Les violences sexistes après #MeToo

Journées d'étude VisaGe, les 16 - 17 décembre 2019
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Journées d'étude organisées par le laboratoire junior VisaGe et le CARISM avec le soutien du LIEPP, l'URMIS, le CRESPPA et l'IRISSO

les 16 et 17 décembre 2019

Amphithéâtre Buffon

Université Paris Diderot 

15 rue Hélène Brion, 75013 Paris 

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Présentation : 

Depuis octobre 2017, la force de l'événement #MeToo ne s'est pas démentie. Ces journées d'étude organisées à l'initiative d'une nouvelle génération de chercheuses francophones sur les violences de genre, poursuivent un triple objectif :

  • Décrypter, à l'appui des savoirs et des méthodes des sciences humaines et sociales, le phénomène #MeToo dans toutes ses dimensions ;
  • Inscrire #MeToo dans une histoire de la politisation des violences sexistes contre les femmes ; 
  • Contribuer à la réflexion épistémologique sur l'analyse des violences sexistes.

Programme : 

Lundi 16 décembre 2019 

9h30 : Accueil

10h00 : Introduction - Catherine Cavalin, Jaércio Da Silva, Pauline Delage, Iréne Despontin Lefèvre, Delphine Lacombe et Bibia Pavard

11h00 - 12h00 : Conférence #MeToo, Selfies and Memes : Exploring digitized narratives of sexual violence par Kaitlynn Mendes (Associate professor, Université de Leicester)

12h00 : Pause - Déjeuner

14h00 - 16h00 : Situer l'événement - Discutante : Maryse Jaspard 

#MeToo, c'est avant tout une libération des oreilles - Constance Estienne (Masterante, EHESS)

#MeToo et la libération de l'espace public marocain - Mounia Ouziou (Doctorante FLSH, Université Hassan II)

#MeToo au Costa Rica : continuités et ruptures dans les dénonciations de violences sexuelles depuis l'Amérique latine et les Caraïbes - Mariana Rojas Mora (Doctorante LCSP- CEDREF, Université Paris Diderot)

Le mouvement #MeToo, une mobilisation mondiale et transsectorielle ? Sa réception catholique en France en guise d'éclairage - Josselin Tricou (Chercheur post-doctoral, CESP Inserm)

16h30 - 18h00 : Quelles violences ? Discutante : Tania Lejbowicz

Balance ton porc, la fabrique d'une casuistique - Cécile Meadel (Professeure CARISM IFP, Université Paris 2 Panthéon Assas)

#MeToo ou la partie emergée des violences de genre. L'exemple du théâtre new-yorkais - Bleuwenn Lechaux (Maîtresse de conférences, Arènes, UMR 6051, Université Rennes 2)

Dialogue entre le mouvement #MeToo et le mouvement de dénonciation des violences gynécologiques 

Mardi 17 décembre 2019 

9h30 - 11h00 : Conditions d'énonciation et registres de discours - Discutante : Guiseppina Sapio

Les témoignages de violences sexuelles sur Internet sont-ils des récits comme les autres? - Eméline Fourment (Doctorante, CEE Sciences Po) et Océane Perona (Maîtresse de conférences, LAMES, Université Aix- Marseille)

Fame-inisme et visibilité : enjeux et perspectives - Sabrina Moro (Doctorante, Nottingham Trent University)

Rendre sensible l'expérience de violence : histoire et analyse de la place de la souffrance physique dans les luttes contre les violences sexistes - Stéphanie Pache (Chercheuse post-doctorale, Vanderbilt University)

11h30 -13h00 : #MeToo et les mouvements sociaux - Discutante : Florence Rochefort 

Lutter au quotidien contre les violences sexuelles et sexistes : comment les étudiantes françaises s'approprient le féminisme après #MeToo - Viviane Albenga (Maîtresse de conférences, Université Bordeaux Montaigne) et Johanna Dagorn (Chercheuse associée LACES, Université de Bordeux)

Penser le masculinisme depuis #MeToo - Mélanie Gourarier (Chargée de recherche CNRS, Université Paris 8)

Du #NiUnaMenos à #MeToo : dialogues et contributions des féminismes latino-américains dans les luttes transnationales contre les violences faites aux femmes - Tania Romero-Barrios (Doctorante, LER, Université Paris 8)

Pause - Déjeuner

14h30 - 16h00 : #MeToo et les politiques publiques - Discutante : Gloria Casas Vila

Après #MeToo, l'Etat est-il devenu un employeur exemplaire ? Une analyse "par le bas" de la prise en charge de plaintes pour violences sexuelles - Chloé Mour et Linda Sehili (Masterantes, EHESS)

Changer les mentalités après #MeToo : mais comment ? La sensibilisation au harcèlement à l'école aux Pays Bas et en France - Misha Dekker (Doctorant, LIER-FYT, EHESS, Université d'Amsterdam Political Sociology)

A la recherche d'un effet #MeToo sur le monde judiciaire - Catherine le Magueresse (Doctorante, ISPJS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h30 - 18h30 : #MeToo et le journalisme 

Dé-couvrir le "crime de l'intime". Ce que #MeToo fait à la médiatisation du viol en France (2000-2018) - Claire Rufio (Doctirante, Centre Marc Bloch)

Table ronde avec des journalistes 

Discutantes : Laure Beaulieu (Doctorante Erasmes, Université Paris 13), Marie Barbier (L'Humanité), Lénaïg Bredoux (Mediapart) et Audrey Guiller (Ouest France)

 

Pour en savoir plus, voir la brochure #MeToo

 

Carrie Shandra, Université de New York à Stony Brook

Professeure invitée au LIEPP du 22 novembre au 20 décembre 2019
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Carrie Shandra sera professeure invitée au LIEPP du 22 novembre au 20 décembre 2019. Elle fera un séminaire le 27 novembre 2019 intitulé Disability as Inequality : Social Disparities, Health Disparities and Participation in Daily Activities.

