Insécurité et territoires : division sociale et participation politique

Résultats du projet INSOCPOL
19 juin 2020
  • Photo AdrienChd (via Flickr) - Résidence Compostelle de nuit (CC BY-SA 2.0)Photo AdrienChd (via Flickr) - Résidence Compostelle de nuit (CC BY-SA 2.0)

Insécurité et territoires en Île-de-France
Projet INSOCPOL

Colloque de clôture du projet scientifique
financé par l'Agence nationale de la recherche (ANR, convention 16-CE41-0004-01)
Présentation du dispositif d'enquête et des résultats

Initialement programmé le vendredi 13 décembre 2019, il a été reporté le vendredi 19 juin 2020 de 9h30 à 17h
Institut Paris Région
15, rue Falguière, 75015 Paris

Accès uniquement sur inscription préalable (formulaire à venir)

Investigateurs : Antoine Jardin (Ingénieur de recherche CNRS au CESDIP), Edmond Préteceille (Directeur de recherche émérite CNRS à l'OSC), Philippe Robert (Directeur de recherche émérite CNRS au CESDIP) et Renée Zauberman (Directrice de recherche émérite CNRS au CESDIP, responsable scientifique du projet).Dans le cadre du programme des Interlabos du GERN.

La question sociale est-elle en train de revenir sous les espèces d’une question urbaine du risque ? Ce projet analyse les inscriptions sociales de l’insécurité en fonction de la distribution socioprofessionnelle des espaces urbains et des positions politiques.

Pour la période 1998-2015, trois bases de données sont utilisées : les enquêtes sur la victimation et l’insécurité en Île-de-France (exposition à la victimisation, sentiment d'insécurité), les données sur la division sociale de l’espace francilien et son évolution, les données sur les comportements politiques tirés des résultats électoraux publiés par le Ministère de l’Intérieur.

La jonction des données est opérée sur une base cartographique à partir de la ventilation des données dans le découpage de référence des IRIS de l'INSEE.
Les bases de données compilées dans le cadre de ce projet, tout comme les supports cartographiques permettant d'associer le découpage des IRIS à celui des bureaux de vote, seront pérennisés et diffusés à la communauté scientifique.

Programme de la journée

9h30 - Accueil par la responsable scientifique d’INSOCPOL et mot de bienvenue du Directeur général de l’Institut Paris Région
9h45 - Présentation de la recherche "Insécurité et territoires : divisions sociales et participation politique"
10h15 - Victimations, peurs du crime et préoccupation sécuritaire : leurs combinaisons dans
les territoires franciliens
11h - La structure socioprofessionnelle et migratoire en Île-de-France et son évolution
14h - Les comportements électoraux franciliens
14h30 - Confronter l’insécurité, la composition sociale et les comportements électoraux
16h - Confronter l’insécurité, la composition sociale et les comportements électoraux (suite)

Café à 9h et 15h30 - Déjeuner sur place à 12h30.

Renseignements et inscription auprès de zauberman@cesdip.fr

CESDIP (logo)OSC (Logo)GERN (logo)ANR (Logo)

L'expérience sociale du handicap

Anne Revillard
OSC Papers 2019-2
  • Image Denis Kuvaev, via ShutterstockImage Denis Kuvaev, via Shutterstock

L'expérience sociale du handicap

Anne Revillard (OSC - LIEPP)

OSC Papers 2019-2 - 22 p.

Lien de téléchargement vers le document

Anne Revillard (Photo Sciences Po - Celine Bansard)En combinant les apports de la sociologie du handicap et de la sociologie des inégalités, cette contribution développe un cadre d’analyse original pour penser le handicap comme expérience sociale. Alors que les débats structurants des disability studies ont eu tendance à s’orienter vers une discussion de l’ontologie du handicap (le phénomène est-il de nature médicale ou sociale ?), nous nous proposons de revenir au geste initial du « modèle social » consistant à déplacer la focale d’analyse vers la dimension sociale du handicap. Nous appréhendons celle-ci au prisme d’une sociologie des inégalités, en prenant en considération la subjectivité des acteurs et l’intersectionnalité de leur expérience. Le cadre d’analyse que nous proposons permet d’articuler ces dimensions. L’expérience sociale du handicap combine ainsi cinq paramètres : aux trois critères wébériens de caractérisation de la position dans la stratification sociale (ressources matérielles, statut social, pouvoir), nous ajoutons l’identification de la déficience et le régime d’existence.L'expérience sociale du handicap (A. Revillard)

Apostrophe - début d'une citation...c’est la dimension inégalitaire de cette part sociale du handicap qui est au cœur de notre propos. Nous avons cherché à nous donner les moyens de caractériser ces inégalités, tout en prenant en considération leur complexité interne (liée aux caractéristiques diverses des déficiences) et leur imbrication avec les autres systèmes d’inégalités qui traversent la société.
Notre cadre d’analyse intègre aussi la dimension plus subjective et réflexive de l’expérience des inégalités.

Abstract in English available at the end of the paper.

The best for the child: Infant feeding decisions in Spain

Marta Dominguez Folgueras
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 8 novembre 2019
  • Image evso via ShutterstockImage evso via Shutterstock

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 8 novembre 2019 de 12h à 13h30

The best for the child: Infant feeding decisions in Spain

Marta Dominguez Folgueras (Sciences Po - OSC)

Marta Dominguez Folgueras The WHO describes breastfeeding as "the normal way of providing young infants with the nutrients they need for healthy growth", and recommends breastfeeding exclusively on-demand for the baby’s first six months. These recommendations on infant feeding take place under a specific health paradigm, which places responsibility on the individuals -in this case the mothers- and stresses risk prevention.

