Retour sur la Masterclass Culture avec Aloïse Sauvage

Retour sur la Masterclass Culture avec Aloïse Sauvage

  • Aloïse Sauvage © Shelby DuncanAloïse Sauvage © Shelby Duncan

En octobre dernier nous recevions Aloïse Sauvage, dans le cadre des Masterclasses de la spécialité Culture/Cultural Policy & Management. Les étudiants de cette spécialité mais plus largement de l'EAP ont eu l'occasion d'écouter le témoignage de l'artiste qui excelle dans de nombreux domaines. Quelques étudiants sélectionnés ont eu la possibilité d'interroger Aloïse Sauvage sur son travail d'artiste, chamboulé par la crise sanitaire, et ont rédigé l'article que vous pouvez découvrir ci-dessous. 

Le 14 octobre 2020, dans le cadre des Masterclasses de l’Ecole d’affaires publiques spécialité Culture et Cultural Policy & Management, nous avons eu l’opportunité de rencontrer l’artiste et chanteuse Aloïse Sauvage, accompagnée de l'une de ses deux manageuses, Elodie Filleul. L’occasion pour les élèves de la spécialité d’engager un dialogue direct avec les acteurs et créateurs de l’industrie musicale en 2020. 

Restrictions sanitaires obligent, c’est par Zoom, depuis sa cuisine, que Aloïse Sauvage nous fait part de son parcours et de sa riche expérience dans les milieux artistiques. En effet, à seulement 28 ans la chanteuse et danseuse de formation circassienne est déjà apparue sur le petit et le grand écran et a sorti un album, Dévorantes. Avec de multiples cordes à son arc, Aloïse Sauvage est une artiste complète qui fait toutefois preuve d’une grande humilité sur son succès. Elle nous parle avec enthousiasme de sa démarche artistique, de ses engagements, mais aussi d’une certaine difficulté d’émancipation artistique dans une machine telle que l’industrie musicale. Elodie Filleul, sa co-manageuse (avec Melissa Phulpin) se joint à nous dans cette table ronde pour éclairer l’aspect “management” du processus de création. Active depuis plus de vingt ans dans le milieu de la musique, elle a travaillé avec de grandes majors tout en gardant son indépendance, un point important pour Aloïse Sauvage. Son expérience nous permet aussi de parler des profondes transformations que l’industrie musicale a traversées, notamment à l’ère du numérique.

Nous découvrons alors une artiste dont la musique reflète une grande vulnérabilité et qui l'assume pleinement, même si cela implique un contrepied vis-à-vis des tendances au sein de l'industrie musicale. A une époque où les moyens de promotion, de distribution voire même de production se digitalisent, nos deux intervenantes expriment aussi le besoin de proximité avec les équipes entourant les artistes. Surtout pour une artiste pluridisciplinaire, qui dans sa pratique musicale s’affirme à la fois à travers le chant et le rap mais également le corps. Elle nous parle d'ailleurs de son fameux « micro magique » qui lui permet de mêler différentes disciplines sur scène, et plus particulièrement le cirque et la danse. 

L'album Dévorantes parle des codes, des normes, et des stéréotypes ainsi que des étiquettes que cette nouvelle génération de musicien.n.e.s, à laquelle appartient Aloïse Sauvage, détruit. Toutefois, Aloïse ne se présente pas comme militante quand elle fait de la musique, elle représente ce qu’elle est, sans se codifier ni se classifier. C’est en assumant et en affirmant cette liberté, qu’elle considère que son art devient un vecteur émancipateur en ayant un vrai impact sociétal.

Aloïse Sauvage, notamment lors de la carte blanche des élèves de l’EAP, se prête parfaitement à l’exercice de présentation du quotidien d’une artiste de musique actuelle. Elle débat aussi bien sur les nouvelles formes de processus créatif (toplines, définition du genre musical, écriture …), que sur les enjeux modernes pour un.e artiste dans l’industrie musicale. Avec franchise, elle évoque les difficultés qu’implique une signature en Major, mais aussi la complexe relation qu’elle entretient avec l’appareil promotionnel, en abordant la question de l’interprétation et de l’appropriation journalistique, parfois peu pertinente, de son œuvre. Avec simplicité et décontraction, Aloïse Sauvage et Elodie Filleul ont permis aux participants de la Masterclass de comprendre les problématiques contemporaines auxquelles sont confrontés les artistes de musique actuelle au loin du processus de création, de production et d’exploitation.

Article rédigé par Amor Belhiba, Chama Squalli & Anais Velle.

en savoir plus

Tags :
Retour en haut de page