Discours stratégiques sur l’ordre nucléaire (SNNO)

 
A propos

Le projet SNNO analyse l’émergence, le développement et la contestation du discours stratégique de l’ordre nucléaire en Europe. Celui-ci est apparu dans les années 1960 comme la fondation idéologique du régime de la non-prolifération nucléaire. Il écartait les visions alternatives de la politique nucléaire comme par exemple le désarmement complet et l’idée d’une communauté nucléaire supranationale européenne. Oscillant entre deux positions extrêmes, l’abolition immédiate accordées sur un gel de la politique nucléaire. 

Pour les tenants du discours nucléaire – d’influents responsables politiques et intellectuels spécialisés dans les questions de défense – ,la première mission de tout processus diplomatique devrait être d’empêcher tout changement néfaste et de garantir la stabilité par le contrôle de la gestion de l’énergie nucléaire. Pour ce faire, les tenants du discours de l’ordre nucléaire ont promu les idées selon lesquelles les armes nucléaires sont indispensables au maintien de la paix, la dissuasion nucléaire étendue constitue un rempart contre la prolifération et les risques nucléaires sont maîtrisables. Depuis, cette position a été renforcée par la communication officielle des gouvernements et par son intégration dans les manuels scolaires, le discours politique, celui des médias, etc. 

De fait, les membres et les soutiens de l’OTAN ont été les plus grands avocats du discours stratégique de l’ordre nucléaire. Les politiques de dissuasion nucléaire étendue, de « partage nucléaire » et de contrôle progressif de l’armement sont désormais vues comme des éléments irremplaçables de la sécurité matérielle et ontologique de l’alliance transatlantique. 
Cependant, depuis la fin de la guerre froide, ce discours de l’ordre nucléaire se heurte au développement d’une image de l’Europe comme puissance normative tournée vers la sécurité des humains. Le discours jusqu’alors dominant est actuellement remis en question à la fois par des « entrepreneurs de normes » et par les développements technologiques qui permettent de douter de la durabilité de la dissuasion. 

Type de projet
H2020
Réseaux

Twitter
@kjolvegelan
@NKnowledges

Travaux

Egeland, Kjølv, ‘Who Stole Disarmament? History and Nostalgia in Nuclear Abolition Discourse’, International Affairs 96, n° 5 (2020): 1387–1403. 

Egeland, Kjølv, ‘Spreading the Burden: How NATO Became a “Nuclear” Alliance’, Diplomacy & Statecraft 31, n° 1 (2020): 143–67. 

Egeland, Kjølv, ‘Arms, Influence and the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons’, Survival 61, n° 3 (2019): 57–80. 

Egeland, Kjølv, ‘Oslo’s “New Track”: Norwegian Nuclear Disarmament Diplomacy, 2005–2013’, Journal for Peace and Nuclear Disarmament 2, n° 2 (2019): 468–90. 

Egeland, Kjølv and Benoît Pelopidas, ‘European Nuclear Weapons? Zombie Debates and Nuclear Realities’, European Security 30, n°2 (2021). 

Retour en haut de page