Michael Micombero

Date: 
10 Septembre, 2012
Auteur: 
OEMV

Né à Rutovu dans la province de Bururi, Micombero fut le premier Président de la République du Burundi (1966-1977) jusqu’à son renversement par Jean-Baptiste Bagaza, également originaire du Bururi. Avant de prendre le pouvoir à Mwami Ntare le 28 novembre 1966, le Capitaine Micombero cumulait les fonctions de Premier ministre et Ministre de la Défense dans l’éphémère gouvernement de Mwami Ntare (8 juillet-28 novembre 1966). La prise de pouvoir par l’armée le propulsa sur le devant de la scène, en tant que Chef du Conseil Révolutionnaire National (CRN) composé de 17 officiers (dont 12 Tutsis), puis comme grande figure du « lobby Bururi », dont les chefs Artémon Simbananiyé , Albert Shibura et François Gisamare, tous d’origines Tutsi-Hima, furent nommés au gouvernement en 1968. Radicalement opposés aux Tutsis-Banyarugurus, suspectés de sympathies monarchistes, ils n’hésitèrent pas à lancer de fausses accusations en 1971, avec l’accord tacite de Micombero. Tous trois faisaient partie du cabinet restreint de Micombero pendant le génocide de 1972, mais beaucoup tiennent Micombero pour personnellement responsable de l’assassinat de l’ex-Roi Ntare. Après la dissolution du gouvernement le 29 avril, Micombero émergea comme le responsable principal de l’organisation des massacres, à commencer par la répression violente de suspects hutus dans le Bururi, l’élimination physique de toutes les troupes hutues de l’armée et l’extension d’un répression régionale au pays tout entier. Il fut renversé le 1er novembre 1976 par son cousin Jean-Baptiste Bagaza, qui fonda la Deuxième République.

Citer cet article

OEMV , Michael Micombero , Violence de masse et Résistance - Réseau de recherche, [en ligne], publié le : 10 Septembre, 2012, accéder le 11/12/2019, http://bo-k2s.sciences-po.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/michael-micombero, ISSN 1961-9898
Retour en haut de page