The Unholy Trinity: How State, Religion, and Employers Shape Pious Women's Employment

Michal Frenkel, The Hebrew University - 20/05/22
Séance de l'axe Travail, Emploi et Profession
  • ©shutterstock-PUWADON SANG©shutterstock-PUWADON SANG

Séance organisée par l'axe Travail, Emploi et Profession le 20 mai de 10h à 12h

Présentation de Prof. Michal Frenkel, The Hebrew University of Jerusalem's Department of Sociology and Anthropology :
The Unholy Trinity: How State, Religion, and Employers Shape Pious Women's Employment.

Résumé :

Can secular states and employers integrate devotee women from conservative communities in modern organizations without jeopardizing their religious identity? With the growing presence of ultra-disciplinary and gender-conservative religions in the postindustrial society, the mission of integrating devotee women from these groups into high-quality employment is becoming both more urgent and more complicated. Claiming to represent God’s will in imposing a gendered division of labor, conservative denominations of Christianity, Islam, and Judaism equip their female members with sets of values and norms standing at odds with the requirements of most modern organizations.

Against religious leaders’ claims, historical studies demonstrate that these norms were often constructed and reconstructed in broader sociopolitical and economic contexts and are therefore more dynamic and negotiable than they are usually percived. In this paper, I draw on the case of Ultraorthodox women’s integration into the Israeli labor market to develop a theoretical approach to the study of gender-religiosity intersectionality. I first look into how modern states, employers, and institutionalized religions construct the matrix of domination that structures devotee women’s marginalization in the labor market. Then, I consider how the same matrix also offers women a ground for an agency that allows them to rise through the ranks while maintaining their religious identities and legitimate places in their communities.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

Travail et capitalisme : entre individus et collectifs

Participez au prochain "Rendez-vous de la Recherche" 30 mai 2022
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le monde du travail a profondément évolué. Les individus doivent désormais "co-construire" leurs conditions de travail. Il leur faut apprendre à s'auto-manager - d’où les coachs. Ils doivent aussi être heureux - d'où les Chief happiness officers. Autre évolution s’inspirant d’une philosophie similaire : l’appréhension, y compris juridique, du dialogue social comme un instrument de conciliation apaisée. Or, ces nouvelles pratiques ont des conséquences, tant psychologiques que productives ; tant individuelles que collectives et le conflit reste sans doute un élément consubstantiel au dialogue social.


Pour en débattre, la direction scientifique de Sciences Po avec l'appui de Henri Bergeron et Gwenaële Rot du CSO réunit six spécialistes, chercheurs et experts, autour de deux tables rondes, qui seront suivies d’échanges avec le public.

 

17h-18h - Responsables du et au travail ?

avec

  • Henri Bergeron, directeur de recherche CNRS au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po, directeur du Master "Organisations et Management des Ressources Humaines"
  • David Muhlmann, docteur en sociologie des organisations, Senior expert chez McKinsey, psychanalyste. Auteur du Capitalisme et colonisation mentale (Presses universitaires de France, 2021).
  • Scarlett Salman, maîtresse de conférences en sociologie à l'Université Gustave Eiffel, chercheuse au Lisis, auteure d'Aux bons soins du capitalisme (Presses de Sciences Po, 2021).


18h-19h - Quel renouveau du dialogue social ?

avec

  • Élodie Béthoux, professeur de sociologie à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, , chercheuse au Laboratoire "Professions, Institutions, Temporalités" et directrice-adjointe "Formation" de la Graduate School Sociologie et Science Politique - Université Paris-Saclay
  • Hadrien Clouet, chercheur postdoctoral au laboratoire "Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir" (université de Toulouse – Jean Jaurès) et chercheur associé au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po
  • Jérôme Pelisse, professeur des universités, chercheur au Centre de sociologie des organisations de Sciences Po

Amphithéâtre Chapsal - 27 rue Saint-Guillaume - 75007 Paris

Inscription pour les internes à Sciences Po

Inscription pour les externes à Sciences Po

Veuillez vous munir de votre invitation

Recrutement : contrat doctoral Cifre de trois ans sur l’histoire de la direction de la Sécurité sociale

Envoi du dossier avant le 16 mai 2022
  • ©shutterstock-Imilian©shutterstock-Imilian

Appel à candidatures – Un contrat doctoral Cifre de trois ans sur l’histoire de la direction de la Sécurité sociale

Le Centre de sociologie des organisations recrute un.e doctorant.e pour la réalisation d’une thèse sur l’histoire de la direction de la Sécurité sociale. La thèse sera financée, via une convention Cifre, par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale. La candidate ou le candidat devra disposer d’un master 2 recherche en histoire, en sociologie ou en science politique. Il ou elle devra être familier.e avec le travail sur archives et sur entretiens. La thèse sera dirigée par Marie-Emmanuelle Chessel et Jérôme Aust.

Un descriptif du projet de thèse et des détails pour candidater figurent ci-dessous.

Appel à candidatures – Sociologie historique de la direction de la Sécurité sociale

Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale et le Centre de sociologie des organisations (CSO) proposent de lancer à Sciences Po une thèse, financée par le biais d’une convention Cifre, sur l’histoire de la direction de la Sécurité sociale (DSS). Cette direction, qui succède à la direction des assurances sociales en 1945, dispose d’une stabilité au sein des services de l’État qui en font l’un des acteurs administratifs essentiels de la définition et de la mise en œuvre des politiques de protection sociale.

La thèse aura pour but d’étudier l’exercice des missions assignées à la direction, leurs changements dans le temps, l’influence qui est la sienne.

La direction de la Sécurité sociale participe à la définition et à la mise en œuvre des politiques de protection sociale par les propositions de réformes qu’elle élabore et ensuite par la mise en œuvre juridique des décisions politiques. Son champ de compétences s’étend à l’ensemble des branches de la protection sociale (assurance maladie, accidents du travail et maladies professionnelles, retraite, famille). Elle prépare également les textes relatifs à l’organisation et au contrôle des protections complémentaires (mutualité, régimes complémentaires de retraite et de prévoyance). Elle a en outre la charge d’assurer le financement de la protection sociale de base par la préparation des lois de financement de la Sécurité sociale et d’en fixer les règles de gouvernance au moyen des conventions d’objectifs et de gestion. Elle est également en charge des négociations des conventions internationales de Sécurité sociale et du suivi à Bruxelles des règlements européens de Sécurité sociale. Pour l’accomplissement de ses missions, la DSS travaille avec la direction du Budget, mais aussi avec les autres directions du ministère de la Santé et avec les organismes de protection sociale, nationaux ou locaux, de base ou complémentaires.

L’évolution du rôle historique de la DSS dans le gouvernement des politiques de protection sociale pourra constituer un premier questionnement de la thèse. L’ampleur et l’évolution de ses missions ont conduit à une diversification des profils de ses agents qu’il conviendra également d’analyser. Les temporalités explorées restent à préciser, mais des réformes propres à la Sécurité sociale pourront faire l’objet d’investigations approfondies.

Cette thèse s’appuiera sur un ensemble de sources écrites et orales, en partie déjà identifiées, qu’il conviendra d’articuler. Le projet définitif de thèse sera préparé par le ou la candidate qui sera inscrit-e en sociologie à Sciences Po et préparera le dossier de convention Cifre, avec l’aide scientifique et administrative de l’équipe du CSO. 

Le contrat doctoral offert court à partir de l’acceptation du projet par l’Agence Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT), idéalement avant la fin de l’année 2022. Le projet devra être formalisé et déposé par le ou la candidate, sous la responsabilité des directeurs. La thèse sera réalisée à l’école doctorale de Sciences Po et au CSO. Aucun autre travail n’est attendu par le Comité d’histoire que la réalisation de la thèse. 

Le salaire est de 1957 € brut. Le poste est à temps plein.

En plus de cette rémunération, et en fonction des besoins et des compétences du/de la doctorant(e), des charges de cours rémunérées pourraient être proposées. 

Cette thèse sera menée à bien par un ou une doctorant.e avec un profil d’historien.ne ayant aussi une formation de sciences sociales, ou bien un profil de sociologue ou de politiste ayant déjà travaillé sur archives. Le ou la candidate devra avoir une réelle autonomie de travail, le sens de l’initiative et une aptitude au travail collectif. Il ou elle sera dirigé.e, au CSO, par Marie-Emmanuelle Chessel et Jérôme Aust.

Procédure

1/ Envoi du dossier avant le 16 mai 2022 à : jerome.aust@sciencespo.fr

Le dossier doit comprendre :

- Un CV

- une lettre de motivation en une à deux pages ;

- un projet de recherche en deux à trois pages avec des pistes de recherche (indications sur le positionnement par rapport aux travaux existants, sur les questions potentielles, et sur les sources envisagées) ;

- pour les candidat.e.s en cours de M2 : le mémoire de M1 s’il existe + des éléments sur le mémoire en préparation (plan, introduction, chapitre rédigé…). Pour les candidat.e.s déjà titulaires d’un M2 (en 2021 ou 2020) : le mémoire du M2 soutenu (et s’il existe le rapport de soutenance). 

2/ Entretien oral mi-juin 2022.

L’entretien se tiendra devant au jury composé d’au moins deux personnes, dont Jérôme Aust et Marie-Emmanuelle Chessel.

 

Contact :

Jérôme Aust (jerome.aust@sciencespo.fr)

Marie-Emmanuelle Chessel (marieemmanuelle.chessel@sciencespo.fr)

Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale, mis en place en 1973, a notamment pour objet d’encourager l’étude et la recherche sur l’histoire de la protection sociale avant et après 1945 et de promouvoir la diffusion des travaux historiques. Il est assisté par un conseil scientifique. Ses moyens d’action sont la publication d’ouvrages, l’organisation de colloques, l’attribution d’aides financières, de prix de thèses et de rapports de masters. Il publie chaque année une revue scientifique, la Revue d’histoire de la protection sociale. En 1974 a été créée une Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale qui apporte au comité les moyens financiers de son action. Cette organisation bicéphale très originale permettra la prise en charge financière, par le biais d’une convention Cifre, d’une thèse.

Unité mixte de recherche de Sciences Po et du CNRS, le Centre de sociologie des organisations (CSO) est un laboratoire qui, après avoir bâti sa réputation dans l’étude des organisations, a progressivement étendu ses domaines d’investigation et ses questions de recherche. Il est aujourd’hui un laboratoire en sciences sociales qui rassemble des sociologues, mais aussi des politistes et des historiens. Les approches théoriques et les méthodes mobilisées au CSO reflètent aujourd’hui cette diversité, propice au développement d’approches multidisciplinaires. Dans le cadre de son programme doctoral, le CSO offre aux doctorants un encadrement académique de haut niveau reposant sur leur forte intégration dans le laboratoire et de multiples dispositifs de formation scientifique. Ce programme doctoral est par ailleurs articulé avec la politique de l’École de la recherche de Sciences Po qui offre de nombreuses opportunités aux doctorants, notamment en matière d'internationalisation.

Tags :

Colloque ANR : Les Politiques Alimentaires en France

les 23-24 juin 2022 à Sciences Po - Inscription
  • Actualité CSOActualité CSO

L’alimentation cristallise de nombreux débats : gaspillage, prix des produits, rémunération des producteurs, effets sur la santé, le climat et la biodiversité, végétarisme, précarité… Souvent abordées par le prisme des politiques agricoles, les politiques alimentaires ont été peu analysées par les travaux des sciences sociales.

Issu d’un projet financé par l’Agence nationale de la recherche, le colloque POLAL examinera comment se constituent aujourd’hui les politiques alimentaires en France. Quels en sont les acteurs et les instruments ? Quels en sont les enjeux et comment sont-elles mises en débat ?

