Laurent Gayer

L’histoire du capitalisme industriel et de ses modes de domination est intimement liée à celle d’entrepreneurs de violence déployant leurs ressources coercitives au service de la discipline usinière, de l’extraction de plus-value et de la sécurisation du cycle d’accumulation. Ces rapports capital-coercition débouchent rarement sur un phénomène d’osmose et tendent à susciter de nouvelles vulnérabilités parmi les élites consommatrices de sécurité. L’économie manufacturière de Karachi constitue un terreau particulièrement fertile pour étudier cette production endogène d’insécurité par les dispositifs sécuritaires. Les relations entre le patronat industriel de Karachi et ses gardiens relèvent en effet d’une domination inquiète, dont les tentatives de renforcement ont systématiquement engendré de nouvelles incertitudes, appelant de nouveaux modes de contrôle pour garder les gardiens eux-mêmes.

Charlotte Thomas

La mort de Burhan Wani, combattant armé leader des Hizbul Mujahideen, a initié en juillet 2016 une nouvelle phase insurrectionnelle au Cachemire, où la population se mobilise contre l’Etat indien en réclamant l’azadi, la liberté. Le détour par New Delhi permet d’étudier le sentiment national des Cachemiris en s’intéressant aux frontières du groupe et aux dynamiques de différenciation par rapport aux Indiens. Le nationalisme cachemiri se définit davantage dans sa dimension négative (ce qu’il n’est pas) que positive (ce qu’il est). Le glissement progressif du contenu des prétentions à l’azadi est également l’un des enjeux du nationalisme cachemiri. D’abord demande de respect de l’autonomie politique du Jammu-et-Cachemire au sein de la République indienne, l’azadi signifie désormais l’indépendance du territoire cachemiri. Les revendications des Cachemiris traduisent de surcroît un fort rejet de l’affiliation nationale et citoyenne indienne, nourri par la négation de la dimension nationaliste de la lutte des Cachemiris opposée par New Delhi. L’insurrection en cours semble avoir encore accéléré ce processus, d’autant qu’aucune solution politique impliquant l’ensemble des parties prenantes au conflit n’est envisagée. Au-delà de la question du Cachemire, c’est le fonctionnement de la démocratie et de la nation indiennes qu’éclaire l’étude du nationalisme cachemiri.

Christian Olsson

Dans cette étude, nous essayons d'appliquer la méthodologie généalogique à l'analyse du discours militaire français, britannique et américain sur la « pacification de populations » de la fin du xixe siècle jusqu'à nos jours. L'objectif est en effet de mettre en évidence et de problématiser les continuités coloniales que le leitmotiv « des coeurs et des esprits » y permet d'observer. Nous portons en particulier l'attention sur les grands « moments » qui nous paraissent avoir marqué les usages sociaux et les significations de l'énoncé : d'abord le « moment » de la conquête coloniale ; ensuite le « moment » des guerres de décolonisation ; enfin celui des interventions occidentales dans les États postcoloniaux. Tout en montrant qu'il y a un phénomène de rémanence coloniale dans les pratiques militaires, la conclusion à laquelle nous arrivons est que les significations attribuées à ce leitmotiv sont extrêmement évolutives dans le temps et toujours sujettes à des interprétations contradictoires. La généalogie de l'énoncé permet alors de montrer quelles en ont été les discontinuités et en particulier comment la « rupture postcoloniale » est venue en subvertir la signification.

