Présentation du cours "Media and Politics"

Présentation du cours "Media and Politics"

Interview avec Emiliano Grossman
  • Photo: Débat présidentiel français de 2017 (ERIC FEFERBERG / AFP)Photo: Débat présidentiel français de 2017 (ERIC FEFERBERG / AFP)

Vous demandez-vous de quelle manière les médias influencent nos élections? Le Pr. Emiliano Grossman répond à cette question, et à bien d'autres, dans son cours "Media and Politics". Lisez son interview pour en savoir plus sur le cours qu'il enseigne lors de la session de juin.

Le rôle des médias dans la vie politique fait débat dans de nombreux pays. Quels sujets d’actualité présentez-vous dans votre cours ?

Les deux dernières années ont été riches en élections ou référendums où les médias ont joué un rôle déterminant. C’est vrai des élections américaines de novembre 2016 et du vote pour le Brexit, bien sûr, mais c’est aussi vrai des élections françaises, allemandes, tchèques ou néerlandaises. Cela sera également le cas pour les élections italiennes à venir.

Au-delà des élections, il est intéressant de travailler sur des études de cas liées aux politiques : comment certaines questions sont médiatisées et comment la médiatisation affecte le débat public et, en dernière instance, la prise de décision publique. Un bon exemple serait la légalisation du mariage gay dans plusieurs pays au cours des dix dernières années. Les médias jouent aussi un rôle intéressant dans les "questions morales", aussi bien en lien avec la bioéthique que les scandales politiques de tous types. 

Quel type d’outils présentez-vous à vos étudiants, pour les guider dans leur analyse des discours médiatiques ?

Le cours a deux composantes : le matin, nous nous penchons en général sur l’aspect théorique et conceptuel, tandis que les après-midis sont plus pratiques. L’objectif est de permettre aux participants d’acquérir différents outils d’analyse.

D’un point de vue plus qualitatif, nous allons étudier plusieurs outils simples d’analyse de texte, comme l’analyse de la fréquence des mots, l’analyse typologique ou l’analyse de sentiments. Des logiciels de statistique nous permettront de mener à bien ces analyses sur de vastes ensembles de textes, et de manière automatisée. En fonction de l’intérêt des étudiants pour ces questions, et de leurs connaissances préalables, nous pourrons même aller jusqu’à étudier la modélisation de sujet.

L’année dernière, la Summer School a rassemblé des étudiants représentant près de 60 nationalités. Qu’apporte cette dimension internationale à votre cours ?

C’est quelque chose de fondamental. La discussion et la comparaison d’une grande diversité de systèmes médiatiques fait partie prenante des objectifs académiques de ce cours. Plus il y a de pays représentés parmi les étudiants, plus nous serons en mesure de nous appuyer sur des expériences personnelles pour illustrer les liens et les différences dans les relations Etat-médias. Cela permet aussi de mieux comprendre les éléments qui relèvent purement de l’organisation des médias à une échelle transnationale, indépendamment du contexte politique.

Quel est la chose la plus importante que vous souhaitez transmettre à vos étudiants à travers ce cours, pour leur permettre de mieux appréhender le lien entre médias et politique dans le contexte actuel ?

J’aimerais que les étudiants quittent ce cours en ayant acquis une bonne connaissance des tendances majeures dans les relations Etat-médias. Qu’ils soient capables de donner des exemples concrets, de réunir et d’analyser des données, pour améliorer la prise de décision basée sur des données concrètes, dans le secteur public comme privé. Peu importe leur niveau de départ, l’objectif est qu’ils développent significativement leurs compétences dans ce domaine.

Pour plus d'informations, consultez la présentation 2018 du cours "Media and Politics".

Tags :
Retour en haut de page