Tchad 1900-1960

Date: 
27 Mars, 2008
Auteur: 
Debos Marielle

LA CONQUETE MILITAIRE (1900-1917)

Présentation générale

Les violences au Tchad ont une longue histoire. Au 18ème et 19ème siècles, les sociétés du sud subissent les raids lancés par les Etats-empires musulmans du Kanem-Bornou, du Baguirmi, du Ouaddaï et du Darfour (aujourd’hui au Soudan) pour capturer des esclaves (Azevedo, 1978 et 1982). Les guerres entre royaumes esclavagistes sont en outre fréquentes et « sans fin » (Reyna, 1990).

A la fin du 19ème siècle, plusieurs puissances s’affrontent pour les territoires qui forment aujourd’hui le Tchad. La confrérie musulmane de la Sanûsiyya, une théocratie militaire, s’implante en 1899 à Gouro, palmeraie située à la lisière orientale du Tibesti, et installe des zâwiya (centres qui sont à la fois des entrepôts de marchandises et d’armes et des édifices de culte et d’enseignement religieux) à Aïn Galaka (Borkou) et à Bir Alali (Kanem) (Triaud, 1995). Quand les Français pénètrent au Tchad, la confrérie encadre les résistances et devient un premier adversaire des conquérants. Bien qu’alliés à l’empire du Ouaddaï, les Sanûsi ne peuvent empêcher les Français de s'imposer après 1900.

De son côté, Rabah Fadlallah, aventurier et marchand d’esclaves venu du Soudan, forme des troupes solides et aguerries. Il parvient à se procurer un armement moderne grâce à la vente d’ivoire et d’esclaves. Il prend le contrôle du Bornou en 1893 et envisage de conquérir l’empire du Ouaddaï qui lui avait infligé une première défaite en 1887. Son avancée est stoppée en 1900 par l’intervention des Français. Le colonisateur abolit l’esclavage qui persiste cependant jusque dans les années 1920.

Dans les années 1890, les explorateurs français signent les premiers traités avec des chefs locaux (la mission Casimir Maistre et les chefs de Laï et Kelo en 1892 par exemple) ; ils fondent Fort-Archambault (aujourd’hui Sarh) en 1899. C’est cependant l’année 1900 qui marque véritablement le début de la conquête militaire du Tchad. Le 22 avril, les colonnes françaises venues d'Alger (mission Foureau-Lamy) et du Niger (mission Joalland-Meynier) se joignant à celle d'Émile Gentil qui a descendu le fleuve Chari sur le Léon Blot, écrasent l'armée de Rabah à Kousseri. La disparition de Rabah et la signature du décret du 5 septembre 1900 créant le Territoire militaire des pays et protectorats du Tchad n’annoncent cependant pas la fin de la conquête militaire qui se prolongera pendant dix-sept ans. Celle-ci fera de nombreux morts parmi les conquérants (des officiers français et de nombreux tirailleurs et auxiliaires recrutés par les Français) mais surtout parmi les habitants des territoires qui allaient devenir le Tchad.

Comme le note Jean-Louis Triaud, les perturbations de la vie économique qu’entraîne la conquête française font plus de morts que les combats. Les effets des campagnes militaires dans le nord du Tchad sont désastreux : le cheptel est largement décimé, les cultures sont interrompues. A partir de 1902, les circuits d’échanges traditionnels sont progressivement disloqués. Trois années consécutives de sécheresse et l’arrivée de sauterelles en 1915 ajoutent au désastre : les populations du Ouaddaï et Borkou-Ennedi-Tibesti subissent la disette, la famine et des épidémies (Triaud, 1995 : 778-779). Les rapports administratifs font état de 125 personnes mortes de faim à Abéché (Ouaddaï) en avril 1914, 76 en mai 1914, 109 en juillet 1914 et 24 en août 1914 (Triaud, 1995 : 779). Le général Hilaire estime que la population du Ouaddaï est passée de 700 000 habitants en 1912 à 400 000 en 1914 (Suret-Canale, 1964 : 175). Le pays est considéré comme conquis entre 1914 (Lanne, 1993 : 425) et 1917 (Chapelle, 1980).

++++

Séquence chronologique

1899 :La colonne conduite par les capitaines Voulet et Chanoine, partie de la boucle du Niger en janvier 1899, commet de nombreuses atrocités sur son parcours à l’est du Niger : assassinats, viols, pillages, villages incendiés... Les deux capitaines s’étaient déjà illustrés par leur brutalité lors de la conquête de l’empire Mossi (actuel Burkina Faso). Le colonel Klobb envoyé par pour prendre le contrôle de la mission militaire est tué par Voulet et Chanoine le 14 juillet 1899. Ils sont eux-mêmes abattus par leurs propres soldats (des tirailleurs). Les lieutenants Joalland et Meynier prennent la tête des survivants. A le scandale est vite étouffé : la conquête coloniale doit se poursuivre et l’armée redoute un scandale impliquant le fils d’un Général connu pour ses opinions violemment antidreyfusardes.

**(Mathieu, 1996).

17 juillet 1899 : Le détachement du Lieutenant Bretonnet et leurs alliés de l’empire du Baguirmi sont anéantis par les troupes de Rabah aux rochers de Niellim. Selon le lieutenant Georges Joubert, « tout ce qui ne fuit pas est massacré ». Les troupes de Rabah subissent aussi de lourdes pertes.

