COVID19

Retrouvez les analyses de nos doctorant(e)s, post-doctorant(e), chercheuses et chercheurs...
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Consultez la page sur le site web de La Recherche à Sciences Po

Tags :

“Introduction to Teaching in Higher Education”

Summer School from 29 June to 2 July 2020 at the EUI in Florence
  • European University Institut (EUI)European University Institut (EUI)
The Summer School “Introduction to Teaching in Higher Education” will take place at the European University Institut in Florence from 29 June to 2 July 2020.

One place in this Summer School is reserved for a researcher from our institution.

The training is open to doctoral and post-doctoral scholars in the Social Sciences and Humanities who have no or little teaching experience, and have a minimum C1-level English language skills.
The course material, lunches, a guided tour in Florence and a social event are free of charge for the CIVICA partners’ selected participants. Travel and accommodation costs as well as any other expenses are at the charge of your institution or of the participant.

If you are intererested please send us a motivation email.

Thank you, and we look forward to hearing from you !
 
Tags :

Vos bibliothécaires référents

vous accompagnent et sont tous en télétravail...
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Pour rappel, les bibliothécaires référents recensent sur des guides thématiques de nombreuses informations utiles par discipline :

Droit : Pierre Grivaz - pierre.grivaz@sciencespo.fr - 01 45 49 56 48
Économie : Claire Dive - claire.dive@sciencespo.fr - 01 45 49 56 77
Histoire : Muriel Dennefeld - muriel.dennefeld@sciencespo.fr - 01 45 49 51 78
Humanités : Anna Couthures-Idrizi - anna.couthuresidrizi@sciencespo.fr - 01 45 49 50 43
Science politique : Michaël Goudoux - michael.goudoux@sciencespo.fr - 01 45 49 56 86
Sociologie : Natalia La Valle Torres - natalia.lavalletorres@sciencespo.fr - 01 45 49 51 79

Mais aussi : Zotero, Nations-Unies, Iconographie, Données de la recherche, Open-Access

Actualités, ressources pertinentes, nouvelles acquisitions, trucs et astuces... Ces guides sont complémentaires au site web de la bibliothèque de Sciences Po

Pendant le confinement, la bibliothèque reste à vos côtés !

Tags :

Ressources utiles pour apprendre à distance

La boîte à outils pour vous aider dans vos apprentissages en ligne
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Afin de vous aider à vous préparer pour suivre vos cours en ligne, nous mettons à votre disposition ci-dessous un document qui vous guidera dans vos premiers pas vers un enseignement à distance.

Vous trouverez également ci-dessous des tutoriels pour vous faciliter votre appropriation de l’outil de web-conférence Zoom que vous utiliserez dans vos classes virtuelles et pour du travail de groupe.

Vous pourrez également utiliser ce service pour contacter vos familles et ainsi garder un lien social avec vos proches, vos amis, etc.

Consultez :

Tags :

Covid-19 : Lettre à nos communautés

Dans le contexte de la crise sanitaire mondial, Frédéric Mion et Olivier Duhamel s'adressent aux publics de Sciences Po
  • Jardin de Sciences Po - 27 rue Saint-GuillaumeJardin de Sciences Po - 27 rue Saint-Guillaume

Dans le contexte de la crise sanitaire qui bouleverse le monde entier, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, et Olivier Duhamel, Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, ont adressé ce message aux communautés de Sciences Po le 16 mars 2020. 

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

 

Chères étudiantes, Chers étudiants,
Chères enseignantes, Chers enseignants,
Chères et Chers collègues,

Sciences Po, comme tout notre pays, est mobilisé depuis des semaines pour faire face à un phénomène exceptionnel, l’épidémie du coronavirus COVID-19.

Comme vous le savez, à la suite des annonces du président de la République, du Premier ministre, et conformément aux consignes que nous avons reçues de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à compter de ce jour, l’ensemble des sites de Sciences Po, à Paris et en régions, sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

En ces circonstances, tout à fait inédites et graves, vous savez que notre institution, dans toutes ses composantes, est entièrement mobilisée autour d’un objectif essentiel : assurer la continuité des activités pédagogiques, scientifiques et administratives de notre maison, tout en préservant la santé de toutes et de tous.

Vous avez déjà pu prendre connaissance des différentes dispositions que nous avons décidées et que toutes les équipes de Sciences Po continuent à imaginer et à mettre en œuvre, afin de garantir le bon accomplissement de nos tâches.

Nous tenons tout d’abord à remercier chacune et chacun d’entre vous pour la patience, la compréhension, l’esprit de responsabilité et de solidarité dont vous faites preuve depuis le début de la crise. Ces vertus seront sans doute, hélas, encore mises à contribution dans les jours et les semaines qui viennent. Nous ne doutons pas que vous saurez toujours les mobiliser.

Nous voulons aussi exprimer notre très vive gratitude et rendre hommage aux équipes de Sciences Po qui travaillent sans relâche, avec une énergie et un dévouement admirable, afin que notre établissement puisse continuer à remplir ses missions.

L’épreuve que nous traversons, qui dépasse très largement le cadre de notre établissement et de nos communautés, nous invite à faire preuve de sang-froid, d’adaptabilité, de sens de l’innovation, en sorte que la vie pédagogique, scientifique et intellectuelle de notre institution puisse se poursuivre sous des formes nouvelles. Elle requiert aussi que nous nous rassemblions autour de nos valeurs fondamentales, celles de l’université, c’est-à-dire, le savoir, la réflexion, l’argumentation, l’échange et le partage. 

Avec notre bien fidèle et cordial dévouement.

Olivier Duhamel                                       Frédéric Mion
Président de la FNSP                               Directeur de Sciences Po

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

Tags :

Covid-19 : Lettre à nos communautés

Dans le contexte de la crise sanitaire qui bouleverse le monde entier, Frédéric Mion, Directeur de Sciences Po, et Olivier Duhamel, Président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, ont adressé ce message aux communautés de Sciences Po le 16 mars 2020. 

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

Chères étudiantes, Chers étudiants,
Chères enseignantes, Chers enseignants,
Chères et Chers collègues,

Sciences Po, comme tout notre pays, est mobilisé depuis des semaines pour faire face à un phénomène exceptionnel, l’épidémie du coronavirus COVID-19.

