoir plus sur la procédure d'admission aux doctorats, les dates limites et ouvrir un dossier de candidature, rendez-vous sur le site de l'École doctorale.

 

Tags :

CIVICA

PhD Seminar Series on Public Sector Digital Transformation & courses offered by EUI
  • PixabayPixabay

PhD seminar

The Hertie School’s Centre for Digital Governance and Bocconi University’s Department of Social and Political Sciences would like to cordially invite you to their first joint PhD seminar series within the CIVICA Network !

Please register for the seminar by filling out this form:

Deadline to register: 25 october 2020 More information (PDF)

List of courses and trainings offered by EUI, CIVICA partners

=> List of courses and trainings offered by The European University Institute (EUI), CIVICA partners (PDF)

If you are interested, please send application to ed.direction@sciencespo.fr with cv and short cover letter. 

 

Tags :

Genre et recherche

Séminaire doctoral transdisciplinaire animé par Réjane Sénac
  • Réjane Sénac, Directrice de recherche CNRS au CEVIPOF, PRESAGERéjane Sénac, Directrice de recherche CNRS au CEVIPOF, PRESAGE

Descriptif du cours :

Ce séminaire transdisciplinaire de l’école doctorale s’inscrit dans le programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre (PRESAGE).  Il a pour objectif de créer un collectif de réflexion et de recherche autour des travaux des doctorant.e.s , ainsi que des étudiant.e.s de master 1 et 2, s’inscrivant explicitement dans les études dites de genre ou pour lesquel.le.s la question des politiques d’égalité est éclairante. L’enjeu est que les étudiant.e.s de disciplines différentes dialoguent autour de thèmes ou questionnements communs (enjeux méthodologiques, politique d’identités et d’égalité, lutte contre les discriminations, intersectionnalité, sexualités, politisation, mobilisations …).

Les séances seront organisées, via zoom et/ou en présentiel en fonction du contexte sanitaire, sur le modèle d’une table-ronde interactive, des universitaires pouvant être invité.e.s pour présenter leurs travaux et réagir aux présentations de l’avancement des recherches d’étudiant.e.s.

La première séance sera consacrée aux choix des thèmes qui structureront les différentes séances et des discutant.e.s à solliciter. A partir de la deuxième séance, un temps peut être réservé en début de séance à un échange sur les work in progress des étutidant.e.s (projet d’article, avancée de recherche…).

Le propos est de faire le lien entre les cinq disciplines enseignées à Sciences Po (droit, économie, histoire, science politique, sociologie) en accompagnant les étudiant.e.s dans l’apprentissage des méthodes de la recherche et dans leur production scientifique.

Pour vous inscrire merci d’envoyer à Réjane Sénac (rejane.senac@sciencespo.fr), en mettant en copie Katia Dumoulin (katia.dumoulin@sciencespo.fr) avant le 10 octobre 2020 un paragraphe (5-10 lignes) explicitant vos motivations pour participer à ce séminaire, ainsi qu’un court CV (2 pages maximum).

Contact : Réjane Sénac : rejane.senac@sciencespo.fr
Avec en copie Katia Dumoulin: katia.dumoulin@sciencespo.fr

Calendrier et lieu : 1ère séance, le 23 octobre de 9h à 13h en zoom : ID de la réunion : 923 4086 0755

Lisez les retours-témoignages d'étudiantes, étudiants de l'an dernier...

Tristan Boursier, doctorant en Science politique, mention théorie politique

Tristan Boursier, doctorant en Science politique, mention théorie politique

"Le séminaire Genre et recherche a été pour moi une belle opportunité dans mon cursus académique. Il m’a permis de rencontrer des personnes avec qui je partage des intérêts de recherche et de me tenir informé sur l’actualité des derniers travaux en études de genre. Ce séminaire a été également un test pour un papier que j’ai pu présenter et pour lequel j’ai reçu de précieux commentaires."

 

Claudia De Campos, master en Science politique, mention théorie politique

"J'ai trouvé le Séminaire Genre et Recherche extrêmement enrichissant, notamment en ce qui concerne mon propre processus de recherche en tant qu'étudiante du Master Théorie Politique. Tout d'abord, ce séminaire montre avec prégnance l'aspect collectif de tout processus de recherche car il permet la discussion en groupe de projets individuels. Par là-même on confronte nos certitudes à celles des autres et l'on participe à un espace de discussion privilégié quant aux questions de genre. Le plus gratifiant est cependant l'opportunité que représente ce séminaire de rencontrer des chercheur.se.s aux travaux passionnants. La diversité de leurs approches exemplifie la richesse des études de genre. J'encourage mes camarades à y participer car on y apprend toujours quelque chose même en étant non-spécialiste de l'angle exploré lors d'une séance en particulier. Bénéficier de l'apport de Mme Sénac et des chercheur.se.s qui nous rendent visite est véritablement un privilège."

 

Anouk Lamé, master in Human Rights and Humanitarian Action, Paris School of International Affairs (PSIA)Anouk Lamé, master in Human Rights and Humanitarian Action, Paris School of International Affairs (PSIA)

"J'ai participé au séminaire "Genre et Recherche" pendant ma dernière année de master en Human Rights and Humanitarian Action à la PSIA, alors que je rédigeais mon mémoire de recherche sur les violences liées au genre et les migrations. Ce séminaire a été pour moi l'occasion de discuter au sein d'un groupe rassemblant d'autres masterant·e·s de différentes disciplines mais également des doctorant·e·s autour de sujets de recherche communs. Au-delà du cadre bienveillant d'échanges et de discussion animé par Réjane Sénac, ce séminaire a surtout été l'occasion de rencontrer des chercheuses et chercheurs renommé·e·s et d'affiner ma compréhension des enjeux et méthodes de la recherche féministe et de la manière dont certains concepts, comme par exemple l'intime ou la vulnérabilité, transcendent les disciplines et les sujets de recherche. En fonction de vos contraintes personnelles, il est possible de plus ou moins s'investir dans l'organisation participative du séminaire, pour ma part j'ai participé à l'organisation d'une des tables-rondes autour de la chercheuse Jane Freedman, ce qui a été un des moments marquants de mon dernier semestre à Sciences Po !"

 

Amandine le Bellec, doctorante en Science politique, mention politique comparéeAmandine le Bellec, doctorante en Science politique, mention politique comparée

"Je participe au séminaire "Genre et Recherche" organisé par Réjane Sénac depuis bientôt trois ans (de mon master à ma deuxième année de thèse), et celui-ci continue de m'apporter toujours autant. C'est réellement un séminaire passionnant, et le format, qui repose à la fois sur la présentation des travaux d'intervenant.e.s, sur le partage des productions des étudiant.e.s et sur une partie d'enseignement, permet de faire en sorte qu'il soit toujours adapté aux besoins et aux envies des étudiant.e.s puisque nous discutons collectivement du choix des thématiques. Ce qui m'a marqué, c'est surtout la diversité et la générosité intellectuelle des intervenant.e.s invité.e.s, qui sont vraiment dans une dynamique de dialogue et de partage. Personnellement, cela m'a permis de rencontrer des chercheuses avec lesquelles je reste encore en contact aujourd'hui. Pour résumer, je pense que c'est un séminaire indispensable pour toutes les personnes intéressées par les questions de genre, et ce quel que soit votre niveau d'études ou vos connaissances, car il apporte toujours quelque chose de différent à chaque niveau."


Delia Nedelcu, master in European Affairs, School of Public Affairs

Delia Nedelcu, master in European Affairs, School of Public Affairs

"Le séminaire a été une excellente occasion de poursuivre mon intérêt pour les études sur le genre à Sciences Po. Étant un cours transversal, il m'a permis d'acquérir des connaissances sur plusieurs dimensions des études de genre auxquels je ne pouvais pas avoir accès dans mes études d’affaires publiques. Rassemblant des étudiant.e.s ayant des intérêts similaires et des expériences diverses, c'était aussi un lieu pour partager nos propres recherches et obtenir des commentaires des autres participant.e.s de manière conviviale. De plus, j'ai beaucoup apprécié l'organisation de cet enseignement, ayant défini les séances avec Madame Sénac qui nous a permis de choisir les sujets et les thèmes qui nous intéressent, et même de proposer des intervenant.e.s. Comme nous introduisions parfois les sujets et les débats pendant l’enseignement, cela nous offrait une autonomie que nous ne trouverions pas ailleurs et même un premier aperçu de l'enseignement des autres. Puisque le séminaire est axé sur la recherche, j'ai eu aussi la chance d'obtenir des conseils sur la manière de la mener correctement, sur la façon de me positionner en tant que chercheuse, en respectant les paroles et les expériences de vie de nos interlocuteurs et interlocutrices éventuels. Je pense que cette classe est unique en son genre à Sciences Po et j'espère qu'elle continuera à attirer des étudiant.e.s passionné.e.s les années suivantes. Personnellement, étant très intéressée par le développement des études de genre en France, j'attends avec impatience les prochaines séances du séminaire."