*(Joubert, 1937 : 21).

29 octobre 1899 : Combat entre les troupes d’Emile Gentil et de Rabah au bord du fleuve Chari à la hauteur de Kouno. Chaque armée perd la moitié de ses adversaires.

*(Chapelle, 1980 : 218)

22 avril 1900 : Bataille de Kousseri (aujourd’hui une ville du nord Cameroun frontalière du Tchad). Rabah est décapité. Ses fils sont tués, tandis que ses troupes rallient les Français. Il y aurait dix-neuf morts parmi les Français et mille morts parmi les soldats de Rabah (Largeau, 2001). Le colonel Lamy – qui donnera son nom à Fort-Lamy – perd également la vie lors des affrontements.

*

Début des années 1900: Des habitants du village de Kon (près de Fort-Archambault) qui refusent de se soumettre aux Français, sont tués par des tirailleurs.

*(Azevedo, 1998 : 83).

9 novembre 1901: Les Français lancent une première attaque sur la zâwiya sanûsi de Bir Alali. Les troupes françaises, 200 tirailleurs et 50 spahis (cavaliers), sont repoussées et le commandant du détachement, le capitaine Millot, est tué. Deux sources militaires donnent des chiffres de pertes différents ; respectivement 15 tués ou blessés (dont 12 tirailleurs africains) du côté français, et 90 tués ou blessés du côté sanûsi, pour l’une - et 6 tués et 34 blessés du côté français, et 165 morts du côté sanûsi, pour l’autre. Les pertes du côté sanûsi, notamment des combattants touareg venus du Niger qui se sont mis au service de la zâwiya, sont très importantes. On peut considérer la deuxième statistique comme la plus fiable à cet égard, mais les pertes françaises réelles n’ont, en fait, jamais été avouées.

**(Triaud, 1987 : 26, et 1995 : 612-617).

20 janvier 1902 : Seconde attaque française sur la zâwiya de Bir Alali. Les troupes françaises s’en emparent après des affrontements d’une extrême violence. Les chiffres des pertes ont donné lieu à quelques variations. Les pertes du côté français ont été minorées par le commandement. Officiellement, on enregistre un lieutenant français tué, et 12 tués et 15 blessés parmi les auxiliaires et tirailleurs africains. Les chiffres réels sont cependant supérieurs (Triaud, 1987 : 27). En ce qui concerne les pertes du côté sanûsi, parmi plusieurs chiffres évoqués, on peut retenir celui de plus de 200 morts (Triaud, 1987 : 27, et 1995 : 620). Tous les belligérants sont, pour l’essentiel, étrangers à la région : Arabes Awlâd Sulaymân et Zuaya, et Touareg du côté sanûsi, tirailleurs « sénégalais », Banda (anciens partisans de Rabah) et Yakoma de l’Oubangui-Chari du côté français (Triaud, 1995 : 620).

**

11 août 1902 : Combat de Korofu, au Kanem (entre Mao et Bir Alali). Alliés à des groupes Awlâd Sulaymân, les Français et leurs troupes composées de tirailleurs sénégalais attirent les forces touareg ennemies dans un piège. Les pertes touareg sont estimées à un millier, soit la moitié des forces touareg engagées dans la zone. Les Français font état de la mort de 3 auxiliaires.

* (Triaud, 1995 : 623).

2-4 décembre 1902 : combat à proximité de Bir Alali. Les forces sanûsi tentent de reconquérir la zâwiya. Les chiffres des pertes, qui sont fiables dans ce cas, sont les suivants : 230 du côté sanûsi, 17 tués et 38 blessés du côté français (Triaud, 1995 : 629-632). Dans la nuit du 4 au 5 décembre 1902, le dirigeant sanûsi, Abû ‘Aqîla meurt avec plus de quatre-vingt de ses hommes : ils s’étaient liés entre eux pour ne pas reculer lors de l’attaque.

**

++++

16 mai 1903 : Après avoir lancé une razzia sur le village de Peni, les esclavagistes Fulbe attaquent Koumra avec plus de 4000 hommes et 200 cavaliers. Les Sara résistent et tuent 200 d’entre eux (Azevedo, 1982 : 205). Si peu de raids esclavagistes sont documentés, il est certain que les razzias et le commerce d’esclaves ne cessent pas avec la pénétration française (Brown, 1983 : 56-57). D’autres évènements de ce type se produisent vraisemblablement au début du 20ème siècle.

*

1905 : Mort du Mbang (chef traditionnel) Mode, tué sans combat, fin de la résistance des Sara.

*(Chapelle, 1980 : 220).

Avril 1907 : le capitaine Bordeaux (avec 84 soldats réguliers et 154 auxiliaires goranes ou arabes) occupe successivement Oueïta (8 avril), la zâwiya sanûsi de Faya (17 avril) et la zâwiya d’Aïn Galakka (21 avril), qu’il évacue ensuite. Deux dirigeants sanûsi périssent au combat, mais les pertes globales ne sont pas connues. Le chiffre des pertes françaises se monte à 5 tués et 1 blessé.

*(Triaud, 1995 : 676-677).

