Toute l'actualité

Une rentrée sous le thème de l'insertion professionnelle pour nos Master 2 !

  • © Sciences Po© Sciences Po

Forte de sa volonté à renforcer l'accompagnement de ses étudiants en Master 2 dans la définition de leur projet professionnel, l'École d'Affaires publiques a mis en place en 2017 une communauté de référent(e)s carrières, constituée de personnalités de la sphère publique et privée, dont la mission principale est d'écouter, d'orienter et de conseiller chaque étudiant sur leurs perspectives de carrières.

La transmission constitue le cœur de métier d'une université et nous considérons cet accompagnement professionnalisant comme un pendant tout aussi important que les savoirs fondamentaux transmis dans le cadre des enseignements des masters de l'École. 

 

Aussi, la réunion de rentrée pour nos Master 2 s'est tenue le mercredi 5 septembre sous la forme de rencontres entre les étudiants et les référents carrières qui leur ont été attribués pour toute l'année universitaire.

 

 

Nous remercions chaleureusement l'ensemble de cette communauté pour leur engagement auprès de nos étudiants.

  • Emma Archer, Consultante, French American Foundation 
  • Morgane Augé, Directrice affaires publiques, Areva
  • Claire Berger-Vachon, Responsable des relations internationales à la Direction des Affaires Culturelles, Mairie de Paris
  • Luc Bouniol-Laffont, Chef du service culture, et directeur de l'auditorium, Musée d'Orsay
  • Mathilde Bras, Services du Premier ministre, Etalab
  • Dominique De Font-Réaulx, Directrice du Musée National Eugène Delacroix, et conservateur en chef au Musée du Louvre
  • Jennifer Bouaziz, Sous-directrice, Ministère de la santé, Direction de la sécurité sociale
  • Elodie Boulch, Economiste, Agence des Participations de l’État
  • Louis-Alexis Chenat, Conseiller en financement publics
  • André Confiado, Consultant ONU UN Envrionment
  • Fanny Corman, Chef de projet senior en transformation d'entreprise, YTAE
  • Patrick Devaux, Vice president Market Intelligence, Airbus Group
  • Domitille Fafin, Directrice de la communication et des affaires publiques, L'Oréal France
  • Guillaume Farde, Directeur de la stratégie et de la communication, Groupe Risk&Co
  • Pierre Gallet, Sous-directeur de l'URSSAF Ile de France
  • Nicolas Guerrero, Avocat
  • Myriam Hammami, Responsable Ressources Hunmaines, AFD
  • Arnaud Lavit d'Hautefort, Associé YTAE, conseil en management
  • Guillaume Lecaros de Cossio, Policy advise, secretary-general, OCDE
  • Patrick Martin-Genier, Premier conseiller au tribunal administratif de Paris
  • Jean-Christophe Ménard, Avocat, Cabinet Ménard
  • Jacqueline Pacaud, Commission européenne 
  • Brigitte Rischard, Directrice du Pôle Carrières Alumni Sciences Po
  • Nicolas Sfez, Avocat Droit public des affaires
  • Patrick Trannoy, Responsable de l’Économie Solidaire et Circulaire à la Ville de Paris
  • Pierre Verlyck, Responsable du développement, Institut Choiseul
Tags :

Florence Parly à l'École d'affaires publiques

La leçon inaugurale de la ministre des Armées
  • Florence Parly ©Ministère des ArméesFlorence Parly ©Ministère des Armées

Pour sa rentrée solennelle, L'École d’affaires publiques recevait vendredi 31 août 2018 Florence Parly, ministre des armées, pour un échange avec les étudiants, qu'elle a placé sous le thème de l'engagement.