Marie Plagnol, master in Public Policy, School of Public Affairs

Marie Plagnol, master in Public Policy, School of Public Affairs

"Étudiante à Sciences Po depuis le Collège Universitaire, j'ai eu la chance d'être introduite aux études de genre dès ma deuxième année d'étude.  Au fil des années, j'ai trouvé les défis que le genre posent aux différentes disciplines des sciences sociales au croisement de celles auxquelles je me suis intéressée. Le séminaire Genre & Recherche animé par Réjane Sénac m'a permis, comme une conclusion à mes années Sciences po, de réfléchir au contact de la diversité des projets présentés par les chercheur·se·s invité·e·s et à la manière dont le genre appelle à une étude critique des objets de la sociologie, de l'économie, de la science politique... Ce fut un contexte porteur pour mûrir un projet de recherche en Histoire de l'art, à aborder avec le bagage théorique en études de genre acquis à Sciences Po."

A lire aussi l'interview de deux diplômées de l'École doctorale, qui ont obtenu la Certification avancée en études de genre :

Claudia de Campos :  "Mon intérêt pour les sciences humaines vient d'un engagement féministe"
Caroline Duhaâ : "J’aimerais contribuer à l'élaboration de politiques publiques de lutte contre les inégalités"

Retours-témoignages d'étudiantes, étudiants de l'an dernier...

Tags :

Forum carrières en ligne

Du 14-16 octobre 2020
  • Forum Carrières en ligneForum Carrières en ligne

Le Forum Carrières de Sciences Po est le rendez-vous annuel de rencontre entre les entreprises qui recrutent et nos étudiants et jeunes diplômés en recherche de stages, 1ers emplois, apprentissages et VIE/VIA.

Pour la sécurité sanitaire de toutes et tous, l’édition 2020 se tiendra pour la première fois en ligne sur la plateforme Seekube du 14 au 16 octobre.

Le Forum Carrières en ligne, c’est une occasion unique pour les élèves de :

  • s’informer sur les entreprises qui recrutent dans différents secteurs
  • trouver un stage, apprentissage, 1er emploi…
  • s’entraîner aux entretiens de recrutement
  • développer leur réseau professionnel.

À noter: ce Forum étant organisé en ligne, il permet à tous les recruteurs, étudiants et jeunes diplômés hors de France de participer.

Tags :

Journée d’études du Département de Science politique

avec la collaboration du Laboratoire d’Innovation pédagogique - Vendredi 20 novembre 2020 - 9h30-16h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Retour d’expériences pédagogiques

Vendredi 20 novembre 2020 - 9h30-16h30
Salle 31 - 27 rue St-Guillaume, Paris 7e
Formulaire d’inscription pour accéder au lien zoom de la journée d’études 

Enseigner constitue un des pivots du métier d’universitaire. Si la production scientifique et les activités de recherche sont particulièrement investies tant pour la carrière académique que dans la formation des doctorants, la formation à l’enseignement l’est beaucoup moins.
Elle révèle un paradoxe non des moindres puisque l’une des missions premières de l’université consiste à former des étudiants.

Eu égard à ses fonctions premières, le département de science politique offre un cadre approprié pour mener une réflexion de fond à cet égard, à la fois entre pairs mais aussi et surtout à destination des doctorants qui assurent des conférences de méthode au sein de l’établissement (que ce soit en tant que contractuels, vacataires ou Aters).

L’objectif de cette journée organisée par le Département de Science politique est double :

  • Favoriser les échanges d’expériences sur les manières de former les étudiants aux fondamentaux de la discipline mais aussi aux domaines de spécialisation
  • Offrir aux jeunes collègues, en particulier les doctorants, un espace de discussion en vue de les accompagner au mieux dans leur pratique d’enseignants

Ainsi, la matinée sera dédiée à un retour d’expérience sur les enjeux de l’articulation entre cour magistral et conférence de méthode. L’après-midi sera structurée autour de trois ateliers portant respectivement sur la construction d’un syllabus, les enjeux de l’enseignement en langue étrangère, et enfin l’innovation pédagogique.

L’ensemble de la journée sera bien entendu alimenté par le contexte inédit de crise sanitaire qui a obligé à une adaptation de l’offre pédagogique et renouvelé les pratiques d’enseignement. La réflexion consistera aussi à examiner la portée des transformations et repérer ce qui pourrait être conservé comme atout ou différentiel sans altérer la nécessité d’un enseignement en présentiel, pivot incontournable de la transmission des savoirs.

Comité d’organisation : Frédéric Ramel, Nabila Abbas, Camille Escudé, Adrien Estève,
Emilien Fargues, Bénédicte Laumond, Louise Perrodin, Arianna Sforzini.

Contact: adrien.esteve@sciencespo.fr

PROGRAMME

Présidence : Stéphanie Balme et Frédéric Ramel

9h30-11h30. L’articulation entre cours magistral et conférence de méthode en contexte d’hybridité

Intervenants :

  • Astrid von Busekist (L’Abécédaire politique, campus de Paris)
  • Crystal Cordell (ISP)
  • Politique comparée

11h30-13h. Pause déjeuner

13h-14h. Atelier n°1 : Construire son syllabus

  • Présidence : Louise Perrodin (ATER)
  • Intervenante : Carola Kloeck (Assistant professor en science politique)

Pause (14h-14h15)

14h15-15h15. Atelier n°2 : Enseigner dans une autre langue que sa langue maternelle

  • Présidence : Nabila Abbas (ATER), Bénédicte Laumond (ATER)
  • Intervenante : Johanna Magin (Responsable pédagogique - Campus de Reims)

Pause (15h15-15h30)

15h30-16h30. Atelier n°3 : L’innovation pédagogique dans une conférence de méthode

  • Présidence : Adrien Estève (ATER), Camille Escudé (ATER)
  • Intervenants : Delphine Grouès (Laboratoire d’innovation pédagogique)
Tags :

Réunion de rentrée des nouvelles doctorantes, nouveaux doctorants

Mercredi 14 octobre 2020 à 15 h en distanciel
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Chers doctorantes et doctorants,

Nous avons le plaisir de vous inviter à la réunion de rentrée des nouvelles doctorantes, nouveaux doctorants de Sciences Po, qui aura lieu mercredi 14 octobre 2020 à 15h.

avec le Doyen de l'Ecole doctorale, Pierre François et son équipe
et la Bibliothèque de recherche de Sciences Po

La réunion a lieu de 15h à 16h30 via Zoom. Lien de la réunion : https://sciencespo.zoom.us/j/93896743590

Lors de la réunion, le Doyen présentera les grands moments du parcours doctoral, les modalités de fonctionnement du Fond de soutien à la recherche, les opportunités de mobilité...

Les ressources à la disposition des chercheurs seront également présentées à cette occasion.

Après les présentations, une session de questions et réponses est prévue.

Nous nous réjouissons de faire votre connaissance mercredi prochain en ligne !

Tags :

L'Association de l'École Doctorale de Sciences Po (AED)

est sur le pont... et vous attend !
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po
Fondée par une équipe interdisciplinaire et inter-niveaux, le cœur de l'association repose sur le besoin d'une entité spécialement dédiée aux étudiants en recherche. Les missions de l'association sont au nombre de trois :  
 
1) Favoriser les rencontres étudiantes interdisciplinaires pour échanger dans le cadre formel et informel au niveau de master, doctorat ou autre ;  
 
2) Accompagner l’insertion professionnelle par la présentation des débouchés dans la recherche et autour de la recherche par des rencontres avec des Alumni et d’autres invités ;  
 
3) Proposer un panel d'activités dans le cadre de la formation à la recherche qui favorise le croisement entre les disciplines de l'École, telles que des conférences, des séminaires étudiants, un podcast ou une revue étudiante.  
 
L'adhésion est gratuite ! Ce lieu se veut accessible à tous les étudiants afin qu'ils puissent avoir la liberté d'y proposer et d'y mener leurs projets. Et si vous vous sentez d'ores et déjà emballés par cette initiative, n'hésitez pas à vous présenter à l'élection du premier bureau de l'association en octobre 2020. Dans tous les cas, tenez-vous au courant des actualités de l'AED sur les réseaux et sur la page Facebook dédiée.  
 
Vous pouvez également leur écrire à cette adresse : assoecoledoc@gmail.com
 
Présentation des membres de l'AED :
 
Jean-Baptiste Le Gallo Jean-Baptiste Le Gallo : Étudiant en Science politique, mention Relations internationales (M2) | Formé en sciences sociales et en mathématiques. Linguistique et fédéralisme sont parmi ses sujets de prédilection. Toujours ouvert au dialogue des idées, notamment autour d'un verre.
 
 
Gabriele Mariani Gabriele Mariani : Étudiant italien en Sociologie (M2) | Intéressé par les politiques sociales et l’analyse du marché du travail. Passionné par la politique, les questions de genre et LGBTQIA+.
 
 
 
Julia MlodzinskiJulia Mlodzinski : Étudiante en Science politique, mention Politiques publiques (M1) | Passionnée d’écologie politique et d’économie biophysique. Peintre à ses heures perdues.
 
  
 
 
Berdirhan Erdem Mutlu Berdirhan Erdem Mutlu : Étudiant en Science politique, mention Politique comparée (M2) | Intéressé par l’interaction entre le religieux et la politique dans le monde et surtout dans la région Moyen-Orient/Méditerranée. Deux passions pour le temps libre : le théâtre et la poésie.
 
 
 
Malyphone de PeyrelongueMalyphone de Peyrelongue : Étudiante en Science politique, mention Théorie Politique (M2) | Intéressée par les thèmes de la démocratie inclusive, de la sollicitude, de la communication politique et passionnée par la vulgarisation scientifique. Escalade les murs de bloc parisiens après les cours.
 