29 mars ou mai et 16 juin 1908 : Le 29 mars (Hugot, 1965 : 48) ou le 29 mai (Chapelle, 1980 : 222), une bataille violente oppose les armées du Ouaddaï et les tirailleurs du capitaine Jerusalemy alliés aux auxiliaires d’Acyl à Dokotchi (Ouaddaï). Il y a 400 morts et 600 blessés (Hugot, 1965 : 48). Le 16 juin, une nouvelle bataille éclate à Djoua (près d’Ati) : les Ouaddaïens perdent 2000 hommes. La défaite des armées ouddaïennes permet aux Français d’entrer dans la ville d’Abéché le 2 juin 1909. Acyl est intronisé sultan par les Français le 13 août 1909 – il est destitué en 1911 quand les Français le soupçonnent de soutenir une révolte dans le Ouaddaï.

*

1909-1911: Après la défaite et la retraite du sultan Doudmourrah et l’intronisation d’Acyl, considéré comme le « cheval de Troie » des colons, les chefs militaires restés fidèles à Doudmourrah et la population se soulèvent. La répression est violente : il y a vingt-deux batailles, plusieurs dizaines de villages brûlés et officiellement plus de 1320 personnes tuées. Mais les chiffres s’élèvent sans doute à 1500 ou 2000 morts (Doutoum, 1997 : 2). Le soulèvement prend fin le 12 août 1911. Le Sultan Doudmourrah se rend le 27 octobre. L’occupation du Ouaddaï est effective en 1911.

*

4 janvier 1910 : Trois officiers et deux sous-officiers français et plus de cent tirailleurs et quatre-vingt auxiliaires ouaddaïens des forces françaises périssent dans une embuscade tendue par l’armée du sultan du Massalit (est du Ouaddaï).

*(Ferrandi, 1930 : 26 ; Triaud, 1995 : 686).

8 et 9 novembre 1910: Combat à Doroté (est du Ouaddaï) entre la colonne dirigée par le lieutenant-colonel Moll, chef du Territoire du Tchad, contre les forces du sultan des Massalit. Les Français prennent Drijélé, la capitale du Massalit, le 8 novembre (G.B., 1910 : 438). Le lendemain, Moll, deux lieutenants, cinq sous-officiers et vingt-huit tirailleurs sont tués dans une attaque surprise. Le sultan du Massalit, Tâj al-Din, meurt également dans le combat, avec 600 des siens.

*(Ferrandi, 1930 : 27 ; Triaud, 1995 : 686).

1912: En représailles de l’attaque d’une colonne de tirailleurs par des Day (ou Daï) dans la région du Mandoul (Moyen-Chari) en 1908, une répression « féroce et impitoyable » s’abat sur cette région (Dingammadji, 2005 : 54). On ne connaît pas le nombre de morts lors de ces évènements connus comme la « première guerre du Mandoul » ou la « révolte du Mandoul ».

*

Mai 1913:Siège du village de Morgué dans le Guéra. Cinquante jeunes (garçons et filles) se seraient jetés dans le vide au moment de l’assaut des forces françaises contre leur village situé sur la pente abrupte d’une montagne.

*(Chapelle, 1980 : 223).

23 mai 1913:370 hommes (Sanûsi et alliés locaux) attaquent le peloton méhariste du lieutenant Dufour à Oum El Adam, dans l’Ennedi (est du Tchad). L’attaque est repoussée : il y a 71 morts du côté sanûsi, dont plusieurs responsables importants de la confrérie, et 1 tué et 4 blessés du côté français. Ce combat marque la reprise des hostilités entre Français et Sanûsi.

*(Triaud, 1995 : 745).

27 novembre 1913 :Combats violents des troupes françaises contre les forces sanûsi réfugiées dans la zâwiya d’Aïn Galaka, place forte de la confrérie en pays tchadien. Une colonne française de 766 hommes (33 Européens, 407 tirailleurs et 326 auxiliaires divers) attaque la zâwiya fortifiée. Les soldats pénètrent par l’une des brèches creusées par l’artillerie. La conquête de la ville, maison par maison, est lente et meurtrière (Ferrandi, 1930 : 76, et Triaud, 1995 : 760). Les pertes sont faibles du côté de la colonne française : 16 tués, dont 3 Français, et 25 blessés, dont 4 Français. Du côté sanûsi, les pertes sont plus difficiles à chiffrer. Jean-Louis Triaud estime que seul un tiers des environ deux cents combattants survit. Les pertes totales sont estimées à 160 environ (Triaud, 1995 : 761). Le colonel Largeau qui conduit les troupes françaises écrit : « Nous avions trente sept hommes hors de combat dont six Européens. L’ennemi avait laissé sur le terrain quatre-vingt-dix cadavres ». (Largeau, 2001 (1914) : 265). Les corps des Sanûsi sont jetés dans une fosse commune avec les chevaux et le bétail. (Azevedo, 1998 : 71 ; Chapelle, 1980 : 223 ; Ferrandi, 1930 : 67-94 ; Joubert, 1937 : 43). En décembre 1913, les zâwiya sanûsi de Faya, Gouro, puis d’Ounianga Kabir et Ounianga Saghir sont conquises par les Français.

