Tēnaka: A Sciences Po start-up wins the Columbia Alliance Social Enterprise Challenge

Interview of Anne-Sophie Roux, recent graduate of the Sciences Po Doctoral School, Founder of Tēnaka

Tēnaka, a social business founded by Anne-Sophie Roux, recent graduate of the Sciences Po School of Research and supported by the Centre for Entrepreneurship, is the winner of the 2021 Alliance Social Enterprise Challenge! This social entrepreneurship competition organized by the Columbia Alliance awards a prize of U$25,000 to support the development of a social venture project.

According to a NASA study, 27% of the world’s coral reefs have disappeared in the last 50 years, and 32% are threatened with extinction.. Yet corals are the lungs of our planet, guarantors of the balance of the Earth's ecosystem and the survival of 60 million people around the globeTēnaka is the first social enterprise that rebuilds these key ecosystems alongside corporations, scientists and local NGOs and communities. And while Tēnaka targets corporations, the programme My Coral Garden allows individuals to plant their own coral.

Coral reefs play a leading role in our oceans and are essential for our planet: like trees, they emit oxygen and absorb carbon. They also ensure food security for millions of people, and enhance local economies by protecting them from climatic disasters. Thanks to a gap year taken within her Master's in Comparative Politics at Sciences Po, Anne-Sophie Roux became involved on the front lines of the climate crisis, alongside the most vulnerable communities, from the Pacific Ocean to the Himalayas. She began to take marine biology courses and discovered that planting coral is as simple as planting a tree. After 15 months spent in the Asia-Pacific region, she witnessed the positive impacts of reef restoration, for both the environment and coastal communities.

Planting Corals with Tēnaka & My Coral Garden: How and Why?

We all know the positive effects of planting trees: the return of biodiversity, the protection of neighbouring communities, the regeneration of soils, oxygen emission, etc... But we generally know much less about corals: hidden beneath the surface of the oceans, they play the same role and hold the same functions as forests on Earth. Planting them is as easy as planting a tree, and the positive impacts are huge! The team of Tēnaka is working in Malaysia (where the first restored reefs are located) towards these positive impacts.
Tenaka builds tailor-made CSR programmes for businesses to engage in the restoration and preservation of our blue planet. It builds bridges between these businesses, marine scientists (who provide impacts measurement data) and the local communities that plant corals to restore their ecosystems, ensure food security, and work against climate change, typhoons and erosion.

By creating a synergy between businesses, NGOs, vulnerable communities - and through My Coral Garden, individuals - the team of ocean enthusiasts lays the foundation of an impactful, measurable and sustainable Blue Economy. They firmly believe that engaging each and every actor to restore our oceans’ ecosystems is a perennial solution to the climate crisis.

From Sciences Po to Social Entrepreneurship in Asia-Pacific

During her Master's degree at the Sciences Po School of Research, Anne-Sophie benefited from the multi-disciplinary approach, and the international dimension of the programme. Having just finished her dissertation on the empowerment of the most vulnerable communities to climate change in the Philippines, she hopes to "put into action" the theoretical training she received at Sciences Po. "Although the research field is often perceived as a somewhat closed-off world, it is more and more opening up to concrete fieldwork, with opportunities that are quite conducive to innovation," says Roux. Finally, in the context of the global climate crisis, the importance of acting on both fronts - that of research and that of the invention of alternatives - is, according to her, crucial. Sciences Po thus gave her the opportunity to innovate while receiving an important theoretical background necessary for the construction of her project.

Since the very first days of her entrepreneurial journey, Anne-Sophie has been accompanied by Sciences Po’s Center for Entrepreneurship. The in-house incubator allows her and her team to gain knowledge, funding and mentoring, while being part of a dynamic community of startuppers. “I could not have dreamt of a better way to start my social business,” she says.

Act for the oceans

If you are working in a company that is willing to engage for sustainable transitions, you can contact the team to build a CSR programme that meets your company’s needs. Tēnaka’s offers to business include (but are not limited to): coral reef restoration for your brand, scientific monitoring, impacts measurement data for CSR reports and communication. Various offers are to be built to engage your collaborators (immersion into your coral reef through virtual reality, intrapreneurship initiatives, etc.) and your consumers (drive-to-store mechanisms, marketing initiatives, etc.).

If you are interested in acting for the oceans, stopping the decline of the reefs and helping the most vulnerable communities, you can plant your own coral garden, give your coral a name and watch it grow on the My Coral Garden website! Through the platform you can follow the growth of your coral, meet the divers who care for them, but also meet the members of the local community via video reports and interviews. You also have access to detailed reports on the evolution of your reefs and the growth of your corals.

More information

[ April 2021 ]

Camille Escudé

reçoit le premier prix scientifique (ex-aequo) de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) 2021
  • Camille Escudé, premier prix scientifique (ex-aequo) de l'IHEDNCamille Escudé, premier prix scientifique (ex-aequo) de l'IHEDN

pour sa thèse « Coopération politique et intégration régionale en Arctique (1996-2019) : construction d’une région. Naissance, développement et remise en cause d’un nouvel espace politique régional » soutenue en septembre 2020 et menée sous la direction de Guillaume Devin, Professeur des universités en science politique à Sciences Po.

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Camille Escudé est professeure agrégée de Géographie et docteure du CERI de Sciences Po en Science politique (septembre 2020). Elle est diplômée du Master de Science politique et Relations internationales de l'Ecole doctorale de Sciences Po et de l'Université Paris 1. Ses travaux portent sur les relations internationales dans les régions de l'Arctique, et plus précisément sur la construction de coopération politique régionale depuis la fin de la Guerre froide. Elle est également membre du groupe de recherche "Nordiques/Arctique" du Groupe d'Etudes Géopolitiques (GEG), du GDR Arctique du CNRS, ainsi que du Comité National Français de la Recherche Arctique et Antarctique, et rédactrice pour l’Observatoire de l’Arctique de la DGRIS (2019-2022).

Elle enseigne à Sciences Po la sociologie des relations internationales, la science politique, la conférence de méthode « Espace mondial » et intervient dans la préparation à l’agrégation.

_____________________________________________

Les prix scientifiques de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) ont pour but de mettre en valeur la recherche consacrée notamment aux questions de défense, de sécurité, de relations internationales, de politique étrangère, d’armement et économie de défense.
Ils permettent également de favoriser les liens entre l’IHEDN et le monde universitaire.
Créés en 1998, ils récompensent chaque année des chercheurs en master II recherche et en doctorat, dont les travaux, soutenus dans l’année, font progresser les connaissances dans le domaine des sciences humaines et sociales.
Les candidatures sont étudiées par un jury composé d’universitaires et de personnalités qualifiées désignés par le directeur de l’IHEDN. La sélection des lauréats s’effectue d’après les critères indiqués dans le règlement du concours.
En savoir plus

[ Avril 2021 ]

Université d'été CIVICA 2021

Pandémies et pouvoir : redéfinir la solidarité après la COVID-19 - du 12 au 16 juillet 2021 à la Villa Vigoni, Menaggio (Lac de Côme, Italie)
  • Université d'été CIVICA 2021 - du 12 au 16 juillet 2021 à la Villa VigoniUniversité d'été CIVICA 2021 - du 12 au 16 juillet 2021 à la Villa Vigoni

CIVICA, l'Université européenne des sciences sociales, invite les doctorantes et doctorants, les jeunes chercheurs et chercheuses du réseau des universités partenaires CIVICA à une université d'été interdisciplinaire axée sur l'effet des pandémies, et en particulier de la pandémie COVID-19, sur les structures de pouvoir et la solidarité.

L'école d'été sera organisée autour de conférences d'invités, de présentations des travaux de doctorantes et doctorants et de panels thématiques interdisciplinaires. La semaine débutera par une discussion animée par le Président de l'Université Bocconi, Mario Monti, ancien Premier Ministre italien et ancien Commissaire européen.

L'objectif de l'université d'été est double : enrichir les perspectives de recherche par des débats entre disciplines et encourager la formation d'un réseau de chercheurs spécialisés en sciences sociales et politiques, en droit et en sciences humaines. Les participants seront également encouragés à participer dans l'éventualité de la publication de leurs travaux.

Thématiques de l'école d'été :

  1. Gouvernance européenne: changer les structures de pouvoir à la lumière de la crise COVID-19 ?
  2. Genre et solidarité sociale
  3. Démocratie et «expertise»
  4. Surveillance pandémique et numérique
  5. Regarder vers l'extérieur : COVID-19 et coopération internationale
  6. Santé publique et pouvoir privé

Participation

Les chercheurs sélectionnés pour participer auront l'occasion de présenter leurs travaux et de bénéficier des commentaires des universitaires de l'ensemble du réseau CIVICA. La participation à toutes les sessions est obligatoire; les étudiants recevront un certificat de présence à la fin du cours.

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter summerschool.civica@unibocconi.it

Candidature et frais

Les doctorantes et doctorants, les jeunes chercheurs et chercheuses (dans l'année suivant la fin de leur doctorat au moment de la candidature) affiliés aux institutions du réseau CIVICA sont invités à postuler.

Les candidats doivent fournir un court CV et un résumé de 500 mots de l'article qu'ils ont l'intention de présenter, ainsi qu'une lettre de référence de leur superviseur. L'école d'été est gratuite pour les jeunes chercheurs CIVICA. 

Les candidatures doivent être soumises à summerschool.civica@unibocconi.it avant le 15 avril 2021 à 17h00 (CET).

Lieu

La conférence, ainsi que les repas et l'hébergement, auront lieu à la Villa Vigoni, située à Menaggio sur les rives du lac de Côme dans la région de Lombardie en Italie.

Mesures COVID-19

Si les conditions épidémiologiques ne permettent pas la participation sur place, l'université d'été se déroulera à distance. Des dispositions pour un format de conférence hybride sont également prévues pour les conférenciers ou les chercheurs qui ne peuvent pas se rendre sur le site en raison des restrictions COVID-19.

Tags :

Prix de thèse 2021 de la Chancellerie de Paris

Appel à candidatures
  • Prix de thèse 2021 de la Chancellerie de ParisPrix de thèse 2021 de la Chancellerie de Paris

Riche d’un patrimoine de plus de huit siècles, la Chancellerie des universités de Paris perpétue l’héritage de l’ancienne Université de Paris et le fait vivre au présent. En favorisant le rayonnement de ces biens matériels et immatériels, qui sont le fruit de l’histoire, auprès des plus jeunes générations, elle est résolument tournée vers l’avenir.