In this work in progress, I analyse women’s experiences and decisions about infant feeding, and their discourses on following -or not- experts’ recommendations.

My research intends to provide a comprehensive and socially situated account of women’s experiences on infant feeding, taking into account different feeding strategies (from exclusive formula feeding to long-term breastfeeding), and discussing the role of mothers' families, experts, labour markets, and social policies.
The empirical analysis uses qualitative interviews with Spanish mothers who were in a heterosexual dual-earner couple and were interviewed before and after the birth of their first child.

 Register is mandatory - Inscription obligatoire

Des enseignants d'élite ?

Sociologie des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles
Jacques-Benoît Rauscher - Edition du Cerf, 2019
  • Image EQRoy, Lycée Saint-Louis (accueille uniquement des classes préparatoires)Image EQRoy, Lycée Saint-Louis (accueille uniquement des classes préparatoires)

Des enseignants d'élite ?

Jacques-Benoît Rauscher
2019, Les Éditions du Cerf
ISBN 978-2-204-13484-2

Des enseignants d'élite ? Editions du Cerf, 2019    Jacques-Benoît Rauscher
Après son essai paru en 2019 aux Presses de Sciences Po « L'Église catholique est-elle anticapitaliste ? », Jacques-Benoît Rauscher publie un ouvrage consacré à une profession peu étudiée, à l'exception d'un article puis d'un ouvrage de Pierre Bourdieu en 1981 : celle des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles.

Les CPGE sont placées en France au centre d'une "charte" de formation des élites qui leur donne le droit et la mission de consacrer l'excellence scolaire dans un système éducatif tout entier orienté vers la "distillation d'une fraction en élite". 

Ces professeurs ont un rôle central dans la sélection et la socialisation des élites en gestation... mais sont-ils pour autant des enseignants d'élite, c'est à dire, d'un point de vue sociologique dotés de 3 caractéristiques : faire partie des meilleurs - de l'excellence -, avoir une position sociale prééminente et enfin, avoir une légitimité acquise et reconnue ? 

Plusieurs méthodes de recherche ont été déployées par l'auteur. 70 entretiens semi-directifs ont été menés auprès de professeurs en exercice dans plusieurs régions. D'autres types d'intervenants ont été interrogés : syndicalistes, inspecteurs... Un volet quantitatif à partir de données de la DEPP et d'un questionnaire envoyé à tous les établissements à CPGE de France a complété le dispositif (823 réponses). 

Au final, 3 résultats saillants sont présentés : ces professeurs constituent un groupe à part dans l'enseignement secondaire ; ils forment un groupe pluriel, beaucoup plus divers qu'attendu ; ils font preuve d'un rapport original au changement, caractéristique qui les distingue vraiment des comportements observés chez les enseignants du secondaire. La manière dont les professeurs en CPGE se représentent leur statut, en lien avec leur parcours, est une clé heuristique pour comprendre et caractériser ce groupe marginal en terme d'effectifs dans l'Éducation nationale.

Jacque-Benoît Rauscher a préparé sa thèse de doctorat à l'OSC, sous la direction de Agnès van Zanten, et l'a soutenu, à Sciences Po en 2010. Il est également agrégé en sciences économiques et sociales. Prêtre de l'ordre dominicain, il travaille aujourd'hui à l'Université de Fribourg - Département de Théologie morale et d'Éthique où il prépare un doctorat en théologie. 

Trajectoires de la colère. Révoltes, scissions, (dés)engagements

Cécile Van de Velde
Séminaire scientifique de l'OSC - Vendredi 11 octobre 2019
  • "Démonstration" - Image Gaëtan Nerincx via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)"Démonstration" - Image Gaëtan Nerincx via Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

vendredi 11 octobre 2019 de 12h à 13h30

Trajectoires de la colère.
Révoltes, scissions, (dés)engagements

Cécile Van de Velde (Université de Montréal)

La colère s’impose comme une émotion sociale majeure du 21ème siècle, et comme la force politique de la décennie à venir.
Cette présentation propose de retracer la dynamique et la généalogie de cette émotion : à qui s’adresse-t-elle ? Que devient-elle ?

Une enquête conduite auprès de jeunes adultes à Madrid, Santiago du Chili, Montréal, Paris et Hong-Kong, permet d'explorer les différents chemins de la colère, des plus collectifs aux plus silencieux, pour mieux saisir les sens des (non-)révoltes contemporaines.

Cécile Van de VeldeCécile Van de Velde est sociologue, membre du CREMIS (Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales et les discriminations), titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les inégalités sociales et les parcours de vie, Université de Montréal. Elle a travaillé auparavent à l'EHESS (CMH) et publié plusieurs articles et ouvrages sur les différents âges de la vie, notamment la jeunesse. 
Quelques suggestions de publications ici.
À lire également : Entretien à la Revue Française des Affaires Sociales : Devenir adulte, 10 ans après (2019) et l'interview au journal Le Monde du 19 avril 2019 « Cette génération de jeunes ressent la finitude du monde ».

 Register is mandatory - Inscription obligatoire