Believing and making others believe. Political uses of faith

One would think that the era of beliefs has passed in our societies, which are steeped in secularism and weary of ideologies. Such is not the case. Under new forms and through new avenues, believing and making others believe remain vibrant. This phenomenon is described and explained in the collective work “Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance [Believing and making others believe. Political uses of faith], edited by Anne Muxel, researcher at Sciences Po’s Center for Political Research (CEVIPOF). Through a collection of contributions it sheds light on the new terms, areas and uses of belief. Interview.

What is a belief? Do people still believe in today’s France?

Anne Muxel – Belief is a matrix through which mentalities and representations of a society at a given moment of its history develop. It expresses the repertoire of senses and the mental maps that individuals use to find their bearings in the social and political world. Belief has several dimensions: it is a mechanism that feeds and articulates the capacity to believe and make others believe, but it also involves certainty and doubt as forces of subversion. To dispense with belief is not realistic, let alone possible. French society is certainly among the most secular in Europe, but beliefs have not disappeared – far from it. They are increasingly fragmented and compartmentalized, however. They are expressed through a mosaic of references, models and purposes. Even collective beliefs – for example, the relationship to ideologies and values such as human rights – have become more particularized and individualized.

Your book draws on fields like literature and visual arts (cinema, painting). How is the merging of these disciplines with the social sciences and humanities fruitful?

A.M – This book seeks to shed light on the changes and reconfigurations of belief on the basis of diverse perspectives. Belief operates in all areas of social life, from family to politics, encompassing private, religious and cultural choices. The chapters are wide-ranging, exploring the representation of prayer in the history of painting, ways of staging power in film, the difficulty that the children of collaborators have dealing with the beliefs of their parents, and the perspectives of mothers on their children’s jihadist involvement.

You show a link between belief and politics….

A.M –A number of contributions reveal a proliferation of institutions of belief, and therefore of beliefs, that goes hand in hand with a weakening of belief in politics. For example, the new forms of populism that have emerged as established political ideologies have declined, promote a weak and eclectic ideology that can respond to various frustrations and identity malaises. No surprise that populism especially draws young generations.

How would you position this book in relation to the two preceding works you edited: “La vie privée des convictions” [The private life of convictions] and “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” [Time and politics. Reconfiguring identity]?

These three books form a series resulting from work on the subject of “Politics, affectivity and intimacy” that I have been pursuing over the past five years. The goal was to expand certain political science inquiries by drawing on disciplines like history, psychoanalysis, philosophy, literature and cinema, and to study the construction of political identities, the temporality and sustainability of involvement, and the end of ideologies, from underexplored perspectives. “La vie privée des convictions” analyzes links between the private sphere and the public sphere, to what I have called the “intimate politicization” of individuals. 

We demonstrated that everyone develops their choices on the basis of criteria derived from notions of resemblance and proximity. This turns the private sphere into an integral field in the democratic adventure. “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” looked at the reconfigurations of political identities and the impact of historical, social and biographical temporalities on the relationship to politics. It provided a fresh perspective on how politics is shaped by time, be it the collective time of generations or the more intimate time of life stages. “Croire et faire croire” concludes this series by tackling the bedrock of social and political order: belief.

More information

Anne Muxel is a Research Director at the Centre for Political Research at Sciences Po (CEVIPOF) where she specialises in electoral and political behaviour, abstentionism, etc. She focuses on the younger generations and more specifically their attitudes to and relationship with politics.

This interview was originally published in COGITO n°4, Sciences Po's Research Newsletter.

Imaginer le monde d'après la crise

Imaginer le monde d'après la crise

Depuis le 27 avril 2020, Sciences Po mène aux côtés de TF1, de Bluenove et Cognito une grande consultation en ligne intitulée “Notre nouvelle vie”. Son objectif : faire émerger des propositions pour répondre aux conséquences sociétales, économiques et démocratiques de la crise du Covid-19. Originale dans sa forme, la consultation a déjà réuni plus de 58 000 réponses émanant de 5 100 participants. Il est possible de débattre de cinq thématiques jusqu'au 24 juin. Explications détaillées avec Olivier Duhamel, Président de la FNSP et Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques de Sciences Po. 