Chaque année, elle récompense par ses prix solennels de jeunes docteurs qui, tous, par l’excellence de leur thèse, ont fait progresser la recherche de façon remarquable dans des champs disciplinaires aussi variés que la médecine, la science, le droit, les sciences politiques, la pharmacie, les sciences économiques et de gestion, les lettres et sciences humaines.  

Le dossier de candidature est à envoyer à ed.direction@sciencespo.fr avant le 30 avril 2021 minuit.  

 

=> Consultez l'appel à candidatures pour les prix solennels de thèse 2021

=> Téléchargez le formulaire de candidatures pour les prix solennels de thèse 2021

Tags :

Adam Baczko

Invité du prochain Facsem, jeudi 1er avril 2021 de 12h30 à 14h00

La direction scientifique de Sciences Po vous invite au FacSem d’ Adam Baczko, Chargé de recherche CNRS, Centre de recherches internationales,  le jeudi 1er avril de 12h30 à 14h00

Il y présentera ses travaux autour du thème "La guerre par le droit. Les tribunaux Taliban en Afghanistan ".

Son exposé sera discuté par Frédéric Audren, Directeur de recherche au CNRS-CEE - École de droit

Adam Baczko, Chargé de recherche CNRS, Centre de recherches internationalesAdam Baczko mène des recherches sur la formation d'institutions juridiques par les mouvements armés et les opérateurs internationaux dans des contextes de conflits armés, avec une attention particulière portée à l'Afghanistan et la Syrie.

Sa thèse, conduite à l'EHESS et intitulée "La guerre par le droit : justice, domination et violence en Afghanistan (2001-2018)"  se penche sur les tribunaux mis en place par le mouvement Taliban dans le contexte de l'intervention occidentale en Afghanistan depuis 2001.

 

Ce FacSem est organisé à distance de 12h30 à 14h00. 
Pour y assister, veuillez vous inscrire auprès de marina.abelskaiagraziani@sciencespo.fr

 

Tags :

"Being at Sciences Po is a privileged position"

Diego Bonetto, Doctor in Law
  • Diego Bonetto, Doctor in LawDiego Bonetto, Doctor in Law

"I recall my time as a doctoral student at Sciences Po with a bit of nostalgia and satisfaction. Being a PhD student at Sciences Po is a privileged position for constantly exposing yourself to an environment full of ideas, projects, and challenges. That is what, in my opinion, constitutes the essence of academia.

I came to Sciences Po Law School with a project: understanding how law could function as tool to improve equality in access to water. Sciences Po has been a place where I had the opportunity to develop that project under the precious supervision of prof. Pr Loïc Azoulai, and in a doctoral community full of brilliant fellow PhD students always ready to exchange ideas and perspectives on any matter.

Another plus of the doctoral community is the fact of being small but active and engaged, representing a hub where scholars from all over the world stop by for presenting their newly published book or a seminar.

Currently, I am a post-doctoral researcher in International Law at the University of Turin and adjunct professor at the University of Aosta Valley (Italy). My time at Sciences Po has been a fundamental step in the formation of my academic skills and critical thinking."

Diego Bonetto, Doctor in Law, 2019

MORE INFORMATION

 

Tags :

"L’École de droit de Sciences Po m’a offert un environnement de travail exceptionnel"

Natacha Estèves, jeune docteure en droit
  • Natacha Estèves, jeune docteure en droitNatacha Estèves, jeune docteure en droit

"J’ai intégré l’École de droit de Sciences Po en septembre 2013 pour y préparer une thèse en droit des brevets intitulée "Partager les brevets : études des modèles ouverts en droit des brevets", sous la direction du Professeur émérite Michel Vivant. J’ai soutenu ma thèse en décembre 2019.

L’École de droit de Sciences Po m’a offert un environnement de travail exceptionnel. J’ai apprécié la grande disponibilité et l’accueil chaleureux de toute l’équipe pédagogique et administrative.

La communauté des doctorants de l’École de droit est très active. De nombreux évènements et séminaires sont régulièrement organisés, ce qui m’a permis de présenter mes travaux, d’échanger, et de me confronter à différentes approches et perspectives. Les doctorants participant au programme étant originaires du monde entier, cela permet des échanges enrichissants et stimulants. C’est avec nostalgie que je me rappelle les nombreux débats et discussions que nous avions. Ainsi, c’est dans une atmosphère sympathique, avec des doctorants dynamiques et engagés que j’ai pu conduire mes travaux de thèse.

Le programme doctoral offre la possibilité de passer la deuxième année de thèse au sein d’une institution étrangère pour y poursuivre nos travaux de recherche. J’ai fait le choix d’aller au Max Planck Institute for Innovation & Competition de Munich. Six années après mon premier séjour de recherche au Max Planck, j’y suis actuellement de retour, en postdoc cette fois-ci, où je poursuis mes recherches sur les modèles ouverts en droit des brevets et le droit européen de la concurrence.

Je garde un excellent souvenir du programme doctoral et surtout, de très belles amitiés."

Natacha Estèves, docteure en droit, 2019

Tags :

Aux origines de l’assistance sociale : aider et contrôler

Interview de Lola Zappi, jeune docteure en histoire, doublement primée pour sa thèse
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Agrégée d’histoire et jeune docteure de Sciences Po, Lola Zappi a vu sa thèse couronnée par le prix de la Chancellerie et le prix du Comité d’histoire de la sécurité sociale.

Consacrée à la naissance des services sociaux et du travail social dans l’entre-deux-guerres, sa recherche effectue un aller-retour entre une histoire institutionnelle et sociale et des récits individuels.
Fondé sur un corpus de dossiers du Service Social de l’Enfance, agissant pour le compte du tribunal pour enfants, ce travail met à jour les tensions entre la volonté d’aider et celle de contrôler, entre les intentions et les résultats. Enfin, en analysant l’institutionnalisation des services sociaux dans les années 1930, il expose ce que furent les ambitions et les limites de l’État social en construction. Interview.

Pourquoi avoir embrassé un parcours de recherche après votre master en affaires publiques ?

Lola Zappi : Avant de m’engager dans le master de l’École des affaires publiques, j’avais tout d’abord envisagé d’effectuer un master de recherche en histoire. Mais je n’étais pas sure de vouloir embrasser une carrière académique, d’autant que je savais que passer l’agrégation et obtenir un contrat doctoral serait difficile ! J’avais finalement opté pour une solution hybride : un master en affaires publiques doublé d’un parcours en histoire, en remplaçant le stage par un mémoire de recherche.

C’est cette expérience qui m’a convaincue : pour réaliser mon mémoire qui portait sur des militantes féministes au début du 20e siècle, je me suis appuyée sur un corpus de plusieurs centaines de lettres échangées entre elles. C’est ce travail qui m’a fait découvrir et donné le gout des archives : c’était très émouvant d’avoir accès à ces correspondances qui racontaient les temps de lutte, mais aussi les sociabilités entre femmes, la vie quotidienne à Paris au début des années 1900, etc. J’ai réalisé que la discipline historique, plus encore que la sociologie sur laquelle je m’appuie aussi, permet une analyse fine de ces trajectoires de vie : sans modélisation, sans idéaux types, avec un vrai souci de ne pas trahir les sources et de prêter sans cesse attention au contexte. Je crois que l’humilité de cette discipline, le côté “travail de fourmi”, font partie des éléments qui m’ont décidée à poursuivre la recherche.

Vous avez travaillé sur les assistantes sociales et les familles assistées dans l’entre-deux-guerres. Pourquoi ce sujet ?

Lola Zappi : J’ai voulu allier mon intérêt pour les politiques publiques avec une démarche d’histoire sociale, en me demandant comment ces politiques agissent sur les individus. Plus exactement, j’ai voulu comprendre comment avaient émergé les services sociaux dans l’entre-deux-guerres et quelle était la nature de la relation d’assistance liant les travailleuses sociales aux personnes assistées. Ce sujet a pu voir le jour grâce à la découverte d’un corpus d’archives hors du commun : les dossiers d’enquêtes et de suivi du Service Social de l’Enfance, un organisme privé d’assistantes sociales missionné pour prendre en charge les familles déférées devant le Tribunal pour enfants du département de la Seine (qui englobe à l’époque Paris et sa banlieue).
Par la suite, j’ai pu étudier les dossiers d’étudiantes des écoles d’assistantes sociales de l’entre-deux-guerres. Le métier d’assistante sociale apparait pour la première fois à cette époque : j’avais sous les yeux les premières générations de femmes ayant exercé cette profession. J’ai cherché dans ma thèse à tenir dans un même ensemble une histoire de l’institution – qu’est-ce que les services sociaux ? -, et une histoire aux dimensions sociales et humaines, celle des assistantes sociales et des personnes assistées.

Quels sont les points saillants de votre thèse ?

Lola Zappi : Ce que j’y montre est que les services sociaux s’institutionnalisent à une période où l’on cherche à rationaliser l’action sociale tout en luttant contre les « fléaux sociaux », comme la tuberculose, l’alcoolisme, et la pauvreté endémique. La volonté de contrôler le mode de vie des familles de classes populaires exposées à ces risques est importante et la prise en charge des assistantes sociales s’apparente à une forme de tutelle.

Cela n’est d’ailleurs pas sans décontenancer les jeunes femmes qui se tournent vers la profession d’assistante : issues de la bourgeoisie et souvent imprégnées de valeurs chrétiennes, elles cherchent avant tout à être les « amies » des familles populaires avant de se rendre compte que leur métier implique aussi une part de surveillance et de contrôle. Les services sociaux n’ont cependant pas un pouvoir de contrôle absolu et les personnes assistées, y compris dans le domaine très spécifique de la protection judiciaire de la jeunesse, parviennent à conserver une certaine liberté. Dans tous les cas, la relation entre les assistantes sociales des familles qu’elles encadrent est marquée par une distance importante.

Quelles étaient les principales missions de ces assistantes ?

Lola Zappi : Les assistantes du Service Social de l’Enfance sont en quelque sorte, les ancêtres des éducateurs spécialisés. Cela se traduisait par une prise en charge particulièrement coercitive : lorsqu’elles étaient chargées de suivre un enfant, qu’il s’agisse d’un délinquant ou d’un enfant “en danger”, leur première action consistait à les placer en dehors de son foyer familial. Ces placements concernent plus d’un dossier sur deux. Ensuite, leurs actions s’orientaient principalement vers des missions de surveillance morale de l’enfant (contrer l’indiscipline, les mauvaises fréquentations, etc.), mais aussi beaucoup d’orientation professionnelle. L’entre-deux-guerres est une période où la question de l’apprentissage des jeunes était cruciale pour les pouvoirs publics comme pour la philanthropie privée.