Le colloque questionnera les articulations entre interventions publiques et privées autour de l’alimentation. Il s’agit de comprendre comment l’Etat se saisit des enjeux d’alimentation, comment les acteurs publics parviennent à structurer un secteur fortement investi par les ONG et très largement pris en charge par les opérateurs économiques : agriculteurs, industriels, distributeurs. Symétriquement, le colloque abordera aussi le rôle et les rapports de ces acteurs privés dans la construction et la mise en œuvre des politiques alimentaires. Enfin, il analysera les politiques alimentaires à la lumière de crises majeures : celle de la pandémie de Covid-19 et celle du climat et de la biodiversité.

Ce colloque présentera les travaux de chercheurs et chercheuses menés principalement dans le cadre du projet POLAL. Il sera aussi l’occasion de discussions et d’échanges avec les acteurs des politiques alimentaires : élus, décideurs publics, acteurs économiques, experts, ONG. 

 

 
Programme du 23 et 24 juin 2022 [PDF- 123Ko] avec introduction par Mathias Vicherat, directeur de Sciences Po

Formulaire d'inscription

 

 

 Comité d’organisation :

Anne-Laure Beaussier, Pauline Barraud de Lagerie, Laure Bonnaud, Thomas Depecker, Marc-Olivier DéplaudeSophie Dubuisson-Quellier, Rémi Guillem, Nicolas Larchet, Etienne Nouguez,  Bastien Soutjis.

Parution : La société des organisations

Un travail collectif mené par 28 chercheurs et chercheuses du CSO
  • La société des organisationsLa société des organisations

Epistemic limitations of the algorithm for profiling the unemployed in Poland

Karolina Sztandar-Sztanderska (University of Warsaw)
Séminaire Numérisation du service public de l'emploi - 9/05/22
  • ©shutterstock-motioncenter©shutterstock-motioncenter

We are happy to invite you to the second session of the monthly seminar "Digitalization of Public Employment Service" with :

Karolina Sztandar-Sztanderska (University of Warsaw) :
"Sloppy statistics and black-boxing of algorithms. Epistemic limitations of the algorithm for profiling the unemployed in Poland".

Date and place of the seminar :

Monday 9th of May, 10-11.30 am Center for Sociology of Organization (or Online).

Please suscribe following this link to attend the seminar : 

https://docs.google.com/forms/d/1_bP7x6IoHzxYu1wa2bgoMY8YOZ7iFoZRQNKofFNhm8o/viewform?edit_requested=true

We will send the abstract of the communication, the zoom link and the room to the participants a few days before the event.

The organizers Hadrien Clouet, Jean-Marie Pillon & Alizée Delpierre

Parution : Des Lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publique

Daniel Benamouzig et Joan Cortinas Muñoz
  • Des Lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publiqueDes Lobbys au menu. Les entreprises agro-alimentaires contre la santé publique

Quels enseignements retenir pour les prochaines crises?

Analyse organisationnelle de la gestion de la crise du Covid-19 par Patrick Castel
Actes du séminaire 2021 du Haut Conseil de la Santé Publique
  • Actualité CSOActualité CSO

Séminaire doctoral du 29 avril 2022

Mesurer et construire l'excellence
Marte Mangset, chercheuse invitée au CSO et Associate Professor à OSLOMET
  • Actualité CSOActualité CSO

Présentation de Marte Mangset, chercheuse invitée au CSO et Associate Professor à OSLOMET :
Mesurer et construire l'excellence. Comment le processus de sélection pour des postes universitaires façonnent la qualité.

Résumé :

Les universités veulent recruter des universitaires excellents, mais comment l’excellence est-elle définie ?
Alors que de nombreuses études se concentrent sur les déviances du principe de mérite dans les processus de sélection académique, telles que le biais sur le genre ou l’ethnicité, cette étude porte sur la construction de la qualité académique dans un processus de sélection légitime.
A partir d’une étude de 48 processus de sélection dans trois universités norvégiennes, avec les documents associés, et 52 entretiens avec des membres des comités de sélection, nous analysons le processus de sélection étape par étape et aussi des différentes conceptions de la qualité académique. Les évaluateurs exposés au défi de comparer et de classer des formes de qualité incomparables ont de manière pagmatique recours à des instruments d’évaluation, et contribuent à une nouvelle construction de la qualité nettement plus étroite.

Cette présentation s’inscrit dans un cadre d’étude plus large sur la sélection dans le monde universitaire et l’espace pour le pluralisme cognitif en collaboration avec Julia Orupabo, Senior Research Fellow à Institute For Social Research.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

Séminaire doctoral du 15 avril 2022

Concrétiser « l’IA » : le rôle des consultants sur le marché de l’intelligence artificielle à destination des organisations
Louison Carroué, doctorant au CSO
  • ©shutterstock-hwanchul©shutterstock-hwanchul

Présentation de Louison Carroué, doctorant CSO : 
Concrétiser « l’IA » : le rôle des consultants sur le marché de l’intelligence artificielle à destination des organisations.

Résumé : 

La seconde moitié des années 2010 a été marquée par une inflation des promesses autour de l'intelligence artificielle. De nombreuses organisations étrangères à ce secteur communiquent sur le déploiement en leur sein d’outils dits "intelligents" : moteurs prédictifs, agents conversationnels, et autres "feuilles de route" sur l’IA foisonnent et sont les avatars de cette quête de modernité.

Le secteur du conseil s'est emparé de cet objet et propose aujourd'hui de nombreuses prestations dans ce domaine, comme l'identification de cas d’application de ces technologies chez ses clients ou encore la formalisation de "stratégies" autour de l'IA.

Que vend-on et que fait-on lorsque l'on propose du "conseil en IA" ? Cette recherche analyse le rôle des acteurs du conseil dans la production et la circulation d’une injonction de "se mettre à l’IA" et montre les opérations par lesquelles les consultants la concrétisent.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

Conflits d'intérêts et objectivité des savoirs médicaux

Boris Hauray, Iris/EHESS
Séance de l'axe Savoirs, Science et Expertise du 8 avril 2022
  • ©shutterstock-Create Jobs 51©shutterstock-Create Jobs 51

Séance organisée par l'axe Savoirs, Science et Expertise

Présentation de Boris Hauray, Iris/EHESS :
Conflits d'intérêts et objectivité des savoirs médicaux.

Résumé

Cette présentation analysera dans un premier temps les enjeux de la constitution du conflit d’intérêts en objet de recherche pour les sciences sociales. Dans un second temps, elle étudiera plus spécifiquement la manière dont les grandes revues médicales ont fait face à la mise en cause des conflits d’intérêts de leurs auteurs. Ce faisant, elle montrera qu’au cours des quatre dernières décennies, la question des conflits d’intérêt a été le support de trois problématisations distinctes de l’objectivité des savoirs médicaux.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

Martin Giraudeau : Soutenance d'Habilitation à Diriger des Recherches en sociologie

Scripted Enterprise : The Textual Foundation of the DuPont Corporation - 21/04/2022
  • Actualité CSOActualité CSO

Le 21 avril 2022, Martin Giraudeau a soutenu une Habilitation À Diriger Des Recherches en Sociologie intituléee:
SCRIPTED ENTERPRISE The Textual Foundation of the DuPont Corporation.

Jury

M. Patrick CASTEL,Directeur de recherche de la Fondation nationale des sciences politiques, Centre de sociologie des organisations, Sciences Po

M. Jonathan LEVYJames Westfall Thompson Professor of US History, Fundamentals, Social Thought, and the College, University of Chicago (rapporteur)

Mme Andrea MENNICKENAssociate Professor, Department of Accounting, London School of Economics and Political Science (rapporteur)

M. Alain POTTAGEProfesseur des universités, École de droit, Sciences Po (garant et rapporteur)

Mme Susan ZIEGERProfessor of English, University of California, Riverside (présidente)

RÉSUMÉ

This memoir is the draft manuscript of a book on the founding of the DuPont corporation in the first years of the nineteenth century. It is the monograph of a venture, which carefully follows the entrepreneurs, Pierre Samuel and Irénée Dupont de Nemours, from the inception of their idea to emigrate from France to the United States in 1797, to the start of operations of the gunpowder manufactory they eventually founded – an early industrial concern in America, established near Wilmington, Delaware, in 1804. As such, the book is a contribution to the history of business and capitalism, but it is also a contribution to the theory of entrepreneurship, and more broadly of action in society. Challenging the traditionally individual, cognitive, and creative accounts of enterprise, it argues that the entrepreneur is first and foremost a bureaucrat: forming the new firms is formalizing it by producing scripts, starting with the business plan. While previous scholarship has repeatedly insisted on the informality of enterprise, Scripted Enterprise empirically demonstrates that, for the entrepreneur, the form is the norm. Further, the book shows that the scripts of enterprise are themselves scripted: they are generic documents, which comply with certain templates and models. Even, and perhaps even more so, in contexts of so-called “freedom of enterprise,” enterprise is thus a regular, normalized, and collective activity, rather than the creative act of an imaginative individual.

The first analytic emphasis of the book is on enterprise as process. It is a study of the progressive drift of the project, from an agricultural to a commercial and, in the end, to an industrial undertaking. While Pierre Samuel Dupont initially planned, from Paris, the establishment of a rural colony, destined to eventually become a new city, perhaps even a new State in the Union, he revised his plan upon arrival in the US in January 1800, to pursue instead a project in transatlantic commerce. His youngest son Irénée finally proposed to rather establish a gunpowder manufactory, which eventually turned into the DuPont corporation that historians have analyzed the crucial role of in American capitalism over the two following centuries. This foundational drift resulted from the difficulties encountered by the Duponts in raising funds for their initial projects, and gives us insights into the entrepreneurial context of the time – that is, into the thinking of both entrepreneurs and investors, regarding which projects were most worthy of attention, and investment. In a period of intense land speculation and diplomatic tensions across the Atlantic, industrial undertakings, however novel and uncertain, could appear as safer bets.

The second analytic emphasis of the book is on enterprise as bureaucracy. It argues that the two Duponts engaged in “entrepreneurial work,” which was essentially paperwork. The drifting of enterprise went along with its drafting: the entrepreneurs prepared a long series of scripts, akin to today’s “business plans,” thanks to which they reflected on their respective projects, but also discussed and agreed with potential investors and other parties. A key issue was the credibility of these scripts, which the Duponts attempted to strengthen by gathering information in what I call “sidescripts,” from maps of the New World to published travel journals, from stories of prior, comparable ventures to accounts of competing companies. The two entrepreneurs however mobilized the information from these sidescripts in different ways. While Pierre Samuel used it to precisely locate his proposed colony, in a specific valley, and outline the concrete steps of its economic but also demographic, social, and political development over a decade, Irénée conducted accounting simulations on a profit and loss account to prove that the manufactory would be profitable, in a normal year of operations, whatever the price of gunpowder, of raw materials, etc. While the father put forth a destination for his venture, the younger Dupont abstracted his own so as to make its future appear knowable, as a set destiny. The differences between the two scripts are explained by the different credit positions of the two men, but also of the two projects. While Pierre Samuel was a well-known and connected figure proposing a familiar type of venture, Irénée was a young man without credit proposing an unusual industrial enterprise. He was therefore compelled to make stronger demonstrative efforts in his plans.

The third analytic emphasis of the book is on the generic forms of enterprise. At the time when the Duponts prepared their projects, a number of legal constraints on the formation of new companies had been abolished. The requirement to apply for a privilege, or patent, had disappeared, especially. Yet this did not mean that they were not subjected to any “service windows” that would allow the projects to go ahead. They needed to raise funds from investors. They also had to morally authorize themselves to carry out their ventures. Such project appraisals imposed a number of requirements on the plans: the scripts were themselves scripted. The book traces the different textual genres and argumentation techniques that the entrepreneurs drew on in textually designing their projects. Through a careful review of the two Duponts’ respective biographies, it shows that the father, who had previously owned a print shop and been a leading Physiocratic economist, borrowed from the genre of subscription prospectuses which was common in the printing industry, as well as on the rhetoric of contemporary political economy pamphlets, to make the case for his rural colony; while the son borrowed from the genre of engineering quotes, as well as from the emerging, quantified rhetoric of experimental reports, which he had become familiar with as the student of Antoine Laurent Lavoisier at the French State’s gunpowder works. Although they were writing side-byside, in the same moment, and for the same purpose of generating revenues for the family, the two men operated in different textual economies of credit.

