Écrire, traduire : Virginia Woolf, les femmes et la littérature

Écrire, traduire : Virginia Woolf, les femmes et la littérature

Conférence le 14 novembre 2019 à Sciences Po
  • Virginia Woolf assise sur un fauteil à Monk's House - domaine publicVirginia Woolf assise sur un fauteil à Monk's House - domaine public

 "Mais il reste vrai qu’avant qu’une femme ne puisse écrire exactement comme elle le désire, elle est confrontée à un grand nombre de difficultés. Il y a pour commencer cette difficulté technique — quelque chose de très simple en apparence; mais en réalité de si déconcertant — que la forme même de la phrase ne peut lui convenir. C’est une phrase  fabriquée par les hommes; trop lâche, trop lourde, trop grandiloquente pour la plume d’une femme. Pourtant le roman, qui nous fait parcourir une si vaste étendue, nécessite que l’on trouve un type de phrase plus familier, plus ordinaire, afin d’emmener le lecteur d’un bout à l’autre du livre d’une manière souple et fluide. Et ceci, une femme doit l'inventer pour son propre compte, en transformant et en adaptant la phrase courante jusqu’ à en écrire une autre, qui prendra la forme naturelle de sa pensée sans l’écraser ou la déformer."

ll y a 90 ans, en mars 1929, Virginia Woolf publiait dans une revue américaine Women and Fiction, le premier manuscrit de son célèbre essai féministe A Room of One's Own dans lequel elle détaille les conditions d'accès à l'écriture : "une femme doit avoir de l'argent et un lieu à elle si elle veut écrire de la fiction." C'est Clara Malraux qui traduit Une chambre à soi en français pour la première fois en 1951. Marie Darrieussecq propose une nouvelle traduction, et donc une nouvelle lecture, de cet essai en 2016 qu'elle intitule Un lieu à soi, car, explique-t-elle : "ce n'est pas une bedroom, mais une room of one's own ; pas une chambre à soi, mais une pièce, un endroit, un lieu à soi”.

Neuvième femme à entrer dans La Pléiade, Virginia Woolf est connue pour ses écrits féministes et modernistes, mêlant écriture romanesque, poétique et pamphlétaire. Le Centre d'écriture et de rhétorique et le Programme de recherche et d'enseignement des savoirs sur le genre de Sciences Po proposent une discussion autour de son œuvre avec :

  • Anne Besnault, maîtresse de conférences à l'Université de Rouen, vice-Présidente de la Société d’Études Woolfiennes
  • Marie Darrieussecq, titulaire de la Chaire d'écrivain en résidence de Sciences Po, traductrice d'Un Lieu à soi [A Room of One's Own] aux éditions Denoël

Jeudi 14 novembre 2019 à 19h15 à Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume, 75007 Paris.

Inscription obligatoire.

En savoir pluS

Retour en haut de page