Hybridations électriques : formes émergentes de la transition énergétique dans les villes du Sud (HYBRIDELEC)

La recherche, financée par l'ANR (Défi 2 consacré à l'énergie) et dirigée par Eric Verdeil avec l'appui de Sylvy Jaglin, est consacrée à l'hybridation des systèmes électriques dans les villes des pays en développement et émergents. Celles-ci connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité que les réponses conventionnelles telles que l'extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C'est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides.

Appliquant le concept d'hybridation aux études sociotechniques, le projet propose d'étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, et leurs impacts sur le futur du système électrique. D'une durée de quatre ans, il étudiera empiriquement ces systèmes (par enquête auprès des acteurs du marché et analyse des pratiques de régulation) et examinera leur impact sur les conceptions usuelles de la transition énergétique.

L'équipe regroupe des chercheurs du CERI, du LATTS (Université de Marne-la-Vallée) et de PRODIG (Université Paris I/CNRS/IRD). Les terrains sont situés en Afrique subsahariene (Mali, Nigéria, Tchad, Burkina-Faso, Tanzanie, Afrique du Sud...), en Asie du Sud (Inde et Pakistan) et au Moyen Orient (Liban). Un post-doctorant sera recruté pour travailler en Inde et un doctorant pour travailler au Liban.

L'évolution du projet et ses résultats pourront être suivis par l'intermédiaire d'un carnet de recherche en ligne.

Ce travail prolonge les recherches entreprises par Eric Verdeil au Liban depuis plusieurs années sur la gestion de la pénurie électrique grâce notamment aux générateurs. Il s'inscrit par ailleurs dans le prolongement d'une recherche collective précédente, coordonnée par Sylvy Jaglin, TERMOS (Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud) dont des résultats détaillés ont été publiés dans la revue Flux en 2013.