Believing and making others believe. Political uses of faith

One would think that the era of beliefs has passed in our societies, which are steeped in secularism and weary of ideologies. Such is not the case. Under new forms and through new avenues, believing and making others believe remain vibrant. This phenomenon is described and explained in the collective work “Croire et faire croire. Usages politiques de la croyance [Believing and making others believe. Political uses of faith], edited by Anne Muxel, researcher at Sciences Po’s Center for Political Research (CEVIPOF). Through a collection of contributions it sheds light on the new terms, areas and uses of belief. Interview.

What is a belief? Do people still believe in today’s France?

Anne Muxel – Belief is a matrix through which mentalities and representations of a society at a given moment of its history develop. It expresses the repertoire of senses and the mental maps that individuals use to find their bearings in the social and political world. Belief has several dimensions: it is a mechanism that feeds and articulates the capacity to believe and make others believe, but it also involves certainty and doubt as forces of subversion. To dispense with belief is not realistic, let alone possible. French society is certainly among the most secular in Europe, but beliefs have not disappeared – far from it. They are increasingly fragmented and compartmentalized, however. They are expressed through a mosaic of references, models and purposes. Even collective beliefs – for example, the relationship to ideologies and values such as human rights – have become more particularized and individualized.

Your book draws on fields like literature and visual arts (cinema, painting). How is the merging of these disciplines with the social sciences and humanities fruitful?

A.M – This book seeks to shed light on the changes and reconfigurations of belief on the basis of diverse perspectives. Belief operates in all areas of social life, from family to politics, encompassing private, religious and cultural choices. The chapters are wide-ranging, exploring the representation of prayer in the history of painting, ways of staging power in film, the difficulty that the children of collaborators have dealing with the beliefs of their parents, and the perspectives of mothers on their children’s jihadist involvement.

You show a link between belief and politics….

A.M –A number of contributions reveal a proliferation of institutions of belief, and therefore of beliefs, that goes hand in hand with a weakening of belief in politics. For example, the new forms of populism that have emerged as established political ideologies have declined, promote a weak and eclectic ideology that can respond to various frustrations and identity malaises. No surprise that populism especially draws young generations.

How would you position this book in relation to the two preceding works you edited: “La vie privée des convictions” [The private life of convictions] and “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” [Time and politics. Reconfiguring identity]?

These three books form a series resulting from work on the subject of “Politics, affectivity and intimacy” that I have been pursuing over the past five years. The goal was to expand certain political science inquiries by drawing on disciplines like history, psychoanalysis, philosophy, literature and cinema, and to study the construction of political identities, the temporality and sustainability of involvement, and the end of ideologies, from underexplored perspectives. “La vie privée des convictions” analyzes links between the private sphere and the public sphere, to what I have called the “intimate politicization” of individuals. 

We demonstrated that everyone develops their choices on the basis of criteria derived from notions of resemblance and proximity. This turns the private sphere into an integral field in the democratic adventure. “Temps et politique. Les recompositions de l’identité” looked at the reconfigurations of political identities and the impact of historical, social and biographical temporalities on the relationship to politics. It provided a fresh perspective on how politics is shaped by time, be it the collective time of generations or the more intimate time of life stages. “Croire et faire croire” concludes this series by tackling the bedrock of social and political order: belief.

More information

Anne Muxel is a Research Director at the Centre for Political Research at Sciences Po (CEVIPOF) where she specialises in electoral and political behaviour, abstentionism, etc. She focuses on the younger generations and more specifically their attitudes to and relationship with politics.

This interview was originally published in COGITO n°4, Sciences Po's Research Newsletter.

"Pas de photo, c'est interdit"

"Pas de photo, c'est interdit"

Si votre photo n’est pas assez bonne, c’est que vous n’êtes pas assez près”, disait le photographe Robert Capa. Dans leurs cours consacré au photojournalisme, Dimitri Beck, Alain Genestar et leurs prestigieux invités poussent les futurs journalistes à aiguiser leur regard, leur curiosité, mais aussi leur humanité. Pour apprendre à capturer le réel dans l’obturateur, et parfois sa beauté. 