 
Juraj Pal'aJuraj Pal'a : Étudiant en Science politique, mention Théorie politique (M2) | S'interroge sur les transitions et régressions des démocraties en lien avec l’économie politique et engagé dans l’association de l’école doctorale pour affirmer la place singulière des chercheurs dans le monde professionnel.    

 

L'AED se réjouit de vous accueillir très bientôt !

Contacts : assoecoledoc@gmail.com

Tags :

Message aux doctorantes et doctorants

Information supplémentaire sur la suspension des accès au campus de Paris
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Chères doctorantes et doctorants,

Tout d'abord, nous espérons que vous allez bien.

Nous faisons suite à la communication qui vient de vous parvenir au sujet de la suspension des accès au campus de Paris pour une durée de 14 jours à compter du lundi 21 septembre 2020 aux étudiants et étudiantes de Sciences Po. Cette décision a été dictée par des impératifs sanitaires, le campus parisien étant devenu un lieu de circulation active du virus, comme vient de le rappeler notre Directeur.

Les doctorantes et les doctorants, jeunes chercheurs de Sciences Po continuent d'avoir accès au campus de Paris pendant cette période. Vous pourrez avec votre carte de Sciences Po continuer à accéder aux locaux de votre laboratoire et aux bâtiments de Sciences Po. Nous vous invitons à vérifier à partir de lundi les horaires d'ouverture de vos bâtiments qui peuvent être amenés à évoluer.

La Bibliothèque de Sciences Po reste accessible, durant les quatorze prochains jours, sur le site du seul 27 rue Saint Guillaume pour les doctorants et doctorantes de Sciences Po.

Également, pour ceux d'entre vous qui ont indiqué la nécessité de disposer d'une salle pour faire cours sur Zoom, cette salle et l'accès au bâtiment bien sûr restent disponibles pendant la durée de la suspension.

Enfin, nous souhaitons vous indiquer que le pôle Santé restera également ouvert sur rendez-vous au cours des 14 prochains jours. Il nous paraît essentiel de vous demander de bien vouloir continuer à suivre scrupuleusement l'ensemble des consignes sanitaires qui vous ont été présentées, et de respecter la procédure de signalement si vous êtes porteur ou porteuse du virus, ou si vous avez été en contact d'une personne dans cette situation.

Nous restons à votre écoute et vous souhaitons, malgré ces circonstances difficiles, une bonne continuation de semestre.

Bien à vous,
Pierre François, Doyen de l’Ecole doctorale

Tags :

Suspension de l'accueil du public étudiant sur le campus parisien

Pour une durée de 14 jours à compter du lundi 21 septembre 2020
  • Sciences Po - Aphithéâtre Boutmy| © Guillaume SerpeSciences Po - Aphithéâtre Boutmy| © Guillaume Serpe

Chères étudiantes, Chers étudiants,

Après l'identification d’un nombre significatif de cas positifs au Covid-19, notre campus parisien est actuellement un lieu de circulation active du virus. Dans ce contexte et après échanges avec le Rectorat de Paris et avec l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, je vous informe que l’ensemble des activités pédagogiques et de vie étudiante, ainsi que l'accueil en bibliothèque et par les services administratifs, sont suspendus sur notre campus parisien pour une durée de 14 jours à compter du lundi 21 septembre 2020. Les activités de pratique sportive ou culturelle en dehors du campus sont également suspendues. A compter de cette date et jusqu’au dimanche 4 octobre 2020, nos implantations parisiennes seront donc temporairement fermées aux publics étudiants.

Conformément aux recommandations reçues des autorités sanitaires, cette suspension a pour objectif de protéger la santé de l'ensemble de nos communautés et de préparer la réouverture de notre campus parisien aux publics dans les meilleures conditions de sécurité sanitaire possibles.

Dans cette perspective, il vous est demandé de respecter l’ensemble des consignes sanitaires (notamment l’isolement des personnes testées positives au Covid-19) et de limiter vos activités sociales et vos contacts physiques au strict minimum pendant toute cette période.

Par ailleurs, les équipes de Sciences Po travaillent actuellement avec l’ARS d’Ile-de-France à l’organisation d’une campagne de tests virologiques (PCR) qui seront proposés aux publics les plus exposés. Cette campagne, qui se tiendra sur notre campus, se déroulera durant la période de suspension. Elle permettra de faire le point sur notre situation sanitaire, à la fois au niveau de notre établissement mais également à titre individuel.

Malgré cette restriction de l’accès à nos bâtiments, la continuité pédagogique sera parfaitement assurée grâce à la mobilisation des personnels administratifs et pédagogiques et de tous les enseignants. En effet, le modèle que nous avons construit dès le printemps dernier et qui repose sur un double campus, à la fois physique et numérique, nous permet de nous adapter en temps réel à l’évolution du contexte épidémique et de faire varier en conséquence la part des enseignements qui se déroulent dans nos murs et celle qui se déploie à distance. L’ensemble des enseignements prévus se dérouleront donc à distance durant la période de suspension.

Durant cette période, les équipes de Sciences Po seront mobilisées pour organiser la campagne de dépistage, accompagner les étudiantes et les étudiants qui rencontreraient d’éventuelles difficultés et préparer la réouverture de notre campus parisien.

Nous vous ferons connaître, dans le courant de la semaine prochaine, les dates et modalités de la campagne de dépistage PCR et vous informerons prochainement des modalités de réouverture de notre campus parisien.

Sciences Po est un lieu de brassage et de rencontres. Il appartient à chacune et à chacun d’entre nous d’oeuvrer à préserver cette richesse et cette ouverture. Pour cela, il est de la responsabilité de chacune et de chacun de respecter et de faire respecter de manière très stricte l’ensemble des gestes qui font barrage à la circulation du virus, à la fois dans nos campus mais également à l'extérieur. Les mesures de prévention mises en oeuvre sur nos sites resteront sans effet si elles ne s’accompagnent pas d’une prise de conscience claire et d’une adhésion personnelle forte et continue.

Je sais pouvoir compter sur chacune et sur chacun d'entre vous et vous remercie très chaleureusement pour votre mobilisation dans ces circonstances particulières.

Bien cordialement à vous,

Frédéric Mion
Directeur de Sciences Po

Tags :

Rentrée solennelle de l'École doctorale...

Retour en photos et vidéos...
  • Pierre François, Doyen de l'École doctorale de Sciences PoPierre François, Doyen de l'École doctorale de Sciences Po

Toute l'équipe de l'École doctorale était présente le 9 septembre dernier pour souhaiter la bienvenue à nos étudiantes et étudiants... 

LES photos

Pierre François, Doyen de l'École doctorale

=> Regardez les photos...

Les vidéos

Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po / President of Sciences Po

Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po

Durée de la vidéo : 13:14
=> Regardez la vidéo /  Watch the video (in Frensh)

Bénédicte Durand, Directrice de la formation / Vice President of Academic Affairs

Bénédicte Durand, Directrice de la formation / Vice President of Academic Affairs

 Durée de la vidéo : 11:15
=>  Regardez la vidéo / Watch the video (in Frensh)

Guillaume Plantin, Directeur scientifique / Vice-President of Research

Guillaume Plantin, Directeur scientifique / Vice-President of Research

Durée de la vidéo : 06:03
=> Regardez la vidéo / Watch the video (in Frensh)

Pierre François, Doyen de l’École doctorale / Dean of the Doctoral School

Pierre François, Doyen de l’École doctorale / Dean of the Doctoral School

Durée de la vidéo : 44:39
=> Regardez la vidéo / Watch the video (in Frensh)

 

 

Tags :

Rentrée solennelle de l'École doctorale...

Retour en photos et vidéos...

Toute l'équipe de l'École doctorale était présente le 9 septembre dernier pour souhaiter la bienvenue à nos étudiantes et étudiants... 

Quelques photos souvenirs...

Tags :

"J’aimerais contribuer à l'élaboration de politiques publiques de lutte contre les inégalités"

Caroline Duhaâ vient d’obtenir la Certification avancée en études de genre
  • ©Caroline Duhaâ©Caroline Duhaâ

Caroline Duhaâ vient d’obtenir le Master en Sociologie de l’École doctorale de Sciences Po assorti de la Certification avancée en études de genre, délivrée par le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre, PRESAGE. Elle revient sur son parcours, de ses premiers cours en études de genre sur le campus de Paris, à la rédaction de son mémoire de Master sur la répartition du travail domestique.

VOUS AVEZ SUIVI DE NOMBREUX ENSEIGNEMENTS EN ÉTUDES DE GENRE DURANT VOTRE SCOLARITÉ. D’OÙ VIENT VOTRE INTÉRÊT POUR CE CHAMP DE RECHERCHE ?

D’une sensibilité aux inégalités de genre et d’une volonté de contribuer à faire bouger les lignes ! Et aussi de la conviction qu’une connaissance solide de l’état de la recherche à ce sujet serait particulièrement précieuse pour cela, ainsi qu’une volonté de nourrir ma réflexion théorique. Dès que j’en ai eu l’opportunité, j’ai choisi de suivre des enseignements en études de genre : ils ont contribué à confirmer et renforcer mon intérêt pour la question et à ouvrir de nouvelles portes, j’ai donc continué !

POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI D'INTÉGRER LE MASTER DE RECHERCHE EN SOCIOLOGIE ?

Pour les mêmes raisons : je souhaitais parvenir à une compréhension plus fine de la société actuelle, par intérêt intellectuel et aussi parce que j’envisageais déjà à ce moment-là de me diriger vers un métier en lien avec les politiques publiques de lutte contre les inégalités. Or, afin d’identifier les besoins et les solutions à apporter en termes de politiques publiques, il me semble primordial de procéder à un diagnostic rigoureux de la situation en se basant sur l’état et les outils de la recherche. La question des inégalités sociales est un objet d’étude majeur de la discipline sociologique, et la formation proposée à l’École doctorale de Sciences Po comprend à la fois une dimension théorique et une dimension pratique, avec l’apprentissage des méthodes de la recherche. Choisir ce Master me paraissait donc en adéquation avec ma démarche. Le fait qu’il soit présenté comme ne débouchant pas uniquement sur une carrière académique m’a aussi confortée dans le choix de cette formation.

VOUS AVEZ EFFECTUÉ UN STAGE AU CONSEIL SUPÉRIEUR DE L’ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES. QUELLES ÉTAIENT VOS MISSIONS ?

Je participais aux travaux du CSEP, qui est une instance consultative tripartite qui formule des avis et propositions sur la question de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Et j’étais chargée de soutenir les activités de sa Secrétaire générale. Concrètement, j’ai contribué à la finalisation du rapport L’égalité entre les femmes et les hommes dans les procédures RH (PDF, 12 Mo) et à la rédaction du kit pratique associé (PDF, 7 Mo) à destination des acteurs et des actrices impliquées dans les ressources humaines, ou encore à l’analyse des résultats d’une enquête statistique sur la prise en compte de la parentalité en entreprise (PDF, 6 Mo). J’ai aussi rédigé des notes sur divers sujets en lien avec l’égalité femmes-hommes à destination de la Secrétaire générale, et ai contribué à la rédaction d’une note à destination de la Secrétaire d’État en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes. J’étais également chargée de réaliser une veille juridique et médiatique quotidienne sur les sujets liés à l’égalité, en particulier professionnelle, entre les femmes et les hommes.

En plus de ces missions, qui constituaient le cœur de mon stage, la gestion du compte Twitter du CSEP m’a été confiée ainsi que diverses missions administratives (organisation de réunions de groupes de travail, réalisation de comptes-rendus de réunions notamment).

VOUS VENEZ DE SOUTENIR VOTRE MÉMOIRE, INTITULÉ LE PRIVÉ EST POLITIQUE SUR LES IDÉAUX ET LES PRATIQUES CONCERNANT LA RÉPARTITION DU TRAVAIL DOMESTIQUE CHEZ LES FÉMINISTES EN COUPLE HÉTÉROSEXUEL COHABITANT. POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI CE SUJET ?

Je savais en postulant au Master de sociologie que je souhaitais réaliser un mémoire s’inscrivant dans le champ de la sociologie du genre. Le choix de ce sujet est né d’une double interpellation : d’une part j’ai remarqué une accumulation de témoignages de féministes constatant l’échec de la mise en application de leurs idéaux en termes de répartition du travail domestique avec leurs conjoints ; et d’autre part, j’ai fait le constat d’un paradoxe : alors que la répartition du travail domestique au sein des couples hétérosexuels est un objet qui a été — et qui continue d’être — largement étudié en sociologie, que l'un des registres classiquement mobilisé pour rendre compte de l'état de cette répartition est l'"idéologie de genre" des individus, et que le mouvement féministe s’est explicitement saisi de la question du travail domestique depuis les années 1960-1970, la question des liens entre identification comme féministe et idéaux et pratiques concernant la répartition du travail domestique a jusqu’à présent été presque intégralement ignorée par la littérature scientifique. Cela m’a semblé d’autant plus étonnant que ce sujet fait intervenir une multitude de dimensions et de nombreux questionnements que j’ai trouvé passionnants !

POUVEZ-VOUS NOUS EN DIRE PLUS ?

Pour réaliser mon enquête, j’ai fait appel à une méthodologie mixte : j’ai récolté des données quantitatives par le biais d’un questionnaire diffusé en ligne (ce qui m’a ensuite permis de mener des analyses quantitatives sur les réponses de près de 1000 personnes) et j’ai conduit des entretiens individuels avec les membres de 11 couples. Dans mon travail, j’ai accordé une attention particulière à la question des stratégies — conscientes ou inconscientes — mises en place par les féministes pour gérer la problématique d’un éventuel écart entre idéaux et pratiques, en amont et/ou en aval de l’apparition de celui-ci. L’analyse de mes données a révélé une association au sein de mon échantillon qualitatif entre la nature de l’idéologie de genre des conjoints et la nature et les effets des stratégies mises en place par leurs conjointes. La ‘simple’ adhésion à des valeurs égalitaires de la part des hommes, y compris lorsqu’elle prend la forme d’un accord théorique important avec le féminisme porté par leurs compagnes, n’est pas une condition suffisante à la traduction effective des idéaux de ces dernières en termes de répartition du travail domestique. Il semble que la perception — plus ou moins consciente — de la réalisation de ce travail comme constituant ou non une ‘menace’ pour leur masculinité soit un facteur-clé à prendre en compte.

Les résultats de mes analyses statistiques ne m’autorisent pas à conclure quant à l’existence ou non, “toutes choses égales par ailleurs”, d’un effet du féminisme des conjointes, et de la plus ou moins grande importance qu’elles y accordent, sur la répartition du travail domestique au sein de leurs couples. Mes analyses gagneraient à être reproduites sur un échantillon plus large et représentatif de la population française. D’une manière générale, je suis convaincue que la question des liens entre identification comme féministe et idéaux et pratiques de répartition du travail domestique mériterait d’être plus amplement explorée !

QUELS SONT VOS PROJETS POUR LA SUITE ?

J’aimerais contribuer à l’élaboration de politiques publiques de lutte contre les inégalités de genre en travaillant pour une ONG, une association, un think tank ou une instance consultative formulant des propositions et effectuant des actions de plaidoyer à ce sujet. J’espère notamment, grâce à ma formation, pouvoir contribuer à ce que les politiques publiques prennent en compte les résultats de la recherche scientifique, y compris en sciences sociales, pour proposer des réponses adaptées aux problématiques actuelles.

EN SAVOIR PLUS

Tags :

Rentrée Solennelle 2020

Mercredi 9 septembre 2020 à partir de 14h45 | En présentiel et distanciel
  • Frédéric Mion, Directeur de Sciences PoFrédéric Mion, Directeur de Sciences Po

Toute l'équipe de l'École doctorale se réjouit de vous rencontrer en présentiel et distanciel le mercredi 9 septembre à partir de 14h45, à l'occasion de la rentrée solennelle !

La rentrée solennelle se déroulera en présence de Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, Bénédicte Durand, Directrice de la formation, Guillaume Plantin, Directeur scientifique, Pierre François, Doyen de l’École doctorale, les Directeurs et Directrices d'études doctorales ainsi que toute l'équipe de l'Ecole doctorale.

Date : mercredi 9 septembre 2020 à partir de 14h45
 
  • En présentiel : Amphithéâtre Emile Boutmy, 27 rue Saint-Guillaume – 75007 Paris.
  • En distanciel : Lien Zoom

Ce premier échange sera suivi, immédiatement après la rentrée solennelle, d'une réunion spécifique à votre master, organisée par votre Directeur des Etudes Doctorales (DED). Ces réunions se dérouleront en distanciel via Zoom :
 
  • Economie (DED: Prof. Sergei Guriev): 17h - Lien Zoom - Retransmission en amphithéâtre Leroy-Beaulieu  (3e étage au 27, rue Saint-Guillaume - emprunter l'escalier à la sortie de l'amphithéâtre Boutmy),
  • Histoire (DED: Prof. Mario Del Pero): 17h - Lien Zoom - Retransmission en amphithéâtre Eugène d'Eichtal  (3e étage au 27, rue Saint-Guillaume - emprunter l'escalier proche de la loge des appariteurs),
  • Science politique (DED: Prof. Colin Hay):  16h30 - Lien Zoom - Retransmission en amphithéâtre Jacques Chapsal (2e étage au 27, rue Saint-Guillaume - emprunter l'escalier à la sortie de l'amphithéâtre Boutmy),
  • Sociologie (DED: Prof. Ettore Recchi): 17h - Lien Zoom - Retransmission en amphithéâtre Jeannie de Clarens (1er étage au 27, rue Saint-Guillaume - emprunter l'escalier proche de la loge des appariteurs).
 
NB: pour les étudiantes et étudiants du master de science politique, une réunion complémentaire, qui aura lieu sur Zoom, est planifiée avec le responsable scientifique de votre majeure :
 
  • Comportement politique (responsable scientifique: Pr. Romain Lachat): jeudi 10 septembre à 16h,
  • Politique comparée (responsables scientifiques: Pr. Kathy Rousselet et Pr. Jan Rovny): mercredi 9 septembre à 17h15,
  • Politiques publiques (responsable scientifique: Pr. Philippe Bezès): mercredi 9 septembre à 17h15,
  • Relations internationales (responsable scientifique: Pr. Thierry Balzacq): mercredi 9 septembre à 17h15,
  • Théorie politique (responsable scientifique: Pr. Astrid von Busekist): vendredi 11 septembre à 10h
  • General Track in English (responsable scientifique: Pr. Colin Hay): mercredi 9 septembre à 17h15

Vous recevrez dans les meilleurs délais les invitations pour participer à distance à l'ensemble de ces réunions.
 