Pour en savoir plus

Disability as Inequality: Social Disparities, Health Disparities, and Participation in Daily Activities

Séminaire LIEPP/OSC 27 novembre 2019, 12h30 - 14h30
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP et l'OSC ont le plaisir de vous inviter au séminaire:

Disability as Inequality : Social Disparities, Health Disparities, and Participation in Daily Activities

Mercredi 27 novembre 2019, 12h30 - 14h30

Salle Percheron 

98 rue de l'Université, 75007 Paris 

Inscription 

Présentation:  

 

 Carrie Shandra

 Associate Professor at the State University of New York at Stony Brook 

 Visiting Professor, Sciences Po 

 

 

Individuals with disabilities experience lower education levels, lower employment rates, fewer household resources, and poorer health than people without disabilities. Yet, despite comprising more than one-eighth of the US population, people with disabilities are seldom integrated into sociological studies of inequality. This study uses time use data to understand one type of inequality between working-aged people with and without disabilities: participation in daily activities. It also tests whether social disparities (as suggested by the social model of disability) or health disparities (as suggested by the medical model of disability) explain a larger percentage of participation differences. Results indicate that adults with disabilities spend less time than those without disabilities in market work and more time in health-related activities and leisure - but the same amount of time in nonmarket work like housework and childcare. Although health characteristics explain more of the difference in health-related time use, by disability status, socioeconomic characteristics explain more of the difference in market and leisure time. Results indicate the importance of disentangling disability from health in sociological studies of inequality.  Extensions of these findings are also discussed.

Séminaire: Trajectoires résidentielles et choix scolaires des classes moyennes

8 novembre 2019
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Le LIEPP a le plaisir de vous inviter au séminaire

Trajectoires résidentielles et choix scolaires des classes moyennes

Statut d’occupation du logement, ségrégation et action publique locale dans la métropole parisienne

Vendredi 8 novembre 2019 à 14h15

salle Annick Percheron, 98, rue de l'Université

Présentation

Quentin Ramond

Doctorant en sociologie, LIEPP/OSC

 

 

Face à l’augmentation des prix de l’immobilier, accéder à la propriété et résider à proximité des établissements scolaires attractifs sont deux aspirations difficilement conciliables pour les classes moyennes. Cette thèse prend pour objet la tension entre ces deux dimensions centrales de leur position sociale à partir de l’étude des effets du statut d’occupation du logement sur la ségrégation résidentielle et les inégalités scolaires. L’approche quantitative montre d’abord que le logement locatif, privé et social, représente une alternative importante au marché immobilier dans les contextes scolaires attractifs où les prix des logements sont les plus élevés, ce qui est lié à la construction d’une offre locative sociale « intermédiaire » et aux pratiques d’attribution des logements sociaux dans ces espaces. A l’inverse, l’accession à la propriété est facilitée dans les espaces populaires où les établissements scolaires sont moins prestigieux. L’enquête par entretiens menée dans la proche banlieue parisienne montre ensuite que les arbitrages entre le statut d’occupation et le lieu de résidence permettent d’accéder à des ressources qui peuvent se compenser, et qu’ils traduisent des rapports différenciés entre les groupes sociaux d’une part, et entre les générations du réseau familial d’autre part. Mettant en évidence la façon dont les trajectoires sociales et résidentielles des classes moyennes s’articulent au statut d’occupation du logement, la thèse contribue à l’analyse de la stratification sociale en milieu urbain dans le contexte de peur du déclassement et apporte un éclairage original pour penser l’articulation des politiques du logement et des politiques scolaires.

Childcare, family policy and women's professional careers

Journée d'étude - 15 novembre 2019 - Salle H004 (28, rue des Saints Pères)
  • Actualité Sciences PoActualité Sciences Po

Présentation : 

L'objectif de cette journée d'étude est de créer une discussion afin de lancer un nouveau projet de recherche autour de la garde de la petite enfance, des politiques familiales et des carrières féminines. L'idée étant de constituer un groupe interdisciplinaire de chercheurs qui travaillent dans ce domaine et d'établir des potentielles collaborations futures. Celle-ci prendra la forme de cinq présentations d'une demi-heure suivies d'un débat appronfondi de chaque sujet étudié. 

Programme :

Demographic changes and access to childcare 

9h00-9h15 : Arrival & coffee

9h15-9h30 : Welcoming words by Bruno Palier (LIEPP's director, CEE) and Clément Carbonnier (co-director of the socio-fiscal policies group research) 

9h30 - 10h30 : Gender, population ageing and economic growth in France since 1870

Miguel Sanchez-Romero (Vienna Institute of Demography/ Austrian Academy of Sciences) 

Joint work with Monserrat Botey & Hippolyte d'Albis

10h45 - 11h45 : Sharing or not sharing? Household, Division of Labour & Marital Status in France 1985 -2009

Hélène Périvier (Sciences Po, OFCE)

Joint work Lamia Kandil

12h00 - 13h00 : Access to childcare in France 

Montserrat Botey (Université d'Orléans & LIEPP)

Joint work with Clément Carbonnier, Emanuele Ferragina & Federico Filetti 

13h00 - 14h00 : Lunch Break 

Childcare and Women's professional careers 

14h00 - 15h00 : Non-standard work hours and grandparental childcare

Morgan Kitzmann (Université de la Sorbonne)

15h15 - 16h15 : Parental leave and the motherhood wage penalty in Spain

Marta Dominguez (OSC)  

Discussion & wrap up