**

++++

1916:SiRené-Joseph Bret relate avec force détails la défaite du sultan Bakhit dans une biographie qu’il lui consacre (Bret, 1987 : 179-226), la conquête du Dar Sila reste méconnue. Selon Bernard Lanne, la chute du sultan Bakhit est « une promenade militaire » pour les hommes du colonel Hilaire, les mitrailleuses ayant très vite arrêté la charge des cavaliers Dadjo (Lanne, 1993 : 425). L’histoire prend une tournure plus dramatique chez Jean Chapelle et Mario Azevedo : selon eux, en 1917, la famille du sultan (dix-sept personnes) serait liquidée après que ses hommes ont tenté de tendre une embuscade au contingent français (Azevedo, 1998 : 72 ; Chapelle, 1980 : 225). Le sultan, qui a fui après la défaite, est arrêté et déporté à Laï (octobre) où il meurt deux mois plus tard (Bret, 1987 ; Malval, 1974 : 99-100).

*

15 novembre 1917 : « massacre des coupe-coupes ». Le 23 octobre 1917, le maréchal des logis Guyader est tué à coups de couteau à Abéché (Ouaddaï). Suite à cet évènement, le chef de la circonscription, le commandant Gérard soupçonne les dignitaires du Ouaddaï de tramer un complot contre les Français – ce que les sources historiques infirment (Lanne, 1993 : 426-429). Le 15 novembre au matin, il ordonne aux tirailleurs d’assassiner l’aguid (chef militaire) de Dokom et ses hommes - cinquante-six personnes sont assassinées (Doutoum, 1997 : 5) - et plus de vingt faki (maîtres coraniques). Leurs têtes sont portées et alignées en deux rangées, à l’entrée est de la circonscription, à l’emplacement actuel du monument aux morts d’Abéché (Doutoum, 1997 : 5). Le Cheikh des Mahamid est également arrêté et tué à Biltine avec une quarantaine de ses parents et alliés. Toutes les cases du quartier Chig-el-Fakara sont pillées, une vingtaine de personnalités politiques et religieuses influentes sont déportées vers d’autres pays de l’Afrique Equatoriale Française (Doutoum, 1997 : 6). Les évènements du « coupe-coupe », qui font une centaine de morts selon Bernard Lanne (Lanne, 1993 : 427) et environ cent cinquante selon Mahamat Adoum Doutoum (Doutoum, 1997 : 6) poussent les intellectuels du Ouaddaï à s’expatrier au Soudan ou en Egypte. Des villages se vident au profit du Soudan. L’enseignement de l’arabe est durablement affecté ; l’hostilité à l’égard des colons se renforce avec le maintien d’une politique répressive. Pour ces violences, le commandant Gérard est simplement mis d’office à la retraite anticipée. Notons qu’une centaine de lettrés et savants musulmans subissent le même sort à Agadez en 1917 (Triaud, 1978 : 263-271).

**

++++

« Le Tchad des commandants » (1918-1945)

1

Présentation générale

Le décret du 17 mars 1920 fait du Tchad une « colonie » directement rattachée au Gouvernement Général de l’Afrique Equatoriale Française (AEF). Considérée comme une zone difficilement exploitable et peu rentable, la colonie est laissée entre les mains de militaires et d’administrateurs coloniaux souvent novices et aventuriers. Etre envoyé dans ce pays pauvre au climat pénible est souvent synonyme de rétrogradation ou de punition (Decalo, 1987 : 8). L’administration militaire est maintenue jusque dans les années 1930 dans la majeure partie du pays - l’administration des régions de l’extrême nord, le Borkou, l’Ennedi et le Tibesti (BET) ne revient aux administrateurs civils qu’en 1964, soit quatre ans après l’indépendance. D’emblée, la colonie n’a pour ressources que son propre budget provenant des impôts et taxes. La scolarisation reste marginale, surtout dans les régions musulmanes où la population refuse massivement d’envoyer ses enfants à l’école des colons (Arditi, 2003 : 7-22 ; Khayar, 1976).

La politique française suscite des révoltes et des mouvements de résistance qui sont violemment réprimés. Le colonisateur ne met cependant pas en oeuvre la même politique dans les différentes régions du pays. Le nord est une région aride et difficilement exploitable : l’intérêt des Français pour cette zone reste limité et l’impact de la colonisation y est bien moins important que dans les régions situées plus au sud. Après avoir tenté de détruire ou de discréditer les chefs traditionnels, les Français optent pour une politique de gouvernement indirect. Le prosélytisme chrétien est interdit dans cette région fortement islamisée.

En revanche, les Français tentent de contrôler et d’exploiter les régions situées sur la rive gauche du fleuve Chari – zone qui sera qualifiée de « Tchad utile » dans les années 1950 (Arditi, 2003 : 10). Les Tchadiens du sud supportent des taxes directes plus fortes que les éleveurs du nord (Lemarchand, 1980 : 469). L’imposition de la culture du coton à partir des années 1930 suscite d’autant plus de résistances que de nombreux chefs traditionnels, véritables auxiliaires de l’administration coloniale, abusent de leurs nouveaux pouvoirs. Le sud doit en outre subir le travail forcé : les conscriptions obligatoires pour le portage et la construction du Chemin de Fer Congo-Brazzaville (plus connu sous le nom de Congo-Océan). Cette région constitue également une source majeure de recrues pour l’armée coloniale (Azevedo, 1998 : 75 ; Lemarchand, 1980 : 454-455). Les tirailleurs sont recrutés à partir de 1914 ; en 1928, 7000 Sara ont déjà servi dans l’armée française. La conscription forcée s’intensifie avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale : sur les 22 844 Africains enrôlés entre 1939 et 1945 au Congo, Gabon, Oubangui-Chari et Tchad, au moins un quart sont originaires de ce dernier pays (Azevedo, 1978).

