Podcasts des événements du CERI

20/05/2020

Un webinaire organisé dans le cadre du GREPIC (Groupe d’études et de recherches pluridisciplinaires sur l’Italie contemporaine) du CERI.

L’Italie a été l’un des pays les plus touchés par l’épidémie du Covid 19, en particulier dans sa partie septentrionale. Alors qu’elle est en train de sortir du confinement, elle redoute de connaître une des plus graves crises économiques et sociales depuis l’après Seconde guerre mondiale qui à son tour pourrait entraîner de nouveaux bouleversements politiques dont les effets se feraient ressentir dans toute l’Union européenne.

Introduction:
Marc Lazar, Sciences Po - CERI

Intervenants:
Ilvo Diamanti, Université d'Urbino
Giovanni Orsina, Université de la Luiss
Tommaso Vitale, Sciences Po - CEE

Modération:
Marc Lazar, Sciences Po - CERI

 

 

14/05/2020

A Webinar co-organized by PRESAGE (Research and Educational Programme on Gender Studies) and CERI (Center for International Studies).
  

In the last few weeks, the Coronavirus Covid-19 has created an unprecedented situation with, on one side, serious fears of contamination and, on the other, a great level of uncertainty.

While countries around the world have taken measures to limit the spread of the virus, many vulnerable people, including refugees and internally displaced persons (IDP) who live in camps, remain especially prone to the danger of a severe outbreak. If this happens, it will impact the whole local population. Given historical structural inequalities, women inside these communities remain particularly vulnerable.

 

A discussion with:
Salah Barznky, Country Director, Heartland Alliance-Iraq
Robin Fleming, Researcher, Rojava Information Center (RIC), Syria
Jan Ilhan Kizilhan, Psychologist, Dean of the Institute for Psychotherapy & Psychotraumatology, University of Duhok, Kurdistan Region, northern Iraq

Chair:
Nazand Begikhani, Vincent Wright Chair, Visiting Professor at Sciences Po PRESAGE-CERI

Moderation: 
Hélène Thiollet, Researcher CNRS at Sciences Po CERI and Michelle Reddy, Visiting Postdoctoral Researcher at CERI-Sciences Po.

 

16/04/2020

Une demi-journée d’étude organisée en partenariat avec le Centre Emile Durkheim de Sciences Po Bordeaux.

La comparaison est de mise depuis l’éruption des soulèvements au Chili, en Équateur, au Soudan, en Égypte, en Algérie, en Irak et au Liban. En effet, de la même manière qu’en 2011, les voix médiatiques insistent sur les similitudes entre ces révoltes, notamment du point de vue de leurs facteurs, des revendications et des symboles mobilisés par les manifestants. Nous avons décidé, à travers cette demi-journée d’études, de mettre à l’épreuve la comparaison dans certains pays de la région Maghreb-Moyen-Orient. Elle semble être une évidence, puisque le schéma serait le même d’un pays à l’autre : les jeunes, les plus touchés par le chômage endémique de ces sociétés, se révoltent contre un pouvoir inefficace et corrompu, contre un État incapable désormais d’assurer le bien-être économique et social de ses populations.

Nous avons choisi de nous focaliser sur les cas de l’Algérie, de l’Irak et du Liban, trois pays laissés de côté par les études sur les révoltes de 2011. Tout en reconnaissant les points communs entre ces mouvements populaires, cette manifestation scientifique propose une prise de distance. Nous pensons en effet qu’il est aussi nécessaire de souligner certaines divergences, en réinscrivant les mouvements au sein des trajectoires historiques spécifiques de chaque Etat.

La discussion s’articulera autour d’une question de recherche principale : malgré l’absence de rupture systémique au Liban, en Irak et en Algérie, en quoi les régimes politiques ne sortent-ils pas indemnes de ces révoltes ? Deux questions subsidiaires découlent de cette première interrogation : Quelles sont les transformations plus ou moins visibles ? Avec quels changements sociétaux les régimes vont-ils devoir composer ?

Cet événement devait à l’origine avoir lieu dans les locaux du Centre de Recherches Internationales de Sciences Po, à Paris. Mais l’épidémie du COVID 19, et les mesures de confinement prises par le gouvernement français, nous ont conduit à imaginer de nouvelles modalités afin de maintenir cette manifestation scientifique. Elle eut finalement lieu à la date initialement prévue, le 16 avril, par le biais de l’application zoom. Ce podcast que vous écoutez aujourd’hui découle de l’enregistrement de la discussion que nous avons eue ensemble, chacun derrière notre ordinateur.

 

Intervenant-e-s :

Keynote speech : Elizabeth Picard, Directrice de recherche émérite au CNRS. “Production et reproduction de la frontière entre État et société” (3 min 39)

 

Premier panel : De l’insoutenabilité de la frustration

  • Julian Vierlinger, Étudiant en master de théorie politique à l’Ecole doctorale de Sciences Po Paris. “Champ discursif de la Corruption: Crise, Décadence et Moralité Politique dans la “Révolution” Libanaise” (33 min 17) 
  • Sihem Beddoubia, Doctorante en Science politique et maître assistante à l’Université d’Oran 2. “Le Hirak Algérien : un nouveau mouvement social ?” (52 min 28) 

Notre intervenant prévu sur l’Irak n’ayant finalement pas pu se joindre à nous, Loulouwa al Rachid, dans le second panel, revient sur l’émergence des manifestations et le “continuum révolutionnaire” dans lequel elles s’inscrivent.

