Inégalités et classes sociales

Quelles perspectives, quels paradigmes, quelles thématiques ?
Colloque international, 29-30 juin 2017
  • Image HstrongART/ShutterstockImage HstrongART/Shutterstock

Colloque international

Inégalités et classes sociales :
quelles perspectives, quels paradigmes, quelles thématiques ?

Observatoire Sociologique du Changement (OSC)

29-30 juin 2017

Programme provisoire en cours de finalisation

Vivons-nous toujours dans des sociétés de classes ? L’approche classiste des inégalités sociales, des clivages politiques ou des styles de vie est-elle toujours pertinente ?

Ce colloque, organisé sur deux journées complètes à l’initiative de l’Observatoire Sociologique du Changement, se propose d’interroger l’actualité des classes dans les sciences sociales contemporaines. Il réunira des spécialistes venus de divers horizons thématiques, théoriques et méthodologiques. Résolument international, il mettra en perspective les apports de la comparaison de contextes nationaux variés (Etats-Unis, Royaume-Uni, Inde, Brésil, Argentine, notamment).

Au fil des contributions, on s’interrogera sur la portée explicative des différents modèles théoriques existant et leur renouvellement, dans des contextes parfois éloignés du cadre Européen et Nord-Américain qui les a pour l’essentiel vu naitre et se développer aux XIXème et au  XXème siècle. On prêtera ici attention à la fois aux mécanismes générateurs des rapports de classe et à leur inscription dans divers registres de la vie sociale : vie politique, styles de vie, géographie des territoires, en particulier des territoires urbains et des grandes métropoles. Une attention particulière sera accordée aux relations entre les mutations à l’oeuvre dans la distribution des richesses (explosion des hauts revenus, repatrimonialisation) et les transformations contemporaines des contours et des rapports de classe. On s’intéressera aussi à l’articulation entre la division de la société en classes et les trajectoires de mobilité sociale. Deux interrogations transversales alimenteront la réflexion : quelles théories des classes sociales au 21ème siècle ? Quelles complémentarités des approches micro (ethnographiques, qualitatives) et macrosociales (quantitatives, structurelles) ?).


Le format du colloque (une quinzaine d’intervenants), laissera une large place à la discussion ouverte entre les intervenants et l’ensemble des participants au colloque.

Les communications seront présentées en langue anglaise.
Coordination scientifique : Philippe Coulangeon et Marco Oberti

Intervenants

  • Edmond Préteceille (CNRS, OSC)
    La dimension urbaine des processus de recomposition des classes sociales dans la métropole parisienne
  • Louis-André Vallet (CNRS, OSC)
    Intergenerational mobility and social fluidity in France over birth cohorts and across age: the role of education
  • Daniel Oesch (Université de lausanne)
    L’espace politique tripartite et le nouveau vote de classe. Une analyse électorale pour l’Europe de l’ouest
  • Carlos Antonio Costa Ribeiro (UERJ, NIED)
    Class mobility in Brazil: 1973 to 2014
  • Louis Chauvel (Université du Luxembourg)
    Repatrimonialisation: le rôle de la richesse dans le retour des classes sociales
  • Mathieu Ferry (ENS Cachan), Jules Naudet (CEIAS, EHESS), Olivier Roueff (CRESPPA-CSU, Université Paris 8)
    In search of the Indian Social Space. A multidimensional portrait of social stratification in India
  • Geoffrey Wodtke (Université de Toronto)
    Classes in the 21st Century: Death, Decomposition, or Resurrection?
  • Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU, Université Paris 8), Olivier Masclet (Cerlis, Université Paris Descartes), Isabelle Coutant (IRIS, EHESS)
  • Agnès van Zanten (CNRS, OSC)
  • Pedro López-Roldán, Sandra Isabel Fachelli Oliva (UAB-IET, Barcelone)
    Mobilité et stratification sociale en Espagne et en Argentine
  • Mike Savage (LSE)
    Social class and inequality in contemporary London

Accès sur inscription préalable.

Renseignements : bernard.corminboeuf@sciencespo.fr.

 

Varieties of Transnationalism and Its Changing Determinants across Immigrant Generations

Evidence From French Data
Mirna Safi - International Migration Review
  • Old Custom (Christian Subtil, CC BY-NC-ND 2.0)Old Custom (Christian Subtil, CC BY-NC-ND 2.0)

Varieties of Transnationalism and Its Changing Determinants
across Immigrant Generations:
Evidence From French Data

Mirna Safi (OSC, LIEPP)

International Migration Review - Early View (23 Mars 2017)
DOI: 10.1111/imre.12314

Mirna Safi (OSC)In this article, I use the French Trajectories and Origins survey (TeO) to describe patterns and trends of cross-border ties across immigrant generations. Transnational activities are measured through a wide range of cross-border ties, grouped into three dimensions: sociopolitical, economic, and a third dimension that I call re-migration.