Comme vous le savez, à la suite des annonces du président de la République, du Premier ministre, et conformément aux consignes que nous avons reçues de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à compter de ce jour, l’ensemble des sites de Sciences Po, à Paris et en régions, sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

En ces circonstances, tout à fait inédites et graves, vous savez que notre institution, dans toutes ses composantes, est entièrement mobilisée autour d’un objectif essentiel : assurer la continuité des activités pédagogiques, scientifiques et administratives de notre maison, tout en préservant la santé de toutes et de tous.

Vous avez déjà pu prendre connaissance des différentes dispositions que nous avons décidées et que toutes les équipes de Sciences Po continuent à imaginer et à mettre en œuvre, afin de garantir le bon accomplissement de nos tâches.

Nous tenons tout d’abord à remercier chacune et chacun d’entre vous pour la patience, la compréhension, l’esprit de responsabilité et de solidarité dont vous faites preuve depuis le début de la crise. Ces vertus seront sans doute, hélas, encore mises à contribution dans les jours et les semaines qui viennent. Nous ne doutons pas que vous saurez toujours les mobiliser.

Nous voulons aussi exprimer notre très vive gratitude et rendre hommage aux équipes de Sciences Po qui travaillent sans relâche, avec une énergie et un dévouement admirable, afin que notre établissement puisse continuer à remplir ses missions.

L’épreuve que nous traversons, qui dépasse très largement le cadre de notre établissement et de nos communautés, nous invite à faire preuve de sang-froid, d’adaptabilité, de sens de l’innovation, en sorte que la vie pédagogique, scientifique et intellectuelle de notre institution puisse se poursuivre sous des formes nouvelles. Elle requiert aussi que nous nous rassemblions autour de nos valeurs fondamentales, celles de l’université, c’est-à-dire, le savoir, la réflexion, l’argumentation, l’échange et le partage. 

Avec notre bien fidèle et cordial dévouement.

Olivier Duhamel                                       Frédéric Mion
Président de la FNSP                                Directeur de Sciences Po

Pour plus d'informations sur la situation à Sciences Po, les recommandations et les questions fréquentes, rendez-vous sur la page Informations COVID-19

Tags :

QS World - University Ranking

QS : SCIENCES PO 2ÈME UNIVERSITÉ MONDIALE EN SCIENCE POLITIQUE ET RELATIONS INTERNATIONALES
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Sciences Po poursuit sa progression dans le classement QS 2020 des meilleures universités mondiales par discipline (PDF, 9.2 Mo), en passant de la troisième à la deuxième place mondiale en "Science politique & relations internationales".
Dans ce classement dévoilé le 4 mars 2020, Sciences Po est classé ex aequo avec l'Université de Princeton, derrière l'Université de Harvard et devant l'Université de Oxford et la London School of Economics and Political Studies (LSE). Sciences Po est pour la première fois la première université d'Europe dans cette discipline.

Depuis sept ans, le classement de QS par discipline, qui compare plus de 1200 universités du monde entier, ne cesse de confirmer Sciences Po au sein des universités leaders en sciences sociales. En 2020, Sciences Po se place dans le top 50 mondial dans 5 disciplines, et affiche d’importantes progressions dans plusieurs domaines :

  • 2ème place mondiale en science politique et relations internationales (en progression d’une place par rapport à 2019)
  • 28ème place en sociologie (comme en 2019)
  • 40ème place en Development Studies (avec une importante progression depuis 2019 où cette discipline figurait dans le top 100)
  • 50ème place mondiale en droit (avec là aussi une forte progression puisque Sciences Po figurait en 2019 dans le top 100)
  • Sciences Po progresse également en économie et économétrie en passant du top 150 au top 100 mondial.

Enfin, Sciences Po reste trés bien classé en Social Policy and Administration avec le 23eme rang


En savoir plus

Tags :

ZOOM by Sciences Po

  • Zoom by Sciences Po - Luc RoubanZoom by Sciences Po - Luc Rouban

Zoom, c’est la série vidéo de Sciences Po qui éclaire le sens de l’actualité. Dans chaque épisode, un chercheur ou un enseignant approfondit un sujet d’actualité lié à son domaine d’expertise, sous un jour inattendu, et propose des perspectives pour comprendre et agir.

L'épisode 1 - Le mouvement des "gilets jaunes" a révélé une profonde mutation du rapport au politique : c'est l'analyse de Luc Rouban, chercheur au Centre d’études politiques (Cevipof) de Sciences Po. Il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son ouvrage "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po). ... la suite dans 15 jours !

Tags :

ZOOM by Sciences Po

Zoom, c’est la série vidéo de Sciences Po qui éclaire le sens de l’actualité. Dans chaque épisode, un chercheur ou un enseignant approfondit un sujet d’actualité lié à son domaine d’expertise, sous un jour inattendu, et propose des perspectives pour comprendre et agir.
L'épisode 1 - Le mouvement des "gilets jaunes" a révélé une profonde mutation du rapport au politique : c'est l'analyse de Luc Rouban, chercheur au Centre d’études politiques (Cevipof) de Sciences Po. Il met au jour les sources cachées de cette mutation dans son ouvrage "La matière noire de la démocratie" (Presses de Sciences Po). ... la suite dans 15 jours !
Tags :

Meeting with Kangping DU

PhD in Law 2018
  • Kangping DUKangping DU

Kangping Du is PhD in Law of Sciences Po. We caught up with him to talk about his remarkable academic and professional journey.

Tell us about your time at Sciences Po?

My time at Sciences Po was actually both challenging and fruitful. Because of the requirement of high quality in the doctoral dissertations, doing a PhD at Sciences Po Law School has never been an easy task. However, as well as the firm academic and moral support, my supervisor Professor Diego P. Fernández Arroyo gave me full freedom to explore and to try out ideas. This had been very important for me. During my first three years of the doctoral studies, I had forced myself to attend as many lectures and seminars held in the law school as possible. Through these activities, I had got to know what world-class legal research should look like. This had influenced my research a lot. Also, I had very happy interactions with the people in Sciences Po, including professors, administrative staff and doctoral colleagues.