Reprise et discussion par Eric Verdeil, Professeur de géographie et études urbaines à Sciences Po Paris, chercheur au Centre d'études des relations internationales (CERI) (1h 08)

 

Second panel : L’impossible réponse des gouvernants :
d’ajustements à la marge à l’impasse politique

  • Raphaël Gourrada, Docteur en Science Politique, chercheur associé au CETOBaC, UMR 8032 (CNRS - EHESS - Collège de France). “Gouverner par les discours: stratégies d’évitement et de conservation d’une élite libanaise en crise de légitimité” (5min 03) 
  • Luis Martinez, Directeur de recherche CERI Sciences Po. “Algérie : Le hirak où les appels à la reconfiguration de l'Etat” (26 min 25)  
  • Loulouwa Rachid, Docteure en Science Politique, codirectrice du programme sur les relations entre civils et militaires dans les Etats arabes au Carnegie Middle East Center. “Changement impossible, statu quo improbable. De quoi l’Irak est-il le laboratoire politique?” (55 min) 

Reprise et discussion par Manon-Nour Tannous, Docteure en Relations internationales, Maître de conférences à l'Université Reims Champagne-Ardenne, Chercheuse associée au Centre Thucydide (Université Paris II, Panthéon-Assas) et à la Chaire d'histoire contemporaine du monde arabe (Collège de France) (1h 36 min)

Eberhard Kienle, Directeur de recherche, Sciences Po. Conclusion de la journée (2h 35 min)

Responsables scientifiques : Eberhard Kienle, Directeur de recherche, Sciences Po, Emma Empociello, Doctorante, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, Camille Abescat, Doctorante, CERI, Sciences Po.

Musique : Amplify the Light by Snowflake (c) copyright 2018 Licensed under a Creative Commons Attribution Noncommercial (3.0) license. http://dig.ccmixter.org/files/snowflake/58378 Ft: Uwe Hermann

 

 

10/03/2020

Une séance organisée dans le cadre du Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP)
L’objet de ce séminaire mensuel est de construire un espace qui accueille des doctorant.e.s et des professeur.e.s, ainsi que des étudiant.e.s de masters intéressé.e.s par ces approches scientifiques. Le format régulier de ce séminaire consiste en une présentation d’un travail de recherche suivie d’une discussion.
Cette année, le programme du SAP se declinera en 4 axes sur 8 séances co-organisées entre le CERI et le CEPED.

Axe 3 : Approches postcoloniales et activités militantes - Séance 5
Le lien entre approches postcoloniales et activités militantes est autant utilisé à charge contre ces approches que pour en louer l’épistémologie située. Cet axe a donc pour objectif d’éclaircir la construction des rapports entre activité scientifique et militantisme dans les approches postcoloniale en dialoguant aussi avec ceux qui s’en saisissent pour l’action.

Cependant, l'intervention aura pour titre "Sur le rôle de l’université dans le capitalisme et l’articulation entre luttes universitaires et luttes anti-impérialistes" 

Intervenant :
Selim Nadi, ATER à l’Université Lyon 2, chercheur invité à l’Université d’Oxford. 

Responsables scientifiques :
Mina Kleicher-Dray, chargée de recherche IRD, HDR, Paris V/Ceped et Frédéric Ramel, professeur agrégé des universités, Sciences Po-CERI.
Comité d’organisation :
Ayrton Aubry
, doctorant, Sciences Po-CERI - Pablo Barnier-Khawam, doctorant, Sciences Po-CERI - Léonard Colomba-Petteng, doctorant, Sciences Po-CERI - Aline Martello, masterante, EHESS - Adèle Maudeux, masterante, PSIA - Louise Perrodin, doctorante, Université Paris-Est/LIPHA, Ater Sciences Po - Mathieu Quet, chargé de recherche IRD, HDR, Paris V/Ceped.

 

06/03/2020

La troisième séance du séminaire « Fariba & Roland : sociologie et anthropologie sociale du politique » sera consacrée à l’un des terrains de Fariba Adelkhah, ces dernières années, à savoir l'Afghanistan. En écho à sa recherche sur la guerre et la (re)construction de l'Etat dans ce pays et à ceux de Roland Marchal sur la formation de l'Etat dans des situations conflictuelles, la séance mettra l'accent sur les modalités d'intervention internationale et la place du droit dans les conflits armés à partir de la mise en place de tribunaux par les Taliban.

Ainsi, nous penserons grâce à eux deux, tout en pensant à eux. 
Intervenants :

Gilles Dorronsoro, Université Paris I - Les figures de la gouvernance internationale en Afghanistan

Adam Baczko, Sciences Po-CERI / CNRS - La régulation des conflits fonciers par les tribunaux Taliban

 

Responsable scientifique : Béatrice Hibou, CNRS, Sciences Po – CERI

27/02/2020

Débat à l'occasion de la publication de Regards sur l’Eurasie – L’année politique 2019*, sous la direction d'Anne de Tinguy, dans la collection des Etudes du CERI.

Présidence :
Ewa Kulesza, Sciences Po-CERI

Intervenant.e.s :
Anne de Tinguy, Sciences Po-CERI, INALCO
Trente ans de bouleversements internationaux
Florent Parmentier, Sciences Po-CEVIPOF, HEC
La politique européenne en Moldavie et en Ukraine : quelles perspectives pour le Partenariat oriental ?
Emmanuelle Maître, FRS
Maîtrise des armements : la fin de l’ordre hérité de la guerre froide
Jean Radvanyi, INALCO
La recomposition des réseaux de transport
Cecile Lefèvre, Université de Paris, INED
Les logiques économiques et géopolitiques des migrations dans l’espace eurasien

*Etude du CERI  n° 247-248, à paraître le 24 février.

Responsable scientifique : Alain Dieckhoff, Sciences Po-CERI/CNRS

 

04/02/2020

 La deuxième séance du séminaire « Fariba & Roland : sociologie et anthropologie sociale du politique » sera consacrée à l’un des thèmes majeurs des recherches de Fariba Adelkhah : « Religion et politique », en mettant l'accent sur la question des mobilités.

Fariba et Roland ont beaucoup parlé entre eux de religion, puisque Roland travaille sur des sociétés africaines à majorité musulmane comme la Somalie, le Soudan, le Tchad et le Sahel.
Ainsi, nous penserons grâce à eux deux, tout en pensant à eux.