Lire la suite
Un siècle de femmes à Sciences Po

Un siècle de femmes à Sciences Po

Les étudiantes représentent près de 60 % de la promotion diplômée en juin 2019. Il y a un siècle, les premières femmes entraient à Sciences Po. Des premières étudiantes en 1919 jusqu’à une politique active de soutien de l’égalité aujourd’hui, comment leur place a-t-elle évolué dans l’École ? À l’occasion de ce centenaire,  retour sur 5 dates clés de l’histoire des femmes à Sciences Po.

Lire la suite
Engagée pour les océans

Engagée pour les océans

À l’occasion de la Semaine des Océans à Sciences Po, nous avons rencontré Ève Isambourg, étudiante en 3ème année du Collège universitaire et activiste pour la protection des océans. Après deux ans sur les bancs du campus de Paris, Ève a consacré sa troisième année à l’étranger à mobiliser les esprits sur les questions océaniques autour du monde. Dernière étape de sa mission et non des moindres : une conférence devant l’ONU à New York.

Lire la suite
L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

L’Allemagne, le pays où les hauts fonctionnaires se forment à l’université

Par Cornelia Woll (CEE). Le débat sur la suppression de l’École nationale d’administration est d’autant plus vif qu’il se situe à la convergence de plusieurs enjeux : principes de la méritocratie, ascension sociale, fonctionnement de l’administration publique, réseaux d’influence et rentes professionnelles que procurent les grands corps. D’autres modèles existent chez nos voisins. Une comparaison avec l’Allemagne éclaire le rôle que peut jouer l’université dans la formation de la haute fonction publique.

Lire la suite
Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Salomé Zourabichvili, alumna et Présidente

Diplômée de Sciences Po en 1972, professeure à Sciences Po entre 2006 et 2015, Salomé Zourabichvili est la première femme élue présidente de Géorgie depuis le 28 novembre 2018. Mais aussi l’une de nos rares alumna femmes et cheffes d’État. À l’occasion de sa conférence du 18 février 2019 dans son alma mater, retour sur la brillante trajectoire d’une étudiante prometteuse, et timide. 

Lire la suite
Fact-checking, un combat difficile à gagner

Fact-checking, un combat difficile à gagner

Les «fake news», ou infox, sont devenues les grandes animatrices des campagnes électorales récentes, de la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni jusqu’à l’élection du nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, en passant par diverses élections en Europe et aux États-Unis. Emeric Henry, professeur au Département d'économie de Sciences Po a mené une étude pour étudier comment luttre contre ces "fakes news".

Lire la suite
Paul Claudel, diplomate à ses heures

Paul Claudel, diplomate à ses heures

Poète et dramaturge français, frère de la sculptrice Camille Claudel, membre de l’Académie française, Paul Claudel est un ancien élève de Sciences Po. Bien que son parcours étudiant fut en demi-teinte, les années qu’il passa à Sciences Po ont été déterminantes dans le choix de sa carrière diplomatique. Parallèlement à ses fonctions de consul, Claudel a écrit des poèmes, pièces et essais, loués pour leur lyrisme. Catholique fervent souvent controversé pour ses positions politiques très à droite, Paul Claudel fut un grand artiste symboliste. 

Lire la suite
Voix afghanes

Voix afghanes

Diplômée 2018 de l’École des affaires internationales de Sciences Po, Samina Ansari a choisi de s’engager pour son pays, l’Afghanistan. Devenue directrice exécutive du Centre pour les femmes à l’université américaine d’Afghanistan, elle encourage les femmes de son pays à créer des entreprises. Portrait vidéo d’une alumna engagée.

Lire la suite
Civiliser le capitalisme

Civiliser le capitalisme

Dans son dernier ouvrage, Civiliser le capitalisme (Fayard), Xavier Ragot, président de l’OFCE, propose de repenser le libéralisme économique afin de réduire l’insécurité économique et de défendre la démocratie. Parmi les solutions proposées, la mise en place d’une assurance chômage européenne, comme cela a été fait au niveau national avec les États-providence. Interview.

Lire la suite
Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Léo Ferré : du sale gosse de Sciences Po au Joli môme de l’Olympia

Avant de devenir l’un des plus célèbres chanteurs français du 20ème siècle, Léo Ferré a usé ses pantalons sur les bancs de Sciences Po, dont il est sorti diplômé en 1939 (non sans péripéties). De la Péniche aux plus grandes scènes françaises, retour sur un parcours rempli d’insouciance et de maladresse.

Lire la suite