img period

1870

Institution

Voir

Fondation de l'École libre de sciences politiques (ELSP) – le contexte

Fondation de l'École libre de sciences politiques (ELSP) – le contexte

« Ceux qui n’ont pas vécu en 1871 et 1872 ne se doutent pas de ce que fut, au lendemain de la guerre, la passion de créer et d’agir. C’était au milieu d’un deuil national, une universelle volonté de relèvement. » (Alfred de Foville) (illustration « Capitulation de Sedan », Caricature de Daumier parue dans Le Charivari le 22 septembre 1870)

1871 - 1906 - Émile Boutmy

1871

Institution

Voir

Fondation de l’ELSP : les caractères essentiels

Ambition scientifique, formation à l’action et pédagogie novatrice caractérisent le projet fondateur de Boutmy.

1871

Institution

Voir

Le directorat d’Émile Boutmy

Le directorat d’Émile Boutmy

« Une œuvre presque aussi difficile que nécessaire à accomplir. » (François Guizot) (crédit photo: © Photographie de la Presse artistique)

1872

Enseignants

Voir

Ils ont enseigné à l’École libre des sciences politiques

Souveraine en matière de recrutement, l’ELSP s’est distinguée par l’absence d'un corps enseignant permanent, par la diversité de ses intervenants, et par une grande souplesse et un grand éclectisme dans leur recrutement.

1872

Projet pédagogique

Voir

Enseigner les sciences politiques

« Il n’y a pas en France d’enseignement organisé des sciences politiques. C’est une des lacunes les plus apparentes de notre instruction supérieure. » (Émile Boutmy)

1872

Projet pédagogique

Voir

Création de la bibliothèque de l’ELSP

Création de la bibliothèque de l’ELSP

« Il sera organisé, aussitôt que possible, une salle de lecture et une bibliothèque où seront réunis tous les documents relatifs à l’histoire politique contemporaine. » (Brochure de présentation de l’ELSP, Art. 5) (crédit photo : © Albert Harlingue / Roger-Viollet)

1872

Étudiants

Voir

Ils ont étudié à l’École libre des sciences politiques

De 1872 à 1914, quelque 16 000 étudiants ont fréquenté les bancs de l’ELSP, installant durablement l’institution dans le paysage de l’enseignement supérieur français.

1872

Étudiants

Voir

Les étudiants étrangers à l'ELSP

L’internationalisation de l’enseignement supérieur n’est pas un phénomène récent. Pour preuve, l’ouverture précoce de l’École libre des sciences politiques aux étudiants étrangers.

1875

Institution

Voir

Une école modèle, un modèle d’école

Lorsque Boutmy crée l’École libre des sciences politiques, l’enseignement supérieur européen est un vaste chantier où les concurrences entre modèles universitaires sont intenses.

1879

Institution

Voir

Premières acquisitions immobilières

Premières acquisitions immobilières

Deux constantes : la fidélité au « pré carré » Saint-Germain et le repère immuable du 27 rue Saint Guillaume. ( crédit photo : © Harry C. Ellis)

1881

Enseignants

Voir

L’empire des Tsars et les Russes

L’empire des Tsars et les Russes

Monographie en trois tomes, fruit de dix ans de travail et de multiples séjours en Russie, l’Empire des Tsars et les Russes est encore aujourd’hui un classique incontournable de l’historiographie russe.

1885

Enseignants

Voir

L’Europe et la Révolution française

L’Europe et la Révolution française

Une fresque magistrale qui résume ce que sera l’histoire à l’École libre des sciences politiques : contemporaine, diplomatique, européenne voire mondiale.

1886

Publications

Voir

Les Annales de l’École des Sciences Politiques

Les Annales sont conçues comme un instrument de diffusion de la recherche et comme un vecteur de rayonnement et de prestige anticipant de beaucoup la fondation de la Revue française de science politique (1950) ou des Presses de Sciences Po (1976).

1898

Enseignants

Voir

La politique à l’École des sciences politiques : l’Affaire Dreyfus

La politique à l’École des sciences politiques : l’Affaire Dreyfus

L’Affaire fut un test de la conception de la politique à l’École des sciences... politiques. (Une du "Petit Journal", le 18 January 1895)

1900

Enseignants

Voir

L'économie sociale : les Leplaysiens à l'ELSP

Si la fondation de l'ELSP doit beaucoup à la défaite de 1870, la création en 1900 de sa section économique et sociale s'explique par l'acuité nouvelle de la question sociale.