  

Intervenantes :

Antonela Capelle-Pogăcean, Sciences Po - CERI
Possession, politique et société globalisée : le combat du Bien et du Mal aux mille et une frontières de la nation en Roumanie

Ruth Marshall, Université de Toronto
Modes de subjectivation politico-religieuse: entre guerre et société civile des bus

Kathy Rousselet, Sciences Po - CERI
Religion et espace public : dans les pas des pèlerins

Responsable scientifique : Béatrice Hibou, CNRS, Sciences Po – CERI

 

04/02/2020

Un débat à l'occasion de la parution du Hors-série Quel monde en 2020  de la revue Alternatives Économiques (n° 119 janvier 2020) réalisé en partenariat avec Le CERI.

La séance sera introduite par Alain Dieckhoff, directeur du CERI, et animée par Yann Mens, rédacteur en chef international d'Alternatives Economiques.

En présence de :

Georges Prévélakis, professeur émérite à l'université Panthéon-Sorbonne
Grèce - Le deuil des illusions 

Eberhard Kienle, Sciences Po-CERI / CNRS
Syrie - La victoire du régime ? 

Responsable scientifique : Alain Dieckhoff

31/01/2020

Cette rencontre n’est pas un colloque comme les autres. Destinée à un large public, elle souhaite contribuer à la mobilisation en faveur de la libération de Fariba Adelkhah et de Roland Marchal en sensibilisant aux divers enjeux que soulève leur détention. Elle entend notamment nourrir la réflexion sur les prisonniers et les otages, d’un point de vue politique, juridique et éthique.

Ouverture 

Frédéric Mion (directeur de Sciences Po), François-Joseph Ruggiu (directeur de l’INSHS/CNRS), Alain Dieckhoff (directeur du CERI), Sandrine Perrot (membre fondatrice du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal)


Fariba et Roland :  universitaires captifs, prisonniers politiques ?
Modérateur : Gilles Favarel-Garrigues (Sciences Po - CERI / CNRS)

Pascale Laborier (Université Paris Nanterre)
John Crowley (UNESCO)
Jean-Pierre Filiu (Sciences Po - CERI)

Fariba et Roland dans la tourmente mondiale : une « prise de gage » ?
Modérateur : Jean-François Bayart (IHEID, Genève)

Bernard Hourcade (CNRS)
François Nicoullaud (ancien ambassadeur de France en Iran)
Olivier Roy (Institut Universitaire Européen, Florence)

Fariba et Roland, citoyens à défendre : droit et justice des otages
Modératrice : Sandrine Lefranc (CNRS)

Jean-Jacques Beaussou (ancien ambassadeur de France en Libye)
Ariel Colonomos (Sciences Po - CERI / CNRS)
William Schabas (Middlesex University London & Sciences Po)
Fabrice Weissman (Médecins sans Frontières)

Sortir de la captivité : le retour des prisonniers
Modérateur : Antoine Garapon (IHEJ)

Florence Aubenas (Le Monde)
Ahmet Insel (Université de Galatasaray)
Deborah Prentice (Princeton University)
Valsero (artiste, Yaoundé)

Responsables scientifiques : Ariel Colonomos et Gilles Favarel-Garrigues


30/01/2020

  

Débat à l'occasion de la publication, dans la collection des Etudes du CERI, du Rapport annuel de l'OPALC, Amérique latine. L'année politique (LAPO) 2019 *

Sous la présidence d'Olivier Dabène, professeur à Sciences Po, chercheur au CERI, président de l'OPALC

Avec:

Kevin Parthenay, Université de Tours
Frédéric Louault, ULB (Bruxelles)
Gaspard Estrada, Sciences Po
Jennie Cottle, Sciences Po


*Etude du CERI n°245-246, à paraître le 30 janvier


Responsable scientifique : Alain Dieckhoff, Sciences Po-CERI

28/01/2020

Séminaire de l'Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA) en collaboration avec le séminaire du groupe de recherche "Afrique : citoyenneté, violence et politique"

Présidence :
Sandrine Perrot, CERI-Sciences Po
Intervenant.e.s :
Vincent Foucher, LAM Bordeaux
"Pour une économie politique des factions de Boko Haram" 
Romane Da Cunha Dupuy, CERI-Sciences Po
"Une participation citoyenne à la lutte anti-terroriste ? : Le cas des groupes d'autodéfense Koglweogo au Burkina Faso"
Tanguy Quidelleur, Université Paris- Nanterre
"Interventions occidentales et militarisation des groupes d’autodéfense : les cas du Burkina Faso et du Mali"
Yvan Guichaoua, Brussels School of International Studies, University of Kent
"Quelle viabilité politique pour la présence militaire française au Sahel?"

Séminaire organisé sous le label "Free Fariba Adelkhah and Roland Marchal Seminar"
Responsable scientifique : Sandrine Perrot, CERI-Sciences Po

28/01/2020
 
 
Séminaire de l'Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA) en collaboration avec le séminaire du groupe de recherche "Afrique : citoyenneté, violence et politique" du CERI
 
 
Présentation du Numéro 153 de la revue Politique africaine en présence de deux de ses contributeurs.
 
Présidence: Sandrine Perrot, CERI-Sciences Po
 
Intervenant.e.s :
Alessandro Jedlowski, LAM Bordeaux
Afriques audiovisuelles : appréhender les transformations contemporaines au prisme du capitalisme global.
 
Anouk Batard, Laboratoire des Sciences Sociales du Politique (LaSSP), Sciences Po Toulouse
Système D, marginalisation et émancipation dans le cinéma nigérian: Arts de «faire avec» une accumulation d’intermédiaires.
 
Projection de courts métrages nigérians grâce au soutien de l'Institut des Afriques.
 
 
L'audiovisuel africain et capitalisme global
 
Publiée par l’Association des chercheurs de Politique africaine (ACPA) aux éditions Karthala, Politique africaine est une revue à comité de lecture pluridisciplinaire. Créée en 1980 en rupture avec les approches dominantes des études africaines, elle s’est imposée depuis comme une revue de référence sur l’analyse du politique en Afrique.