Tell us about your current professional pursuits?

Currently, I am working as a lecturer at the law school of Shanghai International Studies University. This is a university specializing in foreign language studies and diplomatic studies.

What are some of the challenges that you face daily?

My work in the law school includes teaching, doing research and guiding the moot court competition team. As a newcomer to the academia, teaching has been challenging for me. Knowing something is one thing, passing it clearly to students is another thing. Another challenge is to balance the time distributions among research, teaching and other miscellaneous work.

What advice would you give to students who want to engage in doctoral studies ?

During my doctoral studies, I gave up my chance to study abroad for one year. I have regretted it deeply. Hearing more voice has always been beneficial to doing research. Also, I wish to say that doing a PhD has been more that finishing the dissertation. Doctoral students should also be active in publishing, attending academic activities in the destination markets and so on. Cultivating a mature scholar has been a systematic project.

Tags :

"Un mélange d'enthousiasme, d'ambition et de liberté inspirant"

Pascale Cornut St-Pierre, docteure en droit
  • Pascale Cornut St-PierrePascale Cornut St-Pierre

Pascale Cornut St-Pierre est docteure en droit. Elle a obtenu le Prix Cabonnier 2018 et le Prix solennel de la Chancellerie pour sa thèse "Les swaps ou l’innovation financière aux mains des juristes. Contribution à l’étude socio-juridique de la financiarisation" soutenue en décembre 2017. Elle est professeure adjointe à la section de droit civil de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa (Canada).

Pourriez-vous résumer votre parcours au sein de Sciences Po ?

Je suis arrivée à Sciences Po en 2012, pour le doctorat. J’avais fait toutes mes études antérieures au Québec – d’abord en philosophie, puis en droit – et je souhaitais découvrir de nouveaux horizons. Au moment de commencer la thèse, j’avais encore un attachement très incertain au droit : comparé à la philosophie, le droit m’offrait plus de prise sur le monde, mais j’y voyais une discipline dogmatique, remplie de personnes à l’esprit conformiste. Pour dire la vérité, j’avais même initialement prévu faire une thèse en sociologie, et ce sont les sociologues qui n’ont pas voulu de moi ! Ceci dit, j’ai tout de suite été charmée par l’ambiance qui régnait au sein de l’École de droit. Le programme doctoral en était encore à ses débuts – j’ai assisté à la soutenance de la première thèse à la fin de ma première année à Sciences Po – et j’y ai trouvé un mélange d’enthousiasme, d’ambition et de liberté très inspirant pour la jeune chercheuse que j’étais. L’interdisciplinarité et les approches critiques y étaient très valorisées et y nourrissaient un enseignement du droit fortement ancré dans la pratique – une combinaison étonnante, que je m’efforce à présent de reproduire dans mes propres cours. Mes années de thèse ont été ponctuées d’expériences très riches, sur le plan de l’enseignement comme de la recherche. Dès ma première année, on m’a par exemple offert d’enseigner un cours de sociologie du droit au Collège universitaire de Sciences Po, pour lequel on m’a donné presque carte blanche. Lors de ma deuxième année, j’ai pu effectuer deux séjours de recherche de plusieurs mois hors des murs de l’institution, le premier à l’Université McGill, à Montréal, et le second à l’Université Goethe de Francfort. J’ai aussi fait quelques séjours plus courts au Centre Perelman de philosophie du droit, à l’Université libre de Bruxelles. Ces expériences ont durablement marqué ma vision du droit et de moi-même en tant que juriste.

Aviez-vous un projet professionnel précis lorsque vous avez décidé d'effectuer un doctorat en droit ? Envisagiez-vous déjà une carrière académique ?

Mon objectif était clair dès le départ : je souhaitais faire un doctorat non seulement par curiosité et par amour du savoir, mais également en vue de rentrer au Canada et d’y poursuivre une carrière universitaire. Il faut dire que j’ai commencé mes études doctorales en étant un peu plus âgée que plusieurs de mes collègues : j’avais déjà eu l’occasion de tergiverser longuement quant à mon avenir professionnel !

Comment avez-vous défini le sujet de votre thèse ?

Je savais dès le départ que je souhaitais étudier les liens entre le droit et la finance, à l’aide d’une approche sociologique. Mais entre cette orientation générale et le choix définitif de mon sujet, il m’a fallu deux années complètes de recherche. Le choix de mon sujet n’avait donc rien d’évident. J’ai d’abord dû me familiariser avec l’univers de la finance et son jargon bien particulier, puis comprendre comment les sciences sociales pouvaient enrichir notre lecture des phénomènes financiers. Cela accompli, il me restait encore à retrouver le droit au milieu de toute cette technique financière ! On imagine souvent une finance qui se serait plus ou moins émancipée du droit au cours des dernières décennies, et j’ai mis du temps à comprendre que le droit se situait au contraire au cœur de la finance, à l’intérieur même des produits financiers. Avant cette découverte, je n’aurais jamais imaginé consacrer une thèse aux swaps !

Quel message souhaitez-vous transmettre aux étudiants de l'École de droit de Sciences Po et à ceux qui envisagent des études doctorales  ?

Si vous entamez des études doctorales, ayez le courage de vous perdre ! La thèse est une aventure intellectuelle dont on ne connaît pas d’avance le point d’arrivée : je crois qu’il faut l’accepter et se laisser guider par son intuition. Je me souviens des paroles de l’un de mes superviseurs qui, constatant mon désarroi devant mon incapacité à formuler clairement mon projet de recherche après une année entière de travail, m’avait confié que le contraire eut été bien plus inquiétant : un sujet qui s’énonce clairement après une seule année de recherche est probablement trop évident pour qu’il vaille la peine d’y consacrer une thèse de doctorat. Il avait raison : la bonne recherche prend du temps, et faire le choix d’un doctorat implique d’aller à contre-courant d’une époque où tout s’accélère.