Mais cette logique d’investir dans la formation professionnelle des jeunes s’opposait le plus souvent à la volonté des familles : celles qui étaient sous la tutelle du Service Social de l’Enfance étaient des foyers pauvre souhaitant que leur enfant travaille le plus tôt possible afin qu’il contribue au budget familial. Seules quelques familles, soit parce qu’elles étaient plus aisées, soit parce que la charge de l’adolescent au sein du foyer familial était trop lourde, étaient favorables aux placements dans des instituts de formation professionnelle.

Il y avait-il d’autres types d’obstacles qu’il leur fallait surmonter ?

Lola Zappi : Oui, car elles manquaient d’outils juridiques pour imposer leurs décisions, notamment en matière de placement. Ce qu’on observe dans les dossiers, c’est que les familles se conformaient à cette décision pendant les premiers mois, sans doute car le souvenir du tribunal continuait de peser comme une menace symbolique. Mais j’ai constaté qu’en moyenne les placements ne duraient qu’un an et demi ; de nombreux parents finissant par reprendre leurs enfants malgré la désapprobation de l’assistante.
Enfin, l’intrusion des assistantes sociales dans la vie même du foyer familial était ce qu’il y avait de plus mal perçu par les familles. J’ai observé de nombreuses stratégies d’évitement (ne pas être à son domicile le jour de la visite, ne plus donner signe de vie, voire manifester ouvertement son hostilité) pour essayer de conserver une forme d’intimité et d’autonomie.

Vous soulignez aussi des tensions entre les intentions et leurs effets…

Lola Zappi : C’est vrai. On assiste dans l’entre-deux-guerres à une naissance de l’État social très paradoxale : alors que les élites réformatrices souhaitaient mieux intégrer les populations ouvrières à la société. Mais en réalité, leurs actions ont contribué à figer un fossé entre les institutions de prise en charge des classes populaires et ces dernières. Pour autant, cela ne signifie pas que les familles concernées refusaient en bloc l’intervention des services sociaux : elles n’hésitaient pas à mobiliser les ressources financières et matérielles, voire éducatives, qu’ils proposaient. À l’échelle parisienne, j’ai notamment observé l’importance cruciale qu’ont pris les services sociaux dans les années 1930 pour des familles confrontées à la crise économique et au chômage.

Vous êtes désormais docteure en histoire. Quels sont vos projets ?

Lola Zappi : En ce qui concerne mes projets de recherche, je commence un travail sur les services sociaux dans les milieux ruraux au 20e siècle. Je me suis en effet rendu compte avec ma thèse que l’histoire de la protection sociale reste très focalisée sur les villes, voire sur la seule capitale ; nous ignorons tout des figures de la pauvreté en milieu rural et des formes de sa prise en charge. Je souhaite par ce projet mieux mettre en valeur l’histoire des territoires ruraux et mettre à jour qui ont été les laissés-pour-compte de la modernisation économique rurale au 20e siècle.

Propos recueillis par Violette Toye, PRESAGE et repris dans le dernier numéro de Cogito, le magazine de la recherche

Lola Zappi est actuellement postdoctorante au Centre de Recherches de l’Institut de Démographie de l’université Paris 1 (Labex iPOPS), chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP) et professeure agrégée d’histoire. En savoir plus.

Tags :

"La sociologie donne des outils pour déconstruire et analyser tout ce qui paraît aller de soi"

Alice Olivier présente son parcours de jeune chercheuse
  • Alice Olivier Alice Olivier

Depuis le 30 novembre 2018, Alice Olivier est docteure en sociologie. Elle a soutenu sa thèse intitulée "Étudiants singuliers, hommes pluriels. Orientations et socialisations masculines dans des formations "féminines" de l’enseignement supérieur" à l’Observatoire sociologique du changement. De sa découverte de la sociologie à l’obtention de sa thèse, elle nous a présenté son parcours.

DÈS VOTRE ENTRÉE DANS LES ÉTUDES SUPÉRIEURES VOUS AVEZ CHOISI LA SOCIOLOGIE, PLUS PARTICULIÈREMENT LA SOCIOLOGIE DE L'ÉDUCATION. QU'EST-CE QUI VOUS A ATTIRÉE DANS CETTE DISCIPLINE ?

J’ai découvert la sociologie au début de mes études supérieures. Ça m’a tout de suite beaucoup intéressée de pouvoir expliquer des phénomènes que j’observais au quotidien : la sociologie donne des outils pour déconstruire et analyser tout ce qui paraît aller de soi. Très vite j’ai été attirée par la sociologie de l’éducation, notamment parce que je voulais saisir les mécanismes sociaux à l’origine des inégalités scolaires. La question du genre est apparue un peu plus tard dans mon parcours : c’est suite à des cours que j’ai eus lors d’un échange à l’Université de Warwick, en Angleterre, que j’ai décidé de combiner sociologie de l’éducation et sociologie du genre dans mes travaux.

VOUS VENEZ D'OBTENIR VOTRE DOCTORAT À L'OSC ET L'INED. VOUS VOUS ÊTES INTÉRESSÉE AUX PARCOURS D’ÉTUDIANTS HOMMES QUI S'ENGAGENT DANS DES FORMATIONS DITES "FÉMININES" DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, À PARTIR D’UNE ÉTUDE DES FILIÈRES SAGE-FEMME ET ASSISTANCE DE SERVICE SOCIAL. QU'AVEZ-VOUS ANALYSÉ ?

Dans ma thèse, j’avais deux objectifs : expliquer les choix d’orientation de ces hommes et analyser les comportements et les normes de genre une fois en formation. L’ambition plus générale était de rendre compte de cet objet précis, mais aussi de m’en servir pour contribuer à une réflexion sociologique plus large, notamment sur l’orientation vers l’enseignement supérieur et sur le genre.

Sur l’orientation, mon enquête a montré que, plus qu’un projet construit de longue date, le choix d’études des hommes résulte en bonne partie d’éléments liés aux contextes qu’ils traversent. Ces éléments peuvent être des contraintes comme des opportunités. Par exemple, pour beaucoup de sages-femmes, le choix d’études est très lié à la mutualisation du concours d’entrée avec celui d’autres filières de santé – dont médecine –, qui leur permet de découvrir la formation et d’envisager de s’y orienter, notamment quand leurs résultats ne leur permettent pas d’intégrer médecine. L’enquête a aussi fait ressortir une variété de profils d’hommes sages-femmes et assistants de service social : en fonction de leurs origines sociales et des socialisations de genre qu’ils ont connues jusque-là, ce ne sont pas les mêmes logiques qui expliquent leur choix d’études atypique.

Une fois en formation, on observe une hiérarchisation des sexes qui rappelle celle qui caractérise généralement la société : les rares hommes se voient attribuer un rôle de membres à part des professions et des promotions, prennent facilement les rôles de porte-paroles étudiants, etc. Cela dit, dans ces espaces très largement composés de femmes, ces dernières attendent d’eux qu’ils respectent un fort principe d’égalité entre les sexes. Ils doivent en fait apprendre à jongler selon les situations entre différentes pratiques, certaines dites "féminines", d’autres "masculines". C’est sous cette condition qu’ils tirent le plus de bénéfices de leur situation de minorité numérique. Tous les hommes ne répondent pas de la même façon à cette attente : ce sont ceux qui sont motivés par leur choix d’études, qui ont des origines sociales plutôt favorisées et dont les socialisations antérieures les ont habitués à déployer des pratiques de genre variées qui parviennent le mieux à jongler.

VOUS AVEZ ÉCRIT EN 2017 UN ARTICLE POUR LA SANTÉ EN ACTION, UN JOURNAL DESTINÉ À DES PROFESSIONNELS DES SECTEURS DE LA SANTÉ, DU SOCIAL ET DE L’ÉDUCATION. DANS VOS PROJETS FUTURS SOUHAITEZ-VOUS FAIRE DIALOGUER THÉORIE ET PRATIQUE ?

Tout à fait. Selon moi, la recherche en sciences sociales permet d’échanger avec des collègues chercheuses et chercheurs pour faire avancer nos réflexions, mais aussi de mener un vrai dialogue avec le terrain. En tant que sociologue, on peut prendre le temps d’exploiter des données quantitatives, de conduire des entretiens, de faire des observations, de croiser les points de vue. Notre rôle n’est pas de dicter les "bonnes pratiques", mais plutôt de nourrir la réflexion de la société sur nos sujets de recherche.

Alice Olivier a reçu le Prix du doctorat (Prix Louis Gruel) de l'Observatoire de la Vie Étudiante pour sa thèse "Étudiants singuliers, hommes pluriels : orientations et socialisations masculines dans des formations "féminines" de l’enseignement supérieur". En savoir plus.

Interview réalisé par Violette Toye pour le Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre (PRESAGE) de Sciences Po

EN SAVOIR PLUS

Tags :

Mathilde Leloup

doublement primée pour sa thèse en science politique
  • Mathilde Leloup, premier prix scientifique (ex-aequo) de l'IHEDNMathilde Leloup, premier prix scientifique (ex-aequo) de l'IHEDN

Après avoir reçu le Prix de thèse Dalloz 2020 en Science politique, Mathilde reçoit le premier prix scientifique (ex-aequo) l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) pour sa thèse « Redéfinir l’humanité par son patrimoine : l’intégration de la protection des sites culturels dans le mandat des opérations de paix onusiennes » soutenue en novembre 2019, menée sous la direction de Frédéric Ramel, Professeur des universités en science politique à Sciences Po et de Dacia Viejo-Rose, Lecturer in Archaeology at University of Cambridge et Director of the Cambridge Heritage Research Center. 

Cette thèse sera publiée sous forme d’ouvrage aux Editions Dalloz le 21 avril 2021.

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Mathilde Leloup est actuellement post-doctorante au sein du Department of Politics and International Relations (DPIR) de l’Université d’Oxford et membre associée du Nuffield College, ainsi que docteure associée au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Paris. 
En tant qu’allocataire-monitrice (2014-2017) puis en tant qu’ATER (2017-2019), Mathilde Leloup a enseigné la Science Politique (notamment les Relations Internationales et la Sociologie Politique) à l’IEP de Paris, à l’IEP de Bordeaux et à l’Université Paris-Sud. 
Depuis 2018, elle est co-responsable du séminaire du Groupe de Recherche sur le Multilatéralisme (GRAM) avec Guillaume Devin et Sarah Tanke.
Entre avril et juin 2017, elle a également effectué un séjour de recherche en tant que chercheuse invitée au McDonald Institute for Archaeological Research de l’Université de Cambridge.