 

Responsable scientifique : Sandrine Perrot, CERI-Sciences Po

 

23/01/2020

Un débat organisé en partenariat avec l'ATESS - Association des Traducteurs et Editeurs en Sciences Sociales.

Discussion autour de l’ouvrage "Politiques de la traduction. Exercices de partage" de Rada Ivekovic en présence de l’auteur.

Intervenant.e.s :
Etienne Balibar, Ancien Professeur à l’Université de Paris-Nanterre - Anniversary Chair in Modern European Philosophy, Kingston University London.
- Traduction et altérité

Rada Ivekovic, R.I., philosophe, Paris.
- Traduction, violence, langage

Anne Madelain, historienne, maitresse de conférence à l'INALCO
- Peut-on penser en plusieurs langues ?

La séance sera introduite par Miriam Périer (Sciences Po - CERI & ATESS) .

Politiques de la traduction - Exercices de partage, Rada Iveković, Terra-HN Editions, 2019, Collection Alter-Ego. (Ouvrage en accès libre)

Qu’est-ce que la traduction ? Ce livre s’intéresse à la traduction politique et aux politiques de la traduction, c’est-à-dire à toute négociation et transformation d’un plan à un autre, d’une matière vers une autre, d’un medium en un autre, de la pensée en paroles, d’un sens en un tout autre sens. Partant de l’idée que la traduction, au delà de la langue, est en tout cas un rapport entre deux ou plusieurs termes qu’elle négocie ou trafique, et qu’elle est toujours à l’œuvre si elle n’est pas bloquée par un arrêt du partage de la raison ou par la dépolitisation et la désémantisation, ce livre propose des expériences et exemples, incertains par définition, de traduction politique. [...]

Responsable scientifique : Miriam Perier, Sciences Po - CERI.

 

16/01/2020

More than five years since its outbreak, the conflict in Eastern Ukraine, which many have described as the most acute security crisis in Europe since the Yugoslav wars, is still on-going. The cease-fire is regularly violated, the conflict resolution process led by Germany and France has not produced major results, and the local population in the Donbas continue to be severely affected. Some small steps have, however, been taken in the second half of 2019, such as the exchange of prisoners between Ukraine and Russia and the establishment of circumvented zones of military disengagement. These limited but nevertheless significant developments owe a lot to the new Ukrainian President, Volodymyr Zelensky, who had placed peace at the heart of his political platform. Can these small steps and this new dynamic lead to meaningful and sustainable progress towards the resolution of the conflict? Or is Donbas bound to crystallize into a new ‘frozen conflict’? If so, what would be the consequences for the local population, Ukraine and European security? How does the local population in Donbas perceives and lives the conflict?

Reuniting a panel of experts scholars on political, societal and geopolitical dynamics in and around Ukraine, this round table discussion will shed light on these questions. This panel is organized in the framework of the University Consortium (UC), an academic partnership and inter-regional network aimed at stimulating research, discussions and dialogue on security issues in the Euro-Atlantic space (North America, Europe and Russia). It regularly organizes training modules for outstanding students from its six core member institutions: Harvard University, Columbia University, National Research University – Higher School of Economics (HSE), Moscow State Institute for International Relations (MGIMO), University of Oxford and Sciences Po. Sciences Po will be hosting a UC training module in January 2020. The University Consortium is funded by the Carnegie Corporation of New York.

Chair:
David Cadier, Researcher and UC Principal, Sciences Po

Speakers:
Olga Oliker, Program Director for Europe and Central Asia, International Crisis Group
Gwendolyn Sasse, Professor, Oxford University, and Director, Centre for East European Studies (ZOiS)
Gerard Toal, Professor, Virginia Tech University

Responsable scientifique : David Cadier, Sciences Po - CERI

13/01/2020

Une table-ronde organisée dans le cadre de l’University Consortium 

Thirty years after the adoption of the Charter of Paris for a New Europe, the 1990 OSCE founding document meant to provide a security architecture for post-Cold War Europe, the regional order appears in deep crisis. Its fundamental norms and principles have been violated and armed conflict has broken out in Ukraine. Tensions have notably crystallised around the geopolitical orientation of the countries of the post-soviet space, which stand out as security orphans of the post-Cold War order. In this context, there have been several calls to fix or re-think the regional security order, including most recently by the French President Emmanuel Macron.

In a recent RAND report, Samuel Charap and a team of analysts from Europe, Russia, the post-soviet space and the US have attempted to sketch what an alternative, potentially consensual, European regional order could look like in terms of governing norms, consultative bodies and security status. In a public roundtable discussion organized in the framework of the University Consortium, these proposals will be presented and discussed by a panel of expert scholars and eminent practitioners.

The University Consortium (UC) is an academic partnership and inter-regional network aimed at stimulating dialogue between students, faculty and policy practitioners from the EU, the US and Russia. It regularly organizes training modules for outstanding students from its six core member institutions: Harvard University, Columbia University, National Research University – Higher School of Economics (HSE), Moscow State Institute for International Relations (MGIMO), University of Oxford and Sciences Po. Sciences Po will be hosting a UC training module in January 2020. The University Consortium is funded by the Carnegie Corporation of New York.

 

Chair:
David Cadier, Researcher and UC Principal, Sciences Po - CERI

Speakers:
Samuel Charap, Senior Political Analyst, RAND Corporation.
Walter Kemp, Strategic Policy Support Unit, OSCE Secretariat.
Anne de Tinguy, Professor, Sciences Po - CERI.
Pierre Vimont, Ambassadeur de France and Senior Associate Fellow, Carnegie Europe.

 

Responsable scientifique : David Cadier, Sciences Po - CERI

09/01/2020

Comme chaque année, le programme Nuclear Knowledges est heureux de vous inviter à la présentation et discussion du rapport annuel indépendant "World Nuclear Industry Status Report 2019", sur l'état de l'énergie nucléaire dans le monde, coordonné par Mycle Schneider.

