La santé des personnes migrantes entre politiques migratoires et politiques de santé

Journée d'étude LIEPP/GIEM 5 février 2020, 9h45 - 17h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Discriminations et inégalités sociales en partenariat avec le Groupe d'Experts Internationaux sur les Migrations (GIEM) ont le plaisir de vous inviter à la journée d'étude: 

La santé des personnes migrantes entre politiques migratoires et politiques de santé 

Mercredi 5 février 2020, 9h45-17h30

Salle 711

27, rue Grégoire de Tours, 75006 Paris - 1er étage

Inscription 

Programme: 

9h45 : Accueil des participant.e.s

10h00 - 10h30 : Introduction de la journée par Virginie Guiraudon (Sciences Po, CEE et CNRS)

Session 1 (10h30 - 13h00) : Soins et statut: l'accès à la santé des personnes sans papiers ou demandeuses d'asile

"Accès aux droits et à la santé sexuelle de femmes migrantes mises à l’abri en hôtel (enquête DSAFHIR)" par Mireille Eberhard (URMIS, Université de Paris) et Maud Gelly (CRESPPA-CSU, AP-HP)

"Entre politiques migratoires et politiques de santé : des migrants chinois en situation irrégulière face à la «clause de maladie»" par Simeng Wang (CERMES3, CNRS-EHESS-INSERM-Université de Paris)

"Policy feedback, équilibre ponctué et groupes d'intérêt français : la santé des sans-papiers en jeu" par Marie Moncada (Université de Montpellier)

13h00 - 14h00 : Déjeuner libre

Session 2 (14h00 - 17h30) : Besoins et pratiques spécifiques des personnes en migration

"Précarité et exposition à la violence et aux risques sexuels: les leçons de l'enquête PARCOURS auprès d'Africains subsahariens en Ile de France" par Annabel Desgrées du Lou (CEPED, IRD, Université de Paris, Institut Convergence Migrations)

"Géoclinique à la frontière" par Elise Pestre (CRPMS, Université de Paris)

"Santé mentale des personnes immigrées et réfugiées: des données épidémiologiques" par Maria Melchior (ERES, INSERM, Sorbonne Université)

"Le recours à l'Aide médicale de l'Etat des personnes en situation irregulière en France : premiers enseignements de l'enquête Premiers pas" par Florence Jusot (Université Paris Dauphine, IRDES), Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) et Paul Dourgnon (IRDES)

"Pistes pour une archéologie du Sida africain à Paris. Autour de l'Hôpital Claude Bernard" par Guillaume Lachenal (Sciences Po, Médialab)

Impact des soins professionnels de longue durée sur le recours à l'aide familiale en Europe

Séminaire LIEPP 15 janvier 2020, 12h00 - 14h00
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Discriminations et inégalités sociales du LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire : 

Impact des soins professionnels de longue durée sur le recours à l'aide familiale en Europe 

Que se passe-t-il au début de la dépendance ? 

Mercredi 15 janvier 2020, 12h00 - 14h00

Salle du LIEPP

254 boulevard Saint Germain, 75007 Paris 

Inscription 

Présentation : 

 

 Thomas Rapp

 Maître de conférences à l'Université de Paris 

 Economiste de la santé au LIRAES (EA4470)

 

Les politiques de dépendance encouragent aujourd'hui l'accès aux soins professionnels de longue durée, dans l'objectif de maintenir le plus longtemps possible les personnes à leur domicile, et de soutenir leurs aidants familiaux. Une abondante littérature empirique montre que lorsque les personnes sont dépendantes, favoriser l'accès aux soins professionnels tend à réduire le recours à l'aide familiale. Néanmoins, on sait aujourd'hui peu de chose sur l'influence des soins professionnels au tout début du processus de perte d'autonomie, lorsque les personnes âgées sont fragiles. Pourtant, ces personnes ont des besoins de soins de longue durée importants. 

L'objectif de notre travail est d'explorer dans quelle mesure le recours aux soins professionnels influence la demande d'aide familiale dans cette population. Nous explorons cette question à l'aide des données SPRINTT, collectées dans 10 pays européens en 2015. Nous identifions l'impact des soins professionnels sur la demande de soins familiaux à l'aide d'une variable instrumentale mesurant l'éligibilité de chaque individu aux aides publiques. Nos estimations montrent que les personnes âgées fragiles tendent à accroître leurs recours à l'aide familiale à mesure que leur consommation d'aide professionnelle augmente. Nous évoquons ensuite plusieurs pistes de réformes permettant de mieux prendre en charge les besoins des personnes âgées fragiles, tout en soutenant les aidants familiaux.     

