Sciences Po - Harvard Summer School

  • Yann Algan, doyen de l'École des Affaires Publiques de Sciences Po :

    Le but de cette université d'été est de créer un laboratoire de politiques publiques basé sur les innovations sociales qui combine une approche multi-disciplinaire de la biologie, des sciences sociales, mais aussi de l'ingénierie, du design, afin de développer une application concrète pour atteindre les objectifs principaux de développement durable aux sein des Nations Unies en termes d'éducation, d'énergie, de santé, de croissance inclusive.

    Eana Meng, étudiante à l'université d'Harvard :

    C'est une autre façon de penser le développement urbain et la ville.
    Nous nous inspirons de la façon dont l'air traverse les poumons ou de la façon dont les protéines se déplacent et nous appliquons cela à la ville.

    Estelle Murail, étudiante à Sciences Po :

    On a des activités assez variées. On a fait de nombreuses "city walks", des marches à travers la ville, en essayant de nous intéresser à des dimensions à la fois sociales historiques, géographiques, environnementales.

    Robert Lue, professeur en biologie moléculaire et cellulaire à l'université d'Hardvard :

    Ça a démarré à Harvard. Nous voulions le faire depuis des années. Mais nous voulions des partenaires dans une ville extrêmement riche et diversifiée. Mais aussi des partenaires institutionnels pouvant travailler avec nous, qui soient vraiment engagés dans une vision interdisciplinaire et innovante de l'éducation. Quand nous avons découvert le Centre de recherches interdisciplinaires ainsi que Sciences Po, tous deux à Paris, nous avons trouvé deux institutions tout autant engagées dans l'excellence et l'innovation, chacune avec leurs propres forces. L'une se focalise sur les sciences naturelles et l'autre sur les sciences sociales. C'était la combinaison parfaite entre la ville de Paris et deux institutions françaises formidables pour travailler avec nous.

    Julie Hosteing, étudiante en droit au CRI et Paris II :

    Nous apprenons beaucoup sur l'urbanisme, l'économie... Le programme est vraiment varié avec plusieurs professeurs qui ont différents profils. Au cours des semaines à venir, nous allons voir comment mettre en œuvre un projet qui sera présenté à la mairie de Paris. Il sera donc entendu par des responsables publics. On a un peu la pression, mais on fera de notre mieux.


    Fermer la transcription textuelle de la vidéo

L'École d’affaires publiques s'associe à Harvard et au Centre de recherches interdisciplinaires (CRI) pour offrir aux étudiants de ces trois prestigieuses institutions une école d'été qui combine les sciences dures
et les sciences sociales.

Inauguré à l’été 2016, ce programme d’été explore les liens entre la biologie, l'ingénierie, le design et les sciences sociales et vise à faire émerger des solutions concrètes et innovantes permettant de résoudre des défis majeurs de la ville de Paris.

Pendant deux mois (juin-juillet), des étudiants travaillent en petits groupes afin de développer leurs propres projets. Ils ont pour cadre général les 17 objectifs de développement durable (ODD) définis par les Nations Unies, et accordent une attention toute particulière au 11e ODD :

  1. Comment rendre les villes résilientes, sûres et durables ?
  2. Comment créer des solutions innovantes pour améliorer la vie des citoyens?

Participer à ce programme, c’est donc prendre part à une expérience interdisciplinaire et interculturelle axée sur la résolution de problèmes d'innovation.

Ce programme sélectif est proposé à tous les étudiants de L'École d’affaires publiques, qui sont invités à postuler une fois par an (dans le courant du mois d’avril).

En savoir plus sur le programme et les projets (eng.)

Retour en haut de page