Thirty-something and happy to be back at university

Sheila Mutimbo and Patrick Blake are public policy professionals in their thirties. After several years of rich professional experience, they both decided that it was time to take a break and to go back to university. They have just started the one-year Master’s programme in Advanced Global Studies at the Sciences Po Paris School of International Affairs and were pleased to share their first impressions and expectations.

You both hold positions of responsibility, Sheila at the Ministry of Finance and Economic Planning in Rwanda and Patrick at the Australian Department of Foreign Affairs and Trade. Why did you both choose to go on leave?

Sheila Mutimbo: I’ve been working with the Ministry of Finance and Economic Planning in Rwanda for three years now, and I felt that in order to advance my practical skills I need to deepen my academic expertise by ultimately becoming an expert in the development work.

Patrick Blake: I have been in the same ministry for nine years, so I thought that it was time for me to take time out. My organisation encourages officers to develop their intellectual framework. I wanted to take a step back to gain a different perspective on global issues. 

Sheila, you did your studies in China, and Patrick in Australia. Why did you choose France and Sciences Po for your return to university?

Sheila: I have an African and Asian background, I believe by combining these three continental experiences (France-Europe), I will be able to have wider worldview and perhaps be in a better position to contribute to solutions for sustainable development.
And why France? First because Sciences Po has a good reputation and I guess learning french in France is ideal. But also I enjoy experiencing different cultures, France is totally different to any African or Asian country I’ve been to, these differences intrigue me.

Patrick: The possibility of earning a Master’s in only one year really appealed to me. It’s sometimes difficult to take a two-year break, for financial reasons among others… So a one-year Master’s programme fits my plans perfectly. The good reputation of Sciences Po also motivated my choice.

You have just started the one-year programme in Advanced Global Studies at the Sciences Po Paris School of International Affairs. What are your first impressions?

Sheila: I am in the Development Practice track. It has been very intense, with the assignments and all the readings we have to do. But we have some very interesting classes; they are quite challenging which I don’t mind!  I like the programme’s cross disciplinary approach. For example, when we talk about development, the professor may use some economic concepts, and even if you are not a specialist in this discipline, the notions are accessible, the level is well adapted for non-specialists. And I also like that we can easily interact with the professor. 

Patrick: It is a big change for us I guess. We have been working for a while, and it is interesting to plunge into the academic world. I wanted to take time out after nine years or work. But despite calling it “time out”, it is still very challenging. We have a lot of reading to do, a lot of assignments and exam preparation.

What do you expect from this year of study at Sciences Po? Which skills do you need to develop?

Sheila:  I want to sharpen my ability to think critically and to be able to contextualise all the information I get here to the environment I come from in Rwanda. For example how can I use the principles of sustainable development learned at Sciences Po to support already on-going sustainable policies in Rwanda? This question is the focus of my time here. In most cases it is difficult to apply theory to the field, however i look forward to understanding the practicalities of that.

Patrick: I am interested in being able to better analyse economic research. I want to be able to criticise these documents and gain a better understanding of the work of economists.
I want to understand globalisation from both an academic and a practical viewpoint. I’m also taking up Japanese. I stopped learning Japanese when I was 16 and now I am doing Japanese again, with a fantastic and engaging Japanese professor. 


Related links
Learn more about the Master in Advanced Global Studies at the Sciences Po Paris School of International Affairs
Learn more about one-year Master’s programmes at Sciences Po

Promo 2020 : une année historique

Promo 2020 : une année historique

Après trois ou cinq années d’efforts, ils ont accompli toutes les étapes les menant au précieux diplôme de Sciences Po, plus une : avoir vécu et réussi un semestre en pleine pandémie. Quel impact aura ce moment historique sur leur vie future ? En attendant de le savoir, voici le portrait d’une promo à nulle autre pareille : félicitations aux diplômés 2020 !

Lire la suite
Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête* !

Lire la suite
“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

“L’égalité des chances doit aussi être territoriale”

Originaire de l’Allier, Salomé Berlioux a livré une longue bataille contre l’autocensure avant d’obtenir son diplôme de l’École d’affaires publiques de Sciences Po. En 2016, elle engage le combat à grande échelle en fondant l’association Chemin d’avenirs, qui aide aujourd’hui 1000 jeunes issus des campagnes et des petites villes à surmonter les obstacles qui entravent leurs ambitions. Entretien avec une alumna déterminée.

Lire la suite
Leçons d’un semestre pas comme les autres

Leçons d’un semestre pas comme les autres

Les étudiants de l’année 2019/2020 viennent de clôturer une année académique à nulle autre pareille. Quel bilan tirer de cette expérience ? Comment s’est déroulée cette bascule en urgence pour les étudiants et les enseignants ? Le bilan que nous publions aujourd’hui montre un pari plutôt réussi pour la grande majorité d’entre eux. Et permet de tirer d’utiles leçons pour le semestre à venir. 

Lire la suite
Féminicides : cartographie d'une controverse

Féminicides : cartographie d'une controverse

En 2020, Auriane, Cassandre, Cloë, Fiona et Huifang, étudiantes en Master Communication, médias et industries créatives à l'École du Management et de l’Innovation de Sciences Po, ont cartographié les controverses autour des féminicides en France. Cette méthode pédagogique, créée par Bruno Latour, professeur émérite à Sciences Po, a pour but d’apprendre aux étudiants à se repérer dans l'univers de la recherche en sélectionnant une controverse sur laquelle ils accumulent une documentation complète qu’ils mettent en forme et publient sur un site web. Chaque thème devient alors une sorte de "parlement virtuel" aidant à la mise en politique des nouvelles "choses publiques". Elles racontent leur expérience.

Lire la suite
Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Et le prix du meilleur reportage est attribué à...

Bouclage en beauté pour les étudiants de l’École de journalisme de Sciences Po ! Sept d’entre eux ont été distingués par l'un des prix remis chaque année par des rédactions prestigieuses pour identifier leurs prochaines recrues ou récompenser des reportages et enquêtes de qualité, et 15 d'entre eux ont été invités à rejoindre les rédactions de TF1/LCI et France Télévisions. Alors que l’École s’apprête à accueillir une nouvelle promotion, présentation du palmarès 2020. 

Lire la suite
Peuplecratie : le nouveau populisme

Peuplecratie : le nouveau populisme

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
À l'écoute des campagnes

À l'écoute des campagnes

Fondée par des diplômés de l’Ecole urbaine, l’association La Traverse a pour mission d’accompagner les territoires ruraux dans leurs démarches de transition écologique et sociale. Pour étudier et diffuser les bonnes pratiques, cette association produit le podcast “Transitions en terrain connu”, qui met en valeur des stratégies territoriales ambitieuses. Elle a ainsi réalisé un “tour de France des territoires ruraux” dont elle vient de publier le bilan. À cette occasion, Alexia Beaujeux, une des fondatrices, témoigne. 

Lire la suite
L'innovation dans tous ses États

L'innovation dans tous ses États

Comment réinventer les prisons de demain ? Comment décarboner les Jeux olympiques de 2024 ? Comment rendre le patrimoine du Domaine de Chantilly accessible aux générations futures ? Voici quelques-unes des questions soulevées par l’Incubateur des politiques publiques, un programme destiné aux étudiants de master de l’École d’affaires publiques de Sciences Po.

Lire la suite