Dans les années 1940-1945, le Tchad supporte en effet l’effort de guerre et participe à la guerre du côté de la France Libre. En août 1940 le gouverneur du Tchad, Félix Eboué, se rallie au Général de Gaulle. La célèbre colonne Leclerc, partie du Sahara pour rejoindre Berchtesgaden en Allemagne, est composée de 3000 hommes, dont seulement cinquante-cinq Français (Azevedo, 1998 : 76). Nombreux sont aussi les Tchadiens parmi les mille tirailleurs disparus lors de la bataille de Bir Hakeim en juin 1942.

++++

Séquence chronologique

1918: Des enfants sont assassinés à Doba (Logone) pour « punir » les parents qui fabriquent et vendent de la bière locale.

*(Azevedo, 1998 : 83).

1921-1934 : Construction du chemin de fer Congo-Océan.Le Chemin de fer qui doit relier le port de Pointe Noire à Brazzaville pour désenclaver le Tchad et l’Oubangui (aujourd’hui la République Centrafricaine) est mis en chantier en 1921. Entre 1924 et 1934 plus de 120 000 personnes sont recrutées de force en Afrique équatoriale. Parmi elles, au moins 20 000 viennent du Tchad (Azevedo, 1981 : 12) ; 90% des travailleurs recrutés au Tchad sont Sara. André Gide, qui voyage dans l’Afrique Equatoriale Française en 1926 et 1927, qualifie l’entreprise d’« effroyable consommateur de vies humaines » (Gide, 2004 (1927) : 222-226). Les travaux effectués dans la forêt équatoriale sont en effet extrêmement pénibles et le taux de mortalité est effrayant : entre 15 000 et 30 000 morts parmi les Africains. Selon Mario Azevedo, on compte près de 10 000 morts chez les Sara, soit la moitié des recrues du Moyen-Chari. Le recrutement forcé suscite des résistances : assassinats de chefs de village, migrations forcées de jeunes travailleurs, violences de masse. Ainsi, en 1927, La Rougery, un chef de poste du Moyen-Chari, notant que seul le canton de Bediondo a atteint son quota de recrues pour la construction du Congo-Océan, utilise des hommes armés (Tchadiens mais non Sara) pour accélérer l’enrôlement. Des chefs de village et leurs gardes, complices de l’administration coloniale, sont tués par les résistants au recrutement forcé (Azevedo, 1981 : 9-10).

**

1928-1929 : « Guerre de Bouna » ou « guerre du Mandoul » (eau noire en sara). Si cette guerre doit être comprise dans le contexte des résistances à la levée de l’impôt (Azevedo, 1981 : 81-83), une combinaison de facteurs semble être à l’origine de la terrible répression de Bouna, « capitale » des Day dans le Moyen-Chari. En 1928, les Day refusent de payer les impôts au chef Moungar qui profite de son rôle de collecteur pour s’enrichir. Les représentants des autorités coloniales sont reçus par une population prête à en découdre – certains sont peut-être tués. Un simple fait divers vient alors mettre le feu aux poudres : un mari jaloux assassine sa femme. Les familles des deux époux s’affrontent causant la mort de plusieurs personnes (Lanne, 1993 : 439). Pour mater la révolte, une opération militaire est organisée. Des hommes viennent de Fort-Lamy ainsi que des cantons de Fort-Archambault, Koumra et Moïssala. La répression est d’une extrême violence. Selon les chiffres officiels, il y a 481 morts Day et 21 morts du côté des assaillants. Le nombre de morts est cependant vraisemblablement plus élevé : autour de 600 selon Arnaud Dingammadji (Dingammadji, 2005 : 53-60). L’historien Raphaël Nzabakomada-Yakoma estime en outre que plus de 25 000 personnes sont déportées (Nzabakomada-Yakoma, 1986 : 86-89). Selon Mario Azevedo, presque toute la population du canton périt (peut-être 20 000 personnes), tandis que le gros village de Bouna est réduit en cendres. Les troupes coloniales n’épargnent que les enfants qui sont déportés à Moïssala (Azevedo, 1998 : 82). En raison de l’implication d’auxiliaires tchadiens dans les massacres, la guerre du Mandoul reste longtemps taboue.

*

++++

La réforme du système colonial (1946-1959)

Présentation générale

L’après-guerre est une période de réforme du système colonial. À la suite de la Conférence de Brazzaville (1944) et de la création de l'Union française (1946), la colonie devient un Territoire d'outre-mer intégré dans la Fédération de l'AEF. Le travail forcé est officiellement aboli en 1946 mais il est encore pratiqué pendant plusieurs années dans le sud du Tchad (Azevedo, 1998 : 78) ; le code de l’indigénat est supprimé. Les Tchadiens votent pour la première fois en 1945, les partis politiques sont autorisés en 1946. La loi-cadre de 1956 institue le collège unique (le double collège surreprésentait les Français), renforce les pouvoirs de l'Assemblée territoriale et crée un Conseil de gouvernement qui dirige les administrations territoriales et est responsable devant l’Assemblée.