Tags :

ANNULATION - Élection 2020

des représentant-e-s étudiant-e-s au Conseil de l’École doctorale - Scrutin électronique du 17 au 19 mars 2020
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

En application des instructions de la Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation en date du 15 mars 2020 qui prévoient le report de toutes les élections universitaires à la suite de la fermeture au public des établissements d'enseignement supérieur et de recherche en application de l'article 4 de l'arrêté du 14 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19, l'ensemble des opérations électorales de renouvellement des instances de l'Institut d'études politiques de Paris et de son école doctorale prévues du 17 mars au 2 avril 2020 sont annulées.

Le Conseil assiste le directeur de l'École doctorale dans la mise en oeuvre du programme d'action de l'École. Il se prononce sur les questions concernant l'École doctorale : son organisation, son fonctionnement. Il délibère sur les demandes d'attributions des allocations de recherche et, le cas échéant, sur les autres types de financement pouvant être alloué aux doctorants. 

Le conseil est constitué entre autres de cinq représentants des doctorantes, doctorants de l'IEP de Paris, élus par leurs pairs.

=> Consultez le calendrier des opérations électorales et la profession de foi de la liste candidate


En savoir plus sur le Conseil de l'École doctorale

Tags :

Questioning secrecy

Transdiciplinary approach and methods. Four days Inter-Semester Seminar in June 8, 9, 10 and 11 2020 - Didier Bigo and Benoit Pelopidas
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Objective: methods for investigating secrecy

The seminar will allow the students to handle situations under secrecy, by knowing how to investigate, manage data and write confidently and incisively on their topic. It will give them also opportunities to network with experts on sociology of secrets, especially on nuclear, military, policing and intelligence matters, but not only, private companies and everyday situations will be covered. Each session will have a strong component on the nuts and bolts, on the making of research and the “how to” question. The last session will be a crypto party on how to protect your computer and adopt a reasonable digital hygiene.
By the end of the seminar, students will have a better understanding of how to deal with topics covered by secrets and the methods to investigate these objects while being attentive to specific risks.

Format: Four days Inter-semester seminar

The course will be organized in June 8, 9, 10 and 11. Each day will consist of six-hours and an interval of two hours for a brown bag lunch giving the possibilities to have many informal one-to-one meetings with researchers, experts and exchange of ideas. This day-long format, including lunch, is designed to create an atmosphere of sharing and networking. 

The course is open to doctoral students at any stage of their research, and to master students across disciplines. Pre-requisites are not necessary, but an interest on a topic where secrecy is at stake is necessary. Specific bibliographies by sessions will be given after registration. For those who need a certification, the attendance and participation to the course will be validated by 4 ECTS credits.

This course will be given in English but requires a passive knowledge of French as some speakers (often field actors) can only speak in this language. Short translations will be made during the intervention if necessary.

Core team and guests

Didier Bigo is professor of sociology at Sciences Po and of war studies at King’s College London. He has worked on French and EU police liaison officers abroad, anti-terrorist policing, intelligence services, Snowden disclosures of NSA, Extraordinary renditions and torture by CIA and its accomplices, and now on oversight of intelligence services. He has created the journal International Political Sociology specialized on anthropological and sociological methods for international studies. He is editor of the journal Cultures et Conflits

Benoit Pelopidas is the founding director of the Nuclear Knowledges program, at CERI (Sciences Po) and research associate at Stanford University. He has worked over a decade on uncovering primary sources worldwide regarding nuclear history and is investigating the conditions of validity of claims regarding nuclear secrets. He is at the heart of a network investigating practices of classification, declassification and reclassification.

In addition to the two professors, the sessions will be convened with the research associates from their different research projects and foreign colleagues as well as some key practitioners. The full list of guests will be given after registration.

Organisation of the seminar

The seminar is built in four stages. First, a discussion of the researcher's position regarding the different forms that secrecy takes and a reflexive approach to understand what is at stake in terms of research and publication. Second, a discussion of sources, methods of investigation that provide access to knowledge about shared secrets or false claims of secrecy, and methods of collecting, storing and building data on institutions surrounding by secrecy protections. Thirdly, a discussion of possible modes of analysis in a transdisciplinary approach and the specificities of analysis and writing for social science research
Students should prepare for this course by identifying written or individual sources that might be useful for their own research.

June 8, 2020: 10:00-18:00: Knowing and respecting the rules of the game around secrecy

The day will begin with an introduction (10h-11h) by Didier Bigo and Benoit Pelopidas about the production, organization, distribution of objects, documents, events becoming secrets through specific procedures.
The analysis will discuss the emergence and conditions of existence of a sphere of secrecy and its formal and informal boundaries in specific sectors. The focus will be on two cases regarding nuclear and intelligence issues, but the constitution of secrets enforced by sanctions in case of divulgation can be encountered inside private companies, in academic life and even in everyday life. Shared secrets are a condition of social life. So, what secrets must the researcher respect and what is possible to know and to search about? Are secrets always important? How is it possible to "know" about them?

Several speakers, academics specialized on the legal boundaries of secrets will come for a round table (11h-13h) to present the different forms of classification of documents and the possibility and limits of investigation for a researcher interested in these spheres covered by secrecy.  They will explain in concrete terms the conditions under which it is possible to carry out research while knowing the risks and respecting the rules.  We will have a discussion about the situation in France, but also what is at stake with the European rules and jurisprudences which are more open to give researchers access in terms of freedom of information, aand also the possibilities in transnational cases which have different rules to find out where to go. Canada, for example, may be more open than others partners, is it useful to go for transnational investigations or to know the situations of other countries collaborating with them? Timing is also very important and makes often difference between journalists, institutions doing enquiries, insiders who want to have a testimony, whistle blowers and researchers.

After the brown bag lunch from 13h to 15h, the afternoon (15h-18h) will be dedicated to solving some of the issues raised in the morning. Researchers and practitioners will explain the derogations to secret, and the allowed exceptions that make the difference between denunciation, offence, and defence of the public good, as well as the conditions of confidentiality that are not classified as secrets as such but are used at the margins to define situations of shared secrets. For example, what can be collected and reproduced from meetings under Chatham House rules or invitations to professional meetings? Often these rules are misunderstood by ignorance or sacralization of secrets.