Overall, the book is an effort towards the elaboration of a sociology of formalities. Drawing on the incredibly fine grain of the archival materials available on the Dupont case and on its economic, intellectual, social, and political contexts, it shows that most of the “thinking” of entrepreneurs can be explained empirically by their position at the intersection of wide variety of texts.

Contact : Martin Giraudeau

Bilan de l'activité de l'axe Droit, normes et régulations du CSO 2017-2021

  • Shutterstock-sdecoretShutterstock-sdecoret

L’axe Droit, normes et régulations du CSO existe depuis janvier 2017.

Animé par Jérôme Pélisse et Claire Lemercier (qui fait une pause en la matière en 2022), avec depuis 2020, Emilie Biland-Curinier, il regroupe activement une douzaine de membres du laboratoire, chercheur.ses, doctorant.es et postdoctorant.es, ainsi que quelques associés, anciens ou passés par le CSO.

Son activité est diverse depuis quatre ans, alternant séminaires où ont été présentés des thèses (enquêtes, articles ou chapitres de thèse), enquêtes de terrain de membres du laboratoire ou communications de collègues invités ; organisation de journées d’étude ou de colloques (sur « Les cultures juridiques et judiciaires », « L’Etat, le droit et le marché : la réforme du Code des marchés publics », « Se faire concurrence, de quel droit ? » ou « Droit et temporalités ») ; lectures de textes de sociologie du droit ; réflexion sur des outils bibliographiques ou méthodologiques.

En 2021, l’activité s’est concentrée sur l’organisation d’un colloque en avril, qui a donné lieu à un projet de dossier soumis à une revue en fin d’année. Plusieurs projets ont été également été déposés durant cette année, ouvrant à des travaux empiriques qui sont au cœur de l’axe : projets INJUVID : Injustices, conflictualités et expériences du droit en urgence sanitaire" (financé par l’ANR) ; TAXLAW : The Authority of Expertise in Professional Tax Law Practice (financé par le Research Council norvégien) ; AVOCONSEILS. Le rôle des avocats aux conseils (financé par l’ANR) ; Legalization of Organizations (Fonds France-Berkeley) ; postdoctorat sur les Data Protection Officers ; thèse sur les causes lawyers environnementaux et les procès pour la justice climatique ; thèse sur la mondialisation des politiques d’entreprise liées aux droits des personnes LGBT ; etc.

Pour l’année 2022, l’axe a vocation à accueillir des discussions autour de ces projets et d’autres actuellement en cours au laboratoire, en lien avec des thèses, des projets de recherche et d’autres axes, par exemples autour des relations entre science et droit, des questions de régulations des marchés et des organisations, des transformations de l’Etat et de l’économie public-privé, des professions ou des intermédiaires du droit.

Pour rappel, les années précédentes :

En 2017 :

Fondation de l’axe en janvier, construction d’une bibliographie dans Zotéro (mis en sommeil ensuite), d’un guide des ressources juridiques (Anna Egea

Journées d’étude « Cultures juridiques et judiciaires : étude de la circulation de modèles juridiques » (9 novembre), base d’un dossier paru dans Droit et société en 2020 

En 2018 :

Séminaires internes de présentation de thèse (Charles Reveillere, Amélie Marissal)

Séminaires de présentation d’enquête (Sebastian Billows, Gulserien Kozak-Isik, R. Juston & J. Pélisse)

Séminaire autour de Malcolm Feeley (Berkeley)

En 2019 :

Séminaire interne de présentation de thèse (Isaac Lambert, février)

Séminaire « L’État, le droit et le marché. Les enjeux de la réforme du code des marchés publics », organisé par Alina Surubara, Thomas Derichaux (Univ Bordeaux) et Jérôme Pélisse, mai

Séminaire de lecture (Abel, Felstiner et Sarat, « Naming, blaming, claiming » (1980) et Albiston, Edelman et Miligan, « The Dispute Tree and the Legal Forest » (2014), juillet)

Séminaire autour de Calvin Morill (Berkeley)

Un séminaire de présentation d’enquête (Emmanuelle Marchal) et de méthode (travailler à partir de dossiers et décisions judiciaires, par C. Lemercier et E. Biland-Curinier, octobre)

En 2020 :

Journée d’étude « Se faire concurrence, de quel droit ? » organisé par Hughes Bonnefon, Isaac Lambert et Jérôme Pélisse, janvier

Séminaire autour de Michal W. McCann (University of Washington), mars

Séminaire sur « Deux professions pour un Etat régulateur : avocats et économistes de la concurrence au travail », article de Sebastian Billows et Lola Avril (juin)

Séminaire interne de présentation de thèse de Nathan Rivet et Charles Reveillere (octobre)

Séminaire doctoral autour du dossier Legal Intermediation (Sebastian Billows, Lisa Buchter et Jérôme Pélisse)

En 2021 :

Colloque Droit et temporalités, organisé par Charles Reveillere, Lus Prauthois et Jérôme Pélisse (avril)

Deux séances du séminaire doctoral :
Julien Larrègue (Les usages profanes de la biologie par les acteurs du monde judiciaire, avril) et Corentin Durand (Incorporer le droit. Les ruses de la discipline pénitentiaire, sept.)

En 2022 : 

Deux séances du séminaire doctoral du vendredi matin : Cécile Vigour (février) ; Lus Prauthois (mars)

Séminaire interne sur les Data Protection Officers (Kevin Mellet et Alexis Louvion), (1er avril) 

Séminaire de lecture de textes classiques de sociologie du droit, 30 mai 2022

Workshop du projet INJUVID (21 juin 2022)

Séminaire Tax Law (28 juin 2022)

Contacts :

Emilie Biland-Curinier, Professeure des universités à Sciences Po [emilie.bilandcurinier@sciencespo.fr]

Jérôme Pélisse, Professeur des universités à Sciences Po [jerome.pelisse@sciencespo.fr]

 

Tags :

Replay de la conférence : Le Grand Défi Ecologique

pour les 30 ans de l'Ademe avec Sophie Dubuisson-Quellier
  • Le Grand Défi Ecologique - ADEMELe Grand Défi Ecologique - ADEME
Tags :

More Than Euros: Exploring the Construction of Project Grants as Prizes and Consolations

Peter Edlund, Université d'Uppsala
Séminaire "Enseignement supérieur et recherche" - 5 avril 2022
  • ERC European Research CouncilERC European Research Council

La prochaine séance du séminaire "Enseignement supérieur et recherche" est programmée le 5 avril de 12h30 à 14h, à la fois en présentiel, sur le campus de Sciences Po, 1 place Saint-Thomas d'Aquin 75007, en salle K.027 et en distanciel.

Peter Edlund, chercheur postdoctorant au département des études commerciales de l'université d'Uppsala et actuellement en visitng au CSO, présentera une communication intitulée :

More Than Euros: Exploring the Construction of Project Grants as Prizes and Consolations.

Summary :

The growth of project grants across Europe has implied that scientists experience considerable pressures to seek research funding. Such pressures suggest that scientists would devote most of their attention to the monetary amounts at play through various grants. But, while many scientists struggle to access funding, we also see indications that the allocation of certain grants invokes much more than issues reducible to pecuniary amounts. These indications highlight our need for new knowledge on the ways that scientists attribute meanings to funding and, in doing so, construct the status of grants. Through a comparative, interview-based study, I explore how early-career scientists in Sweden constructed the status of closely related and monetarily identical European Research Council (ERC) Starting Grants (StGs) and Swedish Research Council (SRC) Reserve Grants (RGs). My findings show that scientists ascribed their respective ERC and SRC grants with very different meanings, and that such meanings were specifically attributed on the basis of those evaluations through which StGs and RGs had been acquired. Both grants target top-graded proposals in Europe-level ERC evaluations, but budgetary shortages entail that StGs are distributed to first-ranked applicants, while RGs are allocated to second-ranked applicants. These minimal distinctions did not hinder scientists from constructing ERC StGs as ‘prizes’ and SRC RGs as ‘consolations’ that, respectively, signified successes and failures in elite circles of academia. Such construction persevered even though StGs were perceived as administratively burdensome for research group leaders and economically troublesome for university departments.

Séminaire doctoral du 1er avril 2022

L'Etat, ses citoyens et leurs vaccins. Etude comparée des politiques de vaccination contre l’hépatite B et les papillomavirus
Cécile Lavier, doctorante au CSO
  • Shutterstock-Komsan LoonpromShutterstock-Komsan Loonprom

Présentation de Cécile Lavier, doctorante au CSO:
L'Etat, ses citoyens et leurs vaccins. Etude comparée des politiques de vaccination contre l’hépatite B et les papillomavirus.

Résumé

La pandémie de Covid-19 a remis au centre du débat public la politique vaccinale française. Source de nombreuses controverses sociales, scientifiques et politiques, la question de la vaccination met en jeu le rapport des citoyens aux institutions sanitaires et aux pouvoirs publics, et la capacité de l'Etat de mener à bien des politiques de santé publique de grande ampleur. 
Cette recherche vise à analyser dans une perspective socio-historique les trajectoires particulières des vaccinations contre l'hépatite B et les papillomavirus. A la croisée des sociologies de la santé, des sexualités et de l'action publique, elle s'intéresse aux acteurs qui se sont mobilisés pour l'élaboration et de la mise en œuvre de ces politiques, et aux évolutions de leur compréhension de ces enjeux. 

Ce séminaire qui se tient les vendredis de 10h à 12h est organisé à la fois en distanciel et en présentiel sur le campus de Sciences Po.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

Nouveau projet :

OrA-NEAT (Organization and Attitudes in Nursing homE Antibiotic sTewardship)
Coordination : Université de Lorraine et Henri Bergeron, Claire Bodelet, Patrick Castel, Renaud Crespin et Etienne Nouguez au CSO
  • Shutterstrock-perfectlabShutterstrock-perfectlab

Le projet OrA-NEAT (Organization and Attitudes in Nursing homE Antibiotic sTewardship) porte sur le développement et l'évaluation d’un programme personnalisable de bon usage des antibiotiques adapté aux besoins des EHPAD français à partir d’une évaluation globale des organisations et des perceptions des professionnels de santé. 

Géré par l'Université de Lorraine, il fait intervenir plusieurs partenaires dont le CSO sur une durée de 6 ans avec Henri Bergeron, Claire Bodelet, Patrick Castel, Renaud Crespin et Etienne Nouguez.

Résumé 

Malgré les preuves croissantes de leur efficacité en médecine animale et humaine, l’implantation des programmes de bon usage des antibiotiques (BUA) reste suboptimale. Les interventions de ces programmes visent à modifier les comportements de divers professionnels et des patients/usagers, comme la prescription d'antibiotiques (AB). Elles sont sujettes à des interactions avec le contexte, comme quand elles sont adaptées aux moyens de l’établissement dans lesquelles elles sont mises en oeuvre, modérant ainsi leur impact une fois transférées dans d’autres établissements disposant d’autres moyens. Elles nécessitent donc des méthodes de développement et d'évaluation particulières, et de porter une attention particulière au renforcement des capacités et au contexte dans lequel elles s'inscrivent. Jusqu'à présent, les études évaluant des programmes de BUA ont accordé peu d'attention à la théorie sous-jacente à leur développement et à leur déploiement. Alors que l'épidémiologie et l’infectiologie sont essentielles pour développer et évaluer de tels programmes, les sciences sociales sont particulièrement intéressantes pour démêler les facteurs socioculturels et psychologiques motivant l’usage d’AB, et pour développer des interventions visant à modifier les comportements.

Le projet OrA-NEAT qui propose une approche interdisciplinaire vise à :
(i) Comprendre les comportements des professionnels de santé qui conduisent à l'usage d’AB et leurs attitudes envers le BUA en EHPAD afin d'identifier les opportunités dans le champ ;
(ii) Développer un programme de BUA multi-composante, adaptable aux attitudes des professionnels de santé envers le BUA et au contexte de chaque EHPAD ;
(iii) Évaluer l'efficacité, la pérénnité, l’implantation et la transférabilité d'un tel programme dans l’ensemble des EHPAD français.