1906 - 1912 - Anatole Leroy-Beaulieu

1906

Enseignants

Voir

Succéder à Boutmy, le directorat d’Anatole Leroy-Beaulieu

Succéder à Boutmy, le directorat d’Anatole Leroy-Beaulieu

« Notre nouveau directeur continuera, nous en sommes assurés, les traditions de libéralisme, de tolérance et de patriotisme qui ont toujours inspiré la vie de l’École. » (crédit photo : © Eugène Pirou / Sciences Po)

1912 - 1936 - Eugène d'Eichthal

1912

Institution

Voir

Directorat d’Eugène d’Eichthal

Directorat  d’Eugène d’Eichthal

Nommé à 68 ans, mort en fonction à 92 ans, Eugène d’Eichthal n’était pourtant pas destiné à devenir le successeur de Boutmy, ni à le rester si longtemps. ( crédit photo : © STAR / Sciences Po)

1912

Enseignants

Voir

Histoire du peuple anglais au XIXe siècle

« Je ne connais aucune histoire contemporaine d’aucun État qui m’ait donné une aussi complète satisfaction. » (Charles Seignobos)

1913

Enseignants

Voir

Tableau politique de la France de l’Ouest

Acte de naissance de la science politique française, bréviaire des apprentis politistes, le Tableau est aujourd’hui encore unanimement célébré.

1914

Enseignants

Voir

L’École et la Grande guerre

L’École et la Grande guerre

Née de la guerre de 1870, l’École libre des sciences politiques survivra-t-elle à la guerre de 1914-1918 qui la prive de ses étudiants et de ses enseignants ? (© DR)

1918

Étudiants

Voir

Ils ont étudié à l'École libre des sciences politiques

Si l’École libre compte 800 élèves en 1914, l’après-guerre inaugure une période de forte croissance qui porte les effectifs à environ 2 000 dans les années 1930.

1918

Enseignants

Voir

Ils ont enseigné à l'École libre des sciences politiques

Si l’équilibre complexe du corps enseignant de l’École libre n’est pas bouleversé durant l’entre-deux-guerres, celui-ci est néanmoins renouvelé. De nouveaux cours sont institués ; de nouvelles matières émergent ; des sections prennent une ampleur inédite.

1919

Enseignants

Voir

Entrée des femmes à l’ELSP

Entrée des femmes à l’ELSP

« Une jeune fille pas trop laide, c’est cinq garçons qui ne travaillent pas. » Le théorème de Siegfried a contribué à la réputation de misogynie de l’École.

1920

Institution

Voir

Guerre et Paix, comprendre et agir sur son siècle

Quelles sont les causes de la guerre ? Qui est responsable du conflit ? Quelles seront les conséquences de la paix ?

1927

Enseignants

Voir

Les études américaines à l'ELSP

L’École libre des sciences politiques a réuni les premiers américanistes qui ont parcouru et observé les États-Unis, tour à tour objet de fascination ou d'aversion, modèle ou repoussoir.

1927

Recherche

Voir

La bibliothèque à l’heure américaine

La bibliothèque à l’heure américaine

Rien n’arrête la croissance vertigineuse des collections de la bibliothèque durant l’entre-deux-guerres : 25 000 volumes au début des années 1890, 40 000 en 1927, 65 000 en 1945...( Crédit photo : © Studio Chevojon)

1930

Enseignants

Voir

À l’école du libéralisme ? Clément Colson et Jacques Rueff

En dépit des mises en garde de Taine – « L’École n’est pas faite pour enseigner une doctrine mais des doctrines » –, l’ELSP défend et illustre l’école libérale française.

1931

Enseignants

Voir

Création de l’Association sportive

Création de l’Association sportive

Des esprits sains dans des corps sains.(crédit photo: © GERMIC)

1933

Institution

Voir

Le temps des grands travaux

Le temps des grands travaux

Le succès croissant de l’ELSP est une immense satisfaction autant qu’un véritable casse-tête immobilier pour ses dirigeants qui tournent et retournent les plans, à la recherche de solutions. (crédit photo : © Studio Chevojon)

1936 - 1947 - Roger Seydoux

1936

Institution

Voir

Un long interrègne

Du décès d’Eugène d’Eichthal en 1936 à la prise de fonction de Roger Seydoux en 1942, l’École libre des sciences politiques se trouve sans directeur, mais pas sans pilote.

1936

Institution

Voir

Le Front populaire et la nationalisation

Le Front populaire et la nationalisation

Depuis 1881, la menace de nationalisation pesant sur l’École libre des sciences politiques est récurrente.(©DR)

1940

Institution

Voir

L’ELSP, Vichy et l'Occupation

Ni rose ni noir, les historiens ont dressé un tableau, tout en nuances de gris, de la période sombre de l’Occupation.