Résumé de la thèse : 
À partir de juin 2012, le groupe terroriste Ansar Dine s’empare du nord du Mali. De nombreux sites historiques et culturels sont alors détruits et pillés. Le 25 avril 2013, le Conseil de Sécurité charge la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) par le biais de l’alinéa f) de la résolution 2100 « [d’] aider les autorités de transition maliennes, en tant que de besoin et, si possible, à protéger les sites culturels et historiques du pays contre toutes attaques, en collaboration avec l’UNESCO ». Alors qu’en 2015  l’Etat islamique entame une campagne de destruction systématique des sites du patrimoine mondial irakiens et syriens, la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA devient le symbole de la défense de l’humanité face à l’inhumanité, de la civilisation face à la barbarie. Le 24 mars 2017, le Conseil de Sécurité donne à cette première expérience malienne le statut de précédent par l’adoption de la Résolution 2347. En son article 19, le Conseil de Sécurité : « Affirme qu’il peut expressément charger les opérations de maintien de la paix des Nations Unies […] [de] protéger en collaboration avec l’UNESCO le patrimoine culturel contre la destruction, les fouilles illicites, le pillage et la contrebande en période de conflit armé (…) ». Traditionnellement considérée comme une question importante, mais secondaire dans les situations de conflits armés et de crises humanitaires, la protection du patrimoine mondial est donc passée, à cette époque, du domaine « technique » de l’UNESCO à celui, « politique », du Conseil de Sécurité. 
Fondée sur une observation participante (UNESCO, Département des Opérations de Paix de l’ONU), sur des entretiens avec des fonctionnaires onusiens (au siège et sur le terrain) ainsi que sur un travail d’archives, cette thèse visait à démontrer que si l’exemple de la protection du patrimoine culturel par la MINUSMA était passé du statut d’événement isolé à celui de symbole international, c’est parce que certains acteurs (l’UNESCO, sa Directrice Générale, la France et l’Italie) avaient mobilisé la notion d’humanité, une notion aussi complexe que séduisante pour les organisations internationales. Pour donner corps à cette humanité par le biais de son patrimoine commun, ces acteurs ne se sont, selon nous, pas contentés de désigner les coupables des destructions (par un processus de criminalisation), mais également leurs victimes (par un processus de victimisation) ainsi que les défenseurs de l’humanité et de son patrimoine (par un processus d’héroïsation). 
______________________

Les prix scientifiques de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) ont pour but de mettre en valeur la recherche consacrée notamment aux questions de défense, de sécurité, de relations internationales, de politique étrangère, d’armement et économie de défense.
Ils permettent également de favoriser les liens entre l’IHEDN et le monde universitaire.
Créés en 1998, ils récompensent chaque année des chercheurs en master II recherche et en doctorat, dont les travaux, soutenus dans l’année, font progresser les connaissances dans le domaine des sciences humaines et sociales.
Les candidatures sont étudiées par un jury composé d’universitaires et de personnalités qualifiées désignés par le directeur de l’IHEDN. La sélection des lauréats s’effectue d’après les critères indiqués dans le règlement du concours.
En savoir plus

[ Mars 2021 ]

Guillaume SAUVÉ

reçoit le Prix francophone 2020 de l’Association canadienne de science politique (ACSP)
  • Guillaume Sauvé, Prix francophone 2020 de l’ACSPGuillaume Sauvé, Prix francophone 2020 de l’ACSP

Pour son livre « Subir la victoire : essor et chute de l’intelligentsia libérale russe (1987-1993) », Les Presses de l’Université de Montréal, 2019), livre réédité en 2020 aux Éditions de l'EHESS.

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Ce livre est issu de sa thèse La morale à l’épreuve de la politique : la pensée politique de l’intelligentsia libérale soviétique de l’époque de la perestroïka, soutenue en 2016 et menée sous la direction de Kathy Rousselet, Directrice de recherche au Ceri.

Guillaume est actuellement chercheur invité au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal et il enseigne la politique de la Russie et des autres États post-soviétiques au département de science politique de l'Université du Québec à Montréal. Il est l'un des fondateurs du Réseau québécois d'études post-soviétiques et il est secrétaire de rédaction de la Revue canadienne des slavistes / Canadian Slavonic Papers.

 

Subir la victoire. Essor et chute de l’intelligentsia libérale en Russie (1987-1993) - Guillaume SauvéSubir la victoire. Essor et chute de l’intelligentsia libérale russe (1987-1993) 

Cet ouvrage propose une plongée dans le formidable bouillonnement intellectuel et civique de la Russie à l'époque de la perestroïka et de la fin de la guerre froide, alors que les libéraux soviétiques mettent le pays sur la voie de la démocratisation. Il témoigne du tragique paradoxe de ces individus qui, en choisissant de soutenir la concentration des pouvoirs dans les mains d'un réformateur éclairé, ont eux-même contribué à miner leur projet politique. Sans tomber dans les théories du complot ou la dénonciation d'un quelconque atavisme russe, l'auteur replace l'histoire dans la persperctive morale de ces libéraux, pour qui l'établissement de la démocratie requiert l'inculcation de valeurs particulières. Dans une brillante analyse croisée entre science politique et philosophie, il présente la pensée d'un groupe d'intellectuels soviétiques particulièrement influents et les débats qu'ils ont entretenus avec leurs homologues libéraux et leurs adversaires nationalistes et communistes. Ce faisant, l'ouvrage apporte un éclairage neuf sur la genèse intellectuelle et politique de la Russie contemporaine et sur l'échec de sa transition démocratique. 

Éditions de l’EHESS, coédition avec les Presses de l’Université de Montréal

 

=> Télécharger la thèse au format .pdf

[ Mars 2021 ]

Maya Chehade & Florian Cafiero

Awardees of the Alliance PhD Mobility Grant of 2021-2022
  • Florian Cafiero & Maya Chehade Awardees of the Alliance PhD Mobility GrantFlorian Cafiero & Maya Chehade Awardees of the Alliance PhD Mobility Grant

We extend our warmest congratulations.

The Alliance Call for Doctoral Mobility is intended to support and finance transatlantic research projects of the highest quality, in all disciplines under a joint supervision of faculty members from Columbia, Sciences Po, Paris 1, and Ecole Polytechnique.

This year Alliance awarded 15 PhD Mobility Grants to graduate students from all member institutions and in all disciplines. Sciences Po is privileged to count among them, two recipients in Political science and Sociology:

Maya ChehadeMaya Chehade is a French-Syrian second-year Ph.D. student at Sciences Po Paris. Maya has worked for several years in the private sector with Syrian refugees in the Middle East, before starting her doctoral research at Sciences Po on the topic of “the impact of the private sector on Syrian refugees in Jordan”, thesis under the supervision of Prof. Jean-Pierre Filiu. During the Alliance Doctoral Mobility, she will work with ASPIRE, a Columbia University Research Project on Syrian refugees that include researchers and partners at local universities, governmental agencies, NGOs, and the UN in Jordan. Her doctoral mobility at Columbia aims to capitalize on data collected by ASPIRE in 2016 and 2018 to help the progress of her dissertation in a context of difficulty of access to the fieldwork due to the Covid-19 Pandemic.

More about Maya Chehade and her research

Florian CafieroFlorian Cafiero is currently a Ph.D. student at Sciences Po Medialab, under the supervision of Prof. Jean-Philippe Cointet. His thesis focuses on the debate between pro- and anti-vaccine activists and its reception by the public. An Ecole Normale Supérieure - Paris-Saclay alumnus, he holds an MPhil. in Digital Humanities from Ecole Nationale des Chartes - Paris Sciences et Lettres Université (PSL). He has taught quantitative methods applied to social sciences and the humanities at the Geneva University, Ecole Nationale des Chartes (PSL), and Université d’Orléans. His works in computational social science and quantitative linguistics have been published in journals such as Science Advances, Social Networks, or Social Science and Medicine.

 

[ Mars 2021 ]

Classement QS 2021

Sciences Po 2ème en Science politique et Relations internationales
  • Sciences Po | Classement QS 2021Sciences Po | Classement QS 2021

Sciences Po maintient sa seconde place en "Science politique & relations internationales" dans le classement QS 2021 des meilleures universités mondiales. Dans ce classement dévoilé le 3 mars 2021, Sciences Po est juste derrière l’Université de Harvard, et devant celle d'Oxford. Sciences Po reste donc la première université d'Europe dans cette discipline. 

Depuis huit ans, le classement de QS par discipline, qui compare plus de 1400 universités à travers le monde, ne cesse de confirmer Sciences Po au sein des universités leaders en sciences sociales. En 2021, Sciences Po se place dans le top 50 mondial dans 4 disciplines, et affiche d’importantes progressions dans plusieurs domaines :

  • 2e place mondiale en Science Politique et relations internationales
  • 21e place en Social Policy and Administration (23e en 2020)
  • 30e place en Sociologie
  • 39e place en Development Studies, une place de plus qu’en 2020, année marquée par une importante progression, puisque cette discipline figurait encore dans le top 100 en 2019.

Sciences Po progresse également dans les domaines suivants :

  • Histoire en passant du top 150 au top 100 mondial
  • Economy and Econometry, où elle se classe au 81ème rang.
  • En Droit, se classant 51ème meilleure université de la planète. 

Au niveau national, Sciences Po se classe première en Politics and International StudiesSocial Policy and Administration, ainsi qu'en Sociologe. Elle se classe enfin seconde en Droit et en Development studies; quatrième en Économie, et sixième en Histoire

En savoir plus 

 

Tags :

Sibylle Duhautois

reçoit le Prix de la prospective, catégorie "Histoire et théorie", décerné par la Fondation 2100
  • Sibylle Duhautois, Prix de la prospective 2021Sibylle Duhautois, Prix de la prospective 2021

pour sa thèse en Histoire « Un destin commun ? Études sur le futur dans les organisations internationales et formation d’une conscience globale pendant la guerre froide (1945 - 1989) » soutenue en 2017 et menée sous la direction de Jenny Andersson, Directrice de recherche CNRS/CEE.