“Il y a mille et une façons de s’engager”, a rappelé la ministre, dans un monde où les nouvelles technologies dessinent une “nouvelle frontière”- pour reprendre la formule de John Kennedy - et où le multilatéralisme n’est plus considéré comme un acquis intangible. Évoquant, très émue, le souvenir des obsèques d’un soldat mort pour la France, une semaine après son arrivée au Ministère, elle a évoqué la question du “sens” de ce sacrifice. “Que dire à la famille d’un garçon qui a fait don de lui pour la France ? Ce qu’ils m’ont dit à moi, c’est qu’ils étaient fiers. Ils m’ont envoyé un cadeau par la suite, des colliers de coquillage que je garde sur mon bureau et qui me rappellent chaque matin que derrière les décisions que nous prenons, ce sont des hommes et des femmes qui mettent leur vie en jeu, des familles qui attendent avec angoisse.”

"N'ayez pas peur de l'engagement politique"

Plaidant pour une Europe plus forte comme seul moyen d’acquérir une “autonomie stratégique”, la ministre a appelé les étudiants à “donner du sens” à leur engagement pour l’Europe, et à ne pas avoir peur de l’engagement politique. “Vous aurez la chance d’avoir plusieurs vies professionnelles ; je vous encourage à saisir cette chance pour tester, pour échouer, pour passer du public au privé. Je vous souhaite de savoir pour quoi et pour qui vous travaillez.”

Biographie

(source : Ministère des Armées)

Florence Parly est née à Boulogne-Billancourt le 8 mai 1963. Après des études à Sciences Po et l'ENA (promotion Fernand Braudel), elle intègre le corps des administrateurs civils à la Direction du budget.

De 1991 à 1993, elle devient conseillère technique au ministère de la Fonction publique, au ministère de l’Équipement et du Logement, puis au ministère de l’Intérieur. Elle retrouve l'administration en 1993 en devenant successivement à la Direction du budget Chef des bureaux de la protection sociale et de la sécurité sociale (1993), de l’équipement, du logement, de la ville et de l’aménagement du territoire (1994 – 1995) et enfin de la culture et de l’audiovisuel (1995 – 1997).

En 1997, elle rejoint le cabinet du Premier ministre, Lionel Jospin, en tant que conseillère pour les affaires budgétaires. Elle est nommée en 2000 secrétaire d'Etat au Budget, mission qu'elle remplira jusqu'en 2002.

Après ce passage au gouvernement, Florence Parly devient chargée de mission à l'Agence France Trésor de 2003 à 2004 puis Présidente du directoire de l’Agence régionale de développement de l’Ile de France jusqu'en 2006.

Elle choisit alors de se tourner vers l’entreprise et certains des plus grands groupes industriels et de transport français. Elle rejoint le groupe Air France en 2006 où elle occupe les postes de Directrice de la Stratégie d’investissement (2006 – 2008), puis de Directrice générale adjointe en charge du Cargo (2008 – fin 2012) et enfin Directrice générale adjointe de l’activité court-courrier (Orly et Escales France) en 2013.

Florence Parly rejoint la SNCF en 2014, d'abord comme Directrice générale déléguée puis, à partir de 2016, comme Directrice générale de SNCF Voyageurs.

Le 21 juin 2017, Florence Parly est nommée ministre des Armées.

En savoir plus

Tags :

Innovation sociale et urbaine à Paris : découvrez notre université d’été The Biopolis

  • © Adam Tanaka - CRI© Adam Tanaka - CRI

Pour la 3e année consécutive, Harvard, le CRI et Sciences Po rassemblent 50 étudiant·e·s lors de l’Université d’Eté “The Biopolis” pour réfléchir sur l’innovation sociale et urbaine dans la ville de Paris. Pendant les mois de juin et juillet, 12 groupes internationaux et interuniversitaires vont imaginer la ville de demain et présenteront fin juillet des solutions concrètes à des problèmes réels de Paris.

 

L’Université d’été s’inscrit dans le cadre des Objectifs de Développement Durables (ODD) de l’ONU qui fixent les enjeux prioritaires et les problèmes mondiaux les plus urgents.

 

Cette année, les thématiques principales de l’Université d’Eté “The Biopolis” sont la santé et le travail.

Ces projets cherchent à valoriser aussi bien les infrastructures de la Ville que le capital socio-intellectuel de ces résident·e·s. 

La mise en relation des étudiant·e·s avec des interlocuteur·rice·s des secteurs public, privé et citoyen permet d’assurer la faisabilité des projets.