1940

Institution

Voir

La grande réforme pédagogique

Jusqu’aux années 1990, Sciences Po doit l’architecture de sa scolarité et de son diplôme aux réflexions engagées en... 1940.

1943

Étudiants

Voir

L’Année Préparatoire (AP), « le sel de la terre »

L’Année Préparatoire (AP), « le sel de la terre »

Propédeutique équivalent au premier cycle universitaire, l’Année Préparatoire, instituée en 1943, est « une de nos meilleures réussites et un des meilleurs souvenirs des élèves» (Jacques Chapsal). (© DR)

1945

Institution

Voir

De l’École libre à Sciences Po

« Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. » (Jean-Marcel Jeanneney)

1945

Institution

Voir

Refonder Sciences Po

« La Fondation ? L’Institut ? Est-ce l’Institut qui est national ou la Fondation qui est d’Études politiques ? Personne ne sait très bien ce que sont les titres exacts, encore moins ce qu’ils recouvrent. » (Jacques Chapsal)

1945

Institution

Voir

La Fondation nationale des sciences politiques

La Fondation nationale des sciences politiques

« Mais la Fondation nationale des sciences politiques ? Qu’est-ce que ce peut bien être ? On n’en sait rien. On y reconnaît bien « Sciences Po » et cela fait plaisir, mais c’est tout. » (Jacques Chapsal) Objet juridique non identifié et œuvre de circonstance, la FNSP fut d’abord une coquille vide, avant de devenir le navire-amiral de l’archipel Sciences Po. (crédit photo : ©DR)

1945

Institution

Voir

Les IEP de province

Outre Paris, Strasbourg (1945), Bordeaux, Grenoble, Lyon, Toulouse (1948), Aix (1958), Lille et Rennes (1991) vont se doter d’Instituts d’études politiques.

1945

Étudiants

Voir

La section économique et financière (Ecofi), « la préparation aux affaires »

Bien qu'ouvrant sur de larges débouchés et des emplois assurés, la section Ecofi souffre paradoxalement de l’irrépressible attrait de sa rivale Service Public.

1945

Étudiants

Voir

La section Service Public (SP), « antichambre de l’ENA »

La section Service Public (SP), « antichambre de l’ENA »

Permettant de « franchir le jardin en direction de la rue des Saints-Pères » (Jacques Chapsal), la section Service Public est « un de nos plus beaux titres de gloire », en même temps qu’un « mythe » tant les portes de la haute fonction publique sont étroites et les élus peu nombreux. (crédit photo : © franckpoupart/Shutterstock)

1945

Étudiants

Voir

La section politique économique et sociale (PES)

La section générale (« dans le vocable de papa ou du frère aîné »), baptisée Politique et Sociale en 1963, avant d'être « économisée » en 1969 et renommée Politique Économique et Sociale (PES), fait « injustement figure de Cendrillon » dans une institution tournée vers l’action, avant d’en devenir le laboratoire des sciences sociales. (Jacques Chapsal)

1945

Étudiants

Voir

La section internationale (1948)

Refondée en 1948, la section internationale « s’adresse à tous ceux qui se destinent à la vie internationale et plus spécialement les élèves étrangers. » (Jacques Chapsal)

1945

Étudiants

Voir

Le diplôme de Sciences Po

Le diplôme de Sciences Po

« L’objet de l’enseignement supérieur doit être de former des hommes pour un monde dont nous ne savons rien, si ce n’est qu’il subira des modifications surprenantes. Il faut former des esprits flexibles. » (Jacques Chapsal citant Gaston Berger) (crédit image : © Mission Archives de Sciences Po)

1947 - 1979 - Jacques Chapsal

1947

Institution

Voir

Le directorat de Jacques Chapsal (1947-1979)

Le directorat de Jacques Chapsal (1947-1979)

Présidant aux destinées de Sciences Po de 1947 à 1979, Jacques Chapsal a contribué à façonner le « Sciences Po 1945-1975 » et à accompagner les « Trente Glorieuses de la Maison ». (crédit photo : DR)

1948

Institution

Voir

À l’étroit dans le Kombinat 27-30 Saint Guillaume

Après 1945 Sciences Po est une École où le ciment ne sèche jamais : les acquisitions s’enchaînent à un rythme soutenu, entraînant démolitions, reconstructions et travaux d’aménagement en tout genre.