Le Parti Progressiste Tchadien (PPT), dominé par Gabriel Lisette - un administrateur de la France d’outre-mer originaire de Guadeloupe devenu un farouche adversaire de l’administration dont il est issu - s’implante dans la zone cotonnière (le sud). Section du Rassemblement Démocratique Africain (RDA), le PPT-RDA devient rapidement un foyer d’opposition syndicale dans les usines de la Cotonfran (société cotonnière) et de résistance à l’administration et aux chefs traditionnels. Quant à l’autre grand parti, l’Union Démocratique Tchadienne (UDT), il apparaît comme « le parti de l’administration ». Il faut en outre noter la création du Mouvement Socialiste Africain (MSA) par Ahmed Koulamallah en 1952 (Lanne, 1998). Si la vie politique tchadienne est animée par plusieurs partis, les rivalités entre leaders et les solidarités régionales ou religieuses sont fortes. Les élites musulmanes prennent conscience de l’ascendant pris par les gens issus du sud du pays. Ceux qui étaient les maîtres à l’époque de l’esclavage et des razzias redoutent une indépendance qui permettrait aux élites du sud d’asseoir leur domination.

Le référendum de 1958 sur la Constitution de la Ve République française donne naissance à la République du Tchad. François Tombalbaye, ancien instituteur originaire du Moyen-chari, profitant d’une mission de Lisette à l’étranger, s'empare du pouvoir en 1959. Il mène le pays à l’indépendance qui est proclamée le 11 août 1960.

Si la réforme du système colonial constitue une avancée significative pour les Tchadiens, elle ne met pas fin aux politiques de répressions violentes des autorités coloniales. En outre, des tensions intercommunautaires se développent sur fond de rivalités politiques. Des affrontements entre partisans du PPT et de l’UDT éclatent à Fort-Lamy en août et à Fort-Archambault en octobre 1947, des maisons et des boutiques sont pillées et incendiées. D’autres incidents se transforment en affrontements armés (Lemarchand, 1980 : 457-458).

++++

Séquence chronologique

1946:Plusieurs affrontements opposent à Fort-Lamy, la capitale, des communautés originaires du nord et du sud. Le 30 novembre, un fait divers – un mari jaloux tue l’amant de sa femme – dégénère en bataille rangée. Les règlements de comptes opposent des Sara et des Hadjaraï. Il y a onze morts selon Bernard Lanne (Lanne, 1998 : 94-96), treize selon René Lemarchand qui s’appuie sur des rapports secrets des Français (Lemarchand, 1980 : 457-458).

*

1947 : Un violent conflit éclate à Oum Hadjer dans le Batha entre des Arabes Missirié et des Rattatines de l’Hadjer Djombo qui fait plus de cent quatre-vingt victimes en deux jours. Les ressorts du conflit sont l’accès aux points d’eau et des problèmes de fiscalité coutumière selon le chef de district (français) de l’époque.

**(Hugot, 1997).

16 avril 1952 : A Bébalem, dans le Logone, les résultats des élections locales sont contestés par les partisans de Gabriel Lisette : le PPT a perdu. Quand les paysans se mobilisent et manifestent armés de simples armes blanches, les autorités coloniales décident de l’envoi de deux compagnies de tirailleurs. Entre 120 et 150 hommes entrent dans Bébalem le 16 avril 1952. Ils tirent sur la foule : il y a vingt-quatre morts selon l’historien Bernard Lanne (Lanne, 1998 : 197-218), soixante-dix selon l’entourage du chef de canton, 375 selon les rescapés rencontrés par Elie Ndoubayidi Dionmadji (Ndoubayidi Dionmadji, non publié : 16). Les meneurs sont arrêtés et condamnés à des peines de prison.

*

1958 : Affrontements entre Arabes et Foulbe dans le Chari-Bagirmi. Le nombre de morts est inconnu.

*(Azevedo, 1998 : 85)

++++

Bibliographie sur le Tchad colonial

ARDITI Claude, « Commerce, islam et Etat au Tchad (1900-1990) », in Grégoire Emmanuel et Labazée Pascal, Grands Commerçants d’Afrique de l’Ouest. Logiques et pratiques d'un groupe d'hommes d'affaires contemporains, , Karthala, 1993, pp. 175-220.

ARDITI Claude, « Des paysans plus professionnels que les développeurs ? L’exemple du coton au Tchad (1930-2002) », Revue Tiers Monde, t. XLV, n°180, octobre-décembre 2004, pp. 841-865.

ARDITI Claude, « Du ‘prix de la kola’ au détournement de l’aide internationale : clientélisme et corruption au Tchad (1900-1998) », in Blundo Girogio (dir.), Monnayer les pouvoirs. Espaces, mécanismes et représentations de la corruption, , PUF, IUED, 2000, pp. 249-267.

ARDITI Claude, « Les conséquences du refus de l’école chez les populations musulmanes du Tchad au XXe siècle », Journal des africanistes, Vol. 73, n°1, 2003, pp.7-22.

ARDITI Claude, « Les violences ordinaires ont une histoire : le cas du Tchad », Politique africaine, n°91, octobre 2003, pp. 51-67.

ARDITI Claude, « Tchad : de Fort-Lamy à N’Djamena », Autrement, n°72, janvier 1994, pp. 161-169.