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Cette thèse s'intéresse aux études sur le futur menées entre 1945 et 1989 au sein d'organisations internationales telles que l'Unesco ou l'UNITAR. Il s'agit d'examiner la construction d'un discours prospectif portant sur les "problèmes mondiaux" et d'analyser le rôle scientifique et politique alors attribué à cette exploration des possibles futurs globaux. Ainsi, Sibylle Duhautois montre comment, pendant la guerre froide, les études sur le futur ont contribué à faire émerger "une conscience globale", soit le sentiment que l'humanité était liée par un même destin et devait appréhender les problèmes de l'avenir à l'échelle internationale.

Sur le plan de la pertinence pour la prospective, ce travail de référence renouvelle la perception des études sur le futur, analysées comme une grille de lecture humaniste des problématiques mondiales. Elle montre la réalité des liens qui existent entre la réflexion prospective et l’élaboration des politiques publiques en matière de coopération internationale. Cette thèse montre également comment les réflexions prospectives évoluent, au fil de la période, d'une préoccupation pacifiste, centrée sur l'inquiétude provoquée par la bombe atomique et les tensions entre l'Est et Ouest vers la problématique du développement et des relations Nord-Sud, et, enfin, vers celle de l’environnement.

Sibylle, agrégée d’histoire et docteure en histoire contemporaine à Sciences Po, est actuellement chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po et conseillère historique. 

En savoir plus :


____________________________________

Missions de la Fondation 2100 et Prix : La fondation 2100 s’inscrit dans les perspectives tracées par les ingénieurs et humanistes visionnaires français, et s’appuie sur les travaux accomplis depuis plus de 25 ans par l’ancien Centre de prospective et d’évaluation du Ministère français de la recherche et l’association Prospective 2100, la Fondation 2100. Les prix Histoire et théorie de la prospective et Méthodes et applications de la prospective visent à stimuler les travaux de prospective dans les milieux de la recherche universitaire et de l’enseignement supérieur. En savoir plus

 

Forum des Organisations Internationales (en ligne)

15, 17 & 19 Février 2021
  • © Alexandros Michailidis© Alexandros Michailidis

Les 15, 17 et 19 février 2021, Sciences Po réunira plus de 25 OIs pour le Forum des Organisations Internationales. 

Les étudiants pourront s'informer sur leurs missions et leurs débouchés, leurs processus de recrutement et leurs programmes de stages.

Tout au long de la journée, ils assisteront à des tables rondes, des présentations avec des représentants de différentes organisations et rencontrer des anciens qui travaillent ou ont travaillé dans des organisations internationales.  

Nous recommandons vivement aux étudiants de bien préparer ce forum à l'avance, de renseigner sur les organisations internationales grâce aux ressources mises à votre disposition sur le site de Sciences Po Carrières.

Chères étudiantes, chers étudiants, inscrivez-vous à chaque session qui vous intéresse et venez avec vos questions !

Informations et inscription obligatoire

EN SAVOIR PLUS

Regardez la vidéo de la première édition (25 janvier 2020)

Tags :

À quoi servent les études de recherche ?

Entretien avec Pierre François, Doyen de l’École de la recherche
  • Pierre François, Doyen de l'École de la recherche de Sciences PoPierre François, Doyen de l'École de la recherche de Sciences Po

“Notre travail, c’est d’établir des diagnostics sur le monde comme il va” : Pierre François, Doyen de l’École de la recherche (ex-École doctorale) revient sur les spécificités et les atouts de la formation à la recherche, vocation plus indispensable et plus exigeante que jamais à l’heure où la pandémie bouscule le fonctionnement routinier du social". 

Vous êtes Doyen de l’École doctorale, qui vient d’adopter un nouveau nom et se nomme désormais École de la recherche. Quel est le sens de ce changement de nom ? 

Pierre François : Il s’agit d’abord d’une clarification : nous avons rapproché le nom de la réalité de cette École, qui délivre à la fois des masters et des doctorats. Plus substantiellement, nous formons à la recherche, ce qui veut dire que nos formations ne mènent pas seulement au doctorat mais aussi à des métiers très diversifiés. Nos étudiants qui choisissent de rejoindre le marché du travail après leur master ont une insertion professionnelle exceptionnelle, y compris dans le contexte actuel. Il y a de vraies raisons à cela : nous apprenons à faire de la recherche, et pour beaucoup de métiers, ce savoir-faire se révèle extrêmement utile. 

Qu’apprend-on à l’École de la recherche ?

Pierre François : À parler, lire, écrire et compter ! Je fais un raccourci, mais je veux dire que nos étudiants apprennent à maîtriser ces quatre compétences avec un niveau d’exigence très élevé. Ils apprennent à parler de manière construite, développée, exigeante. Ils savent lire et écrire des textes longs, compliqués, dans différentes langues. Ils savent calculer, modéliser mathématiquement les phénomènes sociaux, et comprendre les résultats de ces calculs et de ces modèles. Nos diplômés se distinguent parce qu’ils sont bons dans ces quatre domaines à la fois : c’est un mélange assez rare, pour ne pas dire exceptionnel, en tout cas avec ce degré d’expertise. Mais attention, ce métier qu’ils apprennent est difficile, et son apprentissage aussi : choisir de se former à la recherche doit être une démarche positive, motivée par une véritable volonté d’étudier les sciences sociales. 

Quels sont les points communs de l’École de la recherche avec les formations similaires à l’international ? Quelles sont ses spécificités ? 

Pierre François : Notre organisation disciplinaire nous rapproche des standards internationaux, ainsi que notre recrutement : nous accueillons aujourd’hui 50 % d’étudiants étrangers. L’évolution sur ce plan a été spectaculaire et rapide. Notre originalité, c’est la flexibilité des parcours : les étudiants peuvent entrer en master et poursuivre en thèse ou pas, à Sciences Po ou ailleurs. En doctorat, nous accueillons des étudiants de tous les horizons. C’est une singularité et un atout majeur que je mesure chaque jour, aux côtés du pluralisme qui est notre marque de fabrique. 

Comment se traduit ce pluralisme dans le projet intellectuel de l’École ?

Pierre François : Il se retrouve d’abord dans les objets de recherche, grâce à une faculté large et diversifiée. Mais c’est aussi un pluralisme théorique et méthodologique. À Sciences Po, il existe une faculté permanente issue pour partie de la tradition des sciences sociales “à la française”, et pour partie des sciences sociales internationales. Grâce à cela, nous pouvons proposer le meilleur des deux traditions. Nous combinons aussi une entrée disciplinaire très stricte, très exigeante, avec la possibilité d’un dialogue interdisciplinaire autour de thématiques communes, qui émergent spontanément, sur l’environnement par exemple, ou encore les migrations, les inégalités, la régulation financière. 

 

Que signifie faire des études de sciences sociales ? Et le faire à Sciences Po ? 

Pierre François : L’histoire des sciences sociales et l’histoire de Sciences Po sont intrinsèquement liées. Les sciences sociales, dans leur forme moderne, contemporaine, naissent dans le dernier tiers du XIXè siècle, autour d’enjeux politiques et sociaux qui sont exactement ceux qui conduisent à la fondation de Sciences Po : une société qui se tend, pour différentes raisons, et une volonté de l’interroger avec des outils scientifiques et de le faire dans la société, sur le terrain. 150 ans après, Sciences Po prend très au sérieux son rôle dans la production des sciences sociales en France et dans le monde, ainsi que dans la formation des futurs chercheurs qui produiront les savoirs de demain. L’École de la recherche est au cœur de cela. Nous travaillons sur des faits, avec des méthodes précises et rigoureuses, y compris en reconnaissant que parfois, on ne sait pas. Notre travail, c’est d’établir des diagnostics sur le monde comme il va. C’est une école empirique, avec la pénibilité que cela suppose. Mais c’est aussi notre grandeur de le faire avec ce degré d’exigence.

Quel est l’impact des multiples et profondes crises que nous vivons sur les études de recherche ? 

Pierre François : Ce qui se passe place immédiatement les étudiants dans une situation que n’importe quel chercheur va rencontrer dans sa carrière...mais qui survient en général plus tard, de manière moins impérieuse et moins violente. Il n’est pas rare de devoir adapter, fortement, la manière dont on conduit une recherche. C’est même normal. Avec ce qui arrive en ce moment pour les apprentis chercheurs, il faut le faire beaucoup, tout de suite, et sans expérience du métier. C’est très dur et très formateur de traverser ces difficultés en cours de formation. 

D’un point de vue plus général, nous sommes confrontés à des moments où nous sortons du fonctionnement routinier du social, un mode d’existence connu, dans lequel on sait se mouvoir. Les crises multiples qui nous frappent nous sortent de la routine, et l’intelligence pratique ne fonctionne plus. Nous avons besoin d’une intelligence plus lente, nourrie d’informations, qui nous permette de comprendre le monde social qui a engendré ces crises. Essayer de comprendre les choses au milieu de la crise ne fonctionne pas. Les sciences sociales servent à cela : proposer des chaînes d’intelligibilité qu’on n’aura pas le temps de produire au milieu de la tempête. C’est pour cela qu’elles sont plus nécessaires que jamais.

Propos recueillis par l'équipe éditoriale de Sciences Po 

En savoir plus

Dernière publication de Pierre François avec Claire LemercieR

Sociologie historique du capitalisme - Pierre François & Claire Lermercier

Sociologie historique du capitalisme - Pierre François & Claire LermercierAu cours de la dernière décennie, le mot « capitalisme » a fait un retour remarqué dans le débat politique et dans la recherche. Ce livre s’appuie sur les travaux les plus récents en histoire et en sociologie économiques pour raconter les trois âges du capitalisme, de la fin du XVIIe siècle à nos jours.
Ce récit permet de répondre à des questions concrètes et variées : comment la satisfaction des actionnaires est-elle devenue une valeur dominante ? L’ubérisation est-elle un retour au XIXe siècle ? En quoi le commerce d’esclaves a-t-il contribué à la naissance du capitalisme ? Une finance chrétienne ou musulmane est-elle possible ? Qui a conquis les droits associés au salariat, et comment ? On apprend aussi qu’il n’y a pas vraiment eu de « révolution industrielle », que les dilemmes des mouvements de consommation engagée vers 1900 ressemblaient à ceux d’aujourd’hui, ou encore en quoi la crise financière de 2008 diffère de celle de 1929.

Edition La Découverte - Collection Grands Repères Manuels - 14 janvier 2021

En savoir plus

 

 

Tags :

Éthique et intégrité dans la recherche

Cours inter-semestre - 21 janvier, 4 février, 18 février et 4 mars 2021 de 10h à 11h30
  • PXHere / CC0PXHere / CC0

Séminaire animé par : 

Nicolas Sauger, Directeur du CDSP, 
Marion Lehmans, Déléguée à la protection des données de Sciences Po, 
Sophie Forcadell, Chargée de mission Science ouverte, DRIS
Cyril Heude, Data Librarian, DRIS.