Séminaire doctoral du 25 mars 2022

L'égalité au prix de la différence. La reconnaissance partielle de l'homoparentalité par la justice en France de 2013 à 2021
Lus Prauthois, doctorante du CSO
  • ©shutterstock-Gutzemberg©shutterstock-Gutzemberg

Présentation de Lus Prauthois, doctorante au CSO : 
L'égalité au prix de la différence. La reconnaissance partielle de l'homoparentalité par la justice en France de 2013 à 2021.

Résumé 

La loi du "mariage pour tous" a ouvert le mariage et l'adoption aux couples de même sexe tout en continuant à marginaliser les minorités sexuelles. C'est ce paradoxe que la thèse de Lus Prauthois analyse à la lumière d'une enquête de terrain auprès de parents homo/bisexuels et de professionnel·les de la justice dans plusieurs juridictions française.

Ce séminaire qui se tient les vendredis de 10h à 12h est organisé à la fois en distanciel et en présentiel sur le campus de Sciences Po.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

Quelles appropriations syndicales par les travailleur.e.s du ‘bas de l’échelle' ?

Cristina Nizzoli (Ires)
Séminaire DomesticitéS du 22 mars 2022
  • ©shutterstock-Olga Besnard©shutterstock-Olga Besnard

La prochaine séance du séminaire DomesticitéS est fixée le mardi 22 mars de 10h à 13h, avec pour invitée Cristina Nizzoli (Ires) , pour une séance intitulée : 
Quelles appropriations syndicales par les travailleur.e.s du ‘bas de l’échelle' ? 

Cette année, l'objectif de ce séminaire est de questionner plus largement les enjeux sociaux, juridiques et politiques des emplois domestiques dans une perspective globale. 

La séance aura lieu en présentiel, au Centre de Sociologie des Organisations, 1 place Saint Thomas d’Aquin, 75007 Paris, dans la salle de réunion du laboratoire. Attention, pour les habitué·es, le CSO a déménagé, prenez bien note de cette nouvelle adresse ! Un plan d’accès se situe ici : https://www.sciencespo.fr/cso/fr/content/venir-au-cso.html

Voici le lien pour s’inscrire au séminaire : https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=3sTngckmMUWwdrcOLXWWbshTpqxDvidNi5kCuaOyMgNUN084TzZaRkI5SUNLUTAyWTMxMFdXWkxJQi4u 

Il y a une possibilité de suivre la séance à distance pour celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer -nous vous encourageons sinon fortement à venir sur place ! Merci de nous l’indiquer par retour de mail (alizee.delpierre[at]sciencespo.fr) afin que nous mettions en place la visio-conférence. 


Alizée Delpierre et Hélène Malarmey, les organisatrices 

L’entreprise : nouvelle frontière de la transition écologique. Les nouveaux visages de l’engagement citoyen

Avec Sophie Dubuisson-Quellier - En partenariat avec Sciences Po Alumni- 29 Mars 2022
  • ©shutterstock-klee048©shutterstock-klee048

Réformer les architectures territoriales en Europe et en France. Des politiques de rationalisation, à la croisée des influences européennes et des dynamiques politiques nationales

Patrick Le Lidec, CEE
Séance de l'axe Action publique et transformations de l'Etat - 18 mars 2022
  • Wikimedia Commons/M.Minderhoud, CC BY-SA 3.0 Wikimedia Commons/M.Minderhoud, CC BY-SA 3.0

La prochaine séance de l'axe Action publique et transformations de l'Etat est fixée le 18 mars 2022 dans laquelle intervient Patrick Le Lidec, Chargé de recherche CNRS et chercheur au Centre d’études européennes de Sciences Po.

Titre de son intervention :

Réformer les architectures territoriales en Europe et en France. Des politiques de rationalisation, à la croisée des influences européennes et des dynamiques politiques nationales.

Résumé :

Depuis une trentaine d’années, les politiques de réformes des architectures territoriales ont connu un renouveau très marqué dans les Etats européens. Ce regain a largement été porté par les gouvernements libéraux et relayé par différentes organisations supranationales et par la Commission européenne, qui ont érigé en norme les fusions, censées être gages d’économies budgétaires. La « rationalisation » par fusion a été très inégalement appropriée à l’échelle des Etats par les gouvernements d’Europe du nord et du sud, avant que la crise des dettes souveraines ne contribue à en faire un impératif auquel il est devenu difficile de se soustraire. En France, les gouvernements ont mené des politiques ambigües, contraintes au plan européen par une quête de crédibilité et sur la scène nationale par des contraintes constitutionnelles, parlementaires et partisanes qui ont relégué la recherche d’économies budgétaires à l’arrière-plan.

Ce séminaire qui se tient de 10h à 12h est organisé à la fois en distanciel et en présentiel, sur le campus de Sciences Po, 1 Place Saint-Thomas d'Aquin 75007, en salle K.011.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

Replay du webinar : L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19. Retours d’acteurs et d’actrices de l’ESR

  • Actualité CSOActualité CSO

La session sur les Retours d’acteurs et d’actrices de l’ESR, lors de la journée d'étude du 8 mars consacrée à L’enseignement supérieur et la recherche face au covid-19, est disponible sur Youtube Sciences Po

La discussion était animée par Anaïs Gérard, directrice de la rédaction Enseignement et Recherche d’AEF-Info avec pour invités :

- Anne-Sophie Barthez (DGESIP),

- Bernard Dizambourg (Consultant France Universités),

- Jacques Fayolle (Directeur de Télécom Saint-Etienne et Président de la CDEFI),

- Thomas Froehlicher (Directeur général de Rennes School of Business, représentant de la CGE),

- Guillaume Gellé (Président de l’URCA et Vice-Président de France Universités),

- Valérie Gibert (DGS de l’Unistra). 

 

En savoir plus

Lire le rapport de recherche financé par l'ANR (accessible sur ce lien -PDF - 4 Mo)

Gouverner les données dans l'organisation : quel(s) rôle(s) pour le DPO ?

Chaire Good In Tech - Séminaire du 24 mars 2022 animé par Kevin Mellet
  • ShutterstockShutterstock

La chaire Good In Tech vous invite à son séminaire intitulé 

Gouverner les données dans l'organisation : quel(s) rôle(s) pour le DPO ?

qui aura lieu le jeudi 24 mars de 17h00 à 18h30 (Séminaire en ligne)

Lien d'inscription

Descriptif de l'événement : 
Les Data Protection Officer (DPO), chargés de mettre en œuvre la conformité au RGPD au sein de l’organisme qui les a désignés, veillent à l’ensemble des traitements mis en œuvre par leur organisation. Chargés de nombreuses tâches, en lien avec leur mission principale consistant à veiller au respect des règles relatives à la protection des données, ils et elles sont assurément le visage de la gouvernance des données personnelles dans les organisations. 

Qui sont ces professionnels ? Comment construisent-ils leurs compétences, leur expertise et leur éthique professionnelle ? Quelle(s) formation(s) ont-ils suivie(s) et quelles sont les exigences du RGPD en matière de formation ? Comment, concrètement, exercent-ils leurs missions au quotidien ? Quel est leur positionnement au sein de l’organisation ? De quelle légitimité et de quelle autonomie disposent-ils, et à quelles résistances se confrontent-ils ?

C'est sous l'angle de la professionnalisation que ce webinaire entend apporter un éclairage sur ces questions, et interroger les conditions de mise en œuvre d'une gouvernance des données personnelles au sein des organisations. 

Ce webinaire sera l'occasion de présenter les premiers résultats d'une enquête sociologique effectuée par Alexis Louvion (avec le soutien de la chaire Good in Tech) auprès de DPO, pour comprendre les différents enjeux de leur professionnalisation. Se joindront à la discussion Paul Olivier Gibert, Président de l'AFCDP, principale association professionnelle du secteur, et Xavier Strubel, Professeur de droit du numérique, fondateur et directeur d'une formation spécialisée dans le management de la protection des données à l'Institut Mines-Télécom Business School.

Interventions 

  • Paul Olivier Gibert, président de l'Association Française des Correspondants à la Protection des Données (AFCDP)
  • Alexis Louvion, chercheur post-doctorant en sociologie, Chaire Good in Tech, Sciences Po (CSO) / Institut Mines-Télécom Business School (IMT-BS)
  • Xavier Strubel, Professeur, Fondateur et directeur du Mastère Spécialisé Data Protection Management (MS DPM), Institut Mines-Télécom Business School (IMT-BS)

L'animation de la table ronde sera assurée par Kevin Mellet, Assistant Professor de sociologie (Sciences Po)

Le Cycle webinar de recherche de Good In Tech est un ensemble de séminaires de recherche où des chercheurs présentent leurs travaux récents sur les axes de recherche de Good In Tech, à savoir l'innovation numérique responsable, le développement de technologies responsables et la gouvernance du numérique responsable.

Pour vous inscrire, rendez-vous sur notre page Good In Tech


L'équipe Good In Tech

Changer la société par la famille et par le droit ? Minorités sexuelles et de genre d'un continent à l'autre

Par Émilie Biland-Curinier
Axe Discriminations et politiques catégorielles du LIEPP - 23 mars 2022
  • Actualité CSOActualité CSO

L'axe Discriminations et politiques catégorielles du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire :

Changer la société par la famille et par le droit ? Minorités sexuelles et de genre d'un continent à l'autre.

Mercredi 23 mars 2022 16:00 - 17:30 En ligne

Inscription obligatoire 

Présentation :

Émilie Biland-Curinier, Sciences Po, CSO

La reconnaissance croissante des droits conjugaux et parentaux des minorités sexuelles et de genre constitue une dynamique majeure de changement social, à l'intersection de deux institutions conservatrices à bien des égards, le droit et la famille. Comment les personnes concernées, comment les juristes qui interviennent dans leur vie privée, appréhendent-elles et participent-elles à cette transformation de leur statut social, et plus largement des sociétés auxquelles elles appartiennent ?

Ce séminaire rendra compte d'une recherche en cours qui analyse les expériences des parents LGBT et des intermédiaires du droit, au Chili, en France et au Québec afin de prendre la mesure des conditions, de la portée et des limites du changement social par la famille et par le droit.

Discussion :

Laurence Brunet, Juriste, chercheuse associée à l'ISJPS, Université Paris 1/ CNRS, UMR 8103

Lancement du séminaire « Numérisation des services publics de l’emploi »

Self-Service in Action: Characteristics and Implications of Face-to-Screen Encounters in the Welfare State
By D. Böhringer from IAQ - march 14, 2022
  • ©shutterstock-insta_photos©shutterstock-insta_photos

Le séminaire propose de saisir les enjeux de la dématérialisation des services publics d’emploi. Il engage une double critique de l’équipement numérique du service public d’emploi : une critique externe, consacrée à l’articulation entre les logiciels et le recours à l’administration ou le marché de l’emploi, ainsi qu’une critique interne, consacrée aux effets sociaux propres des logiciels sur les rapports de force ou les interactions au sein du service public d’emploi.

SÉANCE

La première séance du séminaire est fixée le lundi 14 mars 2022 de 10h à 11h30, dans la salle de réunion du Centre de sociologie des organisations (1, place Saint Thomas, 75007 Paris).
Un plan des locaux est accessible ici.
  • Intervention de Daniela Böhringer, de l'IAQ (Institut sur le travail et les qualifications) à l'université de Duisburg, pour une présentation en anglais intitulée " Self-Service in Action: Characteristics and Implications of Face-to-Screen Encounters in the Welfare State ".
Le séminaire est à la fois en présentiel et via Zoom. Le lien d'inscription, que vous souhaitiez y assister en présentiel ou par voie numérique, est ici.