AZEVEDO Mario Joaquim, « The human price of development : The Brazzaville railroad and the Sara of Chad », African Studies Review, Vol. 14, n°1, mars 1981, pp. 1-18.

AZEVEDO Mario Joaquim, Roots of Violence: A History of War in Chad, Londres, Routledge, 1998.

AZEVEDO Mario Joaquim, « Power and slavery in Central Africa: Chad (1890-1925) », Journal of Negro History, Vol. 67, n°3, automne 1982, pp. 198-211.

AZEVEDO Mario Joaquim,Sara demographic instability as a consequence of a French colonial policy in Chad (1890-1940), Ann Arbor, Michigan, Univ. Microfilm International, 1978 (1975).

BOUQUET Christian, Tchad, genèse d'un conflit, , L’Harmattan, 1982.

BOUQUET Christian, CABOT Jean, Le Tchad, , PUF, 1978 (1973).

BRET René-Joseph, Vie du Sultan Mohamed Bakhit 1856-1916, , Editions du CNRS, 1987.

BROWN Ellen, Nourrir les gens, nourrir les haines, -Nanterre, Etudes et Documents Tchadiens, 1983.

BUIJTENHUIJS Robert, Le Frolinat et les révoltes populaires du Tchad, 1965-1976, La Haye, et New York, Mouton, 1978.

BUIJTENHUIJS Robert, Le Frolinat et les guerres civiles du Tchad, 1977-1984. La révolution introuvable, Leiden, Afrika-Studiecentrum et , Karthala, 1987.

BURR J. Millard., COLLINS Robert O., The long road to disaster in Darfur, Princeton, NJ : Markus Wiener, 2006.

CENTRE AL MOUNA, Tchad. Pages d’histoire. Les évènements, N’djamena, Editions Al Mouna, 2005.

CHAPELLE Jean, Le peuple tchadien, ses racines, ses combats et sa vie quotidienne, , L’Harmattan, 1980.

CIAMMAICHELLA Glauco, Libyens et Français au Tchad (1897-1914). La confrérie sénoussie et le commerce transsaharien, , Editions du CNRS, 1987.

CORDELL Denis D., « The Awlad Sulayman of Libya and Chad : Power and Adaptation in the Sahara and Sahel », Canadian Journal of African Studies/ Revue Canadienne des Etudes Africaines, Vol.19, n°2, 1985, pp. 319-343.

CORDELL Denis D., Dar al-Kuti and the last years of Trans-Saharan Slave Trade, Madison, The University of Wisconsin Press, 1985.

DECALO Samuel, Historical Dictionnary of Chad, African Historical Dictionnaries n°13, The Scarecrow Press, Metuchen, N.J. & Londres, 1977.

DINGAMMADJI Arnaud, « Bouna : chronique d’un crime colonial oublié », in CENTRE AL MOUNA, Tchad. Page d’histoire, Les évènements, N’Djamena, Editions Al Mouna, 2005, pp. 52-60.

DINGAMMADJI Arnaud, « La glorieuse épopée des tirailleurs sénégalais du Tchad (1940-1945) », in CENTRE AL MOUNA, Tchad. Page d’histoire, Les évènements, N’Djamena, Editions Al Mouna, 2005, pp. 61-72.

DJIAN, Le Tchad et sa conquête 1900-1914, , L’Harmattan, 1996.

DURAND Claude, Fiscalité et politique. Les redevances coutumières au Tchad 1900-1956, , L’Harmattan, 1995.

++++

FABRE Paul, Les heures d’Abéché, Marseille, Les Cahiers du Sud, 1935.

FERRANDI Jean, Le Centre-Africain français : Tchad, Borkou, Ennedi; leur conquête, , Charles-Lavauzelle, 1930.

G.B., « Un combat violent au Ouaddaï », L’illustration, n°3537, p. 438.

GENTIL Pierre, La conquête du Tchad (1894-1916), 1. Le Tchad d'Emile Gentil (1894-1902), 2. Le Tchad de Victor Emmanuel Largeau (1902-1916), Vincennes, Ministère d'état chargé de la Défense nationale, Service historique, 1971.

GIDE André, Voyage au Congo suivi de Le retour du Tchad, , Folio, 2004 (1927).

HUGOT Pierre, La transhumance des Arabes Missérié et les batailles intertribales d’Oum Hadjer de 1947, , Montréal, L’Harmattan, 1997.

HUGOT Pierre, Le Tchad, , Nouvelles éditions latines, 1965.

JOUBERT Georges, « Le faki Naïm », Bulletin de la société des recherches congolaises, n°24, novembre 1937, pp. 5-63.

KHAYAR Issa Hassan, Le Refus de l'école : contribution à l'étude des problèmes de l'éducation chez les Musulmans du Ouaddaï (Tchad), , Librairie d’Amérique et d’Orient, 1976.

KHAYAR Issa Hassan, Tchad. Regards sur les élites ouaddaïennes, , Editions du CNRS, 1984.

KODI Mahamat, « L’épopée tchadienne de Rabah », in CENTRE AL MOUNA, Tchad. Pages d’histoire. Les évènements, N’djamena, Editions Al Mouna, 2005, pp. 35-44.

KOTOKO Ahmed, Tchad-Cameroun, le destin de Hamaï : ou le long chemin vers l'indépendance, , l’Harmattan, 1989.

