NOUS SOUTENIR
NOUS SOUTENIR
18 octobre 2022

Horizon 2024 – Les Jeux en Débat

Handicap, sport et villes inclusives : un débat au cœur des enjeux de Paris 2024

La troisième conférence dédiée aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 et à leurs multiples impacts sociétaux réunissait mardi 18 octobre acteurs du monde paralympique, médaillés paralympiques, partenaires et membres de la faculté permanente de Sciences Po autour de la ministre des Sports, des Jeux olympiques et paralympiques Amélie Oudéa Castera, pour débattre sur le thème du handicap, un enjeu fondamental des prochaines olympiades. 

 

En accueillant les Jeux paralympiques d’été pour la première fois en France, l’enjeu est de modifier le regard porté sur le handicap. Plus de 4 milliards de téléspectateurs et 4400 athlètes paralympiques sont attendus pour les Jeux de Paris, les plus grands jamais organisés. Quel héritage les Jeux paralympiques auront sur la place accordée au handicap dans la société ? La table ronde était animée par Tommaso Vitale, doyen de l’Ecole urbaine et sociologue.

 

“Je trouve assez génial ce cycle que Sciences Po a instauré, car les Jeux, ce sont un projet sociétal, politique, et évidemment sportif, un projet avec une exemplarité en matière sociale” a exprimé  Amélie Oudéa Castera, qui souhaite faire de ces Jeux “un marqueur”, avec un avant et un après.  

 

Pour Anne Revillard, sociologue et directrice du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po, les JOP sont un moment clé de mise en visibilité. Ils sont l’occasion de parler du handicap et du regard de la société en matière d’inclusion et de non discrimination. La médiatisation de l’événement joue un rôle essentiel. “Il y a un enjeu énorme de formation, particulièrement celle des journalistes qui ont un rôle sur l’histoire que l’on veut raconter sur le handicap”. C’est aussi l’avis de Michaël Jérémiasz, multi-médaillé paralympique, diplômé du Certificat pour Sportifs de haut niveau de Sciences Po (CHSN) et cofondateur de l’entreprise sociale Handiamo et de l’association “Comme les autres”, “il faut que ces Jeux soient utiles car on sait que ce sont les Jeux paralympiques qui vont transformer la société”. 

L’enjeu est également de créer une dynamique positive pour une meilleure inclusion des personnes en situation de handicap et une accélération des transformations urbaines handi-accueillantes. Un souhait exprimé par Arthur Delaye, étudiant en situation de handicap à Sciences Po, et en année de césure à la Fédération française de tennis, qui insiste quant à lui sur la nécessité de “pérenniser ce beau projet qu’est la France inclusive pour toutes et tous” ‘(..) « Au-delà de la compétition, il faut développer l’accessibilité dans les transports, concilier transition écologique et transition accessible, et veiller à la sensibilisation des professeurs d’éducation physique dès l’école face au handicap”. 

 

 

La question de l’impact que les Jeux peuvent avoir sur la perception du handicap était centrale au débat. Pour Ludivine Munos, multi-médaillée paralympique, responsable de l’intégration paralympique au Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, les JOP concernent l’ensemble de la société, et l’engagement de tous les acteurs est indispensable, organisateurs comme grand public. “C’est grâce à une forte sensibilisation que les progrès sur la démocratisation du sport pourront être multipliés » insiste  Emmanuelle Assmann, médaillée paralympique, responsable du management projet EDF – Paris 2024 pour clore la soirée.

Le cycle de conférences Horizon 2024 est porté par l’Ecole urbaine et le Certificat pour sportif de haut niveau de Sciences Po. Il ne pourrait pas avoir lieu sans les partenaires du CSHN, la FDJ, EDF, BNP Paribas et BNP Paribas Banque Privée. Nous les remercions chaleureusement.

 

Le Certificat pour sportifs de haut niveau  est une formation lancée en 2007 pour accompagner les sportifs dans la construction de leur avenir professionnel. Elle s’adapte aux contraintes d’emploi du temps des athlètes. Elle compte un réseau de près de 200 alumni présents dans des secteurs variés, dépassant largement le seul secteur du sport.  

L’Ecole urbaine compte 400 étudiants inscrits dans 4 masters, deux masters de formation continue et trois double diplômes avec la LSE, Colegio de Mexico et UCLA. L’École abrite deux chaires d’enseignement et de recherche et un groupe de recherche.

 

En savoir plus :