Réunions des nouveaux étudiants de doctorats :

La réunion d'information des nouveaux doctorants aura lieu mi octobre, nous vous communiquerons rapidement les informations précises. 

Tags :

Atelier jeune recherche en évaluation des politiques publiques

proposé par le LIEPP - 2020-2021
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Présentation de l’atelier :

Le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) promeut les recherches qui, quelles que soient leurs disciplines et leurs méthodes, permettent d’alimenter l’évaluation des politiques publiques, par l’étude du fonctionnement et des effets de différentes politiques : par exemple, politiques éducatives, environnementales, migratoires, politiques de santé, de lutte contre les discriminations, politiques sociales et socio-fiscales. Il encourage le croisement des approches (disciplinaires, méthodologiques) afin d’enrichir la réflexion en évaluation des politiques publiques.

Ce séminaire doctoral du LIEPP est ouvert aux doctorant.e.s de Sciences Po et d’Université de Paris, quels que soient leurs laboratoires et disciplines d’appartenance. Il poursuit quatre objectifs principaux : 

1) Accompagner les doctorant.e.s dans la conduite de leurs recherches et dans leur professionnalisation ; 

2) Susciter un dialogue interdisciplinaire à partir des recherches en cours ; 

3) Sensibiliser les participant.e.s à la démarche d’évaluation des politiques publiques et à ses implications pratiques, notamment en termes de questionnement et de diffusion des résultats de la recherche ; 

4) Favoriser les échanges entre doctorant.e.s de Sciences Po et d’Université de Paris. 

L’atelier est un outil de dialogue interdisciplinaire entre des doctorant.e.s dont les travaux ont une incidence pour l’action publique, quelles que soient les méthodes utilisées et les disciplines d’inscription (sociologie, science politique, économie, histoire, psychologie, santé publique…). Le séminaire prend principalement appui sur des présentations, par les doctorant.e.s, de leurs recherches en cours, qui font ensuite l’objet d’une discussion interdisciplinaire. Il fournit aussi aux participant.e.s une occasion de se familiariser avec les différents axes de recherche du LIEPP, afin de favoriser des collaborations éventuelles émergeant de la jeune recherche. À cet effet, des séances seront organisées avec les assistant.e.s de recherche travaillant sur les projets hébergés ou financés par le LIEPP, dans une optique d’enrichissement mutuel et de professionnalisation entre doctorant.e.s et assistant.e.s de recherche. Des modules plus spécifiques seront organisés autour du développement de compétences utiles à la fois dans le contexte académique et dans un cadre d’évaluation des politiques publiques : présentation orale, conception d’un poster, rédaction d’un policy brief.  Des interventions de chercheur.e.s plus confirmé.e.s pourront enfin être organisées. 

Pour qui ? Public visé par l’atelier :

- Doctorant.e.s affilié.e.s au LIEPP

- Doctorant.e.s de Sciences Po ou d’Université de Paris, toutes disciplines confondues :

  • Dont le sujet de thèse relève directement d’une démarche d’évaluation des politiques publiques (ex. étude de la mise en œuvre et des conséquences de tel programme d’action publique),
  • Ou qui sont intéressé.e.s par une réflexion sur les implications de leurs thèses pour l’action publique (en quoi les conclusions de la thèse peuvent-elles alimenter une réflexion sur la conception, la mise en œuvre et les conséquences des politiques publiques ?)

- Les participant.e.s doivent être ouvert.e.s à l’interdisciplinarité, avoir envie de discuter de leur sujet de thèse avec des non-spécialistes, et avoir envie de discuter de recherches éloignées de leur spécialité.

- L’inscription au séminaire permet de présenter au moins une fois ses recherches dans l’année, mais suppose réciproquement un engagement à participer activement à l’ensemble des séances en discutant les recherches présentées par les autres participant.e.s.

 Pour quoi ? Ce que l’atelier peut apporter aux participant.e.s :

- Mise en perspective interdisciplinaire de la recherche doctorale : effet de « dé-zoom » qui aide à mieux identifier ce qui distingue l’approche adoptée, quelles sont les questions fondamentales de la recherche, à les mettre en perspective et éventuellement à en faire émerger d’autres à partir du regard d’autres disciplines ;

- Capacité à communiquer autour de sa recherche et de sa discipline à des non-spécialistes ;

- Développement de contacts en vue du montage de projets interdisciplinaires, par le biais d’échanges avec des doctorant.e.s d’autres laboratoires Sciences Po et UP ;

- Sensibilisation à la démarche d’évaluation des politiques publiques à partir des projets de recherche individuels.

Animation : Anne Revillard
Email: anne.revillard@sciencespo.fr

Volume horaire : 20h (une séance de deux heures par mois de septembre à juin, le lundi de 11h à 13h)

Calendrier prévisionnel 2020-2021 :

1. Lundi 21 septembre 11h-13h Inscription

  • Introduction
  • Camille Urvoy, Département d'Économie - Sciences Po: Political profits from Nonprofits: Evidence from governmental transfers

2. Lundi 12 octobre 11h-13h: 

  • Aifang MA, CEE - Sciences Po, science politique: Régulation quadrilatérale de l’Internet et des réseaux sociaux en Chine contemporaine (titre à préciser)
  • Sponton Alix, OSC - Sciences Po, sociologie: Comment les pères utilisent-ils leur congé de paternité en France ? (titre provisoire)
  • Federico FILETTI, OSC/LIEPP - Sciences Po, sociologie: “The work-care-welfare nexus: first microlevel evidence”

3. Lundi 9 novembre 11h-13h

4. Lundi 7 décembre 11h-13h:

  • Blandine MESNEL, CEE - Sciences Po, science politique: Les démarches administratives comme point d’entrée pour saisir “par le bas” les effets de l’action publique sur les ressortissants : le cas des agriculteurs face à la Politique agricole commune en France et en Espagne (titre provisoire : projet d’article)
  • Elena MAJ, EVCAU - Université de PARIS, architecture urbanisme paysage et patrimoine:  titre à préciser
  • Manon POTHET, OSC - Sciences Po, sociologie: titre à préciser  

 5. Lundi 11 janvier 11h-13h

  • Mamaye IDRISS, Cessma - Université de Paris, histoire: titre à préciser
  • Hugo ROCHARD, Ladyss - Université de Paris, Géographie: “L’action collective sur les espaces publics de nature à Paris et à New York : formes de néo-libéralisation de l’action publique environnementale ou nouveaux territoires d’engagement  environnementaliste ?”
  • Louisette RASOLONAINA, ICT - EVCAU - Uiniversité de Paris - ENSAPVS, Architecture & Culture Numérique: “Mégarégion et économie circulaire au prisme des politiques territoriales et environnementales”
6. Lundi 8 février 11h-13h
  • Naoual MAHROUG, Cerlis - Université de Paris, anthropologie, “Des demandeurs de l’asile qui jugent l’asile” (titre à confirmer).
  • Inès MOSGALIK, Médialab et CHSP - Sciences Po, histoire : “From statistically unfathomable households tied to their electricity suppliers by legal obligation to pro-sumers” (titre à confirmer)
  • Ségal LE GUERN HERRY, Département d’Economie - Sciences Po, économie: “Will we ever be able to tax offshore wealth? The impact of automatic exchange of information on suspect investments in real estate markets.” (titre à confirmer) 

7. Lundi 8 mars 11h-13h

Thématique : Politiques de l’enseignement supérieur/études supérieures et inégalités

  • Marion VALARCHER, OSC - Sciences Po, sociologie: titre à préciser
  • Gabriel SILVEIRA DE ANDRADE ANTUNES, LCSP - Université de Paris, philosophie politique: “Comment la colonialité de l’enseignement de la philosophie produit discrimination et subalternité ? Une analyse des politiques institutionnelles de la discipline à l’Université de São Paulo et à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar” (titre provisoire)
  • Gustave KENEDI, Département d’Économie - Sciences Po, économie: titre à préciser

8. Lundi 12 avril 11h-13h

  • Antoine RIEU, CESSMA - Université de Paris, socioéconomie et gestion: “Les Joint-Ventures Sociales comme instrument pour l’insertion socio-professionnelle et la responsabilisation des entreprises" (titre à confirmer)
  • Micha METTOUCHI, ICT - Université de Paris, sociologie: “Les politiques inclusives à destination des étudiants en situation de handicap à l’université en France et en Angleterre" (titre à confirmer) 
  • Célia BOUCHET, OSC, LIEPP - Sciences Po, sociologie: titre à préciser
  • Mathéa BOUDINET, OOSC, LIEPP - Sciences Po, sociologie: “Étude des parcours professionnels de femmes handicapées au prisme de la réception de l’action publique”

9. Lundi 3 mai 11h-13h

  • Iris NIKOLOPOULOUa, LADYSS - Université de Paris, Sciences économiques et sociales: titre à préciser  
  • Nona NENOVSKA, LADYSS - Université de Paris, Sciences économiques et sociales: titre à préciser 
  • Charlotte GLINEL, CSO - Sciences Po, sociologie:  titre à préciser 

10. Lundi 7 juin 11h-13h

  • Rachida LARINOUNA, LADYSS - Université de Paris, Sciences économiques: “Institutionnalisation des instances de démocratie participatives dans les systèmes de gouvernance urbaine” (titre à préciser)

 

Tags :

Online Workshop CIVICA

Publishing your Research: Getting Your Article Ready for Submission.Over a period of 10 weeks (from Thursdays, 17 September to 19 November 2020, 2 - 4 pm.)
  • Online Workshop CIVICA Online Workshop CIVICA

Some places are available for PhD researchers from Civica institutions to participate in the workshop Publishing your Research: Getting Your Article Ready for Submission by Dr. Jeffrey Verhey. The workshop targets
PhDs who are working on something that they would like to submit to a journal for publication in the near future (for example, a thesis chapter to be turned into a journal article or an early draft of an article). PhDs will thus need a text on which they can work to benefit from this course.