LANNE Bernard, « Histoire politique du Tchad (1900-1975) », in KONINGS Peter, VAN BINSBERGEN Wim, HESSELING Gerti, Trajectoires de libération en Afrique contemporaine, , Khartala, 2000, pp. 29-48.

LANNE Bernard, Histoire politique du Tchad de 1945 à 1958. Administration, partis, élections, , Khartala, 1998.

LANNE Bernard, « Résistances et mouvements anticoloniaux au Tchad (1914-1940)»,Revue d’histoire d’Outre-mer, t. 80, n°300, septembre 1993, pp. 425-442.

LARGEAU Victor-Emmanuel, À la naissance du Tchad (1903-1913). Présenté par Louis Caron, préface de Joseph Tubiana, Saint-Maur-des-Fossés, Éditions Sépia (« Pour mieux connaître le Tchad »), 2001.

LE CORNEC Jacques, Histoire politique du Tchad de 1900 à 1962, , LGDJ, 1963.

LE ROUVREUR Albert, Sahéliens et Sahariens du Tchad, , L’Harmattan, (1962) 1989.

LEMARCHAND René, « Chad », The Oxford Encyclopedia of the Modern Islamic World, John L. Esposito (dir), New York and Oxford, Oxford University Press, 1995, pp. 275-276.

LEMARCHAND René, «The politics of Sara ethnicity : A note on the origins of the civil war in Chad», Cahiers d'études africaines, Vol. 20, n° 80, 1980, pp. 449-471.

++++

MAGRIN Géraud, Le Sud du Tchad en mutation. Des champs de coton aux sirènes de l’or noir, , Sépia, 2001.

MALVAL Jean, Essai de Chronologie tchadienne (1707-1940), , Editions du CNRS, 1974.

MATHIEU Muriel, La mission Afrique Centrale, , L’Harmattan, 1996.

MOUKHTAR Bachar Moukhtar, De 1909 à 1960 aux confins des Etats : Des peuples du Tchad oriental et leur évolution dans un Ouaddaï statique, Thèse de Doctorat de 3ème cycle d’Histoire, Université de VII, Jussieu, 1982.

NZABAKOMADA-YAKOMA Raphaël, L'Afrique centrale insurgée : la guerre du Kongo-Wara, 1928-1931, , L’Harmattan, 1986.

REYNA Stephen, Wars Without End: The Political Economy of a Precolonial African State. Hanover, NH: New England University Press, 1990.

SAUTTER Gilles, « Notes sur la construction du chemin de fer Congo-Océan (1921-1934) », Cahiers d'Études Africaines, Vol. 7, n°26, 1967, pp. 219-299.

SURET-Canale Jean, Afrique noire occidentale et centrale. L’ère coloniale (1900-1945), , Editions sociales, 1964.

TRIAUD Jean-Louis, « Un épisode oublié de la guerre de Kaosen. La lettre des savants et des notables musulmans d’Agadès au colonel Mourin (4 mars 1917) », Annales de l’Université de Niamey, 1978, pp. 263-271.

TRIAUD Jean-Louis, La légende noire de la Sanûsiyya ; une confrérie musulmane saharienne sous le regard français (1840-1930), , Maison des sciences de l'homme, 2 vol., 1995.

TRIAUD Jean-Louis, Tchad 1900-1902 : une guerre franco-libyenne oubliée ? Une confrérie musulmane, la Sanûsiyya, face à la France, , L’Harmattan, 1988.

TUBIANA Marie-José, Survivances préislamiques en pays Zaghawa, , Institut d’ethnologie, 1964.

VON OPPENHEIM Max, Le domaine tchadien de Rabah, traduit de l'allemand par Roger Pascal, , L'Harmattan, 2001.

YACOUB Mahamat Saleh, Les populations musulmanes du Tchad et le pouvoir politique (1946-1975). Contribution à l’étude des problèmes de la construction de l’Etat au Tchad, Thèse de doctorat de 3ème cycle (Histoire contemporaine), Université de V, 1988.

++++

Documents non publiés

DOUTOUM Mahamat Adoum, Abéché, 15 novembre 1917, Chronique d’un massacre au coupe-coupe, N’Djamena, Université de N’Djamena, 1997.

LIEUTENANT GOUVERNEUR DU TCHAD, « Rapport sur la réorganisation du commandement indigène au Ouaddaï à l’attention du Gouverneur Général de l’Afrique Equatoriale Française », n°471/A.P., Fort-Lamy, 30 juin 1926.

NDOUBAYIDI DIONMADJI Elie, Le Clairon de la mort. A propos des évènements de 1952 à Bébalem.

ROSER, Rapport de l’administrateur en chef et chef de la région du Logone sur la situation politique actuelle des cantons de Bénoye et de Bébalem au Gouverneur, Chef du Territoire du Tchad, Cabinet, Administration Générale, Fort Lamy, 1952.

  • 1. HUGOT Pierre, Le Tchad , , Nouvelles éditions latines, 1965

Citer cet article

Debos Marielle, Tchad 1900-1960, Violence de masse et Résistance - Réseau de recherche, [en ligne], publié le : 27 Mars, 2008, accéder le 16/11/2018, https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/tchad-1900-1960, ISSN 1961-9898