 

La notion de contributions collectives pour améliorer un environnement vivant trouve de nombreux parallèles avec l’évolution des populations, comme les bactéries d’une colonie, les cellules d’un tissu, ou les animaux d’un écosystème. La ville pouvant être comparée à un système vivant, les étudiant·e·s construisent des métaphores biologiques pour développer leur projet.

 

Ainsi, tout au long du programme, elles et ils apprennent à s’approprier des disciplines comme la biologie cellulaire, la physiologie humaine et l’écologie. Le but ? Mettre plus de 3 milliards d’années d’évolution du vivant au profit de projets innovants. 

Tags :

CORE : un autre enseignement de l'économie est possible

Un nouveau manuel pour comprendre le réel
  • Yann Algan, économiste, professeur, auteur du projet CORE ©Sciences PoYann Algan, économiste, professeur, auteur du projet CORE ©Sciences Po

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier, parmi lesquels Yann Algan à Sciences Po. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.

Quel est le problème le plus urgent que les économistes devraient traiter ? Les inégalités ! répondent en masse les étudiants du monde entier quand on leur pose la question. Mais aussi le changement climatique, l’instabilité financière. Ou, pour la France, le chômage. Face à cette attente, les cours d’économie déçoivent, voire détournent les étudiants de la matière. “Lors de la crise des subprimes en 2008, raconte Wendy Carlin, professeure d’économie à UCL (UK) et co-fondatrice du projet CORE, les étudiants en économie avaient honte. Ils rentraient chez eux pour fêter Noël et se trouvaient incapables de répondre aux questions qu’on leur posait.”

Un enseignement jugé trop théorique et trop réducteur

C’est de ce constat qu’est né en 2016 le projet CORE (pour Curriculum Open-access Resources in Economics) : si les citoyens du monde, et en premier lieu les Français, sont si critiques vis-à-vis de l’économie, c’est sans doute que son enseignement actuel en est, pour partie, responsable. “L’enseignement de l’économie est fortement remis en cause dans le monde entier, et plus particulièrement en France, car il est jugé trop théorique, trop éloigné des grands enjeux contemporains, et trop réducteur sur les comportements humains”, explique Yann Algan, économiste et professeur à Sciences Po et l’un des auteurs du projet CORE. Mené par une équipe de chercheurs et enseignants du monde entier, CORE a déjà été utilisé dans une centaine d’universités dans le monde.

“La plus grande des résistances au changement, poursuit Yann Algan, c’est l’absence d’alternative.” Pour faire changer concrètement les choses, il fallait un nouvelle approche pour enseigner l’économie - c’est l’objectif de CORE - mais aussi un outil immédiatement utilisable dans les salles de cours : il s’agit de l’e-book The Economy. Un manuel en ligne, gratuit et accessible à tous, dont la version française, intitulée L’Économie vient d’être publiée, et que les étudiants de Sciences Po et de Toulouse School of Economics utilisent déjà en cours.

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient eu lieu

Pour mieux répondre aux attentes des étudiants, ce nouvel enseignement prend le contrepied des manuels classiques, avec une idée simple : étudier la réalité. La réalité des être humains, d’abord, capables à la fois de calculer leur intérêt mais aussi de coopérer et de se montrer généreux. Rien à voir donc avec l’homo œconomicus abstrait dépeint dans les manuels que la plupart des étudiants utilisent. La réalité du monde d’aujourd’hui, ensuite, en intégrant les découvertes récentes de la recherche en économie, qui aborde les problèmes liés à l’environnement, à l’instabilité économique, ou aux inégalités. La réalité d’une science humaine et sociale, enfin, qui n’est pas un objet isolé mais s’enrichit des apports du droit, de l’histoire, de la sociologie.  “On ne comprend pas l’entreprise si on ignore le pouvoir, la politique ou le droit social”, relève Samuel Bowles, autre co-fondateur de CORE et professeur au Sante Fe Institute (USA). Ainsi refondé, le cours d’économie se tourne vers la résolution de ces problèmes. Et ne se borne pas à opposer les analyses des grands auteurs présentées comme inconciliables pour toujours : “On ne se contente pas de juxtaposer et de comparer Marx et Keynes, explique Samuel Bowles. On les intègre pour créer un nouveau paradigme”.