Three sets of determinants are taken into account: variables measuring exposure to the country of origin, variables describing incorporation in the host country, and variables that are specific to each generation.

International Migration review - Early ViewConversely to the straight-line assimilation paradigm, the findings put the analytical power of the generational variable into perspective by (1) highlighting the wide variability of transnationalism within each generation and (2) measuring distinct intergenerational trends along different types of cross-border engagement. A thorough investigation of the sources of within-generation heterogeneity emphasizes the explanatory power of state-level, religious, and ethnoracial variables.

Information Barriers, Social Inequality, and Plans for Higher Education

Evidence from a Field Experiment
European Sociological Review, Carlo Barone et al.
  • Great Hall, University of Rome (Phillip Capper CC BY 2.0)Great Hall, University of Rome (Phillip Capper CC BY 2.0)

Information Barriers, Social Inequality, and Plans for Higher Education:
Evidence from a Field Experiment

Carlo Barone (OSC, LIEPP), Antonio Schizzerotto (University of Trento), Giovanni Abbiati (FBK-IRVAPP), Gianluca Argentin (Catholic Universoty of Milan)

European Sociological Review 33 (1): 84-96
https://doi.org/10.1093/esr/jcw050

Carlo Barone (OSC-LIEPP)This article assesses the role of information barriers for patterns of educational participation and related social inequalities in plans for Higher Education. Using longitudinal data, we investigate student expectations about the profitability of Higher Education, their evolution over time and their correlation with study plans among Italian high school seniors.

We find that student believes are highly inaccurate, systematically biased and poorly updated.

Then, we present estimates of the causal effect of information barriers on educational plans based on a large-scale clustered randomized experiment.

ESR vol. 33 n° 1We designed a counseling intervention to correct student misperceptions of the profitability of Higher Education and assessed whether treated students’ plans changed differentially relative to a control group.
We ran a clustered randomized controlled trial, involving a random sample of 62 high schools from all upper-secondary streams located in four Italian provinces, covering different areas of the country to enhance the external validity of our results.

The intervention was quite effective in correcting student misperceptions, but this did not translate into increased intentions to enroll in university education. However, the treatment affected preferences between fields of study, between short and long university paths, and between university and vocationally oriented programs.

Hence, information barriers affect substantially the internal differentiation of Higher Education and the related horizontal inequalities by gender and family background.

Comprendre l’évolution des régimes d’Etat‑providence

soutenance de HDR
Emanuele Ferragina, 27 mars 2017
  • A Crowd outside Camden Job Centre (N19± - CC BY-SA 3.0)A Crowd outside Camden Job Centre (N19± - CC BY-SA 3.0)

Soutenance de HDR en sociologie

Emanuele Ferragina

Assistant Professor, OSC & LIEPP

Lundi 27 mars 2017 à 14h, 199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Membres du jury : Fran BENNETT, Bernhard EBBINGHAUS, Olivier GIRAUD,
Olivier GODECHOT (dir.), Colin HAY, Serge PAUGAM.

emanuele_ferraginaThe Three Worlds of Welfare Capitalism is part of a long scholarly tradition rooted in deductive reasoning and the use of ideal types. This work moves from a similar theoretical standpoint: typologies are a fundamental methodological tool in understanding and interpreting the evolution of social security systems, even for those who claim that in-depth analysis of a single case is more suited to capture the complexity of different social policy arrangements. It contributes to the comparative social policy field and welfare regime literature in two ways: by proposing a dynamic outlook to welfare regime theory in counter-position to a debate characterised by a static approach and by considering welfare regime outcomes alongside institutional change.
There are several substantive reasons to differentiate between dynamic and outcome-oriented perspectives within welfare regime typologies. First of all, scholars have not yet integrated the most important domain of welfare state expansion in a period of ‘permanent austerity’, namely family policy, into welfare regime theory. Too often, scholars classify welfare regimes on the basis of the work-welfare nexus, overlooking the care-welfare dimension. In addition, the existing scholarship implies welfare regime stability when considering policies that deal with old social risks and the generosity guaranteed by system to the Average Production Worker (APW) – a white man with around 20 years of continuous employment in the industrial sector. In light of the progressive transition to a service-based economy beginning in the 1970s, however, we account for the emergence – or rather, the growing incidence – of ‘new social risks,’ namely problems related to the reconciliation between work and family life. These new risks mostly affect women, young people, migrants, and children rather than the APW. More broadly, this new work lends a sociological perspective to the welfare regime debate by comparing typologies based on institutional variables to classifications based on welfare outcomes, and carefully considering the relation between welfare state structures, specific policies and important societal outcomes.