Rehana Ebrahim-Vally, Denis-Constant Martin

L’apartheid fut édifié sur la base de perceptions du corps justifiant leur classification hiérarchique. Il visait à séparer les personnes porteuses d’apparences physiques différentes de manière à préserver la pureté de la « race blanche » et sa domination en Afrique du Sud. Le corps, par conséquent, offre une entrée pertinente pour comprendre les changements qui se sont déroulés en Afrique du Sud depuis 1990 en tâchant d’aller audelà de la surface des phénomènes observables, en essayant de faire surgir les représentations de ces changements que se sont forgées les Sud-africains. Cette étude présente une enquête expérimentale visant à comprendre les représentations de la « nouvelle » Afrique du Sud qui ont cours parmi les jeunes Sud-africains au commencement du 21ème siècle. Elle part du principe que la mise au jour et l’analyse des représentations sociales exige, au moins au stade initial, l’utilisation d’entretiens de groupe non-directifs ; elle montre que les images du corps telles que projetées dans des publicités télévisuelles peuvent servir de consignes efficaces pour démarrer des entretiens portant sur l’état de la société sud-africaine au début des années 2000. Quatre clips publicitaires diffusés à la télévision sud-africaine en 2003 furent sélectionnés pour les besoins de cette enquête et utilisés comme « consigne » pour lancer trois entretiens collectifs avec des jeunes Sud-africains, auxquels fut ajouté un entretien de contrôle avec des étudiants français. Ces publicités furent analysées en s’inspirant des méthodes de la sémiologie du cinéma ; les transcriptions des entretiens, à l’aide des méthodes proposées par Guy Michelat et ses collègues du CEVIPOF (FNSP, Paris). Les résultats de cette expérience indiquent que, si les transformations qu’a connues l’Afrique du Sud depuis 1990 sont, chez les jeunes interviewés, unanimement considérées comme positives, elles sont perçues avec ambivalence et éveillent parfois des sentiments contradictoires. L’avenir de l’Afrique du Sud est, dans le même temps, envisagé avec beaucoup d’optimisme et d’angoisse ; les relations entre Sud-africains sont à la fois décrites comme harmonieuses et vécues dans une grande tension. Ce sont ces ambivalences et tensions que permet de mieux faire émerger l’utilisation d’entretiens de groupe non-directifs démarrés par la projection de publicités télévisuelles.

Denis-Constant Martin

Les carnavals constituent un type particulier de rite de renouveau dans lequel le masque et le rire entraînent l'invention de modes d'expression à forte densité symbolique. Les carnavals fournissent ainsi le champ privilégié d'une recherche sur les représentations sociales ; parce qu'ils sont à la fois récurrents et changeants, ils offrent la possibilité d'évaluer non seulement les changements sociaux, mais surtout les significations portées par ces changements sociaux. La première partie de ce texte présente et discute différentes théories du carnaval, notamment celles qui traitent de ses relations au politique et aux hiérarchies sociales. La seconde suggère quelques éléments de méthode pour étudier les carnavals dans une perspective politique et propose que l'analyse sémiotique soit combinée avec des enquêtes par entretiens non directifs.

Bennetta Jules-Rosette et Denis-Constant Martin

La culture populaire est un terrain sur lequel s'élaborent l'identité sociale et les représentations collectives. Diverses recherches récentes en anthropologie, études culturelles, science politique ou littérature se sont penchées sur ses implications sociales et politiques. Ces différentes approches posent des questions nouvelles et ouvrent un débat. La culture populaire est-elle résistance ou échappatoire ? Les mélanges, fusions et combinaisons qui la caractérisent sont-ils des emblèmes identaires, les marques de l'inéluctable mondialisation ou les sous-produits de processus complexes impliquant dialectique de l'universalisation et discours de contestation?
Pour répondre, les auteurs examinent dans une perspective théorique comparative la production, la réception et la consommation de la culture populaire. Ils explorent les structures de signification que suscite sa transmission et les complexités et ambivalences du cycle de la communication. La culture populaire est analysée comme un système perméable de significations, fondé sur la mémoire, fournissant de quoi construire et exprimer l'identité collective et produisant des attitudes contrastées vis-à-vis du pouvoir.
Après un survol des développements théoriques et méthodologiques récents, les auteurs procèdent à une analyse comparative à partir d'éléments pris dans les arts et la musique populaires d'Afrique, des Antilles, d'Europe, d'Inde, d'Amérique latine et des Etats-Unis. En conclusion, ils suggèrent des pistes théoriques en vue de réévaluer les implications des études empiriques.