9 June 2020: 10am-6pm: Collecting data: archives, interviews, qualitative-quantitative methods

This session will begin (10h-11h) by a presentation on how to obtain waivers for the consultation of documents in the various archives that students are likely to visit, and the different procedures for requesting declassification of documents with the help of some NGOs that can assist in these processes. 
A round table (11h-13h) with one or more organisations that specialize in research support will attend the session, for example to help with the preparation of Freedom of Information (FOI) requests at the European level or in English-speaking areas.
Students who have concrete cases will be able to send them in advance and discuss them with the interlocutors during the round table or brown bag lunch (13h-15h).
The afternoon (15h-18h) will be devoted to reports on the experiences of experts on these subjects and who have conducted numerous interviews with professionals in topics covered by secrecy. How to envisage the interview? What is it reasonable to ask and what are the mistakes that disqualify the interviewer? Is it possible to engage in investigative and writing collaborations with security professionals? Specialists in intelligence issues, anti-terrorist and criminal police, financial flow surveillance, nuclear and more generally public and private programmatic elites who build the frontiers of protected and shared secrets will come to explain their own trajectories and discuss with students and researchers. 

10 June 2020: 10am-6pm: Analysing and writing from sources that give access in part to secrets? 

How to use interviews, archives and works such as those of investigative journalists? This morning session (10h-11h) will focus on possible collaborations between different professions, the limitations often encountered in social science research and the danger of academic hubris in regard to collaboration with leading investigative reporters, as well as the use of the data obtained from them or co-constructed.
We will have a round table (11h-13h) with several journalists to present their work in these fields of intelligence, defence, nuclear, arms companies, and the international collaborations they are developing among themselves and also on certain subjects with academics and NGOs.
The conversation will continue over lunch (13h-15h) and in the early afternoon (15h-16h).
Then we will reflect together on how to work collectively  while being reflexive about what is important to write and what may involve risks for people under institutional secrecy and/or their targets, as well as the privacy of all (16h-18h). The issues of regulating the right to privacy and the right to institutional and professional secrecy will be discussed, as well as the possible tensions that may exist between these principles in practice.

June 11: Starting in good conditions. How to protect your computer and adopt a reasonable digital hygiene

On this last day we will organize what is called in the English-speaking world a "crypto party" so that each student knows what tools s/he needs to minimize the number of traces s/he doesn't want to give to third parties. The first part of the session will try to explain the why and the second part will try to explain the how.
Protecting one's computer without paranoia is essential for any student or researcher using digital tools and especially for those interested in secrecy. The heart of the morning sessionn (10h-13h) will focus on what to do when collecting and analyzing confidential data. What should be avoided? How to avoid to become paranoid and to react under "maximum security" with its perverse effects?
In connection with the first session, we will come back to the practical tools needed in order to conduct research that defend academic freedom against some extensive and unreasonable conceptions of state secrecy by certain bureaucracies, while at the same time understanding what is at stake for the researcher, the people with whom he or she has conducted interviews and their targets.
Having a collective reflective discussion is often a way to better understand the scope of what academic freedom means in the digital age, and also to slow down the speed and needs of the computer.  It has been shown that this attitude is a good way to become more efficient, not less. It is also a way of looking at the protection of everyone's data in a different way, i.e. as normal hygiene and not as an external constraint. During the brown bag lunch (13h-15h) we will have additional speakers- professional web masters, ex-hackers. who have been confronted with these situations.

The second part (15h-18h) will be carried out by specialists in cryptology. They will help the audience to install tools and software on computers to better control the surveillance and danger of intrusion by third parties, as well as the different possibilities of encryption in order to know when, in what context and at what level specific protections are needed. Don’t forget your computer and smart devices that day.

> Vous inscrire

ATELIER DOCTORAL – JEUNE CHERCHEUR-E

Cadrer – Questionner – Argumenter Atelier d’écriture et de créativité - 16 et 17 mars 2020
Tags :

Cadrer – Questionner – Argumenter

Atelier jeune chercheur, chercheuse d’écriture et de créativité - 16 et 17 mars 2020
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Atelier animé par Pierre LASCOUMES (directeur de recherche émérite, Cnrs)

Les syndromes de la « page blanche » ou de « l’écran vide » sont une illusion. Ce qui pose le plus souvent problème dans la recherche, ce n’est pas tant le manque que le « trop », la profusion, c'est-à-dire le flou du projet et le manque de hiérarchie dans les questions traitées. L’obstacle principal ne se situe donc pas dans « l’écriture » elle-même, mais dans « la pensée » qui la sous-tend.

Ecrire est pour beaucoup une entreprise difficile, voire stressante. De nombreuses observations et expériences ont montré que le plus délicat n’est pas la mise en forme, le passage de la pensée à l’écrit, mais bien les ambiguïtés qui existent en amont. C'est-à-dire le manque de clarté dans le projet entrepris, les défauts de cohérence dans le questionnement et les effets négatifs que ces flottements et incertitudes entraînent.

L’objectif de cet atelier est de transposer les techniques anglo-saxonnes «d’écriture créative » à la réalisation de travaux de sciences sociales (thèse, article scientifique, communication). Il se situe en continuité avec les recommandations de H.S. Becker lorsqu’il propose de partager « les ficelles du métier » et pour cela de « vendre la mèche de la production intellectuelle ».

L’atelier s’adresse à ceux qui veulent progresser dans une analyse et une expression personnelles. Il propose des exercices pratiques (et en partie ludiques à partir d’images et de documents) destinés à explorer et à renforcer la créativité et la réflexion individuelle en vue d’une production scientifique.

Quand des auteurs souhaitent faire réaliser une thèse, de la photo, concevoir un article, peindre un tableau, préparer une communication de colloque ou écrire un scénario, ils sont tous confrontés aux trois mêmes problèmes de base.

Il leur faut :

  • Cadrer le sujet d’investigation (choisir l’objet de recherche) et adopter un point de vue précis (distinctif et si possible original)
  • Questionner cet objet, l’interroger de façon cohérente avec l’angle retenu, choisir un système explicatif et privilégier un mode d’interprétation
  • Argumenter, c'est-à-dire construire un raisonnement en articulant des données et des concepts afin d’expliquer, de démontrer et de convaincre.   

