Captifs sans motif : figures contemporaines du prisonnier et de l'otage

Cette rencontre n’est pas un colloque comme les autres. Destinée à un large public, elle souhaite contribuer à la mobilisation en faveur de la libération de  Fariba Adelkhah et de  Roland Marchal en sensibilisant aux divers enjeux que soulève leur détention. Elle entend notamment nourrir la réflexion sur les prisonniers politiques et les otages, d’un point de vue politique, juridique et éthique.

Le propos du premier panel consiste à analyser la particularité de la situation de Fariba et de Roland. Les conditions de travail des chercheurs en sciences humaines et sociales peuvent être difficiles dans de nombreux points du globe : en tant que scientifiques et en tant qu’Occidentaux, ils font parfois l’objet de soupçons. Dès lors qu’ils sont détenus de manière arbitraire, en quoi les universitaires constituent-ils un nouveau type de prisonniers ? Dans quelle mesure doit-on les considérer comme des « gages », voire des « otages » ?

Le deuxième volet de cette rencontre porte sur le contexte mondial dans lequel cet évènement s’inscrit. La particularité du cas de Fariba et de Roland tient aussi à la nature du régime qui les détient. Dans quel but le gouvernement iranien prive-t-il nos deux collègues de liberté ? Que nous apprend leur arrestation sur la place que veut occuper l’Iran dans le monde aujourd’hui ?

La troisième question que soulève la détention de Fariba et Roland concerne leurs droits et les devoirs que nous avons à leur égard. Quel est leur statut du point de vue du droit international ? Aujourd’hui, de nombreuses autres personnes sont emprisonnées dans des pays qui ne sont pas le leur et servent de monnaie d’échange dans des tractations politiques : quels sont les termes - juridiques mais aussi politiques et éthiques - d’une « justice des otages » ? Les Etats et les gouvernements agissent-ils tous de la même manière en vue de libérer leurs citoyens ? Quels sont les scénarii possibles pour d’éventuelles négociations ?

La rencontre se terminera sur une série de témoignages à propos d’anciens otages et prisonniers. Comment ont-ils vécu leur détention et quels défis ont-ils eu à surmonter à leur retour ?

 

31/01/2020 - 9h30 : Ouverture 

Frédéric Mion (directeur de Sciences Po), François-Joseph Ruggiu (directeur de l’INSHS/CNRS), Alain Dieckhoff (directeur du CERI), Sandrine Perrot (membre fondatrice du Comité de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal)

 

Matinée : 10h00 - 13h00 

Fariba et Roland :  universitaires captifs, prisonniers politiques ?

Modérateur : Gilles Favarel-Garrigues (Sciences Po - CERI / CNRS)
Directeur de recherche CNRS au CERI Sciences Po, il travaille sur les questions de déviance, de violence, de police et de justice à partir d’enquêtes menées principalement en Russie.

Pascale Laborier (Université Paris Nanterre)
Professeure de science politique depuis 1999, et à l’Université Paris Nanterre depuis 2011, elle a été directrice du Centre Marc Bloch à Berlin de 2005 à 2010. Pascale Laborier est également membre du comité de parrainage du Programme national d’aide à l’Accueil en Urgence des Scientifiques en Exil (PAUSE).

John Crowley (UNESCO)
Sociologue, il est chef de section pour la recherche, la politique et la prospective à l'UNESCO.

Jean-Pierre Filiu (Sciences Po - CERI)
Spécialiste de l'Islam contemporain, professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po - CERI, CERI, il a publié de nombreux ouvrages sur le monde arabo-musulman.  

 

Fariba et Roland dans la tourmente mondiale : une « prise de gage » ?

Modérateur : Jean-François Bayart (IHEID, Genève)
Professeur à l'Institut universitaire de hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève et président-fondateur du Fonds d’analyse des sociétés politiques (FASOPO), ses travaux portent sur la sociologie historique comparée du politique.  

Bernard Hourcade (CNRS)
Géographe, directeur de recherche émérite au CNRS, il a dirigé l’Institut français de recherche en Iran et l’équipe de recherche « Monde iranien ». Ses travaux portent sur la géographie sociale et politique de l'Iran et notamment de Téhéran.

François Nicoullaud (ancien ambassadeur de France en Iran)
Diplomate, analyste politique, ancien ambassadeur de France à Budapest (1993-1997) puis à Téhéran de 2001 à 2005. Il enseigne à l’École des affaires internationales (PSIA) de Sciences Po.

Olivier Roy (Institut Universitaire Européen, Florence)
Professeur à l’Institut Universitaire Européen de Florence, il est politologue et spécialiste de l’islam. Il dirige depuis 2009 le programme Méditerranée de l’Institut universitaire européen de Florence.

 

Après-midi : 14h30-18h30

Fariba et Roland, citoyens à défendre : droit et justice des otages 

Modératrice : Sandrine Lefranc (CNRS)
Politiste et sociologue, chercheuse à l'Institut des sciences sociales du politique (CNRS - Université de Paris Ouest), elle porte un regard critique sur les politiques de « mémoire », de « justice transitionnelle », de « paix durable » qui, à l'échelle nationale et internationale, entendent prévenir le retour du conflit politique.

Jean-Jacques Beaussou (ancien ambassadeur de France en Libye)
Ancien diplomate, il a enseigné pendant sept ans dans une université africaine et servi vingt-huit ans dans les services du ministère des affaires étrangères et européennes français. Jean-Jacques Beaussou a été ambassadeur en Libye de 2001 à 2004.

Ariel Colonomos (Sciences Po - CERI / CNRS)
Directeur de recherche CNRS au CERI Sciences Po, il travaille sur les normes internationales et l’éthique de la guerre (proportionnalité, politique des otages, réparations).

William Schabas (Middlesex University London & Sciences Po)
Professeur de droit international à l'université de Middlesex au Royaume-Uni, il est spécialiste du droit international, de la peine de mort, de la torture et des droits de la personne.


Fabrice Weissman (Médecins sans Frontières)
Diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Paris, il a rejoint Médecins sans Frontières en 1995. Logisticien puis chef de mission, il a travaillé plusieurs années en Afrique subsaharienne, au Kosovo, au Sri Lanka et plus récemment en Syrie.

  

Sortir de la captivité : le retour des prisonniers 

Modérateur : Antoine Garapon (IHEJ)
Magistrat et docteur en droit, il est secrétaire général de l'Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Auteur de nombreux ouvrages sur le droit et la justice, il est également producteur de l'émission « Matières à penser » sur France Culture.

Florence Aubenas (Le Monde)
Reporter de guerre, actuellement journaliste au quotidien Le Monde et spécialiste de la Syrie. Lors d'un reportage en Irak, en 2005, elle a été retenue en otage pendant cinq mois.

Ahmet Insel (Université de Galatasaray)
Professeur émérite à l’université Galatasaray, économiste et politologue spécialiste de la Turquie, il est actuellement directeur éditorial des éditions Iletisim à Istanbul.

Deborah Prentice (Princeton University)
Professeure en psychologie et en affaires publiques, elle est doyenne de l’université de Princeton. Elle a à ce titre suivi le dossier concernant Xiyue Wang, un doctorant de l’université de Princeton injustement emprisonné pendant trois ans et libéré en décembre 2019

Valsero (artiste, Yaoundé)
Valsero est un artiste et un rappeur engagé de Yaoundé. Emprisonné  de janvier à octobre 2019, il fustige la gestion dictatoriale du président Paul Biya au pouvoir depuis 1982 au Cameroun.

 

Responsables scientifiques : Ariel Colonomos et Gilles Favarel-Garrigues