Vidéo de présentation du cours "Ethique et Recherche"

=> Voir la vidéo de présentation du cours "Ethique et Recherche"

OBJECTIFS 

Tous les étudiants et chercheurs sont concernés par l’exploitation de leurs données et acteurs de l’exploitation des données d’autrui. Le risque d’atteinte à la vie privée est double. Il est donc important de pouvoir protéger ses propres données et celles des autres.  

Un recours croissant à l’usage des technologies de l’information exige que chacun de nous respecte les principes du droit à la protection des données personnelles dans ses deux volets : droits et obligations de respecter la vie privée et les libertés des personnes. 
Les établissements d’enseignement supérieur et les grandes écoles accompagnent chaque étudiante et chaque étudiant dans l’utilisation des nouveaux outils et les sensibilisent aux risques éventuels qu’ils peuvent représenter. 
Par ailleurs, dans le cadre des études quel que soit le domaine, chacun de nous est amené dans le cadre de ses travaux d’études (thèse, mémoire ou travaux pédagogiques), à traiter des données concernant des personnes physiques dont l’utilisation peut présenter un risque (enquêtes, études). Pour assurer la protection de ces données, chacun est tenu de respecter différentes obligations et bonnes pratiques.

Organisation et calendrier

Jeudi 21 janvier 2021 de 10h00 à 11h30
Introduction par l’Ecole de la Recherche, le CDSP et la Direction scientifique de Sciences Po
Éthique et confiance, par Nicolas Sauger, Directeur du CDSP.

Jeudi 4 février 2021 de 10h00 à 11h30
Éthique et protection des données dans la recherche par Marion Lehmans, Déléguée à la protection des données de Sciences Po.

Jeudi 18 février 2021 de 10h00 à 11h30
Intégrité et science ouverte - Research integrity and open science

L’intégrité de la recherche fait partie des 8 piliers de la science ouverte selon la Commission européenne. Comment s’articulent les principes d’ouverture de la science avec ceux de l’intégrité scientifique?
Séance co-animée par Cyril Heude, chargé des données de la recherche à la DRIS et Sophie Forcadell, chargée de mission Science ouverte à la DRIS.

Jeudi 4 mars 2021 de 10h00 à 11h30
Atelier / Cas pratique en présence de l’ensemble des intervenants.

Inscriptions

Pour vous inscrire, merci de contacter : katia.dumoulin@sciencespo.fr - Tél. : 01 45 49 54 06

Lien

Tags :

Vous souhaitez préparer une thèse de doctorat en Histoire ? Vous avez des questions ?

Dès le 29 janvier, des professeurs vous répondent
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Formations / insertion professionnelle / profil / double diplôme / bourses doctorales / champs de recherche... 

Dès le 29 janvier, des professeurs sont en visio pour tout vous expliquer :

Vous pourrez poser vos questions en français comme en anglais.

 

 

Tags :

Interview

Jeanne Sorin, Graduated from the Master's degree in Economics, and will start a PhD in Economics in The University of Chicago next year...
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Jeanne Sorin has just graduated from Sciences Po's Master in Economics. During her studies, she worked as a research assistant for Julia Cagé and Florian Oswald, then took a one-year sabbatical, went to the University of Southern California and engaged in a project in Uganda.

Why choose Economics? Why undertake a PhD? Why the United States? How did Jeanne define the subject of her dissertation? What advice would she give to the future doctoral students?

Jeanne was king enough to answer a few questions, we warmly thank her for her contribution.

What reasons led you to engage in a Master in Economics at Sciences Po?

I was especially interested in explaining the sources of development, the rise of spatial and economic inequalities and in assessing the potential risks due to climate change. Studying Economics as an undergraduate student at Sciences Po, and then at the University of Chicago for one year, convinced me that the discipline could help answer these questions. 
Staying at Sciences Po to do so was an easy choice, with the great quality of the faculty and deep interactions between professors and students.

How did you determine the subject of your Master’s thesis?

During my gap year, I worked at the University of Southern California on a research project at the intersection of environmental Economics and household finance, where I got to learn a lot about the reality of flood risk in the United States. Besides, I wanted to investigate the role of information in shaping people’s beliefs about environmental risk and climate change. After discussing multiple ideas with my supervisors, Julia Cagé and Florian Oswald, I decided to write my master’s thesis on the drivers of flood risk beliefs as reflected on the housing market, and more specifically on the role of local newspapers in forming these beliefs. 

When did you decide to engage in a PhD? Why did you choose the United States?

The idea of engaging in a PhD did not suddenly arise. Although I learnt a lot about Economics in class, it is my successive exposures to academic research that convinced me to engage in a PhD. Working as a research assistant, first for Professor Julia Cagé, then at the University of Southern California and on a project in Uganda during my gap year, and finally for Professor Florian Oswald, gave me a sense of what both academic research in Economics, and more generally the academic environment, were about. Taking part in these projects triggered my vocation for research in economics.

What career do you plan after the PhD?

I would like to pursue academic research in the field of environmental economics. More precisely, I would like to contribute to the understanding of the interplays between economics and environmental issues in two ways. First, by improving climate change resilience in both developed and developing countries, and second, by teaching students about these complex, and I believe increasingly important interactions.

What advice would you give to students who hesitate to go for a PhD?

Be proactive! Get to know what research is about and what you like about it. Talk with students and professors about their experience, go to the department seminars, and more importantly, get experience as a research assistant!

 

Tags :

Intéressés par l'École de la recherche ?

Revoir l'émission du 13 janvier 2021
  • Tout savoir sur l'École de la rechercheTout savoir sur l'École de la recherche

Vous êtes titulaire d’un bac+3 et plus, ou jeune professionnel, et vous souhaitez vous porter candidat à l’École de la recherche de Sciences Po ? Vous vous interrogez sur votre choix de master, sur les admissions et les différents débouchés professionnels ?

Pierre François, doyen de l’École de la recherche, accompagné d'une étudiante ont répondu à toutes vos questions. Les échanges se sont déroulés en anglais.

Revoir l'émission du 13 janvier 2021 (en anglais).

Et pour ceux qui veulent candidater cette année : trouvez la procédure d’admission qui correspond à votre situation et comment présenter votre dossier de candidature en ligne.

Vous n’avez pas pu assister à notre Journée portes ouvertes 2020 ?

> Visionnez les replays de cette journée

Tags :

Réunions de rentrée Masters

18, 19 et 20 janvier 2021
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Nous sommes très heureux de vous proposer, par master et par niveau d'études, des réunions de rentrée, qui nous permettront de nous retrouver avant le début des enseignements pour évoquer ensemble le semestre à venir. 

Elles se dérouleront la semaine prochaine, en présence de vos directeurs d'études - et de vos responsables scientifiques pour le master de science politique - ainsi que de l'équipe administrative de chaque programme.

Vous trouverez ci-dessous la liste des réunions par discipline ainsi que leurs horaires. Les liens Zoom vous ont été envoyés par mail :

Économie

Réunion de rentrée M2 : Mercredi 20 janvier 2021 à 10h
Réunion de rentrée M1: Mercredi 20 janvier 2021 à 11h

Histoire

Réunion de rentrée M2 : Mardi 19 janvier 2021 à 13h
Réunion de rentrée M1 : Mardi 19 janvier 2021 à 14h

Science politique

Réunion de rentrée M2 : Mardi 19 janvier 2021 à 10h
Réunion de rentrée M1: Mardi 19 janvier 2021 à 11h

Sociologie

Réunion de rentrée M2 : Lundi 18 janvier 2021 à 10h
Réunion de rentrée M1 : Lundi 18 janvier 2021 à 11h

Nous nous réjouissons par avance de vous retrouver la semaine prochaine pour démarrer ensemble le semestre de printemps.

Nous restons d'ici là à votre entière disposition si besoin.

Bien à vous et prenez soin de vous,

L'équipe de l'Ecole de la Recherche 

Tags :

Meilleurs voeux !

  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Toute l’équipe de l’École de la recherche vous souhaite une bonne et heureuse année 2021 !

 

Tags :

Elsa Bedos

reçoit le Prix Louis Cros de l'Académie des sciences morales et politiques 2020
  • Elsa Bedos, Prix Louis Cros de l'Académie des sciences morales et politiques Elsa Bedos, Prix Louis Cros de l'Académie des sciences morales et politiques

pour sa thèse en sociologie : L’enjeu de la qualité dans l’enseignement supérieur saoudien. L’instrumentalisation de l’action publique, soutenue le 9 juillet 2019 à Sciences Po Paris et co-dirigée par Christine Musselin et Amélie Le Renard (Centre Maurice Halbwachs).

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

L’Académie des sciences morales et politiques attribue chaque année des prix qui récompensent les meilleurs travaux ou apportent une reconnaissance aux actions les plus méritoires. Le prix Louis Cros  récompense des œuvres éditées ou des travaux universitaires dans le domaine de l'éducation et de la formation

Elsa est aujourd'hui responsable du suivi des activités scientifiques à la Direction Scientifique de Sciences Po et chercheure associée au CSO.

Résumé de sa thèse : 

L'enseignement supérieur saoudien connaît des évolutions importantes depuis les années 2000. Elles ont notamment conduit à la création d'une nouvelle institution publique : la Commission nationale d'évaluation et d'accréditation de l'enseignement supérieur. Cette réforme est intervenue après que l'enseignement supérieur saoudien a été défini comme un problème public, à la suite des attentats du 11 septembre 2001. L'action publique élaborée par cette institution s'est construite à partir de l'appropriation de notions et d'outils empruntés a l'extérieur de l'Arabie saoudite, notamment les « acquis de l'apprentissage ». Ce recours à l'international a induit un renforcement de la proximité de l'enseignement supérieur saoudien avec le monde hégémonique (Etats-Unis et Europe). L'analyse de l'introduction de cette réforme dans une université - Alpha Uni – montre l'impact de cette politique publique sur cette organisation : les tensions et les opportunités qui sont créées, la redistribution du pouvoir entre certains acteurs, la recomposition de certaines relations professionnelles. Cette analyse donne un aperçu de l'intrication entre réforme instrumentale, processus de bureaucratisation et modalités de gouvernement. La réforme de l'enseignement supérieur saoudien par l'évaluation et l'accréditation apporte un éclairage sur la mise en cuvre du New Public management (NPM) dans un pays où cette doctrine n'a pas été élaborée. Dans un gouvernement où sont mises en cuvre des formes de contrôle politique et moral, la diffusion du NPM, en développant un contrôle formel sur les enseignants par la prolifération des écrits et des procédures, a contribué à desserrer le contrôle politique. 