Ces trois activités intellectuelles qui semblent d’évidence, sont en fait rarement explicitées en tant que telles. Les jeunes chercheurs les découvrent en général « sur le tas ». Les plus expérimentés les pratiquent souvent autant par intuition et par routine que de façon raisonnée. Pourtant le passage à l’écriture est très largement facilité par la conscience et la robustesse des options prises.

L’atelier Cadrer – Questionner – Argumenter  repose autant sur des actes d’écriture (individuels et de groupe) que sur des échanges oraux entre participants.

Il ne propose pas bien sûr de recettes magiques permettant de résoudre tous les problèmes qui se posent à un(e) jeune chercheur(euse). Il a cependant trois ambitions modestes mais qui peuvent être très utiles. Il s’agit :

  • tout d’abord, aider à enrichir la réflexion et à mieux cadrer l’objet de recherche en repérant les routines personnelles et les solutions toutes faites ; en envisageant aussi d’autres points de vue possibles sur l’objet.
  • ensuite, dynamiser la réflexion, en particulier, durant les périodes d’intensification du passage à l’écriture, d’achèvement d’un chapitre (d’une partie) ou en fin de thèse. Il est alors souvent utile de relancer le questionnement pour mieux l’approfondir.
  • enfin,  fournir des moyens pour dépasser les moments de blocage que tout le monde rencontre, par une mise à distance qui permet en général de contourner ou de résoudre les difficultés passagères.

Les trois premières demi-journées sont consacrées à des exercices d’éveil et d’analyse de sciences sociales portant successivement sur chacune des activités : Cadrer – Questionner – Argumenter,

La quatrième demi-journée est une mise à l’épreuve de ces notions sur le sujet de recherche traité par chacun. Elle n’aborde pas le contenu de la recherche, mais les orientations de la démarche et les difficultés rencontrées.

Format - L’atelier s’adresse à des groupes de 8 à 10 personnes maximum. Il se déroule sur quatre demi-journées de 3H en continu.

Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas : lascoumes.pierre@gmail.com,
TEL : 06 85 83 02 90

Tags :

Graduate Conference - Appel à candidatures

Le droit invente-t-il la réalité ? - 18 juin 2020
  •  Medardo Rosso dans son atelier Medardo Rosso dans son atelier

Les doctorants de l’École de droit de Sciences Po à Paris sont heureux d’annoncer la tenue de la 9ème édition de la Conférence des Jeunes Chercheurs (Graduate Conferencequi se déroulera durant la Semaine Doctorale Intensive.

Au cours de cette conférence, nous poserons la question suivante :

LE DROIT INVENTE-T-IL LA RÉALITÉ ?

9ème CONFÉRENCE DES JEUNES CHERCHEURS : UN APERÇU

Le droit est une institution régulatrice du pouvoir politique qui, en tant que discipline, ordonne les interactions principales de la société, les définissant au sein de la fiction de son langage. Se faisant, plus sujet écrivant qu’objet d’écriture, il raconte la “réalité”. Ainsi, le droit ferait-il plus que retranscrire la réalité ? N’aurait-il pas aussi un effet créateur ? Il semblerait que la narration juridique oscille entre transcription et création, entre intégration et interprétation. L’objectif de la conférence est d’interroger cette perméabilité du droit à la réalité, entendue comme un enfant de la modernité. La modernité peut être perçue comme le mythe de l’objectivité scientifique, de l’efficacité technique et du rendement économique. Dépositaire du paradigme moderne, le droit participe de cette mythologie et, en cela, s’institue comme “constructeur de monde”. Or, le droit est-il capable de réflexivité vis-à-vis de cette mythologie ? Inversement, n’est-il pas toujours contraint à s’y conformer, toujours avec un temps de retard ?

Date limite de candidature : 15 avril 2020

Contact : gradconf.law@sciencespo.fr

=> Consultez l'appel complet à candidature (PDF)

Tags :

Rassemblement le 3 mars 2020 de 12h15 à 12h30

devant l’entrée du 27, rue Saint-Guillaume
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Nos collègues, Fariba Adelkhah et Roland Marchal ont été arrêtés en Iran en juin 2019 et y sont détenus depuis. Nous sommes particulièrement inquiets pour eux. Fariba notamment a été hospitalisée en raison de son état de santé très préoccupant.

Aujourd’hui, nous savons que la date de leur procès a été fixée au 3 mars à 9h. Cette annonce a été faite le 17 février par leur avocat, Me Saïd Dehqan. Les chefs d’accusation pour Fariba Adelkhah sont : “propagande contre le système politique de la République islamique” et “collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale”. Le second chef d’accusation est aussi retenu contre Roland Marchal.

Plus que jamais, la solidarité pour nos collègues est primordiale. Le 3 mars de 12h15 à 12h30, nous vous invitons à vous rassembler devant l’entrée du 27, rue Saint-Guillaume, pour montrer notre soutien indéfectible à nos amis et collègues.

Venez nombreux et n'hésitez pas à faire circuler cette invitation autour de vous.

Le 6 mars aura lieu le 3ème séminaire du cycle “Fariba et Roland, penser en pensant à eux : sociologie et anthropologie sociale du politique" sur l'Afghanistan, 10h-13h, salle de conférences du CERI, 56 rue Jacob. Inscrivez-vous. Les séminaires précédents sont disponibles en podcast.

Tags :

Séminaire annulé

Civil liberty and human rights: a neo-Roman approach - Quentin Skinner (Queen Mary University of London) Jeudi 5 mars 2020, 17.15-19.15
  • ShutterstockShutterstock

La séance commune du séminaire International, Politics, Philosophy (IPP) et du Spot (Sciences Po Théorie politique) du 5 mars 2020 est annulée.

Invité de la séance du 5 mars 2020 : Quentin Skinner, Queen Mary University of London.

This lecture focuses on a view about civil liberty that used to be widely accepted in European legal and political thinking but became largely lost to sight after the rise to hegemony of the view that freedom can be defined simply as an absence of interference with choices and actions. The lecture begins by outlining the earlier and alternative view that liberty is best conceived as the condition of not being subject to the power of others. This view is traced to Roman and common law traditions of thinking about the law of persons and related discussions about ‘fundamental’ rights. The lecture ends by considering how the re-appropriation and development of this earlier way of thinking might help us to think more fruitfully about some current threats to privacy and liberty.