ORGANISATEURS : 

Hadrien Clouet, chercheur postdoctorant à l'IDHES (Paris Nanterre)
Alizée Delpierre, chercheuse postdoctorante au CSO (Sciences Po)
Jean-Marie Pillon, maître de conférence à l'Irisso (Paris Dauphine)

A lire : L’État en France et aux États-Unis : si loin, si proche

Par Nicolas Barreyre (EHESS) et Claire Lemercier
Parution dans COGITO, magazine de Sciences Po Recherche
  • United States Capitol – 1846 © Architect of the CapitolUnited States Capitol – 1846 © Architect of the Capitol

L’État en France et aux États-Unis : si loin, si proche

par Nicolas Barreyre, EHESS, et Claire Lemercier, Centre de sociologie des organisations.

Article paru dans COGITO, le magazine de Sciences Po

Opposer le mode de vie politique de la France à celui des États-Unis est un classique du débat politique français qui ne date pas d’hier : Alexis de Tocqueville (1805-1859) mettait déjà ce face-à-face au centre de son livre De la démocratie en Amérique. À ses yeux, la vitalité des associations et des assemblées communales aux États-Unis s’opposait à l’individualisme français, qui conduisait, de façon en apparence paradoxale, à l’étatisme.

Près de deux siècles plus tard, les États-Unis restent présentés comme un contre-modèle d’une France qui serait, depuis Napoléon voire Louis XIV, hyper centralisée et interventionniste, régentée par un État quadrillant le territoire avec des fonctionnaires contrôlant les entreprises et la société civile. Par contraste, les États-Unis seraient un pays emblématique du capitalisme dérégulé, de la vie associative et où règne une méfiance profondément ancrée envers toute administration centrale.
Les chercheurs et chercheuses en sciences sociales se sont réapproprié cette opposition, souvent présente dans les discours politiques, et en ont tiré des modèles nationaux, dans le but d’expliciter des trajectoires historiques différentes. Or, lorsqu’on essaie de reconstituer l’expérience de l’État vécue par les habitant·es de chaque pays à différents moments du passé, une telle opposition ne tient pas.

Ce n’est pas seulement que les choses sont plus nuancées. Il est bien évident que l’État central n’est pas totalement absent aux États-Unis et que devenir fonctionnaire n’est pas de toute éternité le rêve de chaque Français ! C’est surtout que l’approche en termes de modèles nationaux mène à une impasse historique. Dans notre article The Unexceptional State : Rethinking the State in the Nineteenth Century (The American Historical Review, 2021), fondé largement sur des historiographies en plein renouvèlement, nous explorons conjointement les cas français et étatsunien dans la première moitié du XIXe siècle. De cette étude, il ressort que, loin d’être opposés, ces modèles participaient au contraire à un répertoire commun de formes étatiques, caractérisant un moment historique particulier. Cette approche historicisante de l’État nous semble pouvoir aider à mieux comprendre les articulations d’aujourd’hui entre État central, collectivités locales, associations et entreprises.

Les États-Unis : un État si unique ?

Depuis une trentaine d’années, le milieu de la recherche étatsunien fait preuve d’un regain d’intérêt pour l’histoire de l’État aux États-Unis. Précédemment, le XIXe siècle était largement considéré comme une époque des tribunaux et des partis politiques. Les travaux récents ont montré l’importance de multiples formes d’action de l’État. Les États fédérés exerçaient des pouvoirs de « police » qui pouvaient aller jusqu’à prescrire des comportements moraux. L’État fédéral, via l’armée, orchestrait la violente conquête de l’Ouest, son exploration, sa mise en cartes et son aménagement ; et la poste, service public national, jouait un rôle économique, social et politique de premier plan. Mais, si l’État étatsunien d’avant 1860 était puissant et interventionniste dans certains domaines, il n’était pas bureaucratique. Ainsi, même ces recherches les plus récentes, qui réévaluent l’État étatsunien de manière assez drastique, continuent à le caractériser comme fondamentalement différent de l’État européen, et particulièrement français. Comme s’ils obéissaient à deux logiques bien distinctes. Nous avons repris la discussion, en nous demandant si, dans les pratiques, cela se vérifiait dans la première moitié du XIXe siècle. Notre entreprise, reposant sur les publications existantes des deux côtés de l’Atlantique, s’est avérée délicate car elle nécessitait de faire dialoguer des travaux qui, d’un pays à l’autre, ne posent pas les mêmes questions. Rapprocher ainsi les deux perspectives historiques sur la base d’interrogations communes est riche d’enseignements.

Des administrations qui travaillent avec les élites

United States Capitol – 1846 © Architect of the Capitol

Tout d’abord, nous discutons de l’opposition classique entre une France centralisée et des États-Unis fédéraux. La différence constitutionnelle ne fait pas de doute — les États fédérés avaient des pouvoirs que les départements français n’avaient ni ne revendiquaient — et les discours dominants divergeaient. Mais il est notable que les États-Unis avaient aussi, parmi leurs élites, des défenseurs d’un État central plus fort, alors que la France connaissait de forts courants décentralisateurs.
Surtout, en examinant les pratiques administratives sur le terrain, on se rend compte de réalités plus mixtes. En France, les discours insistant sur l’uniformité entre territoires n’empêchent pas de nombreuses exceptions (les colonies en particulier) et accommodements. La principale tâche des préfets, représentants du pouvoir central, est d’obtenir un consentement minimal des maires et autres notables afin de pouvoir appliquer les mesures décidées à Paris. Ils cherchent ainsi à savoir ce que pensaient ces élites, pour faire remonter cette information aux ministères, et négocient avec elles. Ce n’est pas si différent des discussions qui ont lieu aux États-Unis lorsque, par exemple, certaines communautés s’opposent pour des raisons religieuses à la règle générale selon laquelle le courrier est distribué tous les jours de la semaine. Cette autonomie locale dans les pratiques administratives est une pratique largement répandue dans les deux pays à cette période.

Une fonction publique réduite, aux frontières floues

Cette situation résulte d’un choix politique, mais aussi d’une contrainte : même les préfets français, souvent présentés comme l’incarnation de la bureaucratie centralisatrice, n’ont pas les moyens d’agir seuls. Imaginer une France couverte de fonctionnaires et ruisselante de dépenses publiques est anachronique. S’il est difficile de chiffrer ce point, nous avons tenté de l’estimer. Nos résultats montrent que, là où davantage de personnes sont payées par l’État en France qu’aux États-Unis, ce n’est pas l’effet d’une inflation de la paperasse dans les bureaux parisiens ni d’une intervention plus grande dans l’économie. Ainsi, jusqu’en 1905, une partie du salaire des prêtres catholiques, des pasteurs calvinistes et luthériens et des rabbins relève de la dépense publique, alors que rien de tel n’existe outre-Atlantique. Les employés des services fiscaux de l’État central sont nettement moins nombreux aux États-Unis, où la plupart des impôts sont prélevés par les États fédérés. Malgré tout, rapporté à la population de chaque pays, on remarque que le nombre de personnes qui travaillent pour l’État est approximativement proportionnel dans la plupart des secteurs où celui-ci intervient.
Ce que ces chiffres montrent surtout, c’est la faible part des fonctionnaires qui sont payés à temps plein par l’État et qui travaillent à Paris ou à Washington. Bien plus nombreuses sont les personnes qui travaillent pour l’État, mais hors des capitales ou, surtout, sans être salariées de l’État. Les statistiques qu’on peut compiler pour le milieu du XIXe siècle excluent le plus souvent les employés considérés comme subalternes, beaucoup n’étant pas payés du tout, ou bien étant payés sur le salaire de leur chef, ou encore par les usagers. En revanche elles incluent, voire mettent au centre du service de l’État les parlementaires, ou encore, en France, les juges non professionnels (juges de paix, prud’hommes, juges du commerce). Par ailleurs, même les fonctionnaires au sens plus étroit sont rarement recrutés sur concours ou soumis à des procédures d’avancement uniformes.
Ce qui relève ou non du service de l’État n’était donc pas délimité de la façon qui nous semble évidente, la frontière entre les définitions d’emplois publics et privés ne datant que du début du xxe siècle. Cela rend assez vaine la caractérisation d’un État comme fort ou faible par la mesure de dépenses ou d’effectifs. En revanche, ces formes d’organisation où nombre de fonctions publiques étaient remplies par des notables exerçant par ailleurs d’autres métiers (marchands, avocats, etc.) correspondaient à une manière de gouverner centrée sur la fabrique du consentement, notamment des élites locales.

Mieux décrire les imbrications entre public et privé

Caricature anglaise représentant un parlementaire britannique habillé comme un juge de paix français : un type de juge de proximité tout récemment créé (1798) © The Trustees of the British Museum, CC BY-NC-SA 4.0

Dès lors, pour le XIXe siècle, il est probablement vain de chercher à mesurer la taille de l’État, comme si c’était un objet distinct aux frontières bien définies. Au contraire, un grand nombre des activités de l’État se font dans une imbrication plus ou moins grande avec (des parties de) la société civile. Notre proposition est d’étudier les formes que prennent ces imbrications, et leurs effets historiques. Nous en proposons un premier inventaire de ces formes, que l’on retrouve dans les deux pays. Dans certains domaines, l’État confère une autorité exclusive à certains éléments de la société et s’interdit d’intervenir. C’est le cas de l’autorité que le chef de famille exerce sur sa femme, ses enfants, et, aux États-Unis et dans les colonies françaises, sur ses esclaves. Dans d’autres domaines, l’État reconnaît une capacité d’action sans supervision des collectifs, en échange d’engagements à agir dans l’intérêt général. C’est sous cette forme de corporation que des Églises et des Universités, notamment, ont acquis aux États-Unis l’autonomie prisée par Tocqueville. C’est moins possible en France avant 1870 pour des associations, à l’exception de certains groupements charitables ; mais les entreprises concessionnaires de services publics, par exemple de chemins de fer, bénéficient d’un statut voisin. Enfin, dans d’autres domaines encore, l’État met en place un organisme décrit comme public, mais dont les membres, plutôt que d’être fonctionnarisés, agissent comme experts à temps partiel, et le plus souvent de façon bénévole. La question centrale ici est moins la forme exacte de ces arrangements que le fait que l’État organise une collaboration, sur un domaine précis de l’autorité publique, avec des parties spécifiques de la société civile. C’est aussi l’État qui organise ces dernières, par des reconnaissances différenciées. La « société civile » n’étant pas d’un bloc, comprendre les formes d’action de l’État nécessite de comprendre ces hiérarchies.
Le propos n’est pas ici de dire que les pratiques de l’État étaient identiques des deux côtés de l’Atlantique, mais au contraire de comprendre que les différences, réelles, ne font pas système. Se concentrer sur les pratiques permet de faire émerger un répertoire partagé — et spécifique de la période — de manières d’organiser l’État. Les catégories habituelles d’État fort ou faible, fondées sur la notion de bureaucratie telle que définie par Max Weber au début du xxe siècle, sont peu pertinentes pour décrire ces répertoires plus anciens ; elles empêchent même de les voir.

Partir du fait que, de chaque côté de l’Atlantique, les États (pourtant postrévolutionnaires) sont moins bureaucratiques qu’il n’y paraît et travaillent avec les élites « privées » permet de mieux regarder, ensuite, comment ils le font. Ce travail de description précise est également porteur d’enseignements pour l’étude du présent. Aujourd’hui, les gouvernements revendiquent aussi un travail avec la société civile ou les entreprises. Mais ces partenariats public-privé prennent de formes très différentes, bien plus bureaucratiques et impliquant des flux d’argent plus important. Plutôt que de redécouvrir régulièrement que l’État moderne n’est pas toujours wébérien, ou d’opposer des modèles nationaux, il nous paraît utile de comparer systématiquement, dans le temps, les formes des frontières — toujours poreuses — de l’État.

Claire Lemercier, directrice de recherche CNRS au Centre de sociologies des organisations (CSO), consacre ses recherches à la sociologie et l’histoire des entreprises françaises et de leur dirigeant·es, notamment du point de vue de leurs rapports au droit et à l’État ; elle travaille également à une histoire de l'apprentissage en France aux xviiie et xixe siècles.