Ce rapport offre un état des lieux de la production d'énergie dans le monde et de la part du nucléaire.
Le rapport de cette année :
https://www.worldnuclearreport.org/IMG/pdf/wnisr2019-v2-hr.pdf développe en particulier la question de l'usage de l'énergie nucléaire pour faire face au défi climatique.

 

Présidence et animation de la séance :
Benoit Pelopidas, Sciences Po-CERI, fondateur du programme Nuclear Knowledges 

Intervenants :
Mycle Schneider, consultant indépendant, coordinateur du "World Nuclear Industry Status Report 2019"
Amory Lovins, co-fondateur du Rocky Mountain Institute - via Skype.
Télécharger le powerpoint de l'intervention

Discutants :
Nicolas Benvegnu, Sciences Po - Médialab.

Responsable scientifique : Benoit Pelopidas, Sciences Po-CERI

07/01/2020

La séance inaugurale du séminaire "F & R: sociologie et anthropologie sociale du politique" sera consacrée à l'un des thèmes majeurs des recherches de Roland Marchal : "guerre et formation de l'Etat", thème que Fariba Adelkhah a également traité dans ses propres travaux sur la guerre comme expérience de vie, notamment en Afghanistan.
Ainsi, nous penserons grâce à eux deux, tout en pensant à eux.

Intervenant.e.s :

Marielle Debos, université de Paris Nanterre
- Gouverner l'Etat entre guerre et paix au Tchad
Jacobo Grajales, université de Lille
- Capitalisme agraire, guerre et paix en Colombie
Didier Péclard, université de Genève
 - Gagner la paix. Oubli, croissance et gouvernement post-guerre en Angola et en Côte d’Ivoire


Responsable scientifique : Béatrice Hibou, CNRS, Sciences Po - CERI

18/12/2019

Un colloque international organisé en partenariat avec le Groupe d'Études Géopolitiques (GEG) et le Centre de Recherche Europes-Eurasie (CREE) de l'INALCO

 

Loin d’être un espace unifié, gelé ou exotique, l’Arctique est une région particulièrement vulnérable aux bouleversements climatiques, tout comme à la recomposition de la scène internationale.  Ce colloque veut offrir un espace de dialogue et de travail international et transdisciplinaire dans un champ d’études régionales dynamique. Ce colloque aura à cœur de réfléchir à la diversité de ces mondes arctiques en s’appuyant sur des recherches innovantes. Un grand nombre de thèmes relatifs à tous les aspects politiques de l’Arctique seront abordés, de la gouvernance évolutive et multiscalaire aux dynamiques sociales et économiques, en passant par les formes de l’habiter et à la place croissante des acteurs extérieurs dans la politique régionale.

 

18 DECEMBRE 2019

 

Accueil et introduction
Camille ESCUDE-JOFFRES, Sciences Po-CERI


Table-ronde 1 | Gouvernances mouvantes en Arctique : les formats traditionnels dépassés ?

Modératrice : Pauline PIC , Université Laval, Conseil Québecois d'Études Géopolitiques

Hélène DE POOTER, Université de Bourgogne Franche-Comté
- Le Conseil de l’Arctique : une gouvernance entre fermeture et ouverture.
Elsa EDYNAK, Université de Rouen
- Gouvernance de l’Arctique : vers un régionalisme pragmatique ?
Michal SYMONIDES, Université de Grenoble
- Les conférences internationales sur l’Arctique : nouveaux lieux de la coopération arctique ?
Mayline STROUK, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
- Politiques scientifiques en Arctique : vers une gouvernance scientifique polaire ? 
Julien PORTIER, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
- Le code polaire a-t-il un avenir ?

 

Table-ronde 2 | Habiter l’Arctique au début du XXIème siècle

Modérateur : Florian VIDAL, Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain

Yvette VAGUET, Université de Rouen
- Peuplement, développement et nordicité.
Sophie HOHMANN, INALCO - Centre de recherches Europes-Eurasie
- Mobilité et temporalités urbaines dans l'arctique russe
Andréa POIRET, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
- Le fjord d’Ilulissat (Groenland), de la protection à la mise en tourisme.
Magali VULLIERME, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - Université Paris-Saclay - IRSEM
- Changement climatique et sécurité humaines dans l’Arctique : les impacts du dégel du pergélisol sur les dimensions de sécurité humaine
Tanguy SANDRE, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - Université Paris-Saclay
- Poétique de l'habiter à Kiruna (Suède) : d’une terre vierge à une ville en mouvement.


Table-ronde 3 | Droit des populations autochtones dans un environnement en changement

Modératrice : Anne CHOQUET, Brest Business School

Adèle DE MESNARD, Université Jean Moulin – Lyon 3
- Déplacements climatiques des peuples autochtones de l’Arctique : comment peuvent-ils décider librement de leur avenir ?
Dorothée CAMBOU, University of Helsinki
- Respect des droits humains des peuples autochtones: un nouveau défi pour la transition énergétique en Arctique. 
Anatole DANTO, CNRS/UMR5061 ARENES
- Les communautés boréales face aux changements de ressources : Analyse comparative des changements et stratégies d’adaptations au sein de trois communautés de chasseurs-pêcheurs arctiques et subarctiques. 
Florian AUMOND, Université de Poitiers
- Statut juridique des peuples autochtones en Arctique et exploitation des espèces animales.
Mana TUGEND, University of Akureyri, Dorothée CAMBOU, University of Helsinki
- Aires marines protégées et droits des peuples autochtones : le cas des droits inuit. 

 

19 DECEMBRE 2019

 

Table-ronde 4 | Une région dynamiques : des stratégies multiples pour les acteurs externes en Arctique.