Discussant : Yoel Mitrani, Sciences Po.

Lieu : Sciences Po - Salle du conseil - 13, rue de l’université - Paris 7

Responsable scientifique : Ariel Colonomos, Sciences Po - CERI / CNRS.

En savoir plus

Tags :

Appel à candidature pour un(e) doctorant (e)

ANR – RULNAT (Ruling on Nature)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Dans le cadre du projet RULNAT (Ruling on Nature) «Judiciariser la nature. Animaux et environnement au tribunal» financé par l’ANR, le CERI-Sciences Po recrute un(e) doctorant(e) pour une thèse financée sur 36 mois à partir de septembre 2020 au plus tard. Le projet RULNAT qui a débuté en janvier 2020 pour 48 mois étudie comment les questions liées à l’environnement et aux animaux sont portées devant les tribunaux ; comment, dans les procès, la nature est traitée par les avocats, les juges, les activistes, ou l’Etat ; comment elle est « judiciarisée » et « gouvernée » par la loi et les procédures judiciaires dans différents pays ; et sous quelles formes le débat général sur les droits de la nature et des animaux est concrètement mis en œuvre à travers différents cas. Ces questions touchent à d’importants enjeux intellectuels et politiques, et le projet se fonde sur l’hypothèse que l’étude de cas judiciaires, dans toute leur complexité, fournit une prise originale et pertinente pour saisir comment les relations entre les humains et les animaux ou l’environnement sont modelées – ou non – par l’action juridique.

Le projet réunit des anthropologues et des juristes qui travaillent dans différents contextes nationaux : Amérique latine (Colombie en particulier), Europe (Italie), Asie (Inde, Népal, Sri Lanka, Chine), Etats-Unis, Nouvelle Zélande…

Les candidatures dans le cadre du projet ANR RULNAT sont ouvertes jusqu’au 30 mars 2020 minuit (heure de Paris). 

Pour toute question relative à la candidature et au projet, merci de contacter sandrine.revet@sciencespo.fr

Téléchargez l'appel complet (PDF)

Tags :

C’est l'histoire d'un poème de Kipling

Pierre Assouline présente "Tu seras un homme mon fils". Échange modéré par Pap Ndiaye, mardi 25 février de 17h à 18h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Dans le cadre du Centre d’écriture et de rhétorique de Sciences Po,

une rencontre exceptionnelle avec Pierre Assouline, de l’Académie Goncourt, à l’occasion de la parution de son nouveau roman « Tu seras un homme, mon fils » (Editions Gallimard, janvier 2020).

Pierre Assouline nous plonge dans la vie intime de Rudyard Kipling pour faire la lumière sur un drame qui changea à jamais le cours de l’existence d’un des auteurs les plus lus au monde.

L’échange sera modéré par Pap Ndiaye, professeur du département d’histoire de Sciences Po.

Pierre Assouline est journaliste et écrivain. Il a publié de nombreuses biographies sur des figures aussi passionnantes et diverses que Simenon, Camondo ou Cartier-Bresson. Il est l’auteur de onze romans parmi lesquels LutetiaSigmaringen et dernièrement Retour à Séfarad.

Lieu : Amphithéâtre Simone Veil - 28 rue des Saints-Pères - 75007 Paris

Pour en savoir plus sur « Tu seras un homme, mon fils » de Pierre Assouline

Une séance de dédicaces sera proposée par la librairie de Sciences Po à l’issue de la rencontre.

 

=> Je m'inscris (Sciences Po) 
=> Je m'inscris (Externe)

 

 

Portrait de Pierre Assouline ©Francesca Mantovani. Editions Gallimard

Tags :

Connaissez-vous vos bibliothécaires référents ?

  • Vos référents à la bibliothèqueVos référents à la bibliothèque

 

Pour vous accompagner dans vos études et vos recherches, les bibliothécaires référents recensent sur des guides thématiques de nombreuses informations utiles par discipline :
 
Droit : Pierre Grivaz - Email : pierre.grivaz@sciencespo.fr - ou par téléphone : 01 45 49 56 48
Économie : Claire Dive - Email : claire.dive@sciencespo.fr - Tél : 01 45 49 56 77
Histoire : Muriel Dennefeld - Email : muriel.dennefeld@sciencespo.fr - Tél : 01 45 49 51 78
Science politique : Michaël Goudoux - Email : michael.goudoux@sciencespo.fr - Tél : 01 45 49 56 86
Sociologie : Natalia La Valle Torres - Email : natalia.lavalletorres@sciencespo.fr
 
Actualités, ressources pertinentes, nouvelles acquisitions, trucs et astuces... Ces guides sont complémentaires au site web de la bibliothèque de Sciences Po.
 
Permanences : Les bibliothécaires référents organisent également chaque semaine des permanences à la bibliothèque de recherche (199, boulevard Saint-Germain - 1er étage)
  • Economie : les mercredis de 11h à 12h30, permanence assurée par Claire Dive
  • Histoire : les mercredis de 13h30 à 15h30, permanence assurée par Muriel Dennefeld
  • Science politique : les lundis, mardis et vendredis de 13h30 à 18h, permanences assurées par Michaël Goudoux

Étudiantes et étudiants de l'École doctorale, enseignantes et enseignants, chercheurs et chercheuses de Sciences Po, n’hésitez pas à venir les rencontrer et à poser toutes vos questions… (sans rendez-vous).

Tags :

Samuel B.H. Faure

reçoit le prix Pierre Hassner de l'Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

pour son article co-écrit avec Thibault Joltreau et Andy Smith « Qui gouverne les grandes entreprises de la défense ? Contribution sociologique à l'étude des capitalismes en France et au Royaume-Uni » publié dans la Revue internationale de politique comparée (RIPC).

Nous lui adressons toutes nos félicitations.

