Félicitations aux lauréats de la bourse IPLI

Félicitations aux lauréats de la bourse IPLI

  • S. Cordonnier, L.Collin, T.Reno, C.Fourmaux, S. de Courcelles ©SciencesPoS. Cordonnier, L.Collin, T.Reno, C.Fourmaux, S. de Courcelles ©SciencesPo

Le 28 novembre dernier, la Fondation IPLI, partenaire de l’École d’affaires publiques, a octroyé des bourses d’études à deux étudiants de l’École, Lucile Collin (Master Affaires Européennes) et Charles Fourmaux (Master Politiques Publiques). La fondation IPLI est dirigée par Timothy Reno, diplômé du Master of Public Affairs en 2010. 

La possibilité de proposer un soutien financier à nos étudiants est un aspect crucial pour l’École d’affaires publiques, et nous sommes très reconnaissants à la fondation IPLI pour son soutien. 

Les deux lauréats ont été sélectionnés sur la base d’un essai sur les conséquences du brexit. A l’issue de la cérémonie, tous deux ont partagé avec nous leur point de vue : 

Quelles sont vos principales préoccupations dans la discussion actuelle qui suit le vote britannique sur le Brexit ? 

CF : D’un côté, le vote sur le Brexit a provoqué une crise majeure dans la politique intérieure au Royaume-Uni que je trouve extrêmement inquiétante pour quelqu’un comme moi qui a vécu dans ce pays et l’aime profondément. D’un autre côté, je trouve très préoccupant le fait que les institutions européennes et les états-membres n’aient toujours pas réussi à proposer une réaction à la hauteur des menaces majeures que ce vote fait peser sur le processus d’unification en Europe. Il est plus que temps pour l’Union Européenne de se réconcilier avec son peuple, en mettant en œuvre des politiques sociales plus juste dans l’ensemble des pays européens et en renouvelant l’idéal européen avec un nouveau narratif présentant de façon convaincante et positive ce pourquoi nous avons vraiment à gagner à être ensemble.

LC : Le vote sur le Brexit n’est que la dernière manifestation d’une plus large défiance vis à vis du projet européen. Face à la montée de l’euroscepticisme sur l’ensemble du continent, des réformes institutionnelles sont urgentes afin de résoudre le sentiment d’insuffisance démocratique et de responsabilité dans les processus décisionnels européens.

En quoi pensez-vous que l’École d’affaires publiques peut vous aider à préparer vos futures carrières ?

CF : Je crois que l’École d’affaires publiques nous fournit les outils nous permettant de faire une vraie différence tout au long de notre parcours professionnel. Nous y acquérons une compréhension en profondeur du fonctionnement des politiques publiques, de celles qui réussissent et de celles qui échouent, et nous acquérons les outils nécessaires pour contribuer à améliorer celles qui doivent l’être. La perspective d’acquérir ces compétences a été essentielle dans mon choix de rejoindre l’École.   

LC: Étudier à l’École d’affaires publiques de Sciences Po m’a permis d’acquérir de solides outils d’analyse quantitative, tout en ayant une approche multidisciplinaire de la complexité et des principaux défis actuels. La capacité à comprendre à la fois les cadres juridiques de la régulation et les études économétriques constituera un véritable atout pour développer un parcours professionnel sur les politiques publiques européennes. 

Pour plus d’information sur la fondation IPLI : www.ipli.eu

Tags :
Retour en haut de page