Please register through below link latest by Friday, 11 September 2020 in case you would like to attend.
https://eu.questionpro.com/t/AB3urnWZB3u6E7

Please only apply if you are sure you can attend all sessions, and have carefully read through the workshop description below. We will let you know if your application was successful by Monday, 14 September 2020.


WORKSHOP DESCRIPTION

Target group
PhDs who are working on something that they would like to submit to a journal for publication in the near future (for example, a thesis chapter to be turned into a journal article or an early draft of an article). As we will be working closely with your texts, this course is not designed for scholars who do not have any work in progress. PhD researchers as of their second year will be given priority.

Short description
This course follows quite closely Wendy Laura Belcher's Writing Your Journal Article in Twelve Weeks: A Guide to Academic Publishing Success (Belcher’s book is required). Over a period of 10 weeks we try to get your article ready for submission to a peer-reviewed journal.  To do this, we discuss how to improve your writing strategies and habits, identify appropriate journals for your article, clarify arguments, write an interesting title and abstract, and organise your material and arguments to meet the journal’s expectations. The course will also help you to fine-tune and polish your writing.

Goal
The goal of this course is to aid participants in taking their papers up to journal quality and in overcoming anxiety about academic publishing.

Date and time
Online Workshop: Thursdays, 17 September - 19 November 2020, 2 - 4 pm.

Contents
The course includes weekly sections focusing on the following topics:

  • Designing your plan for writing
  • Advancing your argument
  • Selecting the right journal
  • Crafting your claims for significance in your literature review
  • Analysing and presenting your evidence
  • Strengthening the structure of your argument
  • Opening and concluding your article
  • Submitting your article

The online skills workshop itself will be part lecture, part workshop. That is, we will work a great deal with your written texts, trying to improve them with the goal of publication. You will receive feedback from the instructor and from each other on your writing.

Instructor
Dr. Jeffrey Verhey (Humboldt-Universität zu Berlin, Language Centre). Dr. Jeffrey Verhey has also taught at the Freie Universität Berlin, at UC Berkeley, UC Davis, and the Max Planck Institut für Gesellschaftsforschung in Cologne, among others, and was a fellow in 1992-93 at the Minda de Gunzburg Center for European Studies at Harvard University. Dr. Verhey received his PhD from the University of California, Berkeley.

Tags :

"Mon intérêt pour les sciences humaines vient d'un engagement féministe "

Claudia De Campos vient d’obtenir la Certification avancée en études de genre
  • © Claudia De Campos© Claudia De Campos

Désormais alumna de l’École doctorale de Sciences Po, Claudia De Campos vient d’obtenir son diplôme de Master de science politique ainsi que la Certification avancée en études de genre, délivrée par le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre, PRESAGE. Elle revient sur son parcours et sur la rédaction de son mémoire de recherche sur la politisation du viol conjugal.

COMMENT EST NÉ VOTRE INTÉRÊT POUR LES ÉTUDES DE GENRE ?

Mon intérêt pour les études de genre se place dans la continuité de convictions que je me forge depuis le collège, en étant notamment en contact avec des femmes inspirantes et en me renseignant de mon côté. Ce savoir féministe, que j’essayais de m’approprier au départ, n’était pas strictement académique. Lorsque j’ai décidé de m’orienter vers des études en sciences sociales, j’ai compris que je pouvais approfondir ces positions et les fonder davantage dans une démarche scientifique. En bref, mon intérêt pour le politique et pour les sciences humaines en général vient d’un engagement féministe.

Certains cours proposés pendant mon parcours au Collège universitaire m’ont éclairée dans ce processus. Ce fut par exemple le cas du cours “La science politique au défi du genre” dispensé par Réjane Sénac, qui m’a fait découvrir la portée critique des études de genre sur la science politique. J’ai pu dès lors entrevoir les possibilités de réinvention existantes et futures d’un savoir académique traditionnellement dominé par les hommes, et donc forcément partiel et partial.

POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI DE VOUS ORIENTER VERS LA RECHERCHE EN THÉORIE POLITIQUE ?

Prendre la direction de la théorie politique n’était pas une évidence pour moi ! Puis j’ai passé ma troisième année d’études aux Etats-Unis, au St. Mary’s College of Maryland. J’avais choisi un liberal arts college pour pouvoir bénéficier d’une offre de cours sur le genre la plus dense possible. J’ai donc pu explorer plusieurs angles d’étude de ces questions : philosophiques, religieux, historiques. C’est le cours intitulé Feminist Political Thought dispensé par Diana Boros qui m’a vraiment ouvert les yeux sur l’opportunité de pouvoir continuer en Master sur cette approche. Découvrir les travaux de la théoricienne Wendy Brown, en particulier States of Injury: Power and Freedom in Late Modernity, a représenté pour moi une véritable porte d’entrée vers les thèmes foucaldiens du pouvoir et de l’identité. C’est ce qui m’a poussée à m’intéresser à la philosophie politique d’une manière plus globale.

VOUS AVEZ ÉTUDIÉ LA POLITISATION DU VIOL CONJUGAL ET LES MOMENTS DE #METOO ET #BALANCETONPORC POUR VOTRE MÉMOIRE. POUVEZ-VOUS NOUS EN DIRE PLUS?

En ce qui concerne le mémoire de recherche, je savais que je voulais traiter du cadre du couple et des violences dites privées, en particulier parce que le mouvement #MeToo était l’un des événements féministes les plus récents et parce qu’il me semblait qu’il était débattu en France sur un registre à la fois moralisant et réactionnaire.

Partir de la politisation du viol conjugal m’a permis d’historiciser l’hétéronormativité comme un régime de contraintes contingent ayant une influence à la fois dans l’hétérosexualité — l’invention du devoir conjugal — mais aussi en-dehors d’elle — l’invention de sexualités classées comme déviantes — et donc de poser le cadre d’un édifice normatif doublement violent à cet égard. Cette contextualisation m’a aussi permis de placer le mouvement #MeToo dans la lignée des luttes féministes des années 1970 concernant la sphère privée, mais aussi, dans l’ensemble des questionnements contemporains de l’hétéronormativité et des nouveaux modes d’agencement intimes et familiaux.
La prise en compte de ces éléments a à la fois confirmé et complexifié mon hypothèse de départ, à savoir qu’on assiste aujourd’hui à des reconfigurations du système hétéronormatif, qui donnent lieu à de vigoureuses réactions qui tendent à re-figer les catégories d’analyse mobilisées sur les individus. Par exemple, on va essayer de disqualifier les dénonciations de violences sexuelles en reléguant ces enjeux au privé du couple, ou en mobilisant ces dénonciations sur un registre nationaliste, raciste ou classiste, alors même que ces faits sont dénoncés dans toutes les strates du monde social.

VOUS AVEZ TERMINÉ LA RÉDACTION DE VOTRE MÉMOIRE PENDANT LA PANDÉMIE DE COVID-19. CETTE SITUATION A-T-ELLE AFFECTÉ VOTRE TRAVAIL ?

Sans même évoquer le stress supplémentaire que cette pandémie représente encore, la pandémie de Covid-19 a en effet affecté à la fois la teneur et le rythme de mon travail. Tout d’abord, l’accès aux bibliothèques fut interdit, ce qui m’a obligée à me constituer une routine en dehors d’elles et m’a coupée de nombreux ouvrages. J’ai donc privilégié les réseaux de solidarité en ligne et les ressources numériques disponibles. Il faut néanmoins souligner que je travaillais mon sujet depuis ma première année de Master et que j’ai eu la chance d’être confinée dans un endroit calme.

QUELS SONT VOS PROJETS POUR LA SUITE ?

J’aimerais poursuivre en thèse sur ces thèmes, notamment en étudiant plus en détails le versant états-unien de ces enjeux. Ce type de comparaison entre la France et les Etats-Unis éclairerait, il me semble, les discussions transatlantiques concernant la démocratisation sexuelle — le fait de poser les enjeux de sexualité comme démocratiques et donc sujets à la discussion. Il permettrait aussi d’approfondir les études mêlant les questions de genre et de sexualité, et donc d’interroger les héritages politiques des deux pays, à la fois au niveau principiel et au niveau des politiques publiques.