Discussion : 

 

 Léonie Hénaut

 Chargée de recherche CNRS

 Centre de Sociologie des Organisations (CSO)

 

Les violences sexistes après #MeToo

Journées d'étude VisaGe, les 14 - 15 mai 2020
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Journées d'étude organisées par le laboratoire junior VisaGe et le CARISM avec le soutien du LIEPP, l'URMIS, le CRESPPA et l'IRISSO

les 14 et 15 mai 2020 

Amphithéâtre Buffon

Université Paris Diderot 

15 rue Hélène Brion, 75013 Paris 

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

 

Depuis octobre 2017, la force de l'événement #MeToo ne s'est pas démentie. Ces journées d'étude organisées à l'initiative d'une nouvelle génération de chercheuses francophones sur les violences de genre, poursuivent un triple objectif : 

- Décrypter, à l'appui des savoirs et des méthodes des sciences humaines et sociales, le phénomène #MeToo dans toutes ses dimensions ;
- Inscrire #MeToo dans une histoire de la politisation des violences sexistes contre les femmes ; 
- Contribuer à la réflexion épistémologique sur l'analyse des violences sexistes.

Jeudi 14 mai 2020

9h30 : Accueil

10h00 - 10h45 : Introduction 
par Catherine Cavalin, Jaércio Da Silva, Pauline Delage, Iréne Despontin Lefèvre, Delphine Lacombe et Bibia Pavard

11h00 - 12h00 : Conférence #MeToo, Selfies and Memes : Exploring digitized narratives of sexual violence
par Kaitlynn Mendes (Associate professor, Université de Leicester)

14h00 - 16h00 : Situer l'événement - Discutante : Maryse Jaspard 

#MeToo, c'est avant tout une libération des oreilles 
par Constance Estienne (Masterante, EHESS)

#MeToo et la libération de l'espace public marocain 
par Mounia Ouziou (Doctorante FLSH, Université Hassan II)

#MeToo au Costa Rica : continuités et ruptures dans les dénonciations de violences sexuelles depuis l'Amérique latine et les Caraïbes
par Mariana Rojas Mora (Doctorante LCSP- CEDREF, Université Paris Diderot)

Le mouvement #MeToo, une mobilisation mondiale et transsectorielle ? Sa réception catholique en France en guise d'éclairage
par Josselin Tricou (Chercheur post-doctoral, CESP Inserm)

16h30 - 18h00 : Quelles violences ? Discutante : Tania Lejbowicz

Balance ton porc, la fabrique d'une casuistique 
par Cécile Meadel (Professeure CARISM IFP, Université Paris 2 Panthéon Assas)

#MeToo ou la partie emergée des violences de genre. L'exemple du théâtre new-yorkais
par leuwenn Lechaux (Maîtresse de conférences, Arènes, UMR 6051, Université Rennes 2)

Dialogue entre le mouvement #MeToo et le mouvement de dénonciation des violences gynécologiques 
par Anne Charlotte Millepied (Doctorante IRIS, EHESS et Université de Genève) et Margaux Neve (Doctorante EHESP-IIAC, EHESS). 

Vendredi 15 mai 2020 

9h30 - 11h00 : Conditions d'énonciation et registres de discours - Discutante : Guiseppina Sapio

Les témoignages de violences sexuelles sur Internet sont-ils des récits comme les autres?
par Eméline Fourment (Doctorante, CEE Sciences Po) et Océane Perona (Maîtresse de conférences, LAMES, Université Aix- Marseille)

Fame-inisme et visibilité : enjeux et perspectives 
par Sabrina Moro (Doctorante, Nottingham Trent University)

Rendre sensible l'expérience de violence : histoire et analyse de la place de la souffrance physique dans les luttes contre les violences sexistes 
par Stéphanie Pache (Chercheuse post-doctorale, Vanderbilt University)

11h30 -13h00 : #MeToo et les mouvements sociaux - Discutante : Florence Rochefort 

Lutter au quotidien contre les violences sexuelles et sexistes : comment les étudiantes françaises s'approprient le féminisme après #MeToo 
par Viviane Albenga (Maîtresse de conférences, Université Bordeaux Montaigne) et Johanna Dagorn (Chercheuse associée LACES, Université de Bordeux)

Penser le masculinisme depuis #MeToo 
par Mélanie Gourarier (Chargée de recherche CNRS, Université Paris 8)

Du #NiUnaMenos à #MeToo : dialogues et contributions des féminismes latino-américains dans les luttes transnationales contre les violences faites aux femmes 
parTania Romero-Barrios (Doctorante, LER, Université Paris 8)