1949

Institution

Voir

Association française de sciences politiques (AFSP) et Association internationale de science politique (AISP/IPSA)

Association française de sciences politiques (AFSP) et Association internationale de science politique (AISP/IPSA)

Le 14 juillet 1949 paraît au Journal Officiel l’annonce de la création de l’Association française de science politique sise au 27 de la rue Saint-Guillaume et dont l’objet est de « favoriser la recherche et les échanges internationaux dans le domaine de la science politique ». Filleule et locataire de la Fondation nationale des sciences politiques, l’AFSP va en retour contribuer à transformer la FNSP en institution de recherche et en incubateur de la discipline de science politique.

1950

Étudiants

Voir

Les étudiants étrangers à Sciences Po

« L'un des aspects les plus attachants de notre école : son rayonnement international mesuré par l’attrait exercé sur les étudiants étrangers. » (Jacques Chapsal)

1950

Recherche

Voir

De la bibliothèque aux Services de documentation

De la bibliothèque aux Services de documentation

Première bibliothèque en sciences sociales d’Europe continentale, les services documentaires de Sciences Po sont un modèle, non seulement par la richesse de leurs collections mais aussi par l’expertise de leurs bibliothécaires, pionniers en science de la documentation et de l’information. (crédit photo:©Studio Chevojon)

1951

Publications

Voir

La Revue française de science politique (RFSP)

La Revue française de science politique (RFSP)

Publication phare de Sciences Po, la RFSP est à la fois le résultat direct du développement des sciences politiques en France et un puissant outil d’institutionnalisation et d’affirmation scientifique de la discipline.

1952

Recherche

Voir

Le CERI

Le CERI

« Prototype des centres de recherche » (Pierre Renouvin) de la FNSP, le Centre d’études des relations internationales est chronologiquement le premier et numériquement le plus important des laboratoires de Sciences Po. Son succès éclatant et rapide permet l’institutionnalisation précoce de la discipline des Relations internationales en France.

1954

Publications

Voir

La droite en France

La droite en France

Classique incontournable, inusable manuel des étudiants d’histoire et de science politique, La droite en France parue en 1954, opportunément rebaptisée Les droites en France en 1982 et actualisée en Les droites aujourd’hui (2002), est un livre-événement qui a fait de René Rémond un historien réputé et un politologue écouté. (crédit photo : DR)

1956

Institution

Voir

Le Cycle supérieur d’études politiques ou Troisième Cycle

Véritable révolution scientifique, le Cycle supérieur d’études politiques créé en 1956 à l’initiative de Jean Touchard introduit la recherche dans l’offre de formation de l’IEP et installe la formation au cœur de la recherche de la FNSP. S’ensuivent de spectaculaires conversions : le recrutement des premiers directeurs d’étude constitue le point de départ de la création d’un corps enseignant permanent ; la responsabilité de Sciences Po vis-à-vis des jeunes chercheurs formés entraîne une politique de croissance soutenue des centres de recherche ; la reconnaissance de la formation incite au rapprochement avec l’Université, instance de délivrance des diplômes.

1958

Étudiants

Voir

La recherche de la taille critique

La maîtrise des effectifs est le leitmotiv des années 1960 et 1970.

1960

Recherche

Voir

Création du CEVIPOF

Création du CEVIPOF

Fondé en 1960 par Jean Touchard et François Goguel, le CEVIPOF, second laboratoire de la FNSP par l’âge et par la taille, s’est imposé comme le fleuron de la science politique française, la vitrine de Sciences Po dans les médias et un laboratoire pionnier, producteur de publications marquantes.

1966

Publications

Voir

Raoul Girardet, de La crise des sociétés militaires (1964) à Mythes et mythologies politiques (1986)

Historien de renom et intellectuel controversé, Raoul Girardet, par son parcours et par son œuvre, témoigne de ce que le milieu Sciences Po a pu produire d’original et de meilleur à la croisée de la sociologie, de la science politique et de l’histoire.

1968

Étudiants

Voir

Mai 68 à Sciences Po

Mai 68 à Sciences Po

« Les Sciences Po ne pouvaient prétendre à une parfaite Mer de la Tranquillité alors que de hautes vagues secouaient encore lycées, facultés et grandes écoles. » (Jacques Chapsal) (Crédit photo : © AGIP / Bridgeman Images)

1969

Étudiants

Voir

Le statut de janvier 1969

« Il fallait remettre la machine en marche, assurer la mise en application d’un nouveau statut, continuer les réformes pédagogiques. » (Jacques Chapsal)

1971

Étudiants

Voir

La réforme de la scolarité de 1971-1974

La grande réforme pédagogique de 1971-1974 témoigne du dynamisme et de l’inventivité modernisatrice qui caractérisent la dernière décennie du directorat de Jacques Chapsal.

1973

Étudiants

Voir

Création de la formation continue

Création de la formation continue

Répondant à une demande politique, Sciences Po se positionne sur le marché porteur de la formation pour adultes et y fait entendre sa différence.

1976

Publications

Voir

Les publications de la FNSP

Les publications de la FNSP

« La liste des publications est maintenant si longue que notre Président lui-même se demande parfois s’il n’est pas à la tête d’une maison d’édition plutôt que d’une Fondation. » (Jacques Chapsal) Héritage de l’École libre des sciences politiques, l’activité éditoriale de Sciences Po connaît un incontestable essor après 1945, au point de prendre son envol en 1976 avec la création des Presses de la FNSP. (©Thomas Arrivé / Sciences Po)

1977

Publications

Voir

Classe, religion et comportement politique

Maître-ouvrage paru en 1977, Classe, religion et comportement politique (Guy Michelat, Michel Simon) propose d’explorer, au-delà de l’analyse de la conjoncture électorale, les tréfonds du comportement politique et d’expliquer les ressorts de la bipolarisation idéologique française. Exemplaire par sa méthode, il définit un modèle d’enquête combinant entretien non directif et sondage, qui deviendra la marque de fabrique du CEVIPOF.

1979 - 1987 - Michel Gentot

1979

Enseignants

Voir

Ils ont enseigné à Sciences Po (1945-1985)

Un « corps enseignant dont le dévouement et le désintéressement sont au dessus de tout éloge. » (Jacques Chapsal)

1979

Étudiants

Voir

Ils ont étudié à Sciences Po (1945-1985)

La courbe des effectifs accompagne sans surprise les mouvements de la démographie et la politique scolaire.

1979

Institution

Voir

Le directorat de Michel Gentot (1979-1986)

Le directorat de Michel Gentot (1979-1986)

Le court mandat de Michel Gentot fait figure d'intermède, coincé entre les Trente Glorieuses de Jacques Chapsal et les Dix flamboyantes d’Alain Lancelot. ( crédit photo : © Janine Mossuz-Lavau / Sciences Po)

1981

Institution

Voir

Du Service d’études de l’activité économique (SEAE) à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)

Du Service d’études de l’activité économique (SEAE) à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)

L’économie a longtemps fait figure de parent pauvre de la recherche à Sciences Po. Concurrencée par les facultés de droit, l’ELSP n’a pas constitué de tradition en économie et Sciences Po hésitera longtemps entre économie appliquée, économie théorique et économie d’expertise.

1984

Étudiants

Voir

Droits d’inscription et ouverture sociale

Michel Gentot se frotte le premier à l’épineuse question du financement étudiant : il défend l’augmentation des droits d’inscription et l’obtient au nom de la justice sociale et de la démocratisation de Sciences Po.

1984

Institution

Voir

Le centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle et les Archives d'histoire contemporaine

Le centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle et les Archives d'histoire contemporaine

De la même manière que l’économie, l’histoire, discipline-reine de l’IEP, a tardé à se doter d’un centre de recherche faisant honneur à son rayonnement et à son dynamisme (DEA d’histoire, grands colloques, Archives d'histoire contemporaine). C’est chose faite en 1984 avec la création du Centre d’histoire de l’Europe du vingtième siècle.

1985

Institution

Voir

Le statut de Grand Établissement

Titre de gloire de Michel Gentot, le statut de 1985 fait de Sciences Po un « grand établissement » au même titre que le Collège de France ou l’École normale supérieure.

1986

Institution

Voir

Directorat d'Alain Lancelot

Directorat d'Alain Lancelot

Intronisé troisième fondateur de Sciences Po, Alain Lancelot saura concilier tradition et rupture, continuité et innovation. Certains y verront la marque de réformes inachevées, d’autres, au contraire, l’aube d’une ère nouvelle. (crédit photo : ©Sophie Barluet / Sciences Po)

1986

Institution

Voir

Mirages immobiliers

« Problèmes prioritaires » des années 1990, les locaux ne permettent plus de faire face à la forte croissance des activités de Sciences Po.

1986

Étudiants

Voir

Ils ont étudié à Sciences Po (1986-2000)

Partisan de l’élitisme républicain et champion de l’excellence, Alain Lancelot va définitivement tordre le cou aux clichés récurrents de l’entrée facile à Sciences Po et du diplôme couperet de sortie. Les étudiants de l'École doivent plus que jamais être les « meilleurs ».

1986

Enseignants

Voir

Ils ont enseigné à Sciences Po (1986-1996)

Le corps enseignant des années Lancelot reflète la stratégie et le projet éducatif du directeur. De même que Sciences Po est moins l'antichambre de l’ENA et plus une grande école, de même ses enseignants sont moins issus de la haute fonction publique et davantage universitaires.

1988

Institution

Voir

L’Observatoire Sociologique du Changement (OSC)

L’Observatoire Sociologique du Changement (OSC)

Premier laboratoire de sociologie de la FNSP, l’Observatoire sociologique du changement, fondé par Henri Mendras, est un centre généraliste et comparatiste étudiant les dynamiques des sociétés contemporaines.

1989

Enseignants

Voir

Réforme Lancelot : la réforme des études

Réforme Lancelot : la réforme des études

1989, le Sciences Po nouveau est arrivé ! Nouvelle organisation des études, nouveaux enseignements, nouveaux formats pédagogiques, la réforme Lancelot marque les années 1990.

1989

Enseignants

Voir

GLPMC et GEDPES : les nouveaux enseignements-phares

Affectueusement surnommés Glpmc et Gedpes, les enseignements Grandes lignes de partage du monde contemporain et Grands enjeux du débat politique, économique et social sont la vitrine intellectuelle de la réforme des études de 1989.

1989

Enseignants

Voir

Moderniser les spécialisations : s’ouvrir au monde du travail

Si Alain Lancelot fustige la « dérive » de « l’acquisition de qualifications directement liées aux débouchés immédiats » et les écueils des « connaissances techniques insuffisamment maîtrisées ou de savoirs périmés », il s’attache néanmoins à assurer la pertinence des formations Sciences Po.

1989

Enseignants

Voir

L'ouverture internationale

L'ouverture internationale

Alors que tombe le mur de Berlin et qu’un nouvel ordre international renaît sur les ruines du bloc soviétique, alors que sonne l’heure d’une mondialisation que l’on espère « heureuse », Alain Lancelot entend ressusciter la tradition internationale de Sciences Po. (crédit photo : © Lear 21 at English Wikipedia /CC BY-SA 3.0 /Wikimedia Commons)

1991

Institution

Voir

Réformes Lancelot : la réorganisation administrative

Pour se donner les moyens de ses ambitions, Alain Lancelot s’attaque à l’organigramme de la vieille Maison : les vénérables secrétariats généraux cèdent la place à de nouvelles directions ; la Communication et l’International sont érigés en priorité alors que se dessinent de nouvelles politiques des finances et des ressources humaines.

1993

Enseignants

Voir

Les multiples naissances de l'École doctorale

Si la mission première de la FNSP est de « favoriser le progrès et la diffusion… des sciences politiques, économiques et sociales », si les centres de recherche ont pris leur envol dès le début des années 1960, il n’en va pas de même pour l’École doctorale dont les contours se dessinent tardivement et difficilement dans les années 1990.

1995

Étudiants

Voir

Droits de scolarité : la bourse ou le prêt

En janvier 1995, Sciences Po est en grève, les locaux occupés. La proposition d’Alain Lancelot de remplacer les bourses étudiantes par des prêts a mis le feu aux poudres et provoqué la rupture du « pacte social » établi en 1984.

1996 - 2012 - Richard Descoings

1996

Institution

Voir

Directorat Richard Descoings (1996-2012)

Directorat Richard Descoings (1996-2012)

Directeur au long cours à l’instar d’Émile Boutmy et de Jacques Chapsal, Richard Descoings a choisi d’inscrire son action dans la durée. Ses quatre mandats et ses seize années de directorat ont durablement transformé Sciences Po. (crédit photo: © François Lebel)

1996

Institution

Voir

Quelle stratégie pour quelle école ? Le temps des ruptures

Grande école, université, grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche ?

1998

Institution

Voir

Sécuriser le statut

En 1992 débute un feuilleton juridique à rebondissements qui ne trouve son dénouement que dix ans plus tard. Une anodine contestation du montant des droits d’inscription s’est muée en bataille homérique autour du statut de Sciences Po, au point de faire trembler l’édifice.

1999

Institution

Voir

Le défi de l’internationalisation : de Paris à Shanghai

Le défi de l’internationalisation : de Paris à Shanghai

Passage à une scolarité en cinq ans alignée sur les standards internationaux ; troisième année obligatoire à l’étranger ; bain multiculturel (40 % d’étudiants étrangers) ; bilinguisme et parcours d’enseignement en anglais.

1999

Institution

Voir

Le défi du positionnement: du diplôme en trois ans au LMD

Le défi du positionnement: du diplôme en trois ans au LMD

Révolutionnaire, la première réforme Descoings enterre le vénérable diplôme de Sciences Po et sacrifie la mythique Année préparatoire et les sections sur l’autel du standard universitaire international. Le passage à une scolarité en cinq ans et l’instauration d’une année obligatoire à l’étranger en sont les mesures les plus frappantes (©Thomas Arrivé / Sciences Po)

2000

Institution

Voir

Le défi de la taille : les premiers cycles délocalisés de Sciences Po

En octobre 2000, le premier cycle délocalisé de Sciences Po ouvrait ses portes à Nancy : « le coup était parti ». Poitiers, Dijon, Menton, Le Havre, Reims allaient suivre, rebattant les cartes géographiques et pédagogiques de l'institution.

2001

Étudiants

Voir

Le défi de la diversité sociale: les Conventions Éducation Prioritaire

Le défi de la diversité sociale: les Conventions Éducation Prioritaire

Expérience pilote ; bataille juridique et politique ; pavé dans la mare de la méritocratie républicaine ; pari audacieux ; expérience humaine incomparable, les CEP sont la plus médiatique et la plus controversée des mesures Descoings en faveur de la diversité sociale. (crédit photo : © Service Audiovisuel (DES) / Sciences Po)

2001

Institution

Voir

Le Centre de Sociologie des Organisations (CSO)

Le Centre de Sociologie des Organisations (CSO)

Laboratoire fondé par Michel Crozier, intégré au sein du CNRS en 1966, le Centre de Sociologie des Organisations est rattaché à Sciences Po en 2001. C’est « un apport considérable pour la Fondation » qui se dote ainsi d’un second centre de recherche en sociologie.

2001

Publications

Voir

Vers la bibliothèque numérique ?

Vers la bibliothèque numérique ?

Première d’Europe continentale par ses collections imprimées, la bibliothèque de Sciences Po est confrontée au défi de la révolution numérique. Pour construire la « bibliothèque de demain », il lui a fallu redéfinir son identité et ses métiers. (crédit photo : ©Manuel Braun / Sciences Po)

2003

Publications

Voir

Les Presses de Sciences Po

Les Presses de Sciences Po

À l’instar de l’édition scientifique française, les Presses de Sciences Po ne pouvaient pas ne pas subir de plein fouet la crise du livre. L’entrée dans les années 2000 oblige à repenser leur stratégie éditoriale et leur identité.

2004

Étudiants

Voir

Le défi de la redistribution sociale

Expérience « quasi révolutionnaire » appelée à « faire école », la politique d’ouverture sociale de Richard Descoings fait de Sciences Po un « établissement exemplaire » en matière de diversité sociale.

2004

Institution

Voir

Le défi de l’immobilier

Le défi de l’immobilier

La politique immobilière est « bien plus qu’une question immobilière..., une interrogation de stratégie institutionnelle..., une question de stratégie scientifique » : d’elle dépendent le développement et l’identité de Sciences Po. (crédit photo © Service Audiovisuel (DES) / Sciences Po)

2004

Projet pédagogique

Voir

Création du Master Affaires Européennes (MAE)

Création du Master Affaires Européennes (MAE)

Alain Lancelot et Richard Descoings, se sont efforcés, lors des grandes réformes de la scolarité de 1989 et de 1999, de mettre l’Europe au cœur des formations dispensées par Sciences Po. (crédit photo © Service Audiovisuel (DES) / Sciences Po)

2005

Institution

Voir

Le Centre d’études européennes (CEE)

Le Centre d’études européennes (CEE)

Laboratoire pluridisciplinaire, le Centre d’études européennes s’est progressivement constitué en centre de recherche dédié à l’étude des changements politiques et sociaux en Europe.

2005

Institution

Voir

De l’Observatoire Interrégional du Politique (OIP) au Centre de Données Socio-Politiques (CDSP)

De l’Observatoire Interrégional du Politique (OIP) au Centre de Données Socio-Politiques (CDSP)

L’Observatoire interrégional du politique, créé en 1985, a été refondé en 2005 pour devenir le Centre de données socio-politiques (CDSP). Laboratoire de référence en France et à l’étranger en matière de traitement quantitatif et qualitatif des données en sciences sociales, il a été consacré Équipement d’excellence en 2010 dans le cadre des Investissements d’avenir.

2005

Institution

Voir

La Formation continue

La Formation continue

À l’image du Sciences Po des années 2000, la Formation continue a connu une profonde et rapide mutation. (crédit photo DR)

2006

Enseignants

Voir

Le défi de l’excellence : université de recherche de rang mondial

Le défi de l’excellence : université de recherche de rang mondial

Dans sa quête de l’excellence et de la reconnaissance comme université de rang mondial, Sciences Po a placé « la recherche au cœur de la stratégie de positionnement de l’institution ».

2006

Institution

Voir

Le défi du financement

Les années Descoings sont de « belles » années en matière de financement : la croissance constante des ressources est la condition sine qua non du développement de l’institution et de la crédibilité de son directeur.

2006

Étudiants

Voir

Ils ont étudié à Sciences Po (1996-2012)

Plus nombreux, plus internationaux, plus divers et a priori toujours meilleurs, tels sont les étudiants de Sciences Po des années 2000.

2006

Enseignants

Voir

Ils ont enseigné à Sciences po (1996-2012)

Ils ont enseigné à Sciences po (1996-2012)

Pour encadrer des effectifs étudiants en pleine expansion, Sciences Po continue de faire largement appel à des professeurs extérieurs, mais au profil de plus en plus universitaire. (crédit photo: ©Alexis Lecomte / Sciences Po)

2008

Institution

Voir

Le défi de l’innovation pédagogique

Une réforme en chasse une autre. Après les grandes manœuvres des années 1999-2000, un second train de mesures bouleverse l’offre pédagogique du Sciences Po de la fin des années 2000. Refondamentalisation de la formation, innovations pédagogiques et partenariats en sont les maîtres mots.

2009

Institution

Voir

Le département d’économie

Le département d’économie

Création récente, le département d’économie s’est imposé comme l’une des équipes de recherche les plus réputées au niveau national et européen.

2009

Institution

Voir

L’École de droit

L’École de droit

Instaurée en 2009, l’École de droit se distingue des facultés de droit françaises concurrentes par son projet intellectuel résolument pluridisciplinaire, réflexif et international.

2009

Institution

Voir

Le médialab

Le médialab

Laboratoire de pointe à l’architecture futuriste et grand équipement de sciences sociales, le médialab de Sciences Po a pour mission de développer un champ de recherche précurseur, celui des humanités numériques, et une nouvelle génération des méthodes d’enquête, le « quali-quantitatif ». (crédit photo © Stefan Meyer/Sciences Po)

2010

Institution

Voir

L’équipement d’excellence DIME-SHS

Équipement d’excellence, DIME-SHS (Données, infrastructures, méthodes d’enquêtes en sciences humaines et sociales) dote Sciences Po et la France d’un centre d’expertise en matière de collecte de données et de méthodologies d’enquête en sciences sociales.

2011

Institution

Voir

Le Laboratoire d'excellence LIEPP

Avec l’équipement d’excellence DIME-SHS, le laboratoire d’excellence LIEPP (Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques) est le second projet scientifique de Sciences Po à avoir été retenu dans le cadre de la compétition ultra-sélective des Investissements d’avenir.

2012

Institution

Voir

Le Centre MaxPo

Le Centre MaxPo

Dernier né des centres de recherche de la FNSP, le Max Planck Sciences Po Center for CopingwithInstability in MarketSocieties (MaxPo), témoigne des synergies franco-allemandes en matière de recherche de pointe.

2013 - 2021 - Frédéric Mion

2013

Institution

Voir

Directorat Frédéric Mion (2013-2021)

Directorat Frédéric Mion (2013-2021)

Le 1er mars 2013, Frédéric Mion est élu à la tête de Institut d'études politiques de Paris, succédant ainsi à Richard Descoings. Son élection ayant été validée par le ministère de l'Enseignement supérieur et par le président de la République le 29 mars 2013, il entre en fonction le 2 avril 2013. (©Manuel Braun / Sciences Po)

2021 - Mathias Vicherat

2021

Institution

Voir

Directorat Mathias Vicherat (depuis le 19 novembre 2021)

Directorat Mathias Vicherat (depuis le 19 novembre 2021)

Le 10 novembre, Mathias Vicherat est élu par le conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques. Il est nommé directeur de l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po), et administrateur de la Fondation nationale des sciences politiques par un décret du président de la République et un arrêté de la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. (crédit photographique : © Martin Argyroglo / Sciences Po)

1870

1880

1890

1900

1910

1920

1930

1940

1950

1960

1970

1980

1990

2000

2010

2020

2030

Émile Boutmy
Anatole Leroy-Beaulieu
Eugène d'Eichthal
Roger Seydoux
Jacques Chapsal
Michel Gentot
Alain Lancelot
Richard Descoings
Frédéric Mion
Mathias Vicherat