Nicolas Barreyre, maître de conférences à l’EHESS au Centre d’études nord-américaines (Mondes Américains) travaille sur l’économie politique étatsunienne et la construction de l’État au xixe siècle. Ses recherches en cours portent sur la dette publique et les transformations du capitalisme étatsunien.

Séminaire du département de sociologie de Sciences Po du 11 mars 2022

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche face à la crise sanitaire avec S. Mignot-Gérard, Ch. Musselin et A. Waltzing.
  • ©shutterstock-Spech©shutterstock-Spech

Séminaire du département de sociologie de Sciences Po du 11 mars 2022 DE 12h30 à 14h30 (avec un accueil dÈs 12h00)

Cette séance est organisée par le CSO.

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche face à la crise sanitaire.

Interventions de :
Stéphanie Mignot-Gérard, Maître de conférences à l'Institut de Recherche en Gestion, UPEC,
Christine Musselin, Directrice de recherche CNRS et sociologue au CSO,
Aline Waltzing, Post-doctorante au CSO. 

Résumé

Le 12 mars 2020, Emmanuel Macron annonce la fermeture des établissements d'enseignement supérieur à partir du 16 mars, puis quelques jours plus tard il décide d'un confinement de l'ensemble de la France à partir du 17 mars. Comment cette situation inédite a-t-elle été traversée par l'enseignement supérieur français ?
L'enquête menée dans quatre universités et une grande école avec les étudiants du master 1 de sociologie de Sciences Po et le suivi de différents réseaux et de réunions au ministère permettent de contribuer à la réflexion sur la gestion organisationnelle des crises à travers trois questionnements inédits : comment des organisations loosely coupled réagissent-elles aux crises ? Que montre la comparaison de la gestion de crise dans des organisations confrontées à la même crise au même moment ? Quelle est l'incidence de la crise sur le pilotage du secteur de l'enseignement supérieur ?

Organisation :

La séance se déroulera à la fois en distanciel et en présentiel, sur le campus de Sciences Po, salle K011, 1 Place Saint-Thomas d'Aquin 75007. 

L'inscription est obligatoire, des sandwichs seront proposés. Merci de vous inscrire avant le mardi 8 au soir.
Pour les utilisateurs de Zoom, le lien sera envoyé un jour avant.

Accès au formulaire d'inscription

 

Visiting : Peter Edlund-Uppsala University, Michal Frenkel-The Hebrew University of Jerusalem and Mike Zapp-University of Luxembourg

  • Peter Edlund, Michal Frenkel and Mike ZappPeter Edlund, Michal Frenkel and Mike Zapp

 Peter Edlund is a postdoctoral researcher at the Department of Business Studies at Uppsala University. He wrote his PhD thesis at Uppsala University, focusing on issues related to status, organization, and competition, employing an extensive qualitative dataset to analyze how the European Research Council’s (ERC) funding was constructed in Swedish science during the European Commission’s Seventh Framework
Program. After defending his thesis in 2018, he has developed it into a book that was recently released by Edward Elgar Publishing. To consult his Curriculum Vitae [PDF - 80 Ko].
He will be at the CSO for a research stay at the CSO during the spring of 2022, in order to collaborate with Christine Musselin and Jérôme Aust

 Michal Frenkel is an Associate Professor and the Chair of the Department of Sociology and Anthropology at the Hebrew University of Jerusalem. Her current work examines intersectionality of gender and religiosity in the contexts of the segregated ultra-Orthodox colleges and in the high- tech industry in Israel. She has published extensively on gender, race, nationality, and religiosity within and around organisations, on centre–periphery relations in organisation studies, international management, and on organisational space and aesthetics. Her articles have appeared in Academy of Management Review, Organization Science, Gender, Work & Organization, Organization Studies, Organization, and many others.
She is in visiting scholar at the CSO between mid-February and then end of May 2022. She will be able to engage with Professors
Emilie Biland-Curinier and Jérôme Pelisse.

Mike Zapp is a postdoctoral researcher at the Department of Social Sciences at the
University of Luxembourg (UL). He hold a PhD from the University of Koblenz-Landau (UKL) and a MA in Social Sciences from UKL and Paris Diderot. His researchs are on the global risk society and the role of international organizations as knowledge producers and risk managers. And He's working on changes in higher education (governance) for multiple years. In various publications, He has analyzed how universities are transforming themselves into strategic and increasingly social actors which (often awkwardly) simultaneously move at the local, national and global levels combining (equally awkwardly) humanistic, public–good and profit–oriented missions.
He will be at the CSO from february to the end of march 2022. He will deepen collaboration with Jérôme AustOlivier Borraz and Christine Musselin.

Tags :

Vidéo : Crise sanitaire : les causes d'une impréparation

par Olivier Borraz, directeur du CSO
Sur Youtube Sciences Po
  • Actualité CSOActualité CSO

Projet de recherche : AVOCONSEILS : Accès à la justice et défense devant les hautes cours. Le rôle des avocats aux conseils

Coordonné par Liora Israël et conduit par Claire Lemercier et Ana Maria Falconi au CSO
  • ©shutterstock-S. Bonaime©shutterstock-S. Bonaime

Ce projet, financé par l'Agence Nationale de la Recherche sur 3 ans, est coordonné par Liora Israël du Centre Maurice Halbwachs. 

Prévu pour se dérouler sur trois ans (octobre 2021-octobre 2024), il sera conduit également par Claire Lemercier, historienne de la justice et des marchés au CSO et Laure Blévis, maîtresse de conférences à l’Université Paris Nanterre (ISP), sociologue du droit et des migrations.
L'équipe bénéficiera de l'appui d'Ana Maria Falconi, recrutée comme ingénieure de recherche au CSO pour un an sur ce projet.

En savoir plus

Lire la fiche projet

Journée d’étude du 8 mars 2022 :

L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19
  • ©shutterstock-jaboo2foto©shutterstock-jaboo2foto

Journée d’étude - L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19

Mardi 8 mars 2022 sur le Campus Sciences Po,
salle K.011, 1 Place Saint-Thomas d’Aquin 75007 Paris

Les inscriptions sont closes. Néanmoins, vous pouvez suivre le webinar sur "Les retours d’acteurs et d’actrices de l’ESR" qui débute à 9h. Voici le lien zoom pour vous connecter: https://sciencespo.zoom.us/j/95375076190

Cette journée d’étude, organisée par l’équipe du projet de recherche ANR Covid-in-Uni, vise à faire un point, environ deux ans après le début de la crise sanitaire, sur des enquêtes menées depuis le premier confinement sur la manière dont l’ESR a affronté cette crise. Nous y réunirons quatre équipes de recherche afin de les faire dialoguer et de réfléchir ensemble aux conclusions à tirer de leurs travaux.
Avant cela, une prise de parole par plusieurs représentants d’institutions de l’ESR nous permettra de construire nos réflexions en lien avec leurs témoignages (cette session est également proposée en webinar. Cliquez sur ce lien pour en savoir plus)

En savoir plus

Lire le rapport de recherche financé par l'ANR (accessible sur ce lien -PDF - 4 Mo)

Webinar : L’enseignement supérieur et la recherche face au Covid-19

Retours d’acteurs et d’actrices de l’ESR
En direct le 8 mars de 9h à 10h
  • ©shutterstock-Drazen Zigic©shutterstock-Drazen Zigic

Lors de la journée d'étude du 8 mars consacrée à L’enseignement supérieur et la recherche face au covid-19, une session en directe est proposée sur les retours d’acteurs et d’actrices de l’ESR

La discussion est animée par Anaïs Gérard, directrice de la rédaction Enseignement et Recherche d’AEF-Info avec pour invités :

- Anne-Sophie Barthez (DGESIP),

- Bernard Dizambourg (Consultant France Universités),

- Jacques Fayolle (Directeur de Télécom Saint-Etienne et Président de la CDEFI),

- Thomas Froehlicher (Directeur général de Rennes School of Business, représentant de la CGE),

- Guillaume Gellé (Président de l’URCA et Vice-Président de France Universités),

- Valérie Gibert (DGS de l’Unistra). 

Rendez-vous le 8 mars de 9h à 10h sur le lien zoom suivant : https://sciencespo.zoom.us/j/95375076190

 
En savoir plus sur l'organisation de la journée d'étude

Voir le programme [PDF - 51 Ko]

Lien pour s'inscrire à l'événement et venir sur le campus

Les rapports des citoyens à la justice : expériences, représentations et réceptions

Cécile Vigour, Centre E. Durkheim - 18 février 2022
Séance de l'axe Droit, Normes et Régulations
  • ©shutterstock-Mike Fouque©shutterstock-Mike Fouque

La prochaine séance du séminaire est organisée par l'axe Droit, Normes et Régulations au cours de laquelle Cécile Vigour du Centre Emile Durkheim interviendra au nom du collectif qui inclue aussi B.Cappellina, L.Dumoulin et V.Gautron.

Titre de l'intervention
Les rapports des citoyens à la justice : expériences, représentations et réceptions.

Résumé

Qu’est-ce qui fonde la confiance dans la justice, son autorité, sa légitimité et celles des personnes qui l’exercent ? Qu’est-ce qu’une peine juste ? A quelle justice citoyennes et citoyens aspirent-ils ?

Dans une perspective de réception de l’action publique, l’ouvrage examine « par le bas » comment les citoyens français perçoivent l'action et les politiques de justice, et comment leurs représentations et expériences alimentent ou ébranlent la confiance qu'ils ont dans la justice, et affectent l'autorité et la légitimité de cette institution en tant qu'elle structure le pacte social.

A partir d’un protocole d’enquête mixte, cette recherche collective s’appuie sur des données recueillies lors de 17 entretiens collectifs et d’un questionnaire soumis auprès d’un échantillon aléatoire de 2 770 personnes représentatives de la population française (panel ELIPSS). Les focus groups permettent d’établir certaines des modalités d’élaboration et d’expression d’un jugement public sur la justice et plus largement sur le système judiciaire (qui inclut aussi la police), quand les réponses au questionnaire permettent de préciser les facteurs qui influencent les jugements portés sur le système judiciaire, et d’identifier des rapports au droit, à la justice et à la police contrastés, ainsi que des variables explicatives de ces derniers.

Quels enjeux dans la valorisation du travail domestique?

Florence Jany-Catrice (CLERSE)
Séminaire DomesticitéS - 15 février à 10h
  • ©shutterstock-Lako-Filimonov©shutterstock-Lako-Filimonov

Le séminaire DomesticitéS vous attend le mardi 15 février de 10h à 13h pour une séance avec Florence Jany-Catrice (CLERSE) autour de la question suivante : Quels enjeux dans la valorisation du travail domestique ?

L'objectif cette année est de questionner plus largement les enjeux sociaux, juridiques et politiques des emplois domestiques dans une perspective globale.

La séance aura lieu en présentiel, au Centre de Sociologie des Organisations, 1 place Saint Thomas d’Aquin, 75007 Paris, dans la salle de réunion du laboratoire.
Attention, pour les habitué·es, le CSO a déménagé, prenez bien note de cette nouvelle adresse !  Voir l'accès sur le campus.

Voici le lien pour s’inscrire au séminaire :
https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=3sTngckmMUWwdrcOLXWWbshTpqxDvidNi5kCuaOyMgNUMExaMTMyRUpETFMxOFAzSE1VS0FQMVRWNi4u

Il y a une possibilité de suivre la séance à distance pour celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer -nous vous encourageons sinon fortement à venir sur place. Merci de nous l’indiquer dans le formulaire ou retour de mail afin que nous mettions en place la visio-conférence.

Alizée Delpierre et Hélène Malarmey, les organisatrices

Replay : Quelle est la valeur de notre service public ?

Débat du 27 janvier 2022
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Autour de "La valeur du service public", Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier.