14h30 - 16h00 : #MeToo et les politiques publiques - Discutante : Gloria Casas Vila

Après #MeToo, l'Etat est-il devenu un employeur exemplaire ? Une analyse "par le bas" de la prise en charge de plaintes pour violences sexuelles 
par Chloé Mour et Linda Sehili (Masterantes, EHESS)

Changer les mentalités après #MeToo : mais comment ? La sensibilisation au harcèlement à l'école aux Pays Bas et en France 
par Misha Dekker (Doctorant, LIER-FYT, EHESS, Université d'Amsterdam Political Sociology)

A la recherche d'un effet #MeToo sur le monde judiciaire 
par Catherine le Magueresse (Doctorante, ISPJS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h30 - 18h30 : #MeToo et le journalisme 

Dé-couvrir le "crime de l'intime". Ce que #MeToo fait à la médiatisation du viol en France (2000-2018)
par Claire Ruffio (Doctirante, Centre Marc Bloch)

Table ronde avec des journalistes 

Discutantes : Laure Beaulieu (Doctorante Erasmes, Université Paris 13), Marie Barbier (L'Humanité), Lénaïg Bredoux (Mediapart) et Audrey Guiller (Ouest France)

 

Pour en savoir plus, voir le programme détaillé (pdf) et la brochure #MeToo (pdf)

 

Disability as Inequality: Social Disparities, Health Disparities, and Participation in Daily Activities

Séminaire LIEPP/OSC 27 novembre 2019, 12h30 - 14h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP et l'OSC ont le plaisir de vous inviter au séminaire:

Disability as Inequality : Social Disparities, Health Disparities, and Participation in Daily Activities

Mercredi 27 novembre 2019, 12h30 - 14h30

Salle Percheron 

98 rue de l'Université, 75007 Paris 

Inscription 

Présentation:  

 

 Carrie Shandra

 Associate Professor at the State University of New York at Stony Brook 

 Visiting Professor, Sciences Po 

 

 

Individuals with disabilities experience lower education levels, lower employment rates, fewer household resources, and poorer health than people without disabilities. Yet, despite comprising more than one-eighth of the US population, people with disabilities are seldom integrated into sociological studies of inequality. This study uses time use data to understand one type of inequality between working-aged people with and without disabilities: participation in daily activities. It also tests whether social disparities (as suggested by the social model of disability) or health disparities (as suggested by the medical model of disability) explain a larger percentage of participation differences. Results indicate that adults with disabilities spend less time than those without disabilities in market work and more time in health-related activities and leisure - but the same amount of time in nonmarket work like housework and childcare. Although health characteristics explain more of the difference in health-related time use, by disability status, socioeconomic characteristics explain more of the difference in market and leisure time. Results indicate the importance of disentangling disability from health in sociological studies of inequality.  Extensions of these findings are also discussed.

Le CV vidéo : un outil favorisant la recherche d'emploi des personnes avec et sans handicaps

Séminaire LIEPP 25 septembre 2019, 12h30 - 14h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

L'axe Discriminations et inégalités sociales du LIEPP est ravi de vous inviter au séminaire

Le CV vidéo : un outil favorisant la recherche d'emploi des personnes avec et sans handicaps

Mercredi 25 septembre 2019 12h30 - 14h30

salle 911
9, rue de la Chaise

Inscription

(sandwichs offerts)

Présentation: 

Résultat de recherche d'images pour "Charles Bellemare"  Charles Bellemare

  Professeur d'économie, Université Laval (Canada)

 

 

 

 

Titre du papier présenté : " Physical Disability and Labor Market Discrimination: Evidence from a Field Experiment" (with Marion Goussé, Guy Lacroix, and Steeve Marchand)

Dans cet article nous présentons les résultats d’une expérience de terrain effectuée au Québec visant à évaluer l’efficacité du service de CV vidéo comme outil pour favoriser la recherche d’emploi.  

Pour l’expérience, une actrice a été recrutée pour produire plusieurs CV vidéos, certaines révélant un handicap moteur. Les employeurs visés recevaient une invitation à visionner un CV vidéo par le biais de la lettre de présentation associée à chaque candidature envoyée. Les résultats indiquent que l’utilisation du CV vidéo augmente les taux de convocation à une entrevue de 10 points de pourcentage, une augmentation qui ne diffère pas de manière significative entre les personnes vivant avec ou sans handicap moteur.

Discussion:

Mathéa Boudinet Mathéa Boudinet

 Doctorante en sociologie, OSC Sciences Po