EN SAVOIR PLUS

Tags :

Mathilde Leloup

remporte le Prix de thèse Dalloz 2020 en Science politique
  • Mathilde Leloup, Prix de thèse Dalloz 2020 en Science politiqueMathilde Leloup, Prix de thèse Dalloz 2020 en Science politique

pour sa thèse « Redéfinir l’humanité par son patrimoine : l’intégration de la protection des sites culturels dans le mandat des opérations de paix onusiennes » soutenue en novembre 2019, menée sous la direction de Frédéric Ramel, Professeur des universités en science politique à Sciences Po et de Dacia Viejo-Rose, Lecturer in Archaeology at University of Cambridge et Director of the Cambridge Heritage Research Center. 

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Mathilde Leloup est actuellement post-doctorante au sein du Department of Politics and International Relations (DPIR) de l’Université d’Oxford et membre associée du Nuffield College, ainsi que docteure associée au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Paris. 

En tant qu’allocataire-monitrice (2014-2017) puis en tant qu’ATER (2017-2019), Mathilde Leloup a enseigné la Science Politique (notamment les Relations Internationales et la Sociologie Politique) à l’IEP de Paris, à l’IEP de Bordeaux et à l’Université Paris-Sud. 

Depuis 2018, elle est co-responsable du séminaire du Groupe de Recherche sur le Multilatéralisme (GRAM) avec Guillaume Devin et Sarah Tanke.

Entre avril et juin 2017, elle a également effectué un séjour de recherche en tant que chercheuse invitée au McDonald Institute for Archaeological Research de l’Université de Cambridge.

Résumé de la thèse : 

À partir de juin 2012, le groupe terroriste Ansar Dine s’empare du nord du Mali. De nombreux sites historiques et culturels sont alors détruits et pillés. Le 25 avril 2013, le Conseil de Sécurité charge la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) par le biais de l’alinéa f) de la résolution 2100 « [d’] aider les autorités de transition maliennes, en tant que de besoin et, si possible, à protéger les sites culturels et historiques du pays contre toutes attaques, en collaboration avec l’UNESCO ». Alors qu’en 2015 le groupe terroriste ISIS entame une campagne de destruction systématique des sites du patrimoine mondial irakiens et syriens, la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA devient le symbole de la défense de l’humanité face à l’inhumanité, de la civilisation face à la barbarie. Le 24 mars 2017, le Conseil de Sécurité donne à cette première expérience malienne le statut de précédent par l’adoption de la Résolution 2347. En son article 19, le Conseil de Sécurité : « Affirme qu’il peut expressément charger les opérations de maintien de la paix des Nations Unies […] [de] protéger en collaboration avec l’UNESCO le patrimoine culturel contre la destruction, les fouilles illicites, le pillage et la contrebande en période de conflit armé (…) ». Traditionnellement considérée comme une question importante, mais secondaire dans les situations de conflits armés et de crises humanitaires, la protection du patrimoine mondial est donc passée, à cette époque, du domaine « technique » de l’UNESCO à celui, « politique », du Conseil de Sécurité. 

Fondée sur une observation participante (UNESCO, Département des Opérations de Paix de l’ONU), sur des entretiens avec des fonctionnaires onusiens (au siège et sur le terrain) ainsi que sur un travail d’archives, cette thèse visait à démontrer que si l’exemple de la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA était passé du statut d’événement isolé à celui de symbole international, c’est parce que certains acteurs (l’UNESCO, sa Directrice Générale, la France et l’Italie) avaient mobilisé la notion d’humanité, une notion aussi complexe que séduisante pour les organisations internationales. Pour donner corps à cette humanité par le biais de son patrimoine commun, ces acteurs ne se sont, selon nous, pas contentés de désigner les coupables des destructions (par un processus de criminalisation), mais également leurs victimes (par un processus de victimisation) ainsi que les défenseurs de l’humanité et de son patrimoine (par un processus d’héroïsation). 

_____________________

Au titre du programme (publication en 2021), les Éditions DALLOZ procéderont à la publication de :

  • dix thèses en droit privé et droit public, sélectionnées par concours
  • trois thèses en science politique, sélectionnées par concours.

En savoir plus 

 

À la rentrée, Sciences Po s'enrichit d'un nouveau campus en ligne

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Après un semestre en ligne au bilan plutôt satisfaisant malgré le contexte d’urgence, la rentrée de septembre 2020 permettra à tous les étudiants de démarrer leur année à Sciences Po en toute sérénité et sécurité. Ils fréquenteront à la fois les campus physiques et le nouveau campus numérique pour des cours au format largement réinventé. 

Après la “pédagogie de crise”, une nouvelle offre académique 

Le semestre de printemps 2020 restera dans les mémoires comme un saut sans filet dans l’inconnu : du jour au lendemain ou presque, Sciences Po a déployé cinq semaines de cours et d’examens intégralement en ligne. Si des initiatives existaient, si un Institut des compétences et de l’innovation avait vu le jour en janvier 2020, il faut le reconnaître : comme partout dans l’enseignement supérieur, la crise du Covid-19 a fait passer notre modèle pédagogique dans une autre dimension. > Lire l’entretien de Bénédicte Durand : “Comment Sciences Po est passé en ligne”

Ce semestre apporte d’importantes leçons. Positives : la plupart des étudiants et des enseignants sont, dans l’ensemble, satisfaits de l’expérience proposée. Négatives aussi : les problèmes de connexion et de démotivation, parfois aussi d’isolement et de désocialisation, ont pesé sur le quotidien de certains étudiants ou enseignants. Le bilan pour Sciences Po est clair : ni le 100% digital, ni le 100 % présentiel ne sont la solution.  > Lire l’article “Leçons d’un semestre pas comme les autres” 

Pour ce premier semestre de l’année 2020/21, Sciences Po va ainsi proposer une expérience démultipliée et inédite, avec 100 % des cours en ligne et, parallèlement, 100 % de l’expérience étudiante vécue sur les campus

En ligne, des cours qui misent sur l’interaction

L’année universitaire qui démarre en septembre va ainsi se voir enrichir d’une nouvelle dimension : le campus en ligne. Cette extension de notre offre en numérique ne connaîtra pas de retour en arrière. Seul le volume de cours en présentiel sera amené à augmenter progressivement, dès que les conditions sanitaires le permettront. 

“Le nouveau campus que nous ouvrons en ligne à la rentrée vient doubler notre campus physique, le renforcer, le démultiplier. Mais il ne s’agit pas de répliquer “en miroir” les maquettes pédagogiques habituelles”, précise Bénédicte Durand, Directrice de la formation initiale. Pour pallier les inconvénients observés lors du semestre de printemps 2020, ces maquettes seront en partie allégées. Les enseignants sont invités à repenser le scénario des cours en les adaptant à un modèle d’enseignement en ligne, selon certaines bonnes pratiques expérimentées lors du semestre à distance : proposer différentes séquences d’enseignement sur un même créneau de cours, articuler étude des notions à acquérir en amont du cours avec une forte interaction lors de la session connectée... Ces pratiques font l’objet de guides précis déjà diffusés à tous les enseignants.“Ce modèle pourra inspirer des évolutions dans les cours “traditionnels”, magistraux ou conférences de méthode”, ajoute Bénédicte Durand. 

Sciences Po rend possible le déploiement de cette nouvelle offre en consacrant des moyens supplémentaires au recrutement de teaching assistants et de vacataires étudiants pour les cours et l’accompagnement de leurs camarades. L’Institut des compétences et de l’innovation poursuit son activité d’accompagnement des enseignants pour leur présenter différentes méthodes pédagogiques, les formats qui permettent une animation renforcée des cours ainsi que la formation aux outils numériques. 

Sur place, 100 % des campus ouverts

“Nos sept campus en France seront tous ouverts à partir de la prochaine rentrée universitaire”, rappelle Bénédicte Durand. Les étudiants y suivront des cours, des travaux de groupes, effectueront des études de cas, des projets collectifs, associatifs, artistiques, sociaux, dans le respect des effectifs autorisés. Plus largement, l’accès au campus sera possible pour les étudiants qui souhaitent venir y travailler, en cas notamment de difficultés de connexion. Une enquête, lancée début juillet, permettra de connaître leurs intentions de présence.

“Une attention particulière sera accordée aux “primo-arrivants”, à savoir les étudiants de première année du Collège universitaire qui découvriront à la fois Sciences Po et le monde de l’enseignement supérieur à la rentrée et pour lesquels nous nous assurerons d’un accès le plus large possible aux cours et activités en présentiel”, précise Myriam Dubois-Monkachi, la Directrice de la scolarité et de la réussite étudiante.  

Ces campus seront également connectés au nouveau campus numérique, grâce à de nouveaux équipements qui permettent la captation et la retransmission du cours. Il est prévu d’équiper une quarantaine de salles sur le campus parisien, et plus de 70 salles sur les campus en région, pour permettre cet enseignement hybride. 

En cours et au-delà : une expérience étudiante inédite

L’accueil et l’intégration d’une nouvelle promotion, issue de 150 nationalités, représente un défi lors de chaque nouvelle année universitaire à Sciences Po. Celui posé par la rentrée 2020 l’est plus que jamais. Le programme de rentrées solennelles, diffusé en direct et en ligne jouera un rôle particulièrement important à ce titre. Pour pallier la distance, ambassadeurs étudiants, BDE et associations se mobiliseront en ligne, notamment via un nouveau réseau social interne - Whaller -  qui sera déployé à cette occasion, ainsi que l’application SciencesPo déployée depuis début 2020. 