Ce livre raconte les services publics : ceux qui ont fait vivre des villages et ceux qui ont enrichi des entreprises, les guichets où on dit « non » et ceux qui donnent accès à des droits. Il combat les fausses évidences qui dévalorisent pour mieux détruire – les fonctionnaires trop nombreux, privilégiés, paresseux. Il mène l’enquête pour dévoiler les motifs des crimes et leurs modes opératoires, des projets de réforme à leurs applications.
On entre dans les Ehpad, aux côtés des résidents et du personnel soignant, on pousse la porte des urgences, on se glisse dans les files d’attente de la CAF ; on s’aventure dans les grandes écoles, on s’infiltre dans les clubs des élites, au gré de récits et d’images qui présentent les recherches universitaires les plus récentes.

A partir du haut, de gauche à droite : Catherine André, Claire Lemercier, André Laignel, Laure de la Bretèche, Christophe Delecourt, Willy Pelletier, Emilie Biland-Curinier et Emilien Ruiz.

Nos invités :

Émilie Biland-Curinier, professeure des universités à Sciences Po et affiliée au CSO,

Laure de la Bretèche, membre fondateur du think tank Sens du service public et ancienne secrétaire générale pour la modernisation de l’action publique (SGMAP),

Christophe Delecourt, secrétaire général de l'UFSE CGT,

André Laignel, premier vice-président délégué de l’Association des Maires de France, maire d’Issoudun, ancien ministre,

Émilien Ruiz, assistant professor à Sciences Po et affilié au Centre d'Histoire.

En présence des auteurs : 

Claire Lemercier, historienne et directrice de recherche CNRS au CSO et Willy Pelletier, sociologue et enseignant à l'Université de Picardie

Le débat est modéré par Catherine André, rédactrice en chef adjointe d'Alternatives Economiques.

Replay : Comment les établissements d'enseignement supérieur et de recherche ont-ils géré la crise du COVID ?

Débat du 10 février 2022
  • Actualité CSOActualité CSO

Comment les établissements d'enseignement supérieur et de recherche ont-ils géré la crise du COVID ? 

Le jeudi 10 février 2022 de 17h à 18h30 - Evènement en ligne

Autour de la publication du rapport de recherche financé par l'ANR (accessible sur ce lien -PDF - 4 Mo)

Accéder au replay (durée : 1:48)

La question de la gestion des crises – quelle que soit leur nature – par les universités est très peu étudiée. Il est apparu donc pertinent de s’y intéresser. 

Comment réagissent des organisations loosely coupled (la faible interdépendance fonctionnelle qui les caractérise) à une crise : sont-elles moins affectées ou plus réactives que des organisations au sein desquelles les interdépendances fonctionnelles ou technologiques sont plus fortes ? Les reconfigurations des rapports de force que soulignent nombre de travaux sur les crises (Bergeron et Borraz, à paraître) sont-elles moins fréquentes, moins fortes, moins intenses que dans d’autres organisations ? La gouvernance propre à chaque établissement est-elle modifiée et si oui dans quel sens ? Enfin, comment les universités arbitrent-elles entre sécurité sanitaire et continuité de leurs activités et stratégies de plus long terme ? Autrement dit, la crise les détourne-t-elle de leurs projets de développement ou de transformation ou bien ceux-ci sont-ils malgré tout poursuivis ?

Ce sont toutes ces questions auxquelles ont répondu nos invités.

Mathilda Bedin, Vice-Présidente Étudiante d'Université de Paris et Docteur en Sciences,

Simone Bonnafous, ancienne Rectrice déléguée pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation de la région académique Île-de-France,

Samuel Sponem, Professeur à HEC Montréal, 

Damien Verhaeghe, Directeur de cabinet du Président Aix-Marseille Université.

En présence des auteures : 

Stéphanie Mignot-Gérard, Maître de conférences à l'Institut de Recherche en Gestion, UPEC,
Christine Musselin, Directrice de recherche CNRS et sociologue au CSO,
Aline Waltzing, post-doctorante au CSO. 

Le débat est modéré par Catherine André, rédactrice en chef adjointe d'Alternatives Economiques.

De gauche à droite : Catherine André, Stéphanie Mignot-Gérard, Damien Verhaeghe, Aline Waltzing, Simone Bonnafous, Samuel Sponem, Christine Musselin et Mathilda Bedin.

 

Women in Corporate Networks (20th-21st Centuries)

By Stéphanie Ginalski University of Lausanne- Discussion by Pierre François
A joint MaxPo/CSO seminar - 11 February 2022
  • ©shutterstock-Flamingo Images©shutterstock-Flamingo Images
Friday, 11 February 2022 from 10:00-12:00 in room K.011 at 1 place Saint Thomas d'Aquin*. 

*There will also be a Zoom option to enable a hybrid seminar.

Stéphanie Ginalski, Institute of Political Studies, University of Lausanne

Discussion by: Pierre François, Centre de Sociologie des Organisations (CSO) and Dean of the School of Research, Sciences Po

Abstract: 

This presentation will introduce the project "Women in corporate networks", which gathers a group of scholars from different regions of the world to analyse women’s inclusion on corporate boards in a historical and comparative perspective. After a general introduction on the theoretical and methodological issues, I will present the empirical results for the Swiss case. The aim is to discuss the effect of the Swiss corporate network on the entry of women into the boardrooms, and the process of board feminisation across the past hundred years. The results show that during the 20th century, a dense corporate network and a strong class cohesion within the male economic elite made it very difficult for women to get on boards. The few female directors were first in family firms. Then, women active in politics and in the feminist movement entered the boardrooms of cooperatives in the distribution and retailing sector. Three main factors contributed then to the progressive increase in female directors. During the 1990’s, gender equality was seen as profitable for the firms because of the shortage of skilled labour. Increasing globalisation of the economy also contributed to weaken the cohesion of Swiss corporate elite, opening a breach for women and foreigners. Finally, the 2007-2008 financial crisis and the rise of a “transnational business feminism” contributed to make the concept of board diversity more popular. As we will see, however, this assertion of a board diversity must be tempered for several reasons.
Stéphanie Ginalski is a senior lecturer at the Institute of Political Studies, University of Lausanne, and a co-founder and member of the Swiss Elites Observatory (https://www.unil.ch/obelis). Her main research interests focus on business elite and the transformation of capitalism during the 20th century. She is currently co-leading a research project on local power structures and transnational connections of Swiss elites in a historical perspective (1890-2020), in which she investigates a new field of research on art societies (https://wp.unil.ch/sinergia-elites). 

Valerie Arnhold, docteure en sociologie

31 janvier 2022
  • Tsunami : 04/30/2011 Fukushima japan ©shutterstock-Fly_and_DiveTsunami : 04/30/2011 Fukushima japan ©shutterstock-Fly_and_Dive

 

Le 31 janvier 2022, Valerie Arnhold a soutenu une thèse de sociologie dont le titre  est  : Normaliser l’apocalypse : organisations et recompositions du secteur nucléaire  face aux accidents.

 


Membres du Jury :

Jenny ANDERSSON, 
Olivier BORRAZ (Directeur de recherche), 
Sylvain LAURENS,
Turo-Kimmo LEHTONEN,
Christine MUSSELIN,
Sezin TOPCU

Résumé

En partant de l’accident de Fukushima Dai-ichi en mars 2011, cette thèse interroge les manières dont le secteur nucléaire a pu surmonter cette catastrophe sans remise en cause majeure. Pour en rendre compte, la thèse retrace les modalités de prise en charge des accidents nucléaires par les agences de contrôle et de régulation depuis leur constitution en objet d’action publique à la suite de l’accident de Three Mile Island en 1979. Ce travail repose sur une étude du cas français, doublement élargie par l’étude d’espaces européens et internationaux de coopération autour des accidents, d’une part, et par la prise en compte du cas allemand comme contre-point, de l’autre. L’analyse s’appuie sur une enquête ethnographique multi-située, qui a permis d’observer le travail sur Fukushima au concret. Cette enquête a été complétée par un travail d’archives ainsi qu’une analyse des productions médiatiques.

La thèse montre comment la prise en charge des accidents enclenche un processus de normalisation au terme duquel les organisations nucléaires intègrent les accidents graves à leurs pratiques ordinaires, les transformant en événements surmontables et in fine acceptables, qui ne remettent plus en cause la continuité des politiques et des institutions du secteur nucléaire. L’étude des pratiques professionnelles des experts nucléaires et des relations entre les acteurs du secteur nucléaire éclairent les conditions de possibilité de ce processus. Premièrement, les experts de la sécurité nucléaire abordent les accidents nucléaires avant tout comme des enjeux de production de savoirs et d’écrits selon une logique qui écarte leurs effets matériels et évite la confrontation aux données empiriques, produisant ainsi une vision d’un horizon « apocalyptique » qui demeurerait contrôlable. Deuxièmement, la création d’organisations de contrôle et de régulation du secteur nucléaire a contribué, paradoxalement, à l’autonomisation du secteur à l’égard du pouvoir exécutif, afin d’empêcher un gouvernement à distance et d’éloigner des crises futures.

La thèse contribue à la sociologie de l’action publique, en étudiant les conditions d’autonomisation d’agences de régulation et de l’expertise vis-à-vis du politique. Elle contribue aux STS en soulignant les dimensions politiques du travail de maintenance et à la sociologie des organisations en montrant comment les organisations transforment les matérialités et temporalités des événements indésirables. Elle contribue à la compréhension des crises, en montrant comment les organisations inversent le sens des injonctions à « l’adaptation »: ce ne sont pas les organisations qui s’adaptent pour envisager réellement la survenue de catastrophes, mais les accidents qui sont abordés sous l’angle de ce que les organisations sont capables de gérer, déplaçant les mandats de protection des organisations publiques.

Séminaire doctoral du 4 février 2022

La propriété au travail : l'écriture scénaristique en actes
Maxime Besenval, doctorant au CSO
  • ©shutterstock-Gorodenkoff©shutterstock-Gorodenkoff

Présentation de Maxime Besenval, doctorant au CSO : 
La propriété au travail : l'écriture scénaristique en actes

Résumé :

L’écriture scénaristique est au cœur des bouleversements qui traversent l’industrie de la production audiovisuelle, entre reconfiguration du marché de la diffusion ; recomposition des critères d’évaluation des biens ; et transformation des temporalités et des modes d’organisation du travail. Dans ce contexte, les organisations professionnelles du secteur nourrissent de nombreux conflits autour des normes régulant le processus d’écriture. Le droit d’auteur (qui repose sur la mise en vente des droits d’exploitation du scénario), qui encadre historiquement cette activité, est lui-même mis en cause, et se voit opposer le contrat de louage d’ouvrage (en référence à l'article 1710 du code civil), qui déplacerait la rémunération vers l’acte de travail. 

Naviguant entre les sociologies du travail et de la marchandisation, les études des sciences et techniques, et l’anthropologie de l’écriture, cette recherche s’attache à appréhender les enjeux qui traversent l’écriture scénaristique, partant du suivi ethnographique du geste d’inscription et de la circulation de l’objet. Il s’agira de mettre en lumière le rôle joué par le scénario dans la coordination des collectifs productifs qui œuvrent à la création des séries télévisées, et ce que génère la contractualisation à partir d’un objet intermédiaire sur les régimes d’engagement dans le travail.

Ce séminaire qui se tient les vendredis de 10h à 12h est organisé à la fois en distanciel et en présentiel dans le respect des conditions sanitaires actuelles.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

Save the date :

Colloque ANR POLAL, les politiques alimentaires en France
23 et 24 juin 2022 à Sciences Po, Paris
  • POLAL, les politiques alimentaires en FrancePOLAL, les politiques alimentaires en France

Colloque ANR POLAL 

Les politiques alimentaires en France

23 et 24 juin 2022 à Sciences Po, Paris

L’alimentation cristallise de nombreux débats : gaspillage, prix des produits, rémunération des producteurs, effets sur la santé, le climat et la biodiversité, végétarisme, précarité… Souvent abordées par le prisme des politiques agricoles, les politiques alimentaires ont été peu analysées par les travaux des sciences sociales.