 

L’ouvrage de Esping-Andersen Les trois mondes de l’État providence s’inscrit dans une longue tradition académique basée sur le raisonnement déductif et l'utilisation d’idéaltypes. Notre travail part d'une approche théorique similaire : les typologies sont un outil méthodologique fondamental pour comprendre et interpréter l'évolution des systèmes de protection sociale, même pour ceux qui prétendent que l’analyse de cas est plus adaptée pour saisir la complexité des différents systèmes sociaux-politiques. Ce travail s’inscrit dans le champ des politiques sociales comparées et des travaux sur l’État-providence (welfare state) de deux manières : en proposant une perspective dynamique de la théorie du régime d’État providence (welfare regime) s’opposant à une approche statique ; et en considérant les effets qu’il produit parallèlement au changement institutionnel.
Il existe plusieurs raisons de fond pour examiner les typologies de welfare regime du point de vue dynamique et des effets produits. Tout d'abord, le domaine le plus important d’expansion du welfare state en période ‘d'austérité persistante’, à savoir la politique familiale, n'a pas été suffisamment intégré dans la théorie du welfare regime. Trop souvent, ces régimes ont été étudiés sur la base du lien travail / protection (workwelfare), négligeant la dimension care / protection. Ensuite, la stabilité du welfare regime a souvent été validée par des études empiriques qui se basaient exclusivement sur les politiques relatives aux risques sociaux traditionnels (old social risks) et à la générosité garantie par le système à l'Average Production Worker (APW) : un homme blanc avec environ 20 années d'expérience dans le secteur industriel. Or, après les années 1970, avec la transition progressive vers une économie de services, nous avons assisté à l'apparition - ou mieux à la montée croissante - de « nouveaux risques sociaux », qui sont principalement liés à la conciliation entre travail et vie de famille. Ces nouveaux risques affectent plus fréquemment les femmes, les jeunes, les migrants et les enfants, que l’APW. De façon plus générale, notre travail fournit une perspective sociologique au débat sur le welfare regime en comparant les typologies basées sur les variables institutionnelles à celles basées sur les effets réels des politiques sociales, et en examinant attentivement la relation entre les structures de welfare state, les politiques spécifiques, et les principaux effets sociaux.

Entrée réservée aux invités et publics internes à Sciences Po.

Les incidences biographiques de la ségrégation

Trajectoires et mémoires des enfants de bidonvilles et cités de transit de l'après-guerre en France
Soutenance de thèse. Margot Delon. 24 mars 2017
  • Bidonville à Nanterre (Demain TV, 2009, via YouTube)Bidonville à Nanterre (Demain TV, 2009, via YouTube)

Margot Delon soutiendra sa thèse le vendredi 24 mars 2017 à 14h en salle Annick Percheron, 98 rue de l'Université, 75007 Paris (accès aux personnes invitées et public interne à Sciences Po).

Les incidences biographiques de la ségrégation : trajectoires et mémoires des enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après‑guerre en France

Composition du jury : Jean-Yves Authier (Centre Max Weber), Christine Lelévrier (Lab'URBA, UPEC), Marco Oberti (Directeur de recherche, Sciences Po), Julie Pagis (Ceraps) et Mirna Safi (Sciences Po).

Que sont devenus les enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France ? Au moyen d'entretiens, d'observations, d'analyse d'archives et statistiques, la thèse reconstitue les expériences et les trajectoires d’individus d’origines algérienne, marocaine et portugaise ayant grandi dans les bidonvilles et cités de Nanterre et de Champigny-sur-Marne, en Île-de-France.

Elle rend compte de leur vécu dans ces formes d’habitat précaires, ségrégées et stigmatisées qui ont duré de nombreuses années en insistant sur la diversité des expériences résidentielles et donc de leurs effets socialisateurs. De fait, les anciens enfants des bidonvilles et cités ont connu des trajectoires variées et n’interprètent pas cet épisode de la même façon.

Quatre profils types sont analysés : reproduction des inégalités, petites promotions locales, reproduction de l’isolement et ascensions sociales individuelles.

La divergence de ces parcours tient à deux ensembles de facteurs. D’une part, ces familles ont été des cibles privilégiées des politiques nationales et municipales de l’habitat et de l’immigration. En catégorisant et en traitant différemment les bidonvilles et cités de transit selon l’origine de leurs habitants et leur localisation, ces politiques publiques ont eu des effets de court, moyen et long terme très importants. D’autre part, les trajectoires de ces descendants d’immigrés ont été forgées par les ressources et les dispositions antérieures à la migration de leurs parents ainsi que par les contextes relationnels dans lesquels ils ont évolué dans les bidonvilles et les cités de transit.

Margot Delon (OSC)Margot Delon est doctorante à l'OSC, ATER et doctorante associée au CENS (Centre nantais de sociologie). Elle a bénéficié d'un contrat doctoral Sciences Po et d'un Early Stage Researcher Fellowship (2015-2016), effectué à l'IGOT-CEG de Lisbonne dans le cadre du programme européen INTEGRIM.