L’offre d’activité intellectuelles et sportives se maintiendra en présentiel selon les conditions en vigueur, doublée d’une offre spécifique et gratuite en ligne. Les possibilités d’engagement seront démultipliées grâce à une offre spécifique de missions bénévoles, proposée en partenariat avec la Réserve civique et la plateforme Benenova. 

Enfin, pour tous ceux qui découvrent Sciences Po pour la première fois sera ouvert un service de guichet unique en ligne. L’accompagnement social et administratif se poursuivra via des rendez-vous en ligne tout au long du semestre, comme cela a été le cas lors du semestre de printemps. L’offre de consultations médicales sera accessible à distance et en présentiel si les conditions le permettent, de même que les ateliers bien-être, largement suivis au printemps et maintenus via Zoom. 

Calendrier, absences, examens, 3A : mode d’emploi de la scolarité

Ce dispositif concerne pour l’heure le premier semestre (automne 2020) : en fonction des évolutions de la situation, un nouveau cadre pourra être proposé pour le semestre de printemps 2021 : 

  • Rentrée : elle est décalée au 14 septembre. Le semestre se terminera le 18 décembre, sans changement. 
  • Obligation d’assiduité : elle est maintenue et sera contrôlée, mais les absences en cours ne seront pas sanctionnées. Les enseignants s’assureront de la participation d’ensemble.
  • Les évaluations se dérouleront, pour les semestre d’automne, essentiellement en ligne, Les modalités seront annoncées pour chaque cours, dès le début du semestre.
  • Les étudiants de troisième année du Collège universitaire qui ne rejoindront pas leur université d’échange au prochain semestre suivront une maquette  de cours inédite, spécialement conçue pour eux. Ils se verront également proposer de nouvelles possibilités dont, par exemple, un stage d’initiation à la recherche ou Parcours civique libre optionnel. 
Tags :

Antoine Perrier

reçoit le troisième prix de thèse 2020 du Groupement d'Intérêt Scientifique Moyen-Orient et Mondes Musulmans (GIS-MOMM)
  • Antoine Perrier, troisième prix de thèse 2020 du GIS-MOMMAntoine Perrier, troisième prix de thèse 2020 du GIS-MOMM

pour sa thèse en histoire intitulée « La liberté des protégés. Souverains, ministres et serviteurs des monarchies marocaine et tunisienne sous protectorat français (1881-1956) », soutenue en juin 2019 et menée sous la direction de Paul-André Rosental et M’hamed Oualdi, Professeurs des universités à Sciences Po.

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Antoine Perrier a obtenu un poste de membre à la Casa de Velázquez pour l'année 2020-2021, après avoir enseigné à Sorbonne Université comme ATER. Il est également chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po et au Centre Jacques Berque (CNRS, Rabat)

Résumé de la thèse :

Les monarchies beylicale et chérifienne sont maintenues par la France lorsqu’elle installe son protectorat en Tunisie (1881) et au Maroc (1912). Ce travail reconstitue l’histoire de leurs institutions politiques et de leurs fonctionnaires confrontés à l’installation d’administrations coloniales. Il entend expliquer comment les monarchies ont réagi à la présence coloniale en s’appuyant sur l’association de deux corpus. Le premier, classique, regroupe les sources coloniales et la documentation juridique pour saisir le protectorat comme objet de droit administratif. Le second, plus inédit, est composé d’archives en langue arabe produites par les souverains, ministres et serviteurs des deux pays. La combinaison des sources permet de comprendre comment deux monarchies polycentriques se sont recomposées face à la domination coloniale. Ce travail montre ainsi que les acteurs marocains et tunisiens ont été les principaux auteurs d’une réforme de la monarchie refusée par les autorités coloniales. Son hypothèse principale est que le caractère mosaïque des monarchies a permis la survie de services publics autonomes sans lesquels les deux pays étaient ingouvernables. Forts de ce rapport de force, les monarques et serviteurs marocains et tunisiens ont pu s’opposer à l’autorité coloniale avec une intensité progressive jusqu’aux indépendances. Ce travail contribue à repenser les limites de « l’État » en contexte nord-africain en mettant en lumière des administrations jusqu’alors ignorées des sources coloniales. Il nourrit également l’histoire comparée d’une monarchie sortie triomphante de la colonisation au Maroc et d’une autre disparue en Tunisie dès la première année de l’indépendance.

 

En savoir plus sur les prix de thèse 2020 | Moyen-Orient et Mondes Musulmans

[ Juillet 2020 ]

Très bel été à toutes et à tous !...

Fermeture des services
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Toute l'équipe de l'École doctorale vous souhaite un très bel été et vous donne rendez-vous à la rentrée...

L'École doctorale fermera ses portes du 25 juillet au 16 août 2020 pour les vacances.

La bibliothèque de recherche fermera également le 25 juillet. Réouverture le lundi 31 aout 2020 de 9h à 18 h, puis à partir du 14 septembre de 9 h à 21 h.

Fermeture de la Bibliothèque de Sciences Po : du 25 juillet au 21 août 2020.

et continuez à prendre soin de vous et de vos proches...

Tags :

Journée portes ouvertes Masters : 28 novembre 2020

  • Journée des Masters 2020Journée des Masters 2020

Quel master de Sciences Po est fait pour vous ? Comment réussir votre admission ? Ne ratez pas la Journée des masters 2020 ! Une édition entièrement virtuelle pour obtenir les réponses à toutes vos questions.

Ouverte et accessible à tous, notre prochaine journée portes ouvertes de Sciences Po dédiée aux masters sera organisée entièrement en ligne le 28 novembre 2020 !

En raison des incertitudes sur la situation sanitaire, aucun visiteur ne sera accueilli sur nos campus de Paris.

Tags :

Portraits de thèses

Nos jeunes chercheuses, chercheurs nous racontent ...
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Réalisées pour Cogito, le magazine de la recherche à Sciences Po, savourez ces courtes vidéos où nos jeunes chercheuses, chercheurs, primé-e-s pour leurs travaux, nous présentent leurs thèses.

Histoire

Science politique

Sociologie

 

Tags :

Promotion 2020

Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, vous adresse ses félicitations les plus chaleureuses
  • Frédéric Mion, directeur de Sciences PoFrédéric Mion, directeur de Sciences Po

Chères Étudiantes, Chers Étudiants, Chers Diplômés,

Vous faites désormais partie des 2574 étudiantes et étudiants diplômés de la promotion 2020.

A l’heure où s'achève avec succès votre parcours de formation à Sciences Po, Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, a souhaité vous adresser ses félicitations les plus chaleureuses. 

Voir la vidéo 

 

Tags :

Simon Perego

jeune docteur en Histoire, élu maître de conférences en histoire contemporaine des mondes juifs à l'INALCO
  • Simon PeregoSimon Perego

Chercheur postdoc à Sorbonne Université (LabEx "Ecrire une histoire nouvelle de l'Europe") et chercheur associé au Centre d'histoire de Sciences Po, Simon vient d'être élu maître de conférences en histoire contemporaine des mondes juifs à l'INALCO.

Nous lui adressons toutes nos félicitations

Sa thèse "« Pleurons-les, bénissons leurs noms ». Les commémorations de la Shoah et de la Seconde Guerre mondiale dans le monde juif parisien entre 1944 et 1967 : rituels, mémoires et identités", soutenue en 2016 et menée sous la direction de Claire ANDRIEU, Professeure à Sciences Po a remporté le Prix Henri Hertz 2018, Prix de la Chancellerie des Universités de Paris et le Prix de thèses francophone en études juives en 2017.

Ses travaux de recherche portent sur les multiples commémorations de la Shoah et de la Seconde Guerre mondiale organisées de 1944 à 1967 par des groupements juifs parisiens d'origine variée. Ces cérémonies, qui participaient amplement à la fabrique d'une collectivité alors en reconstruction, sont étudiées de façon thématique comme un rituel sociopolitique, un vecteur de mémoire et une ressource identitaire. Leur exploration permet d'appréhender un monde juif parisien pluriel et clivé et d'en écrire une histoire sociale, culturelle et politique.

=> A paraître le 22 octobre 2020 aux éditions Champ Vallon

Ce livre porte sur les nombreux rassemblements organisés de 1944 à 1967 par des groupements juifs parisiens pour commémorer la Shoah et la Seconde Guerre mondiale. Dans un monde juif pluriel, très politisé et fortement clivé, ces cérémonies constituaient un rituel sociopolitique, un vecteur de mémoire et une ressource identitaire. Au vu de cette dense activité commémorative et des fonctions qui lui étaient assignées, il apparaît que la Shoah ne fut en aucun cas passée sous le boisseau au sein de la vie publique juive dont il convient aussi de réévaluer la vitalité dans la France de l’après-guerre, car ces commémorations participèrent pleinement à la reconstruction de la collectivité juive. C’est autour de ses morts que celle-ci revint à la vie au lendemain de la guerre et du génocide.

En savoir plus

 

 

 

 

=>  Consultez l’interview-vidéo de Simon PEREGO, parue à l’occasion du n°3 de Cogito (La lettre de la recherche – Octobre 2017)

 

[ Juillet 2020 ]

Tags :
Retour en haut de page