Prochaine étape pour CORE en France : une adaptation au programme de lycée, qui sera pilotée par Sciences Po et testée dès l’été prochain via le programme “Premier campus” et les Conventions éducation prioritaire. “Je me réjouis de l’engouement suscité par CORE à travers le monde, conclut Yann Algan. Nous appelons nos collègues universitaires à participer au projet pour poursuivre l’ambition du programme de redonner aux étudiants et à la société civile le goût de l’économie comme science humaine au service du bien commun.”

Lire le communiqué de presse du 30 mai 2018.

*À propos de CORE : Curriculum Open-access Resources in Economics

Le projet CORE regroupe une équipe internationale de chercheurs et enseignants du monde entier sous l’égide de Samuel Bowles (Santa Fe) et Wendy Carlin (UCL). Des cours basés sur CORE ont déjà été enseignés comme introduction générale aux sciences économiques dans plus d’une centaine d’universités dans le monde. Depuis son lancement en 2016, CORE compte plus de 60 500 utilisateurs de 186 pays et plus de 6100 enseignants de 131 pays. La version papier de l’eBook en anglais a déjà été rééditée six fois pour tenir compte de la demande. Des traductions en farsi, en italien, en espagnol, en portugais, ainsi qu’une adaptation pour l’Asie du Sud-Est sont en préparation. Un site internet a été lancé en septembre 2017 et un nouveau projet adapté à un public de non spécialistes en économie a récemment été développé par 20 universités.

Tags :

Découvrez les projets innovants des étudiants de l'Incubateur de politiques publiques

Le 7 juin 2018
  • © Marta Nascimento / Sciences Po© Marta Nascimento / Sciences Po

Cette année, 20 étudiants sélectionnés issus de l'École d'Affaires publiques et de l'École 42 vous présenteront leurs projets innovants offrant des solutions opérationnelles pour repenser le Bien commun, en lien avec nos institutions partenaires le jeudi 7 juin 2018 de 15h00 à 18h30, au 13 rue de l’Université, 75007 Paris.

 

Inscription obligatoire.

 

Les projets proposés cette année 

 

N#1 : "Entrez c’est fermé !"

Promouvoir et encourager la consommation responsable dans la grande distribution tant pour les clients que pour les collaborateurs

N#2 : "Clic'Droits"
Lutter contre le non-recours aux droits sociaux et en particulier les prestations familiales

N#3 : "Cafouillages"
Améliorer le service rendu aux usagers de prestations familiales

N#4 : "CurioCité"
Réinventer la qualité de vie pour les familles parisiennes

 

 

Déroulé prévisionnel

 

15h00 - 15h30 : Accueil des participants et découverte des stands de présentation des prototypes

 

15h30 - 16h30 - Amphithéâtre Érignac

Introduction par Yann Algan, Doyen de l’École d’Affaires publiques

Présentation des défis et interventions des partenaires de l’Incubateur

  • Rachel Bousquet, Chargée du développement des projets de simplification et d’innovation de l’action publique de la Mairie de Paris - Pôle Innovation ; Secrétariat Général
  • Jean-Louis Haurie, Directeur Général de la CAF de Paris
  • Stéphane Rivallant, Directeur de l'Innovation de Carrefour
  • Delphine Reyre, Directrice des Affaires publiques de Facebook (à confirmer)

Modération : Adeline Braescu-Kerlan, Responsable de l’Incubateur

16h10 - 16h30 : Présentation des projets des étudiants

16h30 - 16h45 : Conclusion par Thomas Cazenave, Délégué interministériel à la transformation publique (à confirmer)

16h45 - 18h30 - Jardin du 13, rue de l'Université

16h45 - 17h30 : Présentation des prototypes et échanges informels avec les groupes d’étudiants

17h30 - 18h30 : Cocktail

Tags :