OSC : Marco Oberti succède à Alain Chenu

  • Alain Chenu et Marco Oberti (OSC)Alain Chenu et Marco Oberti (OSC)

Marco Oberti, professeur des universités est nommé directeur de l'OSC à compter du 1er janvier 2014. Il prend ainsi le relais du professeur Alain Chenu qui a occupé ce poste pendant 10 ans.

L'occasion pour Alain Chenu de faire un rapide bilan de la période écoulée :

Alain Chenu (OSC)C’est en 2003 que Sciences Po et le CNRS m’ont confié la responsabilité de la direction de l’OSC. je me suis mis au travail en m’efforçant de rester fidèle aux grandes orientations qui avaient été données à ce laboratoire il y a maintenant un quart de siècle par Henri Mendras : focalisation sur l’analyse comparée des tendances des sociétés contemporaines, jeu sur la diversité des échelles d’analyse, du local au global en passant par le national et le régional, goût de l’enquête et du travail empirique solide.

   Au cours de ces dix années, nous avons suivi trois principes que nous voulions en quelque sorte inscrire dans les gènes de l’OSC :

- Nos résultats de recherche ont été mis à l’épreuve de présentations et de discussions dans de nombreux pays; ils ont paru dans des revues et des collections très diverses, nourrissant à la fois la vie scientifique et les débats publics plus larges.

- Nous avons mis en œuvre des méthodes d’enquête diversifiées et complémentaires, dans le respect de la pluralité des sensibilités théoriques représentées au sein du laboratoire: nous aspirons à faire de l’OSC un espace de liberté intellectuelle, et non une école de pensée monocolore.

- La formation des jeunes chercheurs a été la plus constante de nos priorités. La part des doctorants dans les publications du laboratoire s’est régulièrement accrue. Trente-deux thèses ont été soutenues, et ces nouveaux docteurs ont pour la plupart trouvé un emploi en rapport avec leur formation.

   Ces orientations ont été fermement soutenues par Sciences Po et par le CNRS, qui, avec constance, nous ont accordé l’essentiel des moyens dont nous avions besoin. Nous avons eu le plaisir de voir nos bilans favorablement évalués par l’AERES, qui en 2008 et en 2013 a situé l’OSC tout en haut de ses échelles de notation.

   Un autre sujet de fierté a été l’évolution vers une répartition des tâches plus équilibrée entre les hommes et les femmes. En 2003 Agnès van Zanten était la seule femme parmi les chercheurs du laboratoire, fin 2013 l’OSC compte cinq femmes parmi les quinze membres du personnel académique permanent, et douze parmi les vingt-deux doctorants. En sens inverse, le personnel de soutien à la recherche qui était lui exclusivement féminin est maintenant masculin pour un tiers.

   Au cours de ces dix années, Marco Oberti a contribué de manière décisive au développement des activités de l’OSC : il a noué des partenariats de recherche avec les Etats-Unis, le Brésil, l’Italie ; ses travaux sur les inégalités spatiales, la ségrégation urbaine, la carte scolaire ont nourri les débats académiques et citoyens ; il s’est fortement et efficacement impliqué dans les activités d’encadrement doctoral. Toutes les conditions sont réunies pour qu’il assume avec brio la responsabilité de la direction de l’OSC. Je lui souhaite la plus grande réussite dans cette tâche. »

 Alain Chenu