____________________

Prix Louis Cros de l’Académie des sciences morales et politiques : Le prix Louis Cros a été créé en 2003, sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, par convention avec le Comité Universitaire d’Information Pédagogique (CUIP), en hommage à la mémoire de Louis Cros. Celui-ci fut inspecteur général de l’Instruction publique pendant plus d’un demi-siècle, fondateur du CUIP, créateur de l’Institut Pédagogique National et des Centres régionaux et départementaux de documentation pédagogique, président honoraire des Centres d’entraînement aux pédagogies actives (CEMEA), directeur de l’Administration générale et financière du ministère de l’Education nationale. Il a toujours été soucieux de concevoir une politique d’éducation qui assure l’accès de tous au savoir et à la culture. Il a également été le premier, en France, à identifier le phénomène mondial qualifié d’ »explosion scolaire », à en prédire l’ampleur, à analyser sa nature et à en discerner la portée politique. En savoir plus...

[ Janvier 2021 ]

L’extrême droite et ses thèmes dans les médias

Rencontre-Interview avec Abdelkarim Amengay, jeune docteur en science politique
  • Abdelkarim AmengayAbdelkarim Amengay

Abdelkarim Amengay a soutenu sa thèse en science politique " Les thèmes de prédilection du Front national dans la presse régionale : vers une meilleure compréhension du rôle des médias dans les succès électoraux des partis de la droite radicale populiste", en décembre 2019 sous la direction d'Émiliano Grossman, Associate Professor au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

Il revient pour nous sur son parcours.

Comment définiriez-vous votre parcours ?

J’ai un parcours assez atypique. J’ai débuté mes études universitaires à l’âge de 28 ans au Maroc en faisant deux licences à peu près en même temps. Une en science politique et droit constitutionnel, et l’autre à l’École Nationale d’Administration de Rabat en Administration Publique. Ensuite, j’ai travaillé comme administrateur au Ministère de l’Éducation au Maroc avant de partir au Canada où j’ai entamé mes études supérieures en science politique. C’est durant cette période que je me suis découvert une passion pour l’étude des comportements politiques.  
Au départ je n’étais pas vraiment partant pour faire des études doctorales car la recherche me faisait un peu peur ! Cela représentait un autre monde pour moi, qui me paraissait inaccessible. Cependant, au fur et à mesure des études de Master, j’ai pris confiance en moi.  Quand le moment est venu de faire un choix de sujet de thèse pour le doctorat, j’ai décidé de travailler sur l’extrême droite en Europe. Plus précisément, le rôle des médias dans les succès électoraux de ces partis à travers l’étude du cas du Rassemblement national, anciennement Front national (FN).

Durant les premiers mois de mon doctorat à l’université d’Ottawa, j’ai décidé de faire une cotutelle avec une université française. Du fait de sa renommée et de sa stature mondiale Sciences Po s’est imposée de manière presque naturelle. Sur recommandation de Nicolas Sauger, j’ai écrit à Emiliano Grossman pour lui présenter mon projet de thèse et il m’a fait l’honneur d’accepter d’être mon co-directeur de thèse à Sciences Po. Une fois ma demande d’admission en Doctorat à Sciences Po acceptée, le processus administratif de cotutelle fut bouclé en quelques semaines. Quatre ans plus tard, j’ai soutenu ma thèse -en Décembre 2019- devant un jury formé de membres prévenant des deux institutions.

Vos publications et contributions portent en général sur la thématique des radicalités, Qu’est-ce qui vous a poussé vers ce sujet ?

Je dirais qu’étant moi-même immigrant maghrébin au Canada, il arrive un certain moment où l’on se pose beaucoup de questions sur la montée des partis anti-immigrants au sein des démocraties dites libérales. On ne peut pas être insensible à la manière dont les médias nous submergent de contenus sur l’insécurité, l’immigration, l’islam et la place qu’y occupent des chroniqueurs et des commentateurs politiques assumant sans complexe leurs positionnement à l’extrême droite de l’échiquier politique. Donc, au départ, en plus de l’intérêt académique pour la question, il y avait également une motivation de nature personnelle. D’autant plus que, de manière assez surprenante, bien qu’en France on ait souvent invoqué le rôle des médias dans la montée électorale du FN à partir des années 80, cette question n’a presque jamais véritablement fait l’objet d’études poussées.

Pourquoi avoir choisi l’Université d’Ottawa pour votre formation doctorale ?

C’était un choix qui s’explique par deux éléments.  Primo, au Canada, mon pays d’accueil, l’un des rares experts de l’extrême droite en Europe est Daniel Stockemer qui travaille à l’Université d’Ottawa et qui, avec Emiliano Grossman seront mes deux co-directeurs. Secundo, l’Université d’Ottawa m’a offert un financement assez généreux pour ma thèse -que je remercie d’ailleurs- car, sans ce financement la réalisation de ma thèse aurait été très compliquée.

Pourquoi l’avoir complétée par une cotutelle au Centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po ?

Pour moi le CEE était l’endroit où je pouvais avoir accès à des chercheurs de stature mondiale. Par exemple, Emiliano Grossman est l’un des plus grands experts européens en matière d’étude du rôle politique des médias. D’autant plus que les chercheurs qui travaillent sur cette question en France sont une minorité, encore moins ceux qui le font en mobilisant les analyses quantitatives (avec des statistiques).
Il y avait aussi Nonna Mayer, LA spécialiste française du vote FN.  J’ai eu la chance de pouvoir collaborer avec elle lors de mon passage au CEE.  Ensemble, avec Anja Durovic, nous avons publié un article sur le FN dans la Revue française de science politique. De plus, grâce à Nicolas Sauger, et sous sa direction, j’ai pris part aux travaux de l’équipe de chercheurs qui a préparé le questionnaire de l’Étude électorale française du CEE portant sur l’élection présidentielle de 2017. En somme, c’était la réputation scientifique du CEE et la qualité des chercheurs qui y exercent. Et je peux vous dire que je n’ai jamais regretté ce choix qui a eu un impact extrêmement positif sur ma carrière académique.

Ayant lu quelques-unes de vos recherches, j’ai trouvé assez intéressant d’observer votre approche quantitative dans l’étude de la montée de l’extrême droite. Cela a vraiment été pour moi une surprise de constater l’existence d’études quantitatives sur un tel sujet.

Je dirais, qu’au contraire, cela est très répandu. Si le recours aux méthodes quantitatives au sein de la science politique française a toujours été, et demeure encore aujourd’hui, un courant minoritaire, elles y sont cependant présentes depuis longtemps. Notamment, grâce aux travaux précurseurs de Nonna Mayer en matière de sociologie politique électorale dès les années 1980. Sciences Po en est d’ailleurs un des bastions dans l’Hexagone. Ce sont également ces méthodes que j’ai mobilisé dans ma thèse. Ce qui a nécessité la réalisation d’une base de données à partir de sources diverses. En particulier, les archives de la Bibliothèque nationale de France dans lesquelles j’ai passé plusieurs mois à consulter et à coder le contenu des Unes de la presse régionale pour les quatre-vingt-seize départements métropolitains. Pour chaque département, il s’agissait de couvrir les deux mois qui ont précédé les élections présidentielles françaises de 2012 et de 2017. Finalement, via des analyses statistiques, j’ai pu démontrer que la place qu’occupe la thématique de l’insécurité dans la presse régionale est fortement corrélée au vote pour le Rassemblement national. Là où la couverture médiatique de l’immigration ou de l’islam ne semble pas avoir nécessairement favorisé le vote pour Marine Le Pen lors les deux dernières élections présidentielles. Plus intéressant encore est que cette corrélation, entre la couverture médiatique de l’insécurité et le vote mariniste, apparaît complétement déconnectée de la réalité objective qu’est le niveau réel de la criminalité dans chaque département.

Pour revenir maintenant à votre actualité, qu’est-ce qui vous a mené à Doha ?

Pour beaucoup, cela peut être surprenant. Mais, il faut savoir, que depuis quelques années, il devient de plus en plus difficile de décrocher un poste de professeur directement après son doctorat sans avoir fait un post-doctorat. Alors lorsque le Doha Institute for Graduate Studies m’a offert ce poste, je n’ai pas hésité un seul instant. D’autant plus que cette jeune institution se donne comme mission de devenir la référence en matière de recherche en sciences sociales dans la région du Moyen-Orient et qu’elle offre beaucoup d’opportunités en matière de financement de recherche. Tous mes collègues actuels ont été formés ou ont travaillé dans les meilleures universités du monde. C’est une communauté scientifique très vibrante. J’y ai la possibilité d’enseigner la politique comparée et de continuer à travailler sur les questions de recherche qui m’intéressent, par exemple le populisme. Il y a également l’envie de transfert de connaissances dans cette partie du monde qui m’est chère. Une envie de redonner un peu à cette partie du monde et de partager les compétences que j’ai acquises au sein des universités occidentales, que ce soit en France ou au Canada. Le tout dans un cadre de vie agréable.

Peut-on justement savoir sur quelles thématiques ou quels projets de recherche vous travaillez aujourd’hui ?

Actuellement, j’ai quatre projets de recherche en cours.

Le premier projet porte sur le contenu des médias, ou plus précisément : la place de l’Islam dans les médias. Avec Mohammed Amine Brahmi, un chercheur postdoctoral à l’université de Columbia aux États-Unis, nous réalisons une étude comparative France-Québec de cette présence de cette thématique dans la presse écrite en période électorale. Les résultats de cette recherche, qui est encore en phase de développement, vont être publiés au cours de l’année 2021 dans un numéro spécial de la revue Politique et Société qui sera consacré à la question de l’islamophobie.

Le deuxième projet relève d’un autre de mes centres intérêts : la psychologie politique. Plus précisément, la question qui anime ma réflexion est celle de savoir « comment les traits de personnalité impactent-ils les comportements politiques ? » J’étudie actuellement la relation entre les traits de personnalité et le niveau de confiance que les individus peuvent avoir dans la classe politique via une comparaison France-États-Unis. En m’appuyant sur les travaux d’Herbert Kitschelt –qui a développé au début des années 1980, une classification des systèmes politiques selon laquelle la France serait un système politique fermé et les États-Unis un système politique ouvert– je démontre qu’en France, de par les contraintes imposées par son système politique fermé, les personnes dont la personnalité est plus portée sur l’innovation et la curiosité intellectuelle, autrement dit « les esprits libres », seraient moins amenées à faire confiance à la classe politique. Contrairement aux États-Unis, où ce trait de personnalité n’a aucun impact sur la confiance que peuvent avoir les individus dans les élites politiques de leur pays.