Issu d’un projet financé par l’Agence nationale de la recherche, le colloque POLAL examinera comment se constituent aujourd’hui les politiques alimentaires en France. Quels en sont les acteurs et les instruments ? Quels en sont les enjeux et comment sont-elles mises en débat ?

Le colloque questionnera les articulations entre interventions publiques et privées autour de l’alimentation. Il s’agit de comprendre comment l’Etat se saisit des enjeux d’alimentation, comment les acteurs publics parviennent à structurer un secteur fortement investi par les ONG et très largement pris en charge par les opérateurs économiques : agriculteurs, industriels, distributeurs. Symétriquement, le colloque abordera aussi le rôle et les rapports de ces acteurs privés dans la construction et la mise en œuvre des politiques alimentaires. Enfin, il analysera les politiques alimentaires à la lumière de crises majeures : celle de la pandémie de Covid-19 et celle du climat et de la biodiversité.

Ce colloque présentera les travaux de chercheurs et chercheuses menés principalement dans le cadre du projet POLAL. Il sera aussi l’occasion de discussions et d’échanges avec les acteurs des politiques alimentaires : élus, décideurs publics, acteurs économiques, experts, ONG. 

Comité d’organisation :
Anne-Laure Beaussier, Pauline Barraud de Lagerie, Laure Bonnaud, Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude, Sophie Dubuisson-Quellier, Rémi Guillem, Nicolas Larchet, Bastien Soutjis.

Programme et inscriptions à venir

Médaille d'honneur du CNRS décernée à Emmanuelle Marchal

  • Médaille d'honneur du CNRS - Emmanuelle MarchalMédaille d'honneur du CNRS - Emmanuelle Marchal

Emmanuelle Marchal s'est vue décerner la médaille d'honneur du CNRS pour l'ensemble de sa carrière. 

Emmanuelle Marchal a dirigé ses recherches vers l’analyse du fonctionnement du marché du travail en prenant pour point d’entrée la question du recrutement. Elle a développé de nombreux travaux sur la manière dont s’opèrent les mises en relation entre candidats et recruteurs, et sur la construction des jugements de compétences en mettant l’accent sur les incertitudes qui entourent les épreuves d’évaluation.

Ses travaux, tant quantitatifs que qualitatifs, s’inscrivent dans une double filiation : celle de l’économie des conventions avec laquelle elle a noué des liens étroits sous la forme de nombreuses collaborations, et celle de la sociologie économique des marchés. L’accent est mis, d’un côté, sur ce qui contribue à faire tenir le marché du travail et à l’équiper (le rôle des dispositifs et des intermédiaires), à fonder la confiance et à stabiliser les transactions, et de l’autre, sur ce qui contribuer à faire varier la valeur des candidats sur le marché. Emmanuelle Marchal adopte également un point de vue comparatif, mettant en évidence l’évolution des modes de recrutement, les spécificités françaises et la variabilité des pratiques selon les types d’entreprises, d’emplois et de candidats.

En savoir plus

Voir sa page

De l’indépendance à la dépendance des chauffeurs Uber : des salariés déguisés ?

Sophie Bernard, Dauphine et IRISSO - 28 janvier 2022
Séance de l'axe Gouvernance et organisations Economiques
  • ©shutterstock-TonelsonProductions©shutterstock-TonelsonProductions

Séance organisée par l'axe Gouvernance et organisations Economiques

Présentation de Sophie Bernard, Dauphine et IRISSO :

De l’indépendance à la dépendance des chauffeurs Uber : des salariés déguisés ?

Résumé :

Alors qu’ils sont entrés dans le métier pour accéder à l’indépendance, l’enquête menée auprès des chauffeurs Uber à Paris et Montréal démontre qu’ils ne disposent pas d’autant de liberté que ne le laisse supposer leur statut d’emploi. Leur travail est encadré par la plateforme par le biais d’un management algorithmique qui vise à contrôler et orienter leurs comportements à distance. Si les chauffeurs tâchent d’y résister, leurs tentatives sont mises à mal par leur dépendance économique à la plateforme. Celle-ci est en effet parvenue à se construire une position quasi-monopolistique sur le marché du transport de personnes. La situation de dépendance économique des chauffeurs à Uber induit dès lors leur subordination à la plateforme.

Ce séminaire qui se tient les vendredis de 10h à 12h est organisé à la fois en distanciel et en présentiel dans le respect des conditions sanitaires actuelles.

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

Séminaire doctoral du 21 janvier 2022

Apprendre le français pour (s')intégrer ? Les politiques de formation linguistique des migrant.es
Ulysse Bical, doctorant au CSO
  • ©shutterstock-Geiger©shutterstock-Geiger

Présentation de Ulysse Bical, doctorant au CSO :
Apprendre le français pour (s')intégrer ? Les politiques de formation linguistique des migrant.es.

Résumé :

L'apprentissage du français par les migrant.es est considéré unanimement comme preuve, et comme vecteur, de leur intégration. À ce titre, c'est l'objet de plusieurs politiques publiques qui d'une part conditionnent l'obtention de statuts administratifs à l'apprentissage de la langue - et d'autre part entendent développer et professionnaliser l'offre de formation gratuite.

Empruntant à la sociologie du travail, des mondes associatifs et de l'immigration, cette recherche vise à interroger le travail d'intégration réalisé dans les formations (tant par les formateur.ices que par les "apprenant.es") en entrant dans la salle de classe. Elle s'appuie sur une enquête ethnographique menée dans plusieurs associations et organismes de formation d'Île-de-France.

Ce séminaire qui se tient les vendredis de 10h à 12h est organisé actuellement en distanciel via zoom. 

Si vous souhaitez y assister, merci de contacter Samia Ben.

En savoir plus sur le programme doctoral

 

Quelles sont les conditions pour une lutte commune autour d’une délégation du travail plus juste ?

François-Xavier Devetter (CLERSE) et Julie Valentin (CES)
Séminaire DomesticitéS - 18 janvier à 10h
  • ©shutterstock-Rawpixel.com©shutterstock-Rawpixel.com

Le séminaire DomesticitéS, en pleine forme en ce début d’année, vous attend le mardi 18 janvier de 10h à 13h pour une séance avec François-Xavier Devetter (CLERSE) et Julie Valentin (CES), autour de la question suivante : Quelles sont les conditions pour une lutte commune autour d’une délégation du travail plus juste ?

Elle s’inscrit dans la continuité de nos réflexions autour du politique, de la lutte, du droit et de la justice dans les domesticités, et offre une réflexion qui touche plus largement le travail.

Cette séance se fera cette fois-ci entièrement à distance (en attendant, on l’espère, de basculer plus tard dans l’année en présentiel).

Pour recevoir le lien vers la visio-conférence, merci de bien vouloir vous inscrire ici : https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=3sTngckmMUWwdrcOLXWWbshTpqxDvidNi5kCuaOyMgNURUxCSkVENVNXSzE4SldKUzBHRTJEQUZPVi4u

Légion d'honneur et médaille du mérite

Daniel Benamouzig, Sophie Dubuisson-Quellier et Christine Musselin
  • Légion d'honneur et médaille du mériteLégion d'honneur et médaille du mérite

Le CSO a le plaisir de vous annoncer les nominations au grade de Chevalier de la Légion d'honneur par décret du 31 décembre 2021 de Daniel Benamouzig sur proposition du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation et de Sophie Dubuisson-Quellier sur proposition du Ministère de la transition écologique.

Christine Musselin a été nommée officier de l'ordre du mérite par décret du 31 décembre 2020. Nous avons attendu la cérémonie de remise pour faire l'annonce de sa nomination mais celle-ci a été reportée à plusieurs reprises en raison de la crise du COVID. Nous profitons de ce moment pour la saluer également.

Toute l'équipe leur présente ses plus vives félicitations.

Who Cooperates with Whom in Mixed-Gender Teams? Paying to Cross the Gender Gap / CANCELLED

Talk with David C. Stark, Columbia University - February 8, 2022
  • David C. StarkDavid C. Stark

David C. Stark will be visiting the CSO to give a talk on: 
Who Cooperates with Whom in Mixed-Gender Teams?: Paying to Cross the Gender Gap.

David C. Stark is professor of sociology at Columbia University and professor of social science at the University of Warwick. He studies economic and cultural networks, innovation, and processes of valuation in finance and other settings.

Talk on February 8 at 14h, 2022. The room will be at Sciences Po, (on the new campus), K.011 in building M, 1 place Saint Thomas d'Aquin, Paris. 

Registration

Quelle est la valeur de notre service public ?

Inscrivez-vous au débat du 27 janvier de 17h à 18h30 sur zoom
  • Débat : Quelle est la valeur de notre service public ?Débat : Quelle est la valeur de notre service public ?

Quelle est la valeur de notre service public ?

Le jeudi 27 janvier 2022 de 17h à 18h30 - Evènement en ligne

Autour de "La valeur du service public", Julie Gervais, Claire Lemercier et Willy Pelletier.

Ce livre raconte les services publics : ceux qui ont fait vivre des villages et ceux qui ont enrichi des entreprises, les guichets où on dit « non » et ceux qui donnent accès à des droits. Il combat les fausses évidences qui dévalorisent pour mieux détruire – les fonctionnaires trop nombreux, privilégiés, paresseux. Il mène l’enquête pour dévoiler les motifs des crimes et leurs modes opératoires, des projets de réforme à leurs applications.
On entre dans les Ehpad, aux côtés des résidents et du personnel soignant, on pousse la porte des urgences, on se glisse dans les files d’attente de la CAF ; on s’aventure dans les grandes écoles, on s’infiltre dans les clubs des élites, au gré de récits et d’images qui présentent les recherches universitaires les plus récentes.

Nos invités :

Émilie Biland-Curinier, professeure des universités à Sciences Po et affiliée au CSO,

Laure de la Bretèche, membre fondateur du think tank Sens du service public et ancienne secrétaire générale pour la modernisation de l’action publique (SGMAP),

Christophe Delecourt, secrétaire général de l'UFSE CGT,

André Laignel, premier vice-président délégué de l’Association des Maires de France, maire d’Issoudun, ancien ministre,

Émilien Ruiz, assistant professor à Sciences Po et affilié au Centre d'Histoire.

En présence des auteurs : 

Claire Lemercier, historienne et directrice de recherche CNRS au CSO et Willy Pelletier, sociologue et enseignant à l'Université de Picardie

Le débat est modéré par Catherine André, rédactrice en chef adjointe d'Alternatives Economiques.

Lien vers le formulaire d'inscription

A la suite de votre inscription, vous recevrez un email de confirmation dans lequel vous trouverez les informations de connexion.

Parution : Les politiques de l'argent, Jeanne Lazarus

Aux éditions Puf
  • Les politiques de l'argent, Jeanne LazarusLes politiques de l'argent, Jeanne Lazarus

Les politiques de l'argent, Jeanne Lazarus (Puf)

De l’action des banques dans les politiques sociales.

Si la protection sociale semble reculer, l’État n’a pas pour autant renoncé à protéger ses citoyens. De la réglementation du compte jusqu'à l'éducation budgétaire en passant par l'inclusion bancaire ou la procédure de surendettement, cet ouvrage met en lumière la part bancaire des politiques sociales. Il analyse un périmètre d'action publique qui prend une importance croissante : les politiques publiques de l'argent des ménages, destinées à protéger l'argent des citoyens et leurs capacités de consommation, en même temps qu'à lutter contre la pauvreté. 

Mais parce que ces politiques publiques de protection ne sont pas collectives et s'appuient sur des dispositifs et des institutions marchandes, elles illustrent la transformation des sociétés contemporaines : il ne s'agit pas tant de diminuer les risques que de préparer les individus à les affronter. Jeanne Lazarus montre ainsi comment les pouvoirs publics tentent de réduire la pauvreté, non par la redistribution, mais en transformant les usages des citoyens.

Un débat est en cours de préparation pour vous présenter cette publication.

En savoir plus

Site des Puf

Retour en haut de page