Samuel B.H. Faure, docteur en science politique, mention relations internationales, a soutenu sa thèse en 2016 «Variétés de la décision : le dilemme de la politique d'armement en Europe : le cas de la France de 1945 à nos jours», menée sous la direction Christian Lequesne, professeur à Sciences Po.

Il avait reçu en 2018 le prix de thèse Jean-Louis Quermonne et le prix scientifique de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).

Samuel est maître de conférences en science politique et directeur des relations internationales à Sciences Po Saint-Germain (Cergy Paris Université) et chercheur au sein du laboratoire Printemps (Université Paris-Saclay et CNRS). Il enseigne la politique de l'Union européenne et l’économie politique de la défense, objets d'étude de ses recherches.

______________________________________________

Le prix scientifique Pierre Hassner de L'Association pour les Études sur la Guerre et la Stratégie (AEGES) récompense des articles francophones publiés dans des revues scientifiques. Il est établi par l’association en hommage aux travaux de Pierre Hassner qui a développé et transmis à des générations d’étudiants une théorie des relations internationales fondée sur l’évolution des conflits, au prisme d'une approche philosophique.

En savoir plus

Rassemblement silencieux

sur le Parvis des droits de l’Homme, Esplanade du Trocadéro - Mardi 11 février de 12h30 à 13h30
  • Fariba Adelkhah et Roland MarchalFariba Adelkhah et Roland Marchal

Communiqué du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal, prisonniers scientifiques en Iran

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po et du CNRS, sont prisonniers scientifiques en Iran depuis le 5 juin 2019. Comme une quinzaine d’autres universitaires étrangers, ils sont sous le coup de chefs d’accusations politiques – atteintes à la sûreté de l’Etat, propagande contre le régime, espionnage – qui ne trompent personne, et pas même la justice iranienne puisqu’un tribunal a demandé la libération sous caution de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal, en décembre, et qu’un autre tribunal a levé l’accusation d’espionnage à l’encontre de Fariba Adelkhah, en janvier. Mais les Gardiens de la Révolution, qui sont les auteurs de ces arrestations arbitraires, ont toujours le dernier mot tant sur le fond que sur les modalités de la détention, dont les conditions sont très dures. Fariba Adelkhah, croyons-nous savoir, parle à ce propos d’un pouvoir qui ne dit pas son nom et que nul n’ose nommer, d’un «pouvoir à l’envers».

Partie prenante des institutions collégiales de décision – le Conseil de discernement de la raison d’Etat, le Haut Conseil de sécurité nationale – ce « pouvoir à l’envers » ne dépend constitutionnellement que du Guide de la Révolution. C’est donc à celui-ci que nous nous adresserons solennellement, ce mardi 11 février, date de la commémoration de la révolution de 1979, à l’occasion d’un rassemblement, pour lui demander la libération inconditionnelle et immédiate de Fariba Adelkhah et Roland Marchal dont le seul tort est d’exercer leur métier en toute intégrité, en toute indépendance.

De sa prison Fariba Adelkhah a lancé un appel aux autorités iraniennes et, par delà, moyen-orientales : « Sauvez les chercheurs, sauvez la recherche pour sauver l’histoire ! ». Ce message s’adresse à chacun(e) de nous, dans le monde entier.

Pour porter cette demande, nous vous invitons à venir nombreux sur le parvis des droits de l’Homme, au Trocadéro, à Paris, mardi 11 février, de 12h30 à 13h30, et à rejoindre le rassemblement silencieux organisé par le Fonds d’analyse des sociétés politiques et le Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal.

L’artiste sénégalais Alioune Diagne dansera pour eux sur le parvis.

Contact : F&R Support Committee fariba.roland@gmail.com

Tags :

CONTRATS CIFRE

à la Ville de Paris - Appel à candidatures 2020
Date limite pour candidater : 10 mars 2020 à 17h
  • Contrats CIFRE Ville de ParisContrats CIFRE Ville de Paris

La Ville de Paris, dans le cadre du dispositif CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche), accueille au sein de ses services des doctorant.e.s dont le sujet de thèse porte sur les questions prioritaires de la municipalité. Un appel à candidatures est lancé pour le recrutement d’une promotion de 10 doctorant.e.s en janvier 2021. Déposez votre candidature avant le 10 mars 2020, 17 h !

Le dispositif des CIFRE, géré par l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) pour le compte du ministère chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est un dispositif d’aide à l’embauche permettant le recrutement de doctorant.e.s par des entreprises ou collectivités territoriales, durant la réalisation de leur thèse.

L'objectif de ce dispositif est double :

  • favoriser l'insertion professionnelle des doctorant.e.s en les plaçant en situation d'emploi,
  • encourager les projets de collaboration entre laboratoires de recherche et entreprises, ou collectivités.

La Ville de Paris a mis en place ses premiers contrats CIFRE en 2009. À ce jour, 56 doctorant.e.s ont été recruté.e.s dans ce cadre par la Ville de Paris.

Intégré.e.s dans un service municipal dont l’activité concerne directement leur sujet de recherche, ces jeunes chercheur.e.s bénéficient d’un point de vue unique sur les activités d’une grande collectivité territoriale. En retour, leurs travaux de recherche dotent la Ville d’une force de réflexion et d’analyse sur le développement de ses politiques publiques.

Déposer sa candidature

Les candidatures doivent être déposées par les étudiant.e.s via la plateforme dédiée avant le 10 mars 2020 à 17h.
Le dépôt des projets est entièrement dématérialisé. Il nécessite l'utilisation ou la création de votre compte Mon Paris. Cliquez ici pour accéder au formulaire sur la plateforme Mon Paris.

En savoir plus

Tags :

Réunion d'information sur la PrépaConcours

mercredi 12 février à 19 h 15

Une réunion d'information sur la PrépaConcours se tiendra le mercredi 12 février à 19 h 15 en amphithéâtre Leroy-Beaulieu-Sorel, animée par M. Baptiste Ledan, responsable de la PrépaConcours.

Elle est ouverte à tous les étudiants de M1, M2 (ou en césure) et tous les doctorants qui pourraient être intéressés pour intégrer la PrépaConcours à la rentrée de septembre 2020.

Voir la vidéo : 

Vous inscrire

Tags :
Retour en haut de page