Résumé de la thèse de Juliette Galonnier

Choosing Faith and Facing Race: White Converts to Islam in France and the United States
Directeurs : Marco Oberti, Carolyn Chen

My dissertation focuses on white converts to Islam as anomalous individuals in a world where race and faith have become closely intertwined.

I compare the experience of white converts in France and in the United States. In these two societies, Islam has been racialized as a Brown, foreign and non-Western faith. Muslims are expected to be Brown and of immigrant descent. Conversely, Brown people – be they actual Muslims or not – are systematically stereotyped as Muslims. White converts, however, disrupt these categorizations. My work focuses on white Muslims as “anomalous” individuals, whose very existence belies the connection between race and faith which is so often taken for granted. White converts do not satisfy common-sense expectations about who belongs to Islam and who does not. By virtue of their exceptional character, I consider that they offer fruitful venues of investigation for sociologists.

Building on the literature on racialization and whiteness studies, I investigate how white converts’ racial identity is reconfigured by their religious conversion. Converts are an empirical case that allows us to observe racialization almost experimentally. By studying people who are white and become associated with a religion that has been racialized as Brown, we can single out the actual role of religion in racialization processes, irrespective of ethnicity, skin color or immigration background. Further, as a “live experiment,” conversion to Islam also allows us to see racialization in the making.

In order to do so, I use ethnography and in-depth interviewing. I also use international comparison, by applying the same research protocol to France and the United States. Both countries have a troubled relationship with Islam and are host to a fast-growing number of converts. However, the racialization of Muslims has followed different historical trajectories in the two nations, which are also characterized by opposite models of secularism and integration. This combination of similarities and differences allows me to investigate the impact of national contexts and cultural repertoires on converts’ subjective experiences.

More than a mere comparative study, I also see this dissertation as an opportunity to establish a dialogue between the French and American scholarships on race and religion.Cette thèse propose une analyse comparative de l’expérience des convertis à l’Islam en France et aux Etats-Unis.

-------

Cette thèse propose une analyse comparative de l’expérience des convertis à l’Islam en France et aux Etats-Unis.

Dans ces deux sociétés, l’Islam a été construit comme une religion étrangère, non-occidentale et non-blanche, passant du statut de foi (choisie) à celui d’identité ethno-raciale (subie). Ainsi, les musulmans sont-ils nécessairement perçus comme des immigrés. De la même façon, les individus appartenant à certains groupes ethno-raciaux (Arabes, Indo-Pakistanais), qu’ils soient de confession musulmane ou non, sont systématiquement stéréotypés comme musulmans. Les convertis blancs à l’Islam, cependant, viennent perturber ces aprioris. Contredisant les catégorisations de sens commun associant la foi musulmane à une certaine appartenance ethno-raciale, les convertis sont des anomalies du processus de racialisation. En tant qu’individus atypiques, ils offrent d’importantes perspectives de recherche pour la sociologie.

M’appuyant sur des travaux français et américains sur les phénomènes de racialisation ainsi que sur le champ en plein essor des whiteness studies, je cherche à comprendre comment l’identité ethno-raciale des convertis est reconfigurée par leur conversion religieuse. Les convertis sont un cas particulier, exceptionnel, qui nous permet d’observer le processus de racialisation de façon quasi expérimentale. En se concentrant sur des individus blancs qui rejoignent une religion perçue comme non-blanche, il est possible d’isoler le rôle de la religion dans la formation des identités ethno-raciales, indépendamment de l’ethnicité, de la couleur de peau ou de l’origine nationale des individus. Le contraste entre l’avant et l’après de la conversion nous permet également de suivre le processus de racialisation de façon plus dynamique.

D’un point de vue méthodologique, je mobilise ethnographie et entretiens biographiques avec des convertis. La comparaison internationale entre la France et les Etats-Unis est aussi une composante importante de mon travail. Les deux pays entretiennent tous deux une relation compliquée à l’Islam et sont tous deux d’importants foyers de conversion. Cependant, ils se caractérisent par des modèles d’intégration et de laïcité opposés et concurrents. Les conditions sociales et historiques de la construction du stigmate lié à l’identité musulmane diffèrent aussi d’un pays à l’autre. Cette combinaison de similitudes et de différences semble propice pour étudier comment les contextes nationaux et les répertoires culturels propres à chaque pays influencent l’expérience religieuse des convertis.

Finalement, cette thèse est aussi l’opportunité d’établir un dialogue entre les sociologies française et américaine sur les questions d’ethnicité et de religion. 

 

 

Article mis à jour le 20-04-2016