Lire la suite
Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

Pour une stratégie universitaire européenne face à la crise

En 2019, huit institutions de rang mondial en sciences sociales, humanités et management*, s’appuyant sur des liens déjà solides, ont décidé de s’unir pour créer “CIVICA, l’Université Européenne des Sciences Sociales”. Préfigurant les contours de l’université du futur, reposant à la fois sur une vision stratégique de long terme et sur des activités concrètes à l’attention des étudiants, du corps professoral, des équipes et du grand public, CIVICA a vocation à proposer des réponses innovantes aux grands défis du monde contemporain et à assurer la promotion des valeurs civiques européennes.

Lire la suite

" La pauvreté commence à l'enfance "

Les infos passent, les idées restent. Dans FOCUS, la série vidéo de Sciences Po, un chercheur ou un enseignant aborde son domaine sous un angle inattendu. En trois minutes, FOCUS offre une réflexion hors des sentiers battus sur les questions qui animent le débat public et propose des perspectives pour comprendre et pour agir.

Lire la suite
Coronavirus : la réponse économique

Coronavirus : la réponse économique

Comment sortir d'un confinement marqué par le choix stratégique fort du chômage partiel ? La dette française est-elle soutenable ? Quels sont les effets de la crise sur l’emploi ? Et que feront les Français de l’épargne conséquente accumulée ces derniers mois ? Éléments de réponse avec Philippe Martin, Professeur au sein du Département d’économie de Sciences Po. 

Lire la suite
Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

Le campus de Nancy fête ses vingt ans !

À la rentrée de l’année 2000, 42 étudiants rejoignaient le premier campus régional de Sciences Po, inauguré par Richard Descoings, et dont l’ouverture précéderait celle des sites de Reims, du Havre, de Poitiers, de Dijon et de Menton. Ce campus accueille aujourd’hui 300 étudiants (dont plus de la moitié sont internationaux) pour les deux premières années d’un bachelor avec une spécialisation géographique sur l’Europe et l’espace franco-allemand. En 20 ans, plus de 2000 étudiants sont passés par ce campus. 

Lire la suite

"Le romantisme de l'Amérique latine"

L’Amérique Latine, continent des écrivains, de la passion et des révolutions ? Oui, mais pas seulement ! Avec le cours “Relations Internationales en Amérique Latine”, Kevin Parthenay invite les étudiants du campus de Poitiers à poser un regard neuf sur ce continent qui, loin de jouer les seconds couteaux, est en fait au coeur des dynamiques mondiales. 

Lire la suite

" C'est toi qui t'occupes des enfants aujourd'hui ? "

En période de confinement, les uns sont-ils “plus égaux que les autres” ? La Chaire pour l’Entrepreneuriat des Femmes à Sciences Po, en coopération avec Ipsos, a mené l’enquête auprès de 1000 actifs constituant un échantillon national représentatif de la population active âgée de 18 ans et plus en France. Cette enquête nous livre une image contrastée : si les femmes ont été plus durement touchées par l’inactivité professionnelle que les hommes, elles sont aussi 30% dans les couples hétérosexuels à avoir constaté une meilleure répartition des tâches domestiques, et 24% à avoir ressenti une hausse de leur satisfaction générale (contre 19% des hommes). Quelles perspectives cela dessine-t-il pour l’avenir ? Quelques jours avant la publication d’un document de travail portant sur l’analyse des données de l’enquête, Anne Boring, directrice de la chaire, nous livre ses premières conclusions. 

Lire la suite
Drôle d'économie !

Drôle d'économie !

Les personnes dotées de grands pieds sont-elles meilleures en orthographe ? Quel rapport entre le PIB, le réchauffement climatique et une crosse de hockey ? Peut-on mesurer le Bonheur National Brut ? Questions bizarroïdes et réponses tout en couleurs : c’est la marque de fabrique d’Econofides, un projet qui a pour ambition de redonner le goût de l’économie aux élèves de lycée par le biais d’une pédagogie interactive, narrative et ludique. 

Lire la suite
Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Sciences Po soutient Fariba Adelkhah, condamnée à 6 ans de prison

Le samedi 16 mars 2020, Sciences Po a appris la condamnation de Fariba Adelkhah, chercheuse au CERI, par la 15e chambre du tribunal de Téhéran. Détenue depuis près un an dans la prison d'Evin, Fariba s'est opposée à une libération conditionnelle en échange de l'arrêt de ses recherches. Elle a été condamnée à six ans de prison, la peine la plus lourde qu'elle encourait. 

Lire la suite