Le destin des générations

Louis Chauvel, 2010, Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France du XXe siècle aux années 2010, [édition revue et augmentée, avec une nouvelle préface de Le destin des générations, structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, 1998], Paris, PUF, coll. Quadrige


Les hasards de l’année de naissance marquent le destin des générations. Deux guerres entrecoupées d’une crise économique majeure, une reprise de trente ans, un ralentissement depuis trois décennies, tel est le legs – inégalement partagé – de l’histoire sociale. Les générations nées avant 1920 subirent un sort difficile. Les suivantes, nées jusqu’en 1950, qui connurent les Trente Glorieuses au temps de leur jeunesse, ont rencontré un destin collectif inespéré : multiplication des diplômes sans dévalorisation, forte mobilité sociale ascendante, salaires et revenus rapidement croissants, meilleure protection sociale, etc. Avec la crise, cette dynamique cesse, et souvent se retourne, pour les successeurs, arrivés trop tard dans la vie adulte.
Première analyse systématique de la structure sociale à la lumière des clivages générationnels, ce livre souligne l’existence d’une fracture qui s’amplifie au début du XXIe siècle. Cette question est politique, car au croisement de la transformation des classes sociales et de l’avenir de l’État-providence. Pour dépasser ces périls, il faudrait construire une véritable politique des générations engageant la responsabilité de tous.

Article mis à jour le 23-11-2012