Modératrice :  Katerina KESA, INALCO - Centre de recherches Europes-Eurasie

Emilie CANOVA, Groupe d’Etudes Géopolitique (GEG)
- Vers une nouvelle stratégie arctique européenne : l’Union réussira-t-elle à s’imposer comme acteur arctique essentiel ?
Miguel Angel SALAZAR, Sciences Po Paris - Centre d’Etudes Hémisphériques et Polaires (Chili)
- Tous sous le ciel, même les pôles. La politique arctique chinoise. Un enjeu géopolitique pour la gouvernance de l’Arctique ?
Camille LE HO, Sciences Po Rennes
- La ruée vers le gaz en Arctique: la remise en cause des intérêts énergétiques européens par le partenariat sino-russe ?  
Michael DELAUNAY, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines - Université Paris-Saclay
- La route de la soie numérique, outil d’influence chinois y compris dans l’Arctique ?


Conclusion du colloque

Responsables scientifiques : Guillaume Devin, Sciences Po – CERI, Camille Escudé-Joffres, Sciences Po-CERI / GEG, Pauline Pic, Université Laval, Québec,  Florian Vidal, Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain

03/12/2019

Une séance organisée dans le cadre du Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP)
L’objet de ce séminaire mensuel est de construire un espace qui accueille des doctorant.e.s et des professeur.e.s, ainsi que des étudiant.e.s de masters intéressé.e.s par ces approches scientifiques. Le format régulier de ce séminaire consiste en une présentation d’un travail de recherche suivie d’une discussion.
Cette année, le programme du SAP se declinera en 4 axes sur 8 séances co-organisées entre le CERI et le Ceped.

 

Axe 2 : (Post)colonalisme, impérialisme, et histoire - Séance 3

Bien que le terme “postcolonial” ne renvoie pas seulement à l’après-décolonisation, il reste étroitement lié à l’histoire du fait de son renvoi constant aux périodes marquées par différentes formes de colonisation et l’expansion impériale de la science moderne. Cet axe propose ainsi de réfléchir aux liens entre histoire et approches postcoloniales tant sur le plan empirique que théorique. 

 

Eurocentrisme et décolonial, le grand malentendu tel que vu par une historienne
 
 
Intervenante :
Catherine Coquery-Vidrovitch, professeure émérite en histoire à l'Université Paris Diderot, CESSMA.
 

Responsables scientifiques :
Mina Kleicher-Dray, chargée de recherche IRD, HDR, Paris V/Ceped et Frédéric Ramel, professeur agrégé des universités, Sciences Po/CERI.
Comité d’organisation :
Ayrton Aubry
, doctorant, Sciences Po/CERI - Pablo Barnier-Khawam, doctorant, Sciences Po/CERI - Léonard Colomba-Petteng, doctorant, Sciences Po/CERI - Aline Martello, masterante, EHESS - Adèle Maudeux, masterante, PSIA - Louise Perrodin, doctorante, Université Paris-Est/LIPHA, Ater Sciences Po - Mathieu Quet, chargé de recherche IRD, HDR, Paris V/Ceped.

 

07/11/2019

Colloque annuel dans le cadre de la troisième année de l'Observatoire international du religieux du CERI et du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) du CNRS et de l’École pratique des hautes études (EPHE), avec le soutien de la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS).

Internet et les réseaux sociaux ont profondément bouleversé nos modes de vie.

Ces nouveaux moyens de communication ont évidemment aussi un impact sur l’expression du religieux. Adoptant un angle original et encore peu traité, l’objectif du colloque intitulé « Croisades et inquisition à l'ère numérique » n'est pas tant d'analyser ces modalités d'expression, mais bien plutôt d’étudier certaines formes de religiosité ou d'identité « radicalisée ».
Identitaires, antisémites ou racistes expriment ainsi leur rejet des autres religions ou de la sécularisation du monde à longueur de tweets, « posts » ou autres brûlots numériques.
Or tout comme lorsqu'elles s'expriment dans la vie réelle, ces déclarations publiées dans la sphère virtuelle peuvent mettre en péril l'ordre public ou susciter des tensions à l'échelle internationale.
Pour aborder ces sujets, le colloque est organisé autour de trois thèmes, des émetteurs de « menaces » aux moyens mis en oeuvre pour tenter de les réguler, en passant par les récipiendaires de ces discours. Encadré par un propos liminaire et des remarques conclusives permettant de poser les enjeux, puis de les résumer, le colloque proposera ainsi un panorama inédit et exhaustif du « religieux à l'ère numérique ».

 

Introduction

Alain Dieckhoff, Sciences Po-Ceri
Eric Germain, DGRIS
Philippe Portier, EPHE

 

Allocution d'ouverture

Pascal Lardellier, Université de Bourgogne
- La quête rituelle, dieu caché des nouvelles radicalités. Jalons anthropologiques sur le cadre, les réseaux, les discours

 

Panel 1 -  Emetteurs et dynamiques de production des menaces religieuses

Modérateur : Alain Dieckhoff, Sciences Po-Ceri

Intervenant.e.s :
Marc Knobel, CRIF
Fièvre et poussée antisémite sur le Net. Différents aspects 
Hasna Hussein, Centre Emile Durkheim, Bordeaux
Les arguments d’autorité religieuse dans la propagande de l’« Etat islamique »
Stéphane François, chercheur associé au GSRL, EPHE
Élaborations et diffusions des discours identitaires anti-islam

 

Panel 2  - Récepteurs et dynamiques de circulation des menaces religieuses

Modératrice : Nadia Marzouki, Sciences Po-Ceri

Intervenant.e.s :
Julien Fragnon, Sciences Po Lyon
La radicalisation sous emprise ? La radicalisation au prisme de Stop Djihadisme 
Laurène Renaut, Université Paris - Seine
La construction de la radicalité djihadiste sur les réseaux sociaux : représentations identitaires entre 2015 et 2019

 

Panel 3 - Législateurs et dynamiques de régulation des menaces religieuses

Modérateur : Sébastien Fath, CNRS, directeur du GSRL /EPHE

Intervenant.e.s :
Arnaud Raynouard, Université Paris-Dauphine
Les outils normatifs d’encadrement de la « cyber-radicalité », l’inefficacité est-elle inévitable ?
Samantha Enderlin, Institut de sciences criminelles de Poitiers
Le travail sur la religion dans le cadre d’un programme de désengagement de la violence extrémiste: nécessité d’une approche globale

 

Remarques conclusives

José Casanova, Georgetown University
Religious Dynamics in Our Global Age

Responsables scientifiques : Alain Dieckhoff, Eric Germain, Philippe Portier


22/10/2019

Une conférence/débat autour du livre Urgence africaine de Kako Nubukpo dans le cadre du groupe de recherche Afrique : citoyenneté, violence et politique

A l’occasion de la parution de son nouvel ouvrage, Urgence africaine (éditions Odile Jacob), le groupe de recherche Afrique : citoyenneté, violence et politique du CERI, en partenariat avec l’Association Sciences Po pour l’Afrique (ASPA), sont heureux d’inviter l’économiste Kako Nubukpo pour un débat autour de son livre.

