mathilde.leloup

Mathilde Leloup est post-doctorante Oxpo au sein du Department of Politics and International Relations (DPIR) de l’Université d’Oxford, Membre associée au Nuffield College et docteure associée au Centre de recherches internationales (CERI). Ses recherches actuelles portent sur les initiatives prises par les armées nationales (notamment française et britannique) pour faire face à la destruction des sites culturels dans le cadre des conflits asymétriques contemporains.  

Sa thèse, soutenue en novembre 2019 et intitulée Redéfinir  l’humanité par son patrimoine. L’intégration de la protection des sites culturels dans le mandat des opérations de paix onusiennes a reçu le prix des Editions Dalloz 2020 et fera l’objet d’une publication chez cet éditeur en avril 2021. Cette recherche a été co-dirigée par Frédéric Ramel (CERI/ Sciences Po) et Dacia Viejo-Rose (McDonald Institute for Archaeological Research/Université de Cambridge). Fondée sur une observation participante (UNESCO, Département des Opérations de la Paix de l’ONU), sur des entretiens avec les fonctionnaires onusiens (au siège et sur le terrain) ainsi que sur un travail d’archives, cette thèse vise à comprendre comment une initiative ponctuelle et locale telle que la protection du patrimoine culturel par l'opération de paix de l'ONU au Mali (MINUSMA) est devenue, à la faveur d’un contexte de crise, le cœur d’une rhétorique prétendant à l’universalisme. Traditionnellement considérée comme une question importante mais secondaire dans les situations de conflits armés et de crises humanitaires, la protection du patrimoine mondial est, entre 2012 et 2017, progressivement passée du domaine « technique » de l’UNESCO à celui,  « politique », du Conseil de sécurité du fait de son statut de « patrimoine de l’humanité ». 

En tant qu'allocataire-monitrice (2014-2017) puis en tant qu'ATER (2017-2019), Mathilde Leloup a enseigné la science politique (notamment les relations internationales et la sociologie politique) à Sciences Po, à Sciences Po Bordeaux et à l'Université Paris-Sud. 

Depuis 2018, elle est co-responsable du séminaire du Groupe de recherche sur le multilatéralisme (GRAM) avec Guillaume Devin et Sarah Tanke. Entre avril et juin 2017, elle a également effectué un séjour de recherche en tant que chercheuse invitée au McDonald Institute for Archaeological Research de l’Université de Cambridge. 

Auparavant, Mathilde Leloup avait obtenu son Master en science politique à Sciences Po ainsi que deux doubles Licences: l'une entre Sciences Po et l'Université Paris IV-Sorbonne (en science politique et lettres modernes) et l'autre entre Sciences Po et la Freie Universität de Berlin (en relations internationales).

Recherches en cours

- Patrimoine culturel
- Organisations Internationales, Multilatéralisme
- Sociologie des Relations Internationales, Etudes du patrimoine

  • Enseignements

    Université Paris-Sud
    « Introduction à la Science Politique » (Cours magistral, L2)

    IEP de Bordeaux
    « Études Politiques » (Conférence de méthode, L1)
    « Sociologie politique des pays du Sud » (Conférence de méthode, Master)
    « Sociologie des Relations Internationales » (Conférence de méthode, Master)

    Sciences Po Paris
    « Sociologie des Relations Internationales » (Conférence de méthode, Master)
    « Espace Mondial » (Conférence de méthode, L2)
    « Théories des Relations Internationales » (Conférence de méthode, L2)
    « Philosophie des Relations Internationales » (Teaching Assistant, Master)
    « From Peacekeeping to Peacebuilding » (Teaching Assistant, Master)
    « Sécurité Internationale » (Teaching Assistant, L2)

  • Web

    https://fr.linkedin.com/in/mathilde-leloup-2245b7a5

  • Langues

    Français, Anglais, Allemand, Espagnol

Publications principales

- « Négocier l’élargissement de la sécurité à l’ONU, le patrimoine culturel dans les opérations de maintien de la paix », Négociations, n°34,  2021, pp. 95-109.

- « The Culture Bank in West Africa: cultural heritage and sustainable development » in Britt Baillie et Marie-Louise Sorensen (dir.), African Heritage Challenges : Communities and Sustainable Development, London: Palgrave Macmillan, 2020, pp. 235-264.

- « Les temps du développement à l’Assemblée » (with Adrien Fauve) in Guillaume Devin, Franck Petiteville et Simon Tordjman (eds.), L’Assemblée Générale des Nations Unies : une institution politique mondiale, Paris : Presses de Sciences Po, 2020.

- « Heritage protection as stabilization: the emergence of a new “mandated task” for UN Blue Helmet », International peacekeeping, vol. 26, n° 4, 2019, pp. 408-430.

- « La formation des Casques bleus à la protection des biens culturels au Mali, une révolution ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°142, 2019, pp. 61-76.

- « La MINUSMA au Mali, la création d’un précédent pour la protection du patrimoine culturel par les opérations de paix de l’ONU ? », Recherches Internationales, n° 113, 2019, pp. 121- 136.

- Les Banques Culturelles : penser la redéfinition du Développement par l’Art, Paris : L’Harmattan, 2016.

En savoir plus
    Lien vers Spire

 

Retour en haut de page