Mon troisième projet est celui d’un chapitre de livre, qui traite de la mobilisation des émotions par les leaders populistes. Il s’agit d’un ouvrage collectif qui réunit huit chercheurs de l’Europe, des deux Amériques et de l’Asie. Dirigé par Alwahab El-Affendi, le président du Doha Institute, cet ouvrage porte sur les travaux de Chantal Mouffe, la grande philosophe politique belge qui a consacré une grande partie de ses travaux à l’étude du populisme dans une perspective postmarxiste. Dans mon chapitre, je m’intéresse au rôle qu’elle donne aux émotions dans la mobilisation des citoyens. Plus particulièrement, je pose la question suivante : « Dans quelle mesure l’état de la recherche en psychologie politique permet de corroborer la théorie de Chantal Mouffe sur la centralité des émotions, et plus particulièrement la peur, dans la montée de la droite radicale populiste radicale en Europe et aux Amériques ?».

Le quatrième projet est un projet qui porte sur la représentation politique des jeunes au Moyen-Orient et en Afrique du nord. Avec Daniel Stockemer, nous venons de lancer un nouveau projet qui vise à identifier les potentiels changements qu’auraient connus la composition des élites politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient dans la foulée de ce qui est communément appelé les printemps arabes de 2011. Nous nous s’intéressons en particulier à l’évolution de la composition des parlements nationaux (démocratiques ou non). La première phase de ce projet se focalise sur quatre pays : la Tunisie, l’Égypte, la Jordanie et la Syrie pour lesquels la collecte de données est en cours. À terme, nous espérons inclure l’ensemble des pays de la région, notamment ceux du Golf. Car, si la question de la participation politique des jeunes a été abondamment étudiée, celle de la représentation ne le fut que très peu. Encore moins pour cette région du monde.

M. Abdelkarim Amengay, Je vous remercie d’avoir accepté de participer à cette interview et de la richesse de cet échange. Souhaitez-vous ajouter un commentaire ?

Tout d’abord, je vous remercie. Je me suis senti honoré d’être contacté pour échanger sur ces sujets. Je voudrais conclure en disant, qu’au-delà de l’expérience académique enrichissante que j’ai eue au CEE, mon passage fut également une expérience humainement enrichissante. Le CEE dispose d’une formidable équipe de chercheurs de haut-calibre et d’une équipe administrative dévouée, avec à sa tête Mme Amrani, que je tiens à remercier. Merci à eux pour le formidable travail qu’ils accomplissent au quotidien. 

Propos recueillis par W. Jason Essomba (novembre 2020)


EN SAVOIR PLUS

Tags :

Les comportements politiques au prisme du genre

Rencontre avec Anja Durovic, jeune docteure
  • Anja Durovic © Céline BansartAnja Durovic © Céline Bansart

Anja Durovic vient de soutenir sa thèse en science politique "The gender gap paradox. Citizenship, cohort change and the evolution of gender inequalities in political participation in Western Europe (1981-2016)" , sous la direction de Vincent Tiberj, Professeur à Sciences Po et Nonna Mayer, Directrice de recherche émérite CNRS au Centre d’études européennes et de politique comparée. Cinq ans après l’obtention de son diplôme de master en sociologie politique comparée à Sciences Po, elle est désormais docteure en science politique. Elle revient sur son parcours.

POURQUOI AVEZ-VOUS CHOISI UN PARCOURS DE RECHERCHE DOCTORALE APRÈS VOTRE MASTER ?

Avant de devenir étudiante à l’École de la recherche de Sciences Po, j’ai effectué un bachelor en science politique à l’Université de Mannheim, en Allemagne. Pendant que je rédigeais mon mémoire de bachelor, j’étais en parallèle assistante dans deux projets de recherche. C’est à ce moment-là que j’ai eu le sentiment d’avoir véritablement compris tout ce que j’avais pu apprendre durant mes premières années d’études en science politique, de détenir, d’une certaine manière, les pièces d’une petite partie d’un grand puzzle et de pouvoir enfin les mettre ensemble. J’ai donc pris la décision de faire un master de recherche en sociologie politique comparée pour pouvoir ensuite faire une thèse.

COMMENT SE SONT PASSÉES VOS ANNÉES DE MASTER ?

C’est grâce au master de recherche à Sciences Po que j’ai rencontré Nonna Mayer et Vincent Tiberj, mes directeurs de thèse, et que j’ai approfondi mes connaissances sur les études comparatives et de genre. Dans mon mémoire de master, j’ai analysé l’évolution des écarts de participation politique entre les femmes et les hommes en Espagne, en France, et en Suède et j’ai trouvé que ces écarts diminuaient, mais de manière différente selon la génération et le pays. Mais je voulais aller beaucoup plus loin : élargir mon analyse au-delà de ces trois pays, inclure d’autres modes de participation et analyser d’autres bases de données. Je voulais étudier et expliquer plus finement l’évolution des décalages genrés dans la participation politique. C’est à ce moment précis que mon projet de thèse est né, et c’est grâce à l’obtention d’un contrat doctoral que j’ai pu le mettre en œuvre.

VOTRE THÈSE EST DONC LA POURSUITE DE CES RECHERCHES ?

Oui, ma thèse part d’un objet très classique de la sociologie politique : l’écart des niveaux de participation politique entre les femmes et les hommes, qu’on appelle le “gender gap de la participation politique”. Pendant longtemps, les travaux sur les comportements politiques ont mis en avant le fait que les femmes s’engagaient moins que les hommes dans la vie politique. Néanmoins, force est de constater que dans de nombreuses démocraties occidentales contemporaines ces écarts varient selon le type de participation politique : par exemple, les femmes sont moins susceptibles que les hommes de participer à des campagnes politiques, de contacter le personnel politique, de s’engager pour un parti ou une autre organisation politique. Mais elles sont en revanche plus impliquées que les hommes dans la signature de pétitions ou la consommation engagée. Dans de nombreux pays d'Europe occidentale, elles sont désormais aussi plus susceptibles de voter aux élections nationales.

Les recherches existantes se limitent souvent à examiner des cas isolés et proposent rarement une perspective historique, ce qui ne permet pas d'évaluer si cette évolution paradoxale est un phénomène nouveau, ou quelque chose qui a émergé au fil du temps. Nous manquons d’explications sur les raisons de ces évolutions : ma thèse vise à combler cette lacune en adoptant un cadrage théorique dynamique, croisant études de genre et travaux sur la participation politique, et un design de recherche qui compare à la fois différents types de participation politique, différents pays d’Europe de l’Ouest, le tout sur une période de 35 ans, en s’appuyant sur l’analyse quantitative des enquêtes européennes “European Values Study” (1981-2008) et “European Social Survey” (2002-2016).

QUELLES SONT VOS CONCLUSIONS ?

Mes résultats indiquent que les écarts de participation entre femmes et hommes ont évolué au fil du temps : ils se sont réduits et parfois inversés selon le mode d’action, et cela de manière différente selon les pays. Par exemple, en France, si on s’intéresse à l’engagement dans des manifestations ou dans des formes de participation politique coûteuses en termes de temps et de ressources — comme s’engager dans un parti politique ou contacter un élu — on observe que l’écart entre les femmes et les hommes a diminué. Dans le même temps, on observe que depuis les années 2000, les Françaises signent plus souvent des pétitions que leurs homologues masculins.

De manière générale, je montre que cette évolution paradoxale des écarts de participation politique des femmes et des hommes est principalement due aux effets genrés de l’appartenance générationnelle qui influence différemment le niveau de participation politique : l’ampleur des écarts de participation diminue chez les plus jeunes, du fait des différences générationnelles en termes d’éducation, de religiosité, de politisation, et des effets négatifs et durables du retard dans l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Cependant, ma thèse révèle aussi que la diminution du gender gap dans les formes de participation coûteuses en termes de temps et de ressources parmi les jeunes générations n’est pas due à un plus fort engagement des femmes mais à une participation en baisse des hommes, qui, dans certains pays, s’explique par une diminution du taux de syndicalisation chez les plus jeunes. En ce sens, ma thèse démontre et souligne que les hommes peuvent aussi changer leurs comportements politiques et que les évolutions des inégalités genrées de participation politique - en termes d’ampleur et de direction - ne découlent pas nécessairement des seules variations du comportement des femmes !

EN 2017, VOUS AVEZ TRAVAILLÉ À L'UNIVERSITÉ D'OXFORD. CETTE ANNÉE D’ÉCHANGE A-T-ELLE EU UN IMPACT SUR VOTRE RECHERCHE ?

Oui, clairement : c’est un environnement intellectuel très stimulant. J’ai notamment pu rencontrer des chercheurs et des chercheuses travaillant aussi sur l’étude des effets d’âge, de génération et de période dans les comportements politiques — des effets qui sont très difficiles à dissocier dans des analyses basées sur des données et méthodes quantitatives. C’est grâce à ces rencontres et à ces discussions que j’ai choisi mon approche pour faire face à ce défi méthodologique auquel j’étais confrontée dans mon travail de thèse. Au-delà de cet aspect très spécifique, j’ai surtout profité du fait qu’Oxford est une très grande université avec une immense offre de séminaires de recherche, où se croisent des chercheurs et chercheuses venant de disciplines et traditions de recherche très différentes. J’ai vraiment appris beaucoup de choses grâce à ces savoirs divers et variés et notamment en présentant mon projet de thèse à des personnes qui à priori n'avaient rien à voir avec mon sujet.

QUELS SONT VOS PROJETS POUR LA SUITE ?

En ce moment, je me concentre surtout sur différents projets de publication en lien avec mon travail de thèse. En parallèle, j’enseigne des cours de science politique et de méthodologie à Sciences Po Bordeaux où j’ai également commencé un post-doctorat. Sur le long terme, je souhaite continuer à faire de la recherche et à creuser certaines pistes de recherche sur les inégalités de genre et de génération dans les comportements et attitudes politiques que je n’ai pas pu aborder dans mon travail de thèse.

Entretien réalisé pour le site web du Programme de Recherche et d’Enseignement des SAvoirs sur le GEnre (PRESAGE) - Décembre 2020

EN SAVOIR PLUS

Tags :
Retour en haut de page