Emirats arabes unis : la tolérance religieuse au service de l’intolérance politique

par Stéphane Lacroix

Au début du mois de février 2019, le pape François a été reçu en grande pompe pour une visite de trois jours aux Emirats arabes unis, la première d’un souverain pontife dans la péninsule arabique. Cette initiative est la dernière manifestation de la politique menée depuis plusieurs années par Abu Dhabi, qui veut apparaître comme une oasis de « tolérance religieuse » dans un environnement marqué par la montée de l’« extrémisme ». Depuis 2014, les Emirats organisent annuellement un Forum pour promouvoir la paix dans les sociétés musulmanes et ils ont co-sponsorisé, en janvier 2016, la Déclaration de Marrakech sur les droits des minorités religieuses en terre musulmane. Dans cet effort, les Emirats se sont beaucoup appuyés sur le grand imam Ahmed el-Tayeb et sur l’institution qu’il préside, l’université al-Azhar du Caire, dont ils sont l’un des principaux financiers et qui est aujourd’hui repassée sous la coupe du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, grand allié régional d’Abu Dhabi.

Pour en savoir plus

Les réseaux islamiques entre l’Asie du Sud et le Golfe

Entretien avec Laurence Louër et Christophe Jaffrelot, auteurs de Pan Islamic Connections. Transnational Networks between South Asia and the Gulf (Hurst Publisher).

Contrairement au découpage géographique traditionnel qui établit une coupure entre les pays du golfe Persique et le sous-continent indien, ces deux régions du monde cultivent depuis des siècles des liens commerciaux et culturels qui se sont notamment traduits par des migrations importantes.
Dans l’ordre religieux qui nous intéresse ici, ces relations ont pris la forme de routes de pèlerinages qui n’ont pas seulement conduits les musulmans de l’Asie du Sud à La Mecque, mais aussi à Kerbala, Qom et Nadjaf quand ils étaient chiites.

Pour en savoir plus