Paris: A Global City?

Paris: A Global City?

Interview avec le professeur
  • Vue de la rue Tronchet, Paris (photo: Irina Palei)Vue de la rue Tronchet, Paris (photo: Irina Palei)

Bruno Cousin enseigne le cours « Paris : A Global City ? » dans le parcours de sciences sociales du Programme Universitaire.

Télécharger la présentation du cours “Paris: A Global City?” (PDF, 200 Ko, EN).

Bruno Cousin est sociologue, docteur de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’Université de Milan-Bicocca. Avant de rejoindre le Centre d’études européennes en tant qu’assistant professor, il a notamment travaillé comme chercheur post-doctoral à l’Université Harvard, puis comme maître de conférences à l’Université de Lille 1 et au CLERSÉ, et comme chercheur et enseignant associé au Centre Maurice Halbwachs (ENS/EHESS).  Sa recherche se situe au carrefour de la sociologie urbaine, l’analyse des inégalités et formes de sociabilité, et les rapports des classes supérieures européennes à la mixité.  Il enseigne un cours sur la ségrégation urbaine (avec Marco Oberti) et un cours sur les méthodes qualitatives à l’Ecole urbaine.

C'est la première fois que vous enseignez à la Summer School. Quel élément de votre été attendez-vous avec le plus d’impatience?

En tant que chercheur et enseignant, il est particulièrement intéressant pour moi de partager ce que les sciences sociales nous apprennent sur la capitale française avec des étudiant-e-s du monde entier et aux parcours multiples. Les séminaires comme ceux de la Summer School ont pour but premier la transmission d'un corpus de connaissances solidement établi par des générations de chercheurs et des décennies de recherche en sciences sociales (voir plus !), mais ils sont aussi une occasion pour l'équipe enseignante d'affiner ses analyses ou les façons de les présenter en se confrontant à la diversité des étonnements, des intuitions et des réactions des étudiant-e-s.

Quelle est la chose la plus importante que les étudiants de votre cours vont apprendre ?

À partir du cas parisien, ils vont se familiariser avec les différents cadres théoriques et démarches méthodologiques que les sciences sociales et politiques déploient pour comprendre l'organisation et l'évolution d'une grande métropole. Par ailleurs, bien entendu, ils vont découvrir les particularités de Paris et du contexte français.

Quels conseils donneriez-vous à un(e) étudiant(e) qui vient à Sciences Po et à Paris le temps d'un été pour en profiter le mieux ?

Je conseillerais à celles et ceux qui envisagent de suivre le cours que je coordonnerai de répartir leur temps équitablement entre cours, travail individuel, et découverte directe de la ville. Durant leur mois à Paris, ils seront constamment immergés dans leur objet d'étude ! Il faut donc en profiter au maximum pour faire des allers-retours entre les livres et l'observation du tissu urbain et des interactions qui y prennent place. Certains ouvrages sont d'ailleurs conçus pour favoriser cette démarche… par exemple le livre de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades urbaines (Payot, 2013), qui propose des itinéraires commentés pour mieux comprendre la division sociale de l'espace parisien et les dynamiques qui le façonnent. Il faut aussi éviter de penser que Paris s'arrête au périphérique : c'est une métropole beaucoup plus étendue dont bien des coins méritent d'être explorés… Enfin, bien sûr, la Summer School offre de nombreuses occasions de se familiariser avec Sciences Po, et de rencontrer ses étudiants et ses enseignants (même en dehors des heures de cours), et il serait dommage de ne pas en profiter.

Quel est votre lieu préféré à Paris ?

Je n'ai pas un seul lieu préféré… Mais, avant d'être enseignant à Sciences Po, j'ai aussi étudié à Paris et y ai passé un certain nombre d'étés… Je ne saurais donc trop attirer l'attention des futurs étudiants sur le fait que, au-delà des nombreuses bibliothèques et des différents sites de Sciences Po, la ville regorge de lieux où lire et travailler au soleil…

En savoir plus

Tags :
Retour en haut de page