Afrique, une croissance sans prospérité ? 

Intervenant :
Kako Nubukpo, chercheur au CIRAD et chercheur associé CERI-Sciences Po

Discutants :
Jérôme Sgard, professeur CERI-Sciences Po
Lucas Puygrenier, doctorant CERI-Sciences Po

Responsable scientifique : Richard Banégas, professeur CERI-Sciences Po

21/10/2019

Une demi-journée d'étude consacrée à la crise politique italienne dans une perspective européenne.

Introduction, Marc Lazar, Sciences Po-Luiss

 
Table ronde animée par Sophie Gherardi, conseillère de la rédaction à l'hebdomadaire Le 1 et du site Philonomist.com  :  L’économie et la société italienne dans une perspective européenne : quelles perspectives ?  

Avec:
Céline Antonin, Sciences Po - OFCE
Emanuele Ferragina, Sciences Po - OSC
Jacques Le Cacheux, Université de Pau
Tommaso Vitale, Sciences Po - CEE
 
Table ronde animée par Marc Sémo, Le Monde : Comment comprendre la crise politique italienne dans une perspective européenne ?

Avec: 
Ilvo Diamanti, Université de Urbino
Marc Lazar, Sciences Po-Luiss
Giovanni Orsina, Luiss
Sofia Ventura, Université de Bologne
Débat avec le public
 
Responsable scientifique : Marc Lazar

18/10/2019

Depuis plus de quatre mois, un immense mouvement de masse agite Hong Kong.
Dirigé au départ contre l'adoption d'un article autorisant l'extradition de personnes recherchées vers la Chine, il s'est transformé en mouvement de la société pour défendre les libertés fondamentales et le statut spécial de la Région administrative spéciale dans le cadre de la formule "Un pays, deux systèmes". Fondée essentiellement sur les réseaux sociaux, la mobilisation est "sans leaders". Toutefois, partis et syndicats y participent.

Lee Cheuk-yan et Yik-Mo Wong  donneront leurs interprétations du mouvement et du rôle des divers acteurs.

Chair :
Jean-Philippe Béja, Sciences Po - CERI

Speaker:
Alan Leong, former chair of the Bar association and of the Civic Party
Lee Cheuk Yan, General Secretary of the Trade union Confederation HKCTU, Former Chairman of the Alliance in Support of the pro-Democracy Movement in China, founder of Hong Kong Labour Party
Kenneth YEUNG, member of the 'Comité pour la Liberté à Hongkong' - Paris et Lyon
Yik Mo WONG, Member of Demosisto; vice-convenor of Civil Human Rights Front
  

Responsable scientifique : Jean-Philippe Béja, Sciences Po - CERI

 

09/10/2019

Une conférence exceptionnelle organisée dans le cadre du Groupe de recherche sur l'action multilatérale du CERI (GRAM), en partenariat avec l’Ecole doctorale de Sciences Po 

 

Multilateralism and development

Avec :
Joseph Stiglitz, Columbia University

 

Responsables scientifiques :
Guillaume Devin - Professeur des Universités, Mathilde Leloup - Doctorante, Sarah Tanke - Doctorante.

03/06/2019

A public debate organized as part of the "New Strategic Issues in the Indo-Pacific Region" conference on June 3-4 in partnership with the Institut de Recherche Stratégique de l'École Militaire (IRSEM), The German Institute of Global and Area Studies (GIGA) and the University of Cambridge

 

Roundtable: German, French and British Views

Markus Potzel, Commissioner of the German Federal Foreign Office for South Asia and Special Representative for Afghanistan and Pakistan - Security Challenges in the Indo-Pacific

Hervé Dejean De La Batie, French Permanent Secretary for the  South Pacific  - A French view of the Indo-Pacific

James Hardy, Senior Research Analyst, Foreign and Commonwealth Office - Britain and the Indo-Pacific

Christian Lechervy, French Ambassador to Myanmar  - ASEAN and the Indo-Pacific concept : views from Burma

Chair : John Nilsson-Wright, University of Cambridge

 

Competing Interpretations

Champa Patel, Chatham House - The Free and Open Indo Pacific: Views from South East Asia and the Challenge for ASEAN

Marianne Péron-Doise, IRSEM - Japan and the development of ASEAN Coast-Guards : securing the Indo-Pacific ?

T.J. Pempel, University of California, Berkeley -  Japan and the Quad: A Regional Trade Order and Indo-Pacific Security

Chair: David Camroux  Sciences Po - CERI

General discussion and Q&A session

 

Responsables scientifiques : Christophe Jaffrelot, Sciences Po - CERI/CNRS, David Camroux, Sciences Po - CERI

 

22/05/2019

Syria: International Crimes with Impunity
A Conversation with the United Nations Syria Commission of Inquiry

The Independent International Commission of Inquiry on the Syrian Arab Republic was established on 22 August 2011 by the United Nations Human Rights Council. Its mandate is to investigate all alleged human rights and humanitarian law violations in the Syria conflict since March 2011, to establish the facts and circumstances of such violations, and to identify the perpetrators whenever possible so as to support efforts to hold them accountable. The Human rights Council recently extended the mandate of the Commission to March 31, 2020.
On the occasion of their next visit to Paris, the three Commissioners, Paulo Sergio Pinheiro (Chair), Karen Koning Abuzayd (founding member) and Hanny Megally, present the challenges faced by the Commission and in a question-and-answer session chaired by Eberhard Kienle (Sciences Po - CERI) discuss their mandate, the approach they are taking and the impact of their work.

Speakers: Paulo Sergio Pinheiro, Karen Koning Abuzayd, and Hanny Megally.

Moderator: Eberhard Kienle

Responsable scientifique : Eberhard Kienle

14/05/2019

Une séance dans le cadre du Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP)

A l’occasion de la dernière séance de l’année, Thomas Brisson vient nous présenter son ouvrage Décentrer l’Occident : les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes, et la critique de la modernité, paru aux éditions La découverte en 2018.

Intervenant :

Thomas Brisson, maître de conférences à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Thomas Brisson est également chercheur associé à l’Institut Français de recherche sur le Japon à Tokyo.


Ses travaux portent sur la sociologie des intellectuels postcoloniaux notamment arabes et asiatiques, et interrogent leur rapport à l’universalisme, du fait de leur formation dans des universités américaines ou européennes, et l’usage de références critiques et postmodernes produites en Occident. 

Responsables scientifiques : Frédéric Ramel, Sciences Po-CERI, Ayrton Aubry, Pablo Barnier-Khawam, Léonard Colomba-Petteng, doctorants Sciences Po-CERI

13/05/2019

Bio-maîtriser les identités ?

A l’occasion de la parution du dernier numéro de la revue Politique africaine, « Bio-maîtriser les identités? », ce débat interroge les effets de l’expansion rapide des technologies biométriques d’identification des personnes dans le domaine de la surveillance, des politiques d’inclusion et d’exclusion, et de la construction de la citoyenneté en Afrique. Les enquêtes menées en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Mauritanie, au Tchad, en Guinée et au Maroc soulignent l’encastrement social et politique de cette révolution technologique et la résilience de l’État documentaire. Elles montrent que la biométrie, loin de sécuriser les identités, peut contribuer au renforcement de l’exclusion et à la polarisation des débats sur l’appartenance citoyenne et nationale. Le numéro sera discuté par deux intervenants extérieurs, spécialistes des problématiques de surveillance et de la question des sans-papiers, et avec le public. 

Rencontre et discussion avec :

Richard Banégas
est politiste au CERI / Sciences po.

Armando Cutolo
est anthropologue à l’Université de Sienne.

Séverine Awenengo Dalberto
est historienne à l'IMAF / CNRS.

Marielle Debos
est politiste à l’ISP / Université Paris Nanterre.

Alimou Diallo
est politiste à l’ISP / Université Paris Nanterre.

Jean-Marc Manach
est journaliste d’investigation.

Ange Bergson Lendja Ngnemzué
est philosophe et sociologue.

 

©Photo prise par l'un des coordinateur du dossier de Politique africaine sur la biométrie.

11/04/2019

Une séance dans le cadre du Séminaire sur les approches postcoloniales (SAP)

L’objet de ce séminaire mensuel est de construire un espace qui pourrait accueillir des doctorant.e.s et des professeur.e.s, ainsi que des étudiant.e.s de masters intéressé.e.s par ces approches scientifiques. Le format régulier de ce séminaire consiste en une présentation d’un travail de recherche suivie d’une discussion.

International Relations concepts:
origins, adaptations and innovations.

Speaker:
Karen Smith, Leiden University 
 

For the third session of the Seminar on Postcolonial Studies, we are proud to welcome Karen Smith, faculty member at Leiden University in the Netherlands and honorary research associate at the University of Cape Town. Her research focuses on non-western contributions to IR (theory), South Africa’s foreign policy and the role of emerging powers in global governance. During this seminar, she will interrogate the assumption of universality of concepts in IR, as well as the potential for theoretical innovation through the introduction of concepts from the Global South. One of Karen Smith’s latest publications is “Reshaping International Relations: Theoretical Innovations from Africa”, published by All Azimuth: A Journal of Foreign Policy and Peace in 2018. She serves on the editorial boards of Review of International StudiesForeign Policy Analysis and Rising Powers Quarterly, and was also recently appointed as special adviser to the UN Secretary-General on the responsibility to protect. 

 
 
Responsables scientifiques : Frédéric Ramel, Sciences Po-CERI, Ayrton Aubry, Pablo Barnier-Khawam, Léonard Colomba-Petteng, doctorants Sciences Po-CERI

 

09/04/2019

Un débat à l'occasion de la parution du livre de Laurent Fourchard Trier, exclure et policer - Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria aux Presses de Sciences Po, en partenariat avec l'École urbaine et le programme de recherche Cities are Back in town.

En présence de l'auteur Laurent Fourchard, Sciences Po-CERI

Avec:
Beatrice Hibou, Sciences Po-CERI / CNRS
Patrick Le Gales, Sciences Po-CEE / CNRS
Pap Ndiaye, Sciences Po-Centre d'Histoire

 

Trier, exclure et policer
Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria

Laurent Fourchard, Presses de Sciences Po

Les métropoles d'Afrique du Sud et du Nigeria sont réputées dangereuses, bidonvillisées et dominées par l'économie informelle. Peu est su en revanche de la manière dont les populations y sont triées, catégorisées et policées, en droite ligne avec les méthodes de réification ethnique et sociale de l’apartheid et de la période coloniale.
À Johannesburg, au Cap, à Lagos et à Ibadan, les quatre villes où l’auteur a enquêté, un gouvernement du tri et de l’exclusion assigne des droits, des peines et des interdits à des catégories considérées comme problématiques (délinquants, jeunes, migrants, femmes seules, vendeuses de rue) ; des organisations non étatiques surveillent au quotidien les quartiers populaires, les gouvernent la nuit et usent de violence contre les jeunes ou les étrangers.

 

 

Responsable scientifique: Laurent Fourchard