Jean-François Bayart

L'Etat en Afrique et en Asie est volontiers considéré comme un "pur produit d'importation", selon l'expression désormais classique de Bertrand Badie et Pierre Birnbaum. Mais plutôt que de nous en tenir au constat d'une "universalisation manquée", il convient de nous interroger sur la formation de l'Etat en tant que processus historique conflictuel, involontaire, largement inconscient et de ce fait souvent paradoxal. En effet la thèse de son extranéité radicale ne résiste pas aux acquis les plus récents de l'histoire et de l'anthropologie. Les institutions d'origine européenne disposent d'une base sociale propre et ont fait l'objet d'une appropriation culturelle. Elles doivent être comprises à la lumière de la "longue durée" chère à Braudel, moyennant certaines précautions méthodologiques. L'on peut envisager trois manières de restituer les trajectoires historiques de l'Etat en Afrique et en Asie : en tant que continuités civilisationelles, scénarios de l'inégalité sociale ou configurations culturelles du politique. Mais si la compréhension de l'historicité culturelle conditionne celle de l'historicité politique, elle ne peut pour autant consister en un retour à l'explication culturaliste, n'en déplaise aux faiseurs de modes intellectuelles. Le concept foucaldien de "gouvernementalité" offre une problématique comparative autrement plus fructueuse qui met la formation de l'Etat en relation avec le processus de subjectivation et la dimension de l'imaginaire politique, saisis dans leur rapport à la matérialité.

Eric Anglès, Chris Hensley et Denis-Constant Martin

Dans la Jamaïque des années 1970 se produit une conjonction assez rare : celle d'un culte syncrétique en plein essor, le rastafarisme ; d'un nouveau style de musique populaire, le reggae ; et d'un mouvement politique incarné dans l'un des deux grands partis de l'île, le People's National Party. Ensemble, bien que sous des formes différentes et sans jamais établir entre eux de relations exclusives, ils prennent en charge une intense aspiration au changement, à la fois culturel, social, économique et politique. Aujourd'hui, le rapport des Jamaïcains à leur histoire a effectivement changé; dans beaucoup d'esprits, la dignité et la fierté ont remplacé l'aliénation et le mépris de soi. Pourtant le système politique, les inégalités sociales demeurent ce qu'ils étaient il y a vingt-cinq ans. Et la Jamaïque s'interroge encore sur ce que pourrait être son avenir. Les textes réunis ici analysent les conditions qui ont permis la rencontre du rastafarisme, du reggae et des forces politiques jamaïcaines et étudient l'évolution récente de la musique populaire pour essayer de mieux comprendre les transformations qu'a subies la société jamaïcaine, et leurs limites.

Denis-Constant Martin

Les mouvements politiques qui ont animé récemment l'Europe de l'Est et l'Afrique sub-saharienne posent une fois encore la question des conditions et des modalités du changement politique. Ils soulèvent notamment le problème du rapport entre des phénomènes qui perdurent, manifestant une continuité des sociétés en certains de leurs traits au moins, et d'autres phénomènes qui bouleversent, faisant éclater dans l'immédiat le changement. Les interprétations présentées, d'un côté, en termes de "retour à une identité bafouée", de "retrouvailles" avec le passé ou, de l'autre, sous l'angle du "tribalisme" ou du "réflexe clanique" n'aident guère à comprendre mieux comment interagissent phénomènes de longue durée et phénomènes éphémères.
Ce texte propose quelques pistes pour tenter de dépasser leur opposition, pour éviter d'en privilégier certains au détriment d'autres. Il suggère que l'imprégnation culturelle des systèmes, des pratiques et des représentations politiques peut être reconstruite analytiquement dans le concept de "culture politique". Celui-ci fait une large place aux dynamiques (impulsant l'innovation politique) tout en prenant en compte la complexité des transmissions (assurant la continuité). Il suppose que la continuité nourrit l'innovation en s'attachant plus particulièrement à l'étude de trois couples de forces : la dialectique des dynamiques du dehors et des dynamiques du dedans, la dialectique de l'affectivité et de la rationalité, la dialectique de la tradition et de l'innovation ; couples de forces dont le jeu doit être observé aussi bien dans les "lieux officiels" du politique que dans les lieux apparemment non politiques, mais qui peuvent être "investis" par le politique

Retour en haut de page