L’autonomie temporelle et l’articulation genrée des temps sociaux

L’autonomie temporelle et l’articulation genrée des temps sociaux

Jeanne Ganault
Séminaire scientifique de l'OSC, vendredi 5 juin 2020
  • Image Unitone Vector (via Shutterstock)Image Unitone Vector (via Shutterstock)

Séminaire scientifique de l'OSC 2019-2020

98, rue de l'Université 75007 Paris - salle Annick Percheron

ou en visioconférence (via Zoom)

vendredi 5 juin 2020  à 12h30 (si présentiel possible)

L’autonomie temporelle et l’articulation genrée des temps sociaux

Jeanne Ganault

Doctorante OSC et Genes-CREST


Jeanne GanaultLes hommes et femmes salariées continuent d’occuper leur temps différemment. De nombreux travaux ont tenté d’expliquer cela par leur différentiel de revenu ou d’heures travaillées. L’autonomie temporelle, c’est-à-dire, l’ensemble des contraintes et libertés dont ils disposent dans l’agencement de ces heures, en revanche, reste exclue de l’analyse.

Cette présentation vise à expliciter ce manque, en examinant les formes d’autonomie temporelle de la population salariée, et la façon dont elles exacerbent ou non les différences de genre dans les agencements opérés par les individus, entre travail rémunéré, travail domestique et loisir.

À partir de l’enquête Emploi du temps 2010, j’identifie huit types d’autonomie temporelle. Parmi ces huit types, deux pôles, l’un « d’autonomie absolue » et l’autre de « contraintes absolues », révèlent une interaction entre genre et classe dans l’agencement des emplois du temps quotidiens : lorsque le travail rémunéré peut être ajusté, il l’est pour les femmes uniquement, et au profit du travail domestique exclusivement. Lorsqu’il ne peut pas être ajusté, les utilisations genrées du temps sont partiellement palliées par une grande hétérogénéité et atypicité des horaires de travail auxquelles les individus ne peuvent déroger. Lorsque l’ajustement est partiel, pour des types d’autonomie intermédiaires, les différences de genre sont exacerbées par la présence du travail à domicile et atténuées par des horaires routiniers dans un lieu extérieur.

Ces résultats renforcent et précisent la façon dont les normes de genre et le rythme social façonnent l’articulation quotidienne des temps sociaux.

L'inscription au séminaire est obligatoire - Registration is mandatory

Retour en haut de page