Le Prix Sciences Po du Patrimoine Européen

Le Prix Sciences Po du Patrimoine Européen

Un projet pédagogique innovant de mise en situation professionnelle
  • Laurence Bertrand Dorléac, présidente du jury :

    Il s'agit de douze projets qui sont tous liés à un lieu en Europe. Ce sont des équipes qui défendent chacun de ces lieux.

    Frédéric Mion, directeur de Sciences Po :

    Ce prix Sciences Po du patrimoine européen est un très bel exemple des expériences pédagogiques que nous cherchons à mener à Sciences Po au sein de notre nouvelle École d'Affaires Publiques.

    Laurence Bertrand Dorléac, présidente du jury :

    Cette année c'était d'autant plus intéressant puisque le thème est la contre-culture qui est représentée par un certain nombre d'artistes et d'écrivains qui ont été contre l'état des choses.

    Jean-Paul Cluzel, ancien Président de la réunion des musées nationaux et du Grand Palais :

    Il n'y a pas l'idée de détruire la culture existante. Il n'y a pas l'idée d'avoir des voies complètement alternatives, mais comment faire en sorte que la culture dont nous avons héritée qui est celle de notre patrimoine continue de s'enrichir.

    Étudiant à Sciences Po :

    Notre projet se fonde sur Exarcheia, le quartier réputé anarchiste d'Athènes qui est complètement autogéré. On veut créer un véritable évènement fédérateur autour de l'idée de l'Europe qui passe du coup... C'est un carnaval qui se fait selon un cycle, en vérité. Trois jours d'évènements artistiques, politiques, qui vont déboucher sur la rédaction d'un manifeste.

    Jean-Claude Gandur, Président de la Fondation Gandur pour l'Art :

    Ce sont des missi dominici de la culture puisque par leur savoir, par leurs connaissances, et par leur enthousiasme, ils essaient de transférer la connaissance du monde à d'autres personnes. À mon avis, c'est un excellent moyen de diffuser nos cultures européennes vis-à-vis d'autres pays et d'acquérir d'autres pays leur culture.


    Fermer la transcription textuelle de la vidéo
  • Le Prix Sciences Po du Patrimoine EuropéenLe Prix Sciences Po du Patrimoine Européen

Le vendredi 29 avril s’est tenue la troisième édition du Prix Sciences Po du Patrimoine Européen,  sur le thème de la contre-culture.

Tout au long du second semestre, les élèves de la spécialité « Cultural policy and management » du Master Politiques Publiques, répartis en douze équipes, ont eu pour difficile mission de concevoir un projet culturel innovant, qui respecte les quatre critères donnés par Europe Créative : le maillage territorial, la dimension européenne, la patrimonialisation et la promotion de la diversité culturelle. Le jury, composé d’éminents professionnels du monde de la culture, réunissait cette année : Laurence Bertrand-Dorléac, Jean-Paul Cluzel, Bernard Faivre d’Arcier, David Fajolles, Dominique de Font-Réaulx, Jean-Claude Gandur, David Kessler, Sofianne Le Bourhis-Smilevitch, et Monique Veaute.

Comment concilier la multiplicité de ces critères avec le paradoxe entre la contre culture et le fait de concourir à un prix institutionnalisé, en l’occurrence par l’Union Européenne ? Afin d’accompagner les élèves dans leur réflexion, trois ateliers, chacun divisé en plusieurs sessions, ont été organisés : un portant sur l’idée de contre-culture en Europe, un sur la conception de projets culturels innovants, et un sur l’art du débat et de la communication.

La journée du 29 avril, aboutissement du travail mené en équipe pendant trois mois, s’est ainsi partagée entre les présentations individuelles de chaque site le matin, et les sessions de débats l’après midi, qui ont donné lieu à nombre de montages photos créatifs et phrases cultes, immortalisés sur Twitter sous le même hashtag : #PSPPE2016. 

Le Prix Sciences Po du Patrimoine revient cette année à l’équipe Grèce, chargée de défendre le quartier anarchiste d’Exarchia à Athènes. Le projet consiste en l’organisation d’un carnaval de trois jours, mêlant événements artistiques et politiques dans sa programmation, débouchant finalement sur la rédaction d’un manifeste. L’équipe Estonie, qui a travaillé sur Telliskivi à Tallinn, s’est également distinguée en remportant le prix du public et celui de la meilleure présentation orale.

Atelier professionnalisant et complément idéal des cours de spécialité, le Prix Sciences Po du Patrimoine permet aux élèves de la filière culture du master Politiques publiques de se familiariser avec la conception de projets culturels et le travail d’équipe sur le long-terme. Créer un projet réaliste techniquement et pertinent intellectuellement est indéniablement un challenge passionnant, et extrêmement formateur. 

Par Camille Lé, étudiante en première année de Master politiques publiques à l’École d'affaires publiques de Sciences Po.

Tags :
Retour en haut de page