Le déni des cultures

Hugues Lagrange

Hugues Lagrange, 2013 [édition revue, 2010, 1re éd], Le déni des cultures, Paris, Le Seuil coll. Points

La plupart des hypothèses visant à expliquer la dérive des cités sensibles (chômage, délitement de l’autorité…) font l’impasse sur sa dimension culturelle. Et quand elles la mentionnent, c’est pour la caricaturer sous les traits d’un communautarisme dont on stigmatise les expressions en négligeant les discriminations et la ségrégation qui l’alimentent. C’est contre ce double déni que s’élève Hugues Lagrange. Loin de considérer les constructions culturelles des quartiers d’immigration comme des produits d’importation marqués d’une irréductible altérité, il y voit le fruit d’une douloureuse confrontation entre des héritages culturels, des tentations de « re-traditionalisation » et une société d’accueil elle-même victime d’un grand backlash idéologique et moral. Il distingue ainsi les expériences migratoires (celles des Maghrébins ne sont pas celles des Africains du Sahel ou des Turcs), détaille les mécanismes d’ethnicisation des quartiers et dresse un portrait sans fard des rapports entre les sexes ainsi que de l’autoritarisme masculin qui prévalent dans les cités